Figaro Scope du 06-11-2019

Figaro Scope du 06-11-2019

-

Presse
44 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Informations

Publié par
Date de parution 06 novembre 2019
Langue Français
Signaler un problème

« Campagne de Volgograd,
Russie » Russie » (1986), (1986),
par Manfrpar Manfred Thierry
Mugler, à la Galerie Polka.SCOPESCOPE
● RESTOS ● EXPOS ● CINÉMA ● THÉÂTRE ● MUSIQU E
S COPE
Paris Photo
Des étoiles
plein les yeux
RESTAURANTSUN VERRE AVEC...MON QUARTIER
LES LES 10 10 MEILLEURES TABLES FRANÇOIS DE CLOSETS LES BONNES ADRESSES
EE DU 4 À MOINS DE 50 50 €€SUR LES TRACES D’EINSTEINDE JOANN SFAR DANS LE 17
P. 6 P. 24P. 30
NE PEUT ÊTRE VENDU SÉPARÉMENT – VENDU UNIQUEMENT DANS LES DÉPARTEMENTS 60, 75, 77, 78, 91, 92, 93, 94, 95 MERCREDI 6 NOVEMBRE 2019 LE FIGARO N° 23398 CAHIER N°5 WWW.FIGAROSCOPE.FRÉDITO NOTRE SÉLECTION
Du shimmy
dans
la vision…
PAR OLIVIER DELCROIX
RÉDACTEUR EN CHEF Kidscope : les Bon
Folies Gruss entendeura photogénie de Paris est
indéniable. On le sait depuis Sous d’énormes chapiteaux, Ils ont fait du titre d’Isabelle
toujours, la Ville Lumière entre trucks gourmets, animations, Pierre, Le temps est bon, L est une authentique star. grand show équestre et visite insolite le tube de l’été dernier. Nouvelle figure
Assurément plus belle que des lieux, la Compagnie Gruss invite de la French Touch, dans la lignée
les mannequins filiformes qui défilent le public au cœur de ses traditions d’Air, ce nouveau collectif s’amuse
en son sein. Sa beauté tapageuse continue
familiales. Une expérience immersive à « booster » des chansons qu’on avait
d’inspirer les photographes
d’un nouveau genre dès 4 ans. cru oublier. Et que c’est bon !
les plus inventifs. Ainsi, au cœur
E JEU. 7 NOV. À 20 H, BOIS DE BOULOGNE (16 ) de sa chambre noire, la capitale a glissé EDU JEU. AU SAM. 19 H 30. SAM. ET DIM. 13 H. À L’OLYMPIA, 28, BD DES CAPUCINES (9 ).
TÉL. : 0 892 68 33 68.dans son bac de révélateur RÉSERVEZ SUR WWW.TICKETAC.COM
toute la création photographique
contemporaine à l’occasion
ede la 23 édition de « Paris Photo ».
Emmené par les clichés rutilants de
Thierry Mugler (rebaptisé Manfred
Thieler), ressurgis comme neufs
du mausolée des années 1980
dont on redécouvre la pétillance
et la modernité, l’événement accueille
plus de 213 exposants sous les verrières
du Grand Palais, en provenance
d’une trentaine de pays différents.
L ’occasion était trop belle pour l’équipe
du Figaroscope de dresser un état
Oscar Oiwades lieux vivifiant et joyeux Salon
de la photographie à l’heure où le tout- L’artiste brésiliende l’autre livreimage, dessiné, vidéo, digital, télévisé, d’origine japonaise est
eLa 16 édition de ce saloncinéma - voire celui des selfies -, a envahi surtout connu pour ses œuvres
nos vies. En faisant bien attention aux dédié aux éditeurs indépendants aux courbes tentaculaires se
flashs des modes tape-à-l’œil, afin et à la bibliodiversité a lieu du 8 dessinant dans des univers
miqu’ils ne vous aveuglent pas, notre au 11 novembre. Durant quatre jours, fantastiques, mi-réalistes. Pour
dossier vous prend par la main, en vous près de 135 professionnels animent l’exposition « Oscar Oiwa. Rio,
indiquant où poser le regard, vers quoi ce grand rassemblement autour Tokyo, Paris : des villes, des Jeux »,
vous tourner pour être sûr de ressortir, de la littérature. Le but : redonner il présente trois nouveaux
non pas « avec du shimmy dans la vision » ses lettres de noblesse à cet objet monochromes gigantesques
(comme le déclarait le capitaine Haddock si précieux et à son artisanat. qui évoquent, à leur manière, ces
dans Les Bijoux de la Castafiore après avoir L’événement se tient deux fois par an, grandes métropoles olympiques.
regardé le prototype de télévision couleur au printemps et à l’automne. JUSQU’AU 14 DÉC. À LA MAISON
du professeur Tournesol), mais plutôt DU 8 AU 11 NOV. À LA HALLE DES BLANCS- DE LA CULTURE DU JAPON À PARIS,
E E101, BIS QUAI BRANLY (15 ).avec des petites étoiles plein les yeux ! ❚ MANTEAUX, 48, RUE VIEILLE-DU-TEMPLE (4 ).
Directeur de la publication : Marc Feuillée - Directeur des rédactions : Alexis Brézet - Directeur adjoint : Bertrand de Saint Vincent - Rédacteur en chef : Olivier Delcroix
Directrice adjointe à l’édition : Anne Huet-Wuillème Éditeur : Robert Mergui. - Rédaction : Figaroscope, 14, boulevard Haussmann, 75438 Paris cedex 09. Tél: 01 57 08 50 00
Publicité direction commerciale : Frédéric Benaim. Tél.: 01 56 52 25 34. - Commission paritaire : 0421 C83022 Impression : L’imprimerie, 79, route de Roissy, 93290 Tremblay-en-France.
Origine du papier : Suisse. Taux de fibre recyclées : 100%. Ce cahier est imprimé sur un papier PERLEN porteur de l’Ecolabel européen sous le numéro DE/011/074.
Eutrophisation : Ptot 0.006 kg/tonne de papier
FIGAROSCOPE DU MERCREDI 6 AU 12 NOVEMBRE 20192
MERCREDI
JEUDI6
NOVEMBRE VENDREDI7
NOVEMBRE 8
NOVEMBRE
LUNDI
MARDI11
NOVEMBRE 12
NOVEMBRE
PHOTO DE UNE : MANFRED THIERRY MUGLER/COURTESY POLKA GALERIE. CI-CONTRE : NICOLAS BRAJON/LES FOLIES GRUSS ; SANDRINE THESILLAT / PANORAMIC ; NICOLAS DECONINCK ; YVES SUCKSDORFF/IFC BERLIN ; FORUM DES IMAGES ;
L’AUTRE LIVRE ; PHOTOS COURTESY: OSCAR OIWA STUDIO, NYNOTRE SÉLECTION DU 6 AU 12 NOVEMBRE
Curious Eye Chess Boxing Les étoiles du
Pour découvrir Fights documentaire
les œuvres rares Unique en son genre, Comment concilier échecs
et singulières d’artistes tout terrain, ce festival met à l’honneur et combat de boxe ? Imaginé
peintres et sculpteurs comme le documentaire télévisuel, souvent par Enki Bilal dans l’album Froid
Nicolas Deconinck, Valérie Marty injustement discrédité ou relégué Équateur, ce sport hybride, désormais
ou Brice Mounier, rendez-vous dans en dernière partie de soirée. homologué, consiste à alterner jeu
la bien nommée galerie Curious Eye. Près d’une trentaine de reportages d’esprit et jeu physique au milieu
Une exposition organisée dans sont ainsi proposés au public, dont du ring. Qui mettra le premier KO ?
le cadre du Salon d’art contemporain. la plupart ont été produits cette année. À 19 H AU CABARET SAUVAGE,
EJUSQU’AU 11 NOV., 59, BD MACDONALD (19 ). LES 9 ET 10 NOV. AU FORUM DES IMAGES,
ER ERDE 21,80 € À 31,80 €, TÉL. : 01 42 09 03 09.CURIOUS EYE, 118, RUE DE RIVOLI (1 ). 2, RUE DU CINÉMA (1 ). TÉL. : 01 44 76 63 00.
DU MERCREDI 6 AU 12 NOVEMBRE 2019 FIGAROSCOPE 3
VENDREDI
SAMEDI8
DIMANCHENOVEMBRE 9
NOVEMBRE 10
NOVEMBRELille
Paris
L’ESCAPADE
OÙ DORMIR ?
Au Mama Shelter, Lille
Ouverte depuis
seulement deux
mois, cette nouvelle De l’art et des gaufres enseigne rejoint
la collection qui La cité lilloise ouvre grand ses portes à la création.
compte désormais
Du Palais des Beaux-Arts au tout nouvel Institut 12 hôtels en France
En haut: le charme flamand de Lille opère pour la photographie. On se régale ! et à l’étranger.
toujours. Idéalement situé
Ci-dessus: Frida Kahlo en majesté au Palais dans un nouveau
des beaux-arts avec ce superbe autoportrait
complexe The Frame (1938).
architectural
de briques rouges
et de verre, à deux
riche et déroutante. Jusqu’au 6 jan-PAR SOPHIE DE SANTIS soit-elle, est pleine de vicissitudes. pas de la gare Lille
sdesantis@lefigaro.fr vier au Palais des beaux-arts.Découpé en chapitres, le parcours Flandres, l’hôtel
www.pba-lille.frdense déroule tous azimuts et sans de 112 chambres
À quelques rues de là, ne manquezchronologie aucune, du Moyen Âge à reste fidèle
pas d’aller découvrir le tout récent peine a-t-on débarqué aujourd’hui, une estampe inestima- à son concept urbain
ble de 1514 de Dürer, une capture Institut pour la photographie, logédu TGV à Lille Flandres initial, basé
d’écran de 2018 de Bansky, le ma- dans un ancien hôtel particulier etque Romy vous tend les sur la convivialité
gnifique saint Jérôme (1643) de José ses dépendances encore en fricheà bras. La sculpture mo- et la décontraction.
2de Ribera, ou encore un autoportrait (sur 1 5 00 mnumentale jaune de Xavier Veilhan et bientôt le double!),Le restaurant,
accueille avec un certain flegme les fier et puissant, The Frame (1938), de avant sa restauration complète. Avecen étage, très animé,
voyageurs depuis la mi-septembre Frida Kahlo. Un grand écart assumé l’appui des Rencontres d’Arles, l’IPPjouit d’une belle
sur le parvis de la gare. Cette pièce par les commissaires pour dire com- a pour ambition de montrer le
terrasse d’une commandée par la Ville montre que bien « l’eldorado de l’artiste » passe meilleur de la création
photographicentaine de couverts.Lille est une cité amie de l’art et de par la reconnaissance, le pouvoir des que, de Lisette Model à Thomas
Chambre double ceux qui le créent. Il suffit de se ren- mécènes, l’image-miroir, la splen- Struth, de Laura Henno à
Emmasmall à partir de 69 €.dre au Palais des beaux-arts, dans sa deur et la misère et, bien sûr, l’auto- nuelle Fructus. En tout, pas moins de
97, place
Saintemajestueuse architecture XIX dérision, qu’illustre bien l’installa- sept expositions et un programme, pour
Hubert, Lille (59). tion hilarante Checkers (2015-2019) dense d’ateliers et de rencontres. ❚admirer « Le rêve d’être artiste »,
Tél. : 03 59 82 72 72. de Gilles Barbier, reproduisant à tra- Jusqu’au 15 déc. une démonstration (coproduite par
www.vers seize pions différentes facettes 11, rue de Thionville. la Rmn) par une centaine d’œuvres,
mamashelter.comde sa personnalité. Une exposition www.institut-photo.comque la vocation du créateur, si forte
FIGAROSCOPE DU MERCREDI 6 AU 12 NOVEMBRE 20194
IMAGE’IN - STOCK.ADOBE.COM/ 2019 BANCO DE MÉXICO DIEGO RIVERA FRIDA KAHLO MUSEUMS TRUST, MEXICO, D.F. / ADAGP, PARIS PHOTO CENTRE POMPIDOU, MNAM-CCI, DIST. RMN-GRAND PALAIS / JEAN-CLAUDE PLANCHETUN VERRE A VEC...
François de closets
Science-fiction
Figure incontournable du journalisme économique
et scientifique, l’auteur du célèbre « Toujours plus »
s’aventure dans la bande dessinée
et nous raconte les ambiguïtés d’un génie,
avec « Les Guerres d’Albert Einstein ». PAR NICOLAS D’ESTIENNE D’ORVES
La dernière appli u’est-ce que je vous offre ?
que vous consultez le soir venu ?Un Bellini, pour me
Je ne suis pas « appli », pas réseaux croire encore à Venise.
sociaux. J’ai essayé de me mettre Q J’aime les boissons riches
sur Facebook mais je n’ai pas su en goût et faibles en alcool.
l’utiliser. Je ne demande pas
à internet de me créer des évasions.Quelle musique
pour vous accompagner ?
Mettez Metamorphosis III En cas de fringale nocturne,
de Philip Glass, mais Schubert direction…
irait très bien aussi. Il y avait tout près de chez moi
une petite épicerie, tenue pas des
Qu’est-ce qui vous retient (encore) gens très sympathiques de Djerba.
la nuit ? J’y trouvais tout ce dont j’avais
Je ne suis pas quelqu’un qui vit besoin, à n’importe quelle heure.
la nuit. Sauf pour l’écriture.
Si je suis lancé, je ne vois plus passer Film ou série avant de dormir ?
les heures. Vous voulez dire pour m’empêcher
de dormir ? Le plus
Le lieu parisien efficace est une bonne
qui vous donne série télévisée :Bio express
des frissons ? Deadwood, Downton
La Sainte-Chapelle. Abbey, Le Bureau
1933
J’aime replonger dans des légendes.
Naissance
les couleurs perdues
à Enghien-les-Bains.
du Moyen Âge. Avec Le rêve que vous
un grand soleil qui aimeriez réaliser ?
1961
embrase les vitraux. Avoir écrit une vraie
Débuts dans la presse,
comédie. Dire ce que
à l’AFP.
Le lieu parisien j’ai à dire non pas
qui vous donne en m’expliquant
1982des boutons ? à longueur de pages
Toujours plus,Le Sacré-Cœur. mais en faisant rire
chez Grasset.Je déteste les gens. Comme
la bourgeoisie Beaumarchais avec
2019 cléricale, rétrograde, Le Mariage de Figaro.
Les Guerres d’Albert qui a lancé le vœu
Einstein (Robinson), national à l’origine La question
coécrit avec Éric de sa construction. que vous auriez aimé
Corbeyran et dessiné Elle a imposé que je vous pose ?
par Éric Chabbert.un monument Qu’aurait pensé Einstein
illégitime et arrogant. de votre BD ? ❚
ERENDEZ-VOUS DONNÉ AU BAR DE L’HÔTEL INTERCONTINENTAL PARIS LE GRAND (2, RUE SCRIBE, IX . TÉL. : 01 40 07 32 32)
FIGAROSCOPE DU MERCREDI 6 AU 12 NOVEMBRE 20196
SELFIE DE FRANÇOIS DE CLOSETSS U C C È S
P R O L O N G A T I O N SL’ÉVÉNEMENT
La photo
parade dans
la capitale
eDu 7 au 10 novembre, la 23 édition de Paris Photo
(www.parisphoto.com), la plus grande foire internationale
dédiée à l’image ancienne et contemporaine, accueille
213 exposants au Grand Palais. L’occasion de découvrir des
talents émergents dans le secteur « Curiosa », piloté par
l’AngloGhanéen Osei Bonsu de la Tate Modern. En ville, galeries
et institutions accrochent aussi leurs plus beaux tirages
sur leurs cimaises. Pour le plaisir des yeux !
Teller, 55 ans, n’hésite pas à convo-Vingt
quer un cheval blanc dans le Marais et
se mettre en scène en cow-boy ur-photographes
bain. Il photographie la vie telle qu’il
aime la dévorer. en vue
S. DE S.
Galerie Suzanne Tarasieve, Ils enchantent, dérangent
Paris Photo, Stand B14.
ou questionnent…Ces maîtres
de l’image captent l’instant
ou le temps suspendu. ZANELE MUHOLI,
Florilège de talents à admirer
LA REINE NOIREsous la nef et partout en ville.
On ne présente plus Zanele Muholi, la
reine de la photographie africaine, néeJUERGEN TELLER
le 19 juillet 1972 à Umlazi (Durban). Untitled, I Love Paris
series (2018), Même s’il est installé à Londres de- Cette Sud-Africaine arriva comme un MAN RAYde Juergen Teller.puis plus de trente ans, le photogra- boulet dans le paysage
photographiphe allemand voue un amour sans que lorsqu’elle fut la lauréate du pre- Issue d’une collaboration entre la
gaborne à notre capitale. C’est ici qu’il a mier Prix Casa África décerné à la lerie Gagosian et la galerie 1900-2000,
réalisé notamment de nombreuses Biennale de Bamako en 2009. Tresses la série de photographies de l’artiste
séries pour des magazines de mode. cachées sous un bonnet multicolore à surréaliste provient des fonds de
LuSous la nef du Grand Palais, Suzanne la Bob Marley, elle irradiait de cette cien Treillard. Le secrétaire,
collaboraTarasieve lui consacre un solo show énergie qui fait de ses portraits et teur et proche de Ray possédait une
ri« I love Paris », dans lequel il déclare autoportraits des sculptures vivantes. che collection d’art moderne en partie
sa flamme aux rues et aux visages, Depuis on l’a vue partout, de la Fon- donnée au Centre Georges Pompidou.
célèbres ou anonymes qui rendent dation Luma à Arles au festival photo A. M.
Paris unique à ses yeux. Plus d’une Kyotographie au Japon, de la Fonda- Galeries Gagosian et 1900-2000,
cinquantaine de clichés, dont un tion Vuitton à Paris à l’actuelle Bien- Paris Photo, Stand B16.
grand panoramique d’Agnès Varda nale de Venise où son travail sur le noir
(réalisé peu de temps avant sa mort), et blanc, la réappropriation de l’art
des portraits d’icônes (Catherine De- moderne et la cause féminin(ist)e est ROGER BALLEN neuve, Charlotte Rampling), mais en format géant. Une grande artiste.
aussi un reportage de rue à la Porte de V. D. Le photographe sud-africain est le
la Chapelle. Avec son style plein Paris Photo et AKAA, Stevenson grand invité de Paris cette année. À la
d’humour et d’autodérision, Juergen Gallery, Le Cap. Stand A20. Halle Saint-Pierre où il fait l’objet
FIGAROSCOPE DU MERCREDI 6 AU 12 NOVEMBRE 20198
JUERGEN TELLER /SUZANNE TARASIEVE Meret Oppenheim
(1933),
de Man Ray,
à la galerie
Gagosian.
grand classique de la photographie
allemande, à travers des tirages rares des
années 1920 et 1930. Pionnier de la
photographie documentaire, August
Sander (1876-1964) a réalisé beaucoup
de portraits dans l’austérité et la
rigueur du noir et blanc.
S. DE S.
Galerie Hauser & Wirth, Paris Photo,
Stand A24
MALALA

ANDRIALAVIDRAZANA
Déjà remarquée à Paris Photo l’an
dernier, cette Malgache de 48 ans apporte
encore un nouveau souffle à cette foire
qui ouvre de plus en plus ses portes
aux plasticiens, dont la photographie
n’est pas le seul support d’expression.
Malala tisse des liens entre histoire
personnelle et identité culturelle à
travers des collages de fragments
d’imaFigures 1856, ges issus de différentes époques
comLeading Races of Man, me des billets de banque, cartes
de Malala géographiques ou pochettes de dis-AUGUST SANDERAndrialavidrazana ques… On peut voir également son
à la galerie C. Smulders.
Paris Photo a cette particularité de réu- travail à Citeco jusqu’au 10 nov. (Cité
enir le meilleur de la photographie his- de l’Économie, 17 ).
torique comme la plus actuelle. Grâce à S. DE S.
la puissante galerie Hauser & Wirth de Galerie Caroline Smulders, Paris Photo,
Zürich, on redécouvre le travail de ce Stand A19.
Merce
Cunningham
Danse
d’une grande exposition et à la galerie
Du14au20Karsten Greve ensuite. Habité depuis
novembre2019ses premières années d’exercice par la
notion de folie, d’aliénation, de ques- auThéâtreduChâtelet
tionnement sur la nature de l’homme,
il poursuit une recherche esthétique BALLET
souvent dérangeante, parfois
angoisDEL’OPÉRADELYONsante. S’extirpant des canons de la Directeur,YorgosLoukos
photographie, il invente sa propre ico- Summerspace(1958)
Exchange(1978)nographie mêlée de collages, de
desScenario(1997)
sins ou encore de sculptures hybrides
AveclesoutiendelaFondationd’entreprisequi peuplent ses œuvres récentes. À la
Hermès danslecadredesonprogramme
NewSettings.galerie Karsten Greve, le photographe
explore le thème de l’enfance à travers
chatelet.com
JEPRENDSMAPLACE theatredelaville-paris.comcinq séries réalisées des années 1970 à
festival-automne.com
aujourd’hui.
A. M.
eHalle Saint-Pierre, 2, rue Ronsard (18 )
et galerie Karsten Greve,
Paris Photo, Stand A18.
DU MERCREDI 6 AU 12 NOVEMBRE 2019 FIGAROSCOPE 9
MAN RAY, MALALA ANDRIALAVIDRAZANA/ CAROLINE SMULDERS
Créditphoto:Michel-Cavalca–Adagp,Paris2019L’ÉVÉNEMENT
THOMAS MARGUERITE
BORNHAUSER HAUSER
GALERIE MADÉ
Invité du secteur « Curiosa » du salon
réservé aux nouvelles révélations de la La jeune photographe est elle aussi
photographie, Thomas Hauser pré- une invitée du secteur « Curiosa » et
sente des paysages et portraits issus exposera son récent travail intitulé
des archives familiales ou personnel- « Moisson rouge » et tiré du livre Red
les. Toutes les images sont manipu- Harvest de l’Américain Dashiell
Hamlées, transformées par Hauser qui joint mett. Comme son auteur, pionnier du
au médium photographique des maté- roman noir, elle flirte avec le suspens
riaux comme la colle, l’encre mais et l’énigmatique, et propose des
phoaussi des surimpressions de matières tographies narratives et inattendues.
inattendues comme le verre ou encore A. M.
le marbre. Galerie Madé, Secteur Curiosa,
A. M. Stand SC9.
Paris Photo, Secteur Curiosa,
Stand SC12.
PHILIPPE CHANCEL
Après son exposition à Arles cet été, leJIM GOLDBERG photoreporter poursuit son
exploraL’univers de ce Californien, né en tion, voire son diagnostic du monde
1953, aborde le documentaire com- dans la série « Datazone » qu’il
invesme une nouvelle forme narrative. Sur tit depuis 15 ans. À la manière d’un
ses tirages, il écrit des textes et des scientifique, il ausculte les zones sen- Moisson Rouge 2019,
poèmes comme s’il voulait donner la sibles de notre planète sans épargner Marguerite Bornhauser, L’UNIVERS NICOLAS
parole à ses protagonistes : souvent aucun de ses sujets. Un travail effroya- à la galerie Madé.
des adolescents en fuite ou des per- blement fascinant. DHERVILLERS
sonnes dont le sort est passé sous si- A. M.
lence. « J’ai le privilège d’être à la fois Galerie Mélanie Rio, Paris Photo, Ce photographe regarde la peinture et
Destiny’s Shiny Bracelet témoin et narrateur. L’intimité, la Stand D3. l’intègre dans son image. Sa dernière
(1989), de Jim Goldberg, confiance et l’intuition guident mon série s’appelle Over the mountains of
à la galerie travail », dit-il. Membre de Magnum the moon. Nicolas Dhervillers y opère
Casemore Kirkeby.
depuis 2006, il est exposé depuis plus un relevé topographique entre
l’Amade trente ans dans des institutions de zonie et la Cordillère des Andes,
périrenom. La galerie Casemore Kirkeby mètre de tous les phantasmes autour
réunit au Grand Palais la série des cités d’or. Il piste des dizaines
« Raised By Wolves », soit dix ans de d’images sur Google Earth, y insuffle
son journal intime. une perspective abstraite. Il condense
S. DE S. plusieurs vues d’un même paysage,
Casemore Kirkeby, San Francisco, les imbrique, les fusionne, comme un
Paris Photo Stand A9. peintre sur la piste d’une nouvelle
dimension. Résultat magnifique.
V. D.
School Gallery, PAOLO GIOLI e322, rue Saint-Martin (3 ).
À la fois peintre, photographe et
réalisateur, ce natif de Rovigo dans le
Veneto expérimente depuis les an- JULIETTE AGNELnées 1960 les supports en mixant
plusieurs techniques. Ses toiles devien- Après le Groenland et ses glaciers
nent des sérigraphies, ses images comme des cathédrales bleutées, voici
subissent l’épreuve de l’encre. Il se le Soudan et ses pyramides
énigmatifait remarquer aussi par l’impression ques de Méroé sous la nuit américaine.
de surfaces sensibles positives com- « Cette série inédite de Juliette Agnel
réme le Polaroid dès 1977 et le ciba- sulte d’un voyage au Soudan du Nord, au
chrome dès 1979. C’est ainsi que ses pays des pyramides et des pharaons
portraits distordus prennent une tout noirs, effectué par l’artiste en février
autre allure. 2019 », explique son capitaine,
ChanS. DE S. tal Colleu-Dumond, qui l’exposera au
Galleria Del Cembalo, Rome, Château de Chaumont-sur-Loire à
Paris Photo, Stand A31. partir du 16 novembre. En attendant,
FIGAROSCOPE DU MERCREDI 6 AU 12 NOVEMBRE 201910
JIM GOLDBERG/CASEMORE KIRKEBY , MARGUERITE BORNHAUSER/MADE