Figaro Scope du 29-05-2019

Figaro Scope du 29-05-2019

-

Presse
48 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Informations

Publié par
Date de parution 29 mai 2019
Signaler un problème

UN DERNIER
VERRE AVEC
IRIS MITTENAERE
P. 21
RESTAURANTS
L’IRRÉSISTIBLE
ASCENSION
DU CHEF
TOMY GOUSSET
P. 16
●RESTOS ● EXPOS ●CINÉMA ●THÉÂTRE ●MUSIQUE
Mélina Sadi,
alias La Bâronne
de Paname.
Les nouveaux
P.P. 8« titis parisiens »
NE PEUT ÊTRE VENDU SÉPARÉMENT – VENDU UNIQUEMENT DANS LES DÉPARTEMENTS 60, 75, 77, 78, 91, 92, 93, 94, 95 MERCREDI 29 MAI 2019 LE FIGARO N° 23261 CAHIER N°4 WWW.FIGAROSCOPE.FR2 LE FIGAROSCOPE DU MERCREDI 29 MAI AU 4 JUIN 2019
IL EST TEMPS...
HUCKLEBERRY FINN
SUR SCÈNE
Le héros de Mark Twain vient
faire ses 400 coups dans un
musical créé par la troupe
de « Comédiens ! » (photo).
Didier Bailly et Hélène Cohen
revisitent les aventures
de Huckleberry Finn
avec l’esclave Jim en 1850
aux États-Unis. En avant...
À PARTIR DU 4 JUIN.
ETHÉÂTRE DE LA HUCHETTE (V ).
WWW.THEATRE-HUCHETTE.COM
« CARMEN »
ENSORCELLE LES
ÉTÉS DE LA DANSE
La Compania Nacional
de Danza de Espana est
le clou des Étés de la danse
2019. Dirigée depuis huit ans
par José Martinez,
étoile de l’Opéra de Paris,
elle interprète une relecture
de « Carmen » signée Johan
Inger et créée spécialement
pour elle. En quatre ans,
la pièce est devenue un tube
mondial. On y court.
EDU 8 AU 17 JUILLET. THÉÂTRE MOGADOR (IX ) .
WWW.LESETESDELADANSE.COM
Réservez vos places pour « Les Étés de la danse »
au Théâtre Mogador sur www.ticketac.com
Tous nos rendez-vous culturels sur www.figaroscope.fr
CARLOS QUEZADA ; THÉÂTRE DE LA HUCHETTELE FIGAROSCOPE DU MERCREDI 29 MAI AU 4 JUIN 2019 3
DE RÉSERVER !
AU GALOP ! DORA MAAR
À BEAUBOURGLe célèbre Prix
On connaît Dora Maar à travers de Diane Longines
le portrait qu’en a fait Picasso
fête ses 170 ans en 1937. Mais que sait-on
de cette artiste, photographe à Chantilly.
puis peintre (ci-contre, « Portrait
de Pablo Picasso » par Dora Maar, Venez pique-niquer,
1936) ? À travers cinq cents encourager les œuvres, le Centre Pompidou révèle
cette artiste libre, icône rebelle meilleures pouliches
du surréalisme, loin du modèle en compétition et auquel sa relation intime
avec Picasso la réduit trop souvent.assister au mythique
concours d’élégance. DU 5 JUIN AU 29 JUILLET.
ECENTRE POMPIDOU (IV ).
LE 16 JUIN. HIPPODROME DE CHANTILLY (60). WWW.CENTREPOMPIDOU.FR
VOUSRÉVÈLELESDESSOUSDELACULTURE
LEDÉBARQUEMENT
Promesse d’une libérationtantattendue, le débarquement
alliédeNormandie estresté dans lesmémoires commelaplus
eformidableopération militaireduXX siècle. Asoixante-quinze
ans de distance, Le FigaroHors-Série revientsur cetteépopée
de courageet desang dans un numéro spécial. Aufil de ses
116 pages, il fait défiler les images dujourleplus long, le récit
heure parheureduDébarquement, lessecrets de l’opération–
fruit d’un compromis politique entreles Alliés– et l’entreprise
d’intoxication orchestréeavec succès auprès de l’ennemi. Une
cartographie détailléedes combats, une évocation poignantedu
martyreenduré parla Normandie et un dictionnairedes hommes
du jour J, de Montgomery àEisenhoweretdeRommelà Robert
Capa, complètent ce numéroexceptionnel.
Ce numéroest une réédition revue et augmentée
du FigaroHors-Série paru en mai 2004.
€ Actuellementdisponible Retrouvez Le FigaroHors-Série sur Twitter et Facebook8,90 chez votremarchand de journaux et sur www.figarostore.fr/hors-serie
NUMÉRO
ANNIVERSAIRE
116pages
PICASA4 LE FIGAROSCOPE DU MERCREDI 29 MAI AU 4 JUIN 2019
ÉDIT O
POULBOT, TU MEURS !
ais que deviennent les titis de Paris ? Ces gamins des
fauebourgs apparus à la fin du XIX siècle, que Victor Hugo a
immortalisés à travers la figure emblématique de Gavroche ?MBattent-ils toujours le pavé, la casquette enfoncée sur les
yeux, les bretelles remontées, leur gouaille rieuse au bord des lèvres ? Le
peintre Francisque Poulbot les aura tellement représentés que son nom a
fini par les symboliser. Hé bien, après enquête, le Figaroscope a le plaisir
de répondre oui à cette angoissante question. Oui, les titis parisiens sont
toujours là. Délurés, malicieux, ils continuent de chanter le Paname de la
Môme Piaf, celui d’Yves Montand ou de
Léo Ferré. Aujourd’hui, on les croise aux
quatre coins de la capitale. Il y a Marcel, le
serveur du Pied de Cochon,
l’accordéoniste Joe Privat Jr. qu’on ne trouve jamais
loin du Balajo, Mélina, surnommée « la
Bâronne de Paname ». Du côté de la
Sorbonne, on ne manquera pas d’être
interpellé par Ali, le vendeur de journaux à la
criée, fidèle au poste depuis quarante ans.
Sans oublier Benoît, prince des Puces,
OLIVIER DELCROIX
Rédacteur en chefFrancis-Claude, à qui Guignol doit la vie,
Nicolas, le rémouleur reconverti, Ernest, la mémoire de Drouot, ou
encore les sœurs Izner qui mettent l’âme de Paris en bouteille dans leurs
ouvrages fleurant bon l’argot des quartiers. « Poulbot, tu meurs ! »,
comme diraient les « d’jeuns » tout frais sortis de l’œuf. Pourtant, quoi
qu’on pense, ces neuf titis-là apportent du sang à neuf à Pantruche et ne
sont pas près de tomber par terre par la faute à Voltaire… ❚
Directeur de la publication : Marc Feuillée Directeur des rédactions : Alexis Brézet Directeur adjoint : Bertrand de Saint Vincent
Rédaction en chef : Olivier Delcroix Directrice adjointe à l’édition : Anne Huet-Wuillème
Éditeur : Robert Mergui. Rédaction : Figaroscope, 14, boulevard Haussmann, 75438 Paris Cedex 09. Tél. : 01 57 08 50 00
Publicité direction commerciale : Frédéric Benaim. Tél. : 01 56 52 25 34.
Commission paritaire : 0421 C 83022 Impression : L’Imprimerie, 79, route de Roissy, 93 290 Tremblay-en-France. Origine du papier : Suisse. Taux de fibres recyclées :
85%. Ce cahier est imprimé sur un papier PERLEN porteur de l’Ecolabel européen sous le numéro DE/011/074. Eutrophisation : Ptot 0.006 kg/tonne de papier
PHOTOS DE COUVERTURE : FRANÇOIS BOUCHON/LE FIGARO ; KRISTY SPAROW/GETTY IMAGES/AFP. DESSINS : FABIEN CLAIREFONDOY19035_SONOS_Sky_Figaro_SP.indd 1 21/05/2019 09:256 LE FIGAROSCOPE DU MERCREDI 29 MAI AU 4 JUIN 2019
TENDANCE
PAR SOPHIE
DE SANTIS
sdesantis@lefigaro.fr
voir toujours une longueur
d’avance. C’est la devise du Crazy Horse,CRAZY HORSE A depuis sa création en 1951. Chercher
la nouveauté, s’inspirer de l’air du temps.
Avec le principe des guest stars - des person-Femme du troisième type
nalités qui rejoignent le temps de quelques
DU 3 AU 16 JUIN, ET POUR 29 REPRÉSENTATIONS, LE CRAZY HORSE INVITE SUR SA SCÈNE tableaux le ballet des danseuses sculpturales
-, le cabaret cherche à créer l’événement pé-UNE ARTISTE PAS COMME LES AUTRES. SEMBLANT SORTIE D’UN FILM DE SCIENCE-FICTION,
riodiquement. Depuis 2006, sous l’impulsion
VIKTORIA MODESTA S’AFFICHE COMME LA FEMME FUTURISTE ET « AUGMENTÉE »
d’Andrée Deissenberg, la directrice générale
DE DEMAIN. SEXY ET SURPRENANTE. et artistique, rompue aux arcanes du métier
au Cirque du Soleil, les invitées de choix se
sont succédé. De Dita Von Teese à Arielle
♥♥♥♥♥ Dombasle, et de Clotilde Courau à la très
déBIONIC SHOWGIRL calée Conchita Wurst. La prochaine, qui
fouCRAZY HORSE lera dans quelques jours la prestigieuse scène,e12, av. George-V (VIII ).
est une créature « augmentée ».TÉL. :
01 47 23 32 32.
HORAIRES : VIKTORIA MODESTA, LE
PHÉNODu dim. au ven. MÈNE. Le parcours de cette jeune femme de à 20 h 30 et 23 h;
32 ans n’est pas banal. Née en Lettonie, où elle sam. à 19 h, 21 h 30
et 0 h. contracte une maladie, elle déménage à
LonDU 3 au 16 juin. dres avec ses parents à l’âge de 12 ans et fait du
PRIX : 127 € avec une
mannequinat dès l’adolescence. Mais à 20 ans,½ bout de champagne.
après plusieurs opérations de la jambe, elle
décide de se faire amputer pour améliorer sa
mobilité. C’est à ce moment que sa vie
bascule. « Je ne me suis jamais sentie handicapée,
affirme-t-elle avec fermeté. Au contraire, ma
différence est une force, cela m’a permis de créer
quelque chose de nouveau. » Viktoria Modesta,
aujourd’hui installée à Los Angeles, est à la fois
chanteuse, égérie pour des marques,
performeuse… Elle compte des milliers de fans sur
les réseaux sociaux. Au-delà de sa carrière
artistique, elle s’implique également dans la
recherche scientifique pour faire évoluer la
technicité des prothèses et l’image du handicap.
SUR LA SCÈNE DU CRAZY. Dans un
univers à la Blade Runner, Viktoria Modesta
intervient dans trois tableaux et dans le final,
entourée des Crazy Girls coiffées de masques
chromés dans un show laser hyperfuturiste,
conçu par le collectif turc Ouchhh. Sa
silhouette tout en courbes ultraféminines est
sanglée dans des costumes cloutés et sexy
réalisés par trois créateurs, dont le
Barcelonais Manuel Albarran. On la voit évoluer avec
une certaine aisance, comme un personnage
sorti d’une autre dimension. « Nous ne
sommes pas au cirque !, s’exclame Andrée
Deissenberg, convaincue par le succès que
suscitera cette « showgirl bionique ». « Nous voulons
Viktoria Modesta
montrer une femme différente dans un contexte incarne une créature
artistique divertissant et qui fait rêver. » futuriste dans
Attention les yeux ! ❚trois tableaux
du Crazy Horse. Réservez vos places pour « Bionic Showgirl »
au Crazy Horse sur www.ticketac.com
JORAFRANTZIS@BIONICSHOWGIRL DARK-HDLEFIGARO
présente
La légende d’une course
eCréée en 1970, la SolitaireduFigarofête cette année sa 50 édition
A ccetteette occasion, Le Figaroo
vous propose un numéro spécialspécial
quiqui rerevientvient sursur chacunechacune dede cesces
éditions en racontant les points
forts, en publiant des fac-simile
du quotidien de l’époque,
en photo bien sûr mais
aussiaussi agragrémentéémenté dede textestextes
d’éminents auteurs comme
l’Académicien Erik Orsenna ouou
l’humoriste PierreDe Despresproges.
Une course de légende à llaquelleaquelle
ontont participé lesles plusplus grandsgrands
navigateurs français.
132
pages
€ Actuellement disponible9,90 chez votremarchand de journaux et sur www.figarostore.fr
FIGARO-HS_SOLITAIRE_214x285_SCOPE_EXE.indd 1 17/05/2019 17:22
NOUVEAU8 LE FIGAROSCOPE DU MERCREDI 29 MAI AU 4 JUIN 2019
QUI SONT
LES GAVROCHES
2019 ?
Jo Privat Junior
sur la piste
du Balajo,
erue de Lappe (XI ).
À LA UNELE FIGAROSCOPE DU MERCREDI 29 MAI AU 4 JUIN 2019 9
Claude Dubois,
spécialiste du Paris
populaire.
CLAUDE DUBOIS,
FOU DES TITIS
Chroniques du malheur, histoire d’un lieu,
chroniques d’un livre sur Paris, Claude Dubois a
écrit plusieurs années dans les colonnes du
Figaroscope sur un sujet qu’il connaît bien :
Paris. Il y tenait la « Chronique du titi » dans
laquelle il mettait en lumière un Paris pas tout
à fait oublié, qui dormait en secret attendant
qu’on brandisse un projecteur sur lui. Il a
publié l’an dernier Visages, façons et coutumes du
Paris populaire (Parigramme) et écrit
actuellement un roman autobiographique dont la
trame de fond est… Paris.
LE FIGARO. – Comment est né cet intérêt
pour Paris ?
Claude DUBOIS. – D’abord, je suis né ici. J’y ai
étudié non pas l’histoire, mais la philosophie.
Et même si j’ai fait ce choix, j’ai toujours été
habité par l’histoire du peuple parisien, du QUI SONT
Paris populaire et ses acteurs.
Comment la figure du titi est-elle entrée
en résonance avec votre travail ?LES GAVROCHES J’ai surtout commencé à m’intéresser à des
personnages. J’ai rencontré par exemple
Robert Lageat, qui était de mon quartier. Il a une
histoire incroyable. C’est lui notamment qui a
racheté le Balajo en 74-75. J’ai voulu écrire 2019 ?
l’histoire de sa vie. Cela a donné mon ouvrage
Robert des Halles. Nous sommes devenus amis
DANS « LES MISÉRABLES », VICTOR HUGO EN PARLAIT COMME et avons beaucoup échangé. C’était un
véritable titi, né en 1911. Il a œuvré dans le catch, la DES « ENFANTS DE PARIS », DONT L’ARCHÉTYPE ÉTAIT GAVROCHE.
boxe et dans le music-hall. Son fils, Jacky Cor-DÉLURÉS, DÉGOURDIS, AVEC UNE CONNAISSANCE APPROFONDIE DES RUES
ne, a repris ses activités au Balajo. Aujourd’hui,
ET DES FAUBOURGS, LES « TITIS » ONT MARQUÉ LA VILLE DE LEUR EMPREINTE ce sont ses petits-enfants qui tiennent toujours
EGOUAILLEUSE. AU XXI SIÈCLE, QUE RESTE-T-IL DE CETTE FIGURE le lieu. Une véritable histoire de famille.
Ô COMBIEN SYMBOLIQUE ? LE « FIGAROSCOPE » A MENÉ L’ENQUÊTE.
Comment se portent les titis parisiens VOICI LE RÉSULTAT DE SES INVESTIGATIONS…
aujourd’hui ?
Ils n’existent plus vraiment en tant que tels,
DOSSIER RÉALISÉ PAR AGATHE MOREAUX, JEAN TALABOT ET NICOLAS D’ESTIENNE D’ORVES mais certains acteurs ou musiciens pourraient
incarner encore ces figures particulières. Ce
serait Eddy Mitchell, Daniel Guichard ou
Gérard Lanvin. Chez les plus jeunes, je dirais que
quelqu’un comme Jamel Debbouze incarne
bien la figure du titi parisien, même s’il n’est
pas né à Paris mais en banlieue parisienne.
PROPOS RECUEILLIS PAR A. M.
FRANÇOIS BOUCHON/LE FIGARO ; MARTINE ARCHAMBAULT/LE FIGARO10 LE FIGAROSCOPE DU MERCREDI 29 MAI AU 4 JUIN 2019
Benoît Fauquenot,
antiquaire
aux Puces de
Saint-Ouen (93).
Marcel, maître
d’hôtel du restaurant
Au Pied de Cochon
erue Coquillère (II ).
MARCEL A DU NEZ BENOÎT, MARCHAND FRANCIS-CLAUDE,
DE RÊVES AUX PUCES FIDÈLE À GUIGNOL
a poignée de main de Marcel pourrait
briser des phalanges. À 58 ans, l’histo- ntiquaire classique parmi les ving- rancis-Claude Desarthis a eu la plusL rique maître d’hôtel du Pied de Cochon tièmistes aujourd’hui majoritaires, douce des enfances. Son grand-père
correspond bien à l’image que l’on se fait d’un A Benoît Fauquenot est avant tout un F construisait des jouets, sa mère
fabrie e« bon vivant ». Une silhouette et une poigne de passionné des XVIII et XIX siècles. « Je suis un quait des costumes de théâtre, son père lui
caractère. Originaire du Havre, Marcel débarque peu obsessionnel, comme tous les antiquaires, et je jouait des spectacles de pantins quand il était
à Paris dès sa majorité pour travailler dans les malade… En 1933, ce dernier ouvre le petit peux racheter plusieurs fois le même objet. Ce que
grands bistrots. Passé le service militaire, il re- théâtre du Luxembourg, « le premier en dur de j’aime surtout, c’est la chasse aux trésors. On
vient vite à l’uniforme (veste noire, nœud pa- France ». Francis-Claude lui succède en 1971. cherche sans cesse de nouveaux objets et on
prépillon et ceinture rouge). Depuis 1990, son his- sente aux clients notre goût, notre identité. » Il Et après cinquante ans à la tête de la maison de
toire se confond avec celle du restaurant de la constate aujourd’hui un rajeunissement certain Guignol, sa passion reste intacte, à peine
égraplace des Halles. « Vingt-neuf ans de maison, c’est de sa clientèle et un retour à un goût plus classi- tignée par les trains de vie modernes. « À
l’épopas rien », répète-il fièrement. Dont une bonne que. « On a assisté à un essoufflement de la profes- que, ça grouillait d’enfants ici. C’était une de leurs
partie au service de nuit, car le restaurant ne fer- sion et presque tous les magasins de province ont rares activités. Bien sûr, ils viennent de moins en
me jamais, refuge ancestral des noctambules et disparu, il y a eu un recentrage sur les Puces. C’est moins. » Il faut croire, malgré tout, que les
pandes stars. « Depardieu, Belmondo ont eu leur table un métier typiquement parisien et qui ne peut se tins préservent. À 74 ans, ce Gepetto
bonhomattitr ée », sourit Marcel, qui n’a jamais trop fait faire convenablement qu’ici. Il est lié à la capitale, me au large sourire, aux grands yeux bleus,
de différence entre ses ouailles. « J’aime voir le so- qui reste un lieu de culture pour le monde entier. » ❚ une marionnette à gaine sur l’épaule, semble
leil se lever sur les Halles. Se croisent les fêtards, les loin de la retraite. « Mon père avait son atelier rueA. M.
éboueurs, les livreurs, les touristes du monde entier. d’Assas. Je n’ai pas bougé. Toute ma vie est là.
On ne vient pas seulement pour dîner, ici, les gens BENOÎT FAUQUENOT Mon métier aussi. Le Luco est mon jardin…» ❚ J. T.
ET OLIVIER D’YTHURBIDE & ASSOCIÉrefont le monde ensemble. » Marcel navigue entre
MARIONNETTES DU LUXEMBOURGMarché Serpette, stand 25, allée 6. les tables comme dans un théâtre, en sifflotant
e86, rue Notre-Dame-des-Champs (VI ).110, rue des Rosiers, 93400 Saint-Ouen. l’hymne du restaurant, un nez de cochon sur le
Tél. : 01 43 29 50 97. Tél. : 01 40 12 82 91. www.ythurbide-antiques.combec : « Au Pied de Cochon / On n’est jamais morose
/ Au bras de Ninon / C’est tout Paris qui ose… » ❚ J. T.
AU PIED DE COCHON
er6, rue Coquillière (I ). Tél. : 01 40 13 77 00.
Ça va ut le détour
7j ou rs /7 de 16hà 19 h
Tou s lesmardis, à1 8h 13
La s é le ctiond’ Oli vi er D e lcr o ix ,
Ré dacte ur en chef d u Figaro s co pe
Eco utez, on estbi ene ns emble fran cebleu.f r
Encart Figaroscope.indd 1 16/11/2018 14:59
FRANÇOIS BOUCHON/LE FIGARO ; SÉBASTIEN SORIANO/LE FIGARO