Telerama du 24-03-2021
144 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Telerama du 24-03-2021

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
144 pages
Français

Informations

Publié par
Date de parution 24 mars 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 17 Mo

Exrait

M 02773 - 3715 - F: F: 3,303,30E
3’:HIKMRH=XUXXU\:?n@r@b@f@a";
MERCREDI 24 MARS 2021
HEBDOMADAIREFR 3,30€
BEL, LUX 3,90€DOM 5,50€
CH 5,70 CHFMAR 43 MAD
CPPAP Nº 0621C80864
Nº 3715
DU 27 MARS AU 2 AVRIL 2021
CODE 80 00L’invité
Chaque année, en France, trois cent mille mineurs
sont victimes d’agressions sexuelles. Depuis dix-sept
ans, ce juge des enfants regarde en face ces violences
que beaucoup préfèrent ne pas voir.
Édouard
Durand
Propos recueillis par Valérie Hurier Le juge Édouard Durand reçoit désor- r évèle un inceste, on la prend à la légère. Aujourd’hui, on ne
Photo Jean-François Robert mais dans un bureau impersonnel au s’autoriserait plus à penser comme ça. Le livre de Camille
pour Télérama bout de l’un des longs couloirs du mi- Kouchner s’inscrit dans cette histoire, après le livre de
Vanistère de la Santé. C’est là qu’il va co- nessa Springora, Le Consentement, l’an dernier. C’est une
présider, pendant deux ans, avec Na- chaîne de solidarité entre les victimes, car si des adultes
réthalie Mathieu, directrice générale de l’association Docteurs vèlent les violences qu’ils ont subies autrefois, c’est d’abord
Bru, la commission Inceste et violences sexuelles faites aux pour protéger les enfants aujourd’hui. Parallèlement, la
enfants. Ils ont tous deux été nommés par le président de la connaissance et la prise en compte du psychotrauma
proRépublique après la démission d’Élisabeth Guiguou, em- gressent, notamment grâce à la psychiatre Muriel Salmona.
portée par le débat suscité par le livre de Camille Kouchner, Ces deux facteurs nous obligent à nous sentir collectivement
La familia grande, où elle accuse son beau-père, le polito- concernés. Il y a désormais une dimension politique.
logue Olivier Duhamel, d’inceste sur son frère jumeau. Pour
conduire les travaux de la commission, Édouard Durand, 45 Pendant longtemps, ce qui arrivait dans le cercle
ans, doit suspendre ses activités de juge des enfants au tri- familial, notamment aux enfants, relevait de la vie privée.
bunal de Bobigny. L’urgence des situations auxquelles sont Cela change-t-il aussi ?
confrontés les plus jeunes exige une disponibilité totale. La protection de l’enfance pendant des siècles ne concerne
Tout comme, aujourd’hui, l’urgence à faire évoluer la loi et que les enfants orphelins, pas les enfants soumis à la
puisles pratiques. C’est une conviction pour ce juge des enfants sance paternelle dans la maison. La première loi de
dédepuis dix-sept ans, spécialiste de la lutte contre les vio- chéance de la puissance paternelle pour mauvais
traitelences, déjà engagé notamment dans le Haut Conseil à l’éga- ments faits à l’enfant date de 1889. S’autoriser à regarder ce
À LiRE lité et qui vient de codiriger, avec Ernestine Ronai, Violences qui se passe dans la maison ne va pas de soi. Or le besoin de
v iolences sexuelles. En fnir avec l’impunité (éd. Dunod). Sa voix est vivre en sécurité est un besoin fondamental. La plupart
sexuelles. En finir comme toujours mesurée, mais son propos n’en est pas des humains ont cette chance. Le rapport au monde est
raavec l’impunité, moins ferme : la société doit mieux protéger les enfants. dicalement diférent quand chez soi est le lieu du danger.
sous la direction Alors que, pour les hommes, le risque de violences se situe
d’Ernestine Ronai v it-on un tournant de la société française depuis dans l’espace public de la part d’un inconnu. La plupart du
et Édouard Durand, la parution du livre de Camille Kouchner ? temps, pour les femmes et les enfants, le risque de vio -
éd. Dunod, 232 p., Sinon un tournant, du moins un moment historique inédit. lences se situe dans l’espace intime, et elles sont commises
24,90 €. Lorsqu’en 1983 Eva Thomas publie Le Viol du silence, qui par un homme connu. ☞
4 Télérama 3715 24 / 03 / 211975
Naissance
à Troyes.
2000
Obtention
du concours
de l’École
nationale
de la magistrature
(ENM).
2004
Juge des enfants
à Draguignan.
2017
Juge des enfants
au tribunal
de grande
instance
de Bobigny.
2021
Coprésident
de la commission
sur l’inceste.d
s
L’inVité Le juge des enfant Édouard urand
Selon les estimations, 80 % des violences subies Combien d’enfants sont victimes de violences sexuelles ?
par les enfants ont lieu dans la famille. Vous confirmez ? L’établir va être un des enjeux de la commission, en
s’apOui. Bien sûr qu’il y a des violences sur les enfants perpé - puyant sur le savoir dont nous disposons et sur des
retrées par d’autres enfants et dans d’autres espaces, mais ce - cherches épidémiologiques pour parvenir à un meilleur
la arrive d’abord dans le cadre familial. Cet état de fait inter- chifrage. Si l’on considère les témoignages des services
roge notre représentation de la famille, et même de la d’écoute, on sait que 55 à 60 % des victimes l’ont été dans
masculinité. Le régime juridique qui nous a structurés pen- l’enfance. On arrive, par recoupements, à trois cent mille
dant le plus long temps est celui de la puissance paternelle. victimes de violences sexuelles par an. C’est un chifre
absoEt la puissance en droit, c’est le pouvoir, l’hégémonie. lument monumental.
L’autorité parentale a depuis remplacé la notion Parmi ces violences sexuelles, il y a l’inceste.
de puissance paternelle ? Comme les autres violences sexuelles, c’est d’abord une
Oui, par la loi du 4 juin 1970. C’est une triple révolution dont prise de pouvoir sur le corps de l’autre avec les mêmes
straon ne mesure pas encore l’ampleur. On passe de la puis- tégies d’agresseur, les mêmes efets de psychotrauma. Mais
sance à l’autorité, et de paternelle à parentale. L’autorité est l’inceste est absolument spécifque, car il vient ôter à
l’enun pouvoir subordonné à une fnalité, ici la protection de fant sa place de sujet inscrit dans une fliation. C’est un crime
l’enfance. Puis la loi du 4 mars 2002, sous l’infuence de la généalogique, selon l’expression de Jean-Luc Viaux, dans
Convention internationale des droits de l’enfant, établit que son livre La Haine de l’enfant. L’agresseur transgresse
l’interl’autorité parentale a pour fnalité l’intérêt de l’enfant. Pour dit de la violence mais impose l’interdit de la parole. Les
encomprendre, il faut se référer à Hannah Arendt : « L’autorité fants, et toute la famille, sont piégés par le silence.
exclut toujours le recours à des moyens extérieurs de
coercition », c’est-à-dire le recours à la violence. Je ne suis pas
certain qu’en cinquante ans une société soit capable d’intégrer
un basculement aussi essentiel.
« Si v ous afirmez qu’on vous
D’où est venue l’envie de devenir juge des enfants ?
a volé votre téléphone portable, J’ai commencé des études de droit pour devenir avocat,
comme mon père. Puis je me suis intéressé au métier de juge. on vous croit. Si vous dites avoir
Après un stage au Conseil d’État, j’ai réalisé que je me
senété victime de viol ou d’inceste, tais vivant non par les dossiers, mais par la rencontre avec
mes semblables. J’ai passé le concours de la magistrature on ne va pas le croire. »
pour devenir juge des enfants, et la fonction a répondu
complètement à mes attentes. Mon père était avocat. Ma mère a
travaillé longtemps dans le secteur social d’aide à la
jeunesse, à Troyes, où je suis né. Dans notre famille, le service
de la France, je ne peux pas le dire autrement, est une no- Quand ils parlent, les enfants sont-ils crus ?
tion très forte. Ce métier est la synthèse de tout cela. Donner On ne croit pas les enfants qui révèlent la violence, et la so -
leur juste place aux enfants, les respecter. ciété fonctionne encore dans une injonction paradoxale
vis-à-vis des victimes. On leur dit qu’il faut parler, mais
Vous attendiez-vous à découvrir autant de violences ? quand elles parlent d’inceste ou de violences sexuelles, on
Il m’a fallu un an et demi pour comprendre que la grande ne les croit pas. Si vous afrmez qu’on vous a volé votre té -
distinction dans la vie des humains est l’existence ou l’ab- léphone portable, on vous croit, on ne va pas imaginer que
sence de violences. J’avais tendance à ne pas la voir. C’est par vous allez mentir devant le juge pour avoir un téléphone
la prise de conscience des violences conjugales et de leur im- neuf ou pour nuire à votre voisin. Si vous dites avoir été
vicpact que j’ai compris ce qu’était la violence. Et donc toutes time de viol ou d’inceste, on ne va pas le croire. Des
mécales formes de violences. nismes de défense se mettent en place. Car, au fnal, l’hor -
reur de la violence est impensable. On a trois cent mille
Les plus jeunes sont toujours les victimes collatérales victimes chaque année, 70 % de classements sans suite des
de la violence dans le foyer ? plaintes et seulement mille condamnations. C’est un
sysOui, c’est l’une des plus graves maltraitances qui puissent tème d’impunité. Il y a donc un déni des violences sexuelles,
être infigées à un enfant et une grande inégalité. L’impact et la caution du déni, c’est « attention aux risques de
manitraumatique est de l’ordre de l’impact traumatique d’une pulation ». La violence fait peur, il est plus commode de ne
scène de guerre ou de terrorisme. La violence est une trans- pas la voir. C’est pourquoi l’afaire de Pontoise, en 2017, était
gression majeure de l’autorité parentale. Celui qui en fait le si importante : une fllette de 11 ans, un homme de 28 ans,
choix le fait pour obtenir le pouvoir. De plus, entre 40 et 60 % une fellation dans un local à poubelles, et l’homme n’est pas
des enfants qui vivent des violences conjugales sont directe- poursuivi pour viol mais simplement pour atteintes
ment victimes de violences physiques exercées contre eux sexuelles. Collectivement, nous avons été choqués, parce
par leur père ou leur beau-père. Et il y a une corrélation entre que chacun a vu la scène dans sa tête et donc a compris que
violences conjugales et violences sexuelles incestueuses. La la loi devait changer. En réalité, les connaissances montrent
recherche montre que la flle d’un violent conjugal court qu’on ne risque pas d’être manipulé, je ne dis pas que cela
plus de risques d’être violée par son père. Parce que le pou- n’arrive jamais, mais le vrai risque est l’inverse, ne pas
provoir passe aussi par le sexuel. téger, et ce risque-là, on le tolère. ☞
6 Télérama 3715 24 / 03 / 21d
s
L’InVIté Le juge des enfant Édouard urand
Comment sortir du « parole contre parole » signalement et garantir la sécurité des professionnels. Et re -
pour permettre la sanction des agresseurs ? penser le parcours judiciaire de l’enfant victime, pour que
Mais dans une afaire de vol, même quand c’est parole contre la procédure pénale ne soit pas une survictimisation,
c’estparole, le dossier va jusqu’à l’audience, et parfois jusqu’à la à-dire une violence institutionnelle.
condamnation ! Pas pour les violences conjugales, ni pour
les viols, ni pour les viols des enfants, ni les viols incestueux. Faut-il toujours préserver le lien entre parents et enfants,
La loi doit progresser, comme les pratiques professionnelles. même dans les afaires de violences ?
C’est l’une des failles principales dans la protection des
enIl y a eu des progrès ces dernières années fants. Nous avons une conception patrimoniale de l’autorité
dans les pratiques, non ? parentale. Nous pensons toujours que c’est un ensemble de
Les pratiques professionnelles ont commencé à évoluer. En- droits ayant pour fnalité la reconnaissance du parent dans
core insufsamment. Les unités de recueil de la parole des son statut. Nous faisons la confusion entre les quatre
reenfants à l’hôpital à Nantes, à Orléans et dans d’autres villes gistres de la parenté : la fliation, l’autorité parentale, le lien
sont un progrès. Les généraliser nous ferait faire des pas de psychique et la rencontre physique, c’est-à-dire la mise en
géant. On dit aux victimes qu’il faut parler. En fait, c’est à la présence. Or ces quatre registres sont diférents. Le Dr
Jeansociété d’aller vers elles et de poser la question. Ernestine Ro- Louis Nouvel, pédopsychiatre, a transformé mon rapport à
nai et le Collectif féministe contre le viol nous apprennent la fonction de juge des enfants quand je l’ai entendu
explique si vous cherchez à repérer la violence par vos questions, quer la diférence. Quand on oblige un enfant à aller voir son
alors la personne voit que vous êtes capable de supporter la père violent en prison en disant « c’est son père, il faudra
réponse. Quand par exemple, en tant que juge des enfants, bien qu’il fasse avec »,on fait la confusion. Oui, c ’est son père,
vous êtes saisi parce qu’une adolescente est victime de pros- et il faudra bien faire avec parce qu’on ne va pas revenir sur
titution, vous savez qu’il y a une surreprésentation majori- la fliation. Ce n’est pas pour autant qu’il faut que ce père ait
taire de violences sexuelles, ou de violences conjugales dans l’autorité parentale. La justice peut retirer la liberté à un
hul’enfance, chez ces adolescentes. Si on ne va pas chercher la main, et même la lui retirer avant le jugement… mais pas
l’aucause du trauma, comment vous voulez arrêter la conduite torité parentale ! Parfois la rencontre physique attaque le
dissociante ? De même, dans une audience, si le juge pose la lien. Il faut alors aider l’enfant à se défaire de la présence
enquestion de la violence et dit qu’elle est interdite, il permet vahissante en lui de la fgure du parent violent qui l’empêche
aux enfants que l’on a contraints au silence de parler. de se concentrer, de dormir et de se reposer. Mais c’est
tellement intolérable dans la société actuelle qu’on préfère ne
Que pensez-vous du débat sur le seuil d’âge des victimes ? pas aider l’enfant. Il m’a fallu du temps pour comprendre
Il ne s’agit pas de dire à partir de quel âge un enfant est que des visites, même d’une heure par mois en présence de
consentant, mais de traduire dans la loi la contrainte exer- médiateurs, pouvaient détruire un enfant. Et les années que
cée par l’adulte sur l’enfant, ce n’est pas la même chose. Il j’ai perdues, ce sont les enfants qui les ont perdues.
est nécessaire de modifer la loi pénale. Tous ceux
— associations, institutions, etc. — qui veulent protéger les enfants l’af - On entend parfois parler de « tribunal médiatique »
frment : tout acte sexuel d’une personne majeure sur un en- à propos de la prise de parole des victimes sur les réseaux
fant de moins de 15 ans est une infraction grave qui doit être sociaux. Pensez-vous qu’il y ait un risque ?
punie de nombreuses années de prison. Personne ne dit Efectivement, les réseaux sociaux peuvent être des abîmes.
moins. On ne raisonne pas en termes de consentement, C’est l’une des ambitions que nous avons, Nathalie Mathieu
mais de technique de preuves ou d’enquête. Même pour et moi, pour la commission : donner à cette parole une
une victime majeure, on ne parle pas de consentement. On considération collective. Mais certains veulent refermer le
regarde la stratégie de l’agresseur, comme nous l’a appris Gi- couvercle au moment où il s’ouvre. Je ne vois pas par quel
sèle Halimi lors du procès d’Aix en 1978. C’est très important. impératif moral on pourrait empêcher les personnes
victimes de violences de le dire par les moyens qu’elles
choiQuels seraient les grands axes d’une politique publique sissent. Pour que Twitter ne devienne pas un tribunal
méde protection des enfants ? diatique, il faut que les tribunaux judiciaires inspirent
C’est difcile, en tant que coprésident de la commission, en- confance aux victimes. Il s’agit d’un mouvement social très
core à ses débuts, de répondre sans l’engager, mais il y a puissant. Donner à la parole des victimes la considération
d’abord la prévention, faire en sorte que les enfants ne qui lui est due n’est pas contraire à nos principes
fondamensoient pas victimes, donc faire reculer la violence dès les taux, et notamment à la présomption d’innocence.
premiers indices. Ensuite, développer le repérage à l’école,
à l’hôpital dans le parcours de soins, fuidifer le système de Vous avez parfois l’impression que la présomption
d’innocence est brandie pour faire taire les victimes ?
Si on compte, en France, trois cent mille victimes chaque
année, 70 % de classements sans suite et mille condamnations
« P our que Twitter ne devienne par an, on a une marge de progrès. La source
constitutionnelle de ma fonction de juge, c’est la garantie des libertés. Je pas un tribunal médiatique,
ne suis pas en train de dire qu’il faut mettre des innocents en
il faut que les tribunaux prison. Je dis que notre société ne protège pas des humains,
et notamment des enfants victimes de violences sexuelles. Il judiciaires inspirent confiance
y a un choix politique collectif à faire : la protection ou
l’imaux victimes. » punité. Et, selon moi, nous avons un devoir de protection  •
8 Télérama 3715 24 / 03 / 21PUBLICITÉ
RENCONTRE AVEC
UN MAÎTRE BRASSEUR BELGE
Depuis 2016, la bière belge est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO.
Par cet acte, elle est passée du statut de boisson àc elui d’institution culturelle.
Av ec plus de 1600 variétés reconnues au niveau mondial et pas moins
de 300 brasseries, ce qui aété longtemps perçu comme une simple attraction
touristique est désormais un véritable étendard du savoir -faire belge. Àtel point
que les Maîtres Brasseurs belges sont aujourd’hui des garants de leur culture
àl’international et sillonnent le monde pour former,éduquer et partager leur
expérience. Dans cette optique, nous avons rencontré Hans VanRemoortere,
le maître brasseur de la bière belge Tripel Karmeliet, pour en savoir plus sur
Hans VanRemoort ere, Maîtreb ra sseur la bière et répondre aux questions que l’on se pose tous.
de la br asserie Bost eels, Bel gique.
ON VA COMMENCER QUELLE ESTL ’IMPORT ANCE COMMENT SAIT -ON lorsque “l’onctuosité”, “l’acidité”
PARLEP LUS PRA TIQUE. D’UN VERRE LO RSQUE L’ON QUAND UNE BIÈRE EST et “le caractère” sont parf aitement
COMMENT DÉGUSTE- DÉGUSTE UNE BIÈRE ? PRÊTE ? balancés. La Tr ipel Karmeliet
T-ON UNE BIÈRE ? On ne servirait pas de champagne Une bière passe par 4à5stades. trouvec et équilibre, notamment
On commence par rega rder :sa da ns un verre àeau. Pour la bière, Je goûte le produit àc hacune de grâce àl’association de 3g rains :
mousse, sa couleur,sap étillance. c’est la même chose. Le choix du ces étapes tous les jours à11h L’ Orge qui apporte le corps àla
Ensuite, on la sent pour déterminer verre est primordial. La forme d’un –l es papilles sont plus alertes. bière.
les premières notes –n’hésitez pas verre Tulipe (comme celui de la Si àu ne phase on observeu ne Le Froment pour l’onctuosité et
àlaremuer pour l’aérer.Enfn, on Tripel Karmeliet) permet de retenir dé viance de qualité, nous pouv ons la fraîcheur .
goûte pour confrmer ce que l’on la mousse et ses arômes. Son pied, encore ajuster le liquide af in de L’Avoine pour le caractère.
aperçu auparavant :latexture, les quant àl ui, vous permet de tenir le ga rantir un produit qualitatif àtous Sans ces 3grains, la Tripel Karmeliet
fa veurs (...). verre en main sans réchauf fer la bière. les consommateurs. n’e xisterait pas.
POUVEZ-V OUS NOUSEN SI VOUS DEVIEZ QUALIFIER
DIREPLUSSUR L’HISTOIRE LA TRIPEL KARMELIET ?
DE VO TRE BIÈRE, LA TRIPEL La Tr ipel Karmeliet n’est pas
KARMELIET ? une bière brassée en 3semaines,
C’est une histoire de fa mille. La nous prenons le temps de faire les
brasserie aété créée en 1791 par ch os es.Lebrassin pa sseplusieurs
Jean-Baptiste Bosteels, avant semaines en cuve, laissant aux
même la création du ro yaume de sa ve urs le temps de se dé velopper
Belgique (1830). Depuis, 7géné- naturellement et la production fnit
rations de brasseurs se sont par une refermentation en bouteille.
succédé jusqu’à ce qu’Antoine On adonc un cycle de brassage de
eBo st ee ls,àlafin du 20 siècle, 6à7s emaines, ce qui est nettement
découvre une recette oubliée de plus long que la majorité des bières
1679 qui de viendra l’inspiration présentes sur le marché, refétant
de la Tr ipel Karmeliet actuelle. notre savo ir -faire traditionnel et
notre authenticité.
C’ESTL ’UNE DES RARES
BIÈRES BRASSÉES ÀBASE Nous remercions Hans d’avoir pris
DE 3GRAINS. VOUS NOUS le temps de répondre ànos
quesEN DITES PLUS ? tions. Un échange chaleureux av ec
Notre eng agement est de créer un passionné pour nous permettre
une bière parf aitement équilibrée. d’en apprendre plus sur l’uni versHans goûtelap ro duction Tr ipleK armeliet to us lesj ours à11hc ar
«c ’e st àcem oment-là que lesp apil less ont le pl us al ertes » . On dit qu’une bière est équilibrée de la bière.
L’ABUS D’ALC OOL EST DANGER EUXP OUR LA SANT É. ÀC ONSOMMER AV EC MODÉRA TION.
TripleTriple KarmeliKarmelietet -T-T éléraéléra mama exe.indexe.indd1d1 12/10/2012/10/20 2020 15:1315:13
Phot os :© Jitsk eSchols -01.
©Olivier Anber gen -sept embre2019 .Un design suédois à l'âme verte
Souveni rs de
ma vi e te xtile
Qu el pl ai si r de s’ima gin er de re to ur
au BOTS WA NA . De se re tr ou ve r
au cœ ur de s st epp es ar ide s et de la
ju ng le ve rd oy an te . Sa ns oubl ie r le s
mer ve illeu x mo tifs text il es .
UNE PROFUS ION DE CO UL EU RS
ET DE CO NTR AS TE S as so ci ée à
de s fruit s tr op ic au x, de s fe uille s
serp en ti ne s et de s tu lip es .
Ro be ”A ga ve ” en co ton bio lo giqu e, €7 4,
so us la ro be à mot if fruit é ”B ot sw ana ” en
lin ti ss é, €1 09 .
DEMANDEZ VOTRE CATALOGUE
www .g ud ru nsjode n. com
Numéro vert 0800 73 00 03 | order@gudrunsjoden.fr
ACHETEZ EN LIGNEr
a
m
a
g
t
a
a
Du 27 mars au 2 avril 2021 Sommaire
L’enfance mencée
Bien plus que tout être, et de toute éter-49 nité, les enfants — parce qu’ils sont plus
faibles, plus fragiles ? — sont aussi,
souvent, les plus maltraités, humiliés,
violent és de notre cruelle humanité.
Mentalement, psychologiquement,
physiquement, sexuellement. Et dans
tous les milieux, et sous toutes les
latitudes. Pourquoi en parle-t-on si peu ?
Pourquoi couvre-t-on de tant de
silences leurs pauvres soufrances,
proftant peut-être qu’ils aient eux-mêmes 38 tant de mal encore à les exprimer ? Sans
doute parce que leurs misères se vivent
à 80 % à domicile, disent les études ; 41 dans le secret ordinaire de familles
comme toutes les autres, juste un peu
plus dépassées, dysfonctionnelles,
tourmentées. Mais les enfants victimes
risquent de devenir des adultes
bourreaux, et trop souvent des êtres à
jamais brisés, fracassés… L’urgence est
de les protéger. Nous consacrons
plusieurs articles à cette enfance menacée.
Notre invité, Édouard Durand, juge et
désormais coprésident de la
commission Inceste et violences sexuelles
faites aux enfants, explique comment
doit progresser aujourd’hui la justice.
Le drame de l’enfance maltraitée nous
concerne tous, au plus intime. Et ces
prochaines semaines de confnement
incitent encore davantage à l’attention 36 et à la vigilance. — Fabienne Pascaud
Couverture zine 30 Le dit de l’indicible CritiqueS
Photo 4 L’invité Victime d’inceste, 49 Le rendez-vous
Olivier Metzger l e juge des enfants céline lapertot a cherché Paru en 1967, l’album The Who
pour Télérama édouard Durand le salut par l’écriture Sell Out, des Who, est l’objet
13 Premier plan 32 Et les agresseurs ? d’une fastueuse réédition
anne lacaton et Ils peuvent être pris en charge, 52 Musiques
Jean-Philippe Vassal, lauréats et les victimes, premières 55 Arts
du Pritzker Prize concernées, y sont favorables 56 Livres
14 Étudiants en 2021 6/8 60 Cinéma
hélène l opez, écoutante 36 L’idole des jeunes 62 Enfants
à nightline, à lille et si on redécouvrait c amille
16 Mise à jour Saint-Saëns, mort il y a cent ans éléviSion
20 Repérée 38 Les designers de M/M (Paris) 63 Le meilleur de la semaine télé
Dian, chanteuse, autrice, Michaël amzalag et Mathias Carrément craignos, de
compositrice augustyniak, un stimulant duo Jean-Pascal Zadi, sur f rance.tv
41 La peintre Jeanne Thil 74 Programmes et commentaires
LE DossiER Tombée en disgrâce, son
22 Les violences faites œuvre est enfin réhabilitée adio
aux enfants 130 Le meilleur de la semaine radio
ce numéro comporte : r ecueillir leur parole : utrement LSD, la série documentaire :
une couverture spécifique
« Paris-IDf » pour les une mission délicate. 43 Penser la surveillance numérique,
abonnés et les kiosques de
Paris-IDf, et une couverture r eportage à r ennes Pourquoi a-t-on tant de mal à sur f rance culture
nationale. édition régionale,
Télérama+Sortir, pages 28 La mauvaise éducation regarder en face les violences 135 Les programmes
spéciales, foliotée de 1 à 24,
jetée pour les kiosques des f essées, insultes ou privations, intrafamiliales sur les enfants ?
dép. 75, 77, 78, 91, 92, 93, 94,
e95, posée sous la 4 de des « violences éducatives » 46 Découvrir 140 Talents
couverture pour les abonnés
des dép. 75, 78, 92, 93, 94. d’ordre culturel Des papillotes, une enceinte… 143 Mots croisés
Télérama 3715 24 / 03 / 21 11
Tony Gale/D alle | Jean-B aPTISTe MonDIno | IBerfo To/BrIDGeMan IMa GeS | MuSée Du quaI Branly-JacqueS chIrac, Pho To clauDe GerMaIn16.03.2021 10:38 (tx_vecto) PDF_1.3_PDFX_1a_2001 300dpi YMCK ISOcoated_v2_300_ecig
r
s
c
t
u
e
r
i
n
a
o
t
u
t
l
t
e
u
e
Mise à jour
PrEM iEr PLAN
L’école s d’architecture
de Nantes,
construite par
Lacaton & Vassal e a l en 2009.
cité radicale excellemment pensée. Pour l’école d’architec-Cocorico ! Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal
ture de Nantes (2009), ils inventent une boîte à outils
modusont les troisièmes Français à remporter le Pritz- lable tout béton et polycarbonate, avec de grandes hauteurs
sous plafond. Les étudiants se régalent. À Dunkerque, pour ker Prize,« Nobel de l’architecture » décerné par la
le Frac Nord-Pas-de-Calais (2013), plutôt que de réhabiliter
fondation américaine Hyatt. Avant eux, Christian labor ieusement un ancien hangar, ils construisent à côté
de Portzamparc l’avait remporté en 1994 et Jean Nouvel, son double exact, toujours en polycarbonate translucide.
en 2008. Mais là s’arrête la comparaison. Avec Lacaton- Comme une boîte à rêves face à la mer. Surtout, et c’est là leur
Vassal, on est très loin du geste spectaculaire et des prouesses noblesse, ils ne démolissent jamais, mais réparent — ils
de l’ingénierie. Quoique… Comme l’a estimé le jury, « leur magnifent !  — ces vieux immeubles des années 1960 que
travail, qui répond aux urgences climatiques et écologiques tout le monde regarde de travers. Comme la tour
Bois-lede notre temps autant qu’à ses urgences sociales, en particulier Prêtre (2009), méchant HLM de 50 mètres de haut à la porte
dans le domaine du logement urbain, redonne de la vigueur d’Asnières, à Paris, qu’ils habillent en façade d’une sorte de
aux espoirs et aux rêves modernistes d’amélioration de la vie gigantesque étagère vitrée. Ofrant à chaque appartement
Par Luc du plus grand nombre ». En clair : ils pensent aux utilisateurs, plus qu’un balcon, un jardin d’hiver. Et à l’architecture
Le Chatelier font grand, lumineux, pas cher. Et beau, dans cette simpli- contemporaine, une vision humaniste salvatrice •
Télérama 3715 24 / 03 / 21 13
PhiliPP Rul
peMise à jour
« J’ai pris
une claque
de réalité »
Chaque semaine, retrouvez le portrait d’un étudiant
ou d’une étudiante en temps de pandémie 6/8.
Bien avant le premier confinement, elle avait entrevu
le malaise parmi ses camarades. La pandémie n’a que
renforcé son envie de leur venir en aide. elle s’est engagée
en novembre auprès de Nightline, un service d’écoute
nocturne, en première ligne face à la détresse qui s’étend.
Hélène l opez 1 se souvient avec précision de cette soirée de
novembre 2020. nightline, le service d’écoute nocturne
destiné aux étudiants, venait de lancer son antenne lilloise et la
jeune femme assurait sa première permanence entre 21
heures et 2 h 30 du matin. « Mon premier appel a duré peu de
temps. La personne ne faisait que pleurer, elle n’a pas dit un mot
et a fni par raccrocher. » déstabilisant. « J’ai pris une claque de
réalité, admet-elle, la vie, c’est parfois vraiment dur ».
l ’engagement au service des autres, elle l’avait découvert
par hasard. partie pour passer une licence d’anglais, elle se
rend compte qu’elle fait fausse route, arrête, et se lance dans
un service civique au sein d’une structure lilloise qui accom- Prénom Hélène
pagne les jeunes des quartiers populaires. expérience
fondatrice. de retour à l’université pour une licence en sciences so- Nom lO pez
ciales, l’étudiante entend parler de nightline en février 2020.
l ’épidémie de c ovid commence à peine, le premier confne- Âge 23 ans Études l icence en sciences s Ociales
ment reste à venir, et la santé mentale des étudiants est alors
un « non-sujet ». pas pour elle. « Durant ma première année à où lille
l’université, je me suis rendu compte de l’importance de la
charge de travail. J’ai vu des gens se mettre une pression énorme père la jeune femme, l’épidémie n’a fait que la mettre en
sur leurs résultats, avec des profs pas toujours conciliants. Cer ­ lumière, l’amplifer, et montrer qu’elle était mal traitée. » c’est
tains décrochaient, d’autres tombaient en dépression. » elle- peu de le dire. nightline a calculé que la France disposait
même reconnaît avoir vécu de forts moments de stress. d’un psy universitaire pour… trente mille étudiants.
parl e premier confnement va la renforcer dans son désir tout les services sont saturés, incapables de répondre à
de s’engager en faveur de ceux dont le moral dévisse. cette soufrance en déshérence. il faut en moyenne quatre
« Comme je suis d’un naturel un peu casanier, je ne l’ai pas mal mois à un étudiant pour obtenir un rendez-vous avec un psy
vécu. Mais je sais que pour d’autres ce fut un enfer. » elle dans un Bureau d’aide psychologique universitaire (Bapu).
r ejoint l’équipe de nightline, suit une formation à l’écoute « Quand on devient écoutant, on prend réellement cons­
active qui mêle théorie, jeux de rôles, et appels tests. se cience de la soufrance des autres », constate Hélène l opez.
lance. depuis novembre, trois fois par mois, elle tient la Oublié le monde des Bisounours, mais l’expérience a aussi
permanence nocturne lilloise en compagnie de deux autres du bon. « J’ai appris à relativiser. Comparé à ce que j’entends,
étudiants. pendant que l’un répond aux appels, les autres ce que je vis, ça va. » alors, celle qui se rêve en réalisatrice de
tchattent avec ceux qui préfèrent se confer à l’écrit. « Les documentaires va continuer à écouter ses pairs dans
l’anotchats sont plus intimes mais, au téléphone, on ressent davan­ nymat exigé par nightline pour ses bénévoles. et
qu’imtage les émotions de la personne qui parle. » parfois les porte si elle ne peut parler de cette expérience à ses amis,
conversations durent. « Une heure et demie, c’est vite passé, elle se sent payée de retour. « Quand, à la fn d’un tchat, je lis :
quand on a des gens qui craquent ou se sentent très seuls. » l es “merci de m’avoir écouté, merci d’être là, merci d’exister”, je me
sujets ne manquent pas, presque toujours les mêmes : la dis que ce que je fais a du sens, et c’est vraiment important en
solitude ou des cohabitations devenues insupportables, ce moment. » — Olivier Milot
les études rendues encore plus compliquées, la peur de ne Photo Éric Le Brun / Light Motiv pour Télérama
pas y arriver, le délitement des relations amicales ou amou- 1 Le nom a été modifié et le visage sur la photo rendu non
reuses, l’impression d’une vie en demi-teinte… « La détresse identifiable pour respecter l’anonymat demandé par Nightline
psychologique des étudiants existait déjà avant le Covid, tem- à ses bénévoles.
14 Télérama 3715 24 / 03 / 21