Sondage : l

Sondage : l'avis des Français sur le mouvement des «gilets jaunes»

-

Documents
31 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Mouvement des « gilets jaunes » et mesures destinées à compenser la hausse des prix du carburant > s ͛ D Z'K s E Z / ϭϲ EKs D Z ϮϬϭϴÀ 17H Sondage réalisé avec pour et Recueil Mét hodologie ŶƋƵġƚĞ ƌĠĂůŝƐĠĞ ĂƵƉƌğƐ Ě͛ƵŶ ĠĐŚĂŶƚŝůůŽŶ ĚĞ &ƌĂŶĕĂŝƐ ŝŶƚĞƌƌŽŐĠƐ ƉĂƌ ŝŶƚĞƌŶĞƚ ůĞƐ15 et 16 novembre 2018. Echantillon Echantillon de1 005 Françaisreprésentatif de la population française âgée de 18 ans et plus La représentativité deů͛ĠĐŚĂŶƚŝůůŽŶest assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, niveau de diplôme et profession deů͛ŝŶƚĞƌǀŝĞǁĠaprès stratification par région et catégorie Ě͛ĂŐŐůŽŵĠƌĂƚŝŽŶ. WƌĠĐŝƐŝŽŶƐ ƐƵƌ ůĞƐ ŵĂƌŐĞƐ Ě͛ĞƌƌĞƵƌ Chaque sondage présente une incertitude statistique queů͛ŽŶappelle margeĚ͛ĞƌƌĞƵƌ. Cette margeĚ͛ĞƌƌĞƵƌsignifie que le résultat Ě͛ƵŶsondage se situe, avec un niveau de confiance de 95%, de part etĚ͛ĂƵƚƌĞde la valeur observée. La margeĚ͛ĞƌƌĞƵƌdépend de la taille deů͛ĠĐŚĂŶƚŝůůŽŶainsi que du pourcentage observé.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 16 novembre 2018
Nombre de lectures 43 416
Langue Français
Signaler un problème
Mouvement des « gilets jaunes » et mesures destinées à compenser la hausse des prix du carburant
LEVÉE D’EMBARGO VENDREDI ϭϲ NOVEMBRE ϮϬϭϴÀ 17H
Sondage réalisé avec
pour
et
Recueil
Mét
hodologie
EŶƋuġte ƌĠalisĠe aupƌğs d’uŶ ĠchaŶtilloŶ de FƌaŶçais iŶteƌƌogĠs paƌ iŶteƌŶet les15 et 16 novembre 2018.
Echantillon
Echantillon de1 005 Françaisreprésentatif de la population française âgée de 18 ans et plus
La représentativité del’ĠchaŶtilloŶest assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, niveau de diplôme et profession del’iŶteƌǀieǁĠaprès stratification par région et catégorie d’aggloŵĠƌatioŶ.
PƌĠĐisioŶs suƌ les ŵaƌges d’eƌƌeuƌ
Chaque sondage présente une incertitude statistique quel’oŶappelle marged’eƌƌeuƌ. Cette marged’eƌƌeuƌsignifie que le résultat d’uŶsondage se situe, avec un niveau de confiance de 95%, de part etd’autƌede la valeur observée. La marged’eƌƌeuƌdépend de la taille del’ĠchaŶtilloŶainsi que du pourcentage observé.
Sile pouƌĐeŶtage oďseƌǀĠ est de … Taille de l’EĐhaŶtilloŶ5% ou 95% 10% ou 90% 20% ou 80% 30% ou 70% 40% ou 60% 50% 1004,4 6,0 10,08,0 9,2 9,8 2003,1 4,2 5,7 6,5 6,9 7,1 3002,5 3,5 4,6 5,3 5,7 5,8 4004,0 4,6 4,9 5,02,2 3,0 5003,6 4,1 4,4 4,51,9 2,7 6003,3 3,7 4,0 4,11,8 2,4 8001,5 2,5 2,8 3,2 3,5 3,5 9001,4 2,0 2,6 3,0 3,2 3,3 1 0001,4 1,8 2,5 2,8 3,0 3,1 2 0001,0 1,3 1,8 2,1 2,2 2,2 30001,4 1,6 1,8 1,80,8 1,1 Lecture du tableau:Dans un échantillon de 1000 personnes, si le pourcentage observé est de 20% la marged’erreurest égale à 2,5% : le pourcentage réel est donc compris dansl’interǀalle[17,5 ; 22,5].
L’œil du soŶdeuƌ Gaël SliŵaŶ, PƌĠsideŶt d’Ododža
EMMANUEL MACRON N’A PAS CONVAINCU, LE MOUVEMENT DES GILETS JAUNES EST TOUJOURS SOUTENU PAR LES TROIS-QUARTS DES FRANÇAIS ET PROMET D’ETRE TRES SUIVI SAMEDI
Principaux enseignements du sondage : 1. ECHEC : après les interventionsd’EŵŵaŶuelMacron et Edouard Philippe les trois-quarts des Français (74%) soutiennent toujours le mouvement des gilets jaunes de ce samedi 2. Ce mouvement prometd’ġtƌeTRES suivi : 15% des Français projettentd’LJparticiperd’uŶefaçon oud’uŶeautre 3. Qui sont les « gilets jaunes » qui manifesteront samedi ? Ils seront issus de toutes les CSP et de tous les territoires mais ils seront particulièrement surreprésentés au seind’uŶeFrance rurale et périurbaine, de jeunes actifs et de catégories populaires 4. Pourquoil’edžĠĐutif Ŷ’est-il pas parvenu à calmer la colère ?D’aďoƌdparce que les mesures annoncées par Edouard PhilippeŶ’oŶt pas convaincu : elles sont perçues comme de bonnes mesures, mais les Français ne pensent pasƋu’ilsen bénéficieront 5. Ensuite et surtout parce quel’iŶteƌǀeŶtioŶtéléviséed’EŵŵaŶuelMacron a été un échec, le président ayant été peu suivi et Ŷ’aLJaŶtpas du tout convaincu ceux quil’oŶtsuivi : 68% des Français nel’oŶtpas trouvé convaincant
Gaël SliŵaŶ, PƌĠsideŶt d’Ododža
Synthèse détaillée du sondage (1/5)
ϭͿ ECHEC : apƌğs les iŶteƌǀeŶtioŶs d’EŵŵaŶuel MaĐƌoŶ et Edouaƌd Philippe pouƌ Đalŵeƌ les gilets jauŶes, les tƌois-quarts des Français (74%) soutiennent toujours leur mouvement de samedi
Les tentativesd’EŵŵaŶuelMacron et Edouard Philippe pour éteindre «l’iŶĐeŶdiesur le carburant » ont été un échec total.
Après les annonces coûteuses du Premier ministre pour aider les Français les plus pénalisés par la hausse des taxes sur le carburant, et après la prise de parole solennelle du Président sur le sujet, les trois-quarts des Français soutiennent toujours les gilets jaunes et estiment que le « blocage des routes » Ƌu’ilsopéreront ce samedi 17 novembre est « justifié ».
Deux semainesd’effoƌtspour calmer la colèreŶ’auƌoŶtdonc strictement rien changé : le soutienŶ’abaissé que de 4 points depuis le 1er novembre, soit quasiment dans les margesd’eƌƌeuƌsstatistiques des sondages
Chose remarquable, le mouvement fait un consensus politique totalou presque (les sympathisants LaREM sont logiquement « contre ») - de l’edžtƌġŵegauche (84% de soutien auprès des Insoumis) àl’edžtƌġŵe-droite (92% auprès des RN) en passant par le PS (82%) et LR (76%).
Il faut dire que le gouvernement etl’ElLJsĠe Ŷ’oŶtpeut-être pas réalisé combien de Français utilisaient leurs véhicules dans leurs déplacement quotidiens et, notamment, professionnels.
Ainsi, 62% de nos concitoyens parcourent avec leur véhicule plus de 50km par semaine ou plus de 10km par jour ouvré, et un Français sur six (15%) effectue plus de 300 km par semaine ou plus de 60 km par jour ouvré.
Sans doutel’edžĠĐutifa-t-il un peu sous-estimé le poids démographique que représentait cette France « des gars qui fument et roulent au diesel » ; car il est vraiƋu’elle Ŷ’estpas à Paris : prèsd’uŶquart des habitants del’aggloŵĠƌatioŶparisienneŶ’apas du tout de véhicule ou nel’utilisejamais, et plus de la moitié (51%)d’eŶtƌeeux nel’utiliseŶtpratiquement pas (moins de 10 Km par semaine). Et encore, ces statistiques sont largement portées par les « banlieusards » plutôt que les Parisiens
Al’iŶǀeƌse,près de la moitié des ruraux (47%) et des péri-urbains (43% dans les communes de moins de 20 000 habitants) effectuent plus de 30 Km par jour avec leur véhicule et PERSONNE nel’utilisepas du tout.
Synthèse détaillée du sondage (2/5)
ϮͿ Le ŵouǀeŵeŶt de saŵedi pƌoŵet d’ġtƌe TRES suiǀi : ϭϱ% des FƌaŶçais pƌojetteŶt d’LJ paƌtiĐipeƌ d’uŶe façoŶ ou d’uŶe autƌe Il est très difficile de « pronostiquer » le nombre de personnes qui participeront à ce mouvement samedi prochain. Il serad’ailleuƌssans doute assez difficile pour les médias et commentateursd’Ġǀalueƌle succès oul’ĠĐheĐde ce mouvement hors norme, sans syndicat, sans défilé de piétons dans les rues quel’oŶpeut comptabiliser.
Enfin il sera même difficile de « voir » qui est un manifestant puisque la mobilisation ira du « blocage dur » au simple faitd’aƌďoƌeƌfièrement un gilet jaune sur son tableau de bord.
Mais il y a déjà une certitude : ce mouvement sera TRES TRES suivi.
Sur notre indicateur de mobilisation, 15% des Français déclarent à la fois que cette mobilisation de samedi est « tout à fait justifiée » et prévoientd’LJ participer en se déclarant sûrs de le faire.
Même en ne comptant pas ceux, aussi nombreux, qui envisagent de participer mais sans en être encore sûrs;d’edžpĠƌieŶĐe,la plupartd’eŶtƌeeux ne le feront pas), cela représente plusieurs millions de personnes !
3) Qui sont les « gilets jaunes » qui manifesteront samedi ? Une France rurale et périurbaine, de jeunes actifs appartenant essentiellement aux catégories populaires La question est posée sur tous les plateaux télé depuis des semaines : qui sont les gilets jaunes ? Evidemment avec 15% de Français prêts à participer à la mobilisation de samedi, on compte des gilets jaunes dans absolument toutes les strates de la soĐiĠtĠ fƌaŶçaise. Des feŵŵes, des jeuŶes, des seŶioƌs, des Đadƌes, des sLJŵpathisaŶts de gauĐhe Đoŵŵe de dƌoite…
Mais il y a un bien une France surreprésentée parmi les gilets jaunes :
Naturellement, les gilets jaunes se compteront davantage auprès des Français qui utilisent beaucoup leur voiture : 19% de participants auprès des personnes faisant plus de 50 km par semaine avec leur véhicule ; deux fois moins auprès de ceux qui nel’utiliseŶtque moins de 50 km par semaine et quatre fois moins auprès de ceux quiŶ’oŶtpas de véhicule ou nel’utiliseŶtjamais.
Synthèse détaillée du sondage (3/5)
Mais ce qui est remarquableĐ’estque même ces derniers, qui utilisent peu ou pas du tout leurs véhicules sont majoritaires à soutenir le mouvement et seront nombreux às’LJjoindre ;d’ailleuƌsce quel’ĠtuderévèleĐ’estquel’usagedu véhiculeŶ’estpas le critère le plus discriminant sur la participation au mouvement. Les variables territoriales et sociologiques jouent en fait plus encore sur le sujet.
Ainsi, les Français ruraux (20%) ou péri-urbains (17%) seront quasiment deux fois plus nombreux à se mobiliser samedi que les personnes habitants l’aggloŵĠƌatioŶparisienne (9%) et les grandes villes de province (13%).
Les catégories populaires seront deux fois plus nombreuses (24% vs 12%) parmi les gilets jaunes que les catégories dites supérieures. Les jeunes actifs (19% de 25-34 ans) seront aussi bien plus nombreux que leurs aînés (12% de seniors).
Enfin, les sympathisants du Rassemblement National (33%) de Marine Le Pen seront surreprésentés par rapport aux sympathisants LR (14%) ou PS (12%). Mais sans doute cette surreprésentation nes’edžpliƋue-t-elle pas par une politisation du mouvement mais tout simplement parce que celui-ci est fortement ancré dans la France périurbaine et rurale qui vote plus RN.
ϰͿ PouƌƋuoi l’edžĠĐutif Ŷ’est-il pas paƌǀeŶu à Đalŵeƌ la Đolğƌe ? D’aďoƌd paƌĐe Ƌue les ŵesuƌes aŶŶoŶĐĠes paƌ Edouaƌd Philippe Ŷ’ont pas ĐoŶǀaiŶĐu : elles soŶt peƌçues Đoŵŵe de ďoŶŶes ŵesuƌes, ŵais les FƌaŶçais Ŷe peŶseŶt pas Ƌu’ils eŶ ďĠŶĠfiĐieƌoŶt
Pourquoil’edžĠĐutif Ŷ’est-il pas parvenu à calmer la colère alors même que le Premier ministre et le président se sont démenés sur tous les fronts.
D’aďoƌdparce que les mesures annoncéestrès tardivementpar Edouard PhilippeŶ’oŶtpas convaincu :
Nous avons testé 5 des principales mesures annoncées par le Premier ministre mercredi dernier pour calmer le mécontentement des personnes les plus inquiètes de la hausse des taxes sur le carburant.
Evidemment,s’agissaŶt d’aideset de mesures uniquement « positives », ces mesures ne sont pas rejetées par les Français ; toutes recueillent même plus des deux-tiersd’appƌoďatioŶ: entre 69% et 72% des Français estiment que ce sont de bonnes mesures
Synthèse détaillée du sondage (4/5)
Mais le problème est que les Français ne pensent pas que ces mesures leur bénéficieront. Seulement 13% à 17% des Français le pensent selon la mesure concernée (15% en moyenne sur les 5 mesures).
Même auprès de ceux à qui ces mesures sont le plus destinées, les personnes roulant beaucoupet tout particulièrement celles qui dont plus de 60 Km par jourseulement une personne sur cinq (20%) penseƋu’elleen bénéficiera.
ϱͿ EŶsuite et suƌtout paƌĐe Ƌue l’iŶteƌǀeŶtioŶ tĠlĠǀisĠe d’EŵŵaŶuel MaĐƌoŶ a ĠtĠ uŶ ĠĐheĐ, le pƌĠsideŶt aLJaŶt ĠtĠ peu suiǀi et n’aLJaŶt pas du tout ĐoŶǀaiŶĐu Đeudž Ƌui l’oŶt suiǀi : ϲϴ% des FƌaŶçais Ŷe l’oŶt pas tƌouǀĠ ĐoŶǀaiŶĐaŶt
Si les mesures annoncées par le « PM »Ŷ’oŶtpas convaincu ; au moins sont-elles bien accueillies parl’opiŶioŶ. On ne peut pas en dire autant de l’iŶteƌǀeŶtioŶdu chef del’Ġtat.
D’aďoƌd,le président a fait un « bide » en termesd’iŵpaĐt. On sait déjà via les mesuresd’audieŶĐesque les scoresŶ’ĠtaieŶtpas bons, notre sondage montre que la part de Français ayant été exposés à la parole présidentielle est bien faible : 12% de Français seulement déclarentl’aǀoiƌsuivi et un peu plusd’uŶFrançais sur deux seulement (56%) a été exposéd’uŶefaçon oud’uŶeautre à son propos (essentiellement via des commentaires sur son interview).
C’esttrès peu, etĐ’estmême un record de faiblesse sur nos mesures : sur nos 5 dernières mesures de post-testd’iŶteƌǀeŶtioŶsmédiatiques d’EŵŵaŶuelMacron jamais nousŶ’aǀioŶsenregistré un aussi faible niveaud’edžpositioŶ.
A titre de comparaison, 70% des Français (14 points de plus que mercredi soir) avaient été exposésd’uŶemanière oud’uŶeautre à sa dernière grande intervention comparable, celle effectuée au JT de 13h de Jean-Pierre Pernaut le 12 avril dernier.
Ensuite et surtout, le présidentŶ’atout convaincu les Français qui ont été exposés à son message : 68%pas du d’eŶtƌeeuxl’oŶtjugé « pas convaincant » contre seulement 31% quil’oŶttrouvé « convaincant ». Là encore,Đ’estun record de faiblesse sur nos mesures. Lors de son intervention du 12 avril avec Jean-Pierre Pernaut, le président avait convaincu prèsd’uŶFrançais sur deux (48%).
Synthèse détaillée du sondage (5/5)
Plus fâcheux encore, le présidentŶ’aparticulièrement pas convaincu ceuxƋu’ilvoulait justement convaincre :
79% des Français estimant que la mobilisation est « justifiée »Ŷ’oŶtpas été convaincus, et, surtout inversement, les trois-quarts (75%) des Français qui ont suivil’iŶteƌǀeŶtioŶ d’EŵŵaŶuelMacron estiment toujours que la mobilisation des « gilets jaunes » est « justifiée ».
Au niveau sociologique, le président creuse de plus en plus un fossé entre une France archi-minoritaire urbaine (voire parisienne), aisée, diplômée qui le soutien et le reste du pays qui ne le croit pas/plus. Ainsi, si Emmanuel Macron a convaincu mercredi soir un cadre sur deux (50%) et prèsd’uŶ parisien sur deux (44%), ilŶ’apas du tout convaincu la « Franced’eŶbas » : 74% des catégories populaires et 83% des ouvriersŶ’oŶtpas été convaincus, tout comme 79% des ruraux et 70% des personnes habitant en province dans quelque région que ce soit.
Visiblement, le « méa culpa » étonnamment entendu par nombre de médias et de commentateursŶ’apas du tout été compris comme tel par l’iŵŵeŶsemajorité des Français
Gaël SliŵaŶ, PƌĠsideŶt d’Ododža
Réseaux sociaux (1/2) L’œil de VĠƌoŶiƋue Reille Soult, CEO de DeŶtsu CoŶsultiŶg
Une interview décalée et décevante pour des internautes mobilisés qui attendent un geste
Décalage !C’estle mot qui résume la perception del’iŶteƌǀieǁdu président. « Une interview sur un porte avion? » « Combien consomme un avion en carburant ? » « Franchement, était ce nécessaire ? »Dans un premier temps, l’iŶteƌǀeŶtioŶdu président de la République a généré de nombreuses questions sur la forme pour très rapidement se concentrer sur le fond. Les mesures annoncées le matin par le Premier ministreŶ’aǀaieŶtpas convaincu« on prend beaucoupd’uŶcôté pour redonner un peu del’autƌe» « une usine à gaz incompréhensible »etŶ’aǀaieŶtpas du tout calmé les représentants des #GiletsJaunes. La prestation du président a renforcé ce sentiment de décalage entre les Français et les dirigeants.
Certes, la reconnaissance de son échec à réconcilier a été appréciée, mais le discours reste encore flou pour la grande majorité. Les internautes ne comprennent pas le sens global de la politique du gouvernement «vers où veut-il aller ?» et la colère est toujours aussi forte. Les mesures sont compliquées, les décisions ne sont pas claires et ne changeront pas les problèmes de « trésorerie du quotidien ». La définition donnée par le président sur le pouvoird’aĐhat("le pouvoir d'achat c'est quoi ? C'est mieux gagner sa vie »)ayant été relayée comme une démonstration de ce décalage entre le gouvernement et les Françaisune formed’iŶĐoŵpƌĠheŶsioŶquis’iŶstalle.
Un exercice qui a clivé les expressions avec un groupe de soutien actif et une majoritéd’iŶteƌŶautespeu active mais critique, déçue et énervée.
Un mouvement populaire qui ne veux pas être récupéré «Nous ne laisserons pas les syndicats, ni les partis politiques récupérer nos actions « gilets jaunes ». Les syndicatsŶ’oŶtrien fait, les politiquesŶ’oŶt rien compris, et maintenantƋu’ilsvoientl’aŵpleuƌde la mobilisation ils veulent sel’octƌoLJeƌ. Dehors ! Ce mouvement est venu du peuple.»
De nombreux messages de ce type sont partagés sur les pages « événements » créées sur Facebook pour organiser des rassemblements dans toutes la France. La défiance envers les politiques et les médias « contrôlés par les privilégiés » est une des motivations pour exprimer directement dans la rue les colères ; la récupération est donc redoutée et refoulée.
Réseaux sociaux (2/2) L’œil de VĠƌoŶiƋue Reille Soult, CEO de DeŶtsu CoŶsultiŶg
Plusieurs centaines de pages, plusieurs milliers de commentaires, plusieurs millions de vues et partages : ces chiffres démontrent une réelle colère. Mais ils ne permettent pas de déduirel’aŵpleuƌdu rassemblement sur le terrain car tout apparaît nouveau.C’estle premier mouvement de ce type, réellement issu du peuple, sans organisateurs habitués aux manifestations. Depuisl’iŶteƌǀieǁ d’EdouaƌdPhilippe, les messages craignant des sanctions et amendes pour manifestation et blocage montent sur les pages Facebook, avec des commentaires parfois assez virulents. En effet, le sentimentd’ġtƌemenacés et muselés est fort. Difficile de savoir ce qui l’eŵpoƌteƌaentre la peur et la colère, les mesures annoncées par le Premier ministre et le discours du président ayant remis du « carburant dans le moteur de la mobilisation ».
Les territoires face à Paris , « les automobilistes face aux bobos » La seule certitude est que, pour une fois, Paris ne sera pas le point central du mouvement. Pas ou peu de consignes circulent pour la capitale, ce sont surtout les petites et moyennes agglomérations qui sont actives.C’estune spécificité de ce mouvement. A priori, les participants seront principalement des gens qui ne manifestent jamais et ont le sentiment de ne jamaiss’edžpƌiŵeƌ,leurs demandes et motivations sont très variées avec un dénominateur commun : le sentimentd’ġtƌeen marge des décisions du pouvoir.
L’iŶĐohĠƌeŶĐedes décisions del’Etat(diesel non polluant puis diesel polluant, taxes punitives puis aides àl’aĐhat,tout voiture puis plus de voitures, etc.) est dénoncée dans la grande majorité des pages et messages. Le sentimentd’ġtƌe« pris en otage » ou pointés du doigt comme des « irresponsables » à travers des taxes vécues comme punitives et des amendes pour mauvais comportement est particulièrement fort chez les automobilistes-internautes qui étaient déjà très remontés depuis les 80 Km/h.
Une opposition Paris-grandes villes contre le reste du territoire est également très présente sur les réseaux sociaux. «Les parisiens qui roulent en velibet mangent végan contre les provinciaux qui polluent au diesel, fument des clopes et mangent de la viande» !
Véronique Reille-Soult, CEO de Dentsu Consulting
Retrouvez les éléments détaillés del’aŶalLJsesur les réseaux sociaux à la fin de ce rapport