KC épidermoïdes DCEM1
5 pages
Français

KC épidermoïdes DCEM1

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
5 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • cours - matière potentielle : du module de spécialité
  • cours magistral
1Ce cours polycopié n'est pas destiné à remplacer le cours magistral qui est la base de l'enseignement de l'Anatomie Pathologique Générale de DCEM1 et la référence des connaissances exigées à l'examen, mais il vise à fournir aux étudiants une base de réflexion et un outil pour mettre en forme les notes prises en cours. CARCINOMES EPIDERMOÏDES I - Définition : Carcinomes (ou anciennement « épithéliomas ») = tumeurs malignes épithéliales Carcinome épidermoïde = carcinome malpighien (en anglais : squamous cell carcinoma) Carcinome épidermoïde : Tumeur épithéliale maligne reproduisant de façon plus ou moins fidèle la structure d'un épithélium malpighien.
  • épithélium malpighien normal
  • distance par voie sanguine
  • plancher - cancers de la pointe
  • carcinome
  • tumeur épithéliale
  • tabac - dysphagie sidéropénique - dysplasie - dysplasie sur endobrachy- oesophage
  • carcinomes de la langue
  • adénocarcinomes carcinomes
  • métastases
  • tumeur
  • tumeurs

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 115
Langue Français

Exrait

1
Ce cours polycopié n’est pas destiné à remplacer le cours magistral qui est la base de l’enseignement de l’Anatomie Pathologique Générale de DCEM1 et la référence des connaissances exigées à l’examen, mais il vise à fournir aux étudiants une base de réflexion et un outil pour mettre en forme les notes prises en cours.
I- Définition:
CARCINOMES EPIDERMOÏDES
Carcinomes (ou anciennement « épithéliomas ») = tumeurs malignes épithéliales Carcinome épidermoïde = carcinome malpighien (en anglais : squamous cell carcinoma)
Carcinome épidermoïde : Tumeur épithéliale maligne reproduisant de façon plus ou moins fidèle la structure d’un épithélium malpighien. La tumeur naît souvent – mais pas toujours - d’un épithélium malpighien.
IIPrincipaleslocalisations:
a) surun épithélium malpighien de siège normal : - peau - muqueusesdes voies aérodigestives supérieures (ORL, œsophage) - canalanal - exocolutérin - vagin - gland b) surun revêtement cylindrique : - bronche - endocolutérin c) surun autre type d’épithélium : - paramalpighiencomme dans la vessie (surtout dans la bilharziose) - glandessalivaires - pancréasetc.
Les carcinomes épidermoïdes développés en dehors d’un épithélium malpighien de siège normal sont appelés « carcinomes épidermoïdes métaplasiques ».
IIIAspectsmacroscopiques:
a) Aspectsélémentaires : - formevégétante ou exophytique, faisant saillie à l’extérieur (peau) ou dans la lumière d’une cavité ou d’un conduit (œsophage, bronche) - formeulcérée : perte de substance creusée dans la tumeur - formeinfiltrante : destruction et remplacement des structures normales par la tumeur. La surface paraît peu modifiée, mais il existe une induration du tissu sous jacent (par exemple rigidité de la paroi gastrique dans la linite gastrique)
PL/Kc épidermoïdes
b) Associationde ces aspects élémentaires : - leplus souvent la tumeur associe ces aspects élémentaires qui sont rarement purs, et réalise des formes ulcéro-infiltrantes, ulcéro-végétantes - dansun conduit comme l’œsophage ou les bronches, il existe des formes circonférencielles ou non, sténosantes ou non …
IVAspectsmicroscopiques:
2
a) Différenciation: - un carcinome épidermoïde bien différencié ressemble à un épithélium malpighien normal. En particulier, il existe des ponts d’union intercellulaires, des tonofilaments. - un carcinome épidermoïde peu différencié s’écarte nettement de l’aspect d’un épithélium malpighien normal, mais il possède quelques caractères permettant de le rattacher à ce type histopathologique. - un carcinome épidermoïde moyennement différencié a un aspect intermédiaire entre les deux catégories précédentes.
b) Maturation : Pour les carcinomes épidermoïdes elle se définit par la production de kératine. Plusieurs types de kératinisation sont possibles : - maturation orthokératosique proche de la kératinisation normale mais plus abondante et formant des globes cornés dans la profondeur du tissu tumoral - maturation parakératosique ou les noyaux cellulaires persistent dans les lameeles cornées. Elle réalise aussi des globes cornés dans les massifs tumoraux. - maturation dyskératosique où la kératinisation se fait sous forme d’éléments isolés, sans formation de globes cornés. Les carcinomes épidermoïdes non matures se caractérisent par une absence de kératine.
c) L’architecture générale des carcinomes épidermoïdes correspond à des massifs, à des lobules ou à des travées souvent anastomosées entre elles. Entre ces plages carcinomateuses, le stroma (qui constitue le tissu conjonctif de soutien et de nutrition de la tumeur) est plus ou moins inflammatoire.
d) Les cellules tumorales présentent des caractères cytologiques de malignité en particulier avec des noyaux irréguliers et des mitoses anormales par leur nombre et leur aspect. Cependant ces anomalies cytologiques peuvent être discrètes dans les formes très bien différenciées de carcinome.
e) Les carcinomesin situ: - prolifération localisée à l’épithélium, limitée par la membrane basale qui est respectée : CIS (carcinome in situ) ou carcinome intra-épithélial. - peut se développer dans un épithélium métaplasique (bronches). - ils s’observent souvent au niveau du col utérin, de la peau (maladie de BOWEN). - ils sont totalement guéris par exérèse chirurgicale.
V – Aspects évolutifs
Comme la plupart des carcinomes ils disséminent d’abord par voie lymphatique en donnant des métastases dans les ganglions de drainage. Par exemple les carcinomes épidermoïdes ORL envahissent les ganglions cervicaux.
PL/Kc épidermoïdes
Les métastases par voie sanguine sont généralement plus tardives : ainsi les carcinomes bronchiques donneront des métastases dans les ganglions lymphatiques du hile pulmonaire puis des métastases à distance par voie sanguine : métastases cérébrales, surrénaliennes.
VI – Carcinomes épidermoïdes cutanés
Il en existe deux types :
3
a) le carcinome spinocellulaire (c’est un carcinome épidermoïde typique) - macroscopie : forme ulcéro-végétante habituelle. La forme végétante pure réalise l’aspect de la corne cutanée avec une hyperkératose de surface. - microscopie : c’est celle d’un carcinome épidermoïde plus ou moins bien différencié avec les mêmes aspects évolutifs.
b) les carcinomes basocellulaires : - macroscopie : forme végétante, ou forme ulcérée avec en périphérie des élevures en perles, ou forme plane d’aspect cicatricielle - microscopie : la tumeur est faite de petites cellules au cytoplasme basophile, ressemblant aux cellules de l’assise germinative (ou basale) de l’épiderme. Ces cellules se groupent en massifs en périphérie desquels elles adoptent une disposition palissadique. Ces carcinomes peuvent comporter des aspects de différenciation annexielle (sudorale, pilaire…), et doivent être distingués des véritables tumeurs annexielles qui sont souvent de nature hamartomateuse. Cette variante de carcinome ne donne pas de métastases mais elle peut avoir une évolution locale très agressive (ulcus rodens).
VIICarcinomesdelalangue:
a) Carcinomes de la portion mobile de la langue Surtout chez l’homme de 55 à 65 ans. Facteurs favorisants : alcoolisme et tabagisme, mauvaise hygiène dentaire. Lichen plan atrophique (20% de cancérisation) Papillomatose Evolution : - cancers marginaux -> pilier antérieur de l’amygdale - cancers de la face ventrale -> plancher - cancers de la pointe généralement peu infiltrants - cancers de la partie postérieure : peuvent perforer les gros vaisseaux
Lésions multiples au niveau des voies aéro-digestives supérieures dans 6% des cas.
Envahissement ganglionnaire : Dans 36% des cas il est muet cliniquement. - groupe jugulo-carotidien (58,5%) - groupe sous-mento-maxillaire (16%) - groupe inférieur cervical transverse et spinal (8%)
PL/Kc épidermoïdes
b) Carcinomes de la base de la langue Ils sont plus rares qu’au niveau de la portion mobile de la langue. Ils s’accompagnent d’un envahissement presque constant et souvent bilatéral des ganglions.
VIII – Cancers de l’œsophage
Facteurs favorisants : - alcool, tabac - dysphagie sidéropénique - dysplasie - dysplasie sur endobrachy- oesophage (adénocarcinomes)
Localisation : 50% dans le tiers inférieur 40% dans le tiers moyen 10% dans le tiers supérieur
Macroscopie : le plus souvent de forme ulcérante
4
Histopathologie : Carcinome épidermoïde dans 90% des cas, parfois verruqueux (très kératinisant) Les autres formes de carcinome : Adénocarcinome au niveau du 1/3 supérieur et du 1/3 inférieur de l’œsophage. Le carcinome à petites cellules est beaucoup plus rare.
Evolution : Envahissement ganglionnaire fréquent (50% des cas) Envahissement régional (plèvre, trachée et bronches) Complications infectieuses Compte tenu de l’évolution rapidement fatale, les métastases à distance sont rares.
IX – Carcinomes bronchiques
Moyens d’étude : Biopsie par fibroscopie Cytoponction transpariétale dans les formes périphériques Cytologie de brossage endo-bronchique
Différents types de carcinomes broncho-pulmonaires : Carcinomes épidermoïdes Adénocarcinomes Carcinomes à petites cellules
Macroscopie et évolution des carcinomes épidermoïdes : Ils sont généralement de siège proximal, près du hile. Ils se développent le plus souvent dans les grosses bronches, puis s’étendent au parenchyme pulmonaire voisin, aux ganglions du hile, puis donnent des métastases viscérales à distance (en particulier cérébrales et surrénaliennes. Il est parfois difficile de déterminer si les carcinomes épidermoïdes sont primitivement bronchiques ou secondaires (c'est-à-dire métastatiques d’une autre origine). Ces carcinomes surviennent en effet dans un contexte alcoolo-tabagique ou d’autres localisations sont fréquentes (ORL, œsophage). Ils peuvent coexister avec des foyers de dysplasie en muqueuse
PL/Kc épidermoïdes
des voies aéro-digestives supérieures. [A noter que ce diagnostic différentiel entre tumeur primitive et métastase estaussi souvent difficile avec les adénocarcinomes broncho-pulmonaire]
5
Sur le plan microscopique les carcinomes épidermoïdes s’accompagnent souvent d’une métaplasie malpighienne de la muqueuse bronchique de voisinage.
Les autres types de carcinomes broncho-pulmonaires seront étudiés ultérieurement au cours du module de spécialité.
PL/Kc épidermoïdes
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents