Auto Moto du 29-10-2018

Auto Moto du 29-10-2018

-

Presse
116 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Informations

Publié par
Ajouté le 29 octobre 2018
Signaler un abus
Mercedes Classe A 200
NOS MEILLEURS ESSAIS BMW R 1200 RS
106 PAGES POUR FAIRE LE BON CHOIX
M 01594 3’:HIKLPJ=YUZZUV:?k@a@i@r@f";
DS 7 Crossback
PEUGEOT 508
Jaguar EPace
Audi Q8
SÉCURITÉ CONFORT PERFORMANCES CONSO… BMW X2
Volkswagen Polo GTI
Citroën C3 Aircross
Renault Mégane R.S.
Volvo XC60
- RD E 5,50 F:
- 87H -
auto-moto.com
HORSSÉRIE
N° 87 AUTOMNE 2018FRANCE MÉTROPOLITAINE 5.50 € / AND : 5.50 € BEL : 6.40 € / CH : 10.00 CHF / DOM S : 6.40 € / LUX : 6.40 € /MAR : 74 MAD AUTO MOMATYO:7.N00°8/7POARTU. CTOONTM:N6.0E02/0T1O8MS:900 XPF / TUN : 5.00 TND.
Ford Focus
NOS MEILLEURS ESSAIS - SÉCURITÉ, CONFORT, PERFORMANCES, CONSO : 106 PAGES POUR FAIRE LE BON CHOIX
SÉMINAIRE & ÉVÈNEMENTIEL
VIVEZ DES MOMENTS UNIQUES
______
FONTAINEBLEAU — PARIS — MONT BLANC
RESERVATION AU +33 9 70 44 40 33 / CONTACT@ONEEXPERIENCE.FR
WWW.ONE-EXPERIENCE.FR
Auto Moto 8, rue Barthélémy Danjou, 92100 Boulogne-Billancourt Téléphone : 01 45 19 58 00
Directeur de la marque :Olivier Bonnet. Secrétaire générale de rédaction : Alice Rolland. Directrice artistique :Eliénor Lo Meo. Rédaction :Nicolas Briouze, Stanislas Larroumet, Laurent Pinel, Romain Vannier, Julien Jodry, Arthur Matal, Richard Burgan, Andy David, Marie Lizak. Maquette :Lionel Catteau. Iconographie/illustration :Julien Jodry. Photographes :Thomas Antoine, Fabrice Bolusset, Clément Choulot, Christophe Hunsicker/Ace Team. Ont participé à ce numéro : Maxime Fontanier, Alain Martino. Pour joindre la rédaction par courriel : initialeprénom+nom@auto-moto.com
Auto Motoest édité par RMP, SAS au capital de 37 000 €, siège social 16, rue du Dôme, 92100 Boulogne-Billancourt. RCS Nanterre 802 743 781.
Gérantdirecteur de la publication :Pascal Chevalier. Directeur général :Gautier Normand. Directeur des opérations presse : Germain Perinet. Directrice de diffusion :Dorothée Rourre. Ventes :Mercuri Presse. Marketing direct :François Poiraud. Fabrication :Bruno Matillat.Imprimé parRoto France Impression 25, rue de la Maison Rouge 77185 LOGNES. Origine du papier : Suède ; taux de fibres recyclées : 0 % ; certification : PEFC ; eutrophisation : 0,01 kg/t. N° de commission paritaire : 0119 K 84118. ISSN : 1969-9980. Dépôt légal : novembre 2014.© RMP 2014. RMP est une filiale de Reworld Media. Présidentdirecteur général :Pascal Chevalier.
Publicité :Reworld Media Factory 01 45 19 58 00 Directrice générale adjointe :Cécile Béziat cbeziat@reworldmediafactory.fr Directrice commerciale grands comptes :Laurence Gaboury lgaboury@reworldmediafactory.fr Directeur commercial :Franck Graisset fgraisset@reworldmediafactory.fr Directeur de la publicité :Charles Antonietti cantonietti@reworldmediafactory.fr Directrice de clientèle :Safaa Merzaq smerzaq@reworldmediafactory.fr Chef de publicité :Maud Marceau mmarceau@reworldmediafactory.fr Administration des ventes :Marion Doineau mdoineau@reworldmedia factory.fr 01 45 19 58 69
Relation abonnés : gérez vos abonnements, abonnez-vous ou posez vos questions Par Internet : www.automotoabo.com Par courriel : abo.automoto@ediis.fr Par téléphone : France 02 77 63 11 01, étranger 00 33 2 77 63 11 01 Du lundi au vendredi de 8 h 30 à 19 h Suisse 022 038 08 08 Par courrier : Auto Moto Abonnements, 60643 Chantilly Cedex Tarif standard (10 numéros dont un double) : 31 €
[moteur!] Essai transformé
érîtable pîlîer d’Auto Moto, l’essaî faît appel à toute l’expertîse du journalîste. Cette prîse de parole assumée ore un regard totalement subjectîf sur un modèle. Il se peut qu’entre essayeurs, l’apprécîatîon portée sur un même engîn V soît dîérente. Ce numéro “Spécîal Essaîs” propose donc un regard supplémen-taîre pour compléter l’avîs du premîer testeur. Dans son analyse, l’auteur sou-haîte, avant tout, retranscrîre une sensatîon de conduîte et dîérentes împressîons, qu’elles soîent posîtîves ou négatîves. L’objectîf étant d’orîr un premîer avîs sur le modèle essayé. La seconde étape consîstera à prendre vous-même le volant dudît véhîcule. S’îl correspond à vos besoîns, votre budget et vos envîes, l’essaî sera alors transformé. Car la bonne nouvelle, c’est qu’au-delà de l’aspect purement pratîque, l’automobîle et la moto sollîcîtent toujours nos émotîons. Ce hors-sérîe sélectîonne donc les essaîs les plus marquants de ces dernîers moîs.OLIVIER BONNET DIRECTEUR DE LA MARQUE
[AutoMenu]
NOS MEILLEURS ESSAIS  4Alpîne A110  8Aston Martîn DBS Superleggera  12Audî A6  16Audî Q8  22Bentley Contînental GT  26BMW X2  30Duel Cîtroën C3 AîrcrossvsDacîa Duster 38Match DS 7 CrossbackvsJaguar E-Pace vsVolvo XC60 48Ford Focus 52Jaguar I-Pace 56Mercedes Classe A 200 62Mercedes CLS 66Duel Peugeot 308 GTîvsHyundaî î30 N 74Duel Peugeot 508vsRenault Talîsman 82McLaren 720SvsPorsche 911 GT2 RS 90Renault Mégane RS
94BIENVENUE CHEZ LES GTI
4ALPINE A110
94Match Volkswagen Up! GTIvsVolkswagen Polo GTI vsVolkswagen Golf GTI 104Volvo XC40 108BMW R 1200 RS 110Kawasakî Z650 112Yamaha MT07 114Honda Gold Wîng
ABONNEMENTRetrouvez nos offres en pages 37 et 47 Et profitez des avantages et cadeaux proposés par votre magazineAuto Moto
RETROUVEZNOUS SURauto-moto.com
AUTO MOTO HS OCTOBRE 20183
[à l’essai] PASSION
ALPINE A110252 ch,58 500 Dieppe impact
C’est la bonne résurrection de cette année. Après plus de quarante ans d’absence, la berlinette normande renaît… Et ça valait vraiment la peine d’attendre.
4AUTO MOTO FÉVRIER 2017
CE QU’EN PENSE
l est vrai que le renouveau de la marque I dieppoise est une vraie réussite. Difcile de trouver des défauts à ce coupé. En étant très pointilleux, certains amateurs de conduite à l’ancienne peuvent regretter l’absence de boîte mécanique. On imaginerait bien une commande docile et rapide, à la manière de celle d’une Porsche 911. Enn, poussé à la limite, le châssis de l’A110 peut parfois avoir des réactions surprenantes. Mais avant d’en arriver là…
AUTO MOTO HS OCTOBRE 20185
à l’essai] [ PASSION
1
ous l’îgnorîez sans doute, maîs le danVs une petîte vîlle de Normandîe. À Père Noël n’habîte plus la Laponîe. Depuîs cet hîver, îl a élu domîcîle Dîeppe, plus précîsément, où l’on fabrîque le jouet que tous les grands enfants vont s’arracher : l’Alpîne A110. Proportîonnelle à l’attente, la déceptîon rîsquaît pourtant d’être grande, cînq ans après l’annonce de la renaîssance de la marque. Maîs quelques mînutes seulement après avoîr faît connaîssance, je me surprends déjà à dévaler le cîrcuît provençal du Grand Sam-buc, à son volant, comme sî nous étîons famîlîers. Et ce ne sont pas les tempéra-tures glacîales de ce moîs de décembre, nî le “gras-mouîllé” de ce tracé glîssant quî refroîdîssent le clîmat de la rencontre, bîen au contraîre. Contre-braquant d’un demî-tour de cerceau dans un sens, puîs de l’autre dans le vîrage suîvant, toujours pîed
6AUTO MOTO HS OCTOBRE 2018
2 3
au plancher, je ne parvîens pas à réprîmer quelques gloussements îdîots. Chaque chîcane donne l’occasîon de découvrîr la trajectoîre sous un angle dîérent, par les vîtres latérales notamment. À la dîérence de celuî de son îllustre aeule, née en 1962, le moteur de l’A110 n’est plus înstallé en porte-à-faux arrîère, maîs avancé en posîtîon centrale. De faît, la sportîve normande se On aime contente d’une répartîtîon Comportement vivantdes masses împarfaîte (44/56). Maîs l’équîlîbre de cette pro-Polyvalence pulsîon de 1 103 kg se contrôle Brio moteur/ aussî înstînctîvement que celuî boîte de vitesses de son propre corps, même On aime moinsaprès avoîr dépassé les lîmîtes des Mîchelîn Pîlot Sport 4. La Détails de finition moîndre oscîllatîon du volant, Direction un peu le plus subtîl soulagement de trop filtrante l’accélérateur, la plus petîte
caresse de la pédale de freîn… la font réagîr ; la rîgîdîté de sa coque alumînîum collée-rîvetée et la précîsîon de ses traîns à double trîangulatîon se chargeant de la maîntenîr sur le bon cap, avec une încroyable progressîvîté. Certes, la nou-velle Alpîne ne se hîsse pas à la hauteur d’une Porsche 718 Cayman en matîère d’eicacîté, maîs elle s’approche de très près d’une… 911 par ses réactîons extrê-mement prévîsîbles. Il y a pîre référence. Seule la dîrectîon, assîstée électrîque-ment, manque de lîmpîdîté, sa consîs-tance n’évoluant pas suisamment au gré des changements d’adhérence. Le moteur apporte également sa pîerre à l’édîfice. L’înertîe du bloc 1.8 turbo à înjectîon dîrecte restant mînîme, malgré la suralîmentatîon, îl permet un parfaît dosage des gaz en sortîe de courbe. Au poînt que l’ESP, déconnectable, apparaït
4
presque futîle. La béquîlle électronîque brîlle, néanmoîns, par sa permîssîvîté, îdéalement calîbrée après avoîr engagé, viaun petît bouton rouge logé sur le volant, le mode de conduîte Track, le plus radîcal des trois, influant sur l’assis-tance de direction et la réponse moteur, entre autres. C’est aussi dans ce cas que la boîte robotisée à double embrayage 7 rapports, imposée pour des raisons d’encombrement réduit, ache la plus grande rapidité, voire une once de vio-lence bienvenue. À défaut de temps mort, la transmission Getrag engendre un franc claquement métallique des échappements à chacune de ses interventions pour souligner la hargne du 4-cylindres. Sa puissance relative (252 ch, 320 Nm) n’altère en rien le plai-sir éprouvé à l’accélération. Cette stricte deux-places permet, qui plus est, d’aller
1Cinq ans après sa renaissance, l’Alpine A110 fait le bonheur des grands enfants. 2Sur le volant, le petit bouton rouge permet de sélec tionner le mode de conduite Track, pour de plus fortes sen sations.3La petite bombe normande ne se déguste qu’à deux, confortablement installés dans des sièges baquets cuir Alcantara.4Quel que soit le revête ment, l’A110 s’adapte, avec bonheur.
loin, au besoin, grâce à la qualité de sa suspension, ferme, mais au débattement susant pour s’adapter à tout type de revêtement : du billard d’un circuit au bitume fripé de l’arrière-pays provençal. Seuls quelques détails de présentation et de finition, comme certains plastiques disgracieux ou le graphisme dépassé du système de navigation, nuisent à l’aura de cette Grand Tourisme à la française.PAR R. VANNIER, PHOTOS D. MEUNIER, DR
NOTRE VERDICT
Franchement réussie, l’A110 concré tise le retour d’Alpine sur le devant de la scène. Dommage qu’il soit trop tard pour écrire au Père Noël…
ALPINE A110 Données constructeur
Acheter PREMIÈRE ÉDITION Version essayée : 58 500 € Conso moyenne constructeur/ durant l’essai (l/100 km) nc CO2(g)/malus 138/860€ Puissance fiscale 15 CV Pays de fabrication France Conduire Moteur : transversal, central arrière, 4-cylindres turbo, injection directe, 16 soupapes, stop & 3 start, 1 798 cm . Transmission : robotisée double embrayage 7 rapports, propulsion Puissance (ch à tr/min) 252 à 6 000 Couple (Nm à tr/min) 320 à 2 000 Poids (kg) 1 103 Long.xlarg.xhaut. (m) 4,18x1,80x1,25 Empattement (m) 2,42 Réservoir (l) 45 Vitesse maxi (km/h) 250 0 à 100 km/h (s) 4,5 Pneus de série AV-AR 205/40 R18- 235/40 R18 Pneus de l’essai : Michelin Pilot Sport 4 Vivre Largeur coudes AV (cm) 152 Coffre AV/AR (l) 100/96 Principales concurrentes Porsche 718 Cayman,à partir de 55 040 € Audi TT S,à partir de 59 560 € Alfa Romeo 4C,à partir de 63 200 €
AUTO MOTO HS OCTOBRE 20187
[à l’essai] PASSION
ASTON MARTIN DBS SUPERLEGGERA725 ch,277 306
C’est du lourd ! En dépit d’un patronyme empreint de légèreté, le nouveau fleuron de Gaydon s’annonce comme l’un des poids lourds de la catégorie des super GT. Au propre, comme au figuré…
8AUTO MOTO SEPTEMBRE 2018
n toute humilité, Aston Martin Erieuses rivales de la Ferrari 812 Super-prétend que sa DBS Superleggera s’impose comme l’une des plus fast. Rien que ça ! D’après leur appella-tion respective, cette extrapolation de la DB11 opposerait à la “super rapide” GT italienne, un poids contenu par l’utilisa-tion d’une construction allégée. Comme le Port-Salut, c’est écrit dessus. Les premiers instants à son volant créent pourtant une confusion pro-fonde. Le nouveau fleuron de la firme
CE QU’EN PENSE
Esthétiquement très réussie, l’Aston Martin DBS Superleggera afche une silhouette agressive et élégante à la fois. Tout en conservant les codes de la marque, elle s’offre quelques retouches esthétiques, qui lui confèrent un supplément bienvenu de modernité. Le travail des designers mérite d’être ici souligné, cette Aston étant l’une des automobiles les plus désirables du marché.
britannique ne serait-il pas encore plus puissant que la référence transalpine ? D’ailleurs, d’un point de vue purement linguistique, à l’instar d’une Ferrari Superleggera, une Aston Martin Super-fast ne serait-elle pas plus cohérente ? Sans avoir lu la fiche technique, bien malin qui pourrait prétendre que le coupé de Gaydon rend la bagatelle de 75 ch à celui de Maranello, et qu’il s’incline d’une demi-seconde au 0 à 100 km/h (3”4 contre 2”9). Cette froide théorie des chiffres s’évanouit en
eet dès 2 500 tr/min, régime auquel le V12 5.2 made in England assène un méchant coup de pied aux fesses. Et ce n’est que le premier, un second, à peine moins rude, intervenant aux alentours des 5 000 tr/min. Déjà bien flou, le décor s’emballe encore davan-tage à travers les vitres latérales. Le palpitant aussi. Quoiqu’un léger sif-flement émerge, le timbre des deux doubles sorties de l’échappement inox s’éclaircit, pour passer du rauque au mélodieux, et accompagne crescendo
AUTO MOTO HS OCTOBRE 20189
[ à l’essai] PASSION
1D’appoint uniquement, les deux places arrière ont néanmoins le mérite d’exister. 2Les freins Brembo, à disques carbone céramique, offrent un mordant rassurant. 3L’habitacle exhale un parfum typiquementBritish, à défaut d’être exclusif.
unepoussée hallucinante. Son emprise ne s’estompe qu’à l’entrée de la zone rouge, à 7 000 tr/min. En jetant un œil au compteur, il y a de quoi s’aoler autant que luî.Dans un genre dîérent de celuî du V12 atmosphérîque Ferrarî, celuî de la DBS, doublement turbocompressé, împressîonne donc tout autant par sa force. Juste contenue, la vîolence de cette mécanîque émane d’un couple monumental. Grâce, notamment, à une pressîon de suralîmentatîon relevée de 1.7 à 2.0 bars, nécessîtant l’adoptîon d’un radîateur supplémentaîre derrîère la calandre béante, les 725 ch s’accom-pagnent de 900 Nm, dîsponîbles de 1800 à 5 000 tr/mîn. Comme sî cette débauche d’énergîe ne suisaît pas, la réponse à la pédale d’accélérateur paraït un brîn exagérée
10AUTO MOTO HS OCTOBRE 2018
1 2
à la moîndre sollîcîtatîon, y comprîs dans le plus modéré des troîs modes de conduîte, GT, Sport et Sport+. À moîns que ce manque occasîonnel de fluîdîté ne provîenne des quelques hésîtatîons de la boïte de vîtesses automatîque à 8 rap-ports. De surprenants atermoîements, qu’îl est toujours possîble d’évîter, en repre-nant la maînviales îmmenses palettes solîdaîres de la colonne de dîrectîon, hérîtées de la récente Vantage. On aime D’un rapport final de démul-V12 biturbo inépuisabletîplîcatîon réduît par rapport à celuî définî sur la DB11, pour Freinage rassurant favorîser ces accélératîons dan-Caractère de la ligne tesques, la transmîssîon d’orî-On aime moins gîne ZF demeure împlantée au Poids élevénîveau de l’essîeu arrîère, au bénéfice de la répartîtîon des Amortissement perfectible masses (51 %/49 %). Aussî équî-Agilité quelconque lîbrée soît-elle, cette Aston
s’avère, hélas, loîn d’être “superlégère” et accuse près de 1 700 kg… à sec ! Bîen que la plate-forme modulaîre en alumînîum de la marque soît, îcî, en grande partîe recou-verte d’éléments en carbone (capot, toît, hayon), seuls 72 kg séparent ce bîjou de la Couronne de sa plus sage sœur, dont elle dérîve. L’évolutîon du comportement, plus progressîf, apparaït toutefoîs notable. Le traîn avant à trîangles superposés dévoîle un guîdage plus précîs, au tra-vers d’une dîrectîon plus pesante, tandîs que l’arrîère se laîsse moîns déborder par l’înépuîsable cavalerîe. Sîgnés Brembo, les freîns à dîsques carbone céramîque orent également un mordant rassurant, grâce à l’emploî de plaquettes à la gar-nîture spécîfique. Maîs le poîds de ce mîssîle luî porte fatalement ombrage. Sous l’effet de
3
l’embonpoint, la suspension pilotée, spé-cifique, peine à freiner les mouvements de caisse sans verser dans la fermeté excessive, notamment au détriment de la motricité sur chaussée mal revêtue. Malgré les trois lois d’amortissement proposées, le système ne donne jamais entièrement satisfaction. Plus qu’à l’ecacité, ces kilos en trop nuisent à l’agilité. À la diérence des propulsions les plus sophistiquées, comme la 812 Superfast, s’équipant de roues arrière directrices en plus d’un dif-férentiel électronique, cette super GT se contente d’un autobloquant mécanique. Cette relative simplicité technique oblige ainsi à décomposer freinage, mise en appui et réaccélération dans les succes-sions de virages serrés. Cela dit, prendre (un peu plus) son temps est aussi l’un des meilleurs
moyens de prolonger le voyage à bord de l’une des sportives les plus charis-matiques du moment. Dommage, néan-moins, que l’habitacle ne dégage pas le parfum d’exclusivité suggéré par la sculpturale carrosserie. Le mobilier fait appel à des matériaux nobles et soigneu-sement assemblés. Il serait également malvenu de s’ousquer de la présence de commandes d’origine Mercedes. Mais les diérences de présentation avec une DB11 s’avèrent bien trop infimes pour que le sentiment de ranement soit en rap-port avec le statut de la DBS, au sommet de la gamme Aston Martin. En contre-partie, le dernier joyau du Royaume fait preuve d’une certaine générosité, puisqu’à ce niveau de puissance, rares sont ses rivales à conserver deux places arrière d’appoint.PAR R. VANNIER, PHOTOS DR
ASTON MARTIN DBS
Acheter SUPERLEGGERA Version essayée : 277 306 € À partir de 277 306 €
Conso moyenne constructeur/ durant l’essai (l/100 km) 12,3/17,4 CO2500 €(g)/malus 285/10 Puissance fiscale nc CV Pays de fabrication Royaume-Uni Conduire Moteur : avant, longitudinal, V12 biturbo, injection indirecte, distribution variable, 3 48 soupapes, stop & start, 5 204 cm , distribution par chaîne. Transmission : propulsion, automatique 8 rapports Puissance (ch à tr/min) 725 à 6 500 Couple (Nm à tr/min) 900 à 1 800 Poids (kg) 1 963 Long.xlarg.xhaut. (m) 4,71x1,97x1,28 Empattement (m) 2,81 Réservoir (l) 78 Vitesse maxi (km/h) 340 0 à 100 km/h (s) 3,4 Pneus de série AV-AR 265/35 R21- 305/30 R21 Pneus de l’essai : Pirelli P Zero Vivre Coffre à 4 (l) 270
OPTIONS CONSEILLÉES Système audio Bang & Olufsen nc € Sièges AV ventilés nc € Échappement titane nc € Principales concurrentes Ferrari 812 Superfast,à partir de 295 948 € Mercedes S 65 AMG S Coupé,à partir de 255 000 € Corvette C7 Z06,à partir de 121 750 €
NOTRE VERDICT Même si l’appellation Superleggera paraît quelque peu usurpée, la DBS se révèle bien plus affûtée qu’une DB11, avec laquelle elle partage sa base technique.
AUTO MOTO HS OCTOBRE 201811