Sexe et littérature aujourd
7 pages
Français

Sexe et littérature aujourd'hui

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

introDuC tionIl est bien difficile, quand on voit l’état des amours contempo-raines, de se représenter le monde d’avant la libération sexuelle. On a peine à imaginer aujourd’hui qu’on ne voyait pas de seins nus sur les plages de la Méditerranée, qu’un éditeur se risquant à publier le marquis de Sade pouvait se retrouver en prison et qu’il n’était pas question de ramener sa petite amie chez soi sauf à vouloir jeter les familles dans le désordre et l’affliction. Le sexe est aujourd’hui partout : chaque année les jupes sont plus courtes et les chemisiers plus décolletés, les spots de pub pour les yaourts se rapprochent toujours plus du court-métrage érotique et les jeunes amants ne trouvent plus guère de barrières sur la route du plaisir si ce n’est celle de leur inexpérience (l’art d’aimer n’est pas plus inné aujourd’hui qu’avant 1968). Par-dessus tout le sexe a cessé d’être l’étalon des tabous. S’il est avéré que la libération 1des mœurs n’a pas modifié la fréquence des rapports charnels , 1. Voir Paul Yonnet, « Libérer le sexe pour se libérer du sexe », Le Débat, n° 112, Paris, novembre-décembre 2000, p. 211.9P00205_int.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 21 février 2012
Nombre de lectures 1 375
Langue Français

Exrait

introDuCtion
Il est bien difficile, quand on voit l’état des amours contempo-raines, de se représenter le monde d’avant la libération sexuelle. On a peine à imaginer aujourd’hui qu’on ne voyait pas de seins nus sur les plages de la Méditerranée, qu’un éditeur se risquant à publier le marquis de Sade pouvait se retrouver en prison et qu’il n’était pas question de ramener sa petite amie chez soi sauf à vouloir jeter les familles dans le désordre et l’affliction. Le sexe est aujourd’hui partout : chaque année les jupes sont plus courtes et les chemisiers plus décolletés, les spots de pub pour les yaourts se rapprochent toujours plus du court-métrage érotique et les jeunes amants ne trouvent plus guère de barrières sur la route du plaisir si ce n’est celle de leur inexpérience (l’art d’aimer n’est pas plus inné aujourd’hui qu’avant 1968). Par-dessus tout le sexe a cessé d’être l’étalon des tabous. S’il est avéré que la libération 1 des mœurs n’a pas modifié la fréquence des rapports charnels,
1. Voir Paul Yonnet, « Libérer le sexe pour se libérer du sexe »,Le Débat, n° 112, Paris, novembre-décembre 2000, p. 211.
9
nl i t t é r a t u ree ta u j o u rd ' h u i S e xe
elle a en revanche affranchi la parole sensuelle ; non seulement un silence pesant ne règne plus dans les familles sur « la confu-sion des sentiments », mais il est devenu possible d’évoquer sa vie intime dans un dîner en ville comme s’il s’agissait d’un sujet d’actualité et de lire les romanciers libertins dans le métro sans troubler l’ordre public. Claude-Jean Bertrand et Annie Baron-Carvais, dans leurIntroduction à la pornographie,estiment même que la pornographie demain sera comparable à la gastronomie ou la philatélie : il ne sera pas plus déplacé de regarder un bon film porno entre amis que d’aller faire un jogging dans les jardins 1 du château de Versailles. À vrai dire, on ne voit pas très bien jusqu’où peut aller cette extraordinaire libération des corps tant l’individu contemporain semble suivre toujours plus résolument la seule voie du libre arbitre dans son rapport au monde comme aux choses du sexe. Le nudisme sera-t-il toléré sur les plages de Dunkerque à Menton ? Regardera-t-on en famille le samedi soir Gorge profondeouLatex? Les enfants demanderont-ils des préser-vatifs à leurs parents pour leur dixième anniversaire ? Autant de questions que cette course étrange vers un monde toujours plus sexualiséoblige à se poser et qui génèrent de nombreux discours en faveur d’une réaction – réaction dont la campagne virulente contre le filmBaise-moide Virginie Despentes et Coralie Trinh 2 Thi aura été le point d’orgue. Bizarrement, alors que le sexe n’a jamais été aussi enva-
1. Claude-Jean Bertrand et Annie Baron-Carvais,Introduction à la pornographie,Paris, La Musardine, 2001. 2. Il n’est pas question ici de gloser sur le retour – réel ou fantasmé – du conservatisme au sujet du sexe comme au sujet des questions démocratiques. Il n’y a que les intégristes de la liberté absolue pour se réjouir de la situation sensuelle contemporaine. Le sida, l’éclate-ment des mariages, le désarroi des célibataires sont des problèmes trop préoccupants pour être abandonnés aux tenants d’un nouvel ordre moral.
1 0
I n t ro d u c t i o n
hissant, il ne s’est jamais trouvé autant de personnes pour déclarer l’érotisme en voie d’extinction. Pour Allan Bloom, nous vivons « la désérotisation du monde, qui accompagne son désenchantement. […] L’isolement, le sentiment de ne pouvoir établir un contact en profondeur avec d’autres êtres 1 humains, telle est, semble-t-il, la maladie de notre temps. » Philippe Muray, avec le sens critique qu’on lui connaît, ne dit pas autre chose : « Il en va aujourd’hui de l’existence sexuelle […] comme de ces lieux de mémoire qui ne sont plus que 2 des motifs d’attraction et d’animation…».Last but not least, Jean-Jacques Pauvert qui, par son travail d’éditeur et sa célèbre Anthologie historique des lectures érotiques, a tant fait pour le libertinage et la galanterie déclare dans son dernier livre que l’érotisme, sous sa forme littéraire, est mort et enterré. Tout en moquant les tenants d’une sexualité froide et vul-gaire, Pauvert dénonce la pauvreté d’une littérature flasque et répétitive, incapable de donner un vrai souffle à l’écriture du 3 choc amoureux. Faut-il voir un paradoxe dans cette oppo-sition entre un exhibitionnisme permanent qui transforme l’individu contemporain en voyeur malgré qu’il en ait et un désenchantement sensuel dont les grincheux croient deviner l’odieux visage partout ? Faut-il s’étonner d’un côté de voir le corps banalisé par son omniprésence et de l’autre la littéra-ture incapable de sublimer la mécanique du désir et l’union sensuelle ? La question manque d’autant moins d’intérêt que
1. Allan Bloom,L’Amour et l’Amitié, Paris, De Fallois, 1996, p. 10. 2. Philippe Muray, « Sortie de la libido »,Critique, Éros 2000, n° 637-638, juin-juillet 2000, Paris, p. 467. 3. Jean-Jacques Pauvert,De l’infini au zéro, Anthologie historique des lectures érotiques 1985-2000, Paris, Stock, 2001, p. 692 et suivantes.
1 1
nl i t t é r a t u ree ta u j o u rd ' h u i S e xe
le lecteur français s’est depuis longtemps accoutumé à l’idée que sa langue était la mieux faite pour célébrer la fusion des corps et le commerce amoureux. À la lecture de Jean-Jacques 1 2 Pauvert oude Sarane Alexandrian, l’amateur de gauloise-ries se laisse volontiers persuader que l’extraordinaire littéra-ture érotique de tradition française prouve la suprématie de la culture amoureuse hexagonale sur toutes les autres (alors  3 que la Renaissance a célébré la sensualité italienne, que la période Ming finissante a été celle d’une véritable floraison 4 e d’œuvres érotiques en Chineet alors que lexixsiècle a été celui de l’épanouissement érotique anglais, encouragé par le succès précurseur de John Cleland et de sa fameuseFanny Hill…). Ce « cocorico mutin » est néanmoins bien compré-hensible quand on songe à la superbe histoire du libertinage et aux raffinements que le marivaudage a pu atteindre dans e 5 les boudoirs duxviiisiècle . Peut-être que sous sa forme furieusement amorale aussi le libertinage a montré l’extra-ordinaire puissance de la grivoiserie au point de pousser les tenants de l’ordre ancien à vouloir interdire des ouvrages décrivant avec un peu trop de talent et d’acuité les affreuses débauches du clergé et les abominables frasques de la cour. Il est sans doute logique, en clair, que nombre de critiques aient
1. Jean-Jacques Pauvert,L’Amour à la française ou l’exception étrange, Paris, Le Rocher, 1997. 2. Sarane Alexandrian,Histoire de la littérature érotique, Paris, Seghers, 1989. 3. Voir les très belles pages qu’Alcide Bonneau a consacrées à l’Éros de la Renaissance italienne dans sonCuriosa(Paris, Isidore Liseux, 1882). 4. La gloire duKing Ping Meisouvent caché la richesse imaginative des autres a chefs-d’œuvre de l’érotisme chinois. Voir Robert van Gulik,La Vie sexuelle dans la Chineancienne, Paris, Gallimard, 1971, p. 328 et suivantes. 5. Voir Didier Foucault,Histoire du libertinage, Des goliards au marquis de Sade, Paris, Perrin, 2007.
1 2
I n t ro d u c t i o n
essayé de rattacher l’avalanche d’ouvrages pornographiques publiés depuis peu à la longue histoire littéraire grivoise de la France. Mais n’est-ce pas un contresens grave que d’imaginer Virginie Despentes dans la descendance de Louise Labé ou Michel Houellebecq dans les pas d’Andréa de Nerciat ? C’est que l’écriture érotique, hier maudite, aujourd’hui dévitalisée, change de statut en quittant le second rayon. Reconnue, plébiscitée, elle se voit vidée de sa force transgres-sive. Elle doit apprendre à exister par elle-même sans tirer de son interdiction ou de sa charge subversive, désormais impro-bable, sa raison d’être. Le sexe n’est plus ce grand « impensé radical », ce territoire secret que chacun découvre dans le silence de la nuit en luttant contre les puissants effets de la honte et l’épouvantable poids des névroses. Dans le mouve-ment de l’explosion hédoniste et des mots d’ordre au « jouir sans entraves », il devient un élément essentiel de l’épanouis-sement de l’être. Hier attaqué, sali, moqué, il est aujourd’hui cool, sympa, branché. Cette révolution oblige toute la littéra-ture galante à se reconstruire. Le héros traditionnel du récit gaulois, le libertin qui, par ses belles paroles et ses stratagèmes byzantins, parvient à séduire des vierges trop naïves, n’est plus possible dans le roman lubrique de l’après-1968 et dans une société où la femme assume ouvertement ses pulsions et cède sans déchoir à l’appel de la chair. Disparus, les systèmes de la censure laissent désormais toute liberté aux écrits poivrés pour s’affirmer, pour investir au grand jour la bibliothèque de l’honnête homme, mais ces œuvres de la rébellion contre l’ordre moral et de la célébration des sens contre les confor-mismes de la vie bourgeoise n’ont-elles pas ainsi perdu de leur sel ? Comment bâtir une œuvre forte qui fasse sensation
1 3
ne t S e xea u j o u rd ' h u il i t t é r a t u re
quand il est devenu si banal de vivre à trois ou de coucher à cinq ? Comment écrire un texte qui frappe les esprits quand le marquis de Sade est partout en rayon ? La révolution sexuelle a fécondé toute la littérature. Au moment même où les œuvres sèches des années structura-listes se sont effondrées pour laisser place à un retour au réa-lisme, parfois direct, parfois compliqué de jeux spéculaires et de trucages au troisième degré, le sexe a naturellement colonisé les pages des romans de la rentrée – la littérature peut-elle prétendre dire quelque chose du monde sans parler de cette extraordinaire mutation des mœurs ? La littérature blanche est donc devenue de plus en plussexualisée, obligeant la littérature galante à monter en gamme, si l’on peut dire, et offrir des textestrashou nerveux pour se démarquer. Tous ces bouleversements qui, dans les magazines, nourrissent dossiers spéciaux et enquêtes inédites ont également suscité, sur le même mode mi-journalistique mi-sociologique, toute une littérature flirtant avec l’essai de comptoir ou la réflexion de bas étage sur la sexualité des temps nouveaux. Quoi que l’on pense de ses œuvres, force est de constater que les succès publics de Houellebecq viennent d’abord de l’intérêt général pour les choses du sexe et pour l’analyse des mœurs. À 1 défaut, peut-être, d’être les meilleurs amants du monde, les Français ont une passion historique pour tout ce qui a trait à l’amour, et notre longue histoire littéraire en ce domaine prouve que les délices de la chair aspirent à se faire matière à textes, gagnent à être doublés par les mots. Entre Michel
1. Gabriel Matzneff en tout cas ne ménage pas ses efforts pour convaincre ses lecteurs de la sportivité de ses exploits au lit… 1 4
I n t ro d u c t i o n
Houellebecq et Virginie Despentes, entre Catherine Millet et Catherine Breillat, la littérature du sexe aujourd’hui hésite entre le récit et la spéculation, entre le roman et l’analyse, pour faire réfléchir tout en faisant frissonner, parfois pour séduire, plus souvent pour surprendre, sinon pour écœurer. Toute la littérature d’aujourd’hui, à ce double titre, fournit une matière de premier ordre pour qui s’intéresse aux mœurs et à la gaudriole. Descriptions, études, anecdotes, confes-sions s’additionnent pour donner de la France des corps et des sens une idée tantôt sensible et délicate, tantôt raide et tranchante, pour offrir comme une enquête sur la sexualité contemporaine, contrastée, où les signes de contentement se mêlent inextricablement aux aigreurs du désarroi. Dans ces textes où la description coquine fusionne avec le propos rustre, où le bon mot polisson voisine avec le souci gynécologique, il est difficile d’apprécier les éventuelles vertus aphrodisiaques de la phrase. La distinction ancienne entre érotisme et pornographie a sans doute fait sens à une époque où l’écriture lubrique n’a été pensable qu’euphémisée, nourrie de métaphores délicates et de comparaisons raffinées. Ont pu relever alors de la pornographie – comme en négatif – tous les textes trop crus ou trop aigres pour espérer sortir des doubles fonds des bibliothèques. Toutefois ces deux types d’écrits ont toujours abouti, dans les faits, à l’échauffement des sens, il a toujours été artificiel d’opposer ces deux formes d’expres-sion sensuelle ou amoureuse. La subtile distinction qui a pu séparer ces deux écritures est tombée dans les dernières décennies quand la décontraction sociale de l’après-1968 et la démocratisation de l’écrit qui s’en est suivie ont rendu banales l’expression crue, la verdeur du texte, la flambée dutrash.
1 5

Attention

En entrant sur cette page, vous certifiez :

  • 1. avoir atteint l'âge légal de majorité de votre pays de résidence.
  • 2. avoir pris connaissance du caractère érotique de ce document.
  • 3. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 4. consulter ce document à titre purement personnel en n'impliquant aucune société ou organisme d'État.
  • 5. vous engager à mettre en oeuvre tous les moyens existants à ce jour pour empêcher n'importe quel mineur d'accéder à ce document.
  • 6. déclarer n'être choqué(e) par aucun type de sexualité.

YouScribe ne pourra pas être tenu responsable en cas de non-respect des points précédemment énumérés. Bonne lecture !