Figaro Scope du 06-02-2019

Figaro Scope du 06-02-2019

-

Presse
48 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Informations

Publié par
Ajouté le 06 février 2019
Signaler un problème

CINÉMA
« NUESTRO TIEMPO »,
LE BEAU DRAME
DU MEXICAIN
CARLOS REYGADAS P. 25
PALMARÈS
LES MEILLEURES
SOUPES À
L’OIGNON DE PARIS
P. 16
●RESTOS ● ● ● ●EXPOS CINÉMA THÉÂTRE MUSIQUE
Constance
Guisset, designer
et scénographe,
ici dans ses
bureaux à Paris.
LA 2019PARISIENNE
C’EST ELLE ! P. 8
NE PEUT ÊTRE VENDU SÉPARÉMENT – VENDU UNIQUEMENT DANS LES DÉPARTEMENTS 60, 75, 77, 78, 91, 92, 93, 94, 95 MERCREDI 6 FÉVRIER 2019 LE FIGARO N° 23166 CAHIER N°5 WWW.FIGAROSCOPE.FR2 LE FIGAROSCOPE DU MERCREDI 6 AU 12 FÉVRIER 2019
IL EST TEMPS...
DÎNER 100 % GREEN
Avec son menu 100 %
potager, le chef
du restaurant Bauhinia,
Christophe Moret,
sublime les légumes au fil
des saisons. Ce petit-fils
de maraîcher leur redonne
leurs lettres de noblesse
en proposant chaque mois
une nouvelle carte.
LE JEU. 7 FÉV. BAUHINIA AU SHANGRI-LA,
E10, AV. D’IÉNA (XVI ). 78 €.
WWW.SHANGRI-LA.COM
BORDALO II,
ZOO DE PLASTOC
Un bestiaire de
plastique. Lion, singe,
requin, ours… Le jeune
artiste portugais Bordalo
« segundo » récupère
une multitude
de déchets et les
assemble pour créer
des portraits géants
d’animaux menacés.
L’exposition « Accord de
Paris » est un manifeste
contre la pollution
et la surconsommation.
JUSQU’AU 2 MARS. GALERIE MATHGOTH,
E10-12, AV. DE FRANCE (XIII ), ENTRÉE LIBRE.
Tous nos rendez-vous culturels sur www.figaroscope.fr
MIGUEL PORTELINHA ; ROMÉO BALANCOURTLE FIGAROSCOPE DU MERCREDI 6 AU 12 FÉVRIER 2019 3
DE RÉSERVER !
JULIEN COTTEREAU « LA GUERRE DE
DÉCROCHE LA LUNE TROIE N’AURA PAS
En tournée, le mime LIEU » À GERSON
et bruiteur (Molière de la Pour fêter les 10 ans de l’école
révélation masculine, 2007) Les Vignes, l’association
sera notamment le 17 février Théâtre et Libertés met
en banlieue parisienne en scène la célèbre pièce
avec « Lune air » (photo), de Jean Giraudoux « La guerre
de Troie n’aura pas lieu ». un spectacle qui nous plonge
L’occasion pour les élèves dans un espace imaginaire
et les parents de l’établissement mis en scène par Fane
de participer à une belle Desrues. Un cocktail de
aventure sur les planches.tendresse, humour et poésie.
DU 13 AU 17 FÉV. THÉÂTRE DE GERSON.
ELE 17 FÉV. À 16 H. CENTRE CULTUREL 24, BD ÉMILE-AUGIER (XVI ).
BASCHET, SAINT-MICHEL-SUR-ORGE (91). THEATREETLIBERTES@GMAIL.COM
GÉ RA RD DR OUOTP RO DU CT IONS PR ÉS EN TE
EROS LAKE
RAMAZZO TT I STREET
DIVE
LE PHÉNO MÈNE ROCK &S OUL !
UN CO NCERT ENTRE
NÉO-SOUL, POP ET JAZZ
ÀNE P AS MANQUER !
LA P É P I TE
DU BL UESR OC K
EN CON C ER T
JEUDI 28 MAR SDIMANCHE17MARS EN CO NCER T
VENDREDI19A VRIL
ÉL Y S ÉE MON TMAR TRE
INFOS &R ÉSERVA TIONS SUR GDP .FR
/ G DP/ G D P 08 92 392192 (0 ,4 5 € /M IN)- PO INTS DE VE NTE HAB IT UE LS
FRANCK FIFE/AFP4 LE FIGAROSCOPE DU MERCREDI 6 AU 12 FÉVRIER 2019
ÉDIT O
TITI PARISIEN AU FÉMININ
t si la Parisienne était l’avenir des Parisiens ? Chaque
année, lorsque vient le moment d’élire notre Parisienne
de l’année, au Figaroscope, c’est un peu le constatEqui s’impose. Après avoir élu l’icône de mode Inès
de La Fressange, l’actrice Sophie Marceau, la styliste Vanessa
Seward, la spécialiste d’art contemporain Daria de Beauvais… place
à notre nouvelle égérie 2019 : Constance Guisset. Ne serait-ce qu’en
jetant un œil à la couverture, on comprend que cette designer
espiègle saura charmer les plus rétifs. Ses lunettes rondes, ses yeux rieurs,
ses cheveux courts et sa marinière
juvénile, tout en elle indique que cette
scénographe née à Neuilly est prête à
embrasser la capitale, et qui sait à
l’embraser tout aussi bien. Titi parisien au
féminin, Constance Guisset est une
artiste touche-à-tout, créatrice d’objets
de design, auteur de livres pour enfants
et scénographe pour le tout-Paris. Son
carnet d’adresses ainsi que la galaxie
OLIVIER DELCROIXd’artistes qui l’entourent dénotent un Rédacteur en chef
esprit mutin, ouvert sur le monde. En
observant l’ovale de sa boucle de ceinturon, ou le miroir rond de son
atelier parisien, on la cerne un peu plus. Le cercle comme motif,
symbolisant l’ouverture à l’autre, cette curiosité inextinguible, cette
envie lumineuse de transmission… Constance Guisset incarne cette
année pour le Figaroscope le versant clairvoyant de la Cité lumière. ❚
Directeur de la publication : Marc Feuillée Directeur des rédactions : Alexis Brézet Directeur adjoint : Bertrand de Saint Vincent
Rédaction en chef : Olivier Delcroix Directrice adjointe à l’édition : Anne Huet-Wuillème
Éditeur : Robert Mergui. Rédaction : Figaroscope, 14, boulevard Haussmann, 75438 Paris Cedex 09. Tél. : 01 57 08 50 00
Publicité direction commerciale : Frédéric Benaim. Tél. : 01 56 52 25 34.
Commission paritaire : 0421 C 83022 Impression : L’Imprimerie, 79, route de Roissy, 93 290 Tremblay-en-France. Origine du papier : Suisse. Taux de fibres recyclées :
85%. Ce cahier est imprimé sur un papier PERLEN porteur de l’Ecolabel européen sous le numéro DE/011/074. Eutrophisation : Ptot 0.006 kg/tonne de papier
PHOTOS DE COUVERTURE : JEAN-CHRISTOPHE MARMARA/LE FIGARO ; LES FILMS DU LOSANGE226 BOULEVARD SAINT-GERMAIN -7 5007 PA RIS -014222408 9
LIQUIDATION TOTALE
AVANT FERMETURE DÉFINITIVE
OUVERTURE EXCEPTIONNELLE DIMANCHE 10 FÉVRIER
Ouverture du mardi au samedi de 10H30 à19H00
…DES PRIX FOUS …DES PRIX FOUS …DES PRIX FOUS …
N° RÉCÉPISSÉ 2019/17 DU 29/01/20196 LE FIGAROSCOPE DU MERCREDI 6 AU 12 FÉVRIER 2019
TENDANCE
PAR SOPHIE
DE SANTIS
sdesantis@lefigaro.fr
ormis les palaces comme le
George V, le Plaza Athénée ou lesCAFÉ 52 H cinq-étoiles luxe tels que le Prince
de Galles ou le Fouquet’s, les chances de
trouver un nid cosy d’un genre nouveauEscale au Grand Powers
dans le triangle d’or sont très minces. Le
AU CŒUR DU TRIANGLE D’OR, LE NOUVEAU CAFÉ DE L’HÔTEL GRAND POWERS – UN CINQ- nouveau Café 52, au rez-de-chaussée de
l’hôtel Grand Powers, veut s’inscrire dansÉTOILES FRAÎCHEMENT RÉNOVÉ – EST LA DERNIÈRE ADRESSE ÉLÉGANTE ET ANTIMODE DE
ce quartier bling comme l’antithèse de laL’OUEST PARISIEN. DU JUS BIO AU MOSCOW MULE, LE CAFÉ 52 RÉPOND À TOUTES LES ENVIES.
formule Costes.
UN CAFÉ CHIC ET SAIN. Les sœurs Julie♥♥♥♥♥
CAFÉ 52 et Alexandra Marang sont du sérail. Leur
À L’HÔTEL GRAND POWERS père, déjà propriétaire du Grand Hôtel
52, rue du Palais-Royal et du Plaza Tour Eiffel (deuxer eFrançois-I (VIII ).
4-étoiles), leur a cédé le Grand Powers pourTÉL. :
en faire un bel écrin dans l’air du temps.01 47 23 91 05.
HORAIRES : À savoir un boutique-hôtel de 50 chambres
Tlj de 7 h à minuit. (à partir de 426 €). Quelles sont aujourd’hui
les recettes du succès ? Un joli décor au
design soigné, une carte ultra-saine avec des
produits verts et bio (poke bowl 26 €, velouté
de carottes 18 €, jus de fruits et légumes frais
16 €…), un atelier yoga et un soupçon de
décontraction qui rompt avec le service
ampoulé de certains établissements de cette
gamme. « Nous souhaitons ouvrir le Café et les
salons aux Parisiens du quartier qui souhaitent
déjeuner ou prendre un verre à toute heure »,
souligne Julie Marang, ravie de voir
débarquer les avocats et les modeuses des maisons
de couture voisines, lassées par l’Avenue des
Costes.
DESIGN ITALIEN ET NOUVEL ESPRIT. Le
Café 52, aménagé par le duo Arnaud Behzadi
et Cathy Crinon, joue sur les codes de
l’élégance et des inspirations des années 1940
et 1950, de Gio Ponti à Carlo Scarpa, remis au
goût du jour dans les murs haussmanniens.
Du marbre, du laiton, des tissus chaleureux
signés Pierre Frey, des couleurs vert céladon
et rose poudré, on est dans une douceur qui
attend d’être patinée. Au bar, le serveur
prépare sans surprise des long drinks (de 18 à
22 €) ou propose une grande sélection de
whiskeys que l’on accompagne d’une carte
légère de tapas (à partir de 20 €). L’idée étant
de ne pas se soucier de l’heure qu’il est pour
se faire plaisir !
LE YOGA DU MATIN. Pour compléter
l’offre « bien dans son temps, bien dans son
Le Café 52 joue corps », le Grand Powers propose une séance
sur les codes de yoga avec Élodie Garamond, fondatrice
de l’élégance du Tigre Yoga Club, de 8 h 30 à 9 h 30, suivie
et des inspirations d’un petit déjeuner « healthy » de 9 h 30 à 10
des années 1940
h (75 € la formule). Prochain cours : leet 1950.
15 mars. ❚
JEAN-CHRISTOPHE MARMARA/LE FIGARO13 -17FÉVRIER2019
GRAND PALAIS
LE SAL ON
DE S AR TISTES FR ANÇAIS
e229 édit io n
WWW .ARTISTES-FRANCAIS.COM
Lesp ar ten a ir es of cie l s .8 LE FIGAROSCOPE DU MERCREDI 6 AU 12 FÉVRIER 2019LA DESIGNER
ET SCÉNOGRAPHE EST
À LA TÊTE D’UN STUDIO
DE CRÉATION DE DIX
PERSONNES. SON GOÛT POUR
LA SIMPLICITÉ ET LA POÉSIE
DES FORMES LUI VAUT D’ÊTRE
APPELÉE À RÉALISER DES
PROJETS TRÈS ÉCLECTIQUES.
DU LIVRE À LA DANSE
CONTEMPORAINE, DE LA RIVE
GAUCHE À LA GOUTTE D’OR,
CETTE TOUCHE-À-TOUT EST
À L’AISE PARTOUT. UNE TÊTE
BIEN FAITE COMME LES AIME
LE « FIGAROSCOPE »,
QUI L’A ÉLUE POUR INCARNER
SA NOUVELLE PARISIENNE.
DOSSIER RÉALISÉ PAR
SOPHIE DE SANTIS
AVEC
NICOLAS D’ESTIENNE D’ORVES
CONSTANCE GUISSET
LA PARISIENNE 2019
La designer
Constance Guisset
dans ses bureaux
à Paris,
le 28 janvier dernier.
À LA UNELE FIGAROSCOPE DU MERCREDI 6 AU 12 FÉVRIER 2019 9
Quels sont les objets que vous avez réalisés ESPIÈGLE ET CRÉATIVE, LA DESIGNER en pension, de 10 ans à 16 ans et demi, je n’avais
dont vous êtes le plus fière ?pas le droit de porter autre chose que des DE 42 ANS, NÉE À NEUILLY, EST
La lampe Vertigo, le miroir Francis, le canapé chaussures de couleur.
UNE PARISIENNE QUI EMBRASSE LA VILLE Nubilo, les tables Ankara, les poufs Windmills.
ET SES MULTIPLES ATOUTS CULTURELS SANS e Des objets tous différents mais qui ont une cer-Vous vivez rive gauche dans le VI et travaillez
taine douceur et inspirent le voyage. MODÉRATION. FINE GOURMET, ELLE NE à la Goutte d’Or, comment vivez-vous ce contraste ?
J’adore ça, passer de l’un à l’autre. J’adore voir BOUDE PAS NON PLUS LES PLAISIRS DE LA
Quels sont vos projets parisiens ?l’évolution des personnes qui rentrent et qui
TABLE. ENTRE SCÉNOGRAPHIE DE BALLET, L’aménagement des nouveaux intérieurs de la sortent sur la ligne 4 du métro. J’adore mon
OBJETS DE DESIGN, LIVRES POUR ENFANTS, quartier de la rue du Cherche-Midi depuis maison Van Cleef, rue Vivienne. Je fais la
scévingt ans. On a une proximité de commerces nographie de « Tentatives de bonheur », une CONSTANCE GUISSET EST UNE
PLURIde bouche, la qualité de vie pour moi passe par exposition à la Maif dans le Marais. Je finalise ACTIVE. ON LA RETROUVE À LA GOUTTE
l’offre de bons produits. Quand j’arrive à mon deux livres pour enfants aux éditions Albin
MiD’OR DANS SON STUDIO DE CRÉATION.
estudio, dans le XVIII chel. Enfin, nous sommes en lice pour le , ce que j’aime c’est
concours de réaménagement de l’Hôtel-Dieu. l’énergie. Il y a une forme d’authenticité, une
Croisons les doigts ! ❚ atmosphère de village. Même si le quartier est
LE FIGARO. – En quoi vous sentez-vous une vraie dur, il est vivant. J’ai été frappée par les odeurs PROPOS RECUEILLIS PAR S. DE S.
Parisienne ? d’épices quand je suis arrivée ici il y a huit ans.
Cela me rappelait l’Inde où j’ai vécu en étant Constance GUISSET. – Je me sens appartenir à
plus jeune. Lorsque j’ai fait des projets avec des cette ville parce que j’y habite. J’aime y vivre,
cheveux pour Angelin Preljocaj, je les ai trouvés et je ne pourrai pas vivre ailleurs qu’ici, mais je
Suspension Vertigone sais pas si j’incarne « la » Parisienne. Paris ici chez les coiffeurs du quartier.
(en haut) et collection
est une ville harmonieuse. Tout est tenu : le de poufs Windmills
rythme des architectures, à la fois contempo- (ci-dessous ),
raines et romantiques, la qualité de vie, de design Constance
transports. Il y a une fluidité, des vues et des Guisset Studio.
échappées visuelles incroyables.
Êtes-vous une boulimique de culture ?
Objectivement, quand on regarde l’offre
culturelle de Paris, il n’y a pas une ville dans le
monde qui peut offrir autant d’activités et de
diversité. Une vie ne suffit pas pour tout voir, même
à temps plein ! On peut parler de New York,
mais ce n’est même pas comparable.
Qu’est-ce qui différencie la Parisienne
de la Londonienne ou de la New-Yorkaise ?
La Parisienne est plus marcheuse. On
déambule plus facilement ici qu’à Londres ou à New
York car les distances le permettent. Elle est
plus libre et a plus de fantaisie aussi.
Quel est votre style ?
Je ne pense pas avoir les codes stylistiques de la
Parisienne : j’ai les cheveux courts et je
m’habille quasiment tous les jours de la même
manière. Je pense que c’est le réflexe de l’uniforme
de mon enfance en pension. En général, je
porte un pantalon foncé, une marinière (j’en ai une
bonne dizaine dans mon placard !) ou
simplement un pull. Je suis insensible aux marques.
En revanche, le soir je suis plus excentrique, je
porte des plumes, des chaussures colorées ou à
paillettes, comme un déguisement. Et une
écharpe fluo jaune, ma touche de couleur. Un Emmanuelle
bout de tissu que je fais découper chez Lionel au
marché Saint-Pierre. Je l’ai toujours portée, Vo -Dinh
mes enfants aussi. Mais depuis le mouvement
des « gilets jaunes », je porte une écharpe rou- Cocagne
ge, car on m’a plusieurs fois fait remarquer
12 –14f év rier 20 19
qu’il pouvait y avoir une connotation !
d anse
D’où vient cette habitude de l’écharpe fluo jaune ?
1 p lace duT rocadér o, Pa risPour trancher avec l’uniforme, j’ai toujours
porté avec une écharpe fluo. Je n’ai pas telle- w w w .t he atr e-chaillo t.f r
ment de tabous. Je peux mixer les couleurs. Je
me suis mariée avec des bottes jaune fluo. Le
fluo, c’est la lumière, ça réveille. Quand j’étais
JEAN-CHRISTOPHE MARMARA/LE FIGARO ; CONSTANCE GUISSET STUDIO
Photo :L aur entPhilippe10 LE FIGAROSCOPE DU MERCREDI 6 AU 12 FÉVRIER 2019
J’adorerais dessiner un zoo. Je suis une pas- perds. L’espace est tellement grand et plein
de méandres qu’il résiste complètement à laSON CARNET sionnée d’animaux, même si je n’en ai pas
chez moi. La Galerie de minéralogie, la pensée. C’est presque Vulcain, on a
l’imGrande Galerie de l’évolution et les Grandes pression de rentrer dans le centre de la terre.D’ADRESSES
Serres sont fantastiques aussi. Les exposi- J’ai un souvenir ému d’avoir passé une nuit
tions y sont toujours très bien faites, comme à Everland, la chambre d’hôtel perchée sur
dernièrement, celle sur les météorites au le toit du musée, j’étais très enceinte ! EtFervente amatrice d’art et de
Muséum d’histoire naturelle. Et même les puis j’ai aimé la programmation, toujourslittérature, Constance Guisset cultive
produits dérivés de la boutique sont bien, je remarquable, de Jean de Loisy (fraîchementaussi une fascination pour les animaux.
suis très attentive à cela. nommé directeur de l’École des beaux-arts,Elle fréquente autant les musées que
e57, rue Cuvier (V NDLR). les librairies, avec ou sans ses enfants. ).
e13, av. du Président-Wilson (XVI ).
LE MUSÉE PICASSO. J’ai une affection
LE MUSÉE BOURDELLE. C’est un lieu qui particulière pour tous les endroits où mon TSUKIZI. J’y vais assez régulièrement.
me procure beaucoup d’émotions, à la fois mari a travaillé (Laurent Le Bon, directeur du C’est tout petit. Je prends les sushis à la
cardouces et fortes. J’adore l’atmosphère de Musée Picasso depuis 2014, NDLR) parce que te souvent au bar. Dès que je sors pour
dîl’atelier. On est dans Paris et en même je les ai vus différemment. Du Centre Pom- ner, j’y vais, car c’est près de chez moi.
epidou Paris puis Metz aux lieux où il a réalisétemps un peu à l’écart. Le jardin est déli- 2 bis, rue des Ciseaux (VI ).
cieux. C’est toujours une belle visite. des expositions comme à Versailles (Koons
e18, rue Antoine-Bourdelle (XV et Murakami). Ce sont des endroits publics). LES JARDINS DU CHÂTEAU DE
qui appartiennent à tout le monde mais qui, VERSAILLES. Le parc est extraordinaire. Il
pour mes enfants et moi, ont une dimensionLA MÉNAGERIE DU JARDIN DES n’y a jamais beaucoup de monde dans les
affective supplémentaire. PLANTES. J’y suis allée presque toutes les jardins. J’ai un choc esthétique à chaque fois
e5, rue de Thorigny (IIIsemaines quand mes enfants sont nés. Je ). que j’y vais.
suis fascinée par les animaux. J’y trouve Versailles (78).
beaucoup d’inspiration dans les couleurs et CHEZ SATURNE. Mon restaurant préféré à
dans la façon dont les cages sont dessinées. Paris ! C’est inouï. J’adore y manger. La DEYROLLE. Je vais très souvent chez
Deyqualité de la cuisine est constante, l’atmos- rolle avec mes enfants. J’ai acheté une
limuphère est agréable, pas trop tendance. En le, un animal très ancien, comme un crabe
général, je prends le menu, j’adore ne pas au sang bleu. J’ai aussi chez moi des oiseaux
choisir. Je veux être surprise ! empaillés. J’ai une passion pour les oiseaux.
e17, rue Notre-Dame-des-Victoires (II J’ai envie d’acheter la dentition de raie, des).
insectes étranges et plein d’autres choses…
J’y vais au moins une fois par mois. Si vousLE THÉÂTRE DES ABBESSES. Le premier
voulez me faire un cadeau, c’est l’endroit oùendroit où j’ai fait un décor de spectacle en
vous ne pouvez pas vous tromper. 2009, Le Funambule, d’Angelin Preljocaj.
e46, rue du Bac (VIIJ’ai trouvé que l’échelle de la scène était très ).Ça va ut le détour
belle. Quand j’y retourne, c’est toujours un
moment émouvant. On est tout en haut, LA LIBRAIRIE CHANTELIVRE. Je suis7j ou rs /7 de 16hà 19 h
près de Montmartre, j’aime bien cette idée l’une des meilleures clientes des librairies
d’être au-dessus de la ville. pour enfants. Et mes enfants de 10 ans etTou s lesmardis, à1 8h 13
e31, rue des Abbesses (XVIII ). 7 ans sont des lecteurs assidus. Pour moi,La s é le ctiond’ Oli vi er D e lcr o ix ,
j’achète des romans. La lecture est uneRé dacte ur en chef d u Figaro s co pe
échappatoire, elle me permet de prendre duLE PALAIS DE TOKYO. J’adore aller y voir
recul sur mon travail, qui occupe en perma-des expos, c’est un endroit où vous vivez
nence ma concentration. plein d’expériences dans la même visite, ceEco utez, on estbi ene ns emble fran cebleu.f r
e13, rue de Sèvres (VIqui est assez rare. À chaque fois, je m’y ).
Encart Figaroscope.indd 1 16/11/2018 14:59
B. FOUGEIROL/MUSÉE BOURDELLE ; JÉRÔME GALLAND