Congo Digital Magazine Edition spéciale n°1

Congo Digital Magazine Edition spéciale n°1

-

Presse
24 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Description

Edition spéciale n°1. Le top 10 des startups les plus prometteuses au Congo Brazzaville en 2019

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 22 juillet 2019
Langue Français
Signaler un problème
Elwin GOMO Consultant - formateur en startégie et communication digital
Parle-moi de ton Business Model et je te dirai si tu es une startup
L’Afrique francophone serait-elle mal partie dans l’appréhension du terme startup ? Pas étonnant si la réponse est oui. Car, pour un francophone, qui dit « startup » dit « jeune pousse » ou « société qui dé-marre ». Utilisé juste après la Seconde Guerre mondiale avec l’apparition des premières sociétés de capital-risque, le terme startup a commencé à être utilisé massi-vement à partir des années 1990 pendant la proli-fération des dot-com (Point com). S’il est vrai que le terme startup parait vieille de par son essence, il reste pour autant plus vrai, nouveau et d’actualité, d’un pays à un autre.
Le concept est en vogue ces sept dernières années au Congo Brazzaville et un peu partout en Afrique. Il ne passe pas une journée sans écho de projets d’entre-prise qui naissent avec la dénomination de « Startup ». Ce phénomène que nous qualiîons de mode est pour nous à double tranchant : d’un côté cela donne de la visibilité à ces entrepreneurs mais de l’autre, on constate que cela alimente l’imbroglio qui existe autour de la notion de startup. Employé à tort pour certains et de façon objective pour d’autres, la ques-tion est de se demander si nous devrions considérer le mot «startup» comme un anglicisme pour juste dire «jeune entreprise qui démarre» ? Sinon que peut être l’importance de ce type d’entreprise dans l’alimentation de l’économie locale ?
Signalons tout de même, qu’il n’est pas rare au Congo, d’entendre la notion de startup être assimilée par le grand public et même par les médias à une PME. Concevoir l’approche de compréhension de cette manière c’est vouloir résoudre une équation avec des données toutes fausses.
Revenons un peu à l’authenticité. C’est quoi réel-lement une startup ?
Dans « start-up » il y a l’idée de démarrage « start » et l’idée de croissance forte « up ». Deux idées qui sont l’essence même de la startup.
P-02. Congo Digital Magazine/ Edition Spéciale N° 001
Editorial
Selon la déînition française, la startup « est une entreprise innovante à fort potentiel de crois-sance qui fait souvent l’objet de levées de fonds ». Alors que si l’on traduit la version anglaise, la startup « est une entreprise émergente à la croissance rapide et qui vise à répondre au be-soin d’un marché en proposant un produit inno-vant. Une startup est généralement une organi-sation conçue pour développer rapidement un modèle économique scalable ». La principale différence entre ces deux déîni-tions se situe dans la notion de modèle écono-mique scalable, qui manque cruellement à la vi-sion française. C’est pourtant la notion la plus importante dans la déînition de la startup.
Scala-Quoi ?La scalabilité c’est la capacité d’une entreprise à adapter son business model, son schéma d’en-treprise à une forte augmentation de son vo-lume d’activité. C’est le principe qui consiste à faire beaucoup de chiffre avec très peu de res-sources. Une entreprise qui peut fonctionner de la même façon qu’elle ait 50 ou 10 000 clients, sera beaucoup plus optimale à la croissance que ses concurrents. L’arme ultime de la scalabilité c’est l’automatisation des processus. Concrète-ment, sa capacité à passer de la petite startup à la multinationale. Car, il faut le rappeler, une startup n’a pas vocation à le rester toute sa vie, c’est un état temporaire. Retenons que lorsque votre business modèle est établi en sachant exactement comment vous gagnez de l’argent, vous cessez d’être une startup.
Uber, Airbnb, Blablacar, Spotify… sont encore des startups et pourtant ces entreprises sont énormes. Mais comme Twitter, leur modèle n’est pas déîni et peut évoluer. À l’inverse, Facebook ne l’est plus, Google non plus. Bien que l’esprit startup perdure, certains processus ont été formalisés et la stratégie, comme bu-siness model, est désormais établie.
Editorial
Ce magazine est une édition spé-ciale réalisée par notre direction, et qui met en lumière les différentes star-tups congolaises dont la croissance économique se révèle plus fulgurante que les dernières données statistiques récoltées par notre direction. De la sé-lection à la rédaction en passant par les données statistiques, ce travail est un véritable travail de fond mené par Congo Digital dans l’idée d’avoir un résultat net à l’évolution de l’écosys-tème numérique congolais.
Cependant, dans le but d’assurer pé-rennisation de ce projet, nous nous lançons dans une suite continue de cette édition en vous offrant diverse séries de ce magazine. Nous tenons à remercier les acteurs majeurs qui ont été favorables à ce projet pour leurs contributions et assistances.
P-04. Congo Digital Magazine/ Edition Spéciale N° 001
Restra POATY Directeur de publication
AU SOMMAIRE LE CLASSEMENT DOSSIER
P -06-07 creons ensemble le business center
TECH EVENT
P -19 BantuHUB Conférence
P -11-15 Le top des 10 startups les plus prometteuses
INTERVIEW
P -20-21 Ekambi Alain,fondateur de l’ap-plication de messagerie « Dikalo»
BON A SAVOIR
P-05. Congo Digital Magazine/ Edition Spéciale N° 001
DOSSIER
CréonsensemblelepremierbusinessCenterpourledéveloppementéConomiqueetsolidairedel’afrique!
Dimitri M’FOUMOU-TITI 42 ans Franco-Congo-lais, né à Pointe-Noire (Congo), En Préparation d’un M2 à l’ESSEC Paris Business School, cadre à la SNCF en France et Président de l’Association ADRNS, nous présente son projet African Valley.
Après dix ans d’engagement dans les actions de re-lations nord Sud, en 2017, l’Association Dévelop-pement des Relations Nord Sud (ADRNS) est créé. L’Europe et L’Afrique sont deux continents sépa-rés que par 14km de Tanger au Maroc à Algésiras en Espagne. C’est pourquoi nous parlons de rela-tions Nord-Sud.
Conscient des enjeux multisectoriels importants du continent africain, « L’Afrique, un continent d’opportunités » (HBR, 2016) puis « Afrique : Le prochain grand centre manufacturier de la planète (HBR, 2018), Dimitri M’FOUMOU-TITI souhaite à travers ADRNS rassembler les acteurs qui veulent prendre des parts de marché en Afrique dans les dix prochaines années.
La création d’une plateforme physique devient une nécessité pour apporter une approche différente et complémentaire aux initiatives présentent sur la place de Paris.
Savez-vous qu’il existe des lieux spéciîques dans le monde quand on veut discuter de certains sujets par exemple : • Pour l’Education et la Culture, c’est à L’UNESCO (Paris, France) • Pour la paix, c’est à l’ONU (New-York, USA) • Pour l’Intelligence Artiîcielle, l’Innova-tion, du Numérique et au Digital, c’est la Sillicon Valley (San Francisco,USA)
Cependant quand on cherche sur la surface du globe un endroit où l’on peut trouver des compétences ou des agents économiques pour travailler au dé-veloppement économique et solidaire du continent Africain et porté par la société civil, il n’existe pas encore ce genre d’endroit dans le monde.
P-06. Congo Digital Magazine/ Edition Spéciale N° 001
«LA CRÉATION D’UNE PLATE-FORME PHYSIQUE DEVIENT UNE NÉCESSITÉ POUR APPORTER UNE APPROCHE DIFFÉRENTE ET COM-PLÉMENTAIRE AUX INITIATIVES PRÉSENTENT SUR LA PLACE DE PARIS
C’est pourquoi, il y a une opportunité à pro-poser une offre qui va répondre à cette néces-sité d’un lieu orienté sur le développement du continent africain. Tout d’abord en France et après dans les villes africaines.
Monsieur Dimitri M’FOUMOU-TITI ambi-tionne de créer le premier réseau en France de personnes qui œuvrent pour le développement économique et solidaire du continent africain.
La clientèle visée concerne : Les étudiants en In de cycle • Les cadres internationaux en transit • Les PME/PMI/Grande Sociétés et Groupements d’employeurs • Les travailleurs indépendants • Les télétravailleurs • Les responsables d’associations
DOSSIER
Bref….toutes les personnes qui ont une afînité ou des intérêts avec le continent africain
C’est dans ce contexte que s’inscrit la volonté de ce dernier de mettre en place un écosystème qui portera le nom d’African Valley.
Qu’allons-nous y trouver dans cet écosystème ? :
• Un Coworking : Mettre à disposition de ceux qui ont une afînité pour le continent africain, un espace de travail permettant l’échange et l’ou-verture. • Une activité de location de salles: Mettre à disposition des membres des prestations de loca-tions d’espaces de réunions, séminaires et récep-tions. • Un Incubateur : Un lab-africa qui aura pour rôle de mettre en place des projets innovants pour l’Afrique (agriculture, Digital-Numérique, Econo-mies Circulaires, Economies Basée sur la connais-sance etc..). • Un espace Snacking: Un espace pour man-ger et se retrouver autour d’un verre pour partager des variétés africaines.
En termes de réalisations Concrètes : - le site internet a déjà été créé https:// networking.african-valley.com , - le réseau est actif puisque les soirées Af-terwork sont déjà çà leur 5eme édition - Un voyage d’affaires a été organisé au mois de Juin 2019 à Abidjan dans le cadre du fo-rum Africallia. - Un protocole avec la CCI de Pointe-Noire a été signé pour conduire une délégation dans le cadre de la Convention D’affaires LISANGA du 23 et 24 septembre 2019.
Dimitri M’FOUMOU-TITI reste à l’écoute de tous les pays africains et en particulier de la République du Congo pour mettre en place une antenne à Pointe-Noire par exemple et tisser des partenariats ou des alliances avec les institutionnels, les opé-rateurs techniques, économiques et înanciers pour faire aboutir ce projet en 2020.
Pour contacter :dimitri.mfoumoutiti@adrns.org
P-07. Congo Digital Magazine/ Edition Spéciale N° 001
L’expert congolais en cybersécurité
Chrysostome NKOUMBI-SAMBAAncien IT manager au sein de l’Organi-sation Internationale de la Francophonie à Paris (France) ; Membre du CAVIE : Centre Africain d’Intelligence Econo-mique ; Enseignant vacataire en Cy-bersécurité au sein de l’EFREI (Paris) ;Enseignant Risque Pays MBA MSDN (Institut Léonard de Vinci-La Défense) ;Expert International Franco-Congolais sur les risques cyber ; Initiateur du ré-seau «Afrik@Cybersécurité».
Au sein du Cabinet NP Consultant (Paris 2ème), je conseille et accompagne les di-rigeants des organisations et institutions dans la digitalisation des processus et la sécurisation de leur patrimoine informa-tionnel.
En février 2019, j’ai participé à la 10èmeé-dition Marrakech Security Forum, Afri-caSEC2019, « Construire pour l’Afrique, sa sécurité du Futur » qui a abouti à la proposition de la charte africaine de cy-bersécurité.
Le classement
Le top des 10 startups les plus prometteuses au congo Brazzaville en 2019
P-10Congo Digital Magazine/ Edition Spéciale N° 001
Le classement
AGRIZOOM, la plateforme numérique qui veut révolutionner l’agriculture au Congo Brazzaville
AgriZOOMest une plateforme dont les agricul-teurs peuvent déjà se servir pour écouler leurs productions agricoles fraiches et transformés grâce à son espace E-commerce libéral. Elle se positionne aussi comme un media numérique qui informe sur les actualités et activités agricoles et pourra offrir un service d’assistance météorolo-gique sectorielle préventif et intelligent. La plateforme aide aussi les agriculteurs de pou-voir trouver les investissements via son espace de înancement participatif. Depuis sa création, la start-up n’hésite pas de raer les prix de ré-compense au niveau national qu’international.
Elle est dirigée parSteve NDENDE
Lopango une startup congolaise spé-cialisée dans les services IT,
Lopangoest une start-up congolaise spécialisée dans les services IT, les campagnes et contenus digitaux.
Leur système est basé sur un réseau de points wiî qui fournit gratuitement Internet dans les lieux pu-blics, les restaurants, les hôtels, les bus et taxis, les écoles,...
En plus de permettre aux entreprises locales d’offrir une connexion gratuite à leurs clients, Lopango pos-sède une série d’outils qui permet à ces entreprises d’améliorer et optimiser leurs sources de revenus et leurs chaines de valeur. Elle permet aux entreprises locales d’offrir gratui-tement Internet à leurs clients en améliorant leur chaine de valeur grâce au Big Data.
la start-up est dirigée parNelson CISHUGI
P-11. Congo Digital Magazine/ Edition Spéciale N° 001