Rock et Folk du 19-03-2020

Rock et Folk du 19-03-2020

-

Presse
116 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Informations

Publié par
Date de parution 19 mars 2020
Langue Français
Signaler un problème
+
+
AVRIL 2020 N°632 / 6,50/ MENSUEL BEL 7,15SUISSE 11,30 CHF LUX 7,15PORTUGAL CONT 7,40CAN 11,30 $ CAN/ITA 7,40DOM 7,40N CAL (S) 975 XPF POL (S) 1090 XPFESPAGNE 7,40ILE MAURICE 7,40
 RD
6,50 F:
 632 S 
L 19766
Edito
Monstres & Cie “Les êtres physiques imaginés par les mythologies et par les légendes, dragons, minotaures, harpies, divinités à formes étranges étaient des monstres. Les Centaures étaient des monstres. La Chimère était un monstre. Polyphème était un monstre”, écrit le Littré. Le rock’n’roll, comme l’art ou la religion, a créé ses propres légendes. Ses monstres. En ce sens, fantastique, Ian Dury en était un. Bouffon déformé par la maladie. Les genoux broyés, brisés, la gouaille cockney aux lèvres, Doc Martens aux pieds et qui regarde lanormalitédans les yeux. Voulant inverser son destin prolo et conquérir le monde, pourquoi pas. Le rock business permettait ça. Roitelet régnant sur quelques dégénérés intéressés, sur une cour des miracles en blouson de cuir. “La Galerie Des Monstres”, ce film muet de 1924, “Freaks” de Tod Browning, bien sûr, montraient cet endroit, le cirque, espace refuge desautrement, desdifférents. Comme Brueghel peignant les éclopés, les mendiants tordus et difformes, dans cette foire infernale, violente, anormale et inquiétante. Pleine de sens magique. Ou les marquis poudrés de Clovis Trouille, ses ecclésiastes salaces et ses nonnes dépravées. Son “Palais Des Merveilles”. Le rock fut ce lieu. Inventant ses espèces, s’il le fallait. Femmes habillées en homme. Hommes en talons aiguilles. Les déguisés. Nombreux. Les satanistes, crachant du faux sang, les yeux révulsés, un pentagramme comme logo. Les maquillés, New York Dolls (en femme), David Bowie (en flèche), Kiss, Marilyn Manson, Insane Clown Posse... Des types fringués en momies, en pirates... Lordi. Pénurie de masques ? Pas ici : Slipknot, Residents, Daft Punk, Ghost, on en oublie. Où, ailleurs que dans le rock, cela futil possible ? Au cirque ? Oui. Et dans le catch. Le rock’n’roll circus n’est pas une légende. Enfin si. Mais a, de fait, existé. Ian Dury, donc, acteur de ce conte. Mort il y a 20 ans. Laissant pour toujours ce “Sex & Drugs & Rock & Roll”, compris comme un cantique hédoniste, devenu hymne de son vivant et légué à une génération pas encore frappée par le sida, ni rattrapée par l’eugénisme. Formule devenue mode de vie, dangereux, certes, mais pas en 1977, cette époque tellement lointaine...
VINCENT TANNIÈRES
PS : En cas de confinement, on pourra toujours revisionner la chorégraphie d’ouverture de la cérémonie des César interprétée par Florence Foresti en Joker, sur “Rock And Roll” de Gary Glitter condamné en 2015 à 16 ans de prison pour actes pédophiles. Séparer l’homme de l’artiste...
AVRIL 2020R&F005
Sommaire632 Parution le 20 de chaque mois
Mes Disques A Moi BERTRAND BONELLO14 Thomas Andrei
Tête d’affiche JUNIORE18 Basile Farkas JONATHAN WILSON20 Charles Ficat CATHEDRALE22 Alexandre Breton BRYAN FERRY24 Jérôme Soligny JAMES RIGHTON26 Jean-Emmanuel Deluxe BAXTER DURY28 Alexandre Breton THE MEN30 Alexandre Breton
En vedette BIG THIEF32 Thomas Andrei ROWLAND S HOWARD36 Thomas E. Florin 2PAC40 Olivier Cachin SLADE44 Jérôme Soligny CSN&Y48 Bertrand Bouard THE RUBINOOS54 Nicolas Ungemuth
En couverture IAN DURY60 Benoît Sabatier
www.rocknfolk.com La vie en rock GRAEME ALLWRIGHT68 Patrick Eudeline
COUVERTURE PHOTO : DAVID CORIO/ DALLE GRAPHISME : FRANK LORIOU
Photo archives Rock&Folk  DR 54The Rubinoos
60Ian Dury
RUBRIQUESEDITO005COURRIER008 TELEGRAMMES012DISQUE DU MOIS073DISQUES074REEDITIONS082REHAB’086VINYLES088 DISCOGRAPHISME090QUALITE FRANCE092HIGHWAY 666 REVISITED094ERUDIT ROCK096ET JUSTICE POUR TOUS098FILM DU MOIS100CINEMA101SERIE DU MOIS103DVD MUSIQUE104BANDE DESSINEE106LIVRES107AGENDA108LIVE110ROCK’N’ROLL FLASHBACK113PEU DE GENS LE SAVENT114
Rock&Folk92587 Clichy Cedex – Tél : 01 41 40 32 99 – Fax : 01 41 40 34 71 – e-mail : rock&folk@editions-lariviere.comEspace Clichy - Immeuble Agena 12 rue Mozart Président du Conseil de SurveillancePatrick CasasnovasPrésidente du DirectoireStéphanie Casasnovas Directeur GénéralFrédéric de WatrigantEditeurPhilippe Budillon Rédacteur en ChefVincent Tannières(32 99)Rédacteur en Chef adjointBasile Farkas(32 93) Chef des InfosYasmine Aoudi(32 94)Chef de la rubrique LiveMatthieu Vatin(32 99) Conseiller de la RédactionJérôme SolignyMaquette :Christophe Favière (32 03) PUBLICITÉ :Directeur de PublicitéCaptif : Thierry Solal (33 01)Directeur de PublicitéHors Captif : Olivier Thomas (34 82) Assistante de PublicitéJuliette Prime (32 05) PHOTOGRAVURE Responsables :Béatrice Ladurelle (31 57), Agnès Delaveau-Bidart (34 89), Flavien Bonanni (35 29) VENTES (Réservé aux diffuseurs et dépositaires) :Emmanuelle Gay (56 95) ABONNEMENTS :Promotion Abonnements :Carole Ridereau (33 48)Abonnement :France 1 an-12 numéros : 66,30Suisse et autres pays et envoi par avion : nous contacter au (33) 03 44 62 43 79 ou sur : abo.lariviere@ ediis.frCORRESPONDANCE : Accueil clientsVENTE PAR 03 44 62 43 79 Commande par Carte Bancaire ou sur www.rocknfolk.frCOMPTABILITÉFax : 01 41 40 32 58(32 37) Directeur de la Publication et Responsable de la Rédaction :Patrick Casasnovas IMPRESSION :Imprimerie de Compiègne Zac de Mercières 60205 Compiègne Cedex.Papier issu de forêts gérées durablement, origine du papier : Suède, taux de fibres recyclées : O%, certification : PEFC/ EU ECO LABEL, Eutrophisation : 0,01 kg/ tonne. è m e DIFFUSION :MLP – Rock&Folk est une publication des Editions Larivière, SAS au capital de 3 200 000 euros.Dépôt légal :2020. Printed in France/ 2 trimestre en France.Im prim é C om m ission paritairen° 0520 K 86723ISSNn° 07507852Numéro de TVA Intracommunautaire :CCP 11 5915A Paris FR 96572 071 884 RCS Nanterre B 572 071 884 Administration :12, rue Mozart 92587 Clichy Cedex – Tél : 01 41 40 32 32 Fax : 01 41 40 32 50.LES MANUSCRITS ET DOCUMENTS NON INSÉRÉS NE SONT PAS RENDUS.
Courrier des lecteurs
Illustration Jampur Fraize
Nouvelle étoile Pourvu que Kevin Parker ne se mette jamais en tête de passer un tour dans un télécrochet. Ca gâcherait tout ce qui contribue actuellement à rendre ses tourments de l’âme audibles. Ce qui me semble être en effet plus primordiale. Et décisif. Puisque le chant c’est ça. De l’engagement. De l’implication. Du cœur. Et de la vulnérabilité. John Lydon :“Je ne supporte pas l’idée qu’on puisse vous imposer une façon de chanter. American Idol, X Factor, toutes ces émissions où il faut faire des pirouettes vocales exigées par les professeurs de chant (...). C’est de la pure connerie. Pourquoi estce qu’on ne peut pas chanter simplement ce qu’on sent ? (...) L’important, c’est ce que vous ressentez dans l’instant, c’est de communiquer quelque chose. Quand j’entends chanter quelqu’un, je me fous que ça soit en sol bémol mineur, mais il faut que ça soit authentique. L’accent mis sur chaque mot, la tonalité générale, la douleur qui s’exprime à travers les sons, le message, si tout cela est présent, les notions de juste et de faux importent peu.” SYD DIDEROU
Plein Gaz Merci Rock&Folk de m’avoir fait découvrir Supergrass, groupe ô combien supérieur à Oasis, dont je m’étonne encore du succès, sans parler du reste. J’étais passé complètement à côté de ce groupe aux compositions originales, mélodies addictives, arrangements alambiqués, chœurs bien sentis, productions de premier ordre, musiciens sympathiques (suivez mon regard), coffret superbe... THIERRY SIBOT
008R&FAVRIL 2020
Contrepèterie Et sinon E. T. Déconing People il devient quoi ? Car ça fait longtemps qu’il n’a pas été publié. A moins qu’il ne s’agisse d’un alias de Patrick Moalic. CORENTIN PS : Salut Patrick !
Le clash permanent Wire :“The Clash c’était tout ce que je détestais”... Ou comment renouveler son lectorat ! Chapeau les gars ! Amicalement. YVES
Virginité conservée Aller à un concert des Vierges. Y rencontrer un gars surexcité de les revoir après trente cinq ans. Lui demander, à la fin du show, ses impressions. S’entendre dire :“J’ai tout loupé, je discutais avec le vigile, à l’entrée.” E. T. DÉCONING PEOPLE
Spécialiste Merci, Mr Hanon, splendide votre article sur le chanteur d’AC/DC, à savourer en réécoutant “Columbus Ohio 1978 (Veterans Memorial Auditorium)”, un des meilleurs live de tous les temps... comme le London 1981 de Judas Priest, le Denver 1979 de Blackfoot, New York 1975 d’Aerosmith, Hammersmith Odeon 1981 de Black Sabbath, “Honest “N” Gutsy” de Gallagher, le Granada Studios 1972 de Slade, JJ Cale à l’Hammersmith Odeon 1994, Paris 1978 de Patti Smith, Lynyrd Skynyrd Cardiff 1975... la liste est longue ! Bonne continuation. FRED GHEWY
Conseil du style Incroyable ! Page 97, érudit rock sur Paul Weller, je cite :“Malgré son entrée au top 20, ‘Confessions Of A Pop Group’ excellent album...”(je lis bien ? Excellent album, incroyable !) “... incluant des éléments de musique classique, est très mal perçu par les critiques...(lire Rock&Folk en 1988)et la maison de disques”... Fermer les guillemets... Reconnaître que le Style Council était un bon (important) groupe, quoiqu’en dise Mr Ungemuth, spécialiste de Weller. Je dois être un des seuls à posséder le coffret “The Complete Adventures Of The Style Council” en France. JEAN-FRANÇOIS MILLET
On rêvasse en se repassant “Featurette” de Tot Taylor
Courrier des lecteurs
Quart d’heure d’anonymat “C’est une question d’algorithmes (...). Ça s’applique à tout, à la musique, à l’art”, disait un jour Jamie Hince dans ces colonnes... Et personnellement, j’y crois. Algorithme : ensemble de règles dont l’application permet d’effectuer une opération plus ou moins complexe. Quid du hasard alors, cet élément essentiel à la musique ? Avec l’algorithme, n’y auraitil plus jamais alors de soucis de plagiat ? Et seulement des problématiques de démarcation, quantifiables à défaut d’être habiles ? Plus jamais d’histoires de similarité de lignes mélodiques non plus, donc ? Car, un algorithme ne commettrait, ô grand jamais, cet impair. Ni d’impair d’aucune mesure, de toute façon. Système binaire, souvenonsnous. “Un simple changement de ton, de solmineur à. Sauf qu’on ne s’y attend pas”, expliquait fièrement Benjamin Cicely (dans le “Bienvenue Au Club” de Jonathan Coe). Et face à ça, c’est précisément parce qu’il fait de la narration de ses échecs une esthétique que le rock, quoique moins fréquenté objectivement, est le dernier. Refuge. Même si face à cette envie de réussite qui vide les choses de leur sens, sa volonté de donner du sens n’est pas une garantie de succès pour autant. Ou en tout cas, pas dans les termes communément admis en 2020. Réseau social, clic et nombre de vues.“Avant, la musique, d’abord, on l’entendait, ensuite éventuellement, on la voyait. Aujourd’hui la musique, d’abord on la voit. Ensuite on l’entend”, disait Chuck D. Que faire alors ? Eh bien, on rêvasse, en se repassant, merci au passage à Bertrand Burgalat, “Featurette” de Tot Taylor ! Une chanson qui, dans la grande tradition, suit sa propre voie, ouverte aux éventualités, n’obéissant qu’à son propre désir. Peutêtre qu’une chanson, ça n’est que ça, d’ailleurs. Désir. Impossible par conséquent de l’en détourner, de l’infléchir dans ce sens. De décider pour elle d’une trajectoire à donner sans la corrompre, de la soumettre à la volonté d’un autre qu’elle, sans la confondre. Oui, une chanson, finalement, c’est ça. L’exercice d’un désir. Un désir exercé sans effort apparent. Et de là provient sa vraie beauté. Que peut
010R&FAVRIL 2020
par conséquent l’algorithme face à ça ? Se persuader qu’il peut quantifier ce désir, y substituer son analyse. Cela dit, heureusement, sage savant, il se trompe. Il sait reproduire des tours, mais pas les inventer. Se les laissant dicter, en les dupliquant, par ceux que l’histoire contient déjà, ça d’accord. Mais certainement pas en faisant place nette à ce moment là. Autrement dit : pas sans subir indirectement le poids de plus d’un siècle de musique enregistrée avant lui. Pourquoi ? Parce qu’il n’a pas l’impulsion sacrée, propre aux vrais inventeurs. Laquelle leur permet de faire table rase. De tenir l’histoire en respect... Et de générer une chanson qui devrait en théorie agir comme une authentique proposition. Satisfaite de ses limites,“la créature génère de la musique automatiquement, en fonction des morceaux qu’on lui fait avaler”, écrivait Burgalat dans sa rubrique... nous sommes donc d’accord. Et puis, définitivement, l’algorithme ne sent pas le désir, ce fameux désir, monter (comment le pourraitil d’ailleurs ?). Et ça se ressent. C’est juste un exercice pour lui. Voilà tout. Dieu merci pour notre humanité en un sens. Eu égard à notre complexité authentique. Que le grand capital nous dispute déjà en voulant constamment, et zéro et un, binariser les choses. Heureusement, donc. Puisque ça veut dire aussi que la grâce lui reste résolument hors de portée, à l’algorithme. Qu’il n’est pas magique luimême. Et que dans cette tentative d’effraction de propriété, celle de l’unique, c’est le singulier qui vainc par la force des choses. Là, la nature qui reprend ses droits : l’algorithme étant écarté parce qu’il n’est pas en mesure de rivaliser, tout simplement. Et que sa volonté de simplification reste comme une fin de nonrecevoir. Pourquoi ? Parce que regarder en soi lui est impossible déjà, étranger qu’il est à toute intériorité, sans âme, où regarderaitil ? A défaut d’autre chose, les chansons qu’il engendre illustrent bien ceci : cette absence de regard. Regard qui, comme chacun sait, est le miroir de l’âme. Et de la responsabilité de l’artiste, Justin Vernon, alias Bon Iver :“Notre responsabilité en tant qu’artistes est donc d’observer les choses et de dire ce que nous voyons”. Et puis parce qu’il n’a pas de grenier musical intime pour lui aiguiser les réflexes, le cueillir
De l’engagement. De l’implication. Du cœur. Et de la vulnérabilité. par inadvertance, et l’inscrire dans unLe Forestier et cheminement propre. Propre à ceuxsa tronçonneuse qui ont appris à composer comme on Maxime sortant de sa grotte nous a apprendrait à marcher. De ce fait, c’est offert le grand moment de rock’n’roll aux une imposture. Voilà d’ailleurs ce qui Victoires de la musique en reprenant du prouve, à l’opposé, que le compositeur bout des lèvres un de ses succès, alors n’est pas un robot, lui. C’est qu’on ne lui avait — je suppose — rien précisément qu’il compose. Il compose demandé, tant il est irascible, puis il donc il est. Cela dit, le fait que a envoyé un scud au présentateur qui l’algorithme ne soit pas ne l’empêche avait eu l’audace de rappeler à Philippe nullement d’avoir des prétentions, Katerine que le génie est tributaire de remarquez... C’est là la signature l’horaire pour dire laconiquement : de notre époque, où tout le monde“Merci pour le bibelot !”Et si c’était est censément doué d’un charisme ça être rock’n’roll, être irascible ! et d’une aura indispensables :“OnSTEVE LIPIARSKI dirait que le monde est devenu un endroit génial, où tout le monde est génial et où chacun est le meilleur”,Mickie maousse posait, en 2019, Adam Green. Et Amis lecteurs, Nicolas Ungemuth où manifestement tout le monde ne se goure (rarement) jamais ! Son est un journaliste, un musicien, article commence par“Inconnu un photographe qui gagne à êtreen France...”Effectivement Mickie connu... Cela dit, voyez“l’idée qu’ilMost m’était inconnu, mais j’ai se font de ma musique !”, comme (presque) tous les 45 tours qu’il a le faisait remarquer John Lydon... produits. Des Animals à Kim Wilde. Mais peu importe, puisque à l’avenir, J’ai lu l’article deux fois de suite. soyonsen sûrs,“chacun aura droitPHILIPPE à quinze minutes d’anonymat”, acquiesce Bertrand Burgalat... RUDY RIODDESIso belle Bonjour, je rentre à l’instant du travail et je trouve le dernier R&F dans ma A perpétuitéboîte aux lettres. J’imagine que des Merci à Christian Casoni et à R&F tas de gens vous ont déjà apporté la pour ces cinq pages sur les Inmates. réponse à la question posée par un Ils ont toujours été injustement lecteur. La voiture avec laquelle pose sousestimés, alors que le pub rock Johnny Hallyday est une Iso Grifo A3C leur doit autant qu’au Doctor ! de 1965 qui lui a appartenu avant d’être PATRICErevendue en 2018 par Sotheby’s, mais PS : Ne m’envoyez pas un que ça reste entre nous parce que je Inmates hein, je les ai tous. n’ai pas envie de me la faire chourer PHIL (L’AUTRE)
Bon a tout fait Bonjour, suite à l’article sur Bon Scott qui aurait peutêtre mérité une page de plus, vous dites que des titres comme “You Shook Me All Night Long” ou “Rock And Roll Ain’t Noise Pollution” transpirent de sa présence, mais saviezvous qu’il avait enregistré une maquette de “Back In Black” ? ALAIN GILET
EcrivezàRock&Folk,12 rue Mozart 92587 Clichy cedex ou par courriel à rock&folk@editionslariviere.com Chaque publié reçoit un CD