Rock et Folk du 21-05-2019

Rock et Folk du 21-05-2019

-

Presse
116 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Informations

Publié par
Date de parution 21 mai 2019
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
S T R A Y C AT S
 RD J U I N6,25001 9 F:
 622 
L 19766
JUIN 2019 N°622 / 6,50/ MENSUEL BEL 7,15SUISSE 11,30 CHF LUX 7,15PORTUGAL CONT 7,40CAN 11,30 $ CAN/ITA 7,40DOM 7,40N CAL (S) 975 XPF POL (S) 1090 XPF ESPAGNE 7,40ILE MAURICE 7,40
R O C K & F O L K N ° 6 2 2
Edito
En mode rétro Que dit une époque où la jeunesse choisit de se tourner vers le passé, de s’habiller commeavant? De faire ou d’écouter la musique d’avant? D’êtrerétro. Idéalisant nécessairement ce passé, l’ajustant à ses fantasmes. A ses envies, de jouir comme de choquer.
Cette tentation rétro a plusieurs fois agité l’art, le divertissement et la musique. “West Side Story” qui, au début des années 1960, racontait les gangs des années 1950. “American Graffiti” bien sûr, le look de Sha Na Na et sa musique aussi, “Grease”, pourquoi pas. Les Juicy Fruits, le groupe loubard de “Phantom Of The Paradise”. La série “Happy Days”. Il y eut aussi les looks gangsters/ souteneurs années 30 que purent endosser Keith Moon et Bryan Ferry. Les redingotes des Beatles ou celles des Kinks. Les frusques de troubadours du Moyen Age des Rolling Stones. Et que penser des tricornes à plumes de Paul Revere ? Le succès planétaire des rééditions de la Nike Air Force One ou le retour des vestes de survêtement Fila à la Björn Borg participent à cela. Cette tentation enivrante de revenir aux origines. Pas que musicalement, on l’a compris. Les mods lorgnaient vers ladolce vita. Les gars du postpunk avaient choisi un costume plus strict mais sixties toujours. Cintré. Polo boutonné jusqu’en haut. Franz Ferdinand reprendra ça. Y ajoutant à un moment les chemises rouge de Kraftwerk et utilisant le graphisme constructiviste ou Bauhaus. Triple dose de rétro. Il y avait eu les filles des B52’s, Kid Creole, fines moustaches et zoot suit à la Cab Calloway aussi, et les tenues pirates d’Adam & The Ants, Amy Winehouse, bien sûr... on en passe. Avec les Stray Cats, on allait direct aux années 50. Les Cadillac à flancs blancs, et les costumes amples. La musique aussi. Ce rockabilly originel. Joué à la contrebasse. En cette période musicale glacée. La France était rétro. Alligators, Jezebel Rock, Rockin’ Rebels, Victor Leed... On pense à Pauline Lafont, à la brillantine Rêve d’Or, aux aprèsmidi du Golf Drouot, aux soirées swing des Bains Douches, à Anouschka. Cette jeunesse qui s’habillait comme ses parents, mais en couleur. Qui redécouvrait la danse. Les filles faisaient virevolter leurs jupons et les garçons portaient des chaussures deuxtons. Jijé, Franquin et Tillieux à l’honneur : les décors, les objets, les gants de Gil Jourdan et la Turbotraction de Spirou ! Yves Chaland, Serge Clerc, Denis Sire, bien sûr ! La Dernière Séance d’Eddy Mitchell disait ça aussi. Western et publicités anciennes au programme. Certains se revendiquaient même des zazous de l’Occupation et des orchestres swing des années 40. Rétro était moderne en ce début des années 80 !
Pour terminer, on notera, et c’est troublant, qu’au moment où les chatserrantsreviennent avec un nouvel album, un chatsauvage disparaît. Dick Rivers. Et de remarquer, mais sans esprit de polémique, l’énorme différence de traitement médiatique entre la mort de ce pionnier à la chevelure éternellement de jais par rapport à celle de Johnny H. Celuilà même qui chantait sans avoir visiblement bien compris :“Et le rétro j’en ai vraiment ras le bol/ Je préfère le bon vieux temps du rock’n’roll”. Véridique. En un seul mot. VINCENT TANNIERES PS : idée de visite : le zoo de Beauval et son spectacle de lions de mer durant lequel les mammifères marins font des prouesses sur l’air de “Hound Dog” d’Elvis Presley. Rétro...
JUIN 2019R&F003
Sommaire622 Parution le 20 de chaque mois
Mes Disques A Moi JEANERIC PERRIN12 Christophe Ernault
Tête d’affiche KAREN O16 Olivier Cachin MIKE DONOVAN18 Alexandre Breton MIKE McGEAR20 Jérôme Soligny MAVIS STAPLES22 Olivier Cachin En vedette FONTAINES DC24 Thomas E. Florin NICK ZINNER28 Thomas Andrei LE BLUES FRANÇAIS/ 232 Christian Casoni MORRISSEY & LES REPRENEURS36 Benoît Sabatier WEST COAST42 Christophe Ernault JJ CALE48 Bertrand Bouard
En couverture STRAY CATS54 Ungemuth, Thoury, Hanon
Photo Stéphane Sednaoui DR 48JJ Cale
La vie en rock www.rocknfolk.comRONNIE LANE64 Patrick Eudeline COUVERTURE PHOTO : ROBERT MATHEU/ DALLE GRAPHISME : FRANK LORIOU54Stray Cats RUBRIQUESEDITO003COURRIER006TELEGRAMMES010DISQUE DU MOIS069DISQUES070REEDITIONS078REHAB’082VINYLES084DISCOGRAPHISME086 QUALITE FRANCE088HIGHWAY 666 REVISITED090BEANO BLUES092ERUDIT ROCK094FILM DU MOIS098CINEMA099SERIE DU MOIS101 DVD MUSIQUE102BANDE DESSINEE104LIVRES105AGENDA106LIVE109ROCK’N’ROLL FLASHBACK113PEU DE GENS LE SAVENT114
Rock&FolkTél : 01 41 40 32 99 – Fax : 01 41 40 34 71 – e-mail : rock&folk@editions-lariviere.comEspace Clichy - Immeuble Agena 12 rue Mozart 92587 Clichy Cedex Président du Conseil de SurveillancePatrick CasasnovasPrésidente du DirectoireStéphanie Casasnovas Directeur GénéralFrédéric de WatrigantEditeurPhilippe Budillon Rédacteur en ChefVincent Tannières(32 99)Rédacteur en Chef adjointBasile Farkas(32 93) Chef des InfosYasmine Aoudi(32 94)Chef de la rubrique LiveMatthieu Vatin(32 99)Conseiller de la RédactionJérôme Soligny PUBLICITE : Directeur de PublicitéCaptif : Thierry Solal (33 01)Directeur de PublicitéHors Captif : Olivier Thomas (34 82) Assistante de PublicitéSandra Pinget (32 16) PHOTOGRAVURE Responsable :Béatrice Ladurelle (31 57)Ont collaboré à ce numéro :Christophe Favière VENTES (Réservé aux diffuseurs et dépositaires) :Emmanuelle Gay (56 95)
ABONNEMENTS : Promotion Abonnements :Carole Ridereau (33 48)Abonnement :France 1 an-12 numéros : 66,30Suisse et autres pays et envoi par avion : nous contacter au (33) 03 44 62 43 79 ou sur : abo.lariviere@ ediis.frCORRESPONDANCE : Accueil clientsVENTE PAR 03 44 62 43 79 Commande par Carte Bancaire ou sur www.rocknfolk.frCOMPTABILITEFax : 01 41 40 32 58(32 37) Directeur de la Publication et Responsable de la Rédaction :Patrick Casasnovas IMPRESSION :Imprimerie de Compiègne Zac de Mercières 60205 Compiègne Cedex. Papier issu de forêts gérées durablement, origine du papier : Suède, taux de fibres recyclées : O%, certification : PEFC/ EU ECO LABEL, Eutrophisation : 0,01 kg/ tonne. DIFFUSION :MLP – Rock&Folk est une publication des Editions Larivière, SAS au capital de 3 200 000 euros.Dépôt légal :2eme trimestre 2019. Printed in France/ Imprimé en France. C om m ission paritairen° 0520 K 86723ISSNn° 07507852Numéro de TVA Intracommunautaire :CCP 11 5915A Paris RCS Nanterre B 572 071 884FR 96572 071 884 Administration :Fax : 01 41 40 32 50.12, rue Mozart 92587 Clichy Cedex – Tél : 01 41 40 32 32 LES MANUSCRITS ET DOCUMENTS NON INSERES NE SONT PAS RENDUS.
Courrier des lecteurs
Illustration : Jampur Fraize
Son précieux Cher Rock&Folk... La disparition de la bague de Keith Richards reste énigmatique. Moi, qui attachais autant d’importance à cet appendice qui représentait à mes yeux la Pierre angulaire Qui Roule du rock, le symbole de la piraterie stonienne, je me rends compte que j’ai péché ! Oui, j’ai adoré une idole, au sens biblique, en passant à côté de la vérité toutes ces années ! En vérité, je vous le dis, j’ai eu de la sympathie pour le diable, lui qui se cache si bien dans les détails. Il a fallu que Notre Dame soit attaquée par les flammes de l’enfer pour que j’ouvre enfin les yeux ! La religion ne vit que par ses monuments ? Seronsnous moins croyants sans elle ? Et Keith Richards, restetil le Riff Master sans sa chevalière tête de mort ? Bien sûr que oui ! Le culte de l’objet est un piège du malin. Une Fender ou une Gibson ne sont belles que parce qu’elles sont bonnes ! Par le plaisir et le transport qu’elles procurent ! Non pour la beauté de leurs courbes, mais bel et bien pour la beauté de leurs sonorités. Grâce à cette quête de Keith, j’ai compris que la plus belle invention de l’homme c’est la musique ! Merci Rock&Folk ! GREG
Pas fatigué Bonjour, moi qui pensais que ma seule émotion rock en 2019 serait la sortie annoncée de la future pépite des gigantesques AC/DC ; et bien je ne m’attendais pas à cette magnifique surprise dans votre numéro 621 : cette excellente chronique de Patrick Boudet sur l’album “Chez Les Autres” de Starshooter. Tant de souvenirs me sont alors revenus. Starshooter, j’ai tout de suite accroché dès le premier 45 tours en 1977. J’étais ado à l’époque mais, bon sang, que ce groupe était frais, fun, rigolo et les compos vachement bien foutues. J’ai suivi ce groupe tout au long de sa trop brève existence. Il avait déjà tout compris dès le premier 33 tours. “A Toute Bombe”, “Jenny” défendaient la cause des femmes mieux qu’un long discours. Les textes de Kent ont toujours été top. Le deuxième album “Mode”, bien que décrié, avait des morceaux extraordinaires “WeekEnd”, j’adore ! Et “Congas & Maracas” que Kent chante encore sur scène tellement son texte est intemporel. C’est donc plein d’enthousiasme que je m’étais précipité acheter ce troisième opus “Chez Les Autres” chez mon disquaire. Magnifique pochette de Kiki Picasso, pochette que je regarde avec délectation 39 ans après. Le contenu musical est à la hauteur. Les Lyonnais sont plus diversifiés dans leurs propos, même si l’excellent “Machine A Laver” entretient la flamme des précédentes productions. Comme toujours, on s’apercevra bien trop tard de la qualité des productions de ces quatre gaillardslà. Starshooter allait trop vite, trop visionnaire pour le rock français de l’époque. Alors je ne saurais trop vous conseiller de rattraper votre retard si ce n’est déjà fait. Ecoutez d’urgence l’œuvre de ce groupe extraordinaire qui a réussi à secouer le baobab du rock français en lui ébranlant sérieusement les racines. Et puis Starshooter, ça rime tellement avecforever, non ? MICHEL ROUYER
“Il paraît qu’il existe un pressage allemand de 1978 de l’Album Blanc où l’on entend les Beatles jouer des cuillères sur ‘While My Guitar Gently Weeps’ !”
006R&FJUIN 2019
La mère Fête des mamans oblige : “Mothers” (Radar Bros) ; “My Ma” (Girls) ; “Mother” (John Lennon) ; “My Mama” (Barry Ryan) ; “You Mama You” (Jude) ; “Mathilda Mother” (Pink Floyd) ; “Mother’s Little Helper” (Rolling Stones) ; “GooseStep Mama” (Rutles) ; “Mama Tried” (Quasi) ; “Be Yr Mama” (SleaterKinney) ; “I’m Not Your Mother, I’m Not Your Bitch” (Courtney Barnett) ; “Your Ma” (Salad) ; “Tell Yer Ma” (Heavy Stereo) ; “Your Mother Should Know” (Beatles) ; “Praise For Your Mother” (Jim Noir) ; “Mother Earth” (Neil Young) ; “Mother Nature’s Son” (Beatles) ; “Some Mother’s Son” (Kinks). BETTINA
Attention au cachalot Dick Dale, Dick Rivers... Si j’étais Moby, je commencerais à flipper. E. T. DECONING PEOPLE
Coupables ... Et le dernier Innocents, c’est du pipi de chat ? Pas rock, peutêtre ? Pas folk non plus ? Pas proto punk, c’est sûr ! Pas electro, ben non... Pas variétoche, heureusement. Pas sixties garage, j’crois pas. Juste... le dernier Innos ! Et ça n’a pas de prix ! ALAIN DOUNONT
Espèces protégées Porter une veste léopard pour un Crocodile (numéro 620 page 27)... OK, je sors. Je voulais juste un disque gratos. Bisous. OLIVIER LEBLANC
Tout est relatif Salut à tous, cela fait deux ou trois fois ces derniers temps que je lis dans vos colonnes que “Dirty Work” des Stones est un album très mauvais. Moi je l’aime bien cet album. Vous avez jamais écouté “Undercover” ou quoi... ? SEB ZOZO
Courrier des lecteurs
Labnégation du digger Disquaire Day 2019. Voilà donc un territoire que je connais.“Les meilleurs clients”, dont parle Nick Hornby dans “Haute Fidélité”, par exemple, oui ! “Ceux qui doivent acheter un disque le samedi, même s’il n’y a rien dont ils aient vraiment envie”, je les ai fréquentés moi aussi. Il se pourrait même que je leur aie vendu des trucs, eh, eh... Disquaire moimême dans un passé proche, je fus familier de cette pathologie compulsive du complétiste... Cette société parallèle. Un jour, un de ces habitués audiophiles m’entreprend en me disant :“Il paraît qu’il existe un pressage allemand de 1978 de l’Album Blancavec l’Union Jack au centre du disque, où l’on entend les Beatles jouer des cuillères sur ‘While My Guitar Gently Weeps’ ! Waouh !... Et à combien peuton trouver cette merveille ?”. Lui de me répondre :“Oh, tu la trouveras à environ 150 dollars150 dollars !? N’estce pas un peu onéreux pour de simples... cuillères ?”(hilarité). C’était ainsi. Pour briser la glace, on devisait du cours (prohibitif) du vinyle, on parlait accessoirement devise et couverts en argent, la conversation prenant régulièrement un tour surréaliste, aussi sûrement que d’autres auraient spéculé spontanément sur la météo ou souscrit aux banalités d’usage... Les passionnés savent de quoi je parle. C’est de ça dont il s’agit aujourd’hui, en ce samedi 13 avril... Mais pour sûr, cette particularité ne susciterait, hors de son milieu naturel, que yeux ronds, effarement et consternation : celle qui précède ordinairement toute folie quelle qu’elle soit, ici la boulimie du digger en l’occurrence, délirante selon les critères habituels... Maisfolieque le marché de la réédition, en l’occurrence, reconnaît, valide et, même, appelle, anticipe, comme il valide l’abnégation du digger à dénicher la perle rare, bien conscient que cet appétit insatiable conditionne aussi sa survie, à lui. Si d’ordinaire le territoire du digger est un no man’s land où le monde extérieur n’est pas invité (comme ne l’est pas, d’une façon générale, tout ce qui s’oppose à sa quête, à son Graal, à sa folie), ce qui peut le rendre quelque peu abscons parfois (ainsi, à propos de son nouveau mode de“classement pour(sa)collection de disques”, le Rob de “Haute Fidélité” avançait : “Ce qui me plaît le plus, dans mon nouveau système, c’est la sensation rassurante qu’il me procure : grâce à
lui, je me suis rendu plus complexe. J’ai environ deux mille disques, et il faut vraiment être moi (...), pour savoir comment en retrouver un”), eh bien ce n’est pas le cas aujourd’hui, en cette journée du DDay, où la passion est visiblement affaire de synchronisation de rituel, de réciprocité, là est tout l’intérêt... Si le digger mue en sprinter olympique n’ayant que l’or en tête, c’est au milieu des autres, ses semblables, ses pairs. Valeur de l’instant présent, audelà de la collectionnite aigüe, de la primitive compulsion... Et la quête du digger est simple en réalité : elle consiste à réitérer l’enchantement initial ad libitum. Le digger repoussant sans cesse pour ce faire, les limites. De son nombre d’acquisitions lors du DDay, de sa folie... Jusqu’à la monstruosité. Sauf que si cette addictionlà se distingue c’est parce qu’elle sera toujours gratifiante : sauf à considérer l’hypothèque de sa vie sociale ou amoureuse parce qu’on aurait propulsé vraiment cette addiction au centre de son existence ; hypothèse en soi pas réaliste, tant sa nature, basée sur la transmission constitue une invalidation à cet égard (sous ce vernis de collectionneurs reclus, de brocanteurs archéologues,“entasseur compulsif qui aurait eu un goût très sûr en musique”(Johnny Marr), cette“apothéose de l’objet”, ou ces“pratiques fétichistes de collectionneurs quasi taxidermistes”, dixit Joseph Ghosn dans “Musiques Numériques”...“Collectionner les timbres, les dessous de bière ou les dés anciens. Il y a tout un monde, làdedans(...). Il y a de l’histoire, de la géographie, de la poésie, et mille autres choses que j’aurais dû apprendre à l’écolemême de la musique”, synthétisera en conclusion le Rob de “High Fidelity”. Vrai. Et ainsi, conformément à cet idéal de la transmission, le vendeur derrière son comptoir est au centre de l’attention. Je suppute en outre qu’il soit un de ces “véritables amoureux de la musique, du genre à vous lancer un regard désapprobateur pour vous préserver d’un achat désastreux”(comme l’écrit Elvis Costello dans son bouquin). Et moi, j’ai le cœur en joie avec mon exemplaire des “Imagine Demos” et du “World Of David Bowie” spécial Record Store Day sous le bras. Car, à rebours de ladite dématérialisation, je possède quelque chose (à moins que ce ne soit l’inverse ?). Et mon petit doigt me dit que cette chose vaut toutes les connexions hautdébit du monde. D. A. RUDD-HOZIER
Ecrivez à Rock&Folk, 12 rue Mozart 92587 Clichy cedex ou par courriel à rock&folk@editionslariviere.com Chaque publié reçoit un CD
008R&FJUIN 2019
Argumentaire Rock&Folk, c’est vraiment bien ! Rock&Folk, au service du rock’n’roll depuis 1966. Le numéro 621, mai 2019, est disponible dans toutes les bonnes crémeries d’Alsace, de France et de Navarre. Informatif, documentaire, riche de textes et de photos, d’histoires, de rêves, un véritable voyage musical sur papier glacé mais tellement chaleureux ! Le sommaire est étonnant de personnage hauts en couleur, Peter Doherty, Generation X, New Order, Dead Can Dance, Fat White Family, Scott Walker, Kurt Cobain, Cage The Elephant... Et toutes ces régulières 24 rubriques pour affiner l’actualité, les découvertes, les nouveautés... Rock&Folk, c’est vraiment bien ! STIANCHRIS DE SELESTAT
A Joël dédié Enfin parler du blues français... il était temps ! A ce propos, vous mentionnez Joël Daydé et son “Mamy Blue”... Mais avezvous écouté son disque intitulé “Ballades” sorti en 1976 ? Excepté le 45 tours “Les Matins De Pluie” qu’on entendait sur RTL de temps en temps, je pense que la France est passée à côté d’un grand album de blues rock... ALAIN GILET
Non soustitré Dites, bande de frimeurs, ça vous ferait mal de traduire dans les interviews ou extraits de chansons ? Perso, je ne comprends que l’anglais de base et je ne pense pas être le seul, ou alors peutêtre que si, et dans ce cas, après trente ans de lecture, R&F n’est définitivement plus pour moi. Salut HERVE FROIDURE
En Charente Maritime Très content de lire dans R&F numéro 620 que l’ultra dark album des Psychotic Monks est bon et que celui plus power pop de TH Da Freak est très bon. Parce que j’habite dans un bled de mille habitants dans lequel, depuis quelques années, une bande de gamins cultivés — je pourrais être leur père — s’échinent à organiser deux fois par an un festival de rock. Parce que grâce à eux, ici, au sud de nulle part comme dirait Buk, on a déjà vu deux fois les Psychotic Monks, mais aussi Johnny Mafia (élogieusement chroniqué il y a quelques mois), Equipe De Foot (idem), et même Birth Of Joy (oui, Birth Of Joy). Parce que l’été prochain... on aura TH Da Freak, ainsi qu’un power trio britannique dont Géant Vert avait souligné dans ces pages la qualité et le potentiel. Pas de doute, ces mecs ont du nez. C’est à Chevanceaux (17), ça s’appelle le LaryRock Festival, et ça mérite bien quelques lignes dans l’anthologie du rock. LAURENT SARROTE
Hooky “Substance” de Peter Hook. Un condensé d’afters, de bière tiède, de stimulants artificiels, de débauche, d’épisodes de tournée décadents, de séances de biture, de gueules de bois et de gerbe, de craquages et d’amnésies alcooliques, de factures de minibar exorbitantes, d’ecstasy, de double vies, de roadies dingues, de MST et d’émeutes, de synthés désaccordés et hors du rythme, de son merdique et d’adrénaline. Première remarque : il est incroyable de constater combien ce tome se reflète en miroir avec “Unknown Pleasures — Joy Division Vu De L’Intérieur”, les deux bouquins étant traversés de bout en bout par cet instinct de survie : survie à ses limites, à son leader, à son groupe. En ce sens “Unknown Pleasures – Joy Division Vu De L’Intérieur” / “Substance — New Order Vu De L’Intérieur”, c’est une épopée de grands croyants, animés par une foi inébranlable. Ainsi, il était écrit que New Order serait une façon pour les membres orphelins de Joy Division de gérer leur deuil. D’emblée donc, l’enjeu dramatique est posé : qu’adviendraitil de ces“trois supporters de Manchester United sans leur génie”Ian Curtis ? En voilà une question. Et tout de suite “Substance” décrit un groupe qui, porté par la nécessité, engendre ses solutions. Aussi le combo organise sa révolution musicale et, se survit ainsi, au moyen de claviers, de générateurs de sons en rack, de connexions MIDI et de boîtes à rythmes. Au sein du groupe, Barney Sumner, intronisé par défaut, est“d’humeur massacrante”.“Ce mec n’en a rien à foutre”, se lamente Hooky. On ne sait pas ce que pense Stephen Morris, toujours aussi bizarre, tandis que la“pâle et gothique”Gillian Gilbert, aux claviers, ne“joue pas très bien”. Si Dans “Unknown Pleasures”, les frasques relatées étaient, ma foi, davantage dignes d’un combo pubrock, que de l’imagerie dépressive,artyet froide qui participe à l’aura de Joy Division depuis quarante ans, dans “Substance”, on croirait carrément avoir à faire un groupe de heavy metal, viril et scandaleux ; odieux et outrecuidant. Difficile d’imaginer que les exploits narrés ici en effet sont le fait d’un groupe indie de “Mancs cradingues”,“quatre voyous qui jouaient de la pop à séquenceur”. Cela dit, Hooky est vraiment bidonnant, à s’en décrocher les mâchoires par instants, lorsqu’il se fend, tout à son aise, du compterendu de ces histoires abracadabrantesques où la réalité, romanesque, triviale, rocambolesque et trash, dépasse, de très loin, la fiction. Toute cetteloseconsentie au nom de la beauté du geste, mais désastreuse sur le plan comptable... il en résulte un autre bouquin de Hooky, aussi bidonnant qu’édifiant : “L’Haçienda, La Meilleure Façon De Couler Un Club”. Si le club auquel le groupe avait associé son nom se révélera être un panier percé, Hooky avait entrevu dans cette associationlà, la“possibilité d’[y] entrer et d’y boire à l’œil”. Voilà, tout est résumé. DOO-DAH BAND
TélégrammPARes YASMINE AOUDI
ARDECHE ALUNA FESTIVAL ème Pour la 12 édition du festival, du 27 au 29 juin à Ruoms, Ben Harper & The Innocent Criminals, M, Dionysos feront partie des 30 artistes au programme.
THE B-52’s Le groupe d’Athens sera en concert à l’Olympia (Paris) le 5 juillet et au Festival des Déferlantes (Argelès-sur-Mer) le 7.
BLACK MIDI En attendant “Schlagenheim”, premier album annoncé pour le 21 juin. Le quartette anglais jouera son math rock le 30 mai au This Is Not A Love Song Festival (Nîmes) et le 24 août au Check In Party (Guéret).
BRITISH INVASION Valli et Stephen Clarke narrent l’incursion de la culture britannique des deux côtés de l’Atlantique. “British Invasion, Pop Save The Queen” coffret incluant un livre de 144 pages, plus de 100 photos, 5 films en DVD sortira le 7 juin.
010R&FJUIN 2019
BOB DYLAN “The Rolling Thunder Revue – The 1975 Live Recordings”, coffret 14-CD du chanteur est annoncé pour le 7 juin. Il sera suivi par la diffusion sur Netflix du film documentaire de Martin Scorsese à partir du 12 juin.
BRITPOP Danny Boyle (“Trainspotting”) prépare un long métrage sur le mouvement musical des années 90 : “Creation Stories” inspiré par l’autobiographie d’Alan McGee, fameux mentor de Primal Scream et Oasis et producteur exécutif du film.
DEEP PURPLE Le groupe britannique a été extorqué de 3 millions de dollars par un comptable qui vient d’être emprisonné pour vol.
FESTIVAL DE NÎMES Slipknot, Avatar, Slash, Rival Sons, ZZ Top, Status Quo, Yarol, Toto, Supertramp’s Roger Hodgson, M, Elton John, Zazie, Marcus, investiront les arènes de Nîmes du 23 juin au 20 juillet.
PhotoKREeIaTgaHnFDRLINT L’autopsie du frontman de Prodigy, décédé en mars dernier, a révélé la présence de cocaïne, alcool et codéine au moment des faits. En revanche, il n’a pas pu être établi s’il s’agissait d’un suicide ou d’un accident.
GAME OF THRONES Le batteur Jack Bevan et le guitariste Jimmy Smith (Foals) apparaissent dans l’épisode 3 de la saison 8. De son côté, Matthew Bellamy de Muse signe en solo l’ultime morceau “Pray” de “For The Throne”, compilation de musiquesinspiréespar la série HBO.
GOSSIP Beth Ditto réunit son groupe pour fêter les 10 ans de “Music For Men”. 2 concerts prévus en France, le 4 juillet au Festival Beauregard (Hérouville-Saint-Clair) et le 8 à la salle Pleyel (Paris).
HELLFEST FESTIVAL ème Du 21 au 23 juin, pour sa 14 édition, le festival metal verra se succéder à Clisson : Slayer pour sa tournée d’adieu, Gojira, Sisters Of Mercy, Manowar, Tool, PhotoSlDaanshK,endLalylnDRyrd Skynyrd...
“PNL est au rap américain ce que Richard Anthony était à Bob Dylan” JEANLOUIS MURAT
HOLLYWOOD VAMPIRES Les Californiens sont de retour avec “Rise”. Alice Cooper, Johnny Depp et Joe Perry viennent de révéler “I Want My Now”, premier single de ce deuxième album espéré le 21 juin.
MARK KNOPFLER L’homme tranquille du rock britannique a annoncé mettre un terme aux tournées une fois l’actuelle terminée. En attendant, il jouera à l’AccorHotels Arena le 17 juin.
LED ZEPPELIN Un nouveau documentaire, en attente d’un titre, commémora les 50 ans du groupe. Le projet, réalisé par Bernard MacMahon, proposera de nouvelles interviews de Robert Plant, Jimmy Page et John Paul Jones, et des images inédites de John Bonham.
THE LIBERTINES Les lads seront réunis à nouveau sur scène le 3 août dans le cadre du Festival Coombe Weekender de Coventry (Angleterre), en attendant un successeur à “Anthem For Doomed Youth”.
Photo DR
MEAT LOAF Marvin Lee Aday s’est fracturé la clavicule lors d’une chute violente, en se prenant les pieds dans des câbles lors d’un colloque dédié aux films d’horreur à Dallas.
MATTIEL La chanteuse d’Atlanta annonce son deuxième album, “Satis Factory”, il contient 12 morceaux rock’n’roll, blues, folk ou soul et sortira le 14 juin.
JEAN-MARIE PERIER Le photographe des années yéyés exposera 40 images inédites des Beatles du 6 juillet au 3 novembre, au château d’Hardelot (Condette, Pas-de-Calais).
PETER PERRETT L’ancien leader des Only Ones publiera le 7 juin “Humanworld”, album maniant inlassablement le romantisme, constat sociétal et humour sarcastique. L’Anglais jouera au Café de la Danse (Paris) le 3 juin.
PRIMAL SCREAM Le gang de Bobby Gillespie rassemble tous ses singles en 2 compilations : “Maximum Rock’N’Roll : The Singles Volume 1 – 1986-2000” et “...The Singles Volume 2 – 2000-2016”. Sortie le 24 mai. Le groupe participera au festival Art Rock (Saint-Brieuc) le 8 juin et aux Vieilles Charrues (Carhaix) le 21 juillet.
QUEEN Le guitariste de Queen, Brian May a suggéré à la presse anglaise l’idée d’un concert caritatif, similaire au Live Aid, pour lutter contre le réchauffement climatique. Pour sa part, il vient d’empocher 25 millions de dollars grâce au succès de “Bohemian Rhapsody”.
ROCKIN’ THE BLUES FESTIVAL Jonny Lang, Walter Trout et Kris Barras seront en tête d’affiche du festival, le 26 mai à la Cigale (Paris).
MARK RONSON Leworkaholiclondonien vient de dévoiler un nouveau single “Late Night Feelings”. L’album homo-nyme sera disponible le 21 juin.
SANTANA Carlos est de retour avec un nouvel album, “Africa Speaks”, le 7 juin.
SIGUR ROS Pour les 20 hivers de son premier album, le groupe de Reykjavik réédite “Agætis Byrjun” dans une édition 4-CD et double vinyle qui comprend l’album original, 2 CD live et un autre de raretés et démos. Parution le 21 juin.
SPUNYBOYS Le groupe rockabilly originaire du Nord (Somain) célébrera son millième concert le 15 juin au Splendid de Lille.
ROD STEWART Sir Roderick David Stewart sera le 6 juillet à Paris (Accorhotels Arena).
TANGERINE DREAM Le 14 juin, les pionniers berlinois de la musique planante instrumentale publieront “In Search Of Hades – The Virgin Recordings 1973-1979”, un coffret comprenant 16 CD (dont 8 empli de contenu inédits), 2 Blu-ray et 1 livre.
VAL DE ROCK FESTIVAL Pour sa première, le festival seine-et-marnais accueillera dans le parc du Bicheret (Chessy) Hubert-Félix Thiéfaine, Négresses Vertes, UB40, Shaka Ponk, Jimmy Somerville, The Stranglers, Requin Chagrin, M, De La Soul, Morcheeba. Du 28 au 30 juin.
VILLETTE SONIQUE ème Pour la 14 édition du festival, Stereolab, Cate Le Bon, Fontaines DC et Black Midi seront à l’affiche, du 6 au 9 juin dans le parc de la Villette.
WE LOVE GREEN er Les 1 et 2 juin, au bois de Vincennes, la huitième saison du festival accueillera, Tame Impala, Christine And The Queens, Metronomy, Laurent Garnier, Sleaford Mods, Mr Oizo, Courtney Barnett...
WILCO Jeff Tweedy et ses hommes de passage en France : en juin, le 18 à Lille (l’Aéronef), le 19 à Rouen (Le 106), le 20 à la Rochelle (La Sirène) et le 22 septembre à Paris (Trianon).
WOODSTOCK Michka Assayas réédite le 6 juin son “Woodstock, Three Days Of Peace And Music”, tandis que le Woodstock 50th Anniversary Festival est annulé pour malversation financière.
ZZ TOP “Goin’50 ” anthologie 18-titres retraçant les 50 ans de carrière des Texans, paraîtra le 14 juin prochain, avant une édition 3-CD le 16 août. Le trio jouera en France le 21 juin à Boulogne-Billancourt (Seine Musicale) et le 22 au Hellfest. Condoléances Anémone(actrice française), Bruce Bickford(cinéaste d’animation américain),Jean-Pierre Marielle (acteur français),Peter Mayhew (Chewbacca dans “Star Wars”), Anne Neyland(actrice américaine “Le Rock Du Bagne”),Paul Raymond (guitariste et claviériste britannique), Dick Rivers,John Singleton (réalisateur, scénariste et producteur américain),Jah Stitch(musicien de reggae jamaïcain),Hubert Wayaffe(animateur radio, Salut Les Copains),Zabu(chanteur français, The Pives, Magma).
JUIN 2019R&F011