//img.uscri.be/pth/b35d89cb2b89fc3384f02c10425e7763586864f4
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
Lire

La question du bien-être au travail ne se posait pas il y a quelques années...

2 pages

La question du bien-être au travail ne se posait pas il y a quelques années... Il a fallu que la pression augmente en entreprise, largement accentuée par la mondialisation.

Publié par :
Ajouté le : 04 juin 2011
Lecture(s) : 17
Signaler un abus
La question du bien-être au travail ne se posait
pas il y a quelques années...
Il a fallu que la pression augmente en entreprise, largement accentuée par la mondialisation.
La nécessité de rester compétitives face aux marchés étrangers a demandé aux entreprises françaises de porter une attention particulière aux coûts en général et à ceux du personnel en particulier.
En même temps qu'elle tirait vers le haut la performance des équipes, cette pression en a réduit les effectifs pour réaliser les mêmes missions. Le stress a remplacé la pression stimulante.
La nécessité d'être toujours plus réactif a augmenté ce stress car a demandé une grande capacité d'adaptation aux managers et collaborateurs.
Aujourd'hui, cette flexibilité atteint ses limites pour certains, ce qui les fait basculer parfois dans une forme de dépression....
Que faire pour assurer le bien-être nécessaire et suffisant pour qu'une équipe soit
suffisamment stimulée par des challenges et créative afin d'être performante ?
La question du bien-être au travail est complexe. Elle s'appuie sur plusieurs éléments indissociables Aujourd'hui nous le savons, les collaborateurs ont besoin que leur dirigeant leur indique une vision vers laquelle se tourner. Ils ont besoin de sens aux actions qu'ils doivent mettre en oeuvre. Les organisations doivent traquer les conflits d'intérêt dans les équipes et entre les équipes et encourager la coopération. Plutôt que de faire faire, les managers ont à y gagner en développant leur leadership, à savoir « donner envie de faire ». Pour cela, il est fondamental d'inspirer confiance en ayant des comportements exemplaires.
L'exemplarité n'est pas la perfection, et si tout n'est pas à porter par lemanagement, leur responsabilité est fondamentale : Face aux épreuves du quotidien professionnel, les managers d'hier doivent devenir des développeurs de potentiel et dit-on « des importateurs de stress et des exportateurs de sérénité ».
La formation aux pratiques managériales sont une aide précieuses surtout quand elles s'inscrivent
dans la durée et qu'elles sont associées à de l'accompagnement individuel de la chaîne managériale.
Un climat de confianceConscients de cette notion de bien-être au travail, les entreprises, grands groupes ou PME, s'attachent à créer un climat de confiance au sein de leur société. La règle est simple : plus de confiance, c'est plus de bien-être et d'efficacité, deux facteurs qui favorisent la productivité et donc la hausse du chiffre d'affaires.