28 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Aperçus statistiques sur les landes et les boisements de la Gâtine tourangelle - article ; n°1 ; vol.74, pg 239-263

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
28 pages
Français

Description

Norois - Année 1972 - Volume 74 - Numéro 1 - Pages 239-263
RÉSUMÉ
L'auteur présente des statistiques et un certain nombre de cartes qui sont le bilan de recherches faites au service du Cadastre du département d'Indre-et-Loire.
Pour chaque commune du Nord de l'Indre-et-Loire, les cadastres de 1830, 1914, 1935 et 1963 ont été dépouillés en ce qui concerne les landes, forêts et boisements divers. Un certain nombre de chiffres établis d'après le dernier cadastre (1963) donnent l'état actuel du boisement de la Gâtine tourangelle :
— taux de boisement par commune.
— superficie des grandes forêts domaniales ou privées.
— superficie des landes et des forêts communales. — part des forêts en taillis, en taillis-sous-futaie et en futaie par rapport à la surface totale.
— part des résineux dans le total des forêts de la Gâtine tourangelle.
Ces données sont reliées aux grands faits géologiques et historiques. Par ailleurs, une étude de l'évolution des boisements et des landes, quant à leur superficie et à leur qualité, est faite depuis 1830, avec, comme étapes intermédiaires et comme stades de comparaison les années 1860 (grâce à des inventaires forestiers), 1914 et 1963.
SUMMARY
The author presents some statistics and a certain number of maps which are the result of researches made in service of the survey of lands of the Indre-et-Loire département.
For each commune in the north of Indre-et-Loire, the cadastral surveys of 1830, 1914, 1935 and 1963 have been analysed in all concerning moors, forests and various types of woodlands. A certain number of figures compiled from the last survey (1963) give us the present state of the « Gâtine tourangelle » woods.
— quantity of woods per commune.
— surface of great domanial or private forests.
— surface of common moors and forests.
— portions of forests consisting in coppice, coppine and timber, and timber as compared to the whole surface.
' — portion of coniferous trees in all the forests of the « Gâtine tourangelle ».
These data are linked to the great geological and historical events of this region. Furthermore, a study of the evolution of woods and moors, as far as their surface and quality are concerned, has been made since 1830 — the years 1860 (thanks to forest surveys) 1914 and 1963 being intermediate and comparative stages.
ZUSAMMENFASSUNG
Der Verfasser legt Statistiker und Marten vor als Bilanz über die im Katasteramt des Département Indre-et-Loire angestellten Erhebungen.
Für jede Gemeinde aus dem nôrdlichen 1. et L. wurde im Kataster aus den Jahrgängen 1830, 1914, 1935, 1963 nach Angaben über Heide-Waldund Forstgebiet systematisch geforscht. Zahlenmassige Angaben, auf den letzten Ein-tragungen in den Katasten beruhend (Jahrgang 1963), verschaffen einen Ùberblich über Wald-und Forstbestand in der Tou- rainer « Gâtine » :
— Prozentsatz des bewaldeten gebiets pro gemeinde,
— Gesamtfläche der Staats- und Privatwaldungen,
— Gesamtfläche des Heidegebiets und der Gemeindewalder,
— Anteil des Nieder-und Hochwaldes, sowie auch des Mittelwaldes an der Gesamtoberfläche,
— Anteil des Kienholzes am gesamtwaldbestand der Tourainer « Gâtine ».
Diese Daten werden in verbindung gebracht mit den grundlegenden geologischen und historichen Tatsachen.Untersucht wird im übrigen die Entwicklung der Aufforstung und des Heidegebiets in Bezug auf Fläche und Qualität seit dem Jahr 1830 unter Heranziehung-zu Vergleichs- zwecken- der Jahrgänge 1860 (auf Grund von Waldinventaren), 1914 und 1963 als Zwischenstufen.
25 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1972
Nombre de lectures 66
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Exrait

J.-M. Couderc
Aperçus statistiques sur les landes et les boisements de la
Gâtine tourangelle
In: Norois. N°74, 1972. Avril-Juin 1972. pp. 239-263.
Citer ce document / Cite this document :
Couderc J.-M. Aperçus statistiques sur les landes et les boisements de la Gâtine tourangelle. In: Norois. N°74, 1972. Avril-Juin
1972. pp. 239-263.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/noroi_0029-182X_1972_num_74_1_3818Résumé
RÉSUMÉ
L'auteur présente des statistiques et un certain nombre de cartes qui sont le bilan de recherches faites
au service du Cadastre du département d'Indre-et-Loire.
Pour chaque commune du Nord de l'Indre-et-Loire, les cadastres de 1830, 1914, 1935 et 1963 ont été
dépouillés en ce qui concerne les landes, forêts et boisements divers. Un certain nombre de chiffres
établis d'après le dernier cadastre (1963) donnent l'état actuel du boisement de la Gâtine tourangelle :
—taux de boisement par commune.
—superficie des grandes forêts domaniales ou privées.
—superficie des landes et des forêts communales. —part des forêts en taillis, en taillis-sous-futaie et en
futaie par rapport à la surface totale.
—part des résineux dans le total des forêts de la Gâtine tourangelle.
Ces données sont reliées aux grands faits géologiques et historiques. Par ailleurs, une étude de
l'évolution des boisements et des landes, quant à leur superficie et à leur qualité, est faite depuis 1830,
avec, comme étapes intermédiaires et comme stades de comparaison les années 1860 (grâce à des
inventaires forestiers), 1914 et 1963.
Abstract
SUMMARY
The author presents some statistics and a certain number of maps which are the result of researches
made in service of the survey of lands of the Indre-et-Loire département.
For each commune in the north of Indre-et-Loire, the cadastral surveys of 1830, 1914, 1935 and 1963
have been analysed in all concerning moors, forests and various types of woodlands. A certain number
of figures compiled from the last survey (1963) give us the present state of the « Gâtine tourangelle »
woods.
—quantity of woods per commune.
—surface of great domanial or private forests.
—surface of common moors and forests.
—portions of forests consisting in coppice, coppine and timber, and timber as compared to the whole
surface.
' — portion of coniferous trees in all the forests of the « Gâtine tourangelle ».
These data are linked to the great geological and historical events of this region. Furthermore, a study
of the evolution of woods and moors, as far as their surface and quality are concerned, has been made
since 1830 — the years 1860 (thanks to forest surveys) 1914 and 1963 being intermediate and
comparative stages.
Zusammenfassung
ZUSAMMENFASSUNG
Der Verfasser legt Statistiker und Marten vor als Bilanz über die im Katasteramt des Département Indre-
et-Loire angestellten Erhebungen.
Für jede Gemeinde aus dem nôrdlichen 1. et L. wurde im Kataster aus den Jahrgängen 1830, 1914,
1935, 1963 nach Angaben über Heide-Waldund Forstgebiet systematisch geforscht. Zahlenmassige
Angaben, auf den letzten Ein-tragungen in den Katasten beruhend (Jahrgang 1963), verschaffen einen
Ùberblich über Wald-und Forstbestand in der Tou- rainer « Gâtine » :
—Prozentsatz des bewaldeten gebiets pro gemeinde,
—Gesamtfläche der Staats- und Privatwaldungen,
—Gesamtfläche des Heidegebiets und der Gemeindewalder,
—Anteil des Nieder-und Hochwaldes, sowie auch des Mittelwaldes an der Gesamtoberfläche,
—Anteil des Kienholzes am gesamtwaldbestand der Tourainer « Gâtine ».
Diese Daten werden in verbindung gebracht mit den grundlegenden geologischen und historichen
Tatsachen.Untersucht wird im übrigen die Entwicklung der Aufforstung und des Heidegebiets in Bezug
auf Fläche und Qualität seit dem Jahr 1830 unter Heranziehung-zu Vergleichs- zwecken- der
Jahrgänge 1860 (auf Grund von Waldinventaren), 1914 und 1963 als Zwischenstufen.Aperçus statistiques
sur les landes et les boisements
de la Gâtine tourangelle (1)
par J.-M. COUDERC
Maître-Assistant à l'U.E.R. de Géographie de Tours
Ce travail reposant sur une source essentielle : le cadastre, nous
considérerons la Gâtine lato sensu (cf. Couderc 1971), en la faisant
coïncider avec les limites administratives pour des raisons de commod
ité. Nous étudierons donc l'ensemble des communes du Nord de la
Loire y compris celles de la partie Nord du Val au terroir partiell
ement en varennes.
Dans les cartes ou les tableaux par commune, nous verrons cepen
dant se dessiner assez nettement les secteurs de Gâtine stricto sensu,
c'est-à-dire les secteurs de roches ou de dépôts argileux ou argilo-
sableux et les zones d'épandages à dominante sableuse. Ce sont en
gros tous les domaines où les cultures gênées, soit par des sols lourds
et mouilleux, soit par des sols trop filtrants et trop acides, font encore
une large place à l'arbre. Leurs taux de boisement, leur richesse en
landes et en plantations de résineux les opposent aux secteurs de
Champeigne (2) sur calcaires lacustres qui existent en Touraine du
Nord (Neuvy-le-roi, Mettray, Monnaie, etc.).
(1) Ce travail est un fragment d'une étude sur « la couverture forestière de la
Gâtine tourangelle » dont ont été extraites et publiées les parties suivantes :
— La lande en Gâtine tourangelle. Norois, n° 55, 512-518, 2 fig.
— Les formations végétales de la Gâtine tourangelle. Norois n° 51, 1966, 383-
394, 3 fig.
— Etude géographique et floristique des Sphaignes de Touraine. Les Sphaignes
de la Gâtine tourangelle. Article en collaboration avec P. Le Goff. Revue bnjolo-
gique et lichénologique, t. 36, fasc. 3-4, 1969, 509-530, 4 fig., 5 tabl.
— La couverture forestière de la Gâtine tourangelle : recherches bibliogra
phiques. Publication du Laboratoire de Géographie physique de la Faculté des
Lettres et Sciences humaines de Tours, 35 p., 1969.
— A propos de la Gâtine tourangelle : réflexions sur le terme de Gâtine.
Norois, n° 69, 5-23, 2 fig.
(2) Terme qui a subsisté sous cette orthographe entre Cher et Indre mais qui
est l'égal des termes de « Champagne » ou de « Champaigne » employés aux
siècles passés et dont la forme latine originelle est « campagna ». Il désigne les
zones de sols mieux égouttés, plus riches et colonisés plus tôt où la haie est absente.
Ce sont des openfields à champs massifs avec boqueteaux et sans groupement
véritable de l'habitat. J.-M. COUDERG 240
Le cadastre reste en effet la seule source capable de nous donner
des renseignements assez complets sur la superficie des landes et des
bois de toutes les communes et ce malgré ses erreurs et ses insuff
isances habituelles et en dépit de la date relativement ancienne des
documents les plus récents (1983).
Il permet des comparaisons fructueuses entre des documents datant
de 1830-1832, 1914 et 1963 ; il nous offre en plus des révisions partiel
les comme celle de 1935-1938. Nous avons complété ces informations
par des documents d'archives et des inventaires forestiers comme celui
de 1863 dont une partie des données avait déjà été élaborée par J. Jou-
bert (1960) dans son diplôme d'études supérieures. Nous avons en plus
fait appel aux documents du Service des Eaux-et-Forêts et du Génie
Rural (3) pour les tableaux n° 2, 7, 8, 9, 19 en particulier.
Un tel travail de dépouillement est évidemment fastidieux ; c'est
pourquoi nous ne présentons ici que la part la plus intéressante de ces
recherches et surtout les visions les plus globales, en laissant de côté
les sondages et les résultats fragmentaires. Bien des résultats auraient
gagné à être exprimés cartographiquement, mais nous n'avons pas pu
disposer d'une personne capable de nous seconder dans cette tâche.
Parmi les critiques qu'il convient de faire à cette entreprise doivent
naturellement prendre place celles que l'on porte habituellement à
l'encontre du cadastre et des statistiques du même type. Il s'agit de
documents fiscaux et les propriétaires essaient parfois de déprécier
leurs boisements et d'augmenter leurs superficies de landes au détr
iment de leur propriété en bois. Ils espèrent diminuer ainsi leur impôt
foncier ou simplement ne pas paraître trop aisé. Chemin faisant nous
ferons valoir notre septicisme devant tel ou tel résultat. Il arrive de
voir de la futaie passer en taillis-sous-futaie et du taillis de qualité
moyenne être placé dans les catégories les plus inférieures. Les
réponses sont parfois sommaires ou incomplètes et on ne peut pas
toujours en tenir compte.
Il y a enfin des confusions fréquentes entre certains termes, en par
ticulier entre les mots « landes » et « friches ». Dans ce dernier cas
on peut essayer de rétablir la vérité par des sondages précis, à condi
tion que les finages communaux soient situés sur des terroirs homog
ènes : sableux, calcaires ou argileux.
Malgré ces problèmes et étant donné l'absence de toute autre source
d'envergure, le cadastre nous a paru le seul document global permett
ant d'apprécier quantitativement et qualitativement les boisements
actuels ou passés de la Gâtine.
(3) Que MM. les Ingénieurs De Lavernette, De Marsac et Cholley veuillent bien
trouver ici Pexpression.de nos remerciements. APERÇUS STATISTIQUES SUR LES LANDES 241
I. - LES BOISEMENTS ET LES LANDES ACTUELS DE LA GATINE
(1963) : ÉTUDE QUANTITATIVE ET QUALITATIVE
Les données géologiques (carte 1) expliquent en grande partie les
multiples imbrications existant entre les paysages de Champeigne liés
aux calcaires lacustres et ceux des gâtines sableuses et des gâtines argi
leuses. Nous retrouverons ces contrastes entre sous-régions géolo
giques et pédologiques dans les tableaux montrant la répartition des
landes et des forêts par commune. La diversité géologique explique
pour une grande part la diversité des paysages.
Sur le plan historique et social, un autre facteur joue un rôle sur la
répartition des bois et des landes : la présence d'une grande pro
priété nobiliaire qui semble fortement représentée. Il faudrait cepen
dant se livrer à un dépouillement cadastral tout aussi considérable
pour en définir l'importance exacte. Cette noblesse n'a pas cessé de
jouer un rôle de premier plan dans la mise en culture des landes ou
dans les reboisements depuis l'époque des défrichements du Marquis
de Turbilly et la création de la Société Royale d'Agriculture de Tou-
raine (1769).
A. Les bois et les forêts.
1) Les taux de boisement.
La superficie cadastrée de la Gâtine tourangelle lato sensu est de
211.830 ha (4) et, en 1963, l'ensemble des bois et forêts portés au
cadastre atteignait la superficie de 51.406 ha 67 a 48 ca. Le taux de
boisement est de 21,65 % ; il est donc légèrement supérieur au taux
moyen de la France pour la même année : 20 %, et nettement supé
rieur au taux global du département d'Indre-et-Loire : 16 % en 1963.
Sur 616.000 ha au total, l'Indre-et-Loire comptait 97.000 ha de forêts
en 1983, ce qui revient à dire qu'il y a en Gâtine plus de la moitié des
forêts du département sur le tiers de la superficie totale. La Gâtine est
bien un pays de forêts. Les taux de boisement par canton sont les sui
vants (1963) par ordre décroissant :
1) Langeais 36,5 %
2) Neuillé-Pont-Pierre 26,3 %
3) Château-la-Vallière 26,2 %
4) Château-Renault 23,8 %
5) Bourgueil 19,7 %
17,5 6) % Canton de Tours-Nord (la partie Nord de Tours non comprise)
(4) II était impossible de décompter les varennes de la moitié Nord du Val :
aussi avons-nous simplement arrondi la superficie de chaque commune à l'hectare
inférieur. Trehet Montoira
LaChaTtre '— J A R T H E S O Montrouveau
ET- CHER
X" QWeuyy-le-Boi
LICNE DC PARTAGE DES EAUX ARGILES OU POUDINGUES EOCENES
ACCIDENTS TECTONIQUES CALCAIRES LACUSTRES
SABLES ET GUIS CÉNOMANIENS FALUNS MIOCÈNES
CIAIE TUFFEAU SABLES MIOCÈNES CONTINENTAUX
LIMONS DES PLATEAUX ESQUISSE GEOLOGIQUE
Echelle DE LAGATINE TOURANGELLE 10 Km* .
APERÇUS STATISTIQUES SUR LES LANDES 243
7) Partie du canton d'Amboise au Nord de la Loire 16,7 %
8) Vouvray 14,2 %
9) Neuvy-le-Roi 14 %
Tableau I. — Taux de boisement par commune de la Gâtine tourangelle.
Saint- Aubin-le-Dépeint .... Les Essards 19,5
Ambillou 53 Reugny 19,4
Continvoir 49 Saint-Laurent-de-Lin 19
La Ferrière 47 Saint-Ouen 18,3
Avrillé-les-Ponceaux 44 Morand 16,5
Saint-Paterne- Racan Château-la-Vallière 44 15,6
Nouzilly 43 Les Hermites 15,2
Benais 43 Courcelles 15
Dame-Marie-les-Bois 42 Épeigné-sur-Dême 15
Nazelles 41 Villiers-au-Bouin 14,5
Beaumont-Ia-Ronce 41 Brèches 14,1
Saint-Étienne-de-Chigny 38 13,8 Cangey
Mazières 38 Bueil 13,7
Langeais 37 La Membrolle 13,4
Saunay 36 Chanceaux-sur-Choisille. . . . 13,3
Cléré-les-Pins 35 Rouziers-de-Touraine 12,9
Bourgueil 35 Neuillé-Pont-Pierre 12,5
Saint-Michel-sur-Loire 35 Rochecorbon 12 2
Autrèche 33 Pocé-sur-Cisse lî|7
Pernay 32 Channay 11,5
Charentilly 31 Savigné 11,2
Gizeux 29 Châteaurenault 10,8
Semblançay 29 Monthodon 10,7
Lublé 29 Neuillé-le-Lierre
Luynes 28 Crotelles 10,1 8Q Rillé Cinq-Mars-la-Pile 10
Neuvy-le-Roi Ingrandes 27 , 9,6
Louestault 27 , 9,1 Parçay-Meslay
Fondettes 8,4 Chançay 26,
Souvigné 26 7,9 Mettray
Marray 25 , Saint-Christophe-sur-Lenais 7,8
Cérelles 25 Vernou 7,3
Saint- Antoine-du- Rocher 25 6,9 Chemillé-sur-Dême
Couesmes 24 , Restigné
Sonzay 24 , 6,2 Villebourg
Saint-Patrice 24 , 5,7 Limeray
Monnaie 24, La Chapelle-sur-Loire 5,6
Braye-sur-Maulne 24, Saint-Nicolas-des-Motets 5,2
Saint-Roch 23, Saint-Cyr-sur-Loire 4,4
4,3 Montreuil 22, Vouvray Hommes 22 4,2 Noizay
Saint-Nicolas-de-Bourgueil 21, Négron 3,2
Le Boulay 21 , Neuville 3,1
Auzouer 20 , Tours-02 3
Villedomer 20, 1,8 Notre-Dame-d'Oé
Saint-Laurent-en-Gâtine 19 , 1,7 Chouzé
Marcilly-sur-Maulne 19,
On voit d'emblée l'opposition entre l'Ouest et le Nord-Ouest aux
sols sableux ou caillouteux (Langeais et Château-la-Vallière) et le Sud
et le Sud-Est mieux cultivés et plus urbanisés. Dans ces régions méri
dionales, on a essentiellement des sols rendziniformes sur calcaires
lacustres, des « aubuis » sur les calcaires du pays vouvrillon et des sols
légèrement lessivés sur les « sables de Montreuil ». Le canton de Châ-
teau-Renault, qui regroupe un maximum de communes à terroirs argi
leux ou limoneux, est largement enfo resté, tandis que • Neuvy-le-Roi,
où dominent les calcaires lacustres largement cultivés, est le canton
qui arrive en fin de liste. J.-M. COUDERG 244
Le tableau n° 1 précise ces impressions en nous donnant les taux de
boisement par commune. Les secteurs Ouest (Cléré-Ambillou, Lang
eais, région au Nord de Bourgueil) ont incontestablement une voca
tion forestière élevée du fait de la superposition des sables miocènes
sur l'argile à silex, ce qui leur donne des sols acides en surface et
rnouilleux en profondeur. C'est la zone qui a connu l'existence de lan
des plus ou moins entretenues artificiellement jusqu'à une époque
récente (Couderc, 1987) ; les sols, plus ou moins acidifiés ou podzo-
lisés, ont été dédaignés par les cultures et livrés aux pins maritimes.
Tableau II. — Superficie des Landes
et des boisements communaux de la Gâtine tourangelle.
Forêts Landes reboisées Landes
Communes de la Gûtine soumises ou en cours reboisées
au F.F.N. de reboisement non Landes Forêts
parleF.F.N. soumises
Benais 200 ha 80 ha
Conlinvoir 122 ha 61 ha
Ingrandes 49 ha 99 ha
Restigné 50 ha 249 ha
(dont 106 ha sur Con-
tinyoir).
Souvigné 69 ha
Saint-Nicolas-de-Bour-
gueil 541 ha
Saint-Patrice 132 ha
Communes extérieures :
— Colonie de vacances
du château de la
Motte-aux-Essards
(ville de Vincennes) . . 98 ha 2 ha
— Orphelinat d'Auteuil
ville d'Asnières (sur
la commune de Na-
zelles) 10 ha
Total : 1693 ha 69 479 541 351 322
Les taux de boisements sont importants (Les Essards 55,3 %), mais
ils ne doivent pas faire illusion : l'examen des forêts sur les photo
graphies aériennes montre tantôt leur dégradation (par les incendies
en particulier), tantôt leur extrême jeunesse (repeuplement en pins
maritimes) .
A partir de 42 % on voit apparaître des communes que l'on peut
rattacher en gros à deux domaines :
— celui du Nord- Est, correspondant à des gâtines sur argiles ou
limon de plateau, où il reste encore des lambeaux importants (Dame-
Marie-les-Bois, Autrèchcetc.) de l'ancienne forêt de Blémars qui
a longtemps eu un rôle de forêt-frontière (Couderc, 1971 fig. 1).
— Les vestiges de l'ancienne « forêt de Gastines » entre 25 et 15 %
(ainsi Louestault 27,6 %, Marray 25,2 %, Les Hermites 15,2 %).
A partir de 12 % apparaissent la plupart des communes des secteurs STATISTIQUES SUR LES LANDES 243 APERÇUS
de calcaire lacustre et celles des zones de vallée dont les sols sont de
qualité comparable. Bien entendu les zones périurbaines occupent la
dernière place.
2) nature de la propriété.
Il n'y a pas de forêts domaniales, mais quelques grands massifs
privés, une masse de petites forêts et de bois divers, et quelques forêts
communales ou appartenant à des établissements privés comme l'hôpi
tal de Tours par exemple.
Les plus grands massifs sont :
— la Forêt de Château-la- Vallière, 2500 ha
— le Bois de Champchevrier (ou d'Ambillou), 1400 ha
— le Bois de la Motte, 1500 ha
— la Forêt de Beaumont-la-Ronce, 1100 ha (2 propriétaires).
Le tableau n° 2 donne une idée générale de la répartition des forêts
et des landes communales et de leur nature (avec la part éventuelle
ment soumise au Fonds Forestier National). Les chiffres ne sont pas
tous exacts à l'hectare près. Nous avons rencontré le cas d'au moins
une commune où personne n'était capable de dire quelle était la part
exacte de la superficie communale en landes que le F.F.N. avait pour
mission de reboiser.
3) nature et répartition des boisements.
Dans la mesure où les futaies feuillues sont toujours distinguées
avec soin, leur superficie se monte à 887 ha 91 a 07 ca (1963), ce qui
représente seulement 1,72 % de la superficie totale en bois.
Le tableau n° 3 nous en donne la répartition par commune, mais cer
tains pourcentages ne laissent pas d'étonner. Bien que les taillis-sous-
futaies ne soient pas compris dans le total, on peut être surpris de
voir La Ferrière, où se trouve une forêt d'assez belle qualité, à l'ant
épénultième place... Au contraire un chiffre comme les 21,75 % de
futaies feuillues de Saint-Symphorien ne doit pas surprendre, même si
c'est une zone périurbaine. Cela signifie que près du quart de la
faible superficie des forêts encore présentes en 1963 (taux de boise
ment = 3 %) était constitué par des parcs (plutôt que par des vraies
futaies). C'est le cas de certaines communes situées à proximité de
l'agglomération tourangelle.
Il est assez fréquent de voir des à taux de boisement
élevé avoir un pourcentage de futaies feuillues faible, sans que cette
faiblesse soit compensée par des pinèdes importantes... Pour des com
munes comme Beaumont-la-Ronce, Marray, Saint-Aubin-le-Dépeint,
La Ferrière, etc., cela peut s'expliquer par l'existence d'une certaine
superficie en taillis-sous-futaie, mais en général il s'agit de taillis sim-