Essentiel Prépa Hors Série 7 - décembre 2019
31 pages
Français

Essentiel Prépa Hors Série 7 - décembre 2019

-

YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
31 pages
Français
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Description

Essentiel Prépa Hors Série 7 - décembre 2019

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 décembre 2019
Langue Français
Poids de l'ouvrage 26 Mo

Exrait

DÉCEMBRE 2019|HORS-SÉRIE N°7
PRÉPAS ÉCONOMIQUES ET COMMERCIALES RETROSPECTIVE DOSSIER Ce qu’îl aut retenîr de l’actualîté Des écoles de management des écoles en 2019 quî înnovent
DIRECTEUR/TRICE DE L’ANNÉE Delphîne Manceau « Nous avons renforcé l’enseîgnement des humanîtés »
REPÈRES Sîgem 2019 : le bîlan
L’ESSENTIEL DU SUP
PRÉPAS
LES BUSINESS SCHOOLS FRANÇAISES CHAMPIONNES D’EUROPE
Après cînq années de domînatîon de la London busîness school, HEC Parîs retrouve sa couronne de meîlleure busîness school européenne dans leclassement du Fînancîal Tîmes. Une consécratîon quî marque la justesse du modèle de la busîness school à la rançaîse. Pourtant largement remîs en cause…
ÉDITO + SOMMAIRE
Des écoles de management quî s’împosent…Après e ancement de son master en 2013 a busîness schoo ondonîenne s’étaît emparée du trône que HEC Parîs uî ravît cette année grâce à sa premîère pace dans e cassement des E-MBA. Derrîère ee es busîness schoos rançaîses progressent argement. Après être remontée ème ème en 2018 de a 23 à a 8 pace (suîte à son entrée dans es cassements des MBA après des années d’absence), ’Essec progresse encore d’une pace. ème Les pus bees progressîons sont à mettre au crédît d’Audencîa (40 avec sîx paces ème de gagnées en un an et même neu sur sa moyenne sur troîs ans), Skema (49 avec huît paces de gagnées) et surtout La Rochee Busîness schoo quî gagne pas ème moîns de 14 paces pour atteîndre a 79 . Au tota avec 26 écoes cassées – ’ESC ème Cermont aît son entrée à a 95 pace - a France reste e prîncîpa pays cassé devant e Royaume-Unî (21) et ’Aemagne (9). … maîs sont en pleîn questîonnement sur leur modèle.C’est tout e paradoxe du modèe de a busîness schoo à a rançaîse : être à a oîs encensées en France et dans e monde et peu soutenues en France. En queques années e gouvernement aura aînsî successîvement coupé es financements des chambres de commerce et d’îndustrîe quî sont a tutee des meîeures d’entre ees, réduît a part de a taxe d’apprentîssage que peuvent uî afecter îbrement es entreprîses et enfin remîs en cause e onctîonnement même de ’apprentîssage. Sans parer des dangers que aît paner sur eurs ondatîons a baîsse du taux de déductîbîîté des dons des entreprîses. Dans ce contexte es busîness schoos rançaîses se partagent entre dîférents modèes. emyon BS a adopté en 2019 un tout nouveau modèe économîque avec notamment ’arrîvée d’actîonnaîres prîvés. La Chambre de commerce et d’îndustrîe Parîs Ie-de-France travaîe quant à ee à a créatîon a constîtutîon d’une hodîng quî devraît voîr e jour au premîer trîmestre 2020. Ee seraît notamment chargée de gérer ses nombreuses écoes et au premîer che ses deux « bîjoux » que sont HEC et ESCP. Toujours assocîatîve quand ses deux consœurs sont des EESC (étabîssements d’enseîgnement supérîeur consuaîres), ’Essec resteraît en dehors. Autre poînt de vue du côté de Skema quî consîdère que e statut assocîatî reste e pus avantageux pour es écoes aujourd’huî. Des busîness modes se déveoppent, pas un seu quî s’împoseraît à tous.
Olivier Rollot, rédacteur en chef
ORollot
2
Sommaîre
RÉTROSPECTIVE
34681113
HORS-SÉRIEN°7
• De nouvelles têtes • De nouvelles communications • Internationales : must be ! • De nouveaux campus • De nouveaux programmes Grandes écoles • Des business models qui se réinventent
ENTRETIEN
15Delphine Manceau, • Directrice générale de NEOMA BS
DOSSIER
18 • Des écoles qui innovent 26 • Sigem 2019 : les hiérarchies évoluent
« L’Essentiel du sup »est une pubîcatîon du groupe HEADway Advîsory, SAS au capîta de 30000 €, RCS 53298990200046 Parîs, CPPAP 0920W93756, 33, rue d’Amsterdam, 75008 Parîs. Directeur de la publication:Sébastîen Vîvîer-Lîrîmont. Rédacteur en chef :Oîvîer Root (o.root@headway-advîsory.com). Responsable commerciale :Fanny Boe du Chomont (.boeduchomont@headway-advîsory.com). Création graphique et mise en pages:Éîse Godmuse / oo.édîtîons Photo de couverture: Neoma BS
L’ESSENTIEL DU SUP
PRÉPAS
RÉTROSPECTIVE 2019
De nouvelles têtes
Six écoles de management post prépas ont changé de directeur en 2019. Un chifre habituel puisqu’elles étaient également six à le Faire en 2018 et 2016 et jusqu’à huit en 2017.
TAWHID CHTIOUI,41 ans, jusqu’ici di-recteur général d’emlyon Africa, a succé-dé en avril 2019 àBernard Belletanteau poste de président du directoire et Dean de emlyon BS. Tawhid Chtioui a rejoint emlyon business school en septembre 2016 après avoir présidé aux destinées de l’ICD (septembre 2014 à octobre 2016), été directeur national de l’Iseg BS, direc-teur exécutif de l’ISG, directeur délégué du programme Grande école et des MSc de l’Edhec et directeur des mastères spé-cialisés de Reims BS. Titulaire d’un doc-torat en sciences de gestion de l’universi-té de Paris-Dauphine et du « Leadership Development Program in Higher Educa-tion » de la Harvard Graduate School of Education, il est professeur de manage-ment de la performance.
STÉPHANIE LAVIGNE,44 ans, a été nom-mée directrice générale de TBS en oc-tobre 2019. Elle en était directrice gé-nérale adjointe depuis un an et succède à François Bonvalet. Arrivée en 2003 à TBS en tant que professeur de straté-gie, Stéphanie Lavigne a été doyen de la faculté de septembre 2014 à décembre 2018. Elle est diplômée d’un doctorat de sciences économiques qu’elle a obtenu en 2002 à l’Université Toulouse 1 Ca-pitole. Elle démarre sa carrière d’ensei-gnant- chercheur à l’Université de Tou-louse, puis à Science Po Toulouse, avant de rejoindre TBS.
BRUNO DUCASSE,49 ans, a été nom-mé directeur général de Montpellier Bu-siness School en mai 2019. Il succède à Didier Jourdan. Lui-même diplômé du programme Grande Ecole de Montpellier Business School (promotion 1993) Bru-no Ducasse était directeur général de la chambre de commerce et d’industrie de l’Hérault depuis 7 ans, après en avoir été le directeur înancier. Il a « suivi de près la gestion et le fonctionnement de l’école et a piloté son autonomisation en associa-tion în 2012 » et participe aux réunions de la gouvernance de MBS depuis plu-sieurs années.
JOSÉ MILANO,51 ans, a été nommé di-recteur général délégué, en charge des opérations, du groupe INSEEC U., un poste nouvellement créé aux côtés de la présidente, Catherine Lespine. Il aura l’ensemble des écoles et des programmes sous sa responsabilité directe. Soit 16 écoles rassemblant 28 000 étudiants. Di-recteur depuis juillet 2017 de Kedge BS après en avoir été nommé directeur gé-néral adjoint en charge du développement corporate et de l’international en janvier 2016, José Milano a quitté début octobre la direction de Kedge BS.
3
HORS-SÉRIEN°7
JEANCHRISTOPHE HAUGUEL,49 ans, a été nommé directeur de l’ISC Paris en septembre 2019. Directeur général ad-joint de l’EM Normandie depuis 2008, président du SIGEM depuis 2015, il suc-cède à Henry Buzy-Cazaux. Jean-Chris-tophe Hauguel est titulaire d’un doctorat en économie de l’université de Rouen après un master recherche (DEA) obte-nu à Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il est également titulaire d’un certiîcat de la Harvard Graduate School of Education in « Management & Leadership in Edu-cation ». Après différents postes d’ensei-gnants chercheurs à l’université et dans des Grandes Écoles de management et d’ingénieurs, Jean-Christophe Hauguel avait rejoint l’EM Normandie en 2005 en tant que professeur d’économie.
ELIAN PILVIN,45 ans, a été intronisé pour succéder àJean-Guy Bernardà la tête de l’EM Normandie. Sa nomination inter-vient six ans après son entrée dans l’école comme directeur marketing et relations entreprises avant d’évoluer vers le poste de directeur des opérations et du déve-loppement de l’école en 2015. Lui-même diplômé de l’EM Normandie (1996), il en présidait le réseau des anciens depuis 2008. Egalement diplômé de l’Executive MBA d’HEC, Elian Pilvin a auparavant été chef d’entreprise.
L’ESSENTIEL DU SUP
PRÉPAS
RÉTROSPECTIVE 2019
De nouvelles communications
Pas de nouveau nom de groupe cette année mais 2019 a encore été l’occasion pour les business schools de remettre à plat leur communication pour être toujours plus visibles.
Pour ses 200 ans ESCP Europe redevîent ESCP Plus question de redévelopper le sigle : « ESCP means ESCP » proclame son di-recteur général, Frank Bournois, devant les 800 alumni et invités réunis le 26 no-vembre à l’Atelier des Lumières pour fê-ter les 200 ans de la plus ancienne des business schools dans le monde. «Nous formons les managers de demain de-puis 200 ans», rappelle encore le direc-teur sous les yeux du président de l’école et des Galeries Lafayette, Philippe Hou-zé, qui a beaucoup œuvré pour ce retour aux sources de l’école à laquelle est désor-mais accolée la mention « business school » à l’instar d’HEC. Conçue avec l’agence TBWA une nouvelle campagne de com-munication de l’école, « The Choice », a été lancée.
« Be passîonate. Shape the uture » s’enflamme Neoma
« Être passionné. Construire l’avenir », c’est l’ambition de la toute nouvelle signa-ture de Neoma BS. «Nous ne voulions pas parler directement de « passion », un terme qui renvoie à d’autres univers de marque, mais signiîer que nous for-mions des étudiant passionnés pour tra-vailler chez des passionnés», explique Benoît Anger, directeur général adjoint
communication et business développe-ment de Neoma BS en évoquant la nou-velle signature de sa maison. La mention « shape the future » marque elle marque la «volonté de former des jeunes qui ne font pas que subir mais construisent leur futur». Tout ce travail a été accompagné d’un relooking du logo. «Quand il a été lancé la marque n’était pas connue et il fallait insister sur le no-tion de « business school ». Aujourd’hui Neoma est bien installée et nous avons pu minorer cette notion dans la typographie en mettant plus l’accent sur la marque», explique Benoît Anger. Dans ce nouveau contexte les hémisphères à gauche et à droite vont prendre de plus en plus d’im-portance et servir de signature pour toute la campagne de communication qui dé-marre début 2020 dans le monde entier.
Toulouse BS devîent TBS
Nouveau logo, nouveau nom - Toulouse Business School est ofîciellement re-nommée TBS - , nouvelle signature, la réexion engagée sur l’identité de TBS a permis en 2019 de « redéînir les axes forts de sa promesse » : la qualité de l’ex-périence étudiante, l’excellence acadé-mique, l’ouverture internationale, la RSE (responsabilité sociale des entreprises) et une expertise pointue sur des secteurs d’avenir (l’aérospatial, l’intelligence ar-tiîcielle et l’analyse de données) en sont maintenant les piliers afîrmés. TBS se dote également d’une nouvelle baseline (« Inspiring Education, Inspiring Life ») et d’un nouveau logo recentré sur l’acro-nyme « TBS » qui accompagne la tran-sition vers le nouveau naming tout en « conservant les marqueurs historiques de l’école » : un point central, le triptyque de couleurs noir, corail et blanc et la lo-cution « Business school » rappelant son domaine d’activité.
4
HORS-SÉRIEN°7
EM Strasbourg toujours plus « dîstînctîve » Avecun îlm admissiblesqui entend « bousculer les codes du secteur de l’en-seignement »,EM Strasbourg Business Schoolafîrme une nouvelle fois son côté « be distinctive ». Le îlm s’articule autour d’une composition musicale originale de l’artiste new-yorkais Eli Finberg et met en scène les étudiants de l’EM Strasbourg, aux visages d’abord masqués ou visuel-lement déformés, dans des situations en lien avec les paroles de la composition. Toujours dans une volonté d’afîrmer son identité « be distinctive » et d’encourager les étudiants et admissibles à rester eux-mêmes, l’EM Strasbourg Business School a décliné cinq nouvelles accroches dans la lignée de sa saga publicitaire « be dis-tinctive ».
Audencîa décroche un Grand Prîx Audencîa a remporté cette année e Grand Prîx de Bronze dans a catégorîe « campagne pubîcîtaîre de marque / entreprîse » du Grand Prîx Stratégîes de a communîcatîon d’entreprîse et des coectîvîtés terrîtorîaes 2019 du médîa spécîaîsé Stratégîes. Après eprîx vîdéo décerné par ’ARCES (assocîatîon des responsabes de communîcatîon de ’enseîgnement supérîeur) en juîn 2019, Audencîa est une nouvee oîs récompensé pour e fim mettant en scène sa nouvee sîgnature de marque : « Never Stop Darîng ». Audencîa avaît révéé sa nouvee îdentîté de marque en janvîer avec e ancement d’uncîp vîdéo.
N A N T E S | P A R I S | B E I J I N G | S H E N Z H E N | C H E N G D U
*De l’audace, toujours !
*
PROGRAMME GRANDE ÉCOLE
e 6 CLASSEMENT SIGEM
DEPUIS 18 ANNÉES CONSÉCUTIVES
« Parce que l’audace s’affirme avec le savoir, nous développons vos expériences, Parce que le talent s’exprime grâce à la culture, nous multiplions les influences, Parce que leadership et responsabilité doivent se faire écho, nous visons plus haut. Notre vocation ? Vous permettre de développer la vôtre ! » Nicolas ARNAUD Directeur Audencia Grande École
e 4 INSERTION PROFESSIONNELLE
audencia.com
L’ESSENTIEL DU SUP
PRÉPAS
RÉTROSPECTIVE 2019
Internationales : must be !
Avec ESCPbusiness schoolcette année toutes les écoles de management Françaises arborent un sigle international. C’est dit l’international est leur marché naturel ! Illustration par les exemples.
Skema met le cap sur Cape Town Ce sera son quatrième campus à l’étran-ger. Skema BS va ouvrir son septième site en Afrique du Sud, à Cape Town, en janvier 2020 au sein d’un établissement incontournable en Afrique : l’Universi-té de Stellenbosch, partenaire de longue date de l’école. Le campus accueillera dans un premier temps les étudiants ac-tuels de bachelor, de programme Grande école (PGE) et de MSc et s’ouvrira dans un second temps à des étudiants interna-tionaux. La création d’un nouveau cam-pus à Cape Town est pour Alice Guil-hon «un choix rééchi qui résulte de la combinaison de trois critères indisso-ciables : un écosystème académique de haut niveau, des entreprises dynamiques et un territoire favorable à l’implanta-tion». Premier campus français installé en Afrique du Sud, ce nouveau site a aussi pour vocation de devenir le hub africain de la marque SKEMA sur le continent.
ESC Clermont ouvre son premîer campus à l’étranger
Adossé à la Guangdong Polytechnic of Science and Technology – classée dans le top 40 des 1400 universités profession-nelles en Chine –, le campus chinois du Groupe ESC Clermont a été inauguré en 2 avril 2019. Sur une superîcie de 1200mil est situé à Zhuhai, tout proche de Ma-cao et à moins de deux heures de Hong-Kong, Canton et Shenzhen. Les élèves des programmes Master Grande Ecole et Bachelor en management internatio-nal se voient proposer cette nouvelle des-tination pour des semestres d’échanges.
La rentrée sur le campus de Grenoble EM.
McGîll Unîversîty partenaîre de Grenoble EM McGill University (Montréal, Canada) est devenue le 6ème partenaire international du « parcours transcontinental » conçu par Grenoble EM. Les étudiants qui ont l’opportunité d’étudier à la McGill School of Continuing Studies (SCS) se spéciali-seront en International Management. A Montréal, ils suivront 4 modules de cours optionnels puis un module obligatoire à er GEM de septembre à décembre (1 se-ème mestre de leur 3 année). Les autres universités partenaires sont la Beihang University (Pékin), University of Cam-bridge, Simon Fraser University (Van-couver), Pace University (New-York) et Columbia (New-York).
6
TBS crée un trîple dîplôme européen
HORS-SÉRIEN°7
Fruit d’une collaboration entre MIP-Po-litecnico di Milano (accrédité EQUIS, AMBA), la Strathclyde Business School (AACSB, EQUIS et AMBA) et TBS, le tout nouveau Global Master in Industrial Management de TBS prépare les étu-diants à assurer des fonctions stratégiques dans les industries 4.0 (aéronautique, IA, automobile, énergie...) et de conseil pour accompagner le développement interna-tional de ce secteur en plein essor dans lequel les étudiants de TBS sont particu-lièrement recherchés. Entièrement délivré en anglais, il sera ouvert à la rentrée pro-chaine aux élèves du programme Grande école de TBS.
© GEM
L’ESSENTIEL DU SUP
PRÉPAS
Des étudiants de Skema sur son campus de Belo Horizonte.
Deux nouveaux partenarîats pour Audencîa en Arîque
Audencia poursuit en Afrique le dévelop-pement de sonCollaborative Institute forGlobal Agribusinesslancé en novembre 2018 avec trois autres membres fonda-teurs d’Amérique du Sud. Dans ce cadre elle vient de signer deux accords avec l’Université du Ghana et United States International University Africa (USIU) au Kenya. Ensemble, Audencia et ses partenaires développeront dans le cadre de cet institut des programmes de forma-tion initiale et continue, tels que le Mas-ter of Science® in Food and Agribusiness Management en double diplôme avec FE-CAP Business School au Brésil. Ils orga-niseront également une conférence scien-tiîque internationale annuelle autour des problématiques du secteur. Enîn, des voyages d’études seront proposés aux étu-diants sur les différents campus des par-tenaires, permettant d’expérimenter la na-ture globale des enjeux de l’agribusiness.
RÉTROSPECTIVE 2019
De nouveaux partenaîres pour Skema Dès la rentrée 2020, une quarantaine d’étudiants du MSc « Entrepreneurship & Innovation » de Skema bénéîcieront d’un parcours inédit grâce à un parte-nariat avec l’université de Berkeley. Un programme dispensé 45 000€ par an au-quel les étudiants du PGE qui auront eu la chance d’être sélectionnés pourront avoir accès sans supplément à leurs frais de scolarité. A la clé un double-diplôme : le MSc de Skema (ou le grade master pour les étudiants du PGE) et le « Diplo-ma in entrepreneurship & start-up mana-gement » deUC Berkeley Extension, sa îliale à l’origine consacrée à la forma-tion continue.
7
HORS-SÉRIEN°7
ère 1 rentrée sur le nouveau campus berlînoîs de l’ICN C’est en peîn centre de a capîtae, au cœur du quartîer hîstorîque et commerçant de Mîtte, que ICN Busîness Schoo a aît sa premîère rentrée en 2019. Près de 500 m² permettent à ’écoe de dîsposer de 3 saes de cours, 1 sae de réunîon, 1 sae pour es enseîgnants aînsî qu’un grand ha de réceptîon. 90 étudîants de ème 2 année du programme Grande Ecoe y sont accueîîs es cette année pour y suîvre un MSc en Fînance, Insurance and Rîsk Management ou Marketîng and Brand Management. Dans e même temps ’ICN a abandonné son împantatîon à Nuremberg.
© O. R
L’ESSENTIEL DU SUP
PRÉPAS
RÉTROSPECTIVE 2019
De nouveaux campus
ParFois on se demande s’ils ne devraient pas plutôt être diplômés de l’ESTP (travaux publics) que de l’ESCP tant le métier de directeur d’école est devenu aujourd’hui celui d’un bâtisseur. Petite revue de détail de ces campus qui naissent ou se transForment.
30 000 m2 pour Skema à Parîs Baptisé « Campus Grand Paris », le nou-veau bâtiment de Skema BS est situé sur les bords de Seine à Suresnes. Plus de 30 000m2 seront mis à disposition des dif-férentes parties prenantes de l’école au travers de 40 salles de cours, 2 amphi-théâtres, un knowledge center, 2 terrasses, 3 sous-sols de parking et une résidence étudiante de plus de 200 chambres. Ces nouveaux locaux, classés comme « site contemporain remarquable » de par son architecture, se substitueront totalement au campus actuel de La Défense. Pour transformer d’anciens locaux d’Airbus et Dassault en «vaisseau amiral de la otte SKEMA» - son campus lillois ne fait « que » 20 000 m2 -, l’établissement investit plus de 120M€.
La Rochelle BS s’împlante à Tours
Depuis la rentrée 2019, La Rochelle BS fait revivre un programme Grande école (PGE) à Tours avec ses premiers étudiants de master 1. La 3ème année du master ou-vrira quant à elle, à la rentrée 2020. L’ob-jectif de recrutement est îxé entre 30 et 60 étudiants pour cette première année. «L’ouverture du Master Grande École de La Rochelle BS à Tours marque le re-tour, dans cette ville, d’une formation en management, qui répond aux standards académiques et d’internationalisation les plus exigeants (visa, accréditations AACSB et EPAS)», explique le directeur général du groupe, Bruno Neil.
BSB toujours plus lyonnaîse Elle y est installée depuis 2013. Depuis la dernière rentrée, Burgundy School of Business (BSB) dispense sur son campus de Lyon l’année de Master 1 de son mas-ter Grande école (MGE) en alternance dans de nouveaux locaux. Le master 2 en alternance sera ouvert en septembre 2020. «Il est important de donner l’op-portunité aux élèves d’avoir un parcours très professionnalisant et aussi de înan-cer leurs études grâce à ce schéma. La puissance économique du bassin lyon-nais nous semble particulièrement op-portune pour qu’ils trouvent des entre-prises attractives qui leur conviennent», établit Stéphan Bourcieu, le directeur gé-néral de BSB. DOSSIER
Neoma s’étend et se rénove A travers un nouveau plan stratégique éta-bli sur cinq ans, Neoma afîche également ses ambitions : se développer fortement et devenir le « challenger innovant » des plus grandes business school internatio-nales. Concrètement, il s’agit notamment d’élargir l’offre de formation en repensant les campus. Ainsi, l’école va déménager dans de nouveaux locaux parisiens à l’ho-rizon 2021. Démarche similaire à Reims et à l’étude à Rouen. Avec en tout un in-vestissement de 300 millions d’euros, l’école souhaite ainsi créer des «cam-pus ouverts et modulaires» et «inven-ter une nouvelle expérience étudiant co-hérente avec les pratiques des nouvelles générations».
8
HORS-SÉRIEN°7
Un nouveau campus « basse consommatîon » pour TBS S’appuyant sur son nouveau statut d’EESC (établissement d’enseignement supérieur consulaire) la chambre de com-merce et d’industrie de Toulouse, tutelle de l’école, va est montée au capital de Toulouse BS pour un montant de 27 M€, autant en bâtiments qu’en capital. Et le premier investissement de Toulouse BS est de taille : un nouveau campus « basse consommation » qui va être construit au centre de Toulouse – le lieu est encore à déînir – pour une inauguration à la ren-trée 2024. Doté d’un budget d’investis-sement de 100 M€ - foncier et bâtiment – ce projet va faire passer la surface de 2 l’école de 25 000 à 33 000 m .
Mesurer l’împact Créé en 2012 par Mîche Kaîka avec a Fnege (Fondatîon natîonae pour ’enseîgnement de a gestîon des entreprîses) et ’EFMD (European Foundatîon or Management Deveopment) e BSIS (busîness schoo împact system) évaue ’împact financîer, économîque ou encore înteectue d’une écoe sur son envîronnement. I permet d’îdentîfier es avantages matérîes (créatîon d’actîvîtés et d’empoîs par exempe) et îmmatérîes qu’apporte une busîness schoo à son envîronnement. «Les împacts înteectues sont souvent sous-estîmés. Or, une écoe organîse des conérences pour es managers, propose de a ormatîon contînue, transmet des connaîssances quî constîtuent des erments et des evîers de déveoppement, sources d’enrîchîssement pour es entreprîses. Un terrîtoîre, c’est une sérîe de reatîons entre dîférents acteurs. L’écoe est au cœur de ces réseaux», expîque Mîche Kaîka.
REPENSER NOS MODÈLES Le début des années 90 a permis de sortir de la sphère de la recherche académique : le terme de Développement Durable lui-même a été ofîcialisé et popularisé par le rapport Bruntland « Notre avenir à tous » publié en 1987 et adopté lors de la Confé-rence des Nations Unies de Rio de Janeiro en 1992. C’est ainsi que ces concepts ont fait leur entrée dans la sphère publique, générant pendant deux décennies des ac-tions de sensibilisation, d’information et de formation, désormais intégrées dans nos systèmes scolaires. A l’heure où les conséquences des chan-gements climatiques sont une réalité et où les accords multilatéraux s’enlisent, c’est la société dans son ensemble qui prend conscience de l’urgence à chan-ger nos comportements et nos modes de consommation : réduire nos impacts en-vironnementaux et plus largement assu-rer la survie de l’espèce humaine. Cepen-dant, l’engagement d’un nouveau modèle de développement humainqui soit du-rable ne peut se limiter aux considéra-tions environnementales.
Le prix Nobel remis à Joseph Stiglitz en 2001, la publication du rapport sur l’éco-nomie du changement climatique par Sir Nicholas Stern en 2006 ou encore les travaux de Branko Milanovic dont l’ouvrage de 2016 remet en cause les ef-fets de la mondialisation, sont autant de reconnaissances des limites de nos mo-dèles historiques. L’annulation récente de la tenue de la COP25 au Chili en rai-son d’une crise sociale nous rappelle que seule une approche holistique intégrant performance environnementale, sociale et économique peut ancrer durablement, dans nos sociétés, un nouveau modèle de développement. C’est donc désormais une génération complète qui a été exposée au concept de développement durable, que certains ont prétendu être une mode, et qui près de 30 ans plus tard, se décline sous toutes les formes (croissance du marché du bio, retour des circuits courts ou développe-ment d’applications qui connaissent un franc succès). Cette génération est au-jourd’hui celle de nos étudiants et des futurs managers de nos entreprises. Ils
Nouveaux enjeux envîronnementaux et socîaux Comment le Programme Grande Ecole de SKEMA les întègre-t-îl à la formatîon de ses étudîants ?
Le groupe gagnant du Hackaton 2019, campus de Lille
PUBLI INFORMATION
HORS-SÉRIEN° 7
PRÉPAS
9
FORMER LES ÉTUDIANTS AUX RÉALITÉS DES MODÈLES ACTUELS ET LES OUVRIR AUX MODÈLES ÉMERGENTS Depuis près de 20 ans, SKEMA Business School a intégré à son corps professoral des enseignants-chercheurs dont le sujet d’étude porte sur le développement du-rable sous différent angles (înance, éco-nomie, marketing…). Le Programme Grande Ecole propose notamment un parcours spéciîque engagé dès la L3, In-novation Durable, qui s’affranchit plei-nement des formats éducatifs tradition-nels par une approche interdisciplinaire où l’étudiant est pleinement acteur de son parcours. Notre objectif est de leur transmettre les enseignements des modèles passés et ac-tuels, et de les sensibiliser aux modèles émergents aîn qu’ils puissent inventer les nouveaux usages et innover en intégrant les dimensions sociales, environnemen-tales et économiques quel que soit leur fu-tur domaine professionnel, des ressources humaines au marketing, en passant par le management ou l’entrepreneuriat. En complément, l’école a vu émerger des associations étudiantes porteuses de ces valeurs. HOPE et ENACTUS en sont le meilleur exemple. Elles ont connu un dé-veloppement et un rayonnement majeur, démontrant la capacité de nos étudiants à s’emparer de ces sujets et à mettre en œuvre des actions concrètes leur per-mettant de s’approprier pleinement leurs enseignements. Nos diplômés sont aussi acteurs de ce changement au quotidien dans leurs mé-tiers, leurs choix d’entreprises, mais aussi les créations d’entreprises qu’ils portent : nous constatons leur adhésion et volon-té à faire émerger de nouveaux modèles en phase avec la réalité des enjeux de notre monde.
L’ESSENTIEL DU SUP
L’ESSENTIEL DU SUP
ont grandi en étant éduqués au principe de développement durable, de responsa-bilité environnementale et sociale. Leur remise en cause de certains modèles et leur appétence pour un épanouissement professionnel, nous encouragent et mo-tivent à repenser nos modèles éducatifs.
SENSIBILISER LES ÉTUDIANTS AUX ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIÉTAUX AU TRAVERS DE NOUVEAUX FORMATS PÉDAGOGIQUES En lien avec l’ADN de SKEMA, le Pro-gramme Grande Ecole a décidé, depuis plusieurs années maintenant, de démar-rer le parcours des étudiants de 1ère an-née (L3) par un Hackathon interdiscipli-naire sur des enjeux environnementaux et/ou sociaux. Ce format d’activité pédagogique qui en-gage un temps fort et continu de travail en équipe, s’inscrit pleinement dans une démarche de co-conception et d’écono-mie collaborative. Les équipes associent des étudiants d’origines diverses, tant
PRÉPAS
PUBLI INFORMATION
dans leurs voies d’études en classes pré-paratoires que dans les parcours enga-gés dans le cadre d’admissions sur titres, mais aussi des étudiants d’Ecoles d’In-génieurs partenaires qui apportent aux groupes des compétences techniques et un autre regard. Le rythme alterne des séquences plé-nières, où des conférenciers livrent des discours inspirants, ancrés dans la ré-alité de leurs parcours - vécus dans de grandes multinationales, initiatives lo-cales, expériences associatives - avec des temps de coachings individuels, entre les-quels les étudiants organisent librement leur temps et mode de travail, sans qu’au-cune autre activité scolaire ou extra-sco-laire ne vienne interférer. Les étudiants se voient livrer des problé-matiques et des premières clés de lecture et de compréhension. Ensuite, ils choi-sissent librement un élément spéciîque pour proposer une solution concrète et complète dans une dynamique de com-pétition avec l’ensemble de la promotion.
Omar Mansouri, étudiant du Programme Grande Ecole et participant à la Cop 25 2019
10
HORS-SÉRIEN° 7
Par le biais de vidéos et d’un oral, les trois groupes înalistes présentent les résultats de leurs travaux lors d’un multiplex qui réunit nos trois campus français (Lille, Paris et Sophia Antipolis). L’ensemble des intervenants et plus de 1000 partici-pants assistent ainsi à cette présentation. Cette année, le challenge lancé aux étu-diants était de concevoir une solution in-novante ayant un impact positif sur notre environnement. Le groupe gagnant a pro-posé un concept d’application qui suggère des actions pour limiter la pollution nu-mérique et les e-déchets.
Ce temps fort qui initie le parcours au sein du Programme Grande Ecole est à la fois une prise de conscience de la réa-lité du modèle de SKEMA et des enjeux auxquels notre société doit faire face, tout en positionnant l’étudiant dans une pos-ture d’acteur et de force de propositions et de solutions.
Denis Boissin, directeur adjoint du Programme Grande Ecole.
Témoîgnage « Dans e cadre du Programme Grande Écoe de SKEMA, j’aî pu suîvre e parcours DEMOLA - Invent@UCA dans eque es étudîants ont ’opportunîté de bâtîr des projets autour de causes socîétaes. Au bout d’un semestre et de nombreux workshops, notre soutîon îée à a crîse cîmatîque a prîs orme en se basant sur ’Art et es prîncîpes de Gamîficatîon. Notre réérent, Ade Ben Yousse, nous a proposé de ’accompagner à a COP25, d’une part pour assîster a déégatîon et d’autre part pour présenter e parcours Invent@UCA à travers notre projet. Durant a premîère semaîne, j’aî assîsté aux négocîatîons autour de a finance cîmatîque, afin de comprendre es évoutîons et ambîtîons des dîférentes déégatîons. Ce travaî étaît ensuîte transmîs sous orme de compte-rendu à a déégatîon tunîsîenne, quî pouvaît décîder de prendre posîtîon, ou pas, sur certaîns poînts des résoutîons proposées. Pouvoîr partîcîper à un te événement, aussî jeune, représente pour moî une expérîence înoubîabe. J’aî pu découvrîr de très près e cadre et es procédures des Natîons Unîes, maîs aussî avoîr des échanges et des retours très stîmuants quî vont nous permettre d’améîorer notre soutîon. Mon parcours au seîn du PGE me permet de poursuîvre sur cette ancée grâce à son approche en terme de déveoppement durabe. Un programme « Innovatîon durabe » est proposé aux étudîants, et nous avons a chance de pouvoîr nous spécîaîser en « Sustaînabe Desîgn » en dernîère année. Les étudîants de SKEMA ont organîsé a premîère COP1 étudîante en octobre 2019 et travaîent déjà sur a seconde édîtîon. Nous sommes aujourd’huî, es acteurs du changement de demaîn. ThînkForward!»
L’ESSENTIEL DU SUP
PRÉPAS
RÉTROSPECTIVE 2019
HORS-SÉRIEN°7
De nouveaux programmes Grandes écoles
Les programmes Grande école (PGE) des écoles de management sont en constante évolution. Notamment pour mieux répondre aux exigences du continuum classe préparatoire / Grande école.
L’Inseec se réînvente en School o Busîness and Economîcs Rebaptisée Inseec School of Business & Economics, l’Inseec est en pleine refonda-tion. La partie « Humanité et société » est le premier pilier d’une pédagogie dans la logique du « continuum » classe prépara-toire / Grande école. Un apport de culture générale qui doit aussi être bénéîque pour les étudiants issus de DUT, licence pro-fessionnelle, prépas ECT, prépas ATS… qui en ont moins bénéîcié pendant leur cursus. «Notre projet répond aux attentes des entreprises qui sont de plus en plus demandeuses de compétences transverses et relationnelles. Il faut savoir conduire le changement, mobiliser les équipes. A nous de transmettre à nos étudiants les compétences qui leur permettront de res-ter employables. Commencer un cours de comptabilité par l’histoire des nombres, parler de la Chine actuelle en racon-tant son histoire c’est permettre d’acqué-rir une pensée autonome», commente Isabelle Barth, la directrice.
© Inseec SBE
100% de double-dîplômes dans le PGE de Neoma Jusqu’à présent le programme Grande Ecole de Neoma offrait à ses étudiants un panel de plus de 10 spécialisations. A la rentrée 2020, le cursus opèrera une conversion de ces spécialisations en MSc.
«Cette transformation, qui n’entrainera aucun frais de scolarité supplémentaire, nous permet d’offrir à l’intégralité de nos étudiants au sein du Programme Grande Ecole l’accès à un double-diplôme», in-siste la directrice du PGE, Sylvie Jean. Par ailleurs le cursus s’est enrichi d’un nouveau parcours d’excellence « Risk & Financial technologies » en partenariat avec GARP (Global Association of Risk Professionnals). Celui-ci permet de pré-parer la certiîcation professionnelle Fi-nancial Risk Manager® (FRM - Ges-tionnaire de risques înanciers) que plus de 90% des plus grandes institutions ban-caires mondiales privilégient dans leurs démarches de recrutement.
Un nouveau PGE axé sur le dîgîtal et les nouvelles technologîes pour l’ISG
Le nouveau Programme Grande École (PGE) de l’ISG entend en priorité « ouvrir les enseignements de gestion à l’excel-lence des écoles d’intelligence informa-tique et numérique du Groupe IONIS ». En partenariat avec l’EPITA, les étu-diants auront ainsi la possibilité de se préparer à des fonctions de manager-in-génieur. La dimension internationale – historique – est renforcée avec la création de « Learning Expeditions » qu’il s’agisse de partir à Londres étudier les marchés de devises, à Genève pour s’initier au luxe ou à Tel-Aviv pour comprendre les enjeux du digital.
Rennes SB passe au 100% en anglaîs Jusqu’ici l’enseignement du programme Grande écolede Rennes SB ne se dérou-lait à 100% en anglais qu’après un pre-mier semestre en français. Dans le cadre de la réforme de son PGE, l’école a dé-cidé qu’il le serait dorénavant dès le dé-but. «95% de notre corps professoral est aujourd’hui international. Nous sommes
11
ainsi la seule école à pouvoir déployer un enseignement 100% en anglais. Mais la question de la place de l’anglais ne se pose même plus. Ce que nous voulons au-jourd’hui c’est dispenser un enseigne-ment trilingue», explique le directeur de l’école, Thomas Froehlicher qui va éga-lement permettre à ses étudiants d’avoir accès plus tôt dans leur cursus à une troi-sième langue d’enseignement.
La Rochelle BS réairme son projet basé sur les humanîtés A a rentrée 2019, e programmes master Grande écoe (MGE) de La Rochee BS a înauguré de nouvees maquettes pédagogîques pour préparer ses étudîants à vîvre dans un utur quî se prononce « VICA » (Voatîe Incertaîn Compexe Ambîgu). «Nous avons un responsabe du déveoppement durabe et beaucoup d’assocîatîons d’étudîants y travaîent», se éîcîte Sébastîen Chanteot quî met en avant un «projet pédagogîque ondé sur es humanîtés» quî se consacre notamment aujourd’huî à «posîtîonner ’humaîn dans a transormatîon dîgîtae : s’adapter et à se réînventer contînueement, tes sont es objectîs de nos évoutîons de programme». Depuîs 2005 e programme Humacîté est embématîque de cette voonté d’ouverture. Que que soît e programme tous es étudîants d’Exceîa Group partent en mîssîon en France ou à ’étranger dans e cadre d’un projet personne à caractère socîa.
© Excelia
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents