Mémoires d un quartier, tome 1 : Laura
153 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Mémoires d'un quartier, tome 1 : Laura , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
153 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Montréal, 1954. Les rues fourmillent d'enfants qui sautent à la corde, de garçons qui se bousculent, jouant au hockey en se prenant pour Maurice Richard. Sous un arbre du quartier, qui a fait son chemin entre les dalles de béton, Laura Lacaille et son amie Francine Gariépy discutent vivement. Les deux jeunes filles de onze ans ont déjà des idées bien arrêtées sur la vie. Mais aujourd'hui, le sujet de leur conversation animée est cet oncle que Laura n'a jamais connu et qui a débarqué à l'improviste dans la maison de la famille Lacaille. Adrien Lacaille, le frère de Marcel et l'enfant chéri d'Évangéline, est revenu à la maison familiale après plusieurs années d'absence. Mais cette demeure est maintenant aussi celle de la femme de Marcel, Bernadette, et de leurs deux enfants. La vie de la maisonnée et de ses habitants, menée par la poigne d'acier d'Évangéline, sera complètement bouleversée par l'homme arrivé du bout du monde dans sa décapotable bleu pâle... Pour le plaisir de son fidèle lectorat, Louise Tremblay-D'Essiambre reprend la plume et se lance dans une toute nouvelle série, Mémoires d'un quartier. Cette saga sur la famille de Laura et les quartiers ouvriers de Montréal s'échelonnera sur plusieurs tomes. Elle fera également revivre plusieurs personnages des autres séries de l'auteure, comme les soeurs Deblois, de même que Cécile de la série Les années du silence. Bienvenue dans le monde de Laura!

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 08 avril 2008
Nombre de lectures 9
EAN13 9782894554951
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0037€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Du même auteur chez le même éditeur:

La dernière saison Tome 1: Jeanne , roman 2006
La dernière saison Tome 2: Thomas , roman 2007
Les sœurs Deblois Tome 1: Charlotte , roman, 2003
Les sœurs Deblois Tome 2: Émilie , roman, 2004
Les sœurs Deblois Tome 3: Anne , roman, 2005
Les sœurs Deblois Tome 4: Le Demi-frère , roman, 2005
Les années du silence Tome 1: La Tourmente , roman, 1995
Les années du silence Tome 2: La Délivrance , roman, 1995
Les années du silence Tome 3: La Sérénité , roman, 1998
Les années du silence Tome 4: La Destinée , roman, 2000
Les années du silence Tome 5: Les Bourrasques , roman, 2001
Les années du silence Tome 6: L’Oasis , roman, 2002
Entre l’eau douce et la mer , roman, 1994
La fille de Joseph , roman, 2006 (réédition de Le Tournesol , 1984)
L’Infiltrateur , roman basé sur des faits vécus, 1996
«Queen Size» , roman, 1997
Boomerang , roman en collaboration avec Loui Sansfaçon, 1998
Au-delà des mots , roman autobiographique, 1999
De l’autre côté du mur , récit-témoignage, 2001
Les demoiselles du quartier , nouvelles, 2003

Visitez le site Web de l’auteur:
www.louisetremblaydessiambre.com

Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada

Tremblay-D’Essiambre, Louise, 1953-
Mémoires d’un quartier
Comprend des réf. bibliogr.
Sommaire: t. 1. Laura.
ISBN 978-2-89455-263-6 (v. 1)
I. Titre. II. Titre: Laura.

PS8589. R476M45 2008 C843’.54 C2008-940607-9 PS9589. R476M45 2008

Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Programmed’Aide au Développement de l’Industrie de l’Édition (PADIÉ) ainsi que celle de la SODEC pournos activités d’édition. Nous remercions le Conseil des Arts du Canada de l’aide accordée à notreprogramme de publication.

Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC

© Guy Saint-Jean Éditeur Inc. 2008
Conception graphique: Christiane Séguin
Révision: Hélène Bard

Page couverture: Toile peinte par Louise Tremblay-D’Essiambre, «L’auto à Marcel».

Dépôt légal — Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Bibliothèque et Archives Canada,2008
ISBN: 978-2-89455-263-6 ISBN EPUB 978-2-89455-495-1

Distribution et diffusion
Amérique: Prologue
France: Volumen
Belgique: La Caravelle S. A.
Suisse: Transat S. A.

Tous droits de traduction et d’adaptation réservés. Toute reproduction d’un extrait quelconquede ce livre par quelque procédé que ce soit, et notamment par photocopie ou microfilm, eststrictement interdite sans l’autorisation écrite de l’éditeur.

Guy Saint-Jean Éditeur inc. 3154, boul. Industriel, Laval (Québec) Canada. H7L 4P7.
(450) 663-1777. Courriel: info@saint-jeanediteur.com • Web: www.saint-jeanediteur.com

Guy Saint-Jean Éditeur France  48, rue des Ponts, 78290 Croissy-sur-Seine, France.
(1) 39.76.99.43. Courriel: gsj.editeur@free.fr
Pour Alain, tendresse et amour
NOTE DE L’AUTEUR
J e viens tout juste de déposer ma plume, à peine le tempsde dire ouf! et voilà que je me retrouve devant l’écran demon ordinateur, un crayon à portée de la main et des tas defeuilles autour de moi. Pourtant, ce n’était pas vraiment ceque j’avais prévu. Je pensais plutôt m’offrir quelques joursde vacances. «Bien mérités», m’étais-je dit. La semainedernière, j’ai remis le second tome de La dernière saison àmon éditrice et j’en suis satisfaite. À moi le repos! Pas d’ordinateur, pas d’écriture, pas de recherches. Rien ou plutôt,rien d’autre que le plaisir de lire à mon tour. Toute unerangée de ma bibliothèque, lourde de livres en tous genres,attend que je m’y mette pour être soulagée.
Stephen King, Annie Proulx, Dan Brown, Marc Lévy,Gilles Archambault, Joy Fielding, Amin Maalouf, JamesPatterson…
J’adore lire. Un peu de tout. Thriller, policier, biographie,science-fiction, littérature…
Je salivais à l’avance à la perspective de tous ces jours delecture.
C’était sans compter la présence d’Évangéline, deBernadette, d’Adrien, de Marcel, de Laura, d’Antoine…Depuis des mois, ils rôdent autour de moi, fantômes de viesqui n’espéraient que ma bonne volonté pour prendre forme.Quand ils ont vu que je déposais mon crayon parce que le dernier livre était fini d’écrire, ils ont aussitôt envahi mespensées, sans attendre d’y être invités.
Comment voulez-vous que j’arrive à lire?
C’est impossible, je ne peux me concentrer sur les histoires que d’autres ont inventées, alors qu’une dizaine depersonnages me frôlent, m’interpellent ou me murmurentà l’oreille.
Quand les personnages se font insistants à ce point, je n’aid’autre choix que de m’installer au pupitre pour répondre àleurs exigences, sinon, je tourne en bourrique!
Voilà, c’est fait! Je reprends la plume... façon de parler!Aujourd’hui, si l’on dit plume, on pense ordinateur. L’exercicereste cependant le même. Le syndrome de la page blancheou celui de l’écran vide découlent d’une même sensation.D’une même angoisse. Saurai-je raconter l’histoire que lespersonnages vont m’offrir? Saurai-je trouver les mots, lesbons mots, qui rendront justice à leur vécu, à leur époque, àleurs émotions? Je l’espère, tant pour moi que pour vous.
Je ferme les yeux un instant, je me laisse emporter par cespersonnages que je ne connais pas encore très bien. Je leurdemande de me prendre la main et de m’emmener là où ilssouhaitent que j’aille.
Vient d’apparaître un quartier de ville, disons que c’estMontréal, puisqu’il faut bien situer l’intrigue quelque part.Mais cela aurait pu être Québec, New York ou Paris; l’important ne se joue pas à travers ces détails… Je constate quec’est le printemps, c’est facile à deviner. Le soleil est haut dansle ciel, les arbres sont couverts de petites feuilles d’un beauvert tendre, comme une dentelle très fine, les rues résonnentdes voix des passants qui ne semblent pas pressés. Il n’y aqu’au printemps que les gens s’accordent le temps de souffler un peu.
Vous me suivez toujours? Le voyez-vous, ce quartier deville avec ces immeubles à logements, ces escaliers de ferforgé en colimaçon, ces balcons accrochés aux façades debriques brunes ou rouges? C’est un cul-de-sac. Au fond del’impasse, une maison un peu plus grande que les autres, àpremière vue, mieux entretenue que les autres. Le propriétaire doit probablement y habiter. Devant, en biais avecl’allée qui mène à la maison, un arbre immense, juste au borddu trottoir. Je ne m’y connais pas tellement, mais je crois qu’ils’agit d’un chêne.
J’ai toujours les yeux fermés pour mieux voir et sentir cemonde que je suis en train d’inventer, et qui m’entoure. Lesfemmes que je croise portent des chapeaux de paille, l’ourletde leurs robes descend sous le genou. Les hommes sontdrôlement vêtus. Plusieurs portent des salopettes. À la main,une boîte de fer-blanc au couvercle rebondi. Des ouvriers,sans doute, qui reviennent du travail. À voir ces vêtements,tant ceux des femmes que des hommes, je dirais que noussommes dans les années cinquante.
Quelle merveille que la magie de l’écriture! Me voilàtransportée dans le temps et l’espace. C’est bien. Même si jesuis en pleine ville, il y a, dans l’air, un parfum de fleurs. Dulilas, je crois. C’est un parfum tout léger et doux, comme onn’en retrouve plus aujourd’hui au cœur des villes. Dommage.
C’est curieux, tout à l’heure, en approchant du quartierqui m’intéresse, j’ai croisé de nombreux camions remplis àras bord de meubles, de cartons, de valises. Heureusementqu’il ne pleut pas, sinon, tout serait détrempé! Mais où vont-ils donc, tous ces camions, chargés comme des mulets?
Ça y est! Je me souviens. À cette époque, on déménageaitle premier mai. En fait, au Québec, comme un rite établi,tout le monde déménageait le premier mai, sans se soucier des enfant

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents