Figaro Littéraire du 20-12-2018

Figaro Littéraire du 20-12-2018

-

Presse
9 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Informations

Publié par
Ajouté le 20 décembre 2018
Langue Français
Signaler un abus

jeudi 20 décembre 2018 LE FIGARO - N° 23127 - Cahier N° 4 - Ne peut être vendu séparément - www.lefigaro.fr
lefigaro.fr/livres littéraire
CONCOURS 70 ANS BEAUX LIVRES
COMPOSTELLE, HARRY POTTER, DU « LITTÉRAIRE »
HENRY DE MONFREID… LES LAURÉATS CHOISIS UNE SÉLECTION D’OUVRAGES PAR LA RÉDACTION PAGE 9 À OFFRIR PAGES 5, 6, 7 ET 8
Le roman d’aventures
a le vent en poupe
La Capture
de Barbe Noire,
par Jean Leon
Gerome Ferris.
DOSSIER Une nouvelle traduction de « L’Île au trésor » et la parution de « Robinson Crusoé »
en « Pléiade » nous incitent à relire deux classiques du genre. PAGE 2
Le tombeau de Laure Isabelle Desesquelles
EORGE STEINER vécu au temps. Hélas celui qui
déplorait que no- échoit à Pétrarque se révélera
tre époque ne lise impossible ; la belle dame,
applus les œuvres pelons-la Laure, est engagée etGmajeures du pa- le jeune homme se consumera
trimoine littéraire et se pour elle jusqu’à sa mort. Il
contente des commentaires : chante tout à la fois l’amour et
il voyait dans l’ascendant pris la blessure de l’amour. Sa
lanpar la glose un signe du déclin gue simple et belle, dont on
de la culture humaniste. doit la traduction à Jean-Yves
Grâce à Diane de Selliers, Masson, emprunte à Ovide
nombre de chefs-d’œuvre autant qu’au Cantique des
ont récemment retrouvé cantiques. Sept siècles après,
une nouvelle vigueur, dans ses échos résonnent encore
une édition non pas agré- en nous, consacrant naturel-LA CHRONIQUE
mentée, mais éclairée par lement Pétrarque commed’Étienne de grands maîtres d’hier et l’un des plus grands. ■
de Montetyd’aujourd’hui.
Cette année, le face-à-face met en présen- «Lumineux et fort d’une gravité
LES TRIOMPHES bouleversante.» Téléramace le Toscan Pétrarque et les vitraux de
De Pétrarque, quelques-unes des belles églises de l’Aube lecteur plonge dans un ordre, celui du «Peut-être jamais n’a-t-on dittraduction de Jean-Yves Masson, (Ervy-le-Châtel, mais aussi Chavanges et cœur, avec ses images et ses auteurs avec cette forcelaprison que
éditions Diane représentent lessouvenirsRosnay). Une riche veuve d’Ervy inconso- oubliés. Pétrarque puise ses références
heureux. » La Croixde Selliers, 320 p., lable de la perte de son mari voulut en effet dans la mythologie, l’histoire sainte, la
lit336 p., 195 €.immortaliser son amour en se prévalant de térature du Moyen Âge. Poète, c’est ainsi «Une odeàlamagie
de la littérature,àsacapacitéPétrarque et Laure. que font les grands poètes, ils s’inscrivent
de retenir l’enfance,Que sait-on du poète sinon que sa passion dans une lignée : « Ô ces amis je ne saurais
de ressusciter le passé,
est aussi célèbre que celle de Dante pour en rimes vanter assez leur vertu, ni en vers ni de vaincrelanuit.» L’Obs
Béatrice ? Dans Les Triomphes, il célèbre même en prose : on en juge à l’œil même. »
celle qu’il a croisée et dont la seule vue lui Aimer selon ses vœux, c’est donc vouloir
fut un choc : « Je fus pris par ses mots et ses égaler César et Cléopâtre, Phèdre et
Hippogestes. » Comme dans La Divine Comédie, le lyte, Acis et Galatée, dont l’histoire a
surSUPERSTOCK/RUE DES ARCHIVES ; BERTRAND RIOTORD/LE FIGARO
©ÉricCherrière
Ajeudi 20 décembre 2018 LE FIGARO
2 LE CONTEXTE
Hasard de l’actualité, deux des grands classiques du roman
d’aventures se retrouvent en librairie. Le premier, Robinson
Crusoe de Daniel Defoe, paru en 1719, a influencé non seulement
Jules Verne (L’Île mystérieuse, 1874) mais aussi Robert Louis
Stevenson qui publia en 1883 L’Île au trésor. Le premier paraît
dans un volume spécial de la « Pléiade » dans la belle traduction
du poète Pétrus Borel. Le second a été retraduit avec brio L'ÉVÉNEMENT
par Jean-Jacques Greif pour les éditions Tristram.littéraire
Modernité de
Stevenson
DOSSIER Rencontre avec Jean-Jacques Greif,
auteur d’une nouvelle traduction qui redonne
souffle et vigueur à « L’île au trésor ».
l’île au trésor, Stevenson fait dia- de son père, de juristes et de pas-BRUNO CORTY
bcorty@lefigaro.fr loguer le savoureux aubergiste- teurs du côté de sa mère,
Stevencuisinier-pirate à jambe de bois et son n’était pas destiné à devenir
E TRADUCTEUR de béquille Long John Silver avec un écrivain, et pourtant il en rêvait
ce livre n’est pas un de ses sbires. depuis l’enfance. « traducteur, c’est tout Dans la version destinée aux Il y parviendra avec une réussite
bonnement un poète collégiens (Hatier, « Classiques certaine quoique tardive (son pre-Lqui s’est pris de belle & Cie », texte intégral, 2011), on mier gros succès, L’Étrange Cas du
passion et de courage. Une des plus lit : « Dis donc, Hawkins, fit-il, voi- Dr. Jekyll et de Mr. Hyde, paraît en
belles créations du génie anglais là une chose fichtrement désagréa- 1886, trois ans après L’Île au
trécourait depuis un siècle par les rues ble pour un homme comme moi, sor. Stevenson a alors
trenteavec des haillons sur le corps, de la hein ! Le capitaine Trelawney, que six ans et n’a plus que huit ans à
boue sur la face et de la paille dans va-t-il penser ? Voici que j’ai ce vivre). En une vingtaine d’années
les cheveux ; il a cru, dans son or- maudit fils de Hollandais installé d’écriture, l’Écossais publie
trengueil, que mission lui était donnée dans ma maison, à boire mon rhum ; te-cinq volumes, et, si son nom est
d’arrêter cette trop longue profana- voici que tu arrives et me dis son resté, la postérité n’a pas toujours
tion, et il s’est mis à arracher à deux fait, et voici, crénom ! que je le laisse été clémente avec une œuvre
mains cette paille et ces haillons. » nous jouer la fille de l’air, sous mes pourtant saluée par son ami Henry
L’auteur de cette phrase est yeux ! Dis, Hawkins, tu me justifie- James et d’autres comme Artaud,
l’écrivain Pétrus Borel (1809- ras auprès du capitaine ? Tu es un Borges, Brecht. « Son style est
1859), traducteur en 1836 du gamin, pas vrai, mais tu es sage pourtant excellent, reconnaît
JeanRobinson Crusoé de Daniel Defoe, comme une image. Je l’ai vu dès ton Jacques Greif. Et si certaines
parparu en 1719 et considéré comme le entrée. Eh bien, réponds, que pou- ties de son travail, notamment les
premier roman d’aventures. Jean- vais-je faire, moi, clopinant sur cet- romans écossais, ont moins bien
Jacques Greif aurait pu la faire te vieille bûche ? » survécu, il reste un maître. Et un
sienne. Lui non plus n’est pas un auteur qui a bénéficié de l’invention
« Un sacré sale pépin »traducteur professionnel mais un du cinéma. » Sur la modernité de
écrivain, auteur d’une quinzaine Après intervention de Jean-Jacques son « copain Stevenson », Greif est
de romans pour la jeunesse en Greif, les choses changent : « Tu clair : « La dualité des personnages
vingt ans. Pourquoi un polytech- vois, Hawkins, me dit-il, c’est chez Stevenson, et ce avant Freud et
Robert Louis nicien sorti du rang pour devenir un sacré sale pépin qui me tombe la notion d’inconscient, c’est très Si le cinéma a fait beaucoup pour
Stevenson, vers 1888.publicitaire, puis journaliste dans dessus, là, non ? Y’a le cap’n novateur. Dans L’Île au trésor, il y a L’ÎLE AU TRÉSOR Stevenson, le romancier lui avait
le groupe Marie-Claire, et enfin Trelawney - y va penser quoi ? J’ai cette scène où Long John Silver es- De Robert facilité la tâche. « C’est une autre RUE DES ARCHIVES/GRANGER NYC
Louis Stevenson, romancier, s’est-il lancé dans cet- ce foutu fils de coquin assis dans ma saie de convertir un jeune homme preuve de la modernité de
Steventraduit de l’anglais te aventure ? propre baraque à boire mon propre alors que Jim écoute leur conver- son, précise Greif. Il avait tout
par Jean-Jacques À 74 ans, à peine sorti de l’avion rhum. Te v’là qui arrives et qui sation caché dans un tonneau. compris avant tout le monde sur
Greif, qui le ramène de Kyoto où vit l’un m’dis les choses recta ; et moi qui le Plus loin, le même Silver tente de l’importance de l’aspect visuel.
Tristram, de ses enfants, Jean-Jacques Greif laisse passer devant mes mirettes et retourner un marin et, n’y parve- Quand il décrit une scène avec Silver
302 p., 19,90 €.
raconte : « Je suis parti il y a quel- nous tirer sa révérence ! Alors, nant pas, le tue en lui lançant sa jetant violemment sa béquille sur un
que temps dans les Cévennes sur les Hawkins, faut que tu me défendes béquille. Même chose dans homme ou Jim déchargeant ses
pistraces de mon copain Stevenson devant le cap’n. T’es qu’un gamin, Dr. Jekyll et Mr. Hyde et dans tolets sur un pirate dont le corps
après avoir lu Voyage dans les Cé- ça ouais, mais t’es malin. Je l’vois Le Maître de Ballantree. La grande tombe de l’Hispaniola, c’est
inouvennes avec un âne. Cela m’a don- djà quand t’es entré. Alors voilà : je question dans ses livres est la sui- bliable. » Stevenson avait une vie
né envie de relire L’Île au trésor. Ce fais quoi, avec cette vieille bûche sur vante : accepte-t-on ou non de fran- onirique des plus riches. Certaines
qui m’a frappé à la lecture, c’est que laquelle je clopine ? » chir le pas qui sépare le bien du mal ? images, comme celle du placard,
Stevenson appartient à la catégorie La traduction, la « réinvention Cela m’a rappelé les témoignages où il vit entrer un homme et en
des auteurs qui aiment jouer avec la du langage », gagne en humour, que j’ai recueillis auprès des amis de sortir un autre, furent décisives
langue, qui aiment la triturer. À ce en vivacité. On n’arrête plus mon père rescapés d’Auschwitz. Il y pour l’élaboration de Dr. Jekyll et
jeu, Dickens est sans doute le plus Jean-Jacques Greif : « J’ai relu Jane avait cette histoire d’un jeune Mr. Hyde.
virtuose. Avec son vocabulaire, Austen dans l’avion. Eh bien, même boxeur que les Allemands oppo- Et c’est ainsi que Jean-Jacques
chaque strate de la société anglaise dans la moins mauvaise traduction, saient à un géant qui ne savait pas Greif rejoint Michel Le Bris, pas- Stevenson
de son temps est immédiatement celle de la “Pléiade”, Austen n’y est se battre avec l’idée qu’il lui mette sionné de Stevenson, qui écrit, appartientidentifiable. J’ai toujours pensé que pas. Il y a chez elle une saveur par- une raclée. Le bon boxeur fit sem- dans sa préface aux passionnants
l’univers romanesque de l’un et de ticulière de l’époque, une ponctua- blant de porter les coups et les Alle- Essais sur l’art de la fiction (Petite à la catégorie
l’autre était mal rendu en français. tion particulière, un parfum, qui mands le punirent. Un autre accepta Bibliothèque Payot, 2017) de des auteurs Je pense que les traducteurs ont s’évapore en français. » de tuer et devint kapo. En classe de l’Écossais : « L’image : chez
Steventoujours eu peur de traduire le par- Avant de s’occuper de Jane, seconde, j’ai lu Mémoires écrits son, tout part d’elle. L’image, com- qui aiment jouer
ler populaire, peur d’écrire en mau- Jean-Jacques Greif est donc parti dans un souterrain de Dostoïevski. me quelque chose qui affleure,
avec la langue, vais français. Avec eux, les pirates vaillamment pour L’Île au trésor, Là aussi, c’était très ambigu, diffi- d’abord, d’une nuit intérieure, et
parlent comme des bourgeois ! » dans son coin, sans contrat, avec cile de dire qui était bon et qui était prend forme, peu à peu, pour s’im- qui aiment
Un exemple parmi d’autres, cette liberté totale qu’il chérit de- méchant. Dans L’Île au trésor, Long poser bientôt comme le visage même
la triturerfrappant. Au chapitre 8 de la puis qu’il a quitté la grande école John Silver, c’est le brave aubergiste de l’inconnu. » Embarquez sans »
deuxième partie de L’Île au trésor, dont son père avait rêvé pour lui. Il qui peut se métamorphoser en une hésitation avec l’étonnant M. Greif JEAN-JACQUES GREIF
alors que le jeune Jim, narrateur de a ce point commun avec Robert créature diabolique, capable de se pour cette Île au trésor
dépoussiéLOISELEUR/ÉDITIONS TRISTAM
l’histoire, n’a pas encore pris la Louis Stevenson. Issu d’une lignée déplacer sur une jambe aussi rapi- rée, moderne, vivante. Vous ne
mer sur l’Hispaniola en quête de de constructeurs de phares du côté dement qu’un fauve. » serez pas déçus du voyage ! ■
1719, Daniel Defoe invente le roman d’aventuresROBINSON
CRUSOÉ
baptisé La Vie et les aventures phlétaire. À quarante ans, en 1704, qu’aux dents – et adulé par un ble de rendre en français une réus-FRANÇOIS RIVIÈREDe Daniel Defoe,
étranges et surprenantes de Robin- il a lancé un hebdomadaire politi- Vendredi aux ordres. site absolue du roman anglais.traduit de l’anglais
par Pétrus Borel, E POÈTE Coleridge, son Crusoé, marin natif de York, que et économique de bonne tenue Les illustrateurs de l’édition ori- Grâce à ce traducteur inspiré est
« Bibliothèque auteur de savoureux paraît en 1719 chez l’éditeur lon- qui fera presque oublier ses démê- ginale anglaise vont figer pour née sans doute la fascination d’un
de la Pléiade », propos de table récem- donien William Taylor. lés avec la justice et quelques sé- l’éternité un Robinson en costume véritable mythe qui résonnera
Gallimard, ment réédités (1), a fort Il se présente comme la relation jours en prison. végétal, coiffé d’un pittoresque dans l’imaginaire de Jules Verne
1 040 p., 47 €. L bien défini l’originalité d’une expérience authentique- chapeau pointu, une tenue qui fera ou de Michel Tournier.
Légendaire robinsonnadedu chef-d’œuvre de Daniel Defoe : ment vécue par un personnage longtemps la joie des jeunes lec- La légendaire robinsonnade a
« Son excellence consiste à me faire intrépide et jamais à court d’initia- La fiction que son auteur, selon teurs. Les plus âgés découvriront également impressionné nombre
oublier la classe à laquelle j’appar- tives : en somme, l’homme uni- une pratique assez courante à dans cette édition la traduction de d’illustrateurs, à commencer par
tiens, comme personne et comme versel dont parle Coleridge. Mais l’époque, n’a pas daigné signer de 1836 due à Pétrus Borel, romanti- le Suisse Dumoulin, dont les
gracitoyen et, tandis que je le lis, à ce Crusoé libertin hanté par les ré- son nom connaît un succès immé- que attardé malmené par la criti- vures ornent la présente édition.
m’élever jusqu’à l’état d’homme cits bibliques et animé d’une bou- diat. Aussi Defoe en donne-t-il que en dépit des qualités de son Une sélection d’autres « images »,
universel. » geotte irrépressible ressemble bien vite la suite, tandis qu’une roman Madame Putiphar. Borel, notamment celles de l’Anglais
Inspiré très certainement par beaucoup à celui qui lui a prêté sa traduction est offerte au public anglophile averti, a trouvé dans le Cruikshank et de l’Américain
l’aventure peu banale d’un marin plume. français, aussitôt séduit par un hé- livre de Daniel Defoe matière à Wyeth, complète cette
somptueuécossais naufragé pendant quatre Defoe a derrière lui une carrière ros intrépide, jamais pris de court briller, ayant compris qu’il s’atte- se iconographie. ■
ans sur une île déserte, le récit habile de journaliste et de pam- par l’ennemi – il est armé jus- lait à la tâche particulièrement no- (1) Allia, 160 p., 9,50 €.
ALE FIGARO jeudi 20 décembre 2018
3EN TOUTES cien Marc Fumaroli dans un fort volume de Stéphane Courtois,
Grand Prix du livre d’Histoirequelque mille pages. « Ce livre est celuiconfidences
ed’un esthète exigeant, souligne son Pour la 2 année, la chaîne Histoire s’est associée
éditeur, d’un historien du goût et de au Figaro Histoire pour décerner le Grand Prix du
Marc Fumaroli tous azimuts l’intelligence. C’est aussi l’autoportrait livre d’Histoire. Ce prix récompense un livre paru
Littérature classique (Renaissance, Grand Siè- d’un contemporain singulier qui assu- dans les douze mois précédents, se distinguant
cle et siècle des Lumières) ou contemporaine me avec fougue et élégance tous ses pour ses qualités de recherche mais aussi pour
(Claude Lévi-Strauss, Emil Cioran, Julien Gracq, partis pris. » L’ouvrage, justement ses qualités d’écriture. C’est l’œuvre de
StéphaMilan Kundera…), textes polémiques sur la so- baptisé Partis pris, et préfacé par ne Courtois, Lénine, l’inventeur du totalitarisme CRITIQUEciété, la politique et l’art moderne… L’éditeur a Maxence Caron, paraîtra le 10 janvier, (éditions Perrin) qui a reçu vendredi 7 décembre
rassemblé les grandes interventions de l’académi- dans la collection « Bouquins ». le Grand Prix du livre d’Histoire. littéraire
ET AUSSIGeorge Sand,La vie selon photo de
Gaspard-Félix Proust ou Internet
Tournachon
dit Nadar. Si, à chaque fois que l’on perdait
notre téléphone, on écrivait un livre, George Sand les libraires seraient riches. Or casser
un portable ne signifie pas devenir
écrivain. C’est donc une étrangeté MICHELLE PERROT L’historienne
que ce premier roman de Christine
Berrou. En mars 2016, alors que la jeune raconte la dame de Nohant dans sa thébaïde,
humoriste barbotte avec sa troupe
aux Antilles, son iPhone 6 prend le large. au milieu de ses amis artistes.
Les vacances qui devaient être idéales
pour frimer sur les réseaux sociaux
tombent, comme le téléphone, à l’eau.
des roses aussi bien que Égalité Plus de Facebook, plus d’Instagram. Mais PAR ALICE FERNEY
Liberté Solidarité. tant mieux ! Passé la détresse du camé
GEORGE SAND LLE ÉCRIVIT près de Partager sans compter ni mesurer en manque d’Internet, Christine Berrou
À NOHANT cent romans, une tren- est le rêve qu’elle réalise. « Il faut peut enfin profiter du temps.
De Michelle Perrot,
taine de pièces de rester longtemps », dit-elle à ses in- Et notamment le retrouver grâce au Seuil,
théâtre et cinquante vités et lorsqu’ils sont partis : livre de Marcel Proust qui traînait au 464 p., 24 €. Emille lettres à deux mille « Quand reviendront-ils ? » Onze do- fond de son sac. La lecture est difficile.
correspondants différents. mestiques, que Sand alphabétise vo- Mais « un arbre avait tout de même
Plutôt que le nom de son père, lontiers et congédie souvent, servent donné sa vie pour qu’existe l’objet ».
Dupin, ou celui de son mari, Dude- des tablées de quinze. Famille élargie Alors, elle persiste. Et soudain, le monde
vant, elle se fit un nom qui n’ap- et invités vivent sous le même toit, virtuel qu’elle pensait réel, une fois
partenait qu’à elle : George Sand. les idées et les petits-enfants cohabi- disparu, la révèle à elle-même. Que
vaConnue pour s’habiller en homme, tent, l’ogresse veut la création autant t-elle devenir ? Que veut-elle devenir ?
divorcée mais marieuse active, que la vitalité familiale, car trans- Proust devient son divan. Relation
amante passionnée de créateurs mettre est un devoir. À Nohant, conflictuelle avec le père, amours
célèbres, elle vécut la liberté et Chopin compose, Delacroix peint, déçues, amertume et regrets…
l’autonomie financière à une épo- Balzac puise l’inspiration de Béatrix, Passé dans la tête de Christine Berrou,
que où les femmes en étaient pri- Flaubert fait le drôle, Dumas fils est le lecteur comprend les paradoxes
vées. Comment s’étonner qu’elle assidu, Théophile Gautier trouve la qui l’animent. Mais pas seulement.
ait intéressé Michelle Perrot ? Son besoin de reconnaissance, mêlé
L’historienne des femmes nous à son esprit « Bisounours », révèle
présente le grand écrivain dans ses les contradictions d’une société faite À Nohant, Chopin
terres et sa maison de famille, de vaniteux et de vanités. Un portrait “compose, Delacroix Nohant, tout ensemble héritage, intéressant bien que l’écriture serve ici,
boulet, piège, mais aussi refuge, comme Internet, de miroir. Pour être peint, Balzac puise
thébaïde, cellule républicaine, aimé ou détesté. ALICE DEVELEYl’inspiration de
conservatoire d’archives, maison
“Béatrix”, Flaubert d’artistes.
George Sand à Nohant est le ro- fait le drôle
man de « Nohant vu, voulu et vécu ”par George Sand ». En trois thèmes,
les gens, les lieux, les temps, Mi- table trop riche ! Sand aime les co- de l’écrivain, les gages des domes- Perrot nous fait sentir une époque à
chelle Perrot raconte la vie d’une médiens, les paysans, les musiciens, tiques, l’état des transports, travers une de ses héroïnes, qui fut
femme d’exception qui inventa le les savants ; tout l’intéresse, de l’éclairage et le confort, les mets à la fois témoin d’un temps enfui et
fonctionnement de sa demeure l’agronomie à la minéralogie. Geof- servis à table, les emplois du temps, spontanément moderne, une
perpour conjuguer toutes les vies, sui- froy Saint-Hilaire lui envoie des les loisirs et les jeux, les animaux sonnalité totale que le désir de À LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU
vant ses engouements et sachant plantes, Brothier la convertit au domestiques, les aménagements connaître n’a jamais quittée et qui SUR INTERNET
tourner la page. Nous découvrons darwinisme. « C’est un homme », dit intérieurs, les lectures, les grands nous laisse pantois. Digne du mo- De Christine Berrou,
Flammarion, 304 p., 19 €.George Sand en avance sur son Balzac. Comme lui, elle écrit toute la moments historiques. Michelle dèle, le portrait nous éblouit. ■
temps, républicaine et socialiste, nuit. Mais rien ne manque à sa
jouranticléricale violente, soucieuse née, du jardinage à la couture, de la
d’une éducation pour tous, écolo- décoration à la conversation.
giste préoccupée des paysages, Grâce à l’historienne
méticuamoureuse des fleurs et des arbres. leuse, nous saurons tout : la météo
Sa devise pourrait être Du pain et de l’époque, les sources de revenu 20 HÉROS D’ UNE SA GA
EXTRA ORDINAI RE
Une femme à bord
MARIANNE RÖTIG L’auteur passe une semaine
sur un cargo. Un beau voyage intérieur.
en faire le tour complet. » Elle avaitMOHAMMED AÏSSAOUI
maissaoui@lefigaro.fr quatorze ans, elle vivait à
HamCARGO bourg, quand cette envie de cargo
De Marianne Rötig, ARIANNE RÖTIG avait germé dans son esprit.
« Le Sentiment
est-elle la petitegéographique », Observer les hommessœur de CatherineGallimard,
Poulain qui nous « Qu’est-ce qu’un voyage sinon une144 p., 12,50 €. M avait enchantés occasion saisie ? », pense-t-elle.
avec Le Grand Marin ? Poulain Sept de jours de périple, à chacun,
mettait en scène une narratrice qui elle octroie le nom d’un dieu ou
embarque depuis un port de d’un astre : le lundi, la lune ; le
l’Alaska pour un voyage sur un ba- mardi, Mars ; le mercredi,
Mercuteau de pêche. Elle découvre la re ; le jeudi, Jupiter ; le vendredi,
rude vie à bord, le froid et la fati- Vénus ; le samedi, Saturne. Et le
gue, entourée d’un équipage uni- dimanche ? « Nous avions oublié ce
quement masculin. Cargo est de la qu’était un dimanche, nous avions
même veine, Marianne Rötig, qui cessé d’être croyant… », dit-elle. Et
signe là aussi son premier livre, de s’interroger : « Pourquoi ne pas
aborde son aventure sous forme faire de cette semaine en mer
l’ocd’un carnet de voyage, ou plutôt casion d’enquêter ? » On l’aura
un carnet de bord. La jeune femme compris, entre Le Havre et Malte,
relate sa semaine à bord d’un car- ce n’est pas le décor ni les paysages
go entre Le Havre et l’île de Malte. qui vont aiguiser la curiosité de la
Elle observe les hommes de l’équi- narratrice, mais cette femme est
page, du capitaine à l’ingénieur en fascinée par l’observation des
passant par les ouvriers philippins. hommes, toutes les nuances de
siElle est la seule femme à bord. lence. Un beau voyage intérieur.
Elle réalise un rêve de gamine en Franche, elle ne s’entend pas
embarquant dans ce drôle de ba- avec le capitaine ; elle vit une ro- 21€
teau pas tout à fait bâti pour les mance platonique avec un jeune
croisières – « Le bateau n’a rien officier, en formation… Mais ce
d’une petite barque. C’est un fa- dernier est loin d’être le grand
meux cargo qui peut contenir dix- marin – il a le mal de mer ! Elle se
huit mille containers, l’un des plus lie d’amitié avec un Philippin. Et le
Àretrouv er chez vo trel ibr airegrands navires au monde. Quatre carnet de bord se transforme en
cents mètres de long. Cinquante de une magnifique galerie de
porlarge. Pas loin d’un kilomètre pour traits. ■
SÉBASTIEN SORIANO/LE FIGARO
NADAR/RUE DES ARCHIVES/PVDE
Ajeudi 20 décembre 2018 LE FIGARO
4 où se trouve la cave à vin la plus d’Antoine Volodine nous plonge de l’écorché Jean Sénac, assassi- ma en 1949, Confessions d’un
sécurisée au monde. L’histoire dans des « aventures violentes né en 1973, va être rééditée dans masque avait été traduit enÇÀ d’un braquage au dénouement et démoniaques, marquées par son intégralité par Actes Sud. français dans les années 1970, à
explosif. Bacchantes paraîtra le une sexualité délirante mais L’occasion de retrouver la voix partir de sa version anglaise.
2 janvier, toujours chez Rivages. aussi par la nostalgie de la dé- unique et singulière de cet « exilé Cette « irrégularité » va être&LÀ
clamation », selon son éditeur, de l’intérieur, ce rêveur incorrup- réparée avec une nouvelle
Le braquage Les sorcières Le Seuil. Frères sorcières sortira tible », selon les mots de son édi- traduction, assurée par
Dominide Céline Minard d’Antoine Volodine le 3 janvier. teur. En librairie le 6 février. que Palmé, cette fois-ci à partir
Le prochain roman de Céline Mi- Œuvre chorale où se mêlent de l’original en japonais. ÀHISTOIRE nard (Faillir être flingué, Le Grand trois voix féminines liées au Le retour de Jean Sénac Mishima dans l’original paraître chez Gallimard, le
Jeu…) aura pour cadre Hongkong chamanisme, le prochain roman Sensuelle et tellurique, la poésie Premier roman publié par Mishi- 21 février. littéraire
L’AUTRE SIÈCLE Et si l’Allemagne avait gagné la Grande Guerre ?
De Xavier Delacroix,
Fayard,
313 p., 22,50 €. UCHRONIE Des historiens et des romanciers imaginent que la France aurait capitulé en 1914
et que l’histoire du monde en aurait été changée.
nes à peine. Un retournement de assez bien sentis. Le jeune capitaine basculer l’Europe dans le communis- chées qui fera plusieurs millions de ÉDOUARD DE MARESCHAL
edemareschal@lefigaro.fr l’Histoire aux conséquences vertigi- de Gaulle rejoint un gouvernement me. L’historienne Sophie Cœuré morts, pas de Seconde Guerre
monneuses, que sept historiens et cinq parallèle à Bizerte, en Tunisie, pour raconte comment Lénine meurt fu- diale ni de Shoah, pas de guerre froide
UE SE SERAIT-IL pas- auteurs de fiction s’attachent à poursuivre les combats. L’aventure sillé le 7 novembre 1917, après plu- contre un bloc communiste, ni même
sé si les Allemands concevoir. fait long feu et, malgré une belle sieurs tentatives de coup d’État de conflit israélo-palestinien (sous
avaient gagné la Pre- Sous la plume de Robert Frank, la carrière au Quai d’Orsay, il n’aura infructueuses. L’Empire allemand mandat américano-ottoman, la
Pamière Guerre mondia- Grande-Bretagne poursuit les com- pas le grand destin qu’on lui survit, l’Autriche-Hongrie n’est pas lestine devient un État judéo-arabe). Q le ? Dans L’Autre siè- bats contre l’Allemagne sur la Man- connaît. Quant au général Pétain, démantelée et devient une mo- Finalement, on se demande si les
cle, une uchronie che et depuis son empire, face à une gouverneur militaire à Tunis, il y narchie constitutionnelle confédéra- auteurs de cette uchronie résolument
dirigée par l’essayiste Xavier De- coalition germano-ottomane. La réprime brutalement une révolte le. L’Europe est bien traversée par optimiste ne font pas payer un trop
lacroix, le point de divergence avec France sollicite une médiation du populaire, ce qui précipite la dislo- des courants antisémites, mais elle lourd tribut à la Première Guerre
l’Histoire remonte au 10 septembre président américain Wilson pour cation de l’empire colonial français échappe au nazisme. Adolf Hitler, mondiale. Couper court à ce conflit
1914, pendant la bataille de la Marne. négocier l’armistice. Le traité de en Afrique. artiste médiocre, prend la direction aurait certainement auguré un
monL’armée de Guillaume II perce les li- Versailles est signé le 28 juin 1915, de l’Académie des arts de Berlin. de totalement différent, mais difficile
Lénine fusillégnes françaises, qui, exsangues, s’ef- dans les termes imposés par Les premières semaines de la guer- de croire que celui-ci n’aurait pas
acfondrent. Paris tombe dix jours plus Guillaume II. Dans cet autre siècle, le monde re de 14 deviennent donc l’événe- couché d’autres monstres, tant les
tard sans combat et les troupes du Plusieurs personnalités de notre échappe aux deux plus grands totali- ment le plus traumatique d’un grands équilibres et les
enchaînee eKaiser défilent, victorieuses, après XX siècle se retrouvent alors can- tarismes de l’Histoire. La fièvre XX siècle débarrassé de tout tour- ments de l’Histoire sont aussi fragiles
une guerre éclair de quelques semai- tonnées dans des rôles subalternes marxiste-léniniste échoue à faire ment majeur : pas de guerre des tran- qu’imprévisibles. ■
Wall Street, en 2008.
Un trader, inquiet,
assiste 2008, année
à l’effondrement
de la Bourse.
CHIP EAST/REUTERScatastrophe
2016 - les sombres conséquences de
la folie financière de 2008. Le récit
de Tooze est parfois d’une haute ESSAI Un historien de l’économie tente
technicité, mais il reste globalement
accessible, même au non-spécialis-d’expliquer les causes de la crise financière
te. Crashed est d’autant plus
stimulant qu’il conduit à des considéra-dont nous ne sommes toujours pas sortis.
tions d’une actualité brûlante.
La première concerne
directe(la gauche croyant que la pauvreté ment le projet « macroniste », qui JACQUES DE SAINT VICTOR
reste « racialisée » se trouve balayée paraît amplement décalé. Pour
ANS son fameux testa- par le souffle de l’histoire). Adam Tooze, les vieilles recettes
ment politique du Mais le récit précis de ce moment néolibérales sont désormais
totale5 décembre 2009, le décisif est encore loin d’être parfai- ment dépassées. Contre le mythe du
Prix Nobel Maurice tement maîtrisé. Quelles que soient « progressisme », l’auteur n’hésite DAllais, qui avait décryp- les réticences qu’on peut formuler à pas à écrire : « parfois, il ne faut pas
té bien avant les autres les menaces propos de tel ou tel passage du livre persévérer mais plutôt faire une
paude « l’économie casino » (comme il de Tooze, il n’en demeure pas moins se » dans cette course en avant vers
disait dans Le Figaro), précisait être une tentative d’explication globale le réformisme béat. Deuxièmement,
CRASHED. resté seul devant son poste de télévi- particulièrement stimulante d’une l’auteur démontre que les élites
COMMENT sion lorsque a éclaté la crise des sub- crise dont nous ne sommes toujours « progressistes » n’ont rien à envier
UNE DÉCENNIE DE primes. Aucun média ne l’avait invi- pas sortis. Liée à l’assouplissement aux « populistes » en matière de
CRISE FINANCIÈRE té à commenter une crise qu’il avait des réglementations bancaires aux « post-vérité ».
A CHANGÉ pourtant annoncée avant les autres. États-Unis, notamment à l’époque Ainsi Tooze cite-t-il Jean-Claude
LE MONDE Maurice Allais est mort depuis. Pour de Bill Clinton (mais l’origine re- Juncker, qui n’en est pas à sa
preAdam Tooze éviter d’écouter les mêmes chroni- monte à Reagan), cette crise finan- mière gaffe : « Quand les choses se
Traduit de l’anglais
queurs économiques qui, eux, cière va se répandre sur toute la pla- corsent, on est obligé de mentir », re-par R. Clarinard
avaient fait l’éloge de ce système, et nète à cause de l’interdépendance connaît ce thuriféraire des paradis Les Belles Lettres,
dont aucun n’a fait le moindre mea des économies et aboutir, par fiscaux. C’est d’ailleurs l’Europe qui 766p., 25,90 €.
culpa, autant prendre de la hauteur l’inaction des États et la ruse des sort véritablement en miettes de ce
en lisant ce travail savant, écrit par grands établissements de crédit, à récit. L’incapacité de la
technoAdam Tooze, un historien de l’éco- une crise des dettes souveraines qui structure bruxelloise à avoir su saisir
nomie, qui n’est lié à aucun lobby va frapper certains pays, comme la – jusqu’en 2012 – l’ampleur du défi
bancaire. Le résultat est évidemment Grèce, conduisant des milliers de est accablante. À l’opposé des
Étatsassez dérangeant. Toutes les péripé- personnes à la ruine ou au suicide. Unis, « la zone euro par ses choix
polities que nous connaissons, la fin du tiques obstinés a poussé des dizaines
Sombres conséquencesrêve américain, la crise de l’ Europe, de millions d’Européens dans les
abysla montée de l’Asie, des « populis- Cet enchaînement mérite d’être dé- ses d’une dépression rappelant celle
mes », la hargne des petits contre les crypté avec minutie. Car c’est la des années 1930 », écrit Tooze qui n’a
gros, « gilets jaunes » ou autres mou- plus grave crise économique depuis rien d’un « populiste » (il serait
pluvements horizontaux, genre M5S en 1929. Et si les conséquences politi- tôt un libéral de gauche). Et tout cela
Italie, ne sauraient se comprendre ques de 1929 ont été perçues dès pour un résultat politique affligeant :
sans ce moment crucial qui a désta- 1933 (du fait des faibles amortisseurs « Depuis la crise de 2008, l’Europe est
bilisé les nations occidentales et re- sociaux de l’époque), c’est dix ans hors jeu », en conclut Tooze. Dans la
met la question sociale au premier après que l’Occident commence à perspective des élections de 2019,
plan, devant les questions sociétales entrevoir réellement - à partir de voilà un texte ambitieux à méditer. ■
Henri IV, le monarque qui a réconcilié les deux France
HENRI IV
De Jean-Paul
Desprat, BIOGRAPHIE Pacifier le pays, jusqu’au bout, sera le credo du plus populaire des rois de France.
Tallandier,
668 p., 28,90 €.
FRÉDÉRIC DE MONICAULT
sait donner du temps au temps : les deux France. » L’une des forces Pour supplanter le poids des égli- Pampelune, donne cet ancragefdemonicault@lefigaro.fr
monté sur le trône en 1584, il fait de l’ouvrage consiste à saisir cette ses, Henri IV introduit un début de au-delà des frontières. Son père,
eHABILETÉ faite roi. patienter neuf ans le camp catholi- complexité du XVI siècle grâce à laïcité. Son charisme lui sert lar- Antoine de Bourbon, duc de
VenS’il y avait un seul que avant d’abjurer le protestan- une analyse très fine des situations gement pour imposer ses idées : dôme, dépasse le Sud-Ouest
enseignement à re- tisme. Et, plus tôt, le Béarnais n’a - cet entrelacs de complots, de di- « L’État, c’est le roi, et le roi, c’est auquel on réduit volontiers la terre
tenir de cette bio- jamais cédé à la précipitation des plomaties parallèles et de gouver- lui, poursuit le biographe, comme d’élection du futur « roi deL’graphie, c’est ce- capitaines de la Réforme. nements chahutés. jamais auparavant, nous assistons cœur ». Même sa mort conduit à
lui-ci : Henri IV avance ses pions « Un commentaire politique ac- à l’exercice d’une monarchie abso- dépasser les idées reçues : « Il est
Autocrateen toute connaissance de cause, tuel nous conduirait à envisager lue. » L’histoire retient souvent du tentant de voir dans Ravaillac le
et charismatique« véritable maître des horloges », Henri IV comme l’homme du centre, souverain sa popularité, sa sen- bras armé d’un complot, souligne
pour reprendre l’expression de expose Jean-Paul Desprat. À sa Cette prééminence de deux reli- sualité effrénée ou encore ses bons Jean-Paul Desprat, mais il agit plus
Jean-Paul Desprat, qui consacre gauche, il y a les protestants et gions fait toute la spécificité fran- mots, mais c’est oublier un peu probablement en loup solitaire. »
un nouveau travail au plus popu- l’échiquier court jusqu’à l’extrême çaise, contrairement à l’Espagne vite que son ascendance et sa for- Fin tragique pour un grand œuvre
laire des rois de France. L’auteur droite, avec la Ligue catholique. et l’Angleterre, les deux autres mation lui permettent de voir et pour un homme « qui voulait
montre à quel point le souverain L’homme est face à un défi : réunir grandes Couronnes de l’époque. loin : son grand-père, roi de par-dessus tout la paix ». ■
ALE FIGARO jeudi 20 décembre 2018
ses meilleurs vœux… Le mot de Au point qu’à la date du premier 5MEILLEURS VŒUX
Céline vaut le détour. « À Gaston février je vais vous demander
erVoici un petit livre à deux euros, Gallimard, le 1 janvier 1953. Mon une avance d’un million de francs,
qui contient des textes savoureux : cher éditeur et ami. Vous devez pour que mon année à venir
Bonne année ! reprend dix extraits recevoir en ce jour l’hommage ne devienne point trop tragique,
qui évoquent le passage au Nouvel de bien fervents vœux de bonne matériellement. » Et il souligne
An. Ils sont signés Aragon, Céline, santé, longue vie, et prospérité. « une avance d’un million ». M. A.
Simenon, Beauvoir, Mallarmé, Tous ces vœux sont je n’en doute ■ Bonne année !
Zola… Ils évoquent un réveillon pas sincères, très sincères, mais 10 réveillons littéraires BEAUX LIVRES
mémorable, des lettres pour dire nuls plus sincères que les miens ! Collectif, Folio, 104 p., 2 €. littéraire
Avec
les
laisséspour-compte
DOROTHEA LANGE
Un témoignage exceptionnel
sur les ravages de
la Grande Dépression.
THIERRY CLERMONT
tclermont@lefigaro.fr
image a fait le jeune femme, âgée de trente- gramme du New Deal. Sa mission la turés de barbelés de quelque
tour du monde. deux ans et qui en paraît mènera en Californie et dans le Deep 120 000 citoyens asiatiques, oùPOLITIQUES
Celui d’une quinze de plus, s’appelait South, où elle se concentre sur la po- ils seront parqués, après avoirDU VISIBLE
jeune femme Florence Owens Thomp- pulation noire ostracisée : rendre été dépouillés de leurs maisonsDe Dorothea Lange, L’rongée par la son. Dorothea Lange a compte de la vie misérable des petits et de leurs commerces. Quelquessous la direction
misère et la faim, entourée d’Alona Pardo, alors quarante et un ans. journaliers et métayers déplacés du- années après, on retrouve cette
Prestel/Musée de ses deux enfants, installés En 1933, la photographe rant cette crise sans précédent. inlassable militante, qui a
soutedu Jeu de paume, sous une tente de fortune. Le descend dans la rue et voit nu le droit des femmes et a
288 p., 39,95 €. « Outil de lutte politique »cliché, Migrant Mother, a été la marée de travailleurs mi- dénoncé la ségrégation raciale,
pris au cours de l’hiver 1936 et a grants qui avaient fui l’Okla- Ces visages, ce monde, ce quotidien, aux côtés des ouvriers des chantiers
été publié dans un premier homa et l’Arkansas et autres ces paysages désolés, on les retrouve navals de Richmond, des prévenus
temps dans San Francisco News régions déshéritées du Sud pour dans les romans de Steinbeck (Les Comme il est et leurs avocats commis d’office,
puis quelques mois plus tard par le tenter leur chance en Californie. Raisins de la colère), Faulkner ou dit dans l’avant-propos, de conducteurs de bulldozer, de
New York Times. « J’ai aperçu cette Elle fréquente les soupes populaires à Caldwell. Ceux-là mêmes qu’avait « Lange utilise son appareil photo cow-boys, avant un crochet par
femme affamée et désespérée, et me San Francisco et les bas quartiers, suit décrits James Agee aux côtés du comme un outil de lutte politique l’ouest de l’Irlande rurale, dans les
suis approchée d’elle comme attirée les interminables files d’attente des photographe Walker Evans dans pour mettre en accusation la société, années 1950.
par un aimant, s’est expliquée Doro- chômeurs, qu’elle immortalise, tou- Maintenant louons les grands hom- qu’elle juge responsable d’injustices Toutes ces photos, on peut les voir
thea Lange, pionnière de la photo- jours en noir et blanc. Nous sommes mes. Sans oublier les portraits bros- cruelles et d’intolérables inégali- au Musée du Jeu de paume, dans le
graphie sociale documentaire. Elle en plein dans la Grande Dépression, sés depuis la Caroline du Nord par le tés ». Ce qui l’amènera, entre cadre de l’exposition consacrée au
m’a expliqué qu’ils se nourrissaient de qui a jeté sur les routes cueilleurs de grand reporter Martha Gellhorn autres, à s’intéresser au sort des ci- travail passionnant de Dorothea
légumes gelés provenant des champs coton et de laitues, arracheurs de pa- (J’ai vu la misère. Récits d’une Amé- toyens américains d’origine japo- Lange, qui fermera ses portes le
environnants et d’oiseaux que les en- tates, coupeurs de choux, récolteurs rique en crise). Crise qui inspirera à naise après l’attaque de Pearl Har- 27 janvier prochain. La photographe
fants chassaient. Elle venait de vendre de melons, ramasseurs de pommes… Woody Guthrie son Dust Bowl Bal- bor en décembre 1941. Quelques s’éteint à l’automne 1965. Quelques
les pneus de sa voiture pour acheter de C’est sur eux que Dorothea braquera lads. Et qui fera dire à Steinbeck que mois plus tard, elle travaille pour la mois plus tard, le MoMA lui consacre
quoi manger. » Nous sommes à Nipo- son objectif, dans le cadre de la Farm son ambition était de « marquer du War Relocation Authority, témoi- une vaste rétrospective. Elle avait
mo, en Californie, au cœur d’un Security Administration, l’agence fé- sceau de la honte les salauds cupides gnant des rafles et de la déportation ainsi rejoint le panthéon des géants
campement de cueilleurs de pois. La dérale chargée de promouvoir le pro- responsables de cette situation ». dans des camps d’internement clô- du photojournalisme américain. ■
«Nousportonstousunlivre en nous,
un désirdetexte pour soiouà partager.
LeFigaro littéraireaouvertdenouveaux
ateliers pour celles et ceux quisontattirés
parlaformidableaventurede l’écriture. »
HAMMETT VIES DE ÀVOS
GRAPHIQUE MONFREID Prochainatelier
Graphiste et illustrateur Un an après Henry de Monfreid, PLUMES,
GRÉGOIREallemand célèbre décédé impossible grand-père (Glénat),
en 2014, Hans Hillmann s’est son petit-fils Guillaume publie DELACOURTREJOIGNEZun jour entiché d’une nouvelle chez Grasset un recueil Écrivain,auteurdeLaListe
de Dashiell Hammett, le père d’articles, d’entretiens, de lettres demesenvies,immensesuccès
du roman noir : « Ce qui ou de récits de « l’écrivain- LESATELIERS quiafaitl’objetd’uneadaptation
me plaisait surtout dans Papier corsaire » disparu en 1974. authéâtreetsurgrandécran.
tue-mouches, c’est que tout « La liberté, dans ce livre comme Ilapublié L’Écrivaindelafamille,D’ÉCRITUREdans cette histoire est un peu dans cette vie, est le maître- LaPremièrechosequ’onregarde,
minable. Il n’y a pas d’arme mot, écrit Arnaud de La Grange Onnevoyaitquelebonheur,
incroyable, ni de gens riches, pas dans sa belle préface. Lesquatresaisonsdel’été,DanserDUFIGARO
de superman comme détective, Henry de Monfreid était un auborddel’abîmeet,récemment,
ni rien d’extraordinaire du côté homme complexe. Un homme, Lafemmequinevieillissaitpas.LITTÉRAIRE!des criminels. » Sept ans et donc. Un être d’airain,
232 planches plus tard, Hillmann de tensions, mais aussi de
en a fait une sorte de chef- faiblesses et de contradictions. »
d’œuvre du roman graphique De ses réponses acérées au Leslundis
préfacé par Art Spiegelman. questionnaire de Proust en 1952 28janvier/4février/11février
Les hammettiens apprécieront ! à sa dernière interview en 1974,
18février/11mars/18mars
B. C. en passant par ses rencontres
de18hà22h■ Papier tue-mouches avec Teilhard de Chardin,
Illustrations de Hans Hillmann Kessel ou Gauguin, le conteur
d’après la nouvelle est toujours là, qui ne lâche rien,
de Dashiell Hammett, dur et droit. B. C.
èmeDansleslocauxduFigaro,14bdHaussmann,Paris9 .traduit de l’anglais par Janine ■ Vivre libre
Découvreztouteslesmodalitéssur:www.lefigaro.fr/ecriture
Hérisson et Henri Robillot, D’Henry de Monfreid, ﹐
La Table Ronde, Grasset,
288 p., 29,50 €. 314 p., 20 €.
2019
NOUVEAU
LIVRES CADEAUX
©B﹒CHAROY
A
BERTRAND
RIOTORD/LE
FIGAROjeudi 20 décembre 2018 LE FIGARO LE FIGARO jeudi 20 décembre 2018
6 7
demandes, on peut le qualifier de d’elles ». Car ce qu’il veut voir « dès BOBIN À CONQUES
paradisiaque. » Christian Bobin aurait maintenant », c’est « ce que voient les
C’est un village introuvable, dans un pu passer sa vie dans ce lieu hors morts ». Pour percer le brouillard qui lui
creux de verdure : Conques. En son du temps. Pour lui, nulle autre raison cache l’invisible, il aligne les aphorismes
cœur, l’abbatiale Sainte-Foy. Le poète de vivre « que de regarder, de tous et les métaphores. Parfois, le voile
a pris une chambre dans un petit hôtel ses yeux et de toute son enfance, se déchire, laisse passer un éclair. A. L.
qui donne sur l’église. « Le corps cette vie qui passe et nous ignore ». ■ La Nuit du cœur
cherche le repos, et l’âme l’aventure. D’ailleurs, il ne voit pas les choses, mais De Christian Bobin, BEAUX LIVRES BEAUX LIVRES
Quand un lieu satisfait ces deux « la buée spirituelle qui se forme autour Gallimard, 202 p., 18 €.littéraire littéraire
LIRE SALINGER
ASTRID DE LARMINATL’Attrape-cœurs est un livre qu’on brandit toujours comme adelarminat@lefigaro.frLa magie de Harry Potter
une oriflamme pour parler de l’adolescence. Pour expliquer
ses désœuvrements et ses contradictions. Roman U MOYEN ÂGE, lesPOP-UP Un étonnant livre à déplier met en scène fondateur de toute une génération, ce classique de la littérature pèlerins revêtaient
qui suit les pérégrinations d’un garçon de 17 ans est aussi celui un costume tradi-l’univers créé par l’Anglaise J. K. Rowling.
qui poussa son auteur, J. D. Salinger, à fuir la notoriété et à vivre tionnel, tunique,A surcot, chaperon,une vie de reclus avec sa femme et ses deux enfants.
chapeau et, le jour du départ, fai-L’écriture est sans fioritures.
page révèle et relève des décors saient bénir leur bourdon (un bâ-ALICE DEVELEY Oralité, familiarité, adeveley@lefigaro.fr uniques. ton) et leur besace (le sac à dos
fautes de grammaire… Des lieux parfois réels comme médiéval). Un cérémonial,
comÀ sa sortie, le livre ne suscite pas N 1997, J. K. Rowling est le château d’Alnwick, situé dans parable à l’adoubement des
chel’adhésion. Le rejet est fort. Mais pas encore inconnue des le nord de l’Angleterre, dont la valiers et à la prise d’habit des
reautant que son adoubement. Moldus. Elle est une pro- cour servit au jeune Harry Potter ligieux, qui les faisait passer dans
fesseure qui peine à join- à tester son premier balai, et le un monde à part, un espace sacréPreuve en est soixante-sept ans E dre les deux bouts. Une parc régional de Black Park où où ils étaient protégés par la lexaprès sa publication. La collection
femme à l’aube de ses trente ans qui ont été tournées plusieurs scènes peregrinorum jusqu’au sanctuaire« Pavillons » sort une édition limitée
voit comme seule consolation à sa pour les besoins du film Harry auquel ils se destinaient. Un habit, En route vers le paradis perducollector. Sublime. A. D.
vie faite « d’échecs » son imagina- Potter à l’école des sorciers. On un cérémonial, un but. Un pèlerin
tion. Mais, alors qu’elle pense faire notera même deux incroyables ne part pas en promenade ni en
■ L’Attrape-cœursde ses rêves une réalité en envoyant pop-up, celui de Sirius Black, qui, randonnée. Pas plus aujourd’hui ENQUÊTE Les chemins de pèlerinage attirent de plus en plus de monde. Pourquoi ?
De J. D. Salinger, traduit de l’anglais son premier tome de Harry Potter, en un coup de languette magique qu’autrefois. Depuis le début du
eson livre essuie une dizaine de re- se transforme en chien noir, et par Annie Saumont, XXI siècle, des centaines de
milfus. La magie ? Un jour pourtant, celui de Harry Potter et de Volde- liers d’hommes et de femmes de tivement ce mot du philosophe Elle cite Benoît-Joseph Labre, l’épuisement à se recueillir et àPavillons Poche, 10 €.
l’éditeur anglais Bloomsburry tente mort, lors de l’affrontement final. tous les pays raniment les vieux Merleau-Ponty : « L’incarnation le fol en Dieu français : « Croyez- accueillir ce qui se présente.
le coup et imprime 500 exemplaires Annoté de détails et anecdotes chemins européens. La plupart ne change tout […]. Il s’agit d’entrer vous éternels vos chemins quoti- Le pèlerin part, vit peines et
de Harry Potter à l’école des sor- sur les coulisses des huit films, le pratiquent aucune religion. Et corps et âme dans une vie énigmati- diens ? Ce que vous possédez vous joies sur le chemin, finit enfin parKASBI LE MAGNIFIQUEciers. Jackpot. Depuis, la « Potter- livre est aussi une manière de pourtant, tous, volens nolens, re- que. » Le christianisme qui a inspiré possède. Détachez-vous des cho- toucher au but. Que fait-il en
arrimania » est passée par là. Entre la question de laisser s’envoler la rappeler à ses apprentis sorciers vêtent la bure synthétique du pè- ces chemins de pèlerinage n’est pas ses et d’abord de vous-même. Dé- vant au sanctuaire ? Ceux qui n’ontSur la couverture de ce bréviaire « pour lecteurs déconcertés,
sortie du premier et du dernier poule aux œufs d’or ! Alors que son la richesse intellectuelle qui dort lerin moderne, short et tee-shirt un spiritualisme. couvrez les rudes chemins de pas les mots pour prier allument
désorientés, désemparés », on aperçoit des piles et des piles tome des aventures de Harry Potter second volet, Les Crimes de entre les quatre murs de Pou- sans forme, qui gomme les mar- Mais pourquoi ces pèlerins mo- l’Amour sans mesure. » Elle évo- un cierge, touchent une statue.
de livres dans un couloir d’appartement, du sol au plafond. en 2007, le succès ne désenfle pas. Grindelwald, vient d’engranger dlard. « Harry Potter est le cock- queurs sociaux. Banquiers, intel- dernes quittent-ils leur confort que le mot d’une pèlerine lettone « Demander, parce que ne pas
deOn imagine l’appartement de François Kasbi envahi de livres, Avec 450 millions d’exemplaires 253 millions de dollars au box-of- tail parfait du conte de fées, expli- lectuels ou travailleurs, tous les pour peiner sur une route ? Leur qui écrivait en 1992 : « Quand mander, c’est capituler », dit
made revues, de journaux. Ce journaliste littéraire est un passionné écoulés dans le monde, Harry Pot- fice mondial un mois après sa sor- que Blandine Le pèlerins sont des pauvres qui mar- décision de partir arrive toujours vous quittez votre pays pour aller gnifiquement l’écrivain Erri
ter est devenu le cinquième per- tie, selon le magazine Forbes, un Callet, auteur du Monde antique chent vers le même sanctuaire. à un tournant de leur vie, quand loin, n’oubliez pas de quitter aussi De Luca, militant d’extrême gau-comme on n’en voit plus, une encyclopédie sur pattes.
sonnage de livre le plus vendu de troisième film est d’ores et déjà de Harry Potter, ouvrage de réfé- Loïc Mazalrey, dont les photo- ils sentent la nécessité de changer les idées mortes pour en trouver che, grand lecteur de la Bible.S’il avait été libraire, il aurait fait
tous les temps. Il a même écrasé programmé pour le mois de no- rence pour découvrir la symbo- graphies illustrent ce livre, a vu de cap. des neuves. » Partir, ajoute Les pèlerins expriment souventfaillite,toujours plongé dans ses
Star Wars, James Bond ainsi que Le vembre 2020. Signe que le monde lique gréco-latine de l’univers juste en se focalisant sur la vie l’auteur, c’est « laisser mourir ce le besoin de se « ressourcer ».livres. Mais ici, ses conseils sont L’ESPRIT DES Un homme nouveauSeigneur des anneaux de Tolkien. de Harry Potter est chaque année rowlingien. Il aborde des thèmes quotidienne des pèlerins. Nulle qui, en nous, a suffisamment vécu, Comme si, en marchant vers un
judicieux. Littérature française, PÈLERINAGESEt les chiffres continuent de grim- un avant-goût de la magie de Noël. universels en s’emparant d’un ma- pose, aucune mise en scène, C’est ainsi que Péguy, en 1912, et doit laisser la place à du nou- sanctuaire, ils retournaient à la
étrangère, essais… De Gaële de La Brosse, per. « Nous avons atteint les 32 mil- tériau culturel séculaire fait de pas de paysage radieux. Des étranglé par les soucis, conju- veau ». Et à l’adresse de ceux qui source. D’après la Genèse, depuis
photographies de Loïc Des décors uniques Notre homme nous présente lions d’exemplaires vendus à fin dé- mythes, de folklores et de légendes. photos de l’humaine condi- gaux, professionnels, financiers, cherchent Dieu, elle cite ce pro- que le premier couple a chuté de
Mazalrey, préface cembre 2018, dont plus de 6 millions C’est donc une merveilleuse idée Et c’est pour cela qu’il touche tou- environ six cents livres tion, avec son corps et son s’élança vers Chartres. Le pèle- nissent par étouffer l’essentiel », verbe hassidique : « Dieu est là où l’état de béatitude originel, l’être
de Jean-Christophe
du premier tome », apprend-on qu’ont eue les Éditions Gallimard tes les générations. » Au fil des âme parfois mal fagotés, qui rin « élague son âme de tout ce qui écrit l’auteur de ce bel ouvrage, in- on le laisse entrer. » Là où le ba- humain est un exilé. Le pèlerin,et quiconque met le nez Rufin, Gründ,
chez Gallimard. Dire que J. K. Jeunesse de publier Le Grand Livre lieux, des pages tournées, la nos- clopin-clopant donne voix à l’empêche de respirer », se détache formé, inspiré et incarné. Gaële de vardage intérieur se tarit. Or la demande l’auteur, aurait-il la nos-dans ces pages ne pourra 208 p., 29,95 €.
Rowling clamait la fin de Harry Pop-up de Poudlard, de Matthew talgie grandit. On se souvient son désir d’aller plus loin, plus de toutes les « dépendances accu- La Brosse est la meilleure connais- solitude et le silence sont le lot talgie « du paradis, perdu mais nonen ressortir qu’avec l’envie
Potter en 2016… Reinhart et de Kevin M. Wilson à avec émotion des premières péri- haut. Tout pèlerin comprend intui- mulées au cours du temps et qui fi- seuse des chemins de pèlerinage. quotidien du pèlerin, forcé par pas oublié » ? ■
d’aller plus loin,
D’ailleurs, la romancière est de- l’occasion des fêtes de fin d’année. péties du petit Harry, du sort qu’il
de lire encore et encore ! B. C.venue scénariste pour adapter au Les amoureux de Harry Potter ne fit au « horcruxe » de Voldemort
grand écran la trilogie des Ani- s’y tromperont pas. L’ouvrage est dans La Chambre des secrets ou
■ Bréviaire capricieux maux fantasti- celui de deux orfèvres passionnés. encore de l’armée de Dumbledore L’HISTOIRE LIRE L’ART
ques, extension Tout y est. Du château de Poudlard qu’il organisa dans la Salle sur de- de littérature contemporaine
de l’univers du perché sur une falaise et surplom- mande. De François Kasbi, DE LA BIBLE La culture chrétienne n’étant plus transmise, les Français se trouvent démunis
célèbre sor- bant le lac peuplé de Strangulots à Le Grand Livre Pop-up de Poud- Les Éditions de Paris Max Chaleil, devant les chefs-d’œuvre de l’art occidental. Les auteurs de cet ouvrage,
Les recherches sur la façon cier. Pas l’arène de Quidditch aux couleurs lard, de Matthew Reinhart et de 595 p., 22 €. Éliane Burnet, professeur d’esthétique, et Régis Burnet, normalien, historien
dont la Bible a été composée, des maisons Gryffondor, Poufsouf- Kevin M. Wilson, est un ouvrage
du christianisme, ont croisé leurs savoirs pour nous apprendre à décoder les tableaux
fle, Serpentard et Serdaigle en pas- qui ne ment pas sur ses ambitions. assemblée, écrite, reformulée,
de maître représentant une scène du Nouveau Testament, Annonciation, sant par la forêt inter- Il jette un sort à son lecteur. Une enrichie pendant dix siècles
Adoration des mages, Noces de Cana, Cène,dite et le village fois qu’on l’a ouvert, CŒUR DE PROVENCE ne cessent de se renouveler. LE GRAND LIVRE
Pentecôte, Jugement dernier, etc. enneigé de Pré-au- on ne veut plus jamaisPOP-UP Aussi ne faut-il pas s’étonner Ansouis et son château, Bonnieux, Cucuron, Gordes, Goult, Lard. Chaque le refermer. ■ Ils citent les textes des Écritures, expliquent qui sontDE POUDLARD que paraisse une nouvelle Lacoste (hanté par le marquis de Sade), le prieuré Par Matthew Reinhart, les personnages et les symboles représentés,
encyclopédie rédigée de Saint-Symphorien… C’est au cœur de la Provence lumineuse, illustré par développent un thème, théologique, esthétique,
par des universitaires de haute Kevin M.Wilson, dans le Luberon, que nous invite Jean-Pascal Hesse, historique ou autre.
Gallimard Jeunesse, volée, biblistes, exégètes, qui connaît la région comme sa poche (« ce mélange de rudesse Leur érudition est si profonde qu’ils savent être70 €. archéologues, historiens, et de sensualité ») pour une flânerie bien agréable, rehaussée simples. « Un livre exemplaire
philologues, théologiens. par les superbes photos de Gilles Martin-Raget. qui illustre ce que peut et devrait L’ÉVANGILE VIF BEAUX ANGESLa diversité de leurs points Entre le vert des cyprès, l’ocre des pierres, le jaune être l’enseignement du fait religieux
de vue manifeste l’incroyable Pendant dix ans, Antoine Nouis, La peinture occidentale des tournesols et le fuchsia des lavandes, on retiendra dans un espace de laïcité »,
polyphonie et richesse pasteur, théologien et bibliste, est hantée par les anges. les pages consacrées à écrit Régis Debray en préface, rappelant
des écritures judéo-a ruminé quotidiennement Pourquoi ces créatures dites Gordes, ses rues tortueuses que qui ne connaît plus sa propre culture risque fort
chrétiennes. La Bible est-elle deux ou trois versets invisibles ont-elles tant inspiré et son célèbre hôte, Willy de ne rien comprendre à celle des autres
née à Babylone ou en Égypte ? du Nouveau Testament, les artistes ? Michael Lonsdale Ronis ; Lourmarin, et de la rejeter. A. L.
À l’origine d’Israël, Abraham en mettant par écrit le fruit a rassemblé dans chanté par Henri Bosco, ■ Décoder un tableau religieux,
ou Moïse ? Comment le canon de sa méditation. Aujourd’hui, ce très beau livre des tableaux où Albert Camus aimait d’Éliane et Régis Burnet,
de la Bible hébraïque et celui du il publie ses notes, qui forment qui montrent les anges à se retirer depuis 1958, Cerf, 208 p., 29 €.
Nouveau Testament se sont-ils un commentaire intégral à l’œuvre dans ce que l’on dans une ancienne
formés ? Quid des Évangiles des Évangiles, des Actes, appelait autrefois l’Histoire magnanerie.. T. C.
apocryphes ? En apportant des Épîtres et de l’Apocalypse, sainte. La sortie du jardin LES BÊTES ET LE BON DIEUdes réponses à ces questions, verset par verset, d’Éden, le rire de Sarah, les ■ Luberon, Provence
cet ouvrage très érudit montre sans en omettre aucun. En bon Que dit la tradition chrétienne des animaux et de la façon pleurs d’Agar, la fuite de Loth,secrète
que la Bible telle qu’elle a été exégète, il contextualise dont les hommes devraient les considérer ? Cet ouvrage à l’iconographie le sacrifice d’Isaac, le combat De Jean-Pascal Hesse,
efixée au II siècle de notre ère les textes, explique les allusions chatoyante est une passionnante anthologie de textes bibliques et d’écrits de Jacob, le Buisson ardent,photos de Gilles
Martinest l’aboutissement à l’Ancien Testament. Il les de Pères et spirituels orthodoxes, présentée par Jean-Claude Larchet, la quête de Tobie, la naissance Raget, Gourcuff Gradenigo,
d’une très longue quête. A. L.interprète aussi pour le lecteur qui propose en introduction une synthèse de Jésus, la tentation au 232 p., 49 €.FRANÇOIS BOUCHON/LE FIGARO
■ La Bible. Une encyclopédie contemporain. Enfin, il livre de tous ces enseignements. D’après Irénée désert, l’agonie au jardin des
contemporaine, ses méditations personnelles, en de Lyon, dans l’éternité, l’état paradisiaque Oliviers, le Jugement dernier :
Bayard, disant « je », avec une modestie sera restauré aussi pour les animaux. les anges sont toujours là, L’AVENTURE DE LA LIBERTÉLE PEINTRE DE LA COULEUR 550 p., 45 €.qui rend son travail colossal Saint Silouane disait que « l’Esprit de Dieu au premier ou au second plan,
très abordable. Un ouvrage utile C’est le portrait infiniment humain d’un aventurier enseigne à compatir à toute créature, faisant le lien entre l’invisible C’est une conversation qui vous enrichit. Gérard Fromanger,
pour les néophytes comme pour que l’on avait fini par croire… inhumain, tant ses exploits si bien que sans nécessité, on ne désire pas faire et le visible, entre Dieu et celui que l’on appelle « le peintre des couleurs », cofondateur
les connaisseurs. À découvrir défient l’entendement et les limites du possible. de mal même à une feuille sur un arbre ». l’homme. Tiepolo, Jordaens,de l’Atelier populaire des beaux-arts de Paris, se confie
également, pour ceux Certes, Mike Horn a fait un hallucinant tour Les vies de starets montrent aussi que le Titien, Delacroix, Chagall, à Laurent Greilsamer. « L’écouter devient vite
qui voudraient se plonger du monde en solitaire en suivant l’Équateur, il a marché deux mois le rayonnement spirituel des saints pacifie Raphaël, le Greco, Zurbarán, une addiction douce », dit ce dernier. Le peintre se révèle
sans filtre bien-pensant dans la nuit totale pour atteindre le pôle Nord ou descendu l’Amazone les bêtes qu’ils considèrent avec respect et amour, Botticelli se régalent à peindre un merveilleux conteur. Toute une époque se déroule devant
dans les Évangiles, le nouveau en hydrospeed. Témoignant d’un mental d’acier et d’une résistance « retrouvant ainsi la condition paradisiaque leur grâce qui n’a d’égale nos yeux. Et quels personnages ! Giacometti, bien sûr, le premier
livre du père Michel-Marie physique exceptionnelle. Mais ce n’est pas l’aventure pour l’aventure. où les rapports de l’homme avec la nature étaient que « leur bonté et leur à avoir inspiré Fromanger, mais aussi Prévert, Deleuze et Onfray.
Zanotti, L’Évangile à cœur Derrière sa démarche extrême, il y a une quête immense de liberté parfaitement harmonieux, selon la volonté initiale amour », écrit Lonsdale Le peintre raconte son enfance - il imitait déjà Picasso, Braque,
ouvert. A. L.et un amour aussi grand de la nature. Mike Horn est un homme de du Créateur ». A. L. qui croit en leur réalité Courbet -, ses années d’internat, le style Giacometti, les histoires
■ Le Nouveau Testamentvaleurs, qui sait ce qu’il doit au monde et à sa famille. ■ Les Animaux dans et vit en leur présence. A. L. de Prévert, les portraits de sa femme. Les illustrations
Par Antoine Nouis, A. L. G. la spiritualité orthodoxe, ■ Sur les ailes de la beautésubliment la conversation. Un enchantement. M. A.
Olivétan/Salvator, ■ Mike Horn, le coffret, de Jean-Claude Larchet, De Michael Lonsdale, Éditions ■ Fromanger,
1 600 p., 69 €.E/P/A-XO éditions, 416 p., 39,90 €. Syrtes, 280 p., 25 €. Philippe Rey, 122 p., 29 €.De Laurent Greilsamer, Gallimard, 244 p., 25 €.
BERTRAND RIOTORD/LE FIGARO
Ajeudi 20 décembre 2018 LE FIGARO
8
BEAUX LIVRES
littéraire
L’œil et
la main
CARNETS
Un catalogue
riche des pages
écrites, dessinées, coloriées,
par Proust, Goethe, Rousseau, Borges,
Mallarmé, Zweig et d’autres.
ques. Si on retrouve, entre autres, américaine Dorothy Iannone qu’à l’illisible des tex-ÉRIC BELLOC
eebelloc@lefigaro.fr les cahiers, carnets et manuscrits (1969) rentre ainsi en résonance tes du XV siècle à une écriture
goede Zweig, Anatole France, Newton, avec les carnets entièrement noir- thique du XIII siècle.
UI N’A PAS dans ses Goethe, Henri Michaux, Rousseau, cis, presque douloureux (« gra- te leur fraîcheur. C’est là qu’agit
Intimité sensibletiroirs des carnets ce n’est pas tant le prestige de leur phier » a à voir avec « griffer »), de peut-être la magie de ces objets. En
conservant la sa- auteur que les qualités graphiques Walter Benjamin (vers 1930), avec Tout aussi extraordinaires sont les les parcourant à notre tour, on suit
veur de jours en- de ces objets, la force propre de les cahiers Clairefontaine de l’ar- épreuves travaillées jusqu’au délire les lettres telles qu’elles ont été tra-Q fuis ne sera UNIQUES chaque écriture, de chaque tiste croate Julije Knifer (années de Schopenhauer, de Proust, de cées, on est happé par une intimité
peut-être pas Cahiers écrits, main qui dessine, qui retien- 1990), patchwork de plans ortho- Borges, de Mallarmé – qui, vingt immédiatement sensible, présente.
dessinés, inimpriméssensible à cette extraordinaire nent l’attention. gonaux remplis de lignes serrées ans avant Cendrars et Apollinaire, Près de Genève, dans l’exposition
Sous la dir. collection. Pour les autres, On regarde ces cahiers au Bic de couleur ou encore avec veut que « le texte fasse corps avec dont ce très beau livre constitue le
de Thierry Davila,griffonneurs occasionnels ou avant de les lire. Mêlant sou- un palimpseste superposant jus- la page » –, et dont les corrections, catalogue, les cahiers sont présentés
Flammarion/Fondation calligraphes compulsifs, féti- vent l’écrit et le dessin, enlu- ajouts, collages finissent par deve- à plat, dans une horizontalité qui
Martin Bodmer,chistes du cahier, du papier, minés parfois de fleurs séchées, nir des motifs graphiques en eux- rappelle la table ou le bureau.
Cer340 p., 65 €
c’est à une fête de l’écrit que cet articles de journaux, tickets, mêmes. À l’opposé, l’absence de tains, numérisés in extenso, sont
ouvrage nous convie. photos, Post-it… leur réalité sen- ratures des cours du philosophe consultables ; on peut les «
feuilleQu’est-ce qui fait le lien entre un sorielle précède et colore la lecture Philippe Lacoue-Labarthe, à l’écri- ter » sur une table numérique. Dans
livre de cuisine, un carnet de tran- que l’on peut en faire et qui finit par ture minuscule et quasi typogra- cette mise à plat des objets, c’est
chée, un manuscrit aztèque, des devenir secondaire, accessoire. phique, sidère tout autant. aussi une mise à plat de la durée qui
épreuves corrigées, un incunable, Chaque pièce porte une trace uni- L’œil et la main. Tout se joue ici se produit. Ces pièces nous
appaune tablette cunéiforme, un pa- que en son genre et on n’en finit pas entre ces deux pôles, sur le papier. raissent toujours présentes, dans
limpseste ? Le fait d’avoir échappé à de laisser le regard vagabonder sur « Spezereibüchlein - Carnet épice- des présents superposés, comme
la publicité de l’édition, de n’être ces pages, essayant d’en saisir rie », a inscrit l’écrivain suisse Jac- des mondes visuels irréductibles.
pas des livres à proprement parler l’univers. ques Chessex (Prix Goncourt 1973 Uniques. ■
mais des objets singuliers, intimes, Parmi ces objets lisibles non avec L’Ogre) en couverture de son
directement issus de la main identifiés, classés hors de toute calepin (photo). Une « épicerie » qui Exposition « Uniques. Cahiers écrits,
de l’écrivain, philosophe, artiste chronologie par connivence de renvoie aussi bien aux listes qu’il dessinés, inimprimés», à la Fondation
ou anonyme qui les a fait naître. formes, les pages saturées de si- établit, catalogue de ses obsessions, Martin Bodner de Cologny (Suisse),
Magnifiquement reproduites en gnes sont sans doute les plus fasci- qu’aux reliques du quotidien qu’il en collaboration avec le Musée d’art
fac-similé, les pages rassemblées ici nantes. Éclatant de couleur, le tente, à la manière d’un herbier, de moderne et contemporain de Genève,
sont restées « inimprimées », uni- « livre » de cuisine de l’artiste conserver entre les pages dans tou- jusqu’au 25 août 2019.
WOOLF POUR LE GOÛT DU NORD
Dirigée par Annie Degroote, passionnée d’histoire, cette anthologie ENFANTS
rassemble plus de 70 textes qui disent la beauté et la force de cette région.
On connaît l’œuvre de Virginia
Elle s’ouvre à tous les arts. Ainsi, cette invitation à découvrir la Flandre,
Woolf. Son regard moderne
le Pas-de-Calais et la baie de Somme
sur la place de la femme dans
à travers le regard des peintres
la société britannique du début
Watteau, Corot, Turner ou des écrivains,
edu XX siècle. Ce que l’on sait
Yourcenar, Hugo, Verlaine… C’est le Nordiste
moins, c’est que l’auteur écrivit
Jacques Duquesne qui ouvre le bal dans la partie
aussi pour les enfants.
joliment titrée « Une âme qui chante ». Il écrit :
Les éditions Seghers publient
« Le Nord, c’est vrai, ne se livre pas aisément.
dans un superbe livre coloré
Je lui appartiens comme l’aube appartient
et bilingue Le Rideau de
à la terre ; pourtant, il m’arrive toujours,
Mrs Lugton. Un conte méconnu
au hasard d’un voyage, d’une rencontre,
de la romancière rédigé pour
de découvrir une richesse inconnue,
sa nièce, sans doute en 1924. CLASSIQUES ! LA VIE EN RÊVEune beauté insolite, une histoire forte,
Virginia Woolf y raconte
plaisante ou tragique. » M. A.Revisiter les classiques Élisabeth Brami écrit des livres
l’histoire fantastique d’animaux
■ Le Nord comme ils l’ont aiméde la littérature est toujours importants pour les enfants.
tricotés sur une étoffe
Anthologie d’Annie Degroote, un exercice périlleux. Mais quand Emanuel Proweller était
qui prennent vie une nuit tandis
Omnibus, on a la plume accomplie architecte et peintre. Il est mort
que leur couturière, Mrs Lugton,
164 p., 28 €.de Pascale Frey et le crayon en 1981. La première est la fille du
s’est endormie. Un texte qui a
agile de Soledad Bravi, l’épreuve second. Seule la littérature peut
tout d’un grand classique. A. D.
littéraire devient un jeu d’enfant. permettre ce genre de miracle :
Il y a d’ailleurs une telle gaieté qui la rencontre entre un mort et
■ Le Rideau de Mrs Lugton LA RYDER CUP 2018 RACONTÉE
émane des histoires remaniées une vivante. C’est ainsi qu’est né
De Virginia Woolf, édition
des auteurs, qu’on aurait du mal Deux journalistes du Figaro Laurent Louët et Lionel Vella, consacrent ce livre aussi coloré qu’émouvant.
bilingue, traduction de l’anglais
à ne pas croire à un jeu inventé un livre richement illustré et documenté à la Ryder Cup 2018, Élisabeth a posé ses mots, les
d’Alien Azoulay-Pacvon, illustré
un soir entre deux amies qui s’est déroulée fin septembre peintures de son père subliment le
par Magali Attiogbé, Seghers
pour mesurer leur culture en France pour la première fois de son histoire. texte, comme un écho longtemps
Jeunesse, 48 p., 15,50 €.
egénérale. Le Père Goriot, Cette 42 édition restera à jamais gravée après. Ses peintures racontaient
Les Malheurs de Sophie, dans les mémoires des amateurs de golf. la vie d’une famille où la liberté
Madame Bovary, Les deux journalistes, qui ont vécu cet événement est un art de vivre, le rêve,
Les Misérables… Les deux de l’intérieur, nous replongent avec délice une ambition. En classe, la fille
journalistes de Elle ne dans ces trois jours mémorables et reviennent du peintre rêvasse. Elle entend
s’interdisent aucun petit plaisir. en détail sur la genèse d’une épreuve, sa maîtresse lancer : « Reviens
Le crayon est aussi moderne que qui a nécessité dix ans de travail acharné. sur terre ! » À la maison, son père
les bulles sont rafraîchissantes. Le livre, le seul paru après l’événement, dessinait des fleurs qui jamais ne
Une jolie façon de se replonger n’oublie pas le golf national se fanent. Elles sont maintenant
dans les incontournables de Saint-Quentin-en-Yvelines, théâtre immortalisées dans ce petit livre
des belles lettres. ALICE DEVELEY et véritable star de cette Ryder, qui restera compagnon. M. A.
■Avez-vous lu les classiques la plus belle organisée sur le sol européen. ■ La Couleur des saisons
de la littérature ? ROMAIN SCHNEIDER Texte d’Élisabeth Brami,
De Soledad Bravi et Pascale Frey, ■ Ryder Cup illustrations d’Emanuel Proweller,
Rue de Sèvres, De Laurent Louët et Lionel Vella, Éditions Courtes et Longues,
168 p., 14 €. Solar, 144 p., 39,90 €. 74 p., 19,50 €.
BERTRAND RIOTORD/LE FIGARO
ALE FIGARO jeudi 20 décembre 2018
9
L’HISTOIRE Un automne terrible pour les romans
de la
Flop thomb, en tête depuis sa sortie, le sommet des ventes, culmine à vendu à près de 70 000 exem-semaine Le top des ventes de romans en août, et Leurs enfants après 27 000 exemplaires… Le Renau- plaires ! Effet « gilets jaunes » ?
français et étrangers publié par eux, de Nicolas Mathieu. Le livre dot surprise, Le Sillon, de Valérie Pas que. Les scores étaient
le magazine Livres Hebdo à de a reçu le prix Goncourt le 7 no- Manteau, n’arrive pas à 9 000 mauvais avant. Finalement, leLE MAGAZINE « LIVRES HEBDO »
A PUBLIÉ LE TOP DES ROMANS quoi faire frémir. Sur les 50 titres vembre et pourtant stagne. Le exemplaires… Seule Adeline seul grand vainqueur de cette
DE LA RENTRÉE LITTÉRAIRE. retenus, seuls deux dépassent Goncourt des lycéens (Frère Dieudonné s’en sort plus que rentrée, catégorie « essais »,
DES CHIFFRES TRÈS FAIBLES, EN MARGEles 100 000 exemplaires : Les d’âme, de David Diop), qui d’ordi- bien en finissant troisième avec c’est Le Lambeau, de PhilippeY COMPRIS POUR LES LAURÉATS
DES PRIX D’AUTOMNE. Prénoms épicènes, d’Amélie No- naire propulse les lauréats vers son premier roman, La Vraie Vie, Lançon. BRUNO CORTY littéraire
« Lorsqu’elle Un concours ouvrit “Le
Figaro littéraire”
ce jeudi-là,
elle eut exquis un choc… »
■ Par Leïla Slimani
Le cadavre exquis s’ouvrait
avec ce texte de Leïla Slimani.
C’est ce même texte qui était
proposé aux lecteurs. Le défi ?
Donner une suite à
l’imagination de la lauréate du Goncourt
2016…
« Lorsqu’elle ouvrit Le Figaro
littéraire ce jeudi-là, elle eut
un choc. Sur la première page
s’étalait, en lettres énormes,
cette phrase grotesque,
absurde, cette plaisanterie : grève de
la littérature ! D’une main
tremblante, elle tourna les pages.
Elle vit défiler les plus grands
noms des lettres françaises.
Deux Prix Nobel. Une dizaine de
Goncourt. Des auteurs de
best-sellers et des poètes
inconnus. Tous le promettaient :
finis les romans, plus d’histoire.
Ils ne reprendraient la plume
qu’à une seule condition. »
simple : imaginer une suite au
« … Ils texte de Leïla Slimani (voir ci- Les dix autres
dessus). Là, encore, nous ne nousréclamaient attendions pas à une telle défer- lauréats
lante : nous avons reçu 360 textesla peau en moins de deux mois, de toute
la France (métropole et outre- Parmi les 360 textes, ÉVÉNEMENT Plus de 360 lecteurs de Stephen mer), mais aussi de Belgique, de le jury a voulu récompenser
Suisse, d’Angleterre, d’Indonésie, les onze qui lui semblaient ont participé au jeu-concours qui consistait Kling… » du Sénégal… parmi les meilleurs.
La lauréate Karine Cuny se verra ■ Par Karine Cunyà donner une suite au texte de Leïla Slimani Des délibérations offrir les quatorze romans Voici le texte de la lauréate. animées de la rentrée littéraire Albin Michel paru dans « Figures d’écrivains ». Mercredi 12 décembre, le jury, ainsi qu’un abonnement de six « Ils réclamaient la peau de
Stecomposé des journalistes du mois au Figaro Premium. Elle aura phen Kling et lui demandaient
Figaro littéraire renforcés par Ca- même le privilège d’être invitée d’annuler la sortie de son second
roline Ripoll et Nicolas de Cointet, à la table de la conférence MOHAMMED AÏSSAOUI roman. Accrochée à son journal,
maissaoui@lefigaro.fr d’Albin Michel, de Cécile Guidot, de rédaction du Figaro, en plus
elle retint son souffle un instant romancière, de Jean-René Van de voir son texte publié dans
et tourna la tête en direction de IDÉE était un der Plaetsen, directeur délégué nos colonnes (voir ci-dessus).
la magnifique reliure rouge qui peu folle : célé- du Figaro Magazine, de Robert Les dix autres lauréats se verront
brer les 70 ans trônait sur la table basse. Oui, Mergui, éditeur du Figaro, et de offrir cinq titres au choix parmi
du Figaro litté- Thomas Le Mer, directeur des les 14 romans de la rentrée elle avait aimé son livre ! Oui,L’raire en réunis- marques Culture et Lifestyle, a littéraire Albin Michel.il l’avait fait vibrer, frissonner. En
sant 70 écrivains pour un cada- planché sur les textes en concur- Voici leur nom (il n’y a pas d’ordre quelques pages seulement, il
vre exquis. Plus facile à dire rence. de préférence) :
avait su la faire passer du rire
qu’à faire. Pourtant, en sep- Pour information, ces textes ● Maëlle de la Chevasnerie ;
aux larmes. Seul le grandtembre 2017, ce fut fait dans la étaient présentés au jury de façon ● Géraldine Schierer ;
Stephen Kling lui avait fait res-joie, avec toutes les difficultés anonyme. Il y en avait de toutes ● Armelle Robert ;
sentir pareilles émotions à laqu’on imagine lorsqu’il faut ac- sortes, mais des thèmes reve- ● Andrew Harbord ;
corder les agendas de 70 per- lecture d’un roman. Pas moins naient : la mort prochaine du pa- ● Frédéric Bescarat ;
sonnes, quart d’heure par quart pier, le futur angoissant, et la ● Guillaume Pipon ;de six cents pages qu’elle
d’heure. On avait imaginé un mise en scène de personnalités de ● Patrick Uguen ;avait relues une bonne dizaine
quart d’heure chacun, mais cer- la littérature. Les délibérations ● Maurice Mandon ;de fois. Il lui arrivait encore de
tains auteurs ont eu besoin de furent animées. La finale s’est ● Philippe Atrous ;
parcourir certains passages
prendre leur temps pour trouver jouée entre un texte ayant pour ● Jean Pouessel.
qu’elle se surprenait même àl’inspiration, d’autres se sont personnage Christine Angot et un
connaître par cœur. En at-éclipsés au bout de cinq minutes. autre un certain Stephen Kling.
trapant son manteau, elle futCe furent trois jours intenses. C’est ce dernier qui l’emporta
Pour la petite histoire, l’un des prise d’un terrible doute. Elle d’une courte tête (voir ci-contre).
derniers participants à ce cada- Contactée par téléphone, larepensa à la double page du Fi- « Le Figaro vre exquis était Éric Fottorino, lauréate est restée bouche béegaro littéraire de la semaine
préqui arrivait de l’aéroport en pro- d’Ormesson qui a ac- La lauréate pendant quelques secondes. Puis,cédente qui titrait : “ Stephen littéraire »«venance de l’île de La Réunion cepté de se faire photo- elle a dit son bonheur. Elle s’ap-est restée Kling, l’équation à une inconnue après onze heures de vol. graphier avec la grâce pelle Karine Cuny, elle travaille… vous souhaite
bouche bée. enfin résolue ! ”» Elle songea à la Ce jeu, que les surréalistes ado- qu’on lui connaît, mais dans une maison d’édition qui de bonnes fêtes
colère qui l’avait envahie lorsque raient, s’est révélé une belle oc- n’a pu s’empêcher de lan- Puis, elle a dit publie des ouvrages médicaux et et vous donne
la vérité avait éclaté au grand casion de faire connaissance : cer « C’est la dernière scientifiques. C’est le principe duson bonheur. rendez-vous c’était la première fois qu’Adrien fois ». cadavre exquis qui lui a plu, ra-jour. L’écrivain n’était rien d’autre
Elle s’appelle le 10 janvier 2019Goetz et Jean-Noël Pancrazi se De cette folle entreprise est né conte-t-elle. Elle adore Leïla Sli-qu’une suite de chiffres, une
imcroisaient. Carole Martinez et In- un livre, Figures d’écrivains, Karine Cuny. mani et le texte de la lauréate dumense base de données
regrougrid Astier ont préféré venir en coédité par Albin Michel et Le Goncourt 2016 l’a particulière-Elle adore pant une palette d’émotions, des
copines, histoire de se soutenir. Figaro. Cet ouvrage réunit les ment inspirée… ■
statistiques marketing et des Leïla Dany Laferrière, l’académicien, textes des 70 auteurs et les
clichiffres de vente visant à créer est venu en baskets – il n’arrivait chés de Stéphane Lavoué. Slimani» le personnage, l’histoire, le livre pas à décrypter l’écriture de Pan- L’ouvrage est dédié à Jean
d’Orcrazi, ou, « alors un mot sur deux, messon. Il s’ouvre avec les mots parfait capable de toucher le plus
FIGURES
j’ai donc improvisé », racontait-il. de Leïla Slimani et se clôt avec le grand lectorat. Derrière la plume D’ÉCRIVAINS
Le photographe Stéphane Lavoué, texte d’Étienne de Montety, di- de son auteur préféré se cachait De Jean d’Ormesson
qui a immortalisé ce cadavre ex- recteur du Figaro littéraire qui en à Leïla Slimani, en réalité un algorithme.
quis un peu spécial, a craqué sur signe également la préface. photographies Elle attrapa son sac à main et se
le manteau parme d’Irène Frain, il Après la parution du livre, de de Stéphane Lavoué,
dirigea vers la porte d’un pas lui a demandé de ne pas l’enlever. nombreux lecteurs ont manifesté Albin
Micheldécidé, elle n’avait alors plus Le Figaro littéraire, Il y avait beaucoup de rires. De le désir de participer aussi à ce
faqu’une seule idée en tête. » 184 p., 35 €.l’émotion, aussi : c’était l’une meux jeu littéraire. D’où le vœu
des dernières apparitions de Jean de lancer ce concours. L’idée était
Aprésente
Un coffret littéraire
À OFFRIR OU À S’OFFRIR
Bal ade litt ér airep armi le s
�i guresdesty le
Le s nu ance s
de la langue fr anç ais e
Ces mo ts per du s
au fo nd de nos dictionnaires
€ ACTUELLEMENT DISPONIBLE24,90 Disponible dans tous les points de vente et sur www.figarostore.fr