Rock et Folk du 18-10-2019

Rock et Folk du 18-10-2019

-

Presse
116 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Informations

Publié par
Date de parution 18 octobre 2019
Langue Français
Signaler un problème
T H E B E AT L E S
 RD NOVEMBRE 2019 N O V E M B R E 2 0N1°9627/ 6,50/ MENSUEL 6,50 BEL 7,15F: SUISSE 11,30 CHF LUX 7,15PORTUGAL CONT 7,40 627  CAN 11,30 $ CAN/ITA 7,40DOM 7,40N CAL (S) 975 XPF POL (S) 1090 XPF ESPAGNE 7,40L 19766 ILE MAURICE 7,40
R O C K & F O L K N ° 6 2 7
Edito
La route longue et venteuse Nous sommes face à un tunnel. A l’entrée. Pas de lumière au fond. Pas de bande d’arrêt d’urgence. Au bord de l’abîme noir. Ce numéro le montre. Douloureusement. Un long tunnel que l’histoire du rock’n’roll commence à emprunter et qui avale ceux qui ont fait cette musique, écrit cette aventure et qui disparaissent à une cadence qui semble s’accélérer. La vitesse n’y est pas limitée. Ginger Baker au moment d’envoyer le numéro à l’imprimerie... Ces nécrologies prennent chaque mois davantage de place. 12 pages cette fois. Et si le rock’n’roll ne meurt pas, pas plus que le punk et que la pop, il est difficile de ne pas admettre que ceux qui l’ont fait, si. Et ça, juste au moment où nous parlons du demisiècle d’ “Abbey Road”, ce disque dont la pochette fit tant pour la sécurité routière, éduquant des millions de piétons à un comportement citoyen (mot pas encore utilisé en ce sens à l’époque) en ville. Ce disque qui marque aussi un peu, symboliquement en tout cas, le début de la fin, la mort des Beatles et des années soixante qu’ils ont contribué à peindre d’intelligence. Comme le montre la photo en couverture de ce numéro, l’amour n’est plus dans le pré. Sapés comme des fossoyeurs de westerns, les Beatles semblent porter le deuil de leur propre groupe mais décidés de ne laisser à personne le soin de le mettre en terre. Ni leur histoire. C’est le signe des Quatre, d’accord sur ça, au moins. On essaye d’imaginer parfois, non sans difficulté, comment était le monde avant. Avant John, Paul, George et Ringo. Sans leur musique. En 1969, il s’agit de savoir, ou d’apprendre à se figurer comment sera celui d’après. Sans ces quatre gamins pas si vieux à ce moment et que tellement de choses désormais séparent. Les mêmes, peutêtre, qui les réunissaient sous la bannière souvent galvaudée, mais pas là, du génie. Fini. Terminé. La décennie merveilleuse s’achève et il convient désormais d’apprendre à vivresansles Beatles. En réécoutant inlassablement l’œuvre. Bien sûr. Mais il n’y aura plus rien de nouveau si ce n’est, c’est connu, “Let It Be” qui sortira après, mais fut enregistré avant.Patati patata, ObLaDi, ObLaDa... Là encore n’agissant pas comme les autres. Toujours autrement. Toujours où on ne les attend pas. Souvent mieux. On parle de génies ? On parle aussi d’un moment, d’une époque qui a généré des groupes ou des artistes fantastiques, touchés par la grâce, tous au même moment. Ensemble. Emulation. Concurrence. Période propice. Cette génération, il faut le reconnaître, laisse à l’amateur d’innombrables merveilles pour supporter le deuil des Beatles, hein.
Disparition, toujours. Rock ? Voyons. Jacques Chirac a quitté le navire, le bateau ne flottait plus, prenait l’eau. La charcuterie, le cul des vaches, Jean Tiberi la Corona, le sumo, la bise à Barthez et les ministres à accent du midi : terminé. Les photos avec Michael Jackson, Johnny Hallyday, Bono, Johnny Hallyday, Régine, Johnny Hallyday, Madonna, Johnny Hallyday et Line Renaud : terminé. Mettant fin aux merveilleuses décennies 50, 60, 70, 80, 90, 00...
VINCENT TANNIERES PS : Si on aime les Troggs et le parfum, ce qui n’est pas incompatible, la publicité Guerlain permet de réunir ces deux passions.
NOVEMBRE2019R&F005
Sommaire627 Parution le 20 de chaque mois
In memoriam DANIEL JOHNSTON15 Vincent Hanon PHILIPPE PASCAL16 Pierre Mikaïloff RIC OCASEK18 Jérôme Soligny BARRIE MASTERS22 Olivier Cachin Mes Disques A MoiPhoto DR MARIE FRANCE24Wilco 48 Jean-Emmanuel Deluxe Prospect THEO LAWRENCE28 Jérôme Reijasse LAST TRAIN30 H.M. Tête d’affiche MIKE PATTON & JEANCLAUDE VANNIER32 Olivier Cachin METRONOMY34 Basile Farkas MNNQNS36 Stan Cuesta JEAN FELZINE38 Thomas E. Florin En vedette KIM GORDON40 Isabelle Chelley FRUSTRATION44 Jérôme Reijasse WILCO48 Léonard Haddad KING CRIMSON54 Benoît Sabatier En couverture THE BEATLES60 Jérôme Soligny La vie en rock www.rocknfolk.com JEANPIERRE DIONNET68 Patrick Eudeline 60The Beatles COUVERTURE PHOTO : ARCHIVES ROCK&FOLK (DR) GRAPHISME : FRANK LORIOU RUBRIQUESEDITO005COURRIER008TELEGRAMMES012DISQUE DU MOIS073DISQUES074REEDITIONS082REHAB’086VINYLES088 DISCOGRAPHISME090QUALITE FRANCE092HIGHWAY 666 REVISITED094ERUDIT ROCK096FILM DU MOIS098CINEMA099SERIE DU MOIS101DVD MUSIQUE102BANDE DESSINEE104LIVRES105AGENDA106LIVE110ROCK’N’ROLL FLASHBACK113PEU DE GENS LE SAVENT114
Rock&FolkTél : 01 41 40 32 99 – Fax : 01 41 40 34 71 – e-mail : rock&folk@editions-lariviere.comEspace Clichy - Immeuble Agena 12 rue Mozart 92587 Clichy Cedex Président du Conseil de SurveillancePatrick CasasnovasPrésidente du DirectoireStéphanie Casasnovas Directeur GénéralFrédéric de WatrigantEditeurPhilippe Budillon Rédacteur en ChefVincent Tannières(32 99)Rédacteur en Chef adjointBasile Farkas(32 93) Chef des InfosYasmine Aoudi(32 94)Chef de la rubrique LiveMatthieu Vatin(32 99)Conseiller de la RédactionJérôme Soligny PUBLICITE : Directeur de PublicitéCaptif : Thierry Solal (33 01)Directeur de PublicitéHors Captif : Olivier Thomas (34 82) Assistante de PublicitéJuliette Prime (32 05) PHOTOGRAVURE Responsables :Béatrice Ladurelle (31 57), Agnès Delaveau-Bidart (34 89), Flavien Bonanni (35 29), Ont collaboré à ce numéro :Christophe FavièreVENTES (Réservé aux diffuseurs et dépositaires) :Emmanuelle Gay (56 95) ABONNEMENTS : Promotion Abonnements :Carole Ridereau (33 48)Abonnement :France 1 an-12 numéros : 66,30Suisse et autres pays et envoi par avion : nous contacter au (33) 03 44 62 43 79 ou sur : abo.lariviere@ ediis.frVENTE PAR CORRESPONDANCE : Accueil clients03 44 62 43 79 Commande par Carte Bancaire ou sur www.rocknfolk.frCOMPTABILITEFax : 01 41 40 32 58(32 37) Directeur de la Publication et Responsable de la Rédaction :Patrick Casasnovas IMPRESSION :Imprimerie de Compiègne Zac de Mercières 60205 Compiègne Cedex. Papier issu de forêts gérées durablement, origine du papier : Suède, taux de fibres recyclées : O%, certification : PEFC/ EU ECO LABEL, Eutrophisation : 0,01 kg/ tonne. DIFFUSION :MLP – Rock&Folk est une publication des Editions Larivière, SAS au capital de 3 200 000 euros.Dépôt légal :Imprimé en France.4eme trimestre 2019. Printed in France/ C om m ission paritairen° 0520 K 86723ISSNn° 07507852Numéro de TVA Intracommunautaire :FR 96572 071 884 CCP 11 5915A Paris RCS Nanterre B 572 071 884 Administration :12, rue Mozart 92587 Clichy Cedex – Tél : 01 41 40 32 32 Fax : 01 41 40 32 50.LES MANUSCRITS ET DOCUMENTS NON INSERES NE SONT PAS RENDUS.
Courrier des lecteurs
A boire, ou je tue Thom Yorke !
Illustration Jampur Fraize
Laquelle ? Quelle belle couverture ! Merci ! Une photo comme celleci, sur une couverture comme celleci, ça rachète de toutes les erreurs et de tous les errements de ces cinquante dernières années (au moins !). PHIL (L’AUTRE !)
Années-lumière Parfois rien ne prédestine en apparence à ce choc : celui véhiculé par le rock. J’en veux pour preuve ma terre de bals et d’accordéons... De dancings et de discomobiles. A des annéeslumière de là où les choses se passaient. On lit, à ce sujet, dans le “England’s Dreaming” de Jon Savage :“c’était comme si il y avait eu un complot pour maintenir(le rock) hors de notre atteinte, et ça a accru son mystère”. Oh que oui. Là, nous achetions nos 45 tours chez Prisunic ou aux Nouvelles Galeries. Et on jouait nos cassettes compilatoires sur un magnétophone : cela semblait bien suffisant. C’est dans ce contexte qu’avec leurs loques étranges, les Rita Mitsouko s’emparèrent à leur tour de ce nondit rock. EUGENIE
Nouveau monarque Le rock est mort ? Vive le rock ! THIERRY SIBOT
Le dernier des lads Cher Liam, j’ai toujours trouvé qu’Oasis, d’un point de vue discographique, était surestimé. Je vous en veux encore pour vos trois annulations de concerts, à la suite, à Bordeaux (la quatrième était la bonne). Tu penses aussi être le plus grandfrontmande tous les temps (mais sur scène, rien que dans la britpop, Brett Anderson et Jarvis Cocker te mettent une terrible raclée). En revanche, et là, je ne peux pas te l’enlever, en matière d’interview, tu es le plus grand. Un génie. Quelle fraîcheur, quelle drôlerie et quelles vacheries ! Tu es vraiment le dernier desfooking lads. LE MANCUNIEN
Uber Alès Publier deux mois d’affilée le même courrier sur les GrysGrys, c’est vachement bien pour le meilleur groupe de rock alésien du monde. J’aurais pas fait mieux, respect ! E.T. DECONING PEOPLE
Rêve “Quand en cinquième on a commencé à choisir des gens pour faire un groupe, la seule motivation était de refaire ‘I Wanna Be Your Dog’ au moins une fois et faire un concert à la fête du lycée.” Lionel Limiñana ! Putain ! Ce type a fait le même rêve que moi, mais lui l’a réalisé... Respect. YVES LE GENDRE
Les tuniques pas bleues Salut aux rockers, il avait quel âge Eudeline en 1967 ? Et il a vu ça où que les confédérés portaient du bleu ? Le bleu confédéré c’est sur le drapeau. Vous pourriez pas lui offrir un petit tour dans des friperies du Tennessee ou de Caroline pour lui rafraîchir la mémoire et aussi alimenter d’autres articles aussi passionnants ? Amicalement. WILLIAM
Si vous avez d’autres idées comme ça, gardez-les, s’il vous plaît...
Tournée générale “Tiens, si je commandais un spritz ?” (Jon Spencer).“Le Cinzano... personne n’en boit plus aujourd’hui”(Neil Hannon).“Ils(Grindhouse)sont gros, moches, exhibent fièrement leurs bedaines et sentent la bière”. Tentative de réactivation du mythe de la rock star leveuse de coude, que corrobore le récent “Wines And Champagne” de Adam Green... Preuves accablantes : The Voidz avec cet hymne préventif (et définitif) de 2018 : “Think Before You Drink”. Dans les nineties, les American Music Club de Mark Eitzel, qui se posent en experts avec cette question : “How Many Six Packs Does It Take To Scr*w In A Light ?”. Plus sentimentaux, les Lambchop : “The Man Who Loved Beer”. Playlist. A consommer avec (im)modération. “Have A Drink On Me” (AC/DC), “One Scotch, One Bourbon, One Beer” (John Lee Hooker), “How Many Six Packs Does It Take To Scr*w In A Light” (American Music Club), “Cryin’ In Your Beer” (Stereophonics), “There’s A Tear In My Beer” (Hank Williams), “Bubbles In My Beer” (Bob Wills & His Texas Playboys). “I Am Drinking Again” (Will Oldham), “Bacardi” (Nada Surf), “Tequila” (Ventures), “Tequila Sunrise” (Eagles), “Wine” (Raveonettes), “Strawberry Wine” (Ryan Adams), “Sour Wine” (Q65), “Summer Wine” (Lee Hazlewood), “Cheap Wine” (Rain Parade), “White Wine And Fried Chicken” (Hot Chip), “Mexican Wine” (Fountains Of Wayne), “I Need Some Fine Wine And You, You Need To Be Nicer” (Cardigans), “Pass Me Down The Wine” (Oasis), “Two More Bottles Of Wine” (Emmylou Harris), “Spill The Wine” (War), “Drink Wine” (Methyl Ethel), “Lilac Wine” (Jeff Buckley). “The Band Drinks For Free” (Fleshtones), “Last Of The Big Time Drinkers” (Stereophonics), “What The Driven Drink” (Oh Sees), “Somebody Put Something In My Drink” (Ramones), “Alcohol” (Kinks), “Milk And Alcohol” (Dr Feelgood), “Cigarettes & Alcohol” (Oasis). “Alcoholiday” (Teenage Fanclub), “Last Call For Alcohol” (Fraternity Of Man). “Whatcha Drinkin’ ” (Hüsker Dü). “Think I’ll Stay Here And Drink” (Merle Haggard), “Drink All Day” (Byrne), “A Glass Of Champagne” (Sailor), “Black Champagne” (Luna), “Champagne Supernova” (Oasis). “Cocktails” (Dennis Wilson), “Brandy Alexander” (Ron Sexsmith), “Bad Liquor” (American Music Club). “I’m Drinking Canada Dry” (Flying Burrito Brothers), “Drinkin’ And Thinkin’ ” (William Bell), “There’s No Drinking After You’re Dead” (Paul Weller), “If Drinking Don’t Kill Me (Her Memory Will)” (George Jones), “Drunken Tears” (Quasi).
010R&FNOVEMBRE 2019
“Sketches For My Sweetheart The Drunk” (Jeff Buckley), “You Only Call Me When You’ Re Drunk” (Ed Harcourt). “Drunk Girls” (LCD Soundsystem), “Drink, Drank, Drunk” (A Sunny Day In Glasgow), “Drunk In LA” (Beach House), “Drunk On The Stars” (Smog), “Too Drunk To Dream” (Magnetic Fields), “Too Drunk To Fuck” (Dead Kennedys). “Don’t Come Home ADrinkin’ (With Lovin’ On Your Mind)” (Loretta Lynn), “Don’t Mix Your Drinks” (Elbow), “Don’t Drink Poison” (Le Tigre), “Think Before You Drink” (The Voidz), “Drink The Elixir” (Salad). “A Drinking Song” (The Divine Comedy), “Alabama Song (Whisky Bar)” (Bretch/ Weill, The Doors), “Bottle Song” (Radar Bros). Groupes : Whiskeytown ; Eugene McGuinness ; Beasts Of Bourbon ; The Drink. Citation : “Le fait de boire est une convention sociale, et ça vous marginalise de vous y soustraire”(Johnny Marr). Pas mieux. Mot de la fin :“Cheers”! EDDY DUROSIER
The Connaisseur Coucou, je vous remercie pour mon père (connaisseur) de m’avoir envoyé le CD des Raconteurs. Un grand merci à vous. AMBRE WILLIATE
Imprimer la légende Salut R&F et merci d’exister. Pourriezvous légender vos photos, surtout lorsque vous présentez un groupe ? Exemple dans le numéro 626 (putain déjà !), pages 20/21 l’interview de Ride, qui est Mark Gardener, qui est Andy Bell sur l’image légendée“Photo DR”. Cordialement. DIDIER
L’algorithme Cher Thom Yorke, dans les... vous avez aimé... vous aimerez aussi, moi c’est Radiohead qu’on me propose... c’est con, non ? BOX VOCAL
Puissance crue Iggy ou Bowie mix peu importe. “Raw Power” est un putain d’album. Et il restera pour la postérité la chanson ultime : “Search And Destroy”. Rien ne pourra l’égaler. Beaucoup ont essayé, en vain... S’il fallait ne retenir qu’une seule chanson pour l’île déserte, ce serait cellelà. BRIGITTE AUBREE
Le grand Max Aaaaaaah !... Ça, c’est le genre de groupe qui fait plaisir. Et pourquoi ? Parce qu’il rappelle à tout le monde qu’il faut prendre le rock’n’roll pour ce qu’il est vraiment : un truc pas raffiné du tout, carrément idiot, vulgaire, libidineux sur les bords et bruyant ! D’ailleurs, estce vraiment de la musique ? Pas sûr. C’est aussi (autant ?) une histoire d’image. Et Amyl And The Sniffers, côté image, c’est le grand chelem, comme en témoigne une de leurs dernières vidéos : “Some Mutts (Can’t Be Muzzled)”, où on peut admirer : une blondinette maquillée vulgaire, gesticulant comme une possédée, vous montrant son derrière où est inscrit son nom sur un terrible short Le Coq Sportif (le même que Maxime Bossis) ; un guitariste ressemblant à votre copain de cinquième en 1984, celui qui avait des Americana, un jeans elastis et le logo d’AC/DC mal dessiné sur sa trousse ; un bassiste qui semble sorti de la banlieue de Gdansk, période Solidarnosc ; un batteur à chemise de bucheron et à la coupe de cheveux comme on n’en fait pas. En onze morceaux et vingtneuf minutes, ce disque vous transforme immédiatement en adolescent cramé, dodelinant bêtement de la tête, la bave aux lèvres, sur le point d’hurler :“A boire, ou je tue Thom Yorke !”Ne posez pas votre cerveau très loin, des fois que... Alors les pénibles diront que ça ressemble à un vieux groupe de punk, que la fille chante comme Ari Up ou Poly Styrene... Ouais, bon... on va arrêter de s’inquiéter pour eux, c’est pas notre faute s’ils ne comprennent rien à l’évangile selon Johnny Thunders. On écoute cet album à plein volume, la tête remplie du bruit salvateur, attendant la poussée d’hormone et se disant que ça fait vraiment chier de réviser son bac. On aurait plutôt envie de jouer de la guitare électrique, même mal. CAILLOU
Les Beatles ? Imaginez les frères Jacques avec des guitares électriques et une coupe au bol. Vous pensez à qui ? PATRICK MOALIC
Nostradaniel Dans le courrier des lecteurs de l’avantdernier numéro, Didier C dit“Bon, les trois dingos Syd, Skip et Roky ne sont plus parmi nous, mais il reste Daniel Johnston...” Si vous avez d’autres idées comme ça, gardezles, s’il vous plaît... PUNK80S
La politique du clic A l’occasion du décès du génial Ric Ocasek, on a pu lire la phrase suivante – reprise bêtement par tous les médias :“Avec Ocasek au micro, The Cars a produit des hits comme ‘You Might Think’, ‘Shake It Up’, ou ‘Drive’”. En lisant cela, l’auditeur lambda pensera que le célèbre “Drive” était chanté par Ocasek... Manque de bol, c’est un autre membre du groupe, Benjamin Orr (lui aussi décédé, prématurément, en 2000), qui tenait le micro pour ce qui allait devenir leur plus grand hit. On vit une époque formidable où, quand une ânerie est écrite dans une dépêche, elle est démultipliée comme des petits pains sur tous les sites d’information, tant il est vrai que le copiercoller est désormais l’outil principal de ces derniers. Mais bon, rien de grave (isn’t it ?) : ce n’est que de la musique et nous sommes en France... J’en profite pour formuler une requête : il serait agréable de lire dans votre vénérable mensuel (qui, lui, ne pratique pas la politique du clic) un article sur l’histoire de ce groupe immense (trop souvent sousestimé)... même si j’ai conscience que le titre du magazine n’est pas Rock&Pop ! J’ai presque envie de dire hélas... VINCENT PRIQUE
Moines Psychotiques C’est bio et local. Foncez voir sur scène The Psychotic Monks (la baffe du moment) avant qu’ils soient trop gros et trop ringards (Oasis/ Muse/ U2 etc.) JACK FLASH
Le retour du progressif Bonjour à tous, je m’appelle Philippe, j’ai 56 ans, et lors d’une insomnie nocturne, j’ai allumé la lumière et commencé à lire mon magazine de rock préféré. Et il m’est venu cette réflexion :“Etre rock en 2019, c’est d’avoir toujours à portée de main ses verres progressifs pour lire les articles de R&F écrits en caractères blancs sur fond noir”. Bien à vous PHILIPPE
Ecrivez à Rock&Folk, 12 rue Mozart 92587 Clichy cedex ou par courriel à rock&folk@editionslariviere.com Chaque publié reçoit un CD