Figaro Scope du 30-06-2021
10 pages
Français
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Figaro Scope du 30-06-2021

-

YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
10 pages
Français

Informations

Publié par
Date de parution 30 juin 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 30 Mo

Exrait

mercredi 30 juin 2021 - LE FIGARO - N° 23905 - cahier N° 4 - Ne peut être vendu séparément.
● ● ● ● ● ● RE S T A URANTS EXPOSITIONS CINÉMA THÉÂ TRE MUSIQUE
scop e
RESTAURANTS Paris dans l’œil de… semaine culturelle
Œuvre d’Alice Gavalet, Les nouveaux glaciers Marc Mauillon La céramique à l’honneur
à la Galerie italienne.
Pages 6 et 7 Page 10 Pages 8 et 9 MARCO ILLUMINATI
Le jardin du château
du Clos Lucé,
à Amboise.
Dix escapades
à la carte
Paris sera
toujours Paris ?
Par Sophie de Santis sdesantis@lefigaro.fr
Alors que les réseaux À bout de souffle), Paris
s’agitent autour de péti- reste un sujet intarissable.
tions virtuelles comme La question de la beauté,
#SaccageParis, regrettant aussi !
la disparition des kiosques Jusqu’au 26 septembre
à l’ancienne ou dénonçant au Pavillon de l’Arsenal,
ele manque de propreté de 21, bd Morland (4 ).
la capitale, une exposition www.pavillon-arsenal.com
retrace les controverses
esthétiques qui, depuis toujours, font La Nuit européenne des musées,
débat. le retour. Du coucher du soleil et
jusqu’à 1 h du matin, les amateurs
« La beauté d’une ville » au Pavillon d’art vont pouvoir déambuler dans
ede l’Arsenal, présentation vivante et leurs musées préférés. Une 17 édition
très documentée, nous rappelle que la qui s’annonce riche en nouveautés
capitale déclenche des passions dès avec des institutions rénovées, tels
qu’il s’agit d’aborder cette question : l e Musée Carnavalet et le Musée de
Paris est-elle toujours la plus belle ville la chasse et de la nature ou encore
du monde ? Orgueilleux (et souvent la Maison Victor Hugo. L ’occasion
râleurs !), les Parisiens les plus pessi- aussi d’aller admirer à la nuit tombée
mistes reprochent à la municipalité la haute verrière de la Bourse de
d’enlaidir les rues avec des containers, Co mmerce inaugurée début juin.
des terrasses éphémères et l’ineptie Au Musée de la musique, on fête
l’évédes pistes cyclables à contresens. Les nement sur des rythmes brésiliens
autres préfèrent fermer les yeux sur le avec la Nuit Amazônia, en écho à
l’exdésordre et flâner sur les quais en ad- position de Sebastiao Salgado à la
mirant la poésie baudelairienne des Philharmonie. De 18 h à 22 h, on
bords de Seine. L’histoire d’amour est se laisse séduire par les mélodies
donc complexe. Le parcours proposé, c haloupées d’Antonio Carlos Jobim et
autour d’un jardin planté sous la haute Vinicius de Moraes, entre autres.
verrière, montre que la physionomie Le samedi 3 juillet.
de Paris a évolué avec les mutations www.nuitdesmusees.fr
urbaines et sociales. Les grandes
perecées de Haussmann, la voie Georges- Du côté de l’avenue Matignon (8 ).
Pompidou, la tour Montparnasse, les Encore une fois, ce sont les
transforcolonnes de Buren, la pyramide du mations urbaines, et en particulier les
Louvre, les graffitis urbains… Paul modifications de la circulation ainsi
Chemetov, l’architecte des Halles, que la future zone piétonne, qui
r ésum e ainsi : « L ’identité parisienne, poussent les galeries du Marais à
ec’est à la fois un ricochet du XVII , un o uvrir une succursale dans l’ouest de
eplat principal du XIX , des desserts du la capitale. Après Perrotin et Almine
e eXX et quelques pièces montées du XXI Rech (qui expose Alejandro Cardenas
qui arrivent. » Un repas plus ou moins jusqu’au 31 juillet), en passant par
digeste, selon les goûts ! Avec une ky- Nathalie Obadia qui annonce son
rielle de photos, affiches et extraits de arrivée début septembre rue du
films français (de Zazie dans le métro à F a ubo ur g-Sain t-H o n o r é. ■
ERIC SANdER/ChâTEAU d U CLOS LUCésa
mercredi 30 juin 2021
2 Figaro Scope
L'é vénement
Nature, culture et patrimoine : 10 bon nes raisons de s’échapper de Paris
Ou comment s’offrir
un avant-goût
de farniente le temps
d’un week-end
à 2 heures environ
de la capitale.
De Fontainebleau
à Amboise, faisons
le plein d’oxygène !
Dans le jardin du Musée
Jean de La Fontaine,Par Philippe Viguié-Desplaces,
à Château-Thierry (Aisne).Marine Sanclemente
et Valérie Sasportas
De Proust à bicyclette, la littérature en roue libre !
Fontainebleau
ON Y VA POUR : parcourir à vélo le L’écrivain passait enfant des vacances en octobre prochain fermer pour couverte de fragments de mégalithe,
pays de Proust. Entre Perche et Beauce, à Illiers, près de Chartres, sans qu’on deux ans de travaux. On y voit la qui en faisait l’excursion préférée de à
ChampsIlliers-Combray et ses alentours évo- sache vraiment combien de fois il s’y chambre reconstituée de Marcel. La Marcel. Suit le village de Saint-Éman,
quent l’enfance du petit Marcel. Cent rendit. On sait qu’il est âgé de 15 ans, « lanterne magique », sorte de petit paysage de rivières, source possible du sur-Marne, cinquante ans après sa naissance, la en septembre 1886, lorsqu’il y retour- projecteur lumineux grâce auquel Loir, que Proust transpose en source
balade nous conduit au cœur d’une des ne pour la dernière fois. Au centre du l’enfant tourmenté luttait contre ses de la Vivonne, le fleuve qui coule dans en pleine forêt plus célèbres œuvres de la littérature bourg se trouvait la maison de sa tan- angoisses, n’a pas été oubliée dans un ses pages. Du château des Pâtis,
devemondiale. te, Élisabeth Proust, épouse de Jules décor soigné. nu celui de Guermantes, visible aussi
Amiot, devenue dans La Recherche la Une certaine mélancolie imprègne de la route, on regagne le centre du
maison de Tante Léonie. Car une im- l’atmosphère de cette maison, que vi- village d’Illiers. Les plus courageux
mersion en terre proustienne consti- sita en son temps Maria Callas, ac- peuvent poursuivre leur escapade
tue un aller-retour permanent entre compagnée de Luchino Visconti. Der- quelques kilomètres plus loin avec une
la réalité et la fiction. nière étape dans le village, avec le Pré autre terre d’inspiration que constitue
Le village s’appelait Illiers, mais, en Catelan, l’ancien jardin de l’oncle Ju- le château de Villebon. Compte tenu de
1971 pour le centenaire de la naissan- les, passionné d’horticulture (rue la complexité de l’œuvre de Proust,
ce de l’auteur, on le débaptisa pour Tassonville), qui n’était pas contigu à cette promenade gagne en intérêt si
ajouter Combray, le nom que lui don- la maison, mais à quelques centaines elle est guidée.
ne Proust dans son œuvre. Le clocher de mètres. Classé site littéraire, en Visite guidée de 2 h par Anne Chevée,
de l’église Saint-Jacques, dans la Re- 1946, il dispose d’une aire de pique- guide conférencière : 17 euros, sur ré- ON Y VA POUR : les Nuits des forêts. Ce
cherche l’église Sainte-Hilaire, était nique. Proust vagabondait dans la servation, minimum 6 personnes. festival devient national pour sa
deuxièune sorte de repère qui lui permettait campagne. Tél. : 06 60 67 53 66. www.arthist.fr me édition, du 2 au 4 juillet. Mais
l’Îlede s’orienter dans la campagne. Rue Un vélo électrique loué à l’office de Rens. : www.tourisme28.com de-France, son tremplin, dont un tiers
Adrien Proust, on passe devant la tourisme permet de parcourir la dizai- (cliquer sur l’onglet « Happy Birthday du territoire est recouvert de forêts,
def açade en briques et enduit de la ne de kilomètres, qui, dans une boucle to you Mister Proust »). meure son poumon avec 35 sites ac-
maison natale de son père. Celle dite charmante, nous conduit dans les cueillant une cinquantaine
d’événede tante Léonie, célèbre pour cette lieux iconiques de la Recherche. À ON DORT OÙ ? À Illiers-Combray, face ments et des dizaines de balades
madeleine qui des ann ées après ra- commencer par le manoir de Mirou- à la gare par laquelle arrivait la famille sylvicoles. « Notre objectif est de faire
démène Proust à son enfance, constitue grain, modèle de celui de Montjou- de Proust, à l’hôtel Les Aubépines. couvrir les forêts, leur histoire et leurs
enl’attraction touristique la plus spec- vain, demeure de M. Vinteuil, le com- Compter moins de 100 €. www.hotel- jeux à travers des expériences de jour
taculaire du village. Elle entre dans positeur. Si on ne visite pas la demeure lesaubepines.com comme de nuit alliant nature, culture et
une phase de restauration et devrait privée, on voit sa drôle de façade, re- P. v.-d. rencontre avec des professionnels du
bois », affirme Clara Anguenot,
l’organisatrice de l’événement.
Dans la forêt de Fontainebleau
(Seineet-Marne), classée réserve artistique Auvers-sur-Oise, pique-nique
depuis 1853, on marche sur les traces des
peintres de Barbizon qui contribuèrent à bucolique au son de la musique façonner son histoire et plaidèrent pour
sa protection. Au fil des pas, les
promeON Y VA POUR : les 40 ans du festival V alery Gergiev ou encore le violoniste neurs peuvent « croiser une sculpture en
de musique. C’est l’un des plus presti- Gidon Kremer, qui tiendra le haut de tourbe de Caroline Le Méhauté, rencontrer
gieux d’Europe. S’y sont produits des l’affiche. À noter que deux nouveaux le sculpteur sur bois Vincent Laval,
assistalents qui ont marqué la scène inter- lieux accueillent les concerts : l’église ter aux rituels de Beya Gille Gacha », ou
nationale dont Georges Cziffra, Jean- Saint-Aubin d’Ennery et le château encore « sentir les parfums de la terre
ePierre Rampal, Mstislav Rostropo- d’Auvers du XVII siècle. avec l’artiste Julie C. Fortier et regarder
vitch, Barbara Hendricks, Hélène Point d’orgue dimanche 4 juillet ou le scintiller les lucioles d’Érik Samakh »,
déGrimaud ou encore Natalie Dessay. 11 juillet en cas de mauvaise météo, taille le programme. La fin du jour est
Son succès tient en deux mots, « jeu- avec « un grand pique-nique musical, propice à d’autres découvertes : les
nesse et innovation », s’enthousiasme bucolique et champêtre, à la manière chauves-souris, avec Alexandre Butin
notre confrère spécialiste, Thierry du Festival de Glyndebourne, dans de l’Office national des forêts, les
cheHillériteau. C’est qu’il « re- le parc du château de Méry- vreuils, avec Geoffroy Delorme, auteur
prend en musique l’esprit sur-Oise », se réjouit Pas- du best-seller L’Homme-chevreuil. Sept
qui fut, en peinture, celui cal Escande, son direc- ans de vie sauvage. Les expériences
nocdes impressionnistes : teur fondateur. Les turnes font le sel de ce rendez-vous.
variété, vivacité, curio- festivaliers apportent Dans la forêt de Bondy
(Seine-Saintsité, liberté », lit-on leur pique-nique et le Denis), une veillée citoyenne attend les
dans l’avant-propos de festival se charge de la festivaliers dans une architecture en bois
l’opus de ses 40 ans, musique : les tambours de Feda Wardak, au bois des marais de la
qui se poursuit jusqu’au de la Garde républicai- forêt de Courances (Essonne), un dîner
7 juillet. ne et une harmonie de sera partagé avec l’expert en
gastronoBaroque, classique, ro- soixante musiciens. C’est mie végétale François Thevenon, tandis
mantique, lyrique ou con- une grande première ! qu’à Champs-sur-Marne une itinérance
temporain : les musiques se dé- Renseignements sur le site : est proposée dans le parc du château,
clinent dans des lieux historiques, www.festival-auvers.com suivie d’une nuit sous les étoiles.
comme l’église Notre-Dame qui a ins-
piré Van Gogh en 1890. Parmi les ON DORT OÙ ? Sur la péniche-hôtel ON DORT OÙ ? En bivouac, sous les
temps forts de cette édition : la chan- Daphné, sur la rive droite de l’Oise. étoiles et les arbres d’un domaine
partiteuse de jazz Pamina Beroff avec son Cabine pour 2 personnes. À partir cipant au festival, comme le parc du
quartet se produira le 2 juillet. Le len- de 150 € avec le petit déjeuner. château de Champs-sur-Marne, à
l’inidemain, c’est la jeune violoncelliste Tél. : 01 30 36 18 88. tiative du Voyage métropolitain.
russe Anastasia Kobekina, adoubée www.bateaudaphne.com www.nuitdesforets.com
par les chefs Vladimir Spivakov et V. S. V. S.
MP
Festival d’ auvers sur Oise
la nuit des FOrêts mercredi 30 juin 2021
Figaro Scope 3
L'é vénement
Nature, culture et patrimoine : 10 bon nes raisons de s’échapper de Paris
La forêt de Fontainebleau
(Seine-et-Marne) La Demeure
est classée réserve de la Vignole, en Anjou,
artistique depuis 1853.un hôtel étonnant.
À Château- Thierry,
aux portes de la Champagne
eON Y VA POUR : célébrer le 400 anni- de La Fontaine en Lego par la société
versaire de Jean de La Fontaine. Baptisé Epicure Studio. Pas moins de 1 million
à Château-Thierry le 8 juillet 1621, le de briques ont été assemblées pour
forplus célèbre des fabulistes a passé ses mer des saynètes, des sculptures
premières années dans l’hôtel particu- d’animaux à taille réelle et des
reprolier acquis par ses parents au moment ductions de tableaux. Une première
de leur mariage. Le poète gardera cette approche ludique pour faire découvrir
maison jusqu’en 1676, après une pério- ces textes intemporels aux jeunes
de sombre durant laquelle il dilapidera e nfan ts.
la fortune paternelle. Classée monu- Jusqu’au 17 octobre, des constructions
ment historique, elle abrite aujour- s’exportent aussi hors les murs, au sein
d’hui le musée Jean de La Fontaine, ri- de la médiathèque Jean Macé. Les
visiche d’une programmation très variée teurs pourront également retrouver les
en cette année de commémoration. À fables interprétées par le street artiste
commencer par la réalisation des fables C215, dans le centre de
Château-Thierry. Pour les repérer sans difficulté, un
logo a été créé, inspiré du portrait de
La Fontaine, signé Hyacinthe Rigaud.
L’expression du fabuliste a toutefois été
modifiée pour lui apporter un regard
malicieux et un léger sourire espiègle,
tout en rendant hommage à l’univers
animalier tant exploré dans ses Fables
avec un renard, un corbeau, une cigale,
un lièvre, une fourmi et un héron
dissimulés dans sa flamboyante chevelure.
ON DORT OÙ ? À la maison d’hôtes
Joussaume Latour, une demeure
ebourgeoise de la fin du XIX siècle en
plein centre-ville. Elle dispose de
trois chambres, représentant
chacune avec élégance l’une des fables de
Jean de La Fontaine. À partir de 99 €
la nuit, petit déjeuner inclus.
Tél. : 06 15 47 41 95.
www.maisonjoussaumelatour.com
M. S.
L’Anjou au frais, en mode nature
ON Y VA POUR : le Saumurois, une des une dizaine de kilomètres plus loin, La
plus belles parties de l’Anjou, regorge Cave aux sculptures, à
Dénézé-sousde sites troglodytiques, qui sont autant Doué, fut sans doute une carrière
d’exede possibilités pour s’organiser un par- traction au XVI siècle. Mais, dans ce
cours plutôt original. La balade com- lieu hermétique, des inconnus ont
mence à une quinzaine de kilomètres sculpté nombre de figurines. On n’en
de Saumur, sur la commune de Doué- sait pas beaucoup plus, ni sur les
artisla-Fontaine, par le site Les Mystères tes ni sur les œuvres. Ce qui rend la
vides faluns. Du nom de cette roche ocre site plus impressionnante encore. Rien
jaune très friable, dans laquelle ont été de tel à La Champignonnière du
Sautecreusées des galeries, aux XVIII et aux-Loups, à Montsoreau, encore en
eXIX siècles. Hautes de 15 à 20 mètres activité, taillée à flanc de coteau dans la
de hauteur, elles servent de support à pierre de tufeau. On y trouve un
restauune scénographie imagée et spectacu- rant troglodytique, où l’on sert
notamlaire qui raconte l’histoire des lieux, ment quelques spécialités angevines,
mais aussi de l’activité géologique en comme les galipettes, un champignon
Anjou. Doué-la-Fontaine recèle une de Paris farci cuit au four. Non loin
autre curiosité : le Bioparc, zoo troglo- de là, on choisit de dormir dans un
hôdytique, le seul au monde, avec plus de tel pas tout à fait comme les autres, La
1 400 espèces. Creusé dans la roche, le Demeure de la Vignole, à Turquant,
parc, qui célèbre son soixantième an- dont quatre chambres (sur douze) et
niversaire cette année, s’est offert une une piscine sont troglodytiques.
volière africaine. www.anjou-tourisme.com
On passe d’un univers à l’autre en em- ON DORT OÙ ? La Demeure de la
Vipruntant des tunnels. Spécialisé dans la gnole, à Turquant. À partir de 116 €.
sauvegarde des espèces, le Bioparc en Tél. : 02 41 53 67 00.
est à sa troisième génération dans la www.demeure-vignole.com
même famille. Plus originale encore, P. V.-D.
Lezbroz
Lezbroz ; david darrau Ltot ; ot forêt de fontaineb Leaumercredi 30 juin 2021
4 Figaro Scope
L'é vénement
L’abbaye de Royaumont (Oise).
Une nuit d’aventures au cœur L’abbaye de Royaumont, un art de vivre
de la savane africaine à Thoiry
ON Y VA POUR : un week-end
monastique, gastronomique et chic. La ON Y VA POUR : les six oursons noirs rantie. Mais, avant de regagner sa
tatable a retrouvé la splendide salle baribals nés cet hiver. Les voir gam- nière pour la nuit, le programme de la
voûtée de Royaumont, plus ancienne bader, jouer derrière leur mère si près soirée commence dans la hutte
d’acabbaye cistercienne d’Île-de-France, de nous, qui sommes juchés au-des- cueil, avec des soigneurs et des
ranconstruite entre 1228 et 1235 au milieu sus d’eux dans nos tanières, est un gers qui expliquent, autour d’une
beldes étangs et des forêts du parc natu- enchantement. Elles ont ouvert au le table d’hôtes en bois taillée dans le
rel régional Oise-Pays de France, dans printemps : vingt cabanes de métal et tronc d’un arbre du parc effondré,
2le Val-d’Oise. À moins d’une heure de de bois de 9 m dissimulées derrière leur métier dans ce zoo parc engagé.
Paris, c’est un endroit extraordinaire, les arbres d’un espace également peu- Lentement, l’obscurité exalte les
qui respire la plénitude, la beauté et plé de bisons d’Amérique et de loups bruits de la nature. Sur une butte
l’histoire. Dans ce bijou d’architectu- arctiques. Des postes d’observation où aménagée, un ranger pourra expliquer
re, le samedi soir et le dimanche midi, l’humain se fait le plus discret possi- le rapport qu’il existe entre les étoiles
le chef Patrick de Derisbourg propose ble, fidèle à la philosophie du lieu. et les animaux. Une autre expérience
une cuisine inspirée du potager-jar- Quand il l’a fondé, en 1968, le vicomte avant la nuit nous attend : un barbecue
din de l’abbaye, en complément des Paul de La Panouse, a voulu en effet sud-africain imaginé par le
charismaproduits glanés auprès des petits pro- créer un espace clos de 40 hectares tique chef Kobus Botha au milieu de la
ducteurs, locaux de préférence. Dans « où les animaux seront en liberté et les réserve, entouré de zèbres,
d’antiloun esprit d’ouverture, on peut obser- humains en voiture », raconte-t-il pes, d’un éléphant, d’autruches. On y
ver la réalisation des recettes d’un dans le beau livre de la saga familiale, va en camion brousse. L’air embaume
menu unique, composé d’une entrée, Thoiry, une aventure sauvage (Éditions les arômes du repas au feu de bois des
d’un plat et d’un dessert, à travers les de l’Archipel, 25 €), paru pour ses arbres de Thoiry : un saumon d’Écosse
grandes vitres de la cuisine. En ce 50 ans. Vingt-trois millions de visi- savoureux à souhait qui a cuit trois
moment, le choix du chef est une dé- teurs plus tard, Thoiry veut devenir heures, un bœuf effiloché fondant et
clinaison de choux herbette et sau- une destination où l’on peut observer fumé ayant, lui, cuit douze heures…
mon mariné pour commencer, suivi 1 300 animaux, des éléphants aux es- Les animaux mangent en même temps
d’un magret de canard au miel, crème cargots, en passant par les coyotes, que nous, et cela donne l’impression
de carottes au persil et sa paysanne nouvelle espèce arrivée cette année. d’être ensemble, vraiment, au dîner.
croquante aux agrumes, d’un crum- Les tanières offrent une expérience L’atmosphère de la savane baigne
ble pomme et chantilly vanille pour immersive plutôt qu’un hébergement. l’enclos des visiteurs, qui ont
l’imfinir. Le prix du repas (39,50 €) inclut On dirait des cabines de bateau, avec pression d’être partis très loin, à deux
les droits d’entrée à l’abbaye, l’accès un lit king size de 2 × 2 m confortable pas de chez eux, pour un voyage
d’exaux visites guidées et aux éventuelles (avec matelas chauffant à la saison ception.
Le cloître de l’abbaye activités du jour (hors concerts froide), prise de courant, bouilloire et
de Royaumont (Oise).payants). Compter 16 € pour les en- petit paquetage pour observer la fau- OÙ DORMIR ? Aux Tanières de
fants de moins de 12 ans. ne. Un « open bed » avec climatisation Thoiry. À partir de 150 €, 95 €
enTél. : 01 30 35 59 59. naturelle, et isolé avec du liège au par- fants (à partir de 12 ans) en
demiwww.royaumont.com l’abbaye et ses jardins s’offrent en et les visites guidées jusqu’à minuit. fum rassurant. La plupart vont par pension, avec dîner, petit
déjeuexclusivité à ceux qui ont le privilè- Autre option d’hébergement : au deux et ont une terrasse commune le ner, visite du parc au crépuscule et
OÙ DORMIR ? À l’abbaye, qui abrite ge d’y dormir. On s’y promène alors Clos des Fées, à 3 km de l’abbaye, à long d’une allée promenade jalonnée balade en camion brousse en mode
une hôtellerie de 53 chambres avec comme si l’on était chez soi, formu- Asnières-sur-Oise. 5 chambres, de de toilettes sèches. Dans une zone plus VIP dans les réserves africaine et
vue sur les jardins ou sur le cloître, le à 199 € la nuit en chambre stan- 89 € à 109 €. sauvage, certaines, hautes comme des américaine.
aménagées pour la plupart dans les dard en solo ou 289 € à deux, inclu- Tél. : 07 83 10 86 75. miradors, osent l’entrée par-dessous, Réservation obligatoire :
anciennes cellules monastiques. Dès ant le petit déjeuner buffet et les www.leclosdesfees.fr via une trappe que l’on soulève au www. thoiry.net
V. S. V. S.18 heures et le départ des visiteurs, prestations ci-dessus, avec le dîner, sommet d’une échelle. Sensation
gaLe Domaine les Bruyères,
à Gambais, pour les gastronomes
ON Y VA POUR : une parenthèse gas- re : en plus du potager, il y aurait des sert, la fraise est magnifiée par un
tronomique dans la haute vallée de chambres d’hôtes et un restaurant, La sorbet à l’oseille sauvage, un siphon
Chevreuse. À la table de Cybèle, ori- Ruche. Le couple s’affaire alors à de yaourt et un streusel à l’avoine.
ginaire de San Francisco, cuisine transformer le terrain marécageux se- Pour accompagner les agapes, Frank
d’auteur rime avec végétal. Après lon les principes de la permaculture et a constitué une cave de 250
référenune enfance passée dans le berceau à construire une serre de 100 m pour ces de vins nature ou en biodynamie.
de l’assiette saine et locavore, la jeu- faire pousser plants et semis. Entre deux bouchées, on lève les yeux
ne chef pose ses valises à Paris. Avec Autant de mets que l’on retrouve sur au ciel pour admirer le sublime lustre
Frank, son mari, passionné de vins la carte, aussi courte que prometteu- en chêne massif fabriqué par un
artinature, elle ouvre son premier res- se. Au menu (69 € pour les 5 servi- san ébéniste parisien, emblème de
taurant à Boulogne-Billancourt, La ces) : flan de navets fumés et rhubar- l’esprit campagne chic de la maison.
Table de Cybèle. be, seiche au miso de riz noir ou
En cherchant un jardin pour cultiver barbue de Noirmoutier et son dashi OÙ DORMIR ? Sur place, dans l’une des
leurs propres fruits et légumes, le ha- de cosses de petits pois. Travaillant en cinq « chambres de campagne » de la
sard les mène au Domaine les Bruyè- circuits courts, les viandes provien- bâtisse, décorées avec goût et élégance
res. Le coup de cœur pour cet ancien nent d’éleveurs situés à quelques ki- par Cybèle. À partir de 170 € la nuit,
peerelais de poste du XIX siècle, et son lomètres du Domaine (Auffargis, tit déjeuner inclus.
parc de 1,4 hectare au sein de la forêt Broué, Rambouillet…) et les poissons, Tél. : 01 34 83 19 66. Le Domaine les Bruyères,
de Rambouillet, est immédiat. Le pro- d’un regroupement d’artisans pê- www. domainelesbruyeres.comà Gambais (Yvelines).
jet prend alors une tout autre envergu- cheurs à la ligne en Bretagne. En des- M. S.
Cybèle Idelot
AbbAye de Roy Aumont mercredi 30 juin 2021
Figaro Scope 5
L'é vénement
Le château Le parc de Thoiry
du Clos Lucé
(Yvelines).
(Indreet-Loire).
Amboise, quoi de neuf au Clos Lucé ?
ON Y VA POUR : la jolie ville d’Amboi- tecte civil, religieux et militaire, urba- qui, ce printemps, s’ébroue de techno- vrir en pleine floraison. Le Clos Lucé,
se, sur les bords de Loire, abrite deux niste et metteur en scène de spectacles logie, est en soi une destination nature vinci-closluce.com
châteaux, dont le premier, plus impo- éphémères. Des fac-similés de ses des- avec jardin et parc. Ce dernier, tout en
ersant est intimement lié à François I . Le sins, des maquettes grandeur nature, dénivelé, accueille une vingtaine de OÙ DORMIR ? Au Choiseul, à
Amboisecond, le manoir du Clos Lucé, où des tables digitales et des animations maquettes géantes de 2 mètres de haut. se. L’hôtel de 30 chambres, charmant,
Léonard de Vinci a rendu son dernier 3D prolongent cette découverte. Au Le Jardin de Léonard, typique de la Re- se situe en bord de Loire dans un jardin
souffle, est la propriété de la famille premier étage du château, une salle naissance italienne, occupe une partie à l’italienne. Comptez autour de 170 €.
Saint Bris. On peut y découvrir, dans multimédia restitue en 3D le palais de la terrasse du château. Constitué de Tél. : 02 47 30 45 45.
une nouvelle galerie, une animation royal de Romorantin, dessiné par Léo- parterres de rosiers Mona Lisa, d’allées www.grandesetapes.com/
erimmersive inédite consacrée à Léonard nard de Vinci pour François I mais étroites bordées de haies de buis, d’ifs château-hotel-choiseul-amboise
de Vinci… peintre. Cette nouvelle salle, jam ais réalisé. Le manoir du Clos Lucé, et de cyprès d’Italie…, il est à redécou- P. V.-D.
située au rez-de-chaussée, accueille
une projection numérique sur les murs
et le plafond de dix-sept
chefsd’œuvre peints par le maître. Un
voyage aux pays des nouvelles technologies
qui réunit en un seul lieu les trésors du
Louvre, de la galerie des Offices
(Florence), des musées du Vatican, de la
National Gallery (Londres), de la Pina-Le Jardin
cothèque de Munich… Autre nouveau-de Léonard,
té, dans la galerie supérieure cette fois, au Clos Lucé
avec un parcours pédagogique et ludi-(Indre-et-Loire).
que sur les travaux de Léonard
archiLe domaine La Bouche du Roi :
on danse dans les Yvelines !
On Y VA POUR : apprendre à danser du cabaret parisien : un extrait du
comme une meneuse de revue. Oubliés tab l ea u Barricade de la revue Paris
les parquets, c’est au milieu des vignes, Merveilles, honorant l’esprit
tempéau domaine La Bouche du Roi, que les tueux et révolutionnaire des
ParisienBluebell Girls partageront leurs secrets nes, ou le dernier tableau (1 h 30 de
d’artistes. Tandis que la lumière mati- cours, limité à 25 participants par
sesnale nimbe le vignoble, Alicia, Nîmoise sion). La promesse de connaître, une
formée à l’opéra de Marseille, se pré- fois dans sa vie, l’extase d’un bouquet
sente. Elle compte parmi les Sublimes final avec ses levers de jambes et ses
du Lido de Paris, titre ultime accordé enchaînements rapides. Cette
expéaux solistes, équivalent d’une danseuse rience haute en couleurs et en efforts Tic-tac, tic-tac, Ticketac...
étoile à l’opéra. Pas question de perdre sera récompensée par une dégustation
une minute, la session commence par de quatre cuvées, associée à des
bouquarante-cinq minutes de fitness, yoga chées gourmandes : Les Louis d’Or Enfin l’heure de vivreou Pilates, pour échauffer et tonifier les (chardonnay) en accord avec une truite
muscles. Place ensuite à l’apprentissa- fumée, Le Grand Lever (chenin) associé
ge d’une chorégraphie emblématique au caviar de la Maison Sturia, Les Trois
Corneilles (merlot) avec un fromage le spectacle à nouveau.
saint-jacques à la sauge et le Jugement Les Bluebell Girls du Lido
de Paris, assemblage de quatre cépages dans les vignes du domaine
rouge, accompagné de chocolats de la La Bouche du Roi (Yvelines). (On n’a pas pu résister au jeu de mots)
Maison Colas. Une façon originale de
découvrir le domaine, baptisé « La
Bouche du Roi » en hommage aux
sommeliers et échansons qui ont fait l’âge
d’or du vin dans la plaine de Versailles
et initié le mythe de la table royale, qui
perdure depuis cinq siècles. Lemeilleurduspectacle
OÙ DORMIR ? Au Barn, pour mettre
en pratique les pas et déhanchés etdetoutcequivousamanqué
ap pris à l’occasion du festival
Bonnelles-Montana. Chaque week-end estenventesurwww.ticketac.comde l’été, l’établissement accueille
ses musiciens préférés pour des
concerts en plein air. À partir de
215 € la nuit, petit déjeuner inclus.
Tél. : 01 86 38 00 00.
www.lebarnhotel.com
M. S.
eriC Sander/Châtea U d U CloS lUCé- Par C leornado da Vin Ci, amBoiSe
Ultimate Content & lUCie Bremea Ult
ParC de thoiry, hoUzemin, eriC Sander/Châtea U d U CloS lUCé- Par C leornado da Vin Ci, amBoiSemercredi 30 juin 2021
6 Figaro Scope
Resta ur ants
Nouveaux glaciers, À Bastille, Alain Ducasse,
épaulé par Matteo collaborations Casone, propose
d’audacieux parfums, éphémères telles l’huile d’olive
ou les herbes fraîches.et parfums de saison :
découvrez
les derniers sorbets
et crèmes glacées
qui nous font fondre !
Par Alice Bosio
£ @alicebosio
et Hugo de Saint Phalle
£ @Hugo25Phalle
PUBLI-INFORMATION
SPÉCIALITÉS Folderol marie
le meilleur de la France
DPT.92.FOCLY et des États-Unis.
Subtilitédessaveurs.
Les meilleures glaces
pour rafraîchir votre été
Restaurant créé en 1975 par
Michel LU et repris en 1985 par son Tél. : 01 43 55 02 57. Tlj sf lun. Lorenza Lenzi (Caché), à partir d’ingré- LE PARFUM À NE PAS MANQUER. La glace
fils, Suyfat LU, Focly a fait peau et mar., de 13 h à 23 h 2 € la petite dients soigneusement sourcés, à l’image Le sorbet mangue, réalisé avec 60 % Alain Ducasseneuve pour vous offrir un cadre boule, 3 € la boule, 5,50 € de celle, délicate, au lait (de Normandie) de fruits, d’une douce fraîcheur.
raffiné et contemporain : paille eles 2 boules. Cornet maison + 1 €, et fleur de sureau, à agrémenter de riz 26, rue des Rosiers (4 ).
japonaise dorée aux murs, sol en Il y avait la manufacture de chocolat, sur place + 2 €. soufflé, noix caramélisées, caramel ou Tél. : 05 46 01 31 75. Tlj de 12 h 30
granititalien...
celle de café : voici, toujours du côté de chocolat dulcey. À slurper en pot, ou, à 22 h 30. 3 € la boule, 4 € les deux Si le cadre a évolué, les plats — qui
la Bastille, celle de glace. Le principe ? pour les plus gourmands, dans une brio- boules (cornet ou pot). Glace font toute la belle réputation du
Fabriquer sur place - ici, quotidienne- che maison qui s’imbibe avec délice. à l’italienne : 3,50 €.restaurant—demeurent. Babka Zana ment dans deux turbines italiennes LE PARFUM À NE PAS MANQUER. Ainsi, émerveillez vos papilles grâce
orange devant le client - et vendre des La glace et les toppings (un liquide et un à une cuisine traditionnelle chinoise, × Glazed
ponctuée de touches de saveurs produits exigeants à partir d’ingrédients solide au choix) changent toutes les se- Christophe indochinoises. Une gastronomie d’exception (le tout ayant un coût). Pour maines, mais s’il est à la carte, le coulis
subtile réalisée maison, à la l’accompagner sur ce nouveau créneau Glazed et Babka Zana, deux enseignes d’abricot du Roussillon. Michalak
commande,àpartirdeproduitsfrais. givré, le chef multi-étoilé est allé cher- qui ont sérieusement agité la « foodo- Chez Merci, jusqu’au 17 juillet.
La carte du midi, à tarifs très echer le trentenaire bolognais pointu sphère » ces derniers temps ! Année 113, boulevard Beaumarchais (3 ).
abordables, est courte pour faciliter Matteo Casone, avec lequel il fait appel à après année, Henri Guittet continue de Ven., sam. et dim., de 13 h à 19 h 30. Le temps ne semble pas avoir de prise
unservicerapide:bòbúnsouraviolis des techniques de cuisinier pour propo- bousculer les codes glaciers avec la pre- Pot : 4,50 € ; brioche : 7 €. sur les créations sucrées de Christophe
vapeur dim sum, suivis de canard
ser des « glaces à manger (comprendre mière, à force d’associations de saveurs Michalak, dont l’aura médiatique aura laqué grillé ou de poulet caramélisé
avec des morceaux) avec des aspérités : détonnantes. En moins de deux ans été sérieusement concurrencée ces au miel et gingembre, accompagnés
salé, acide, amer ». Résultat : huit glaces d’existence, la boulangerie levantine d ernières années. Mais celui qui fut denouillesouderiz. Les Ateliers (huile d’olive avec des morceaux d’oli- Babka Zana de Sarah et Emmanuel Mu- pionnier en la matière n’a rien perdu de Le soir, vous aimerez l’ambiance
ves noires de Cédric Casanova, trois va- rat a fédéré une immense communauté son style comme en attestent ses vitri-tamisée et les plats très élaborés de L’Angélys
comme les noix de saint-jacques à nilles avec des gousses à croquer), huit de fidèles autour de ses fameuses brio- nes, récemment chargées en sublimes
l’ananas, le célèbre canard laqué sorbets (pistache et citron fleur de sel, ches. Pas étonnant, donc, de les voir choux et autres tartes fraise-bonbon.
pékinoisendeuxservices,ouencore fraise et fraise fermentée) et deux grani- collaborer autour de trois créations gla- Vous les avez peut-être croisées dans les Côté g laces, le chef a toujours bichonné
le curry dont la recette a été élue la tés qui soulignent la pureté des ingré- cières inspirées et à tonalité forcément rayons de vos supermarchés : créées il y les sorbets, concentrés en goût. À la
remeilleure deTaïlande et qui a été dients et bousculent la dégustation. boulangère. Celle-ci se décline en deux a vingt-cinq ans par l’artisan charentais lance ces derniers temps, une
demitransmiseàSuyfatLUpardeschefs LE PARFUM À NE PAS MANQUER. recettes de sundae, l’un des totems du Denis Lavaud, les glaces L’Angélys ou- douzaine de parfums, tous escortés de
thaïlandaisamis. Le sorbet aux herbes fraîches (corian- dessert US, préparées minute à base de vrent boutique. Après Royan et Bor- leur coulis frais, dont les combos
Découvrez également le bœuf au
dre, persil, menthe, basilic, estragon), crème glacée infusée à la brioche, et deaux ces derniers mois, elles viennent yuzu_citron-menthe, marron-litchi ou vin*rougechinoisetpoivrenoir!
auquel une pointe de gingembre donne agrémentées pour l’une de sauce choco- de débarquer au cœur du quartier juif, pêche-goyave.
un coup de piquant ultra-frais. lat façon pâte à tartiner, pour l’autre de dans le Marais. Fabriqué en Charente, LE PARFUM À NE PAS MANQUER.
e38, rue de la Roquette (11 ). Tlj de 11 h sauce pistache fleur d’oranger. sans colorants, arômes ni conserva- Ça se passe du côté des nouveautés avec
à 21 h. À partir de 6,50 € le petit pot LE PARFUM À NE PAS MANQUER. teurs, un vaste choix de 14 crèmes gla- une création autour du Paris-Brest.
(2 parfums). Également disponible au La troisième des créations lancées par cées (café, caramel beurre salé, vanille Belle composition en volume avec glace
Chocolat Alain Ducasse, 53, rue Cler le tandem, toujours dans le même es- de Madagascar, mais aussi cognac ou noisette, caramel fondant à la noisette,
e(7 ), du lun. au sam. de 10 h à 19 h 30. prit. La babka glacée est une glace clas- rhum raisins) et 15 sorbets (cassis, citron éclats de praliné feuilleté et noisettes
sique servie en pot qui restitue parfaite- vert ou jaune, fraise, pêche de vigne) torréfiées, histoire de retrouver
l’essenment le goût de la babka chocolat. d’honnête facture, quoiqu’un poil trop ce même du célèbre dessert. Autre
Attention à bien la sortir du congélateur sucré. Et pour les petits (et grands) en- parfum disponible : tarte chocolat.Folderol een avance pour une texture parfaite- fants, de soyeuses glaces vanille et fraise 16, rue de la Verrerie (4 ) ; 8, rue du
ement crémeuse. à l’italienne. Vieux-Colombier (6 ) ; 60, rue du
e eBar à vins, caviste (nature) et glacier : tel Babka Zana. 65, rue Condorcet (9 ). Fbg-Poissonnière (10 ).
eest le combo inhabituel du lieu inauguré Glazed. 54, rue des Martyrs (9 ) et S­ orbets : 5,50 € (120 ml) ;
een décembre par la pâtissière Jessica 19, rue Geoffroy-Saint-Hilaire (5 ). glace : 6,50 € (120 ml).
Yang et le chef Robert Compagnon, cou- Sundae : 6 € chez Babka Zana.
Accompagnez ces merveilles avec ple franco-américano-taïwanais à la Glace : 3,50 € la boule chez Glazed ;
desthésgrandscrusenprovenance tête du Rigmarole, petit restaurant 9,90 € les 350 ml dans les deux
directe de récoltants chinois : thé Et aussiv oisin qui fait courir aussi bien les foo- enseignes.
vert,théaujasmin,Oolong...«Nous distas que le Guide rouge ! La trentenaire
suivonslesrécoltesduprintempset
passée chez Guy Savoy y crée de déli- La tarte aux citrons givrés de l’automne », conclut Suyfat LU.
cieux sorbets et crèmes glacées, mariant meringuée de La Glacerie Parce que ce dernier a bénéficié de Téa Gelato e ele meilleur de la France et des États- (49 € pour 6 pers., 4 et 9 ) ; cours d’œnologie, Focly propose
Unis : onctueux et parfaitement équili- les Esquimaux XXL de également une belle carte de vins,
brés (pas trop sucrés, avec une pointe de Attention, douceur hautement La Fabrique givrée (35 € pour soigneusement sélectionnés, pour
esel), ils mettent la qualité des produits branchée ! Après sa résidence de 6-8 pers., 5 ) ; les ice-creams uneparfaiteharmonieaveclesplats
(serviceauverrepossible). bruts à l’honneur. Au menu, parfums trois semaines chez Merci à la sandwichs de Dumbo Park
eLes plus : Terrasse ouverte sur une classiques (café, yaourt, fraise, choco- réouverture, le duo The Social (4,50 €, 16 ) ; les fruits glacés
joliepetiteplacearborée;salledotée lat), spécialités anglo-saxonnes récon- Food prolonge son expérien- de Fruttini by MO (à partir de
d’une climatisation antibactérienne e efortantes (brownie cheesecake, sirop ce culinaire dans le concept 4,50 €, 6 et 9 ) ; les es -
high-tech. d’érable, mint chocolate chip) mais aus- store en occupant pendant quimaux bâtards glacés de
Réservationetcommande(en si recettes inattendues comme l’in- un mois un petit local épu- French Bastards (4,90 et
livraisonouenclick&collect):
e ecroyable rhubarbe-tarte au sucre (avec ré sur rue, avec quelques 5,90 €, 2 et 11 ).contact@focly.fr
des morceaux de tarte) ou l’huile d’olive produits (tee-shirts,
sau79,avenueCharlesdeGaulle, caressante. ces en édition limitée) et
92200NEUILLY-SUR-SEINE LE PARFUM À NE PAS MANQUER. surtout une offre de glace Babka Zana
0146244336 La glace cannelle, complètement à l’italienne bien pensée. × Glazed bouscule
a d di cti v e. Un produit à la texture aé-*L’abusd’alcoolestdangereuxpourlasanté les codes glaciers.
e10, rue du Grand-Prieuré (11 ). rienne, réalisé avec la cheffe Géraldine Martens
ducasse Manufacture/ soins Graphiques ; folderol mercredi 30 juin 2021
Figaro Scope 7
Resta ur ants
Haché menu
Par Emmanuel Rubin
La Halle
aux Grains,
happening
rural
+ici à quelques mois, il
y aura sûrement là un Hôtel du Sentier
restaurant dans son
vrai rythme. Pour Genre : récemment parachuté en plein D’
l’heure, il y a surtout Sentier, ce chic bohème d’hôtel installe
un pur moment de mondanité avec un entre-deux de café-bistrot, futé
la petite valse du voir et de l’être vu à accompagner un plaisir de placette
lorsqu’il s’affole à découvrir la très parisienne. Sur certaines assiettes,
claironnée Collection Pinault. Et, on a ce sentiment d’un room-service
pour la haute mesure, le même ins- en plein air.
tant tout excité de se retrouver - pre- Prix : env. 30-40 € à la carte. Formules
mier escalier à gauche, troisième déj. à 22 et 27 €. Gaspacho du jour :
étage - à la table des Bras dite de La bonne variation sur le petit pois (qu’il
Halle aux Grains, hommage au silo serait bon d’annoncer à la commande).
originel lorsque le Paris du Grand Tartare de veau, salade de fenouil,
Siècle était aussi une ferme. Des se- crème de parmesan (plat du jour) :
maines d’attente et, le jour attendu, de bonne mâche. Espuma chocolat :
première bonne surprise d’un lieu opportun.
qui ne singe ni le snack ni le grand Avec qui ? Un(e) joli(e) résident(e).
café, mais s’assume en restau d’élite. Bonne table : la 5 en terrasse. Pied vif
Dans son intonation très wachi-wa- de service au déjeuner, moins cadencé
cha, à la table voisine, une dadame le soir.
esavante estime le décor des frères 2, place du Caire (2 ). Tél. : 01 86 54 12 12. Cèna, une carte
Bouroullec « si lumineux, si orgaaani- Tlj non-stop de 12 h à 23 h. Métro : Sentier. aussi concise
que, si minéraaal ! » Oui, madame, E. R. qu’incisive.
très réussi…
Prise de bec. Très orgaaanique, et la révélation d’une cuisine. À la suite Avec qui ? Un bon apôtre.Nouveauté
très mineraaale également, la mise d’une carte aussi concise qu’incisive, Une, deux, trois assiettes… Artichaut
en table, dénudée à sauter la nappe, voilà des assiettes où le métier frit à la romaine, curry de roquette, Cènaradicale à déposer le simple et le a la pudeur de s’effacer dans l’évidence, guanciale et socca : l’élégance
nature au seul frisson de la matière. compose dans le volume plutôt que du croustillant. Lieu jaune, asperges
Sous le doigt, la sensation du fer for- dans le motif, travaille ses cuissons rôties, riz au lait, condiments
secsgé (couteau), de la céramique (as- en juste flamme plutôt que dans l’ennui piments : rond, touffu, emballant.
siette) et de l’écru (serviette) veille se demander si, hors ses basse température. Mousse chocolat, cardamome noire
au grain. Car, attention, en cuisine, palaces, ses quelques coureurs L’autre soir, moules et courgettes fumée, croustillant caramel-pécan :
les Bras ont fait de la graine, de la cé- À d’étoiles et deux, trois petites trouvaient hauteur et relief en grimpant une bombe !
eréale et de la pousse, leur matrice. À pioches, le 8 a encore le goût au buisson d’une purée d’amandes, Dans le verre ? Quelques vins
la seule lecture de la carte, amande, des restaurants. Il n’y a donc pas loin plantes marines et citron confit tandis d’amateurs et l’élan biodynamique +orge perlé, pois chiche, maïs, millet d’un culot à voir qu’une sauce cassis offrait un nouveau dont un très souple Celsius,
traversent les compositions sans David Lanher, sang à une superbe de bœuf. À l’heure coteaux bourguignons 2017.Pich Pich +++que l’on sache encore si l’on va dé- conviction de où l’appétit parisien semble hésiter Service ? Petite musique où gestes
Cènaguster avec sa bouche ou son bec. Genre : dans un quartier où le mangeur restaurateur entre les manières de gazelle et le retour et propos bien placés n’interdisent pas
e23, rue Treilhard (8 ).
se met en marche plus souvent (Racines des Prés, aux ventripotences gueuletonesques, le décontracté.Tél. :
Paysans de Paris. Et puis sou- qu’à son tour, une jeunesse de traiteur Bon Saint- on tient, ici, la réconciliation du couteau L’attention : espèce en voie 01 40 74 20 80.
dain des champignons de Paris far- levantin installe ce pas de porte, frais Pourçain), y Horaires : et du pinceau, et pas loin du meilleur d’extinction, un plateau de fromages
Tlj sf sam. et dim.cis d’eux-mêmes et d’avoine cristal- comme le jour, disposant la bonne déposer sa neuve repas de ce printemps retrouvé. bien sentis et sélectionnés du côté
Métro : lisée au poivre noir, la morue en nature d’un petit mezze de la rue. adresse. Et celle-ci Pour la belle histoire, doté d’un parcours de chez Mons, maison d’excellence
Miromesnil.façon de brandade fleurie de kasha Prix : env. 10-15 € les 6-7 mezze. carrément dans long comme le bras, le jeune chef serait et de Haute-Loire.
et de pousses de poireau germées, Formules de 12 à 18 €. Caviar de poivron, une de ces rues polies d’entre né du côté de chez Bocuse, à Collonges, L’addition ? Vu la proposition, rien
un ébouriffant pain de légumes pignons, olives noires : bien vu. Miromesnil et Monceau, Sempé mais c’est aujourd’hui dans l’inespéré de déplacé. Env. 60-70 €, hors boisson.
confits sortant de sa cocotte en re- e Sandwich köfte de bœuf : nourrissant. et Modiano. La journée, les cols triple du 8 parisien qu’il se fait un nom. Quelle table ? En terrasse ou la 12,
levé de granola, voici les Bras père Simoniko chocolat noir et halva : plus semblent découvrir que l’on peut On vous le donne puisqu’il faudra en salle.
et fils dans leur vision, leur rusti- sympathique façon de cookie oriental. désormais sauter la cravate. Le soir, le retenir : Alban Chartron. EMMANUEL RUBIN
que cérébral, leur campagne en Citronnade maison très réussie. le silence fait sa promenade aux musées
moderne sillon, leur singularité bo- Avec qui ? Un héliocentrique. des façades. Le week-end, tout le monde
tanique, leur éloge d’un simple très Bonne table : au hasard les Grands est parti. Ça n’en fait pas moins
réfléchi. Il y a quarante ans, l’ovni Boulevards. Service de petite boutique. un quartier, un Paris, une proximité
ede leur table bousculait l’Aubrac 28, rue d’Enghien (10 ). Tél. : 01 42 63 77 15. qui n’attendait plus qu’une vraie table
avant d’en devenir le panache. Les Tlj sf dim. et lun, de 11 h 30 à 20 h 30. pour percer le tableau.
voici, à Paris, en chefs paysans, in- Métro : Bonne-Nouvelle. Chose faite et joliment faite, avec cette
tègres et modestes à amorcer le re- E. R. devanture imposant son vert canon et,
pas d’un bol de bouillon de porc juste derrière, l’art de faire banquette.
annoncé et servi comme tel, parfait La plus spirituelle que l’on ait croisée
à ouvrir le palais et la curiosité. depuis longtemps, bois bombé, cuir
Après tout, ainsi va le lard contem- gainé, circulaire à arbitrer chaque
porain. Certains appétits feront couvert d’une salle en poche. Tout y est
semblant, la bouche en cul-de-pou- possible : la solitude, le complice,
le, se consolant au mythique cou- le regard au miroir, la conversation
lant chocolat. D’autres suivront du voisin, le talon de la voisine
vraiment (nous !).
MAIS ENCORE…
Le service. Silhouette soignée
dans un style plus APC que
vraiment fermier (avec la veste façon +blouse en jean français) et, dans
l’élan, une gestuelle de bonne tenue. Abstinence
C’est jeune, svelte, souriant, parfait à
faire baisser l’âge moyen de la salle. Genre : en dépit d’une enseigne
Le public. Tout droit sorti des taquine (la prochaine fois, osons
pag­ es culture de notre très cher Jeûne, Dégoût, Agueusie…),
quotidien. cette solide machinerie rutilante
Est-ce cher ? Solide mais pas combine avec une certaine malice,
snob ! Menus à 54 € (déj.), 78 € (5 sé- pas mal de Méditerranée et un côté
quences), 98 € (7 séquences). Env. grand ado derrière les fourneaux des
70 - 110 € hors une étonnante carte assiettes qui se tiennent plutôt bien.
des vins, où une trentaine de vigne- Prix : solides ! Env. 40-60 € à la carte
rons signent, pour l’occasion, une mais menu à 35 €. Beignet Migliacci au
cuvée inédite. bruccio, crème au sumac : une manière
Faut-il y aller ? Comme atten- corse qui se laisse becter. Mini burger
du, voilà qui pique la curiosité. Oui, de ris de veau, raifort et pousses
donc. d’épinards : après deux bouchées,
difficile à suivre. Churros banane
eAu 3 niveau de la Bourse et Nutella : gentiment adulescent.
de Commerce - Pinault Collection. Avec qui ? Un contradicteur.
er2, rue de Viarmes (1 ). Bonne table : Côté boxe-banquette.
Tél. : 01 82 71 71 60. Tlj sf mar., Service au double galop.
ede 12 h à 15 h (déj.), de 15 h à 18 h 47, avenue de la Motte-Picquet (15 ).
(café) et de 19 h 30 à min uit (dîn.). Tél. : 01 42 77 80 09. Tlj.
Métro : Les Halles, Louvre-Rivoli. Métro : La Motte-Picquet-Grenelle.
E. R.
Gér Aldine M Artens
Abstinence bA stien rossi
SÉBASTIEN SORIANO/LE FIgARO SEBASTIEN SORIANO/LE FIgARO h
l
u
a
s
s
mercredi 30 juin 2021
8 Figaro Scope
Le meilleur de la semaine culturelle
En haut de l’affiche
Musées, galeries d’art, théâtres, concerts…
Les sorties de la semaine foisonnent. Pour
bien choisir, suivez les conseils de la rédaction.
Par Ariane Bavelier, Éric Biétry-Rivierre, Valérie Duponchelle,
Thierry Hillériteau, Léa Mabilon, Olivier Nuc, Béatrice de Rochebouët,
Nathalie Simon et Étienne Sorin. Dossier coordonné par Sophie de Santis
la troisième génération de sa famille pa-expos lestinienne à être née dans le camp de
réfugiés de Sabra. Il connaît cette géo-Barthélémy Toguo
graphie particulière, close, contrainte,
C’est une petite exposition, en mezzanine absurde, sans ligne de fuite, et sait
comau Quai Branly, mais une exposition élo- ment les enfants l’intègrent très tôt dans
quente que cette carte blanche à la Fon- leurs jeux et dans leur prudence. Son
dation Dappper qui explore l’œuvre de œuvre, expressionniste comme ces
oliBarthélémy Toguo (né en 1967 à M’Bal- viers morts dont les branches sont des
mayo, Cameroun) et la confronte aux barbelés tranchants, peut aussi faire
« traditions » ancestrales de l’Afrique. profil doux et transformer de vieux
biPour qui a vu, chez Anne de Villepoix ou à dons de pétrole et autres tôles ondulées
la Biennale de Venise, les aquarelles et les en scintillantes silhouettes d’enfants qui
installations de cet artiste puissamment jouent parmi les oiseaux, héritiers
poéplastique, c’est la confirmation de son ta- tiques du Petit Prince. Cet été, Katanani
lent, ancré dans un imaginaire entre deux expose aussi dans le parc du Domaine
continents (splendide ouverture avec de Chaumont-sur-Loire.
Nyankassa, 2001, et ses ombres du corps V. D.
moucheté, aquarelle sur papier, 200 x ■ « Rituals », jusqu’au 21 août
e122,5 cm). Christiane Falgayrettes-Le- à la Galerie Magda Danysz (11 ).
veau, directrice de la Fondation Dapper, www.danyszgallery.com
lui apporte son regard aussi perspicace
que savant qui confronte avec une grande ruth arbiser
justesse ce qui est le propre de l’artiste et Scènes de la vie quotidienne, silhouettes
ce qui relève de l’inconscient collectif (Le nues et plantureuses, paysages
oniri1Souffle des offrandes, 2010). La démons- ques et déformation de la réalité… Ruth
tration est claire, qui passe sous vos yeux Arbiser, artiste franco-argentine au
de la métaphore contemporaine au Christ style très expressionniste, s’amuse à re consacrée à l’artiste allemande Hito
crucifié aux fétiches à clous, le Nkisi jouer des contrastes, mêlant souvent la Steyerl, 55 ans, en France. Allemande
Nkondi, objet doué de pouvoirs occultes beauté à l’indomptable, voire à l’in- mais aussi japonaise, cette cérébrale déjà
des peuples kongo et apparentés (Congo, quiétant. Son exposition « Corps », qui intronisée à la Biennale de Venise
apporRépublique démocratique du Congo et se décline à travers une vingtaine de te à l’art la violence et la vérité du
docuAngola), que les missionnaires chrétiens toiles fortes et audacieuses, petits et mentaire qu’elle façonne comme une
se sont efforcés de détruire. (Purification grands formats, s’offre au visiteur com- machine sans fin. En 2017, Hito Steyerl
XXX, 2013). Tout est formes, tout est his- me un véritable livre ouvert sur sa ma- était consacrée comme la personne la
toire, tout est message. nière de penser l’humain et l’esprit. plus influente dans le monde de l’art par
V. D. L. M. le classement très lu de ArtReview qui a
er■ « Désir d’humanité. Les univers ■ Du 1 au 10 juillet à la Galerie mis Black Lives Matter en tête de sa «
Poede Barthélémy T oguo », Dobkine & Kie, 21, rue Guénégaud (6 ). wer List » de 2020. Son monde est un
téjusqu’au 5 décembre au Musée lescopage de la réalité, souvent très
e « Chagall, Modigliani, du Quai Branly (7 ). www.quaibranly.fr rude, des nouvelles technologies et de
Soutine… » l’imaginaire de l’individu qui s’imagine
eAbdul Rahman Katanani Dans la première moitié du XX siècle, libre. Huit heures de vidéos chocs, de
Grand, souple, radieux, Abdul Rahman les artistes d’Europe centrale et de l’est jeux d’images et d’installations
rescaKatanani, 38 ans, a la diplomatie innée furent nombreux à venir tenter de s’im- pées du monde urbain, pour démontrer,
de la survie. Né neuf mois après le mas- poser à Paris. Tous, jeunes ou plus expé- dans une scénographie sur mesure, que
sacre de Sabra et Chatila en 1982 (le rimentés - largement plus d’une centai- la philosophie reste une bataille.
3chiffre des victimes varie de 460 à 3 500 ne - ont contribué à l’effervescence V. D.
civils, selon les sources ennemies), il est créative de ce qui était alors la capitale ■ « Hito Steyerl. I Will Survive »,
mondiale des arts. La grande majorité de 1. Jugement dernier XIV jusqu’au 5 juillet au Centre
eces peintres et sculpteurs, dont le criti- (2012), de Barthélémy Pompidou (4 ).
Toguo, au Musée que d’art André Warnod prit la défense www.centrepompidou.fr
ePUBLI-INFORMATION du Quai Branly (7 ). en l’appelant École de Paris, avait des ra-Spécialités 2. 4D+, de Sidi Larbi Côté jardin, cines juives. Et, de ce fait, se trouvait
Cherkaoui, poussée sur les chemins de l’exil. Les ca- de Monet à Bonnard eParis15•CHEZMARIE-EDITH eà La Grande Halle (19 ). fés cosmopolites de Montparnasse, les Au Musée des impressionnismes, dans Unevéritablecuisinesavoureuse, 3. Hippocampe,
ateliers de La Ruche ou de la cité Fal- un parcours « écoresponsable » puisque ebourgeoiseetauthentique! à l’Aquarium tropical (12 ).
guière leur ont offert un havre, qui du- les œuvres ne viennent pas de collec-4. Girl Drawing Red
rant quelques années, qui durant tions du bout du monde, Cyrille Sciama Shadow (2021),
quelques mois ou quelques semai- le directeur et Mathias Chivot, spécialis-d’Abdul Rahman Katanani,
nes. De cette École de Paris, la te des Nabis, confrontent ces derniers à à la Galerie Magda
epostérité a surtout retenu Cha- Danysz (11 ). Monet, Caillebotte, Pissarro et autres
gall, Soutine et Modigliani. On 5. Le Bourgeois Cassatt sur la question de la
représentagentilhomme, de Molière, à connaît encore Kikoïne, tion du jardin. Et, surprise, plutôt
erla Comédie-Française (1 ). Pascin, Lipchitz, Mar- qu’une opposition entre cérébraux et
F. Gibert/Courtesy bandjoun coussis, Chana Orloff, instinctifs, entre symbolistes et
sensostation et Galerie lelonG ; Un air d’étéplane chez Marie-Edith. Moïse Kisling ou Zadkine. riels à laquelle on s’attendait, les
affinikoen broos ; Patri Ck louisy ; Devenue une adresseincontournable, Mais bien d’autres demeu- tés s’avèrent nombreuses. Un
classeCourtesy danysz Gallery ;
commentnepassuccomberaucharmeet rent oubliés. Cette exposition ment par thèmes - la limite parfois floue
ChristoPhe raynaud de laGe/
àl’ambiancechaleureusepresquefamiliale les ressuscite en partie, pré- entre le jardin et la nature ; la présence C
sentant leurs œuvres avec de personnages, souvent des femmes de cette belle maison. Place à l’exquise
autant de considération que ou des enfants rêveurs ; les jeux dans saladedequeuesd’écrevisses,ausaumon
les célèbres. En sus, le MahJ les squares et jardins publics, la marinéetcaviard’auberginessansoublier
consacre une passionnante ex- luxuriance florale - les révélant. En fin lesincontournables,lespoissons(daurade,
5position dossier sur l’ouvrage de parcours, tout le monde semble com-bar,dosdemorue,saumon,homard…),les
d’Hersh Fenster. Un journaliste qui, munier dans le « all-over » des Nymphé-abats(rognons et tête de veau, joue de
le premier, dès les premières années ligentes. Bien vivants, poissons clowns as. Jusqu’à La Grande Vallée magistrale boeuf, ris de veau, croustillantdepied de
d’après-guerre, répertoria les noms (Némooooo !), chirurgiens palettes abstraction, touffue et vibrante, signée porc,duodefoiegras…),lesviandes(filet
et les œuvres des artistes juifs étran- (Doryyyyy !), raies de Léopolde à pois par Joan Mitchell en 1984.
de boeuf, carréd’agneau rôti au thym,
gers assassinés ou morts dans le dé- blancs, poissons licornes, tortues à tête É. B.-R.
magretdecanard,confitdecanard,souris
ernuement pendant l’Occupation. de cochon ou piranhas au sourire ■ Jusqu’au 1 novembre au Musée
d’agneau, pigeon rôti au lard…) et pour
É. B.-R. d’agent immobilier sont de retour dans des impressionnismes, Giverny (27).
compléter notre bonheur, les desserts
■ « Chagall, Modigliani, Soutine… les bacs. Cet été, l’hippocampe a droit à wwww.mdig.fr
maisonaugoûtd’enfance(oeufsàlaneige, 4Paris pour école, 1905-1940 », jusqu’au son exposition. Le saviez-vous ? Chez le
feuillantinedepoire,marquiseauchocolat, 31 octobre au Musée d’art et d’histoire petit animal à tête de cheval, c’est le
chaud froid de pommes au Whisky, tarte e musiquedu judaïsme (3 ). www.mahj.org papa qui effectue la gestation. Sinon, la
tatin…). On revientdecetteescapade fosse a été réaménagée, tout comme les maman des poissons est toujours bien Paul Personne gourmandelecoeurlégeretlesourireaux Aquarium tropical autres espaces de l’Aquarium tropical, gentille. Boby Lapointe avait raison.
lèvres,onenredemande! Ne comptez pas sur Laury et Dundy niché au cœur du Palais de la Porte do- E. S. Il est un de nos bluesmen émérites depuis
Aveclesbeauxjoursvenezprofiterdela pour faire le show. Les deux alligators rée depuis 1931. Après un an de travaux, ■ Aquarium tropical de la Porte dorée. la fin des années 1970. À 70 ans passés,
eterrasseensoleilléesousunebriselégère, albinos savent qu’ils n’ont pas besoin de il rouvre avec une nouvelle présentation (12 ). www.aquarium-tropical.fr Gibson Les Paul en bandoulière, Paul
onvouslerecommandevivement! bouger le petit doigt pour être le clou du des collections par écosystèmes (lacs Personne est resté fidèle aux douze
meHito Steyerl Menucarteà29€et32€ spectacle. Les deux stars (femelles) mé- africains, rivières asiatiques, mangro- sures. Guitar-hero à la française,
l’homMétroCambronneouMotte-Piquet prisent les dauphins et leurs saltos raco- ves…). Autre nouveauté, le Spot, un mur Le Centre Pompidou présente, en colla- me aux mille collaborations poursuit sa
leurs. « Less is more ». Immobiles, pâles numérique qui permet d’interagir avec boration avec le K21 de Düsseldorf, la route discrète et modeste. Le voici à 34rueduLaos-0145664460
et inquiétantes, elles fascinent. Leur des baleines grâce à des caméras intel - première exposition de grande envergu- l’Olympia, salle de ses premiers
trioman mercredi 30 juin 2021
Figaro Scope 9
Le meilleur de la semaine culturelle
En haut de l’affiche
tre pureté et disparition. Faun est le
chef-d’œuvre sensuel inspiré par
l’œuvre éponyme de Nijinsky. Sin est
une recherche menée avec Damien
Jalet sur la gestuelle animale. Debt est
une création 4D sur le donnant- -
donnant.
A. B.
■ « 4D+ » du 8 au 11 juillet
eà la Grande Halle de la Villette (19 ).
www.lavillette.com
« Les Variations Goldberg,
BWV 988 »
Les Variations Goldberg ont un pouvoir
spécial : elles résonnent bien longtemps
après qu’on les a entendues. En
compagnie du jeune pianiste Pavel
Kolesnikov, Anne Teresa De Keersmaeker
sonde ce pouvoir. La chorégraphe, qui a
beaucoup travaillé sur Bach, traduit,
selon ses principes d’écriture bien
établis, la mathématique de la partition
musicale en déplacement du corps
dans l’espace. Cette fois, c’est elle qui
danse. Dans ce solo, elle interroge la
transformation perpétuelle qui s’opère
dans les Variations.
A. B.
■ Du 10 au 13 juillet
erau Théâtre du Châtelet (1 ).
www.chatelet.com
opéra
« Madame Butterfly »
Un spectacle présenté en plein air à la
2 faveur de la tombée de la nuit dans une
mise en scène d’Olivier Desbordes avec
phes en 1993, pour dérouler les titres de (Christian Hecq irrésistible) pour deve- étonnement, la musique tout sauf salo- Anne Gravoin, directrice exécutive de classiqueson dernier album en date, Funambule nir une personne de qualité sont un en- narde. C’est le cas des quatre créatrices à l’orchestre. Parrainée par l’historien
(ou Tentative de survie en milieu hostile). chantement pour les yeux et les oreilles. l’affiche du concert qu’elle donnera cet- Franck Ferrand, l’histoire de l’œuvre Les Adieux de Jordan
O. N. Les situations burlesques le disputent à te semaine au pupitre de l’Orchestre na- de Giacomo Puccini, se déroule au
Jae e■ Le 2 juillet à l’Olympia (9 ). la fantaisie, voire à la folie qui court tout Douze ! C’est le nombre de saisons que tional de France. Quatre « symphonis- pon au début du XX siècle. Avec la
sowww.olympiahall.com au long de la pièce jusqu’à un final qui Philippe Jordan aura passées à la tête de tes » qui ne manquèrent ni d’audace ni prano Serenad Burcu Uyar (Cio Cio
aurait enchanté Topor ou Dali. Le comé- l’orchestre de l’Opéra de Paris. Avant de souffle. De Mel Bonis à Augusta Hol- San), le ténor ukrainien Denys
Pivnitdien et sa complice Valérie Lesort rivali- de tirer sa révérence et de s’envoler mès, en passant par Marie Jaëll ou enco- skyi (le lieutenant Pinkerton dont théâtre sent d’imagination pour entraîner le pour l’Opéra de Vienne, laissant sa pla- re la Bretonne Charlotte Sohy. Composi- tombe amoureuse Madame Butterfly)
public dans leur délire. Il y a ici du Élie ce au médiatique Gustavo Dudamel, le trice totalement méconnue, à laquelle et Eric Vigneau (Goro, le méchant). « Baie des anges »
Kakou, du Karl Lagerfeld (costumes chef qui aura noué avec les Français Waldman vient de consacrer (avec l’aide N. S.
D’après un texte de Serge Valletti. Un hauts en couleur de Vanessa Sannino) et une relation des plus fructueuses dirige de l’auteur Pauline Sommelet) un livre ■ Les 2 et 3 juillet au domaine
mélange de polar à suspense et de du Groucho Marx. Le duo exploite tous un ultime concert d’adieu comme di- chez Robert Laffont, La Symphonie ou- de Saint-Germain-en-Laye (78),
puzzle qui réunit un producteur et ses les talents, jeu, marionnettes, art du recteur musical. Au programme, la bliée, en référence à la Symphonie Grande et les 9 et 10 juillet
comédiens dans une villa qui domine la clown,… et les nuances du comique. Faust-Symphonie de Liszt, et surtout le Guerre qu’elle a redécouverte, et qu’elle au Château de Vincennes (93).
erBaie des Anges à Nice. Le metteur en Guillaume Gallienne est un professeur troisième acte de Parsifal, avec une dis- reprendra ce 1 juillet. T. H. Reprise en septembre aux Invalides.
erscène Hovnatan Avédikian propose une de philosophie inquiétant à souhait, tribution wagnérienne en diable (Peter ■ Le 1 juilllet www.operaenpleinair.com
ecréation en direct qui traite de la perte Sylvia Bergé, une Madame Jourdain sé- Mattei, René Pape, Andreas Schager et à la Maison de la radio (16 ).
d’un être cher. N. S. vère comme il faut, et Laurent Stocker, Eve-Maud Hubeaux). « Une œuvre de la www.maisondelaradio.fr
■ Jusqu’au 3 juillet au Théâtre aussi époustouflant en valet qu’en Muf- fin, testamentaire, mais aussi tournée
e humourdu Rond-Point, salle Topor (8 ). ti. Aucune fausse note dans la troupe. vers l’avenir », expliquait-il récem- dansewww.theatredurondpoint.fr Mais Christian Hecq à lui seul emporte ment sur France Musique. Promesse, « A u Suiv ant »
le morceau. Une soirée mémorable, idé- on l’espère, d’un retour prochain à la Sidi Larbi Cherkaoui « Le Bourgeois ale pour renouer avec le théâtre. « maison » comme chef invité. Le nouveau one-man-show de
Gentilhomme » N. S. T. H. Le chorégraphe poursuit son chemin Guillermo Guiz. À 38 ans, après avoir
Jamais on n’avait vu une adaptation de ■ Jusqu’au 25 juillet à la Comédie- ■ Le 2 juillet à 19 h 30 à l’Opéra qui fait de la danse un élément organi- rempli le Point-Virgule et le Bataclan,
er ecette comédie de Molière aussi heureu- Française, salle Richelieu (1 ). Bastille (11 ). www.operadeparis.fr que permettant au corps de l’homme l’humoriste belge se confesse à travers
se. Les tentatives de Monsieur Jourdain www.comedie-francaise.fr de s’unir à la glaise et au cosmos. Cela l’éducation qu’il a reçue. Il a été élevé
Compositrices oubliées lui réussit : à la rentrée, il quittera la di- par son père « féministe et misogyne »
Devenue à la rentrée 2020 la première rection du Ballet d’Anvers pour pren- qui était « sûr de l’inexistence de Dieu,
directrice musicale d’un orchestre na- dre celle de Genève. Pour la Villette, il mais pas du temps de cuisson des œufs
tional en France, Debora Waldman était réunit cinq duos emblématiques de son mollets ». Ses fans seront au rendez-La céramique,
l’ambassadrice rêvée pour porter les œuvre accompagnés de musiciens en vous.
voix étouffées des compositrices, long- live. Les voici donc : Matter, Pure, Debt, N. S.maintenant ou jamais temps restées dans l’ombre de leurs col- Sin, Faun. Matter met en scène des mé- ■ Jusqu’au 28 juillet, reprise à partir
lègues masculins, mais dont on com- tamorphoses des corps en objets inani- du 22 septembre, au Théâtre de l’Œuvre
eLE vaste espace de la Galerie ita- bacher, les créations historiques mence à redécouvrir, parfois avec més. Pure explore la frontière ténue en- (9 ). www.theatredeloeuvre.com
e elienne a été métamorphosé en tem- des XIX et début XX siècle dans le
ple de la céramique contemporaine. petit espace de la rue des
BeauxRien que pour l’adresse, il faut y al- arts repris par Love & Collect
(galeler. C’est presque en face de la rie Loevenbruck). Cette fois, il se
Bourse de Commerce, inaugurée il y tourne vers le contemporain. Pleins
a peu par François Pinault pour y feux sur de nouveaux artistes aux
exposer ses collections dans le cy- céramiques colorées et à l’humour
lindre de béton du Japonais Tadao décalé. S’il y a de grands noms,
Ando. À quelques encablures de comme Johan Creten (prix
jusLa Samaritaine, nouvellement qu’à 70 000 €), il y a aussi des
restaurée avec ses façades Art talents plus émergents
(accesnouveau, Art déco et celle, sibles à partir de 2 000 €). Les
contemporaine, en verre, de œuvres réalisées à partir
l’agence japonaise Sanaa, côté d’un processus
d’imrue de Rivoli. Et à deux pas de pression 3D par Jolie
la Poste du Louvre, réhabilitée Ngo côtoient les pièces
par Dominique Perrault. monumentales de la
FlaQuand le duo Alessandro Pron mande Tamara Van San
et Raphaëlla Riboud-Seydoux (photo), celles de la
tas’est installé, en 2016, dans ce lentueuse artiste
sud2nouveau lieu de 450 m , il ne africaine Zizipho Poswa
pouvait imaginer que le quar- ou de la Française Alice
tier allait devenir un spot cultu- Gavalet, toutes vendues à
rel avec tous ces nouveaux lieux peine sorties de son
atede vie parisienne. Depuis, les lier de
Nogent-surprojets fusent. À commencer Marne. B. de R.
par la première édition de ■ Jusqu’au 17 juillet
« Céramiques Now », conçue à la Galerie ­italienne,
par Florian Daguet-Bres- 15, rue
erson. Ce jeune marchand du Louvre (1 ).
est connu pour avoir dé- WWW.GALERIE
fendu, avec Didier Lutten- ITALIENNE.COMmercredi 30 juin 2021
10 Figaro Scope
L'escapade
BELGIQUE Dans la Somme,

St-QuentinLille
en-Tourmont
Abbeville
Amiens un écolodge
HAUTS-DE-FRANCE
NORMANDIE
GRANDEST flottant
ÎLE-DE-FRANCE
50 km
Jolie comme un haïku, cette cabane posée sur un étang
dans un cocon de verdure offre une pause bucolique
à deux heures de Paris. Par Claire Rodineau £ @crodineau
IL faut s’enfoncer carte, 100 % végétarienne. Au choix, longer la parenthèse bien-être dans un joindre en cinq minutes de voiture (ou
dans la forêt, em- un menu « ryokan » à base de plats spa naturel, avec bassin d’eau chaude en une demi-heure de marche, pour les
prunter un ponton minute, et un autre, « Kaiseki » - la et d’eau froide, sauna et massages plus motivés) le parc ornithologique du
de bois, se perdre haute gastronomie nippone -, en sept ayurvédiques. Marquenterre, 200 hectares de dunes,
un peu. En che- services (menu à partir de 95 €). Ci- de forêts et de marais où, en ce début
200 hectares de dunesmin, un dôme tons, entre autres délices, le daïkon d’été, des milliers d’oiseaux migrateurs
futuriste et une fermenté, la salade fraîche tomates- Les environs méritent que l’on s’y aven- font leur nid.
caravane Air- gingembre ou l’œuf cuit à basse tempé- ture. Un sentier de 4 km bordé de pins
stream émergent rature, à tremper dans la soupe miso. mène tout droit à la plage de Saint- Le bruit de l’eau, à
Saint-Quentindes branchages. Le tout s’accompagne d’un saké nigori, Quentin-en-Tourmont, l’une des plus en-Tourmont (80). À partir de 245 €
Enfin, elle appa- non filtré. r iche en couleurs et en tex- sauvages et isolées du nord de la France. la nuit à deux dans le lodge « Rivages »
raît. Notre cabane, tures, ce festin ravit les yeux autant que Derrière les « crocs », ces dunes en (petit déjeuner inclus).
« r ivages ». Un cube le palais et rassasie juste ce qu’il faut. dents de scie modelées par les vents, Tél. : 03 22 25 82 06.
de bois sombre posé Le parfait préliminaire à l’exercice du l’immense étendue de sable est déserte. www.lebruitdeleau.org
sur l’étang, où se reflète bain japonais. Logé sur une île, au mi- Seule présence, celle des rangées de Y aller : depuis Paris, 1 h 50 de train
la végétation alentour. lieu de la forêt, il est chauffé au feu de pieux de moules de Bouchot, hérissées à jusqu’à Rue, puis un quart d’heure
Vision onirique. Juste der- bois. Bientôt, les hôtes pourront pro- fleur d’eau. Il est aussi possible de re- de taxi. Ou 2 h 30 de voiture.
rière la porte d’entrée, invitée
inattendue, une pirogue trône dans
son couloir de nage, comme prête à
nous emmener en balade. Pour le reste,
un petit coin salon et la chambre,
décorée dans l’esprit hygge, cette
philosophie de vie chère aux Scandinaves,
avec un papier peint imitant une forêt
et des coussins duveteux. Et le clou du
spectacle, la baie vitrée, si proche du lit
que lorsqu’on s’allonge, on a
l’impression de flotter.
Un haïku du maître japonais Basho a
donné son nom à cet ensemble
d’écolodges installés dans la baie de Somme,
au sud de la région du Marquenterre.
Littéralement, « là où la mer entre dans
la terre ». Trois phrases jetées comme
des pierres qui ricochent : « Ah ! Le vieil
étang/ Une grenouille y plonge/ Le bruit
de l’eau. » Histoire d’eau, histoire de
famille aussi. Thibault Dhermy,
photographe et grand voyageur, a installé ses
pénates dans ce bout de Nord sauvage
où ses parents avaient une maison.
C’était en 2008. « r ivages », « Haïku » ,
« Voyage » : ces hébergements
atypiques, quatre lodges et un « caravan
lodge » pour rejouer Into The Wild lui
ont été inspirés par ses pérégrinations à
travers le monde. r espectueux de
l’environnement. Pas de Wi-Fi, peu de
l umières électriques, un petit poêle en
guise de chauffage et un ballon d’eau
chaude taille XS. S’il est un luxe ici,
c’est celui du calme - le lieu est réservé
aux plus de 17 ans - et de l’isolement,
propices au repos et à l’inspiration. À
l’heure du dîner, le voyage se poursuit
dans l’assiette. Le chef s’est formé aux
techniques japonaises pour élaborer sa
Paris dans l’œil de…
Marc Mauillon
APrè S avoir triom- ❚ Ma cantine préférée
phé dans L’Orfeo de J’aime beaucoup Le Bichat dans le
eMonteverdi à l’Opéra Comique, le 10 arrondissement. Un fast-food
baryton français, Parisien invétéré de culture slow food comme ils se
et cycliste convaincu, publie Je définissent eux-mêmes. Plus
m’abandonne à vous chez Harmonia qu’une cantine, c’est une
philosoMundi, entouré de sa sœur harpiste, phie en soi. L’affirmation que
manAngélique, et de la gambiste My- ger sain n’est pas réservé à
quelriam r ignol. Un passionnant hom- ques-uns mais accessible à tous.
mage à la figure littéraire d’Hen- Sur place ou à emporter, pratique,
riette de Coligny, alias la comtesse bio, local et végétal… Pour moi en
ede La Suze : poétesse du XVII siècle tout cas !
et femme libre pionnière, peut-être 11, rue Bichat (10e).
l’une des premières icônes du Paris www.lebichat.fr
littéraire et culturel, et dont les vers
ont inspiré de nombreux composi- ❚ Mon coup de cœur
eteurs jusqu’au milieu du XIX siècle. J’ai une préférence pour les
endroits calmes, une sorte de petites
❚ Ma balade idéale parenthèses de silence dans la
Pour moi, c’est déjà une balade à ville. J’aime particulièrement le
vélo car c’est mon moyen de trans- jardin de l’hôtel de Sully, «
coinport favori à Paris. J’adore retrou- cé » entre la place des Vosges et la
ver les quais de Seine après une ab- rue Saint-Antoine, pour ce havre TOUT LE PROGRAMME DE VOTRE ÉTÉ SUR
sence un peu prolongée hors de la de paix qu’il nous propose en plein
capitale pour une production P aris.
FLASHEZ-MOId’opéra ou une tournée à l’étran- THIERRY HILLÉRITEAU
eger. La portion entre Châtelet et le 5, place des Vosges (4 ).
pont de l’Alma me ravit toujours… www.hotel-de-sully.fr
,Le bruit de
L’eau
Saint-Quentin-
SaintQuentinen-Tourmont-Trmt
© Illustrateur et photos : TOFDRU © Foyatier Denis. Bussière,1793 - Paris, 1863 Cincinnatus. Marbre, 1832-1834. Placé au Jardin des Tuileries en 1836.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents