Première du 16-03-2021
84 pages
Français
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Première du 16-03-2021

-

YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
84 pages
Français

Informations

Publié par
Date de parution 16 mars 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 165 Mo

Exrait

MURPHY, FIEVEL, TRUE CRIME... LES80sSONT PARTOUT
UN PRINCE À NEW YORK 2Ses triomphes, ses échecs, ses idoles Eddie Murphy raconte une carrière au service de la vanne
GUESTS
BOB ODENKIRKCHLOÉ ZHAOALEXANDRE AJAVINCENT DEDIENNEANTHONY MACKIE
Ma —n°516 rs 2021
LES CÉSAR DE MARINAFOIS JE VEUX LA FILMERCETTESALLE VIDE
HOMMAGE JEAN-PIERRE BACRI
PHOTO DE COUVERTURE Art Streiber - August agency M6 Films  Scope Pictures Pour joindre la rédaction composer le 01 70 39 53suivi du n° de poste de votre correspondant.
RÉDACTION GAËL GOLHEN:Rédacteur en chef 90  ggolhen@premiere.fr THIERRY CHEZE :Rédacteur en chef magazine  tcheze@premiere.fr CHRISTOPHE NARBONNE : Chef de rubrique 84  cnarbonne@premiere.fr FRÉDÉRIC FOUBERT : Rédacteur News 89  ffoubert@premiere.fr SYLVESTRE PICARD : Rédacteur Vidéo (94)  spicard@premiere.fr THOMAS BAUREZ : Rédacteur  tbaurez@premiere.fr SOPHIE BENAMON:Rédactrice  sbenamon@premiere.fr ÉLODIE BARDINET : Rédactrice (87)  ebardinet@premiere.fr NICOLAS BELLET : Chef de rubrique 92  nbellet@premiere.fr FRANÇOIS LÉGER : Rédacteur  fleger@premiere.fr CHARLES MARTIN : Rédacteur  cmartin@premiere.fr ÉDOUARD OROZCO : Social media editor 83  eorozco@premiere.fr
COLLABORATIONS DIRECTEUR ARTISTIQUE :ÉMILIEN GUILLON RÉDACTRICE GRAPHISTE :VIRGINIE GERVAIS PHOTO :VIRGINIE GERVAIS (86) – vgervais@premiere.fr ERE 1 SECRÉTAIRE DE RÉDACTION :ESTELLE RUET (88) – eruet@premiere.fr SECRÉTAIRE DE RÉDACTION :ISABELLE CALMETS TEXTES :JONATHAN BLANCHET, FRANÇOIS GRELET, PIERRE LUNN, PERRINE QUENNESSON, FRANÇOIS RIEUX, ROMAIN THORAL
SITE INTERNET DAVID CAPELLE : Digital manager DIRECTION, ÉDITION REGINALD DE GUILLEBON : Directeur de la publication LAURENT COTILLON : Directeur exécutif FRÉDÉRIC TEXIER : Responsable financier CATHERINE LEBORGNE : Comptable FABRICATION CREATOPRINT - ISABELLE DUBUC  06 71 72 43 16 SUPPLÉANTE : Sandrine Bourgeois MARKETING PAULINE PARNIÈRE : Directrice marketing  01 70 36 09 98pauline.parniere@lefilmfrancais.com PUBLICITÉ MEDIAOBS 44 rue Notre-Dame des Victoires  75002 Paris- Tél : 01.44.88.97.70  Fax : 01.44.88.97.79  mail pnom@mediaobs.com. Pour joindre par téléphone votre correspondant, composez le 01 44 88 suivi des 4 chiffres entre parenthèses DIRECTRICE GÉNÉRALE :Corinne Rougé 93 70 DIRECTRICE COMMERCIALE :Sandrine Kirchthaler 89 22 DIRECTEUR DE PUBLICITÉ:Arnaud Depoisier 97 52 DIRECTEUR DE PUBLICITÉ:Romain Provost 89 27 CHEF DE PUBLICITÉ DIGITAL :Baptiste Mirande 97 79 STUDIO:Brune Provost 89 13 COMMANDE ANCIENS NUMÉROS Tél. : 03 88 66 28 63 ABONNEMENT Tarif standard 1 an France métropolitaine : 49,99 € pour 11 parutions Tarif avec Hors-séries 1 an France métropolitaine : 64,99 € pour 11 parutions du numéro régulier + 3 hors-séries. Tarifs autres destinations sur demande auprès du service abonnements. SERVICE ABONNEMENTS : Gérez vos abonnements, abonnez-vous, réabonnez-vous ou posez vos questions : Par internet : www.premiere.fr rubrique « Abonnez-vous » Par téléphone : 01 55 56 71 37 France  00 33 1 55 56 71 37 étranger Ouvert du lundi au jeudi de 9h à 12h et de 13h à 18h, le vendredi de 9h à 12h et de 13h à 16h. Par email : premiere@groupe-gli.com Par courrier : PREMIERE Service Abonnements  45 Avenue du Général Leclerc - 60643 Chantilly Cedex Abonnements Suisse :1 an 11n° : 68 CHF. Asendia Press Edigroup SA - Chemin du Château-Bloch 10  1219 Le Lignon - Suisse - Tél. : 022 860 84 01 abonne@edigroup.ch Abonnements Belgique :1 an 11N° : 60 €. Asendia Press Edigroup SA - Chemin du Château-Bloch 10  1219 Le Lignon - Suisse - Tél. : 070/ 233 304  www.edigroup.be  abonne@edigroup.be Abonnements Canada :EXPRESS MAG, 8275 Avenue Marco Polo, Montréal,QC H1E 7K1, Canada Tél. : 514 355-3333 ou 1 800 363-1310 français ; 1 877 363-1310 anglais. Fax : 514 355-3332. Prix : 1 an 59,99 $, USA. Prix : 1 an 59,99 $, Canada TPS et TVQ non incluses. « Première » ISSN 0399-3698, is published monthly 11 times per year, except August by Première SAS, c/o Distribution Grid, 600 Meadowlands Parkway, Unit 14, Secaucus, NJ 07094 USA Periodicals Postage paid at Secaucus, NJ. Postmaster : Send address changes to “Première”, c/o Express Mag, PO Box 2769, Plattsburgh, NY, 12901-0239. VENTE DÉPOSITAIRE ISSN 0399-3698. Tous droits de reproduction textes et photos réservés pour tous pays sous quelque procédé que ce soit. Commission paritaire :n° 0923 K 82451. Imprimé en Belgique par Renny-Roto SA, rue de Rochefort 211, 5570 Beauraing. Dépôt légal : mars 2021. Distribution MLP. DIFFUSION Vente au numéro réservé aux marchands de journaux : DESTINATION MEDIA  tél : 01 56 82 12 06 et reseau@destinationmedia.fr ADRESSE 105, rue La Fayette, 75010 Paris. IMPRIMÉ PAR ARTIGRAFICHE BOCCIA SPA- SALERNO Ce magazine est édité par : Première Média SARL, au capital de 10 000 €, 105, rue La Fayette, 75010 Paris, RCS Paris 820 201 689. Avec Provenance papier : Italie Verzuolo. le soutien du Qualité : Unoweb White Bulk 65 g.Taux de fibre recyclé : 0%. Eutrophisation : 0,011 kg/TO de papier.
Sans titre-5 3
Édito
BACK TO THE FUTURE
ddie Murphy, le roi de la comédie US, nous donne de ses nouvelles et c’est un événement ! Il nous a accordé Eune longue interview pour la sortie d’Un prince à New York 2, l’un des films les plus attendus de mars. Mais qu’est-ce qu’on espère le plus de ce come-back, au fond ? Le retour d’Eddie, génie comique fabuleux, ou la suite d’une comédie qui a bercé notre jeunesse ? Les deux : Murphy ET un shot de spleeneighties.La rétromanie n’a rien de nouveau ; la culture pop s’y baigne depuis des années maintenant (on attend toujours la saison 4 deStranger Things).Ce mois-ci, la sortie en Blu-ray deFievel et leNouveau Monde(millésime 86), Eddie Murphy qui rendosse son costume royal et le succès de la série documentaire true crime, Le Traqueur de la nuit,sur Netflixdémontrent que le cycle nostalgique est bien branché sur un courant qui ramène entre 1985 et 1989. On replongera donc avec délice (et un peu d’effroi) dans cette époque doudou, dans ce cocon anesthésiant. Onentend déjà ceux qui se demandent si on doit forcément invoquer les fantômes du passé pour mieux avancer. Mais à l’heure où la Covid bat son plein, au moment où lasociété n’a jamais paru aussi anxiogène et liquide, cette nostalgie peut nous permettre d’oublier en partie nos sou-cis, souffler un peu pour mieux bâtir l’avenir. Bon voyage !
GAËL GOLHEN RÉDACTEUR EN CHEF
Mars 2021
3
03/02/2021 15:47
18
30
34
36
4
Mars 2021
004_PREMIERE516_sommaire-BAT.indd 4
40
Sommaire 5 1 6 – M A R S 2 0 2 1
 06PREMIÈREMENTBob Odenkirk  10ITW EXPRESS, LES QUESTIONS QUI FÂCHENT  12DÉCRYPTAGE  14LES UNS... ET LES AUTRES  16ARRÊT SUR IMAGES  18EN COUVERTUREEddie Murphy  30RÉTROFievel et le Nouveau Monde  34FOCUSLe Traqueur de la nuit  36PORTRAITChloé Zhao  40RENCONTREMarina Foïs  48HOMMAGEJean-Pierre Bacri 56PREVIEWOxygèned’Alexandre Aja  61SOMMAIRE CRITIQUES  62EN SALLES  66STREAMING/VOD/DVD  72SÉRIES  76CLASSICS  82LEFILM QUI...Vincent Dedienne
48
56
03/02/2021 15:45
6
Mars 2021
P R E M I È R E M E N T
PREMIÈRE : Pour le grand public, vous êtes Saul Goodman, l’avocat deBreaking BadetBetter Call Saul. AvecNobody, on a l’impression que vous cherchez à casser cette image. Vous en aviez marre ? BOB ODENKIRK :Non. En tout cas, ce n’est pas la raison principale pour laquelle j’ai accepté ce film. Je n’avais pas particuliè-rement besoin que les gens me voient dif-féremment… mais si j’ai réussi mon coup, j’imagine que ce sera le cas ! Cependant, je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous. Dans ma tête, il se dessine très clairement un lien entre mes rôles dansBetter Call Saul etNobody.Saul est un battant, un type infa-tigable qui revient à la charge quoi qu’il ar-rive. C’est un arnaqueur, OK, mais au fond, c’est quelqu’un de très humain et sincère. Ce qui permet de créer de l’empathie avec le public. J’ai la sensation que ça fonctionne de la même manière avec un bon film d’ac-© ALLEN FRASER/UNIVERSAL PICTURES tion : il faut que le spectateur se sente proche du personnage
ton jeu est occupé par l’interaction physique pure. Donc je me suis donné comme objec-tif de ne jamais « quitter » le personnage, pour qu’on puisse continuer à suivre ce qui se passe dans sa tête durant les scènes d’ac-tion. C’est dur. Très dur.
BOB ODENKIRK SAUL AU MONDE AvecNobody,annoncé dans les salles pour le printemps, la star deBetter Call Saulfait un virage à 180° et se réinvente en star de film d’action. Il y joue un père et mari frustré qui, à la suite d’un cambriolage, retrouve des instincts violents enfouis depuis longtemps… Le début d’une deuxième carrière?P uARFRANÇOIS LÉGER
Et quelle est la solution ? Il n’y en a pas vraiment ! Mais j’essaie de ne jamais oublier qui j’incarne. Sur le pa-pier, je sais que le personnage de Hutch s’est construit dans la violence. Il a raccroché il y a vingt ans pour adopter une vie normale, mais ce n’est pas son état naturel. En replon-geant, il doit lâcher une partie des méca-nismes de protection qu’il a mis en place. Alors, qu’est-ce que ça veut direêtrece type quand il se bat ? Dans sa tête, il se passe forcément plein de choses en même temps. Mon but, c’est qu’en appuyant sur « pause » au milieu d’une baston, vous puissiezremarquer sur son visage une petite expres-sion qui vous indique où il en est dans son cheminement à travers la violence. Qu’on y lise l’explosion en même temps que le refou-lement. Voilà, j’espère y être parvenu.
principal, ou alors plus rien n’est crédible. Hutch [son personnage deNobody] possède, de mon point de vue, les mêmes qualités que Saul, sauf que sa façon de se battre est plus… physique!(Rires.)La transition entre ces deux types n’est pas si spectaculaire.
C’est vrai que dansBetter Call Saul vous utilisiez déjà votre corps comme outil de caractérisation de votre personnage… Je suis content que vous le notiez. C’est une question qui me taraude depuis longtemps : comment exprimer au mieux un sentiment ou nuancer un dialogue – et parfois même dire le contraire – à travers les mouvements de mon corps et de mon visage ? Les pos-sibilités sont infinies.Nobodya été l’expé-rience ultime. Je voulais éviter un écueil que l’on retrouve dans beaucoup de films d’ac-tion, où l’acteur cesse d’incarner le person-nage dès qu’il commence à se battre. C’est logique : tu te concentres totalement sur ta chorégraphie, tu veux la sortir parfaitement. Mais tout l’espace qu’il te resterait norma-lement pour apporter un peu de subtilité à
03/02/2021 09:02
008-010_PREMIERE516-PREMIEREMENT BOB-OK-BAT.indd 6
Bob Odenkirk dansNobody
008-010_PREMIERE516-PREMIEREMENT BOB-OK-BAT.indd 7
« LA COMÉDIE, ÇA PERMET DE REGARDER LE MONDE DROIT DANS LES YEUX ET DE S’EN MOQUER. »
Mars 2021
7
03/02/2021 09:02
8
P R E M I È R E M E N T
Cette obsession pour la précision du corps dans le jeu vous vient-elle des sketches pour la télé où vous avez fait vos débuts (il a notamment été auteur auSaturday Night Liveet a joué et écrit pour leBen Stiller Show)? Très certainement.
Le réalisateur deNobody,Ilya Naishuller, pense que les humoristes ont tous un côté sombre qu’ils n’ont pas forcément l’occasion de montrer. Et donc que votre passé de comique était une bénédiction… Hum… Il y a sûrement du vrai là-dedans. Ce « côté sombre » est un réservoir dans le-quel on peut puiser sans tomber dans la ca-ricature. C’est une chance… La comédie, ça permet de regarder le monde droit dans les yeux et de s’en moquer. Pour plusieurs rai-sons, mais principalement parce qu’au fond de vous, vous savez bien que tout ça n’est qu’une vaste escroquerie.(Rires.)
Une escroquerie ? Oui. Le monde est d’une absurdité sidé-rante, non? Surtout en ce moment.
Cela a un effet sur la comédie américaine tout entière. Le réel étant
Bob Odenkirk et Ilya Naishuller sur le tournage deNobody
Mars 2021
008-010_PREMIERE516-PREMIEREMENT BOB-OK-BAT.indd 8
devenu plus dingue que l’imaginaire, les scénaristes semblent constamment en retard. Je crois que Donald Trump a vraiment tout asphyxié : la politique, la pop culture, notre capacité d’attention et nos opinions. Mais je pense qu’il va y avoir une merveilleuse mutation de la comédie suite à son départ. Je sais bien qu’il ne quittera jamais vrai-ment les esprits, mais on va enfin pouvoir repenser aux aspects de la vie qui méritent qu’on se marre, et pas seulement à sa der-nière déclaration complètement timbrée. J’ai vraiment hâte de voir ce que feront les humoristes d’ici un an. J’imagine un nouvel âge d’or.
Vous avez connu le succès public relativement tard, alors que vous faites ce métier depuis près de trente ans. Quelle est votre relation à la célébrité ? J’ai 58 ans, donc beaucoup de recul sur tout ça. Tant mieux. J’ai vu nombre de mes amis, Adam Sandler, Chris Farley, Dana Carvey…, et des tas de comédiens avec qui j’ai travaillé devenir très célèbres. J’ai ob-servé ça de près. Je sais que ça peut vous engloutir. Donc je ne vais pas changer main-tenant que la célébrité frappe à ma porte.
Je connais le piège. Avoir ce recul me per-met de me focaliser uniquement sur les pro-jets qui me donnent envie de me lever le matin. Je veux garder l’envie de découvrir le film ou la série d’après, surtout ne pas être blasé. Et avant tout rester curieux.
C’est aussi simple que ça ? Vous n’êtes jamais submergé par le poids de vos choix de carrière post-Better Call Saul? La peur que tout puisse disparaître à cause d’une mauvaise décision ? Je crois que votre question serait plus perti-nente pour un jeune acteur qui se demande où le futur va le mener. Moi, j’ai dépassé tout ça. Je ne change rien, j’y vais au fee-ling. En ce moment, je suis en train de me préparer à tourner la saison 6 deBetter Call Saul,tout en réfléchissant à plusieurs idées de séries et de films. J’écris beaucoup. Et j’ai également rédigé mes mémoires. J’yretrace mon trajet, d’auteur de sketches à star de film d’action, et tout ce qui s’est passé entre les deux… Il y a quelques trucs à raconter quand même !
Impossible de vous laisser partir sans vous poser cette question : quelle est la meilleure série,Better Call Saulou Breaking Bad? Qu’est-ce que vous voulez que je réponde à ça ?(Rires.)je vous dis Si Better Call Saul,on va penser que c’est parce que j’y ai un rôle plus important. Et si je réponds Breaking Bad,on va dire que je suis un faux modeste ! Je vous laisse vous débrouil-ler tout seul avec ça, on en reparlera quand Better Call Saulsera terminée !u
N O B O D Y DeIlya NaishullerAvecBob Odenkirk, Connie Nielsen, Christopher Lloyd…Durée1h32 Sortie28 avril
© ALLEN FRASER/UNIVERSAL PICTURES
03/02/2021 09:02
Spécial anniversaire 40 ans !
40 ANS DE CINÉMA
JEANPHILIPPE GUERAND
2 2 /0 8 /2 0 1 80 7 :4 2
UNE BIBLE DU CINÉMA POUR TOUS LES AMOUREUX DU SEPTIÈME ART.
Couverture cartonnée • 336 pages
PRIX TTC 32€
Retrouvez le meilleur dePremièreavec : • les interviews, • les films préférés de la rédaction, • les reportages de tournages, • les confessions des acteurs et des réalisateurs…
COMMANDEZ LE MAINTENANT !
BON DE COMMANDEPREMIÈRE, 40 ANS DE CINÉMA À retourner dûment complété et accompagné de votre règlement sous enveloppe affranchiePREMIÈRE Service Abonnements - 45, Avenue du Général Leclerc 60643 CHANTILLY CEDEX
OU sur notre boutique en ligne:boutique.premiere.fr
Tarif 1 livre : 32 € TTC
Je commande ………. livre(s) x 32 € TTC = …………...….€
Je joins mon règlement par chèque à l’ordre de Première Média.
Adresse de livraison(merci de bien remplir tous les champs):
me lle MMM. Nom :............................................................................................................................................. Prénom :.. ......................................................................... ................................ Adresse :........................................................................................................................................................................................................................................................................................... Code postal :............................................ Ville :......................................................................................... Pays :............................................................................... Téléphone : . E-mail :  ...................................................................... .......................................................................................................................................................................
10
I N T E R V I E W E X P R E S S
 Le bouclier du Cap est un symbole puissant » Anthony Mackie et Sebastian Stan répondent en vitesse aux questions qu’on se pose sur lasérie Disney+Faucon et le Soldat de l’Hiver.PARGAËL GOLHENu
PREMIÈRE : Comment avez-vous réagi quand Marvel vous a appelés pour que vous repreniez vospersonnages dans une série ? ANTHONY MACKIE :Moi j’ai flippé. Dans ma tête, quand tupasses du ci-néma au format télé, tu perds en qua-lité. Mais Malcolm[Spellmann, le showrunner]a tout de suite montré qu’il avait en tête un truc très précis et quand on nous a parlé deWandavision, on a compris que le niveau desfilms Marvel serait maintenu dans lecontexte des séries.Wandavisiona frappé fort d’ail-leurs ! Tu as vu les premiers épisodes ? SEBASTIAN STAN : Dé! Moi,ment, ouais j’avoue que ce coup de fil m’a fait plaisir. Ils ne m’avaient pas oublié, ce qui booste toujours un peu l’ego.(Rires.)Je me suis dit surtout que ça permettrait d’approfondir mon personnage. J’avais encore des trucs àfaire avec lui…
On en est où dans l’univers Marvel quand la série commence ? Avant le snap ? Après le blip ? AM :Ah ah. On est aprèsEndgame,donc certains supers sont morts et d’autres ont survécu. L’enjeu deFaucon et le Soldat de l’Hiverest de savoir comment s’adapter dans une société sans la team. On doit se réacclimater. Accepter l’autre. C’est la dynamique de notre duo. SS :ce plan-là, Ma Sur lcolm avait des références très précises en tête : c’étaitL’Arme fatale et48 heures. Desbuddy cop moviesoù l’action sert à définir la relationentre les deux personnages.
Et concernant le bouclier de Captain America, que se passe-t-il ? AM :À la fin deEndgame, la question de la transmission
Mars 2021
012-013_PREMIERE516-News 3 sujets OK IC.indd 10
était posée. Mais Faucon veut-il vraiment ré-cupérer ce bouclier ? C’est un symbole très puissant, qui impose de nombreuses respon-sabilités. Mais quand tu regardes dans les dé-tails, quand tu découvres comment Hydra et les Américains ont façonné ce bouclier et ce qu’il y a derrière, ce n’est pas aussi clean que ça en a l’air… Et puis, l’idée que le Captain puisse être afro-américain soulève des consi-dérations passionnantes. D’ailleurs, la série est très politique…
Justement, la grande notion qui travaille les comics et les films de la saga, c’est le patriotisme. Après les quatre ans de l’ère Trump et vu les événements du Capitole le 6 janvier dernier, comment s’empare-t-on de ce thème radioactif ? SS :Putain de question! Tu vois le bouclier, tu vois le « rouge, blanc, bleu » et tu te poses for-cément la question! Mais qui dit que ces cou-leurs-là sont forcément patriotiques ? L’histoire qu’on nous a racontée. La série essaie de re-définir les notions qui se cachent derrière ces trois couleurs ; redéfinir ce que signifie vrai-ment le mot « patriotique » pour Sam, en tant qu’homme noir, et pour mon personnage qui vient du passé, et qui a grandi dans une idéo-logie différente. La série parle d’aujourd’hui. De maintenant. Et elle résonne à mort avec ce qu’on vient de vivre.u
F A L C O N E T L E S O L D A T D E L’ H I V E R Créée parMalcolm SpellmanAvec Anthony Mackie, Sebastian Stan, Emily VanCamp… SurDisney+ le 19 mars
03/02/2021 17:10
L E S Q U E S T I O N S Q U I F Â C H E N T
QUAND VERRA-T-ON LES NOUVEAUX FILMS DE RICHARD KELLY ?
SANS DOUTE JAMAIS
SONDONNIE DARKO 2Donnie Darkofêtera les 20 ans de sa sortie en octobre prochain. Kelly vient de révéler qu’en 2010, James Cameron lui a demandé des nouvelles deDonnieet que, depuis, ilaurait accumulé« une bonne quantité d’écriture »sur unDonnie Darko 2inspiré par le souffle épique d’AliensetAvatar. Reste plus qu’à trouver le financement…
PEUT-ÊTRE UN JOUR SON BIOPIC DU CRÉATEUR DELA QUATRIÈME DIMENSION? AvantDD2, Richard Kelly envisage d’adapter les mémoires d’Anne, la fille deRod Serling, père fondateur de toute la fiction TV/ciné fantastique à twist avec sa sérieTwilightZone. Kelly, qui n’a rien tourné depuis le flop du « twilightzonesque  TheBoxen 2009, parle d’une approche « très particulière »de la vie de Serling, « trèscomplexe, très difficile ».
DÈS MAINTENANT SON « CANNES CUT » DESOUTHLANDTALES? Celuilà, c’est bon : le montage inédit de160 minutes de son odyssée de SF foutraque avec The Rock, présentée à Cannes 2006 sous les huées du public, vient de sortir en Bluray chez les Anglais d’Arrow et bientôt chez Wild Side. Rappel : le film prédit la fin du monde pour 2024.
012-013_PREMIERE516-News 3 sujets OK IC.indd 11
Pourquoi personnen’a voulu de The Dissident ? Revenu de Sundance 2020 sans distributeur, le très attendu docu sur l’assassinat de Jamel Khashoggi dort depuis un an dans un placard. La faute au film ou à son sujet? uPARROMAIN THORAL ans la récente histoire des plateformes, l’in-connu Bryan Fogel est presque un symbole. C’est en tout cas l’homme grâce à qui, en 2018, Netflix a remporté le tout premier D Oscar de son histoire. SonIcarus, docu sur l’institutionnalisation du dopage en Russie, n’était pas le film d’un génie mais un objet solide, rythmé, informé, et donc récompensé. Le genre de films que toutes les plateformes s’arrachent désor-mais pour faire gonfler leur catalogue – encore plus lorsqu’ils peuvent rapporter des médailles. De fait, on pouvait imaginer Fogel plutôt sûr de son coup lorsqu’il a entamé la réali-sation de son nouveau film sur l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. La médiatisation du sujet, la petite odeur de soufre, le timing géopolitique et l’Oscar désormais posé sur la cheminée : franchement, c’était du velours. À peineThe Dissidentfini qu’il est présenté début 2020 à Sundance, là oùIcarusavait été acheté pour 5 millions de dollars par Netflix trois ans plus tôt. Reed Hastings, le big boss du studio, est dans la salle. Hillary Clinton est assise pas très loin. La standing ovation est spec-taculaire, la critique s’emballe, Fogel savoure. Et puis plus rien. Aucun distributeur ne se manifeste. Pas d’indés, pas de majors ni de plateformes, rien. La crise? Quelques jours plus tard, durant le même festival, Apple déboursera 12 millions de dollars pour un autre documentaire,Boys State. « J’étais en état de choc, c’était comme si personne ne me connaissait. Ça m’a ouvert les yeux sur la réalité de ce métier »,déclarait-il y a peu au magazineVarietyselon lui, serait donc la suivante : en faisant. La réalité, la lumière sur la responsabilité du prince héritier saoudien, Mohammed Ben Salmane, dans l’assassinat de Khashoggi,TheDissidentaurait foutu la trouille à des plateformes qui ne raisonnent plus du tout à l’échelle occi-dentale, mais bien mondiale. De fait, pas question de fâcher des abonnés qui seraient aussi supporteurs du très puissant MBS, en Arabie saoudite comme ailleurs. La théorie, intéressante, met en lumière un très gros problème au-quel doit se confronter une industrie du divertissement mondialisé. Mais peut-être aussi que les choses sont beaucoup plus simples que cela : per-sonne n’a voulu de ce film parce qu’il est tout simplement loupé. Réponse ici même le mois prochain au moment de sa sortie en France. u
Mars 2021
11
© DISNEY / CBS / UNIVERSAL / FLOWER FILMS / DR
03/02/2021 17:12