BILAN 2014 DU MARCHÉ DE LA MUSIQUE ENREGISTRÉE

BILAN 2014 DU MARCHÉ DE LA MUSIQUE ENREGISTRÉE

-

Documents
26 pages
Lire
Cet ouvrage peut-être téléchargé gratuitement

Description

BILAN 2014 DU MARCHÉ DE LA MUSIQUE ENREGISTRÉE I - LE MARCHÉ DE LA MUSIQUE ENREGISTRÉE EN RÉVOLUTION PERMANENTE  Depuis 15 ans, Internet a, plus que dans tout autre secteur, fragmenté les usages et les modèles économiques de la musique enregistrée. Si le marché a perdu près de 65% de sa valeur depuis 2002, le développementd’une offre légale a permisla structuration du marché numérique, qui représente 29% des revenus en 2014, en hausse de 3.5 points.  En 2014, le marché de la musique enregistrée a fléchi de5.3%, sous l’effet de la baisse conjuguée des ventes physiques (-11.5%) et, pour la première fois, des ventes de téléchargement à l’acte (-14%). Cette restructuration des revenus s’expliqueprincipalement par uneprofonde modification des usages autour du streaming.  Le marché physique représente encore71%du marché sur ce segment. Seul le vinyle est en croissance (+42%). Avec 672 000 exemplaires vendus, ce format représente 2,7% du marché physique. 1 II -LE STREAMING S’AFFIRME COMME LE RELAIS DE CROISSANCE DU MARCHÉ DE LA MUSIQUE ENREGISTRÉE  La forte croissance des revenus du streaming(+34%)permet à elle seule de compenser la baisse des revenus du téléchargement à l’acte.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 03 février 2015
Nombre de lectures 13 458
Langue Français
Signaler un problème
BILAN 2014 DU MARCHÉ DE LA MUSIQUE ENREGISTRÉE I - LE MARCHÉ DE LA MUSIQUE ENREGISTRÉE EN RÉVOLUTION PERMANENTE
Depuis 15 ans, Internet a, plus que dans tout autre secteur, fragmenté les usages et les modèles économiques de la musique enregistrée. Si le marchéa perdu près de 65% de sa valeur depuis 2002, le développementd’une offre légale a permisla structuration du marché numérique, qui représente 29% des revenus en 2014, en hausse de 3.5 points.
En 2014, le marché de la musique enregistrée a fléchi de5.3%,sous l’effet de la baisse conjuguée des ventes physiques (-11.5%) et, pour la première fois, des ventes de téléchargement à l’acte (-14%). Cette restructuration des revenus s’expliqueprincipalement par uneprofonde modification des usages autour du streaming.
Le marché physique représente encore71%du marché sur ce segment. Seul le vinyle est en croissance (+42%). Avec 672 000 exemplaires vendus, ce format représente 2,7% du marché physique.
1
II -LE STREAMING S’AFFIRME COMME LE RELAIS DE CROISSANCEDU MARCHÉ DE LA MUSIQUE ENREGISTRÉE La forte croissance des revenus du streaming(+34%)permet à elle seule de compenser la baisse des revenus du téléchargement à l’acte.L’an dernier,le streaming est devenu le premier revenu du marché numérique (55%) (soit + 12 points par rapport à 2013)et représente désormais16% des revenus totaux du marché.
C’est la concrétisation du basculement des usages vers le streaming:12 milliardsde titres ont été écoutés sur les plateformes de streaming audio en 2014, soit une progression de40%en un an. Avec près de 11 millions de streamers (hors streaming vidéo), c’est 16% de la population française qui a déjà basculé.
Le modèle de l’abonnement offrant une expérience enrichie séduit plus en plus de français : désormais,plus de 2 millions de personnes sont abonnées à un service de streaming audio. Si le potentiel de développement est prometteur, les offres payantes doivent être davantage valorisées et segmentées.
2
IIILA PRODUCTION LOCALE RAYONNE ET DYNAMISE LE MARCHÉ DE LA MUSIQUE ENREGISTRÉE Les producteurs de musique ont continué d’investir pour les artistes en 2014: 242 albums francophones ont été commercialisés en 2014, soit une progression de17%par rapport à 2013. Le travail de développement s’intensifie: 119 nouvelles signatures en 2014, soit une hausse de 31% par rapport à 2013, tout spécialement en direction des nouveaux talents (+46%). Les trois-quarts(74%)revenus du marché (hors classique) sont le résultat des succès de la production des francophone, un niveau jamais atteint.Les 10 albums les plus vendus en 2014 concernent des artistes produits localement et chantant en français.
Les artistes produits en Frances’exportent toujours mieux: 22 nouvelles certifications ont été attribuées par le Bureau Export en 2014.Le tiers de ces certifications est attribué à des artistes chantant en français. Sur les 12 meilleurs albums certifiés à l’international, 6 concernent des jeunes talents.LES ENJEUX DES PRODUCTEURS DU SNEP POUR 2015 Pérenniser un écosystème vertueux Intensifier la lutte contre les usages illicites sur InternetExposer décemment les artistes dans les médias traditionnels
3
4