Affiches Parisiennes n°51 - 20 décembre 2019

-

Presse
53 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Affiches Parisiennes n°51 - 20 décembre 2019

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 20 décembre 2019
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo
Signaler un problème
Journal hebdomadaire d’information juridique et d’annonces légales
SEBASTIEN PERROTEL
Une nouvelle vision pour Colombes et les Colombiens
DROIT
GRAND PARIS
© A.P. Mobilisation du Défenseur des droits Patrick Miliotis : pour la protection La région francilienne : des lanceurs d’alerte l’eldorado des entrepreneurs ?
20 décembre 2019n° 51- 1,40
ENTREPRISE
© D.R. Grève contre la réforme des retraites : créer de nouveaux modes de travail
© D.R.
© D.R.
2
ffiches PARISIENNES
S.A. au capital de 576 000 € RCS PARIS 572 227 593 Siège social : 3, rue de Pondichéry 75015 Paris Tél : 01 42 60 36 78 / Fax : 01 42 61 27 84 www.afîches-parisiennes.com email : redaction@afîches-parisiennes.com
Président-directeur général :Éric Berthod Directeur de la publication :Boris Stoykov Rédacteur en Chef :Jean-Paul Viart Rédacteurs :Anne Moreaux, Lila Daoui, Timothée David, Quentin Clauzon. Secrétaire de rédaction - maquettiste :Philippe Charresson Impression :SIEP, ZA Les Marchais, 77590 Bois-le-Roi N° de commission paritaire: 0921 I 86 209 ISSN: 0998-481 Dépôt légal à parution
Abonnement Tarifs TTC 1 an............................... 32€ 2 ans............................. 60€
TARIF HT DES ANNONCES LÉGALES Annonces légales
Département 75 �������������������������������������������������������������������� 5,50 €
Département 92 �������������������������������������������������������������������� 5,50 €
Département 93 �������������������������������������������������������������������� 5,50 €
Département 94 �������������������������������������������������������������������� 5,50 €
AvIs inancIers ������������������������������������������������������������������������� 17 €
ExtraIts et avIs sImplIiés �������������������������������������������������������� 17 €
PA et AvIs dIvers���������������������������������������������������������������������� 17 €
Modalités de publications des annonces La présentation des annonces est soumise aux règles déînies par l’arrêté du ministre de l’économie et des înances et de la ministre de la culture et de la communication du 21/12/2012 modiîé par l’arrêté du 21/12/2018 (NOR : MICE1831910A). Le prix d’une ligne d’annonce s’entend pour une ligne de référence de 40 signes, espaces inclus, composée en corps 6,5 exprimé en points pica, soit une hauteur de ligne de 2,288 mm. Pour la nécessaire visibilité de l’annonce, une ligne du texte de l’annonce, hors titre et sous-titres, doit comprendre au moins 34 signes. Le blanc compris entre chaque ligne n’ex-cédera pas 2,288 mm. Le prix de l’annonce est établi au millimètre-colonne du îlet supérieur au îlet inférieur de l’annonce sur la base du prix de la ligne de 2,288 mm compte tenu du nombre de signes par ligne s’il est diFérent de celui de la ligne de référence de 40 signes. Le tarif d’insertion d’une annonce judiciaire et légale ne peut faire l’objet d’aucune remise ou ristourne.
Affiches Parisiennesest habilité à publier les annonces légales par arrété préfectoral dans les départements de Paris (75) - Arrêté n° 75-2018-12-20-008, des Hauts-de-Seine (92) - Arrêté CAB/SDCI n° 2018-904, de la Seine-Saint-Denis (93) - Arrêté n° 2018-3058,et du Val-de-Marne (94) - Arrêté n° 2018/4284.
GRAND PARIS
GRAND PARIS
HAUTS-DE-SEINE – YVELINES Débat d’orientations budgétaires
Dans la continuité des budgets des quatre années précédentes, le débat d’orientations budgétaires pour 2020 prévoit des crédits de fonctionnement et d’investissement proches de 16,3 millions d’euros.
© D.R.
Déduction faite des recettes, la participation respective des deux départements devrait être de 6,1 millions d’euros pour les Yvelines et 9,2 millions d’euros pour les Hauts-de-Seine. Comme le souligne Patrick Devedjian, président du Conseil départemental des Hauts-de-Seine, « sans dépense ni admi-nistration supplémentaire, en s’appuyant uniquement sur les moyens mis à disposition par nos deux collectivités, notre établissement public interdépartemental démontre, depuis sa création en 2016 et la fusion progressive de plusieurs ser-vices, la pertinence du rapprochement Yvelines/Hauts-de-Seine : nous améliorons la qualité du service rendu à l’usager, et nous générons des économies d’échelle, avec les groupe-ments de commandes notamment. »
LES MOYENS D’UN DESTIN COMMUN
Lors de cette réunion, Patrick Deve-djian a tenu à rappeler sa volonté de concrétiser la fusion des deux départements : « À l’heure où les collectivités sont ponctionnées de toutes parts, où le contexte natio-nal est de plus en plus fluctuant© D.R. - même déroutant - cette fusion de nos deux départements apparaît de plus en plus indis-pensable. » Patrick Devedjian
AAffIcchheessPPaaririssiieennnneess-2200ddéécceemmbbrree22001199-nn°°5511
www.afîches-parisiennes.com email : redaction@afîches-parisiennes.com
Président-directeur général :
Directeur de la publication :
Rédacteur en Chef :
Rédacteurs :
Secrétaire de rédaction - maquettiste :
Impression :
N° de commission paritaire
Abonnement Tarifs TTC
La présentation des annonces est soumise aux règles déînies par l’arrêté du ministre de l’économie et des înances et de la ministre de la culture et de la communication du 21/12/2012 modiîé par l’arrêté du 21/12/2018 (NOR : MICE1831910A). Le prix d’une ligne d’annonce s’entend pour une ligne de
points pica, soit une hauteur de ligne de 2,288 mm. Pour la nécessaire visibilité de l’annonce, une ligne du texte de l’annonce, hors titre et sous-titres, doit comprendre au moins 34 signes. Le blanc compris entre chaque ligne n’ex-cédera pas 2,288 mm. Le prix de l’annonce est établi au millimètre-colonne du îlet supérieur au îlet inférieur de l’annonce sur la base du prix de la ligne de 2,288 mm compte tenu du nombre de signes par ligne s’il est diFérent de celui de la ligne de référence de 40 signes. Le tarif d’insertion d’une annonce judiciaire et légale ne peut faire l’objet d’aucune remise ou ristourne.
est habilité à publier les annonces légales par arrété préfectoral dans les départements de Paris (75) - Arrêté n° 75-2018-12-20-008, des Hauts-de-Seine (92) - Arrêté CAB/SDCI n° 2018-904, de la Seine-Saint-Denis (93) - Arrêté n° 2018-3058, et du Val-de-Marne (94) - Arrêté n° 2018/4284.
AfIches Parisiennes - 20 décembre 2019 - n° 51
GRAND PARIS
PARIS La Région concrétise son engagement pour NotreDamedeParis Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, et Michel Aupetit, archevêque de Paris, se retrouvaient le 4 décembre dernier pour signer la convention qui unit la Région et la Fondation Notre-Dame et qui entérine l’attribution d’une subvention régionale de 10 millions d’euros pour les travaux d’urgence de la cathédrale.
© D.R.
Dès le lendemain de l’incendie qui s’était déclenché le 15 avril dans les combles du monument le plus visité d’Eu-rope, Valérie Pécresse avait exprimé son souhait que pareil soutien soit apporté. Il a été validé par le Conseil régio-nal réuni en séance plénière le 22 novembre dernier. Les travaux d’urgence visent à sécuriser la voûte et à mettre hors d’eau l’édifice. L’objectif de cette phase est d’aboutir à l’installation du parapluie – toit provisoire de la cathédrale – pour permettre la réalisation de la suite de l’opération dans les meilleures conditions. Le budget actualisé de cette phase jusque juin 2020 est de 85 millions d’euros, budget auquel le ministère de la Culture a contribué à hauteur de 31 millions. Le montant total nécessaire pour la restauration complète ne sera lui connu qu’à la fin de l’année 2020.
Face à la grève, la CPME prend la défense des commerçants
Alors que le mouvement social touchant en particulier les transports ne semble pas toucher à sa fin, Bernard Cohen-Hadad, pré-sident de la CPME Paris-Île-de-France réitère son appel à l’ensemble des parties prenantes pour « intensifier eIcacement le dialogue et éviter une paralysie “économicide” de Paris et de l’ïle-de-France ».
Il attire cette semaine l’attention de la maire de Pa-ris sur les petits commerçants qu’il représente, lui demandant « de leur venir rapidement en aide, avec une priorité donnée aux commerçants riverains des parcours des cortèges qui doivent fermer sur ordre de la préfecture de police ». Il propose pour ce faire la création d’un un fonds spécial prenant en charge50 % des dépenses exceptionnelles de protection et de calfeutrement des boutiques ainsi que la mise en place d’un dispositif d’indemnisation de la perte de chiFre d’aFaires rapide et simplifié.
AffichAfeIscPhaersisPiearnisnieesnne2s0-d2éc0edmécberem2br0e19201n9°-5151
© D.R.
3
GRAND PARIS
Le T4 s’agrandit au cœur de la SeineSaintDenis La nouvelle branche de la ligne 4 du tramway était récemment inaugurée au cœur du département 93. Une nouvelle infrastructure qui a de quoi réjouir sur le plan de la mobilité mais aussi par ses dimensions techniques et sociales.
La ligne 4 du tramway pari-sien avait été mise en ser-vice à la fin de l’année 2006, reliant la gare de Bondy (située sur la ligne E du RER), à celle d’Aulnay-sous-Bois, nœud ferroviaire important de la ligne B. Une nouvelle branche a été inaugurée le 14 décembre dernier par Michel Cadot, préfet de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, présidente de la région et de l’organisme Île-de-France Mobilités, Stéphane Troussel, Président du Conseil dépar-© D.R. temental de la Seine-Saint-ros, financé par l’Etat à 37%, Denis et Alain Krakovitch, la région à 49% et la SNCF DG de Transilien. La gare de à 14%, devrait bénéficier àBondy sera désormais acces-37 000 voyageurs quotidiens. sible en tram pour les habi-Et il entraîne avec lui des en-tants de Clichy-sous-Bois jeux dépassant la simple mo-et Montfermeil. Une gare bilité dans la mesure où l’en-de Bondy par ailleurs sur le semble des aménagements tracé de la future ligne 15 du urbains réalisés en même Grand Paris Express (horizon temps que la construction 2025) quand sa ligne 16 des-de la ligne donne un nouveau servira Clichy-Montfermeil, visage aux villes traversées, station située sur l’extension grâce à la rénovation des inaugurée. voiries, aux plantations aux abords des voies et au long Un progrès social
Avec ses huit stations, la nou-velle branche desservira 4 communes sur 10 kilomètres pour une durée comprise entre 25 et 30 minutes. Une neuvième station devrait voir le jour au printemps : le ter-minus de la ligne deviendra alors Hôpital de Montfermeil. Ce projet à 270 millions d’eu-
4
du tramway est synonyme de liberté et d’égalité ».
Des innovations techniques
S’il se dit « fier » des progrès sociaux que permettra la nouvelle infrastructure, Jean-Pierre Farandou, Président du Directoire de SNCF, sou-ligne que le prolongement urbain du T4 représente« un réel défi technique et humain ». En eet, les 15 nouvelles rames « Dualis » construites par Alstom qui ruban de gazon (26 000 m²)équiperont la ligne pourront qui les sillonnent.aussi bien circuler sur les rails Le prolongement s’inclut ain-de type voies ferrées clas-si, comme le souligne le pré- siques telles que celles du fet Cadot, dans « un vaste tracé déjà existant, que sur plan de rénovation urbaine des rails de type tramway où l’objectif est de bâtir un qui sont celles équipant la vaste bassin de vie alliant nouvelle branche. Elles rou-mixité sociale et attractivité leront en site urbain à une économique » quand Valérievitesse moyenne de 20 km/h Pécresse poursuit l’objectif tout en pouvant monter àde « désenclaver les terri- 100 km/h en périphérie. toires et améliorer le quoti-Au-delà de l’aspect technique, dien des habitants ». Pour Île-de-France Mobilités parle Stéphane Troussel, « l’arrivée de « beaux trams confor-tables, fiables et respectueux de l’environnement ». Chaque rame pourra accueillir 250 personnes contre 100 pour un bus articulé. Par rapport au bus, le tram permet éga-lement des gains de régulari-té puisqu’il est prioritaire aux carrefours. Coût des rames : 100 millions d’euros, entière-ment pris en charge par Île-© Dd.Re.-France Mobilités.
AfAfIcchheessPParairsiisieennnneess-2200ddéécceemmbbrree22001199-nn°°5511
AfIches Parisiennes - 20 décembre 2019 - n° 51
GRAND PARIS
SEBASTIEN PERROTEL Une nouvelle vision pour Colombes et les Colombiens Sébastien Perrotel est le candidat investi par LaREM et l'UDI aux prochaines élections municipales de Colombes, face à la maire sortante Nicole Goueta, 82 ans. Membre de l’équipe municipale de 2014 à 2019, il quittait le conseil en mars 2019, refusant de voter le budget. Il revient aujourd’hui avec des convictions fortes et une tout autre vision de l’action municipale. Il prend position sur tous les grands sujets qui intéressent les Colombiennes et les Colombiens : environnement, sécurité, éducation…
AIches Parisiennes : Pour-quoi avez-vous décidé d’être candidat aux élec-tions municipales de Co-lombes ?
Sébastien Perrotel : Parce que je suis Colombien, je travaille et vis à Colombes depuis 50 ans. J’ai cette ville à cœur et au cœur. J’ai fait partie de l’équipe muni-cipale de 2014 à 2019 sor-tant d’une fusion de deux listes au second tour. Nous nous étions lancés dans la campagne dès 2011 avec Laurent Trupin pour avoir un autre regard sur notre ville et un aménagement diFérent. En mars 2019, j’ai décidé de ne pas voter le budget et j’ai quitté la ma-jorité. La vision de l’équipe en place et de la maire sor-tante ne me convenait pas. J’ai tenté de changer les choses de l’intérieur, sans résultat. J’ai longuement réfléchi avant de me lancer dans la campagne parce que c’est une mission où l’on donne énormément de temps et de soi. On en vient à oublier sa famille, mais il m’a paru nécessaire de continuer à vouloir chan-ger Colombes notamment
AfficAhfeIschPearsisPiearnisnieesnne2s0-d2é0cedmécberemb2r0e19201n9°-5151
5
© D.R.