L
24 pages
Français

L'équipe du 08-01-2021

-

Informations

Publié par
Date de parution 08 janvier 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 8 Mo

Exrait

Pablo Longoria
quipe L’É
ahalle/ e L Pierr
quipe L’É
Martin/ ex Al
Transferts fo ot b a l l L’OMpeaufine sastratégie PAGE 6
j u do LaFédération dansdesalesdraps PAGES 16 ET 17
e 2,00 € vendredi 8 janvier 202175 annéeN° 24 270France métropolitaine
Ligue 1 Lyon fo ot b a ll TÊTESSolides leaDders deEla L1, les LyConnais affHichent deAplus en pluMsPION leurs ambitions de détrôner les Parisiens. PAGES 2 À 4
ANT 2,40 € - BEL/LUX 2,40 € - CH 3,20 FS - ESP/AND 2,70 € - GR 3,10 € - MAR 20 MAD - PORT CONT 3,00 € - REU 2,40 € - TUN 4,80 DIN
Tino Kadewere et Thiago Mendes
Vendredi 8 janvier 2021 | L’ÉQUIPE
E n interne, Gaa r c i a aussi continué às’informer au-près de son conseil des sages, nom donné, lorsqu’il entraînait Lille, aux cadres susceptibles de toquer àsa porte. Ici, Memphis Depay, Marcelo, Léo Dubois, Anthony Lopes, Houssem Aouar et Jason Denayer peuvent remonter la paroleduvestiaire.Plutôtsurdes conditions de travail, d’ailleurs, que sur des options purement tactiques. L’entraîneur a, en plus, parlé en têteàtête avec certains, comme Rayan Cherki, Djamel Benlamri ou Bruno Guimaraes pour tenter de les responsabili-ser, de les aider (la famille de Benlamri est restée en Algérie pour des problèmes de visas) ou de les amadouer en raison de leur temps de jeu famélique. Pas simple, avec un match par se-maine, de satisfaire tout le monde… Garcia a bien tenté de relancer les moins utilisés dès que l’en-chaînement des matches s’est intensifié mais, contre Saint-Étienne (2-1, le 18 octobre), il a compris que les titulaires (deux buts de Kadewere entré en se-conde période) avaient pris une nette avance sur leurs habituels remplaçants (Dembélé, Guima-raes, Caqueret présents ce soir-làau coup d’envoi). Il n’a alors cessé de mettre en avant le rôle des suppléants, pour éviter de les perdre, ou d’évoquer cette vieà5 changements, une autre manière de voir le foot, donc de vivrelaconcurrence. Encore mercredi, après Lens (3-2), il a insisté sur« l’excellente entrée »de Caqueret.«La con-currence m’obligeàdonner plus encore, j’apprends des autres», assure même le jeune Lyonnais (20 ans). Garcia sait que les suc-cès font taire tous les états d’âme. Et qu’il est urgent de con-serverlabelledynamique…É (*) Le défenseur danois a depuis été prêàFulham.
Ce succès fondateur a tout re-lancé: la victoire contre Monaco (4-1) ensuite, puis le nulàLille (1-1,àdix en seconde période), ont confirmé l’entraîneur dans ses convictions. Ce schéma sif-flait le coup d’envoi de l’opération «retour au sommet». En quel-ques semaines, le milieu de ter-rain Paqueta-Thiago-Aouar sup-plantait le trio Guimaraes-Caqueret-Aouar, pourtant si brillant enaoût…
Une façon habile de gérer la concurrence
quipe É L’ ey/
Le départ du Brésilien vers Wol-verhampton début septembre a contraint Garciaàtrouver une solution: devait-il conserver ce schéma en utilisant Joachim An-dersen (*), bon de la tête mais in-capable de se muer en latéral en phase offensive, ou reveniràun «backfour»?Cen’estquecontre Nîmes (0-0, 18 septembre) qu’il a décidé de s’appuyer sur la struc-tureàquatre (avec Bardàgau-che). Dans sa prise de décision d’alors, il avait intégré le départ de Memphis Depay et (ou) de HoussemAouar. Ilfautainsicomprendrecertai-nes compositions d’équipe, quand le technicien, se projetant sur ses associationsàvenir, a placé deux fois de suite son capi-taine sur le banc (Lorient, 1-1,
puis Marseille, 1-1). La fin du suspense entourant Aouar et Depay a redéfini les contours de sa formation. Comme l’arrivée de Lucas Paqueta, joueur clé de cette montée en puissance dès son entréeàStrasbourg (3-2, le 18 octobre). Garcia a relancé, en Alsace, le 4-3-3, déjàtesté en se-conde périodeàLorient ou faceà Marseille, avec Memphis Depay en pointe, soutenu cette fois par Tino Kadewere et Karl Toko Ekambi. Au milieu, Paqueta pre-nait la place de Maxence Caque-ret alors que Thiago Mendes, de-venu le point d’équilibre de l’équipe, rappelait qu’àLille il avait aussi été un excellent joueur.
CANDIDAT Évoquerunautre leaderque le PSG,c’est, d’abord,évoquerle PSG.Depuis l’arrivée du Qatar,en 2011,chaquetitre de sesadversaires estaussisonéchec.C’étaitle cas en 2012, lorsqueMontpellieraétésacréetqueLouis Nicollinestapparuàlaunede ce journalavec les cheveuxmulticolores.C’étaitencore le cas, en2017,quandMonaco a interrompusa dominationabsolue.Delamêmemanière,la présence de l’Olympique Lyonnaisausommet delaL1,en cedébutjanvier,procèdeàla fois desonmérite propre,considérable,etdes insuffisancesparisiennes,inattendues :le PSG a déjàsubiquatre défaitesenmoins d’unesaisondeL1,aprèsn’avoirjamaisperdu plusdecinq foisdepuis2011.Être leadern’est pasunévénementneutre pourle clubquia dominélaLigue 1 dans les années2000,mais s’estseulementhissétrois foisàladeuxième place (2010,2015,2016)depuis le dernierde sessepttitresd’affilée,en2008, touten maintenantuneprésence européenne commeuneculture.Ilpassedans cette positionfragile etprovisoire,ce matin,des éléments de logiqueetdesurprisemêlés qui participentàasseoirune candidature.La logiquetientàl’avantageprévisible d’unseul matchparsemaine,au talentde l’effectif, directementliéàsonpouvoirfinancieretàun savoir-faire balançantentre recrutementet formation,maisréunissant les deux,les bonnesannées. Pourallerauplussimple,on distinguera,ducôtédesbonnessurprises,la formule etl’équilibre trouvés parRudiGarcia aprèsquelquesmoisincertains,ainsique l’impactimmédiatet considérable de Paqueta,quienchante la L1,etdeKadewere, unerévélationdesubtilitéetde compréhensiondujeu :lesdeuxjoueurs ont, toutsimplement, renduplus fortungroupe demi-finaliste delaLiguedeschampions. Pourle reste,l’OLsemble plutôts’arranger, jusque-là,des conséquencesdesaculture et desonmodede fonctionnementsur l’avenir de RudiGarcia,par exemple.Demanière étrange,ounon,quandla force revientàtous lesétagesde ce club,c’estparfois l’entraîneur quisemble le plus remplaçable.En toutcas, c’estluiquiaété le plus remplacé, historiquement,puisquetroisdesquatre entraîneurs championsde France,Jacques Santini(2002),Gérard Houllier(2007)etAlain Perrin(2008)avaient comprisdès le moisde janvierqu’ilsn’iraientpasplus loin,seulPaul LeGuenétantparticomplètementdelui-même(2005).Maisla stabilitévue commeun conceptglobaln’estpas lecœurde ce quiva se joueràl’OL,ces prochainessemaines.Carse déplaceren leaderestunenouvelle vie,etillui faudra résisteràtout,auPSG,au reste de la meute,aumercato,àla reconnaissance,et mêmeàl’espoirqu’il faitnaître,chezson public,d’unesaison commeavant, commeà l’époqueoùilavaitdumalàcompter les titres dechampionsursesdoigts.
La photographie du classement de L1 illustre le retour de l’OL chez les gens qui comptent. Fini les sprints canons pour arracher des places en Ligue des cham-pions ou oublié cet échec 2020 au bout d’une saison écourtée, il est vrai, de dix journées. Le club affi-che ses ambitions en haute alti-tude, trois points devant le PSG et Lille. Il se livre enfinàune lutte acharnée pour retrouver sa gloire du tournant du siècle. Cela faisait si longtemps que l’OL ne regardait pas les poids lourds les yeuxdans lesyeux… On n’aurait pas parié sur cette perspectiveàla fin du mercato estival, début octobre, quand Lyon, quatorzième mais sans trop perdre (une victoire, quatre nuls, une défaite), tardaitàaffir-mer ses prétentions. Le retard s’accumulait (7 points sur Lille et Rennes), les interrogations aussi. Depuis, l’ogre, dix succès et deux nuls (32 points sur 36), croque tout ou presque. Rudi Garcia aactionnépasmal de res-sorts pour façonner crescendo unemachinedeguerre. Au sortir du « Final 8», et même de ses deux matches pré-cédents contre le PSG en finale
Stéphane Mant L’entraîneur lyonnais Rudi Garcia félicite ses joueurs, notamment Anthony Lopes, après la victoire contre Saint-Étienne (2-1) le 8 novembre.
de la Coupe de la Ligue (0-0, 5-6 aux t.a.b.) et faceàla Juventus (1-2), en huitièmes de finale re-tour de la Ligue des champions, l’entraîneur avait bâti un système hybride avec Marçal dans une défenseàtrois qui se muait en défenseàquatre dès la récupé-ration de la balle, Maxwel Cornet montant d’un cran, Marçal glis-santàsaplaceàgauche.
Le tournant strasbourgeois
2 foot b a l l LIGUE 1Lyon
GARCIA L’OLCHIMISTE Le coach de Lyon a profité du maintien d’Houssem Aouar et de Memphis Depay et de l’arrivée de Lucas Paqueta au mercato pour refaçonner et relancer l’équipe.
HERVÉPENOT
Vincent Duluc