Islam, démocratie et Occident : En 40 pages
38 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Islam, démocratie et Occident : En 40 pages

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
38 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

L’islam paraît avoir un rapport contradictoire avec la démocratie. D’un côté, l’appel à la volonté populaire s’exprime avec insistance dans les pays musulmans. Simultanément le pluralisme démocratique peine à y prendre racine. Au-delà des vicissitudes de l’histoire, un rapport au monde marqué par la fascination pour l’unité et la certitude, alimente ce double rapport à la démocratie. Déjà présent dans le Coran, on le retrouve dans la philosophie ...Philippe d’Iribarne est directeur de recherche au CNRS. Ses travaux, situés à la jonction de la sociologie, de l’ethnologie et de la philosophie politique, portent sur la diversité des manières de s’organiser pour vivre et travailler ensemble que l’on rencontre sur la surface de la planète. Ils ont donné une place essentielle à la diversité des cultures politiques, et l’ont conduit notamment à comparer les conceptions de la démocratie que l’on trouve dans les univers anglo-saxon, germanique et français. Ses dernières recherches ont porté l’influence des cultures religieuses sur l’organisation de la cité. Il est l’auteur de quinze ouvrages dont La logique de l’honneur (Seuil, 1989, traduit en allemand, arabe, chinois, espagnol et néerlandais), Penser la diversité du monde (Seuil, 2008, traduit en arabe, en cours de traduction en anglais), L’épreuve des différences (Seuil, 2009, traduit en anglais et en chinois), L’islam devant la démocratie (Gallimard, 2013 traduit en arabe, en cours de traduction en espagnol).

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 19 octobre 2014
Nombre de lectures 1 325
EAN13 9782371680098
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0034€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

40 pages ?
Oui, nos livres papier font 40 pages, représentant selon nous la durée idéale de lecture pour découvrir un sujet (environ une heure). Sur les versions eBooks d’Uppr, les livres peuvent être plus longs : nous avons fait le choix du confort de lecture en permettant à l’utilisateur d’ajuster la taille du texte (ce qui fait varier le nombre de pages). Nous vous souhaitons une bonne lecture !


Un livre des éditions Uppr
Tous droits réservés - © Uppr 2014
Introduction
L’islam divise. L’attaque du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center a cristallisé des inquiétudes anciennes qui n’ont fait que se renforcer tant la vision des pays musulmans que les média véhiculent jour après jour paraît menaçante. Simultanément ces réactions sont dénoncées comme signe des errances d’une société malade qui, dans une islamophobie délirante, prendrait prétexte de dérives propres à des groupes marginaux de fanatiques pour stigmatiser une grande religion.
Les jugements que suscitent les rapports entre l’islam et la démocratie reflètent cette opposition entre visions antagonistes.
Dans les grands surveys portant sur la place de la démocratie dans le monde, les pays musulmans sont mal placés. Si l’on en croit par exemple « l’indice de démocratie » élaboré par The Economist pour l’année 2011, aucun pays musulman ne peut être qualifié de démocratie à part entière, et deux seulement, le Mali et la Malaisie, rentrent dans la catégorie des « démocraties imparfaites ». Corrélativement, on voit affirmer que, si « la démocratie est le seul modèle de gouvernement attrayant et légitime dans l’ensemble du monde d’aujourd’hui », c’est à l’exception de « cette vaste partie du monde, de l’Indonésie à l’Afrique de l’Ouest où l’islam est une religion dominante » ( 1 ) . Les lendemains incertains du « printemps arabe », l’étouffement progressif des libertés en Turquie, naguère donnée en exemple de démocratie islamique, alimentent chez beaucoup le sentiment d’une incompatibilité radicale.
Mais d’autres voix proclament que si, de nos jours, les pays où l’islam prédomine ont des rapports problématiques avec la démocratie, c’est une pure affaire de circonstances sans que l’on ne puisse rien inférer de cette convergence. Pour les tenants de cette thèse, seule une vue superficielle, alimentée par un « essentialisme » naïf, permettrait d’associer l’islam à ce qui n’est que le fruit d’une série de situations historiques propres à chacun des pays concernés ; qu’il faut considérer l’action de forces sociales, des enjeux de pouvoir, des frustrations identitaires ; qu’en tout cas, si l’on veut vraiment faire des rapprochements, il faut mettre en avant les soubresauts de l’histoire, l’héritage de la période coloniale, la complicité de l’Occident avec des régimes répressifs et corrompus ou encore un simple manque d’expérience démocratique ( 2 ) .
Demeure malgré tout le fait que, dans leurs rapports avec la démocratie, les pays musulmans ont un air de famille qu’il paraît bien osé d’attribuer sans examen au seul hasard. Comment comprendre ce qui les rapproche ? Au milieu des passions, la tâche est délicate, entre d’un côté le risque d’exagérer les ressemblances entre des pays si différents à bien des égards et de l’autre celui de minorer, voire de nier ces ressemblances. Nous verrons que, pour progresser, il faut distinguer deux dimensions de la démocratie : d’un côté, la souveraineté du peuple qui exerce le pouvoir de façon collective ; et, de l’autre, le droit de chacun à choisir librement ses convictions, la place donnée à l’affrontement des opinions divergentes, le respect des minorités. De nos jours, l’Occident tend à considérer ces deux dimensions comme inséparables. Mais elles ne font pas bon ménage dans les pays musulmans. D’un côté, spécialement dans ceux qui ont connu de forts mouvements démocratiques (la Turquie, l’Egypte, la Tunisie), la volonté du peuple de prendre le pouvoir, le rejet des tyrans, sont fort vivaces. Mais il n’en est pas de même pour les droits de l’homme, le respect des minorités, la liberté de la presse ou le statut de l’opposition.
L’impression d’incohérence produite par ce contraste s’efface si, cherchant en quoi l’islam est concerné, on se tourne vers son cœur : le message transmis par le Prophète. Le Coran célèbre sans trêve une communauté unie par une certitude qu’apportent des preuves incontestables. Cette référence à la certitude a marqué profondément l’univers mental des musulmans au long de l’histoire. Elle est à l’œuvre dans la philosophie islamique. On la retrouve jusque dans des domaines de la vie sociale les plus sécularisés, tel le rapport à la science. Favorable à l’avènement d’un pouvoir du peuple en corps, une telle vision ne l’est guère au pluralisme et au débat.
L’acculturation de l’islam en Occident est rendue difficile par cet écart entre des visions si différentes de la démocratie. Dans les pays occidentaux, et spécialement en France, l’opinion attend des musulmans qui y ont pris racine qu’ils manifestent sans équivoque leur allégeance envers la conception occidentale des droits de l’individu accompagnée de leur rejet de ce qui, au sein de l’islam, refuse ces droits. L’impression prévaut chez beaucoup qu’une fraction importante, et peut-être croissante, des musulmans refuse de s’engager dans ce chemin ; que, dans un rapport aux libertés démocratiques strictement instrumental, cette fraction met ces libertés en avant pour tenter d’obtenir, à coup de décisions de justice, un droit à agir à sa guise qu’elle refuserait, si elle était au pouvoir, à ceux qui ne partagent pas ses vues. Ce sentiment alimente un rejet croissant de l’islam et des musulmans. Et si d’autres, la grande majorité des musulmans sans doute, prennent leur distance par rapport à un islam ennemi des libertés et acceptent le monde occidental avec ses valeurs et ses limites, ils se montrent infiniment moins démonstratifs que les tenants d’un islam de combat.
Quelle démocratie ?
La notion occidentale de démocratie implique une combinaison étroite de pouvoir du peuple en corps et de protection des libertés individuelles. Ces deux dimensions - les événements récents dans les pays du printemps arabe comme en Turquie ou en Syrie viennent encore de le montrer – s’intègrent très inégalement dans le monde de l’islam. L’aspiration à la démocratie y est bien présente si l’on pense à la souveraineté du peuple. Mais elle est loin d’aller de soi si l’on pense au respect accordé au pluralisme des opinions et aux droits de l’individu.
Le pouvoir du peuple en corps
Un argument parfois avancé pour affirmer que l’islam est ennemi du pouvoir du peuple est qu’il est théocentrique - la souveraineté appartient à Dieu. Cette allégeance à Dieu est sans cesse mise en avant dans le monde musulman, par exemple, dans le préambule de la Déclaration islamique universelle des droits de l’homme ( 3 ) : « nous, musulmans, […] croyons en Dieu, bienfaisant et miséricordieux, créateur, soutien, souverain, seul guide de l’humanité et source de toute Loi ».

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents