Le Figaro du 26-03-2020

-

Presse
33 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Date de parution 26 mars 2020
Langue Français
Signaler un problème

2,90€ jeudi 26 mars 2020 LE FIGARO - N° 23 517 - www.lefigaro.fr - France métropolitaine uniquement Dernière édition
lefigaro.fr
« Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur » Beaumarchais
FAMILLE LE FIGARO PATRIMOINE
DE L’ART D’ÊTRE GRANDS-PARENTS NOS CONSEILS POUR
À DISTANCE PRÉSERVER SON ÉPARGNE
PAGE 12 NOTRE SUPPLÉMENT AVEC « LE PARTICULIER »
LE FIGARO
CHEZ VOUS Personnes âgées : tragédie
LIRE, RELIRE, VOIR,
ÉCOUTER, CUISINER,
S’ÉVADER… à huis clos dans les EhpadPAGES 11 À 18
Face à la propagation du coronavirus et à une augmentation brutale du nombre des décès, LECTURE
les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes appellent au secours.
REDÉCOUVRIR
Alors que la circulation du près de 850 000 résidents. cause en est le coronavirus. interdites depuis plusieurs accompagnant, le matériel deHENRY JAMES,
Covid-19 s’accélère en Fran- Plusieurs établissements sont Ces décès ne sont d’ailleurs jours pour éviter la conta- protection est très
insuffiLE TOURISTE ce, la crise sanitaire devient débordés par une mortalité pas recensés dans le décomp- gion, manquent les moyens sant. Le gouvernement doit
très critique dans les maisons forte et inhabituelle. L’ab- te quotidien présenté par le pour faire front en interne. désormais faire face auxSENTIMENTAL PAGE 15
de retraite pour personnes sence d’une politique de tests directeur général de la Santé. Outre l’absence de tests, y nombreuses revendications
dépendantes, qui accueillent ne permet pas de savoir si la Si les visites des familles sont compris pour le personnel des responsables d’Ehpad.
CONTAGION è LA GRANDE ANGOISSE DES FAMILLES è LES RÉSIDENTS SOUFFRENT D’ISOLEMENT è MARIE-ANNE MONTCHAMP : « IL FAUT SOUTENIR LE FRONT DE L’AIDE À DOMICILE »
Rè LE P JEAN-FRANÇOIS DELFRAISSY : « LE BILAN RISQUE D’ÊTRE TRÈS LOURD CHEZ LES PERSONNES FRAGILES ET ÂGÉES » PAGES 2 À 4 ET L’ÉDITORIALMédecins
et infirmières en
première ligne PAGE 5
Macron Avec Bruno OUTRE-MER
La situation appelle à Le Maire à Bercy,
se dégrade vite PAGE 8 l’« union » et dans les coulisses
PROTECTION annonce un de la plus grave Des gestes simples « plan massif » pour limiter crise depuis 1929
les risques liés pour l’hôpital
aux achats
Après une visite de l’hôpital
alimentaires PAGE 10 militaire de campagne à
Mulhouse, le chef de l’État,
masSONDAGE qué pour la première fois, a
appelé, mercredi, à « l’union »La confiance des
dans «la guerre » contre l’épi-Français en chute démie de coronavirus. Il a
fuslibre PAGE 19 tigé « les facteurs de divisions »
ainsi que « celles et ceux qui
voudraient fracturer le pays ». IlREPORTAGE
a, par ailleurs, promis
d’engaAu Mont-Saint- ger « un plan massif
d’investisMichel, à l’heure sement et de revalorisation de
l’ensemble des carrières » pourdu Covid-19 PAGE 26
les hôpitaux, à l’issue de la
criLa fermeture des commerces et le confinement du pays ont provoqué un choc économique d’une violence inédite. se sanitaire.
Barricadé à Bercy depuis le déclenchement de la crise, le ministre de l’Économie tente d’éviter le chaos. PAGES 30 ET 31 PAGE 5
CHAMPS
LIBRES
n ÉDITORIAL par Yves Thréard ythreard@lefigaro.frUn grand
entretien
avec Marcel Gauchet Adieux en catimini
n L’ACTUALITÉENDIRECTETENVIDÉOLa chronique
Touslesjours,suiveznosprogrammesspéciauxsurlefigaro.frde Luc Ferry ersonne ne saura donc jamais ? été installés depuis, la distribution
prévenJamais la cause du décès des pen- tive de boucliers antivirus n’a pas été envi-n La tribune
d’Annesionnaires de maison de retraite ? sagée. Dans le confinement de ces
établisSophie Letac À la vieillesse, la solitude et la sements, où vivent quelque 850 000 de nos
PAGES 24 ET 25 11h Questions-RéponsesP maladie s’ajoutent à présent anciens et travaillent des milliers de
salaDesspécialistesrépondentàvoscommentairesl’ignorance et le silence. Submergée par la riés, les masques, gants, gels et
combinaisurlacriseducoronaviruscrise sanitaire, la France n’a pas les moyens sons manquent aujourd’hui cruellement. FIGARO OUI
de savoir combien d’entre eux disparais- Les tests épidémiologiques aussi, et surtout @ FIGARO NON 12hCuisinerconfiné
sent, victimes du coronavirus : ils ne figu- qui auraient permis LarecettedujourenvidéoRéponses à la question N’aurions-rent pas dans la comptabilité officielle d’isoler les sujets
contade mercredi : égrenée chaque soir. Et, dans la précipita- minés sitôt l’alerte don- 15hnous rien Confinement : approuvez- tion, notre pays a interdit les visites des fa- née, technique la plus Revuedepressemondialedel’actualitédelapandémie
vous la fermeture des retenu de milles, les dernières paroles aux mourants, efficace pour éviter la
marchés alimentaires ? 19h30les hommages aux enterrements. Ni fleurs contagion. Désarmés,la canicule Lepointsantéofficiel NON OUI ni couronnes. Les adieux en catimini sont les Ehpad, transformés
de 2003 ?27 % 73 % de rigueur. en foyers de haute 20h
Derrière les portes bouclées et à l’abri des contamination, pleurent leurs morts, crient L’hommageauxsoignantsdepuislesbalconsTOTAL DE VOTANTS : 173 373
regards, une tragédie à huis clos se déroule leur désarroi, appellent au secours.
dans les établissements d’hébergement Rien n’est facile pour le gouvernement en 22hS’évaderconfinéVotez aujourd’hui
Vidéosderelaxation,lectures,vidéosinspirantes...pour personnes âgées dépendantes cette période aussi inédite que singulière. sur lefigaro.fr
(Ehpad). Indigne. L’hécatombe serait telle C’est compréhensible. Condamnable, en Êtes-vous favorable
qu’ici et là les cercueils s’entasseraient dans revanche, est l’incapacité initiale des auto-à la prolongation
des chambres froides improvisées à la hâte. rités à protéger les aînés et tous ceux qui du confinement
N’aurions-nous rien retenu de la canicule leur sont dévoués. Des promesses ont été Àtouteheure,FigaroLivelanceundirectsurà six semaines ?
de 2003 ? Certes, nul n’avait prévu que la faites pour corriger le tir. Elles doivent lesiteLeFigarodèsquel’actualitéleréclame
menace viendrait un jour d’une pandémie. maintenant être tenues. Et vite. C’est une
SHUTTERSTOCK / AFRICA STUDIO - Si des ventilateurs et climatiseurs ont bien question d’humanité. ■
FABIEN CLAIREFOND
AND : 3,20 € - BEL : 2,90 € - CH : 4,20 FS - CAN : 5,70 $C - D : 3,60 € - A : 3,60 € - ESP : 3,20 € - Canaries : 3,20 € - GB : 2,90 £ - GR : 3,40 € - DOM : 3,20 € - ITA : 3,30 €
LUX : 2,90 € - NL : 3,40 € - PORT.CONT : 3,30 € - MAR : 23 DH - TUN : 4,40 DT - ZONE CFA : 2.400 CFA ISSN 0182.5852
M 00108 - 326 - F: 2,90 E
3’:HIKKLA=]UW^U[:?a@n@c@q@a";
HAMIL TON/REA
Cjeudi 26 mars 2020 LE FIGARO
2 L'ÉVÉNEMENT
INCLURE TOUS
LES PATIENTS Le coronavirus fait des ravages dans les Ehpad
DANS
UN ESSAI Les résidences pour personnes
CLINIQUE âgées recensent de plus en plus
C’est un appel à tous les
malades et à leurs familles. de morts, mais aucun bilan
« Nous avons besoin de
vous », lancent, dans un national n’est dressé. Une zone
texte diffusé notamment
sur le site du Figaro, d’ombre qui devrait être dissipée.
56 professeurs de médecine
sur les 58 que compte la
pas assez de lits, trouvez le moyen de Société de réanimation de ANNE-LAURE FRÉMONT les garder chez vous’’. Plus nos
collèlangue française (SRLF). £@alaurefremont
gues sont débordés avec le Covid,
Objectif : pouvoir faire plus l’hospitalisation devient
complibénéficier l’ensemble des UNE TRAGÉDIE à huis clos. Alors quée. » Une situation qui révolte
malades, partout en France, que la circulation du coronavirus Florence Arnaiz-Maumé, déléguée
de l’un des traitements s’accélère en France, le bilan générale du Synerpa (Syndicat
nas’alourdit dans les maisons de re- tional des établissements et rési-potentiellement actifs
traite avec déjà 16 décès dans un dences privés pour personnes contre le virus, dont la
établissement de Saint-Dizier âgées) : « Nous demandons la créa-chloroquine. Car la
(Haute-Marne), 7 dans un Ehpad en tion d’une cellule d’urgence Ehpad
réanimation a ses limites :
Haute-Savoie, 20 dans les Vosges et pour les situations critiques. Il faut
« Nos services nous 16 dans la maison de retraite du que l’hôpital vienne à nous d’une
mapermettent de mettre en groupe Rothschild à Paris, qui re- nière ou d’une autre. Nous
traœuvre une surveillance cense par ailleurs 84 autres rési- vaillons avec l’État sur un nouveau
continue, une assistance dents positifs au Covid-19. Selon protocole afin de déverrouiller les
l’Agence régionale de santé (ARS) disponibilités » pour les Ehpad où la respiratoire et d’autres
d’Île-de-France, 148 Ehpad franci- situation est critique.traitements afin de gagner
liens ont des cas d’infection. C’est Comment le virus a-t-il pu s’im-du temps et permettre à
dans cette région et dans le Grand miscer à ce point dans les Ehpad ?
l’organisme de combattre »,
Est que les maisons de retraite sont Les 850 000 résidents de maisons de
écrivent les médecins. Mais les plus touchées. retraite avaient pourtant été les
de médicament ayant fait Impossible toutefois d’obtenir un premiers à faire l’objet de mesures
la preuve de son efficacité, bilan national : le point quotidien du d’isolement. Les visites ont été
inil n’en existe pas encore. directeur général de la santé, Jérô- terdites dès le 11 mars car on sait
me Salomon, ne prend en compte depuis le début que les plus âgés Et la séquence médiatique
que les décès survenus dans les hô- sont vulnérables face à ce virus : autour de la chloroquine
pitaux. Surprenant, puisqu’il admet 86 % des 1 331 décès recensés mer-pousse de trop nombreux
lui-même que « les deux principaux credi soir à l’hôpital concernent des
patients à la réclamer, alors lieux de décès sont l’hôpital et les Eh- personnes de plus de 70 ans.
que son efficacité contre Ces précautions n’ont pas suffi, et
le coronavirus est loin d’être de nombreuses maisons de retraite Nous demandons une certitude… n’imposent toujours pas de confi-“la création d’une cellule nement strict, explique Gaël Durel, Trois traitements sont
laissant les pensionnaires manger à actuellement en lice : d’urgence Ehpad pour
la même table ou aller et venir dans la désormais fameuse les situations critiques. Il les couloirs. « C’est souvent le cas chloroquine, un faut que l’hôpital vienne dans les Ehpad sans médecin
coorantipaludéen. Le remdésivir, Un employé vient donnateur, note-t-il. Il faut aussi à nous d’une manière livrer un cercueil antiviral déjà testé sur Ebola Les pensionnaires souffrent beaucoup de l’isolementsavoir que certaines agences régio- à l’Ehpad ou d’une autreest en test contre le nales de santé n’ont pas donné de de la fondation
FLORENCE ARNAIZ-MAUMÉ, DÉLÉGUÉE coronavirus dans plusieurs consignes aux directeurs d’établis- Covid-19 à déplorer. « Ce qui est ” Rothschild, GÉNÉRALE DU SYNERPA CÉCILE THIBERT £@CécileThibsssement, qui attendent toujours de sa- prévu, c’est que si nous avons un dou-pays ; in vitro, il semble mercredi
evoir ce qu’ils doivent faire !» te, nous devons appeler le Samu qui à Paris (12 ), capable de bloquer la
pad ». Pour dissiper cette zone Autre facteur aggravant : le man- où 16 résidents « SE DIRE que l’on ne pourra rien fai- préviendra l’ARS et la personne sera réplication du virus ; enfin le
d’ombre, Jérôme Salomon a an- que de tests, pour le personnel soi- sont morts re et que leurs familles ne seront pas emmenée en urgence à l’hôpital ».
Kaletra ou ses génériques, du coronavirus noncé mardi la mise en place dans gnant comme pour les résidents. À là pour les accompagner, ça génère Mais face à la vague épidémique
association de deux et 84 autres les prochains jours d’un « suivi quo- l’heure actuelle, la stratégie natio- énormément d’anxiété. On n’en dort qui arrive, certains craignent le
antiviraux (lopinavir et personnes onttidien de la mortalité » dans les éta- nale consiste à tester les trois pre- plus la nuit », souffle Joséphine*, pire. « Ces personnes ne pourront
été testées ritonavir) utilisée contre blissements pour personnes âgées. miers cas suspects d’un même Eh- une infirmière d’un Ehpad de Loire- sans doute pas être prises en charge
positives. le VIH. D’autres pistes « Une application est en cours de dé- pad. Mais à partir du moment où la Atlantique. Cette dernière s’estime par l’hôpital. L’Agence régionale de
GONZALO FUENTES/
veloppement » avec les ARS pour présence du Covid-19 est confir- « encore chanceuse ». « Pour le mo- Santé nous a envoyé des protocoles pourraient s’y ajouter à REUTERS
permettre ce suivi, confirme la Di- mée, on ne fait plus de tests ; l’exa- ment, nous n’avons pas de cas confir- de gestion de fin de vie », témoigne mesure que la recherche
rection générale de la santé (DGS). men clinique suffit, indique-t-on à mé et la commune nous a donné des Joséphine, manifestement cho-progresse. L’ensemble des
Si les décès en Ehpad ne sont pas la DGS. Et il n’est pas question pour masques », rapporte-t-elle. quée. « La direction nous a
égalepatients pris en charge en
comptabilisés, c’est aussi qu’« il n’y l’heure de procéder autrement. Mais jusqu’à quand ? « Nous ment prévenus que si les masques
réanimation (ou leur famille a pas de place à l’hôpital » pour leurs Hubert Blain, chef du pôle de gé- avons du personnel qui commence à FFP2 venaient à manquer à l’hôpital,
s’ils ne sont pas en mesure résidents, souligne Gaël Durel, pré- rontologie du CHU de Montpellier, être malade, une collègue a été testée on nous réquisitionnerait les deux
de donner leur accord) sident de l’Association nationale plaide pour le dépistage systémati- hier et reste confinée chez elle », sou- tiers de notre stock. Il nous restera les
seront donc sollicités pour des médecins coordonnateurs en que en cas de doutes, surtout chez ligne l’infirmière qui pointe un masques chirurgicaux, de quoi tenir
Ehpad et du médico-social. La plu- les soignants, pour éviter de laisser « sous-effectif ». Le virus pourrait quelques semaines à raison d’un seul participer à cette recherche
part des résidents souffrent de pa- le virus se propager. « Un message déjà être là, chacun en est conscient. par soignant et par jour… »clinique d’une ampleur
thologies multiples et n’auraient qui vaut pour les Ehpad, les résiden- Que se passera-t-il alors s’il se dif- Cette cruelle pénurie de protec-inégalée. « Il n’y a pas
pas la force de supporter des semai- ces autonomie mais aussi pour les fuse, comme c’est actuellement le tions risque de coûter cher dans les
d’alternative possible
nes de réanimation, « mais beau- aidants – familiaux ou professionnels cas dans d’autres établissements ? prochaines semaines. « Nous en
pour faire progresser la coup pourraient bénéficier d’une – qui s’occupent des personnes âgées « Pour le moment, nous n’avons pas avons mais ils sont tous périmés »,
connaissance médicale », hospitalisation pour des soins conti- vivant seules : il faut qu’ils puissent eu de directive très précise de l’Agen- s’inquiète Manon, infirmière dans
écrivent les réanimateurs. nus. Le problème, c’est qu’aujour- porter systématiquement un masque ce régionale de Santé (ARS) », indi- un Ehpad parisien. « Le peu de
masd’hui, quand on appelle le 15, on nous et se faire tester dès les premiers que Fabien*, le directeur d’un Eh- ques que nous avons sont distribués
dit de plus en plus souvent : ‘‘Il n’y a symptômes. » ■ pad à Bordeaux qui n’a aucun cas de au compte-gouttes », rapporte pour
Marie-Anne Montchamp : « Il faut soutenir le front de l’aide à domicile »
« Beaucoup d’auxiliaires terpersonnels nombreux, la circu- porte aux personnes souffrantes. de l’aide indispensable d’une auxi- train de monter des réponses
raPROPOS RECUEILLIS PAR se sont mises en arrêt lation du linge et de certaines Les familles doivent faire ce qu’el- liaire de vie pour les courses, la toi- pides, très souples. Par exemple,MARIE-CÉCILE RENAULT £@Firenault maladie, par peur pour surfaces communes : plateaux, les font déjà, téléphoner plusieurs lette, les repas. Or ces auxiliaires, pour qu’elles n’aient plus à faire la
elles-mêmes mais magazines, etc. C’est d’autant plus fois par jour, évoquer des souve- qui ont des tout petits salaires, doi- queue une heure à la pharmacie
aussi par crainte ANCIENNE ministre de Jacques sensible que les résidents sont très nirs, faire que la personne ne se vent faire garder leurs enfants, pour s’entendre dire qu’il n’y a
de contaminer les Chirac puis de Nicolas Sarkozy, âgés – en moyenne 85 ans – et déjà sente pas oubliée. n’ont pas de masques, pas de pas de masques pour elles. Mais
personnes âgées. Cela
Marie-Anne Montchamp est prési- souvent fragiles. C’est pourquoi gants… Beaucoup se sont mises en aussi pour avoir sur smartphonespeut tenir 1 semaine,
dente du Conseil de la Caisse natio- l’interdiction des visites et sorties, Seuls 10 % des plus arrêt maladie, par peur pour el- des conseils pratiques en l’espace15 jours, mais pas
nale de la solidarité pour l’autono- parfois mal acceptées par les fa- de 80 ans sont en Ehpad. les-mêmes mais aussi par crainte de quelques minutes si elles doi-6 semaines ! »
mie (CNSA). milles, est indispensable. Comment font les de contaminer les personnes vent mettre quelqu’un sous oxy-LUDOVIC MARIN/AFP
autres, à domicile ? âgées. Cela peut tenir 1 semaine, gène, le rassurer, lui préconiser
LE FIGARO. - La situation est Quels conseils donnez-vous On compte 4,5 mil- 15 jours, mais pas 6 semaines ! Les des techniques respiratoires. Le
contrastée dans les Ehpad. aux familles de résidents, lions de plus de voisins, bénévoles, ne peuvent national doit faire en sorte que les
Lesquels parviennent le mieux désemparées ? 75 ans qui vivent à venir qu’en appoint car ils n’ont financements arrivent, et le local
à juguler l’épidémie ? Il y a une bataille contre la montre domicile, dont la pas les savoir-faire de l’aide à la doit mettre en place une
organiMarie-Anne MONTCHAMP. - Le à gagner contre le virus. Pour cela, moitié sont seules, toilette, à la prise de médica- sation avec les mairies, les
strucvirus affecte tous les établisse- il faut laisser aux Ehpad la marge généralement des ments… Le front de l’hôpital est tures d’aide à domicile, les
assoments, qu’ils soient publics, pri- de manœuvre pour prendre les femmes, la plupart en vital, mais je pousse un cri d’alerte ciations, etc.
vés, ou associatifs. Il suffit qu’un bonnes décisions, sans perdre de ville. Un confine- pour qu’on soutienne ce
deuxièsoignant venant de l’extérieur, temps, dans une structure admi- ment efficace me front qu’est l’aide à domicile. Avant la crise, le gouvernement
porteur du virus, entre, pour que nistrative verticale. Il faut faire doit éviter leur préparait une loi dépendance.
tout le monde soit atteint, même confiance à la capacité d’action- contamina- Comment aider Trop de temps a-t-il été perdu ?
dans la Rolls Royce des Ehpad. Une réaction des personnels qui sont tion. Mais les auxiliaires de vie ? La crise, qui balaie tout sur son
maison de retraite fonctionne remarquables, reconnaître leur ef- pour conti- Il faut qu’elles soient reconnues passage, va nous démontrer que
comme un cluster car c’est un lieu ficacité et leur courage. La question nuer à vivre, financièrement, qu’on puisse dans le domaine de la santé
publidésormais clos, où vivent beau- aujourd’hui n’est plus celle du dé- beaucoup adopter des circuits dérogatoires que, le soutien aux plus âgés est un
coup de gens, avec des contacts in- pistage, mais des soins que l’on ap- ont besoin pour gagner du temps. On est en axe absolument déterminant. ■
ALE FIGARO jeudi 26 mars 2020
3L'ÉVÉNEMENT
« C’est le black-out » : Le coronavirus fait des ravages dans les Ehpad la grande angoisse
des familles de résidents
tite chambre d’Ehpad, coupée de
AGNÈS LECLAIR £@AgnesLeclair ceux qu’elle aimait tant, ceux qui
pouvaient passer le témoin vers
« ON VIT un véritable chemin de l’autre vie qui l’attend. »
croix ! » Christine, dont la mère de Crainte d’une « hécatombe », de
81 ans, atteinte d’une maladie voir ses proches « envoyés à
l’abatneuro-dégénérative, est prise en toir ». Les proches des personnes
charge dans la résidence du Parc des âgées en Ehpad qui ont accepté de
Dames à Saint-Germain-en-Laye témoigner à l’appel du Figaro
utili(Yvelines) laisse éclater son inquié- sent des mots très forts pour décrire
tude et sa colère. « Depuis plusieurs leurs angoisses. Nombre d’entre
semaines, la rumeur des contamina- eux tiennent aussi à saluer « le
coutions et de décès liés au Covid-19 cou- rage », « le dévouement » des
équirait parmi les familles. Au fur et à me- pes qui prennent en charge les aînés
sure que les mauvaises nouvelles fragiles. L’un d’eux, dont la maman
s’accumulaient, nous avions de moins âgée de 84 ans réside dans un Ehpad
en moins de réponses de la direction. de l’Hérault, se réjouit d’avoir pu
Comme nous ne pouvons plus voir nos communiquer avec elle par Skype
proches et que la plupart d’entre eux en présence d’un ergothérapeute.
communiquent difficilement au télé- « Ma mère ne peut plus se déplacer
phone, nous en sommes réduits à leur seule mais les encadrants de cette
faire confiance. C’est très angoissant structure sont très attentionnés. (…)
de ne pas savoir ce qui se passe der- Les résidents sont au courant de ce
rière les murs de la résidence » In qu’il se passe à l’extérieur et les
raifine, c’est dans les médias que les fa- sons de leur confinement. Aucun
démilles inquiètes et le conseil de la vie cès n’est à signaler », décrit-il.
Frésociale de la maison de retraite ont dérik, dont le père de 87 ans vit
eu confirmation des mauvaises nou- dans un Ehpad de Colombes
velles. Quatorze pensionnaires de (Hauts-de-Seine) et a été testé
pocette résidence Korian sont décédés sitif au Covid-19, indique pour sa
depuis le début de l’épidémie du co- part faire « entièrement confiance »
ronavirus. Interpellée par mail, la au personnel « dévoué et humain »
direction s’est contentée de
répondre qu’elle se refusait à
communiEn période de paix,quer un « décompte » des décès qui
« ne serait pas respectueux vis-à-vis “ils sont sous l’eau.
de ces personnes disparues et de leurs En période de guerre
familles ». Alertée et sentant sa mère
sanitaire, ils sont très désorientée au téléphone,
Christine a insisté pour avoir en li- encore plus débordés
gne le médecin de l’établissement. et se battent
Ce dernier lui a répondu que la
PASCAL CHAMPVERT, PRÉSIDENT vieille dame avait été testée au Co- ”
DE L’AD-PA, AU SUJET DES PERSONNELS
vid-19 la semaine dernière. Person- EHPAD
ne ne l’en avait averti sous prétexte
que le corps médical préférait de l’établissement. Mais il s’étonne
échanger avec la famille seulement que son papa, qui ne présentait pas
une fois les résultats connus. « J’ai de signes inquiétants de la maladie, Les pensionnaires souffrent beaucoup de l’isolement très peur et je me sens démunie, dit-t- soit revenu dans la structure après
elle. On confie nos parents. On n’a un bref passage à l’hôpital. Sa
remisa part Céline, responsable d’un personne de 90 ans, avec une insuffi- explique-t-il. Si un cas venait à se pas envie de les récupérer dans une se en chambre a été accompagnée
Ehpad à Bayonne. « Nous nous pro- sance cardiaque et du diabète n’en déclarer, un confinement encore boîte sans aucune nouvelle. » de mesures barrières mais il serait Ces «tégeons avec des masques en tissu tirerait aucun bénéfice. » plus strict, « secteur par secteur », « Nous venons d’apprendre qu’il y « a priori le seul cas à l’Ehpad ».
personnes que nous avons cousus ». Selon les médecins, admettre ces serait décidé. Pour pallier tout ris- a un cas dans un Ehpad mais la di- Cette « gestion de quarantaine
exDans son établissement, la moitié personnes en réanimation ne pour- que d’introduction du virus, 18 sala- ne pourront rection ne nous tient pas au courant terne aux hôpitaux » l’interroge.
des 61 résidents présentent des rait pas améliorer leur pronostic vi- riés d’un Ehpad de Mansle (Charen- de ce qui se passe. Est-ce qu’il y a À la maison de retraite et de géria-sans doute
symptômes évoquant un Covid-19, tal. « On nous a présenté quelques te) ont même décidé de se confiner suffisamment de masques ? Est-ce trie Fondation Rothschild, touchée
pas être mais seuls trois ont été désignés par personnes très âgées, nous avons avec leurs résidents ! que des soignants présentent des par au moins 13 décès et où 84
résile médecin coordinateur pour être malheureusement dû les refuser, ex- Reste que ces mesures sont diffi- prises en symptômes ? Quelles mesures ont été dents sont positifs au Covid-19, on
rtestés. « Pourquoi seulement trois ? plique le D Damien Barraud, mé- cilement comprises par les rési- précisément mises en place pour pro- reconnaît que les familles qui ne charge par
Je ne sais pas. Ce que nous savons, decin réanimateur à l’hôpital de dents. « Ils souffrent beaucoup de téger les résidents ? Toutes ces ques- peuvent plus rendre visite à leurs
l’hôpital. c’est que si l’hôpital se trouve débor- Metz-Thionville, région où l’épidé- l’isolement, décrit Manon avec tions restent sans réponse. Pourtant, proches « expriment une angoisse
dé, nos résidents ne seront pas priori- mie frappe fort. Au-delà d’un cer- émotion. On a mis en place un systè- L’agence on parle de vie ou de mort. Ce n’est forte bien compréhensible ». Pour
taires. Nous devrons accompagner tain âge et d’un certain nombre de me d’appels vidéo, mais j’ai bien peur pas rien », dénonce Maryse Le- l’instant, la direction privilégie un régionale de
les décès au sein de l’établissement », comorbidités, les urgentistes ne nous que l’on en perde certains à cause de ghlid, présidente du conseil d’ad- contact « direct et personnalisé »
santé nous témoigne Céline qui se dit « très in- appellent même plus. » la solitude. » ministration d’une association de avec chaque famille.
quiète ». Les Ehpad encore à l’abri du virus Les Ehpad situés dans les déserts a envoyé des familles et amis des personnes ac- « L’information aux familles est
sont bien décidés à faire barrière. médicaux sont ceux qui pourraient cueillies en Ehpad à Paris. Déjà très capitale et doit être mise en œuvre », protocoles « Des soins très lourds » « Pour le moment, nous n’avons se trouver en plus grande difficulté. critique sur la situation des maisons souligne Florence Arnaiz-Maumé,
de gestion Si elles venaient à développer des aucun cas et nous nous bagarrons « Il y a des zones où il n’y a pas de de retraite avant l’épidémie, elle déléguée générale du Synerpa
symptômes respiratoires graves, de ferme pour que le virus ne rentre médecin coordinateur, pas de géné- de fin juge que cette crise sanitaire ren- (Syndicat national des
établissenombreuses personnes très âgées pas », indique Fabien. Le directeur a raliste, rien. Et là c’est dramati- force le sentiment d’une « commu- ments et résidences privés pour de vie
r »ne seraient en effet pas éligibles aux mis en place des mesures très stric- que », souligne le P Berrut. « Pen- nication défaillante ». personnes âgées). Mais face à une
UNE INFIRMIÈRE soins prodigués en réanimation. tes. « Les personnes sont confinées dant toutes ces années, très peu de situation de crise, elle appelle aussi
D’UN EHPAD
« Ce sont des soins très lourds dont il dans leur chambre depuis hier, elles y liens ont été construits entre les Eh- à prendre en compte les difficultés DE LOIRE-ATLANTIQUE Nous avons confié est très difficile de se remettre, même prennent leur repas. Le personnel est pad et le système de soins. Avec cette auxquelles ont été confrontés les
pour les jeunes », explique le équipé de surblouses et de masques crise, la fragilité du système se révèle “ premiers Ehpad touchés par le vi-les vies de ceux qui
rP Gilles Berrut, chef du pôle de gé- FFP2. Juste après les soins, les cham- au grand jour. » ■ rus, des établissements « plus à nous ont donné la vie riatrie au CHU de Nantes. « Une bres sont entièrement désinfectées », *Les prénoms ont été modifiés plaindre qu’à blâmer ». « Les
direcà des personnes qui teurs d’établissement et les soignants
qui ont été en première ligne se sont manquent de tout
retrouvés plongés dans un temps très BÉATRICE, FILLE D’UNE RÉSIDENTE” court dans une situation d’une com-En Italie, une hécatombe très discrète « Nous avons confié les vies de plexité inédite. Il a fallu innover sur
ceux qui nous ont donné la vie à des les mesures barrières comme jamais,
Dans les provinces les plus tou- retraités de Lombardie qui tente personnes qui manquent de tout, y répondre aux familles qui ne peuvent
VALÉRIE SEGOND £@ValSegond chées, c’est une véritable héca- d’évaluer la situation sur toute la compris de transparence avec les fa- plus voir leurs proches, gérer
l’arriROME
tombe qui frappe ces maisons de région. milles -aucune information officielle vée du Covid-19 avec très peu de
retraite depuis trois semaines, de- En fait, un véritable cercle vi- -c’est la black-out à moins d’un bon tests et de grosses inquiétudes sur les 700UNE CATASTROPHE sanitaire peut venues elles-mêmes des foyers cieux s’est enclenché, qui transfor- relationnel avec certains membres du stocks de masques. »
en cacher une autre. La situation d’infection. Sans que les proches, me ces établissements en bombes personnel », se désespère Béatrice, Les Ehpad sont « sous l’eau »,maisons dans les « case di riposo », les Eh- interdits de visite depuis le 9 mars infectieuses : « Les patients n’étant dont la mère vit dans un Ehpad de pointe également Pascal
Chamde repospad italiens, a pour l’instant été oc- et qui se heurtent à un personnel testés qu’à l’hopital, aucun occupant Croissy-sur-Seine après un AVC pvert, président de l’Association
(case di risposo) cultée par la situation dramatique débordé quand ils appellent, ne de ces maisons n’est testé au Covid- qui l’a privée de parole et de mobili- des directeurs au service des
peren Lombardie des hôpitaux, qui occupe tout l’es- soient jamais tenus au courant. 19, raconte Manuela Vanoli, secré- té. Aujourd’hui, Béatrice se sent sonnes âgées (AD-PA). « En période
accueillent pace médiatique. Mais elle est en Quelques exemples : à la résidence taire générale de la CGIL pour la « impuissante devant la mort qui de paix, c’est déjà le cas. En période
64 000 personnes, soit train d’émerger doucement, même Don Mori de Stagno Lombardo, à fonction publique de Lombardie. tournoie ». Elle redoute que la dé- de guerre sanitaire, ils sont encore
21 % des effectifs s’il y a deux fois moins de person- Crémone : 70 occupants, 21 morts. Dans les foyers critiques de Berga- pression et la perte d’appétit ga- plus débordés et se battent,
soulide personnes peu nes dans les maisons de retraite ita- À Lodi, dans la luxueuse résidence me, Brescia et Crémone, quand ils gnent peu à peu les résidents privés gne-t-il. Nous sommes désolés pour
autonomes en Italie liennes qu’en France (300 000 Santa Chiara : 270 lits, 43 morts. À meurent, ils ne sont pas testés et leur de visites. Quant aux moyens mis les familles qui ne reçoivent pas assez
contre plus 605 000 en France en la résidence Opera Pia de Codo- décès est enregistré sous d’autres en œuvre pour enrayer la conta- de nouvelles, mais il faut savoir que
2016 selon l’Insee). gno : 142 lits, 30 morts. À Mom- causes. Comme le personnel soi- gion, elle les trouve « dérisoires » : les résidents ont plus besoin d’être
Mais la plupart de ces occupants bretto dans la ville de Mediglia en- gnant de ces établissements n’est « Les masques sont arrivés seule- aidés que d’habitude et que beaucoup
se trouvent dans le Nord, en parti- tre Milan et Lodi : 150 lits, 52 pas protégé, il se retrouve fortement ment vendredi dernier pour une par- de personnels sont malades. Les
culier en Lombardie, Emilie-Ro- morts, etc. Mais pour l’instant, il contaminé. » Aussi en pleine crise, tie du personnel et j’ai appris fortui- autres travaillent comme des fous.
magne et Vénétie, là où le virus n’y a aucun comptage national, ni ces maisons tournent-elles en tement que certaines aides- Eux aussi devraient être applaudis à
frappe le plus durement. En Lom- même régional de ces décès. sous-effectifs. Mais ce n’est pas soignantes ont été arretées, car pro- 20 heures ». Et de rappeler que la
bardie notamment, où 64 000 per- « C’est difficile d’en avoir la mesure tout. « Comme ces morts libèrent bablement atteintes du coronavirus. réforme de la prise en charge des
sonnes peu autonomes et avec de car la plupart des maisons dissimu- beaucoup de lits, on y met les mala- Dont une qui faisait la toilette de ma personnes âgées dépendantes,
prosérieux problèmes de santé vivent lent une information qui ne leur fait des du Covid-19 que les hôpitaux dé- mère, sans masque ni gants ». À mises par les gouvernements
sucdans les 700 case di riposo, soit 21 % guère de publicité » explique Vale- bordés ne peuvent plus prendre », présent, cette croyante redoute que cessifs depuis trente ans, ne devra
des effectifs totaux de toute l’Italie. rio Zanolla, à la tête du syndicat des raconte encore Manuela Vanoli… ■ sa mère décède, « seule, dans sa pe- pas être oubliée après cette crise. ■
A