Plantes et Santé du 01-07-2019

Plantes et Santé du 01-07-2019

-

Presse
76 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Informations

Publié par
Date de parution 01 juillet 2019
Langue Français
Signaler un problème
N° 203 – juilletaoût 2019
Cueillette La grande famille des airelles
Zéro déchet Votre pique-nique sans plastique
Lhéritage dessorcières
On en parle L’efficacité des pesticides naturels
Légumes d’été Nos astuces et techniques pour bien les conserver
AromathérapieLa citronnelle, le meilleur des antimoustiques
www.plantesetsante.fr
BEL/LUX : 5,50- Suisse : 8,90 CH M 01175- 203 -F:4,90E- RD 3:HIKLLH=ZUY^UV:?a@c@k@n@a";
NOUVEAU
 etterave rouge biologique Cristaux solublesSource d’antioxydantHautement concentréRapide et pratique
DES BETTERAVES ROUGES BIOLOGIQUES POUR UN SUPPLÉMENT D’ÉNERGIE RAPIDE Les cristaux de Betterave rouge Salus sont un moyen facile, concentré et nutritif permettant de profiter rapidement de tous les bienfaits des betteraves rouges fraîches. Les cristaux sont instantanément solubles. Naturellement sucrés, ils s‘intègrent parfaitement à toutes vos préparations (smoothies, jus, soupes, mueslis, vinaigrettes, céréales...). Les cristaux constituent également un excellent colorant alimentaire ! Chaque pot de 200 grammes contient l’équivalent de 2,5 kg de betteraves rouges BIO fraîchement pressées.
Disponible en magasins bio et pharmacies Distribution :Pur Aliment contact@salusnature.fr salus-nature.fr 03 88 098098
Rejoignez notre communauté Facebook sur : Salus France
Bio Vegan Sans colorant artificiel Sans conservateur Sans sucres ajoutés
SUPER FOOD
welcomebyzance.fr
Bioetécolo
lors que nous sommes confrontés à a tant de défis, auxquels il nous est bien difficile de faire face, voilà qu’une nouvelle nous donne à espérer. En effet, le dernier bulletin de santé de l’agriculture biologique est bon. Le cap des 2 millions d’hectares cultivés en bio a été franchi, ce qui représente 7,5% de la surface agricole utile pour l’hexagone, et jusqu’à 26% en région Paca. Cette année bat d’autres records: jamais autant d’agriculteurs (6200) n’avaient décidé de jeter aux orties les produits phytosanitaires chimiques. Désormais 9,5% d’entre eux travaillent en bio; de plus, les grandes cultures, céréales et oléoprotéagineux – les plus hostiles à ce changement – rejoignent le mouvement avec un bond de 31% des surfaces. Et d’autres chiffres montrent le travail accompli: 12% des vignobles sont bio et jusqu’à 40% pour les cultures de légumes secs… Que ce soit en amont et en aval toute une dynamique est en train de se déployer, du fabricant de biostimulants(lire p. 16)à de nouveaux moulins pour les blés bio en passant par les transformateurs et distributeurs pour rendre accessibles ces produits. Il est particulièrement étonnant, et à saluer, que pour prendre ce virage les agriculteurs n’ont pas reçu de grosses aides financières. Ils seraient pourtant en droit d’en attendre. Que représente un peu plus d’un milliard comparé à tous les bénéfices qui découlent de cette orientation (amélioration de problèmes de santé publique, aliments nutritionnellement plus riches, sols restaurés, etc.). C’est peu pour s’occuper de la terre alors que l’on parvient à trouver des sommes astronomiques pour la conquête de l’espace!
Service Abonnements:Plantes & Santé - 4, rue de Mouchy, 60438 Noailles cedex. Tél. : 01 55 56 70 51 E-mail : plantes-et-sante@groupe-gli.com l Publicité:charly.lheureux@ginkgomedia.fr,tél. : 01 40 46 42 36 nicolas.reitz@ginkgomedia.fr,tél. : 01 40 46 00 46 l Rédaction:101, rue de Patay, 75214 Paris cedex 13 Tél. : 01 40 46 00 46, fax : 01 40 46 05 93. E-mail : plantesetsante@ginkgomedia.frSite :www.plantes-et-sante.fr
Pour autant, aussi importante que soit cette avancée du bio, nous devons continuer de nous interroger. En effet, eston sûr que le fameux label, désormais européen, réponde complètement aux évolutions que nous souhaitons pour notre société? Pas vraiment. En effet, pour avoir du concombre bio toute l’année, on ne se soucie pas de l’assèchement des nappes phréatiques d’Andalousie. Le projet autorisant les maraîchers bio à produire des tomates sous serres chauffées soulève les mêmes contradictions et fait d’ailleurs l’objet d’une pétition*. De fait, le label bio ne donne pas la priorité au local, ni à des produits de saison. Sans parler du bilan carbone élevé quand des légumes font des centaines ou des milliers de kilomètres avec l’impact sur la qualité même des produits. «Une salade perd la moitié de ses nutriments 24 heures après la cueillette»,rappelait la présidente de l’associationNature et progrès.Doiton aussi se satisfaire de l’empaquetage plastique des fruits et légumes bio vendus en grandes surfaces? Ou de certaines conditions de production avec le recours à une maind’œuvre « importée» ? Pourvu que ce soit bio, aton tendance à se dire en tant que consommateur! Mais ce n’est pas suffisant… Alors que la bascule semble s’accélérer dans le milieu agricole, le moment est venu d’élever ou de différencier ses standards et de lui donner les moyens d’y parvenir. Certains d’entre vous trouveront peutêtre que ce niveau d’exigence n’est pas réaliste. C’est pourtant ce qui peut permettre de faire sens. Comme le disait La Bruyère, les miracles ne naissentils pas des difficultés?
* « Pas de tomate bio en hiver : non aux serres chauffées »
ÉDITÉ PAR SANTÉ PORT-ROYAL SAS,également éditeur d’Alternative Santé. RCS Paris B 434728952. CPPAP n° 0318 K 80980. N° ISSN: 1157-7797. Dépôt légal: à parution.Directeur de la publication:Sébastien Pierre.Directrice des rédactions:Katherine Menguy.Rédactrice en chef print et web:Isabelle Saget.Rédaction:Jeanne Le Borgne, Anne Peron.Chef de rubrique:Joëlle Pierrard.Ont collaboré à ce numéro:Émilie Brigand, Christine Cieur, Françoise Couic-Marinier, François Couplan, Fleur Daugey, Adeline Gadenne, Pascale Gélis-Imbert, Emmanuelle Guilbaudeau, Aude Maillard, Laure Martina, Florence Pommery, Hélène Renoux, Agnès Rogelet, Dr Hervé Staub.Secrétaires de rédaction:Gaëlle Desportes, Chantal Ducoux, Sandra Morello. Conception et réalisation maquette:Thierry Laurent.Maquette:Véronique Marmont, Crystèle Petit.Photos:iStock, sauf mention contraire.Impression:Léonce Deprez (Ruitz, 62). Distribution:France Routage (Croissy-Beaubourg, 77).Diffusion:Presstalis.Prix au numéro:4,90.Abonnement 1 an (11 numéros):45,90(TVA 2,10 % incluse).
édito
Isabelle Saget Rédactrice en chef
Ce numéro comporte un encart Kaizen sur 11000 exemplaires, un hors-sérieÉnergie des arbres,Le guide des huiles essentielles,le guideVotre santé par les plantes médicinales,un hors-série Remèdes d’autrefoiset le jeu7 familles des champignonssur une partie des abonnés.
sommair
64 SAVOIRS & CULTURE Entre médecineet chamanismedans l’immensité des plaines mongoles
Actualités6 12C’est nouveau 14Ma petite entreprise Un amour de rhodiole 16On en parle Les plantes plus fortesque les pesticides 20RencontreDr Philippe Stefanini :«Il faut cultiver des aliments durables» 22DossierL’héritage des sorcières30AromathérapieUne trousse d’urgence à emporter en vacances 34Aroma pratiqueQuelle citronnelle contre les moustiques ? 36Au jardin médicinal Être soi-même avec la petite centaurée 38Cueillette sauvage Voir des airelles de toutes les couleurs 40Les bienfaits de mère Nature La pierre d’alun en toute transparence
e DO2SSIE2R Histoires, potions, rituels magiques,les sorcièressont de retour ! ES5CAPA6DE Lotus et nymphéas rivalisent d’éclat au jardin des Martels
43Bon geste Bien vivre l’allaitement 44Manger sain Fruitsetlégumesdel’ététoute l’année ! 48Menu végétarien Les secrets du régime d’Okinawa 56Escapade Le jardin des Martels, une oasis au cœur du Tarn 60Savoirs & culture À chaque région sa tasse de thé 64 En Mongolie, la tradition à l’épreuve de la mondialisation 66Plantes & émotions Plus de tolérance, mode d’emploi 69Livres 70De vous à moi Emmanuelle Guilbaudeau, Aude Maillard, Dr Hervé Staub répondent à vos questions 74Billet d’humeur Violette d’émotion
Offre d’abonnement p. 71
MENU VÉGÉ4TARIE8N Embarquement pour Okinawa,là où le régimealimentaire est gage de longévité
30 AROMATHÉRAPIE Les huit huiles essentiellesà emporteren vacances
36 AU JARDIN MÉDICINAL Sous le soleil estival la petite centaurée sort de sa réserve et nous offre son élixir floral
n° 203 – juillet-août 2019 –Plantes&santé5
ACTUALITÉS
Diabète Le curcuma protège les hyperlipidémiques
Curcuma, Cynara scolymus
Certaines personnes diabétiques de type 2 souffrent aussi d’anomalies lipidiques telles que de l’hyperlipidémie qui se caractérise par un taux élevé de cholestérol et de triglycérides dans le sang. Une étude iranienne a observé les effets d’une supplémentation en curcuma sur 80 patients diabétiques de type 2 atteints d’hyperlipidémie. Ceuxci ont pris 100 mg de poudre de rhizome de curcuma par jour, pendant huit semaines, ou un placebo. Au final, ils ont perdu du poids de manière significative, améliorant ainsi leur IMC tandis que leurs taux de triglycérides et de cholestérol LDL dans le sang ont fortement diminué. Une supplémentation en curcuma pourrait donc être envisagée pour ces patients puisque celuici a amélioré leur profil lipidique et réduit leurs risques de développer une maladie cardiovasculaire en leur faisant perdre du poids. DansPhytotherapy research,avril 2019.
Savoirs & culture Le bouleau: chewinggum de l’homme de la Préhistoire Les premiers humains mâchaient déjà des chewinggums ; c’est ce que les chercheurs de l’université de Stockholm ont conclu après avoir fait une découverte surprenante. Sur un site archéologique suédois, ils ont trouvé du brai végétal extrait de l’écorce de bouleau, portant des traces de dents qui, selon les analyses ADN, remonteraient à plus de 10 000 ans. Cette gomme à mâcher préhistorique fabrication d’outils. Ces découvertes ressemble à une sorte de colle qu’Homo font suite à des fouilles archéologiques sapiens utilisait en Scandinavie pour la réalisées dans les années 1990.
6 Plantes&santé– n° 203 – juillet-août 2019
Agriculture Trop de normes pour la vente directe d’abricots
Selon la Confédération paysanne, la vente directe d’abricots du producteur au consommateur va devenir compliquée. En cause, une nouvelle norme, trop coûteuse pour être appliquée par les agriculteurs. Interfel, qui organise la filière a, en effet, décidé d’imposer aux producteurs voulant vendre leurs fruits sur des marchés ou dans des magasins de producteurs« les règles de calibrage et d’emballage actuellement en vigueur pour les détaillants ».Une norme qui implique« de s’équiper en matériel de calibrage coûteux et de sceller tous les abricots à confiture dans des emballages fermés »,entraînant« une augmentation du temps de travail, et des investissements supplémentaires inutiles »pour les producteurs, regrette la Confédération paysanne. Une décision qui pourrait fragiliser davantage la filière alors même que la concurrence avec l’Espagne et l’Italie est féroce.
Agriculture L’Anses interdit un fongicide
L’autorisation de mise sur le marché du fongicide époxiconazole a été retirée fin mai par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). Classé depuis 2013 dans la catégorie des cancérogènes possibles et suspecté d’être toxique pour la reproduction humaine, l’époxiconazole vient d’être interdit :« Ce produit présente un danger préoccupant pour l’homme en raison de son caractère de perturbateur endocrinien »a expliqué l’agence. Cette substance est utilisée sur environ la moitié des surfaces céréalières et 70% des champs de betterave.« D’ici à 12 mois, tous les produits à base de ce fongicide doivent avoir disparu du marché »a précisé l’Anses.
Plans de mils intercalés avecGuiera senegalensis Agroforesterie Le guiera booste la culture du mil en Afrique
Dans les zones arides et semiarides africaines, la dégradation et la baisse de la fertilité des terres est une préoccupation majeure pour les agriculteurs. Au Niger, au Burkina Faso mais aussi au Sénégal, de nombreuses expériences agronomiques sont menées depuis plus de dix ans sur le guiera (Guiera senegalensis), un petit buisson très résistant utilisé comme couvert végétal des plantations. Et tous les résultats s’accordent sur le fait que cette régénération naturelle permet d’augmenter le développement racinaire du mil, mais aussi son rendement en grains et en paille jusqu’à 900 %. La dernière étude en date, publiée dans la revue Environmental Science,a trouvé une explication à ce phénomène : les arbustes effectueraient une redistribution hydraulique. La nuit, le guiera cesse sa photosynthèse et les stomates – pores à la surface des feuilles qui servent aux échanges avec l’atmosphère – se ferment, tandis que ses racines continueraient de pomper de l’eau à 3 mètres de profondeur. Cette eau n’étant alors pas évaporée, elle servirait à irriguer les cultures voisines en humidifiant les terres alentour et en favorisant la vie microbienne. DansEnvironmental Science (éd. Frontiers),décembre 2018.
Environnement Des déboisements autorisés sans l’avis de l’ONF
Un projet de décret porté par le ministère de la Transition écologique et solidaire envisage de ne plus systématiquement consulter l’Office national des forêts pour les opérations de déboisement sur les sites gérés par les collectivités locales. Une idée justifiée par l’idée que« l’ONF n’est pas forcément compétente »pour ces forêts. Pourtant, depuis des années l’ONF propose
aux collectivités de les accompagner dans leurs politiques d’aménagement et de développement des territoires.« Dorénavant, pour décider d’autoriser ou non la transformation d’une forêt en zone commerciale, en lotissement ou en champ de blé, l’État se passera de notre avis »alerte le Syndicat national unifié des personnels des forêts et de l’espace naturel.
agenda
Balade découverte Grâce à l’office de tourisme du pays du Saulnois initiez-vous aux plantes sauvages comestibles au cours d’une balade avec Séverine Breuvart, naturopathe, herboriste et aromathérapeute. Les 6, 20 juillet et 24 août à Château-Salins (57). 03 87 01 16 26 Séjour endométriose Les naturopathes Amandine et Stéphanie proposent aux femmes atteintes d’endométriose un séjour sous le signe de l’entraide féminine : alimentation anti-inflammatoire, choix de plantes et huiles essentielles. Du 22 au 25 août à Saint-M'Hervé (35). www.ecolodge-labelleverte.fr ou 06 11 30 91 85 Cuisine vivante Martine Fallon, spécialiste de la cuisine énergétique, vous initie à la cuisine vivante. Du 6 au 9 août à Rolley (Belgique). www.martinefallon.com Botanique de terrain Observez les plantes sauvages du Massif du Dévoluy (Hautes-Alpes) avec Luc Bernard et les plantations alpines avec Christian Escriva.Les 13 et 14 juillet à Le Dévoluy (05). www.herbierdudevoluy.fr ou 04 93 60 39 63
« Les plantes de sorcières » Le Conservatoire national des plantes à parfum, médicinales, aromatiques et industrielles de Milly-la-Forêt propose des stages et des ateliers tout l’été. Notre coup de cœur : « Les plantes de sorcière ». Les 28 et 31 août à Milly-la-Forêt (91). www.cnpmai.net ou 01 64 98 83 77
n° 203 – juillet-août 2019 –Plantes&santé7
ACTUALITÉS
Artichaut, Cynara scolymus Enfants L’inuline préserve le microbiote
Dans le cadre d’une étude, 258 enfants âgés de 3 à 6 ans ont consommé 6 g d’inuline, fibres alimentaires de la famille des fructanes, pendant les cinq mois d’hiver : ils ont eu un véritable effet prébiotique. En effet, l’inuline a modulé la composition du microbiote intestinale des enfants, favorisant les « bonnes bactéries » de type bifidobactéries et ce, même lorsque les sujets avaient consommé des antibiotiques. Parmi les aliments riches en inuline, on trouve les racines de chicorée, de pissenlit et d’aunée, l’orge, le seigle, les artichauts, les asperges, les bananes, le topinambour ou encore les poireaux. DansBeneficial microbe, avril 2019.
Aménagement Nouvelle expertise pour le Center parcs de Roybon L’impact environnemental du projet Center Parcs à Roybon (Isère), en particulier les zones humides concernées, doit faire l’objet d’une nouvelle expertise. C’est ce qu’a demandé la Cour administrative d’appel de Lyon. Rappelons que deux jugements ont annulé le projet de Pierre & Vacances, suivis d’une décision du Conseil d’État demandant de tout remettre à plat, d’où cette expertise.
8 Plantes&santé– n° 203 – juillet-août 2019
Alimentation L’avocat a tout bon Manger 32 grammes d’avocat par jour réduit le risque de devenir obèse, selon une étude californienne portant sur 55 000 personnes, âgées de 56 ans en moyenne, suivies pendant onze ans. Un phénomène qui pourrait être expliqué par les découvertes d’une autre étude américaine, celleci menée sur des personnes en surpoids : riche en graisses et en fibres, l’avocat augmente le sentiment de satiété en agissant sur l’hormone peptide YY produite au cœur de l’intestin. DansNutrients,2019.
Nutrition La nourriture ultra-transformée fait des dégâts
La liste des méfaits d’une alimentation riche en produits ultra-transformés ne cesse de s’allonger. Une nouvelle étude sur ces aliments qui ont subi des procédés de transformation industrielle pointe un risque accru de développer une maladie cardio-vasculaire – notamment coronariennes et cérébrovasculaires. Des chercheurs français de l’Inserm, de l’Inra et de l’université Paris-13 ont suivi plus de 100 000 personnes ayant participé au programme NutriNet-Santé. Selon cette étude, augmenter de 10 % la part des produits industriels ultra-transformés dans son alimentation augmenterait de 12 % le risque de développer ces pathologies. Par ailleurs, une étude espagnole affirme qu’une consommation élevée, équivalente à plus de 4 portions par jour, est associée à un risque accru de mortalité de 62 % comparativement à ceux qui n’en mangent que 2 portions ou moins. Chaque portion journalière supplémentaire d’aliments ultra-transformés augmenterait le risque de mortalité de 18 %. Ces nouvelles études ne permettent pas de démontrer un lien direct de cause à effet, mais peuvent être rapprochées des précédentes études liant les plats hautement transformés à un risque accru d’obésité, d’hypertension artérielle, voire de cancers. DansBritish medical Journal, 29 mai 2019.
Culture de banane et cacao équitable sur une petite île colombienne.
Réglementation Cahier des charges renforcé pour le commerce équitable
Ça va mieux en l’écrivant dans la loi! Ainsi l’utilisation par les entreprises du terme « équitable » vient d’être précisée dans la loi relative à la croissance et à la transformation des entreprises. Selon Commerce équitable France (collectif des principaux acteurs du secteur) certaines marquessurfaitsur la tendance (le secteur du commerce équitable a réalisé en 2018 en France un chiffre d’affaires de 1,3 milliard d’euro en progression de 22%). Or l’approche du commerce équitable est complète et c’est d’ailleurs ce qui en fait son intérêt. L’article de la nouvelle loi, stipule donc que l’appellation « équitable » doit correspondre à des produits qui satisfont les six critères (déjà définis dans une loi de 2014). L’entreprise qui s’engage dans cette démarche doit identifier les coûts de production pour rémunérer « justement » les producteurs locaux, elle doit s’engager avec eux sur des contrats d’au moins trois ans, les produits doivent bénéficier d’une traçabilité et des actions de sensibilisation à cette approche doivent être menées. Gageons que cette précision permette à la filière de garder l’éthique qui a présidé à sa création.
Nutrition Le Soja: de nouveau sur la sellette Les aliments au soja sontils des perturbateurs pour les enfants et les femmes enceintes. endocriniens? C’est le soupçon qui pèse En réaction, le syndicat Sojaxa regroupant les sur ces aliments après des tests réalisés sur industriels du secteur se met à la disposition 55 produits par l’associationUFCQue Choisir.l’Anses. Leur expert, le docteur Jean de Les dosages en phytœstrogènes constatés Michel Lecerf précise que« Dans l’état des dépasseraient ainsi les recommandationsconnaissances, qualifier le soja de perturbateur de l’Anses, notamment pour les enfants.me semble inapproprié bien qu’il ait des effets Le magazine a saisi l’instance de sécuritéhormonaux ».Dans le doute, on ne consomme alimentaire et demande de rendre obligatoire pas plus d’un seul aliment au soja par jour. l’étiquetage des teneurs en phytœstrogènes Plus d’info surplantes-et-sante.fr et la mention de restriction de consommation
agenda
Cuisine sauvage L’association Unis vers nature vous propose de goûter de nouvelles saveurs sauvages. Vous apprendrez à cuisiner les plantes pour un repas complet Le 3 août à Montfleur (39). unisversnature.blogspot.com ou 06 60 08 93 10 Apiculture nature Formez-vous à l’apiculture ainsi qu’aux plantes sauvages mellifères afin de commencer votre propre activité apicole dans les meilleures conditions. Du 19 au 24 août à La Motte-du-Caire (04). www.sejour-nature-provence.com ou 04 92 68 42 72 Base de permaculture Découvrez les techniques de jardinage respectueuses du sol et du vivant utilisées en permaculture et imaginez votre futur jardin avec Grégory de La Pâture es Chêne. Plusieurs dates en juillet et en août à Hénon (22). www.lapatureeschenes.fr ou 06 83 88 39 60 Stage phytothérapie Voici un stage qui vous initiera à la reconnaissance des plantes, leurs usages et transformations (macération, teinture mère, hydrolat…) Du 18 au 20 juillet à Le Brusquet (04). aujardindeflore.net ou 06 07 09 03 19 Champs d’aromatiques, et de médicinales Apprenez à cultiver sans intrants chimiques les plantes médicinales, aromatiques et à parfums et à les soigner de façon naturelle. Le 20 juillet à La Grande Vienne (61). lecleve.alain@orange.fr ou 02 33 36 28 16. Notez la date! La prochaine Fête des Simples se tiendra les 28 et 29 septembre à Cornimont, au cœur du massif des Vosges. Organisée par le syndicat des Simples, elle réunira de nombreux producteurs de plantes médicinales venus de toute la France.
n° 203 – juillet-août 2019 –Plantes&santé9
ACTUALITÉS
Collybies à pied velouté,flammulina velutipes
Un an pour réduire mes déchets
Santé cognitive Manger des champignons pour moins de troubles cognitifs
Une étude singapourienne s’est intéressée aux bienfaits de la consommation de champignons sur la santé cognitive des plus de 60 ans. Résultats: manger deux portions de 150 grammes de champignons par semaine, ou plus, réduirait de moitié le risque de développer un trouble cognitif léger. Les personnes avaient consommé des pleurotes en forme d’huître, des collybies à pied velouté, des shiitakes, des champignons de Paris et des champignons secs ou en conserve. Les chercheurs pensent que n’importe quel champignon peut avoir cet effet protecteur grâce à un antioxydant, l’ergothionéine, présent dans presque tous les champignons. DansScience Daily,mars 2019.
Piquenique et restes bien conservés Pendant les belles journées d’été, nous prévoyons d’agréables pique-niques pour profiter de balades dans la nature. Pas question de gâcher ces moments précieux avec du plastique ou autre emballage jetable. La solution pour transporter son pain ou ses sandwichs: le beewrap! Il sert aussi au quotidien à conserver les restes et les fruits coupés.ParAdeline Gadenne e« beewrap »est pour certains adeptes Le geste du mois du mode de vie zéro déchet un must enlduite de cire d’abeille qui permet de for1.Découpez une pièce de tissu en3.Recouvrez le tissu de copeaux have : inventé par une Américaine en 2012, il s’agit d’une pièce de tissuFabriquer unbeewrap mer un couvercle ou un emballage imper formant un cercle ou un rectangle, ou de pastilles de cire d’abeille méable et surtout réutilisable. C’est une de préférence avec des ciseaux crantés (environ 30 g pour une petite pièce). excellente alternative au film plastique étipour que le tissu ne s’effiloche pas. 4.Enfournez à 100 °C pendant 3 min. rable et à l’aluminium. Il est très pratique 2.Déposez-la sur la plaque de votre four, 5.Si l’imprégnation du tissu n’est pas pour couvrir un plat de restes : on replie tapissée d’une feuille de papier sulfurisé homogène, remettez de la cire et facilement ses bords en appuyant légèrequi pourra resservir pour fabriquer enfournez pour quelques min encore. ment sur les côtés du bol ou de l’assiette.d’autresbeewraps. 6.Laissez sécher et durcir Lebeewrapsert aussi à emballer du fromage pendant 2 min sur la plaque à la découpe, des légumes entamés, une hors du four puis pendez demipomme ou un demicitron. Parfait lebeewrapsur une corde pour les piqueniques, il permet de trans à linge. porter le pain et les sandwichs. À essayerOn peut aussi Pour le fabriquer, on peut utiliser des utiliser de la cire végétale, chutes de tissu, à condition qu’elles soient la cire de carnauba, sécrétée en coton peu épais. On peut égalementpar les feuilles d’un palmier employer des restes de bougies si elles sontdu nord-est du Brésil. Cet ingrédient naturel rentre en pure cire d’abeille. Lebeewrapse lave aussi dans la composition avec un peu de savon, et à l’eau froide uni des rouges à lèvres, dont quement pour éviter que la cire d’abeille elle améliore la tenue fonde. S’il s’abîme, on peut recouper les et la résistance à la chaleur. bords ou bien le réimprégner en suivant le mode opératoire cicontre.
10 Plantes&santé– n° 203 – juillet-août 2019