Maison et Travaux du 23-11-2018

Maison et Travaux du 23-11-2018

-

Presse
116 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Informations

Publié par
Ajouté le 23 novembre 2018
Langue Français
Signaler un abus
DANS MA MAISON BIEN
Nos plus belles rénovations H O R S S É R I E
/A tp nr aè vs A12 PROJETS POUR S'INSPIRER ET SE LANCER
PIÈCE PAR PIÈCE Conseils d’archi Cuisineen béton ciré Suite parentalesous les toits Salon enmezzanine
AUTOMNE/HIVER 2018 – HORSSÉRIE LES PLUS BELLES RÉNOVATIONS
5,90 €
utomne / Hiver 2018 A
HS Maison & Travaux
NOUVEAU Horssérie réédition Collection #4
HORS-SÉRIE Campagne Décoration – 5,90 € M 05569 4H F:5,90E RD 3k?a@U^:V^=ZUPKGP@f";@IkH@:e
Spécial brocante 10 reportages pour s’inspirer
NOTRE AGENDA
& nos meilleures adresses
Actuellement en kiosque
LA CHRONIQUE
Par Céline Chahi Rédactrice en chef
CélineChahi@Maison&Travaux
@CelineChahi
INSPIREZVOUS sans modération !
ertaines maisons intriguent, attirent le regard. Une toiture ajourée, des ouvertures atypiques, des recoins cachés… Autant d’éléments C que l’on devine derrière une clôture ou un portail. On aurait envie de franchir la porte pour en voir plus… Cette envie, la rédaction de Maison&Travaux la concrétise dans ce numéro hors-série. Nous y avons réuni une sélection de reportages emblématiques. Nous vous ouvrons ainsi les portes d’une douzaine de maisons qui ont été rénovées totalement ou partiellement. En ville et à la campagne, petite et grande superficie, architecture moderne et traditionnelle, les projets que nous vous présentons sont très diversifiés mais ont tous un même point commun : le respect de l’existant.
Repérez, copiez, reproduisez, adaptez, transformez… Tout est permis ! Ce horssérie est fait pour ça, alors profitezen !
Studio Harcourt
maisontravaux.fr
Charpentes bois, tomettes anciennes, pièces de ferronnerie incrustées au bâti… Ces traces du passé apportent un vrai cachet aux lieux. Nous vous montrons ici comment les préserver et les conserver. Plus largement, nos visites guidées regorgent d’idées d’aménagements singuliers, de décorations originales mais aussi de mises en œuvre inédites de matériaux : inspirez-vous en sans modération !
 Bonne lecture et bons repérages
HOR SSÉRIE
3
HORSSÉRIE Sommaire
6 RÉNOVATION CONTEMPORAINE
12 UNE LONGÈRE MODERNISÉE
 612203042
4
Rénovationcontemporaine
Une longèremodernisée
Surélevéeface à la mer
Une cuverieaménagée en loft
Une maisondes années 30
30 UNE CUVERIE AMÉNAGÉE EN LOFT
5060
66 HOR SSÉRIE
Des écuries converties en maison de ville
Tradition et modernité,pour une imposante ferme basque
Réinterprétation contemporaine de la longère bretonne
maisontravaux.fr
708492
102
Demeurede Flandre
La meulièresublimée
Moissons d’idées pour une grange vendéenne
Cœur de pierre réchauffée de bois
maisontravaux.fr
70 DEMEURE DE FLANDRE
HOR SSÉRIE
84 LA MEULIÈRE SUBLIMÉE
92 MOISSON D’IDÉES POUR UNE GRANGE VENDÉENNE
102 CŒUR DE PIERRE RÉCHAUFFÉE DE BOIS
5
REPORTAGE
Rénovation contemporaine Accolée au bâtiment principal, cette extension en reprend les matériaux, la pierre et la tuile, pour les décliner dans un volume contemporain, singularisé par sa position légèrement déportée vers l’arrière et son jeu original de percement. Texte : Sophie Giagnoni  Photos : Antonio Duarte
6
HOR SSÉRIE
maisontravaux.fr
maisontravaux.fr
HOR SSÉRIE
7
REPORTAGE/Une extension en pierre
a cuisine était petite, sombre et ancienne. Et l’unique salle L de bains de la maison présen-tait au matin des embouteil-lages pénibles pour toute la famille. De là est née l’idée d’une exten-sion, confiée à David Dekeyser de l’Atelier 32 architectes. La première gageure était de déterminer l’emplacement de cette extension, sur un terrain certes vaste mais complexe, né de la réunion de deux par-celles accusant une différence de niveau ; l’une nue, l’autre clôturée par un mur de pierre renfermant l’habitation et plusieurs dépendances. Le parti de l’architecte a été de construire l’extension à la jonction de ces deux terrains, dans le prolonge-ment de l’habitation, en accentuant les ouvertures sur la parcelle nue et délais-sée. Il a ainsi renforcé les connexions et invité à mieux profiter de l’ensemble.
8
1
Reprise formelle L’extension reprend les matériaux mais aussi les proportions de la maison. Son volume est équivalent à une « tranche » du bâtiment. Accolée à celui-ci, elle ap-paraît néanmoins déportée vers l’arrière du terrain, ce qui les dissocie d’emblée l’une de l’autre, en soulignant toutefois leurs similitudes. Similitude de matériaux d’abord, l’extension ayant été maçon-née de manière traditionnelle en moel-lons de pierre, sa couverture réalisée enpetites tuiles plates. Similitude de volumes ensuite, comme décrit ci-dessus.
Volume épuré Si la forme et les matériaux sont tra-ditionnels, l ’architecte a néanmoins fait de leur mise en œuvre une relec-ture contemporaine. Cette dernière estnotamment passée par une suppression
HOR SSÉRIE
ou une intégration systématique de tous les éléments de construction qui au-raient pu brouiller la lecture du volume, àsavoir les gouttières, descentes d’eau pluviales, corniches, bavettes, trop-plein…Un ourlet de zinc couronne ainsi les murs et assure la liaison avec la tuile ou le claus-tra bois, rendant ainsi parfaitement lisible l’arrête supérieure du volume. Son aspectmassif a par ailleurs été allégé par la mise en œuvre de vastes baies en partie basse des façades, qui « contrarient » les descentes de charge, affinent les angles, vident ainsi le pied des murs.
Jeu de baies Loin du vocabulaire architectural tradi-tionnel, les baies ont été percées dansdifférentes tailles et disposées sans tra-hir la disposition intérieure des pièces et les différentes hauteurs de plancher.
maisontravaux.fr
maisontravaux.fr
HOR SSÉRIE
3
2
1.Avec ses percements nombreux et aléatoires, le pignon sud est pensé comme un moucharabieh qui fait oublier la notion de niveau et ajoute à la massivité du monolithe.
2. et 3.Traversante d’Est en Ouest, nichée dans une pente, la cuisine épouse les différences de niveaux entre les jardins arrière et avant, offrant d’un côté un accès de plain-pied, de l’autre une baie vitrée fixée à hauteur de son plan de travail. Les trois baies du pignon sud ouvrant sur la cuisine en structurent les aménagements intérieurs. L’une se cale dans un décrochement du plafond et définit la hauteur de la crédence, la deuxième arrête s’aligne au retour du meuble de cuisine, la troisième définit l’emplacement de la table de repas. Réalisés sur mesure, les meubles présentent des façades en chêne massif et un plan de travail en quartz noir.
9
REPORTAGE/Une extension en pierre
L’ampleur de ses ouvertures fait de l’extension une véritable 1 boîte à lumière
2
1.Ouvrant sur la chambre parentale, le sol de la salle de bains est tapissé en dalles de pierre de Bourgogne, ses murs d’une mosaïque de faïences. Le bloc central auquel s’adosse la douche à l’italienne abrite un placard dressing.
10
2.Le décrochement du plafond dans la cuisine se traduit dans la salle de bain par la création d’un socle qui intègre la baignoire, le complexe d’étanchéité de la terrasse, et le conduit d’évacuation de la hotte de cuisine. Ce socle est en complète continuité avec le sol de la terrasse, brouillant les frontières entre intérieur et extérieur.
HOR SSÉRIE
Ainsi le pignon sud apparaît-il comme une face homogène, dépourvue de notion d’échelle, qui confère un effet d’abstrac-tion au volume général. Alors que les fe-nêtres sont traditionnellement ébrasées à l’intérieur, les baies de l’extension le sont au contraire à l’extérieur, ceintes de fins encadrements de béton qui révèlent par contraste l’épaisseur des maçonneries traditionnelles. Si ses percements ap-paraissent aléatoires depuis l’extérieur, ils n’en remplissent pas moins une fonc-tion particulière à l’intérieur, en articulantet définissant les aménagements. L’une prend place par exemple dans un décro-chement du plafond. Une autre s’aligne au retour d’un meuble ou encore définit l’espace de la table à manger…
Aménagement intérieur Le rez-de-chaussée de l’extension abrite une nouvelle cuisine, qui se niche dans la différence de niveau du terrain naturel. Sa façade tournée vers l’est ouvre ainsi par une baie coulissante sur le jardin bas de la parcelle clôturée. La façade ouest présente une grande baie fixe, position-née au ras du jardin de la parcelle nue, qui se trouve être à la hauteur du plan de travail. L’étage supérieur est occupé par une salle de bains et une terrasse ceinte de murs et couverte d’un claustra en bois. Cette terrasse, véritable espace intérieur/ extérieur, est placée en parfaite continuité de la salle de bains, les seuils se trouvant minimisés par l’installation d’un socle qui intègre la baignoire avant de trouver un prolongement dans le sol de la terrassel
maisontravaux.fr
RÉNOVATION CONTEMPORAINELE MAKING OF
TROIS QUESTIONS À
DAVID DEKEYSER ARCHITECTE,Atelier 32 architectes
« Donner l’impression de faire voler les murs »
Avezvous été contraint par le PLU pour concevoir cette extension ? La commune nous a refusé un premier projet d’extension en bois, malgré un avis favorable du Parc naturel du Gâtinais. Les maires de villages ruraux se méfient de l’architecture moderne. Ils demandent des toitures à 2 pentes en tuiles et des matériaux de façade proches des maisons traditionnelles comme gage d’intégration. Ces règles peuvent bloquer des projets de qualité et permettre dans le même temps la construction des pavillons qui défigurent nombre de villages. Dans ce cadre rigide, nous avons cependant réussi à proposer une architecture contemporaine, respectueuse et de qualité. La modernité n’est pas une forme, c’est une intelligence.
PLAN DE L’EXTENSION  RDC
La cuisine occupe une large part de l’espace du rez-de-chaussé de l’extension. Comme ailleurs dans la maison, le choix s’est porté sur des meubles en bois blond.
maisontravaux.fr
Les murs sontils véritablement maçonnés de manière traditionnelle ? Ils ont seulement l’air d’être maçonnés de manière traditionnelle. Ils sont en béton coulé en place, avec une face extérieure en pierre. Ce dispositif nous a offert une grande liberté de percement et permis de masquer les linteaux de baies derrière les pierres. Grâce à cette mise en œuvre, nous avons pu donner cette impression de faire « voler » des murs massifs audessus du vide des grandes baies. Nous avons beaucoup travaillé sur l’opposition entre la grande finesse des cadres et la masse du volume en pierre. Un autre avantage de cette mise en œuvre est que, thermiquement, nous profitons pleinement de l’inertie des murs en pierre.
HOR SSÉRIE
ER 1 ÉTAGE
Comment avezvous ménagé la jonction entre l’extension et l’habitation ancienne ? Elles sont unies par un joint creux. Il a plusieurs avantages. Le premier est visuel : il décroche l’extension de la maison existante et accentue le sentiment de glissement de l’extension vers le jardin. Ensuite, du point de vue esthétique, ce dispositif masque dans une ombre marquée le raccordement entre les deux corps de bâtiment. Sans cela, l’angle entre deux murs en moellons aurait été irrégulier et lourd visuellement. Enfin, d’un point de vue technique, ce creux permet de placer en retrait les éléments techniques souvent inélégants comme les descentes d’eau ou les grilles de ventilation.
Dans la salle de bains, les propriétaires ont fait le choix de meubles en bois blond et d’une mosaique de faïences pour habiller les murs.
11