Figaro Scope du 09-01-2019

Figaro Scope du 09-01-2019

-

Presse
52 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Informations

Publié par
Ajouté le 09 janvier 2019
Langue Français
Signaler un abus

Dany Boon,
lors des répétitions
de la nouvelle
pièce de
Sébastien Thiéry,
« Huit euros
de l’heure »,
au Théâtre
eAntoine (X ).
Dany Boon
fait son numéro
MON QUARTIER
VALÉRIE BONNETON
LIVRE SES BONNES
ADRESSES
E●RESTOS ● ● ● ●EXPOS CINÉMA THÉÂTRE MUSIQUE DANS LE V P. 18
NE PEUT ÊTRE VENDU SÉPARÉMENT – VENDU UNIQUEMENT DANS LES DÉPARTEMENTS 60, 75, 77, 78, 91, 92, 93, 94, 95 MERCREDI 9 JANVIER 2019 LE FIGARO N° 23142 CAHIER N°4 WWW.FIGAROSCOPE.FR2 LE FIGAROSCOPE DU MERCREDI 9 AU 15 JANVIER 2019
IL EST TEMPS...
« NABUCCO »
POUR L’UNESCO
Sous la direction d’Amine
Kouider, le Chœur et
l’Orchestre philharmonique
international joueront
« Nabucco » de Verdi
dans le cadre des concerts
des artistes de l’Unesco
pour la paix. L’histoire
d’un magnifique amour
impossible, mais aussi
le récit de la détresse
d’un peuple en exil.
LE 19 JAN. À 20 H 30 ET LE 20 JAN. À 16 H 30.
WWW.LASEINEMUSICALE.COM
MICHÈLE BERNIER,
DROIT DEVANT !
Après « Je préfère
qu’on reste amis »
et « Folle Amanda »,
Michèle Bernier
revient de nouveau
seule sur scène
dans un spectacle
optimiste, « Vive
demain ! ». Dirigée
par sa complice Marie
Pascale Osterrieth,
l’humoriste énergique
rappelle que ce n’était
pas mieux « avant ».
À PARTIR DU 17 JAN.
ETHÉÂTRE DES VARIÉTÉS (IX ).
WWW.THEATRE-DES-VARIETES.FR
Réservez vos places pour
« Vive demain ! » au Théâtre des Variétés
sur www.ticketac.com
Tous nos rendez-vous culturels sur www.figaroscope.fr
CPI ; ARTSLIVELE FIGAROSCOPE DU MERCREDI 9 AU 15 JANVIER 2019 3
DE RÉSERVER !
STREET FOOD SAUVONS LA TERRE
« La planète se réchauffe… À SAINT-LAZARE
Avec une vue traversante Comment on s’y prépare ».
ersur la place et la salle des pas Voilà le thème du 1 forum
perdus, le nouveau Street de l’année organisé par
Food Market aura pignon sur France Culture à la Sorbonne.
gare. Aménagé par Coca-Cola Une journée de débats,
- qui fête cette année son de master class et d’échanges
e100 anniversaire de présence avec des climatologues,
en France -, le concept des philosophes
accueillera dès le printemps et des écologues pour faire
(et pendant trois ans) le point sur une des questions
des stands de spécialités emajeures du XXI siècle.
de dix pays différents.
ELE 12 JAN., DE 10 H À 18 H. À LA SORBONNE (V ).
EDÈS LE 21 MARS. GARE SAINT-LAZARE (IX ). WWWW.MAISONDELARADIO.FR
KMIT/STOCK.ADOBE.COM4 LE FIGAROSCOPE DU MERCREDI 9 AU 15 JANVIER 2019
ÉDIT O
JE ME SOUVIENS…
e me souviens de mes débuts à Paris. C’était en 1992, au
Théâtre du Lucernaire. Le spectacle s’intitulait Tout va
bien, je vais bien. À l’époque, on m’avait dit : « Le critique
de théâtre du Figaroscope Jean-Luc Jeener va venir teJ
voir. Il voit quasiment toutes les pièces qui sortent à
Paris… Il est terrible ! » J’étais très angoissé de son jugement. Et puis,
ô miracle, l’article était sorti, élogieux,
bienveillant. Bon sang, quel soulagement ! Je pouvais
clairement dire : « Tout va bien. Je vais bien ! »
Aujourd’hui, je me rappelle quel plaisir j’avais eu.
L ’impact de cette critique sur la venue du public au
Lucernaire. Aujourd’hui, le temps a passé. Me
revoilà au théâtre avec ma complice de toujours
Valérie Bonneton dans la pièce de Sébastien
Thiery Huit euros de l’heure au Théâtre Antoine. C’est
Dany Boon fait boom !, pour cela que j’ai accepté de me retrouver à jouer la toute première
critique dithyrambique le rédacteur en chef d’un jour au Figaroscope. J’ai
du spectacle Tout va
de la mémoire. Cette fois, c’est moi qui me trouve bien, je vais bien
DANY BOONde Dany Boon, parue à la place des journalistes, et même physiquement Rédacteur en chefdans le Figaroscope
du 16 décembre 1992 au milieu d’eux, durant une mémorable
confésous la plume rreennce dce de re rédédaactictioon. Et me ve vooililà tà toour à tur à toour parur parllanant dt de me mes ges gooûûtstsde Jean-Luc Jeneer.
en matière d’art, de gastronomie, de cinéma, d’expositions, de
musique, de danse… et de théâtre bien sûr. J’ai déjeuné avec le
très redouté critique gastronomique Emmanuel Rubin, et j’ai
même pu embarquer dans les rubriques du journal mes amies
et complices Valérie Bonneton et Sarah Nemtanu ! Inutile de
pprrécéciseiser qur que j’ai éte j’ai été hé heureureux d’aeux d’avvooir l’occasiir l’occasioon dn de partage partageerr
mes enthousiasmes pour la vitalité créative et culturelle de ce
Paris artistique que nous aimons tant. Ce Paris dont je rêvais
enfant, bouche bée et yeux ébahis depuis la cabine du
camion de mon père qui passait par le périphérique pour aller
lilivrvreer er en banlin banlieueue, petie, petitte et gre et granandde coe coururoonnnne, sans jame, sans jamaisais
pouvoir entrer dans la Ville Lumière, interdite d’accès aux
38 tonnes sans autorisation. Cette ville magique qui restera
toujours dans mon âme d’enfant la cité interdite. ❚
Directeur de la publication : Marc Feuillée Directeur des rédactions : Alexis Brézet Directeur adjoint : Bertrand de Saint Vincent
Rédaction en chef : Olivier Delcroix Directrice adjointe à l’édition : Anne Huet-Wuillème
Éditeur : Robert Mergui. Rédaction : Figaroscope, 14, boulevard Haussmann, 75438 Paris Cedex 09. Tél. : 01 57 08 50 00
Publicité direction commerciale : Frédéric Benaim. Tél. : 01 56 52 25 34.
Commission paritaire : 0421 C 83022 Impression : L’Imprimerie, 79, route de Roissy, 93 290 Tremblay-en-France. Origine du papier : Suisse. Taux de fibres recyclées :
85%. Ce cahier est imprimé sur un papier PERLEN porteur de l’Ecolabel européen sous le numéro DE/011/074. Eutrophisation : Ptot 0.006 kg/tonne de papier
PHOTOS DE COUVERTURE : JEAN-CHRISTOPHE MARMARA/LE FIGARO ; FRANÇOIS BOUCHON/LE FIGAROki ma im em es ui ve .f r
PRODUCTEUR DE SPECTACLES &CRÉATEUR D'ÉMOTIONS
214x285 KMMS Figaroscope.indd 1 04/01/2019 18:326 LE FIGAROSCOPE DU MERCREDI 9 AU 15 JANVIER 2019
TENDANCE
PAR SOPHIE
DE SANTIS
sdesantis@lefigaro.fr
ARIS, LA CITÉ INTERDITE.
Lorsque j’étais gamin, j’accom-PARIS, LA SEINE ET MOI P pagnais mon père, chauffeur
routier, qui livrait dans les entrepôts au
Blanc-Mesnil ou autour de la capitale.Itinéraire d’un amoureux
Mais nous n’entrions jamais, car les poids
FAN DE VIEILLES PIERRES MAIS AUSSI D’ARCHITECTURES TRÈS RÉCENTES, DANY BOON, lourds se voyaient interdits de traverser le
périphérique. Donc j’ai un souvenir deDEPUIS SON ARRIVÉE DANS LA CAPITALE, VAGABONDE DE QUARTIER EN QUARTIER,
cette ville inaccessible. Jusqu’au jour oùAVEC UNE PRÉFÉRENCE POUR LES QUAIS DE SEINE ET SES ÎLES.
mon père m’a déposé porte de Vincennes
avec mon sac à dos et ma guitare, et là j’ai
pu découvrir la beauté de Paris. Et les
nouvelles architectures aussi me fascinent
LE CHOIX
comme celle de Frank Gehry à la Fonda-DE DANY
BOON tion Vuitton, la Pyramide de Pei au Louvre
ou encore la Philharmonie de Jean Nouvel.
PLACE DAUPHINE. Je suis toujours
ébloui par cet endroit où ont vécu Simone
Signoret et Yves Montand. C’est un lieu
très poétique. Le chanteur Bono a
d’ailleurs acheté un appartement sur cette
place. J’adore cet endroit où la Seine se
divise entre l’île de la Cité et l’île
SaintLouis. C’est toute l’histoire de Paris,
Lutèce, Victor Hugo… Je trouve que, dans les
grandes villes, les fleuves apportent leur
lot de rêverie. J’ai eu la chance d’habiter
quai des Grands-Augustins en arrivant
dans la capitale. Au moment même où le
Pont-Neuf était emballé par Christo.
C’était magique de cacher une œuvre pour
mettre en valeur un trésor du patrimoine.
LA LIBRAIRIE THÉÂTRALE. C’est un
endroit merveilleux, rue de Marivaux, où
j’allais acheter mes textes lorsque j’étais
au Cours Simon. J’aime beaucoup le
quartier du Palais-Royal aussi. Jacques Grange
a racheté l’appartement de Colette, c’est
magnifique.
SOUVENIRS DE PIGALLE ET
D’AILLEURS. J’ai beaucoup déménagé à
Paris. J’avais une chambre de bonne rue
Mansart à Pigalle, puis une ancienne usine
erue Saulnier (IX ), et plus tard, j’ai acheté
un loft rue Oberkampf. C’était l’époque
du Café Charbon.
GALERIE VIVIENNE. Puis, j’ai habité
erdans le I arrondissement dans un
immeuble 1930. J’allais souvent aux
dégustations de vin des Caves Legrand, j’adorais.
« J’adore l’endroit J’y retourne de temps en temps. Depuis
où la Seine se divise, que je vis aux États-Unis, je préfère louer
entre les îles de la quand je suis là. Je n’ai gardé qu’un petit
Cité et Saint-Louis. » appartement quai Saint-Michel pour mes
enfants. ❚
FRANÇOIS BOUCHON/LE FIGAROLE BATE LEUR THEATRE PRÉSENTE
T H É Â T R E M U S I C A L
1946. Paris àl ’aunedelafermeturedes bor dels or chestr ée par Ma rthe Richar d, l’ex-pr ostituée, la
repentie, la bigote !Nev end-elle pas son âme au diable en condamnant les bor dels. Quipunit-elle
vr aiment ? L es pr ostituées ? L es clients ? S on pa ssé ? La p ièce musicale « B elles de nuit »e squisse des
réponses dr ôles et poétiques et met en scène av ec sobriété et émotion un sujet toujours d’actualité :
La violence faite aux femmes.
Arr angements des choe urs: BENOIT URB AIN |Chor égr aphies: MA RT IN MATT HIASY SE BA ER T |Lumièr es : ANTONIO DE CA RVAL HO
Perruques-coiff ur es-ma quillages : AUDREYB OR CA |C ostumes: SY LVAIN RIG AUL T |Déco r : JONATH AN KERR et JU AN CA RLOS SOL ER |As s is ta ntàlamise en scèn e: GUILL AUME D EL V I N G T
De sign :St é phane KER R A D • {KBSTUDIOS } • www .kbstudios.fr8 LE FIGAROSCOPE DU MERCREDI 9 AU 15 JANVIER 2019
À LA UNELE FIGAROSCOPE DU MERCREDI 9 AU 15 JANVIER 2019 9
PROPOS RECUEILLIS PAR ARMELLE HÉLIOT
CONNU ET AIMÉ DANS LE MONDE ENTIER
PAR SES FILMS, IL REVIENT SUR SCÈNE
DANS UNE COMÉDIE FÉROCEMENT
DRÔLE ET TRÈS HUMAINE
DE SÉBASTIEN THIÉRY.
EAU THÉÂTRE ANTOINE (X ), DANY BOON
« HUIT EUROS DE L’HEURE » EST MIS
EN SCÈNE PAR STÉPHANE HILLEL.
LE COMÉDIEN RETROUVE
UNE DES CAMARADES DE SES DÉBUTS,
VALÉRIE BONNETON. CE CONTEMPORAIN ABÉCÉDAIRE PHÉNOMÉNAL A ACCEPTÉ
D’ÊTRE LE RÉDACTEUR EN CHEF
DU PREMIER « FIGAROSCOPE » DE 2019.
Allons vite ! Comme lui ! C’est l’un des es-D’UN ESPRIT
prits les plus vifs que l’on connaisse. Une
intelligence éblouissante, aiguë, fraternelle.
Une intelligence enveloppée d’une
humanité heureuse. Il rayonne. Il est la simplicité
même. Accessible. Trouvant toujours le
temps de s’intéresser aux autres. Père, artis-CURIEUX
te, homme d’affaires très responsable,
prenant sans cesse des décisions. Mais le gamin
est toujours là, cœur grand comme ça, petit
garçon qui pense toujours à sa maman et
loue toutes les personnalités, connues ou
non, qui ont éclairé son chemin. Un être hu-DE TOUT
main hors normes. Un grand homme qui se
passionne pour le savoir. Qui apprend sans
cesse. Qui comprend tout. Qui accueille, qui
invente, qui répète qu’il doit tout à sa mère
puisque sa vocation est née parce qu’il
voulait la faire rire. Le succès planétaire ne l’a
pas changé : il a une sacrée force d’âme,
Dany. Et un sens profond de la discipline. Il
a beaucoup aimé la pièce de Sébastien
Thiéry à la lecture, et adoré en approfondir la
force comique sous la direction de Stéphane
Hillel, qui sait parfaitement laisser se
développer le rire, tout en laissant affleurer ce
qu’il y a de bienveillance chez Sébastien
Thiéry, par-delà l’acidité de l’encre et
l’énormité des situations. Tout ce que
Valérie Bonneton, qui joue son épouse, Dany
Boon lui-même, Jorge Calvo, Antonio Buil,
Maria Rodriguez se préparent à vous offrir.
COMME ARMENTIÈRES. Je suis
né à Armentières, j’y ai grandi. UneA enfance pauvre mais heureuse. On
se contentait du peu que l’on avait. La devise
Dany Boon au Théâtre de la ville est « Pauvre mais fière ». Elle dit
eAntoine (X ), sur la scène bien l’état d’esprit des gens, modestes, mais
duquel il se produira accueillants. Dans les corons, aucune porte
à partir du 11 janvier n’était jamais fermée à clé, même pas la nuit.
dans la comédie Cette devise a été abandonnée il y a quinze
de Sébastien Thiéry
ans au profit d’une formule qui ne veut rien Huit euros de l’heure,
dire : « L’alliance des caractères ».aux côtés de
.../...Valérie Bonneton.
JEAN-CHRISTOPHE MARMARA/LE FIGARO10 LE FIGAROSCOPE DU MERCREDI 9 AU 15 JANVIER 2019
Conférence
de rédaction
du Figaroscope,
avec Dany Boon et
Olivier Delcroix.
d’août : « Balayé par septembre. Notre amour COMME BREL Lorsque j’ai fait COMME CHARLES AZNAVOUR.
d’un été/ Tristement se démembre/ Et se meurt mes études à l’école Saint-Luc de J’aime le poète, l’auteur, le
chanau passé/ J’avais beau m’y attendre/ Mon cœur B Tournai, en Belgique, j’ai appris C teur, l’acteur. Je l’ai rencontré chez
vide de tout/Ressemble à s’y méprendre/ À Parisque jeune, Jacques Brel livrait à l’école les Line Renaud, lors d’un dîner. Il m’a pris à
au mois d’août. » J’aime aussi particuliè-rames de papier à dessin que ses parents part et m’a parlé de mon film Bienvenue chez
fabriquaient. À 16 ans, j’ai joué sur la scène rement La Bohème. les Ch’tis. Il m’a dit combien faire rire était
de l’auditorium de la ville et j’ai pensé à une chance. Il a vu mon dernier spectacle à
lui, bien sûr, comme bien plus tard, la pre- l’Olympia et moi son dernier récital à Los An- COMME DICK ANNEGARN. J’ai
mière fois que j’ai été à l’affiche de geles. J’ai beaucoup aimé cet homme avec qui découvert adolescent ce Hollandais
l’Olympia. C’était en 1995-96, c’était on buvait du bon vin et qui était profondé- D élevé en Belgique. Il a beaucoup
inencore le « vrai » Olympia. Il n’avait pas ment humain et accessible, simple comme fluencé les années 1970. Il avait du succès,
été démoli et reconstruit… Les fantômes ma mère. Et il y a des chansons de lui que mais il ne supportait pas d’être au Top 50.
étaient là. j’admire plus que tout. Ainsi Paris au mois J’aime son univers. J’ai enregistré une
chanAvec Charles
Aznavour lors
de l’enregistrement
de l’émission
Hier encore,
à l’Olympia,
le 8 janvier 2014.
JEAN-CHRISTOPHE MARMARA/ LE FIGARO ; STEPHANE ALLAMAN/SIPA