Zepros Distributeurs RHD du 20-12-2021
68 pages
Français

Zepros Distributeurs RHD du 20-12-2021 , magazine presse

-

68 pages
Français

Informations

Publié par
Date de parution 20 décembre 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 24 Mo

Exrait

MIN DE RUNGIS « Les modes logistiques propres sont devenus incontournables » Le Marché de Rungis se positionne sur les modes logistiques doux et innovants comme l’explique Stéphane Layani, son président.P. 14
MARCHÉ La restauration à table en chifres 97 700 établissements à fin décembre, 431 900 € de chiFre d'aFaires moyen par restaurant, la répartition par segments... Infographie de CHD Expert.P. 22
15 684 exe m p l a i re s
DIFFUSION Mise en distribution certifiée Numéro 13 | Décembre 2021
RESTAURATIONCOMMERCIALE e Top des indépendants année P. 204 Zepros Distributeurs RHD et CHD Expert dressent le panorama de la restauration commerciale indépendante. Soit 130 restaurants ou groupes classés par régions ainsi qu'une vingtaine de stratégies commentées par des dirigeants.
N° 13 Décembre 2021
Jean-Charles Schamberger ÉDITO Rédacteur en chef Recettes de leaders i l’on ne naît pas champion, on peut le devenir. Et surtout le rester mal-gré les crises. C’est l’un des enseignements que l’on peut tirer de cette seSrvice à table. Ce travail unique, réalisé par notre collaboratrice Chloé Labiche, e 4 édition duTop des indépendants de la restauration commerciale avec avec le concours de notre partenaire CHD Expert, recense 130 leaders ré-gionaux sur un marché qui n’a pas été épargné par la crise sanitaire. Affichant fin 2021 un parc de 97 700 restaurants (contre 102 500 en 2020), un chiffre d'affaires moyen de 431 900 € (contre 480 400 €) et un ticket moyen de 21,20 € (contre 22,50 €), ainsi que le révèlent les chiffres de synthèse du mar-ché de CHD Expert (p. 22), la restauration avec service à table a, dans son ensemble, payé un lourd tribut sur l’autel du Covid. Toutefois, plus que d’autres entreprises, ces 130 champions étaient mieux ar-més et davantage résilients. Même s’ils sont entrés dans la crise, pour la plu-part, en bonne santé, même s’ils ont bénéficié des aides de l’État, ils n’ont pas pour autant vécu cette période de fermeture comme un long fleuve tranquille. On note ainsi des similitudes dans leurs ADN (diversification de leurs activi-tés, maîtrise de leurs ratios et de leurs approvisionnements), ainsi que dans leurs stratégies (poursuite des investissements, croissance externe, digitalisa-tion) qui leur ont permis de mieux rebondir une fois la réouverture autorisée. D’ailleurs, plusieurs annoncent d’autres projets pour 2022. Il ne faut pas gas-piller une crise, dit-on. Outre l’énorme souci du recrutement, leurs défis opérationnels concernent désormais l’écoresponsabilité, l’inflation des coûts matières, celle de l’éner-gie et des coûts de transport. Autant de paramètres qu’ils devront gérer avec l’aide de leurs fournisseurs et distributeurs foodservice.
SOMMAIRE
© Jean-Paul Loyer
DISTRIB. RHD 3
Nicolas Nouchi Global Head of Insights ÉDITO CHD Expert Encore et toujours impressionné u sein de CHD Expert, nous suivons avec beaucoup d’intérêt le marché de la restauration depuis plus de vingt-cinq ans dans ses bons comme tuerA, avec la formidable équipe deZepros,ce numéro qui met à l’honneur les dans ses mauvais moments. Nous avons encore pris du plaisir à consti-groupes de restauration indépendants. C’est en compilant les informations issues de nos bases de données exhaustives et le travail manuel qualitatif complémentaire que l’on apprend beaucoup sur ces entrepreneurs résilients et innovants. Ces groupes qui ont su maintenir le cap, en pleine tourmente sanitaire pour être fin prêts au moment de la réouverture. Ces groupes qui, pour certains, ont conti-nué à se développer pour apporter toujours mieux, toujours plus à des consom-mateurs en manque de restauration. Ces groupes qui savent parfois tourner la page d’un concept, ou d’une proposition qui n’est plus d’actualité pour s’adap-ter ! Ces groupes qui, à l’instar de l’ensemble du marché, souffrent de la pénu-rie de main-d’œuvre, mais qui apprennent à réinventer la relation avec leur staff, pour l’impliquer et le considérer de plus en plus. Créer des points de vente en pleine tourmente, anticiper les évolutions dans le comportement des consommateurs, repenser son offre et son point de vente pour en faire des lieux de plus en plus hybrides capables de satisfaire tous les instants et toutes les envies. Les groupes de restauration rejoignent une catégorie à part et ne sont plus que le fruit de l’opportunité d’un entrepreneur dynamique. Ces groupes ont désor-mais une stratégie, une ligne directionnelle avec des concepts de plus en plus so-lides selon le même modèle qu’une chaîne, mais avec l’autonomie et une réac-tivité nettement supérieure. Il n’y a pas d’âge pour être impressionné, sentiment que vous pourrez partager avec nous, je l’espère, en feuilletant ce numéro…
Tribune de Philippe Barbier (CGI)04 Entretien avec Stéphane Maurin (Distriboissons)06 e Costco ouvre son 2 club-entrepôt08 Montages capitalistiques10 Groupe Charlet11 Audebert Boissons11 Entretien avec Stéphane Layani (Min de Rungis)14 Médelys15 Mutualisation18 SOMMAIRE Top des indépendants de la restauration commerciale20 8rue des Blés – Bât. M/36 – 93 210 La Plaine-Saint-Denis – Tél. : 01 49 98 58 45 – Fax. : 01 49 98 58 47 – email : contact-resto@zepros.fr – Internet : www.zepros.fr • Directeur de la publication : Philippe Paulic –-10, Tél. : 06 62 73 06 02 – p.paulic@zepros.frRÉDACTION:Rédacteur en chef – jc.schamberger@zepros.fr66 22 16 16 : 06 Jean-Charles Schamberger – Tél. • Rédactrice :Chloé Labiche – c.labiche@zepros.fr Ont participé à ce numéro :Emmanuel Didierjean, Thierry Goussin et Marie-Anne Page• Secrétariat de rédaction :Anita Morin – a.morin@zepros.frMAQUETTEChef de studio:Marc Le Texier - maquette@zepros.fr -Maquettistes:IsabelleCerf,ThierryPouillieute•Crédit photoset illustrations:droitsréservéssaufmentioncontraireMARKETING-DIFFUSIONCamilleCouvert-c.couvert@zepros.frPUBLICITÉ•Directricecommerciale:NathalieRichard-Mathieu-Tél.:0669659383 -n.richard-mathieu@zepros.fr•Directeurdepublicité:SébastienDumontier-Tél.:0660912606-s.dumontier@zepros.fr•Chefdepublicité:AnneMorelFèvre-Tél.:0666769627-a.fevre@zepros.frADMINISTRATIONResponsable :MoufidBarkallah–compta@zepros.fr • Assistante :Marie Beaumelou – m.beaumelou@zepros.frIMPRESSIONL’imprimerie - 79,route de Roissy - 93290Tremblay-en-France • Dépôt légal à parution • ISSN2274-2360 (ZeprosMétiers Resto) • OJD: mise en distribution certifiée 2020: 15684ex. OJD/ACPM dejanv.2020àdéc.2020•ZEPROSestunepublicationdelasociétéGroupeGratuitPros,SARLaucapitalde8000€•RCSBobignyB483806 717
DIFFUSION
Procédé d’impression sans eau waterless - Origine du papier : France (Chapelle Darblay) - Taux de fibres recyclées : 100 %- Eutrophisation : PTot = 0,009 kg/tonne.
© Paloma Beach
DISTRIB. RHD 4
ACTUS| MÉTIERS
LOGISTIQUE URBAINE
Tribune de Philippe Barbier, président de la CGI
Pour rendre la logistique ur-baine plus durable, les gros-sistes appellent les pouvoirs publics au pragmatisme et à la coconstruction entre privé et public. Par Philippe Bar-bier, président de la Confédé-ration du commerce de gros et international.
amais sans mes com-merces de proximité ! Voilà J qui pourrait être une for-mule typiquement française, quand on sait que 85 % de nos concitoyens affirment plébisci-ter les boutiques de leur quartier (Mastercard, 2020). Et la crise sanitaire n’a fait que renforcer cette tendance : 76 % des Fran-çais se déclarent encore plus at-tachés aux commerçants de proximité depuis la pandémie. Mais aussi jamais sans mes res-taurants… et jamais sans mes artisans ! Et si ces piliers de la vie locale avaient soudainement le plus grand mal à satisfaire la de-mande de nos concitoyens en produits alimentaires, médica-ments, appareils électroniques, etc. ? Nous sommes face à un risque réel, si les débats contem-porains en matière de logistique et transport urbainvenaient àim-pacter négativement l’activitédes fournisseurs quotidiens de tous ces commerces.
Des règles variables d’une commune à l’autre Les150000entreprisesducom-merce de gros, spécialistes du BtoB alimentaire, interindustriel et non alimentaire, sont les pre-miers partenaires économiques des commerçants, des artisans, des cafés, des restaurants, des garages, des cantines scolaires, despharmacies…et doncdel’ac-tivité des cœurs de ville. 80 %de la clientèle professionnelle des grossistes est en effet située en ville, souvent en centre-ville... Avec notre million de salariés, nous les avons soutenus pen-
Zepros 13 | Décembre 2021
« Les bonnes volontés pour avancer ensem-ble existent. Nous attendons désormais de l’État qu’il les encourage et les systématise ! »
dant la crise et, tous les jours, nousapprovisionnonsnosclients grâce à notre expertise logis-tique… quand bien même il de-vient plus complexe et difficile d’y accéder dans de bonnes condi-tions ! Tous les grossistes de France font en effet le même constat : organiser lamobilitédes marchandises en ville peut de-venir problématique, tant les rè-gles varient d’une commune à l’autre et tant rien, ou si peu, ne semble être fait pour faciliter la logistique urbaine. Qui peut rouler, où et quand ? Quels véhicules sont ou seront autorisés?Commentlocaliserai-sément desairesdelivraison, sa-chant que nous avons l’habitude de mutualiser les livraisons pour approvisionner en moyenne une vingtaine de clients par rotation de chacun de nos 60 000 véhi-cules? Sachant également que,
contrairement aux idées reçues, recourir à un seul véhicule de grand gabarit sera plus efficace et moins polluant qu’utiliser plu-sieurs camionnettes…
Chemin pragmatique La nécessaire trajectoire de lutte contre le réchauffement clima-tique et pour le verdissement des flottes de véhicules, à laquelle les grossistesadhèrentetparticipent pleinement, a incité les pouvoirs publics à généraliser le système des zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m). Ces zones ex-cluent depuis 2015certains véhi-cules des métropoles et com-munautés d’agglomérations. Celles de plus de 150 000 habi-tants seront toutes concernées à fin 2024 ! Autant de règles fixées sans vrai-ment se préoccuper de savoir si l’objectif était réaliste et tenable,
et si les constructeurs et donc les opérateurs pourraient suivre dans des délais aussi brefs ! À cela vient s’ajouter une difficulté certaine à faire respecter le bon usage des aires de livraison qui nous permettraient de travailler dans de bonnes conditions, au bénéfice de tous. Un chemin pragmatique et effi-cace vers une logistique urbaine durable, qui associe transition écologique et l’attractivité éco-nomique des villes, existe pour-tant bel et bien. Nousn’avonspas ménagénos efforts ces dernières années pour réduire notre impact environnemental mais nous avons besoin désormais de clarté, de coopération et d’har-monisation de la part de nos in-terlocuteurs publics. Lerapportpourunelogistiqueur-baine durable, porté conjointe-ment par Anne-Marie Idrac, pré-
sidente de France Logistique, Anne-Marie Jean et Jean-Jacques Bolzan, président de la © Roben Prics Fédération des marchés de gros, ne dit pas autre chose. Remis en octobre 2021 aux ministres délé-guésAgnèsPannier-Runacher et Jean-Baptiste Djebbari à l’occa-sion du deuxième Comité inter-ministériel delalogistique(Cilog), il invite à davantage de concerta-tion et, surtout, de coopération pour harmoniser les règles fixées au niveau local et porter ainsi un cadre compréhensible de tous.
Écouter les professionnels C’est cettemêmelogiquequi pré-side au programme InTerLud, que nous portons avec l’Ademe, le Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema) et la société de conseil en performance énergétique Rozo. Ce programme engagé as-pire à créer des espaces de dia-logue entre les acteurs publics et économiques avec l’objectif, à terme, de déployer des chartes de logistique urbaine durable… Nousmilitonsaussi pour quesoit créé un Observatoire national de la logistique, comme le propose le rapport Idrac-Jean-Bolzan, pour donner une hauteur de vue propice à un pilotage stratégique. Lesbonnesvolontéspouravancer ensemble existent. Nous atten-donsdésormaisdel’État qu’il les encourage et les systématise ! Posons-nous, réfléchissons, dé-battons mais faisons a minima en sorte d’écouter les proposi-tions et aspirations des profes-sionnels, premiers partenaires des commerces de proximité et de l’attractivité des centres-villes. Rien ne serait pire qu’une régle-mentation irréaliste, donc inap-plicable, incontrôlable, empilant les dérogations multiples et va-riées. C’est legrandrisqueactuel : celui d’atteindre l’inverse du but recherché… une erreur collective dramatique !
DISTRIB. RHD 6
ACTUS| MÉTIERS
Zepros 13 | Décembre 2021
• STÉPHANE MAURIN •DIRECTEUR GÉNÉRAL DE DISTRIBOISSONS -ENTRETIEN RÉALISÉ LE 9 NOVEM BRE DISTRIBOISSONS « La dynamique de la reprise a été très forte »
Les restaurants ont rouvert depuis bientôt six mois. Quel bilan économique dressez-vous pour le réseau Distriboissons ? Rappelons que Distriboissons est un réseau d’entrepreneurs indépendants, au service de clients CHR très majoritaire-ment indépendants. La priorité des distributeurs qui adhèrent à Distriboissons est le service client et tous travaillent dans une logique de performance et avec beaucoup d’agilité, ce qui leur permet de réagir très vite aux besoins du marché. Nom-bre d’entre eux avaient mis à profit la période de confinement de ce début d’année pour faire évoluer l’organisation de leurs entrepôts, les systèmes d’in-formations ainsi que les outils de communication digitale avec leurs clients. Tous étaient ainsi extrêmement bien préparés pour la réouverture des CHR dès le mois de mai, et de faire de ces six derniers mois une très bonne période d’activité. La dynamique de la reprise a été très forte, amplifiée par l’ac-quisition de nouveaux clients, ce qui a permis des résultats positifs. Depuis juin et jusqu’à fin octobre, Distriboissons a dépassé les chiffres de 2019. LES CHIFRRES DU RÉSEAU DISTRIBOISSONS. •CAHT(2019): 1,350Md€ dont1,150Md€enCHR •CAHT(2020):de-35%à - 40 %par rapport à 2019 •CAHT (2021) : de - 25 %à - 30 % par rapport à 2019 •70adhérents •152entrepôts •1plateforme •74 000 clients (globalité portefeuille) •2 100 références actives par entrepôt en moyenne et15000autotal •1100camions
Cette dynamique de reprise a été cependant hétérogène se-lon les régions, les écarts allant de - 10 % à + 25 %. Le Sud-Est, la côte atlantique et la Bretagne ont surperformé dès le début et aujourd’hui encore. A contra-rio, les grandes villes, et en par-ticulier Paris, ont souffert du manque de touristes interna-tionaux. Nous y avons enre-gistré des chiffres négatifs jusqu’à fin août, puis la ten-dance s’est inversée à partir du mois de septembre avec des chiffres à nouveau supérieurs à septembre 2019. L’année 2021 restera cependant com-pliquée car nous ne récupére-rons pas, bien sûr, le chiffre glo-bal de 2019 et je pense que nous terminerons l’année en-tre -25 % et -30 % par rapport à 2019.
Quels chiffres enregistrez-vous pour les principales catégories ? Là aussi on constate une dis-parité selon les familles de pro-duits. Les ventes de spiritueux ont véritablement explosé sur les derniers mois et cette ten-dance devrait vraisemblable-ment perdurer, notamment au travers d’un fort engouement autour des cocktails. Les bières continuent à se développer lé-gèrement, alors que certaines catégories (eaux, softs) ont été pénalisées par une météo changeante. Le total est donc positif en termes de chiffres d’affaires : de + 3 % à + 4 % en valeur sur la période juin-octo-bre vs 2019. Si l’on prend les volumes, les chiffres se situent entre - 4 % et - 5 %.
Comment a évolué le réseau durant l’année écoulée ? Le réseau est très stable, ré-seau auquel les adhérents sont fiers d’appartenir. Il n’y a pas de défaillances et aucun indi-
cateur ne laisse entendre qu’il y en aura demain. Par ailleurs, la croissance se fait essentiel-lement de manière organique grâce à la dynamique et à la qualité de service de chacun des adhérents Distriboissons. Concernant la croissance ex-terne, nous n’en faisons pas une priorité ni un objectif. Ce-pendant, certains adhérents in-vestissent dans de nouveaux entrepôts, c’est le cas d’Ouest Boissons en Bretagne et il est prévu que la Sobcal Toulou-saine nous rejoigne en 2022.
En mars dernier, Distriboissons et C10 annonçaient conjointe-ment la création de la centrale de négociation Adicio. Il semblerait que celle-ci ait été dissoute en septembre. Pourquoi et qu’en est-il ? Distriboissons a été très actif dans la mise en place du GIE Adicio destiné à mieux acheter
ensemble. C10 a décidé unila-téralement de se retirer de ce processus. Cette décision est venue de manière brutale et sans explication. C’est dom-mage pour les adhérents des deux réseaux qui avaient tout à gagner de ce rapprochement. Je vous confirme que le GIE a été dissout en tant que tel.
En tant que directeur général de Distribois-sons, quels sont les dossiers qui vous occupent actuellement ? Les négociations tarifaires 2022 s’annoncent difficiles, c’est ma priorité. Les autres dossiers concernent, d’une part, tout ce qui est lié au ser-vice, en particulier au travers de la fonction de chauffeur li-vreur. D’autre part, il s’agit d’ac-compagner chacun des adhé-rents pour s’adapter au plus vite aux exigences liées à la lo-gistique urbaine : ZFE et accès
aux centres-villes. Pour cela, nous sommes particulièrement bien accompagnés par la com-mission transport de la CGI (Commerce de Gros et Inter-national) et travaillons en étroite collaboration avec Lo-gistic Low Carbon dans le ca-dre d’InterLUD. Assurer une continuité de service et d’ac-compagnement des clients dans leur développement est notre cœur de métier. Livrer les pro-duits de manière optimisée et assurer la reprise des consignes de fûts et de verre consigné est un modèle qui s’inscrit parfaite-ment dans les objectifs de RSE et de réductions des embal-lages perdus. Précisons que les distributeurs boissons sont en général plu-tôt en avance dans ce domaine. Nous sommes très actifs au niveau de Distriboissons, comme chez chacun des adhé-rents dans leur zone, au tra-vers de démarches locales ou régionales.
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents