Le Figaro Madame du 28-06-2019

-

Presse
124 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Date de parution 28 juin 2019

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
C
LAUDIASCHIFFER LA LEÇON DE STYLE D’UNE STAR MODÈLE
PHOTOGRAPHIÉE PAR ANDREW WOFFINDEN
EXCLUSIF
Madame Figaro - n° 1818
LES CRÉATI NS COUTURE DE LAHAUTE JOAILLERIE
PREVIEW
m lefigaro.fr/madame
f
Sommaire/madame
ommaire M lefigaro.fr/madame f
EN COUVERTURE Claudia Schiffer porte une chemise en denim et un jean, Ba&Sh. Chapeau La Chapellerie Clandestine. Photo Andrew Woffinden. Réalisation Julie Gillet. Coiffure Seb Bascle. Maquillage Kirstin Piggott @ Julian Watson. Remerciements à l’agence Marilyn et à Soho Farmhouse.
9ÉDITO/« Paris est la mode », parLoïc Prigent. 11/L’agenda utile,par Élisabeth Quin.13/Making of :Claudia Schiffer.28/Carré VIP,par Stéphane Bern.
17NEWS/madameToutes les tendances. 20/Business :Sylvie Ebel.26/Événement :Fendi & Karl. 30MODE/news/Mix tex mex. 32BEAUTÉ/news/Les secrets deLuma Grothe.
35CULTURE/madame Théâtre, cinéma, expo, série, festival…40/Livres.41/Les gagnantes du Grand Prix de l’Héroïne 2019.
43MAG/société/célébrités 44/Cover story :Claudia Schiffer, l’instinct mode. 54/Décryptage :comment cohabiter avec unebabyactiviste.56/Interview :Emmanuelle Béart. 60/Décodage :de l’émotion dans l’ère.
63MODE/Haute joaillerie :féerie moderne. 75LIFESTYLE/Spécial vins d’été/ 76/Gorgées de soleil.90/Elles voient le vin en vert. 100/Dormir dans les vignes.106/Le top 5 des nouveaux hot spots.
109NOTEBOOK/Offre spéciale. 110/City guide.112/Voyage.116/Enfants.
VOS RUBRIQUES/ 14/Courrier.108/Les Triplés.118/Mots croisés.119/Horoscope.122/Confidentiel :Philippe Katerine. PHOTOS LEÏLA SMARA, BERNHARD WINKELMANN, ÉRIC GARAULT ET JÉRÔME BONNET
L’édition de ce numéro comporte un échantillon « Chanel Hydra Beauty », collé sur la page 23, pour tout le territoire, abonnés compris.
7 madameFIGARO
E P U I S 1 8 6 0 – D
M O T I O N S S E V O
R T I S A N D E – A
C H O P A R D *
H A P P Y
H E A R T S
C O L L E C T I O N
BOUTIQUES CHOPARD: PARIS 1 Place Vendôme - Printemps du Luxe - Galeries Lafayette - 72 Faubourg Saint Honoré - CANNES - LYON
Édito/madame sonPs et des groupes. Concurrence parfois injuste quand on semble juger dans la même P A P a r i s r a y o n n e .R La mythologie est en train de s’écrire,I dictée par des couturiers plus nombreux queS e jamais. C’est comme si, à chaque semaine des défilés – et semaine des défilés –, Paris organisaitExposition univerune véritable s tous les chauffeurs de taxi vous diront que c’est tout le temps la selle. Pour ces mythiques rencontres internationales, on construisait d’énor-t mes structures optimistes, éphémères et délirantes, telles que la tour Eiffel ou unl trottoir roulant, vitrines d’une audace à la française. Clin d’œil à ces créations effron-a tées, Chanel a érigé sa propre tour Eiffel en plein Grand Palais et Dior a fait déambuler des vu Celine sur la place de la Concorde, dans l’axe de l’Arc de Triomphe. Oui, chaque semainem hommes sur un trottoir lui aussi mouvant. Saint Laurent a défilé près de la tour Eiffel. Et on a des défilés est une Exposition universelle, attirant et éblouissant le monde entier, diffusant ques des Arts décoratifs. C’est presque devenu un genre journalistique à part entière que la chro-o sans retenue le prestige d’une capitale de la mode, créative, frivole, comme des Jeux olympi-d nique de ce Paris qui défile en permanence. « Événementialisation » jusqu’à la saturation des e sens. Les attachés de presse n’ont jamais autant envoyé d’invitations. Les poignets des calligra-phes n’en peuvent plus de toutes ces enveloppes. Les défilés, autrefois discrets dans les salons des m aisons de couture, puis confinés au souterrain Carrousel du Louvre, essaim ent aujourd’hui partout dans Paris, et pas uniquement dans ses friches industrielles.Paris carbure à plein régime.La principale concurrence des créateurs parisiens ne se situe plus dans d’autres capitales de la mode, mais au cœur même de Paris. Concurrence effrénée des mai-catégorie des défilés à 10 millions de budget et d’autres à 3 000 euros, mais c’est le jeu. On peut s’inquiéter d’une casserole de la mode, certes en or massif, mais en état d’ébullition permanente. Être soucieux de la capacité à long terme de ce système àmachine à manger des imase renouveler sans devenir une geries et des assistants. Mais, en attendant, on peut se féliciter de la prospérité d’une industrie en hyperventilation, qui crée des emplois par dizaines de milliers chaque année. Pa r i s n ’ e st p a s cap ita le d e la m o d e , Paris est la mode.ö
PARLOÏC PRIGENT,JOURNALISTE, RÉALISATEUR ET PRODUCTEUR/ILLUSTRATIONMARCANTOINE COULON
9 madame FIGARO