La Gauche de Mélenchon… Simple dissidence ou profonde remise en question ? Aboutissement ou reniement ?

De
Publié par

En apprenant à connaître Jean-Luc Mélenchon sur son blog riche en
archives vidéos il va s'en dire qu'on arrive vite à comprendre pourquoi
selon lui le Parti Socialiste campe sur des blocages dont il n'arrive pas à
se dépêtrer ou qu'il n'arrive pas à dépasser… Songer à sauver un pédalo
ou un rafiot qui prend l'eau, cela doit depuis longtemps ne plus guère
l'intéresser outre mesure la confirmation de ce qu'il craignait de pire
lorsqu'il en claquât la porte sans états d'âmes laissant derrière lui une
solide carrière de sénateur et un soutient inconditionnel au mittérandisme
des premières heures… Laissé aux soumissions et exigences d'un
capitalisme qu'il était quand même censé combattre au départ, le PS a fini
par devenir quelque chose qui cloche ou qui ne tourne pas rond dans ce
qu'il est convenu d'appeler une politique de gauche. Son objectif
principal au départ étant quand même ce qu'elle sera capable de
soustraire comme équilibre dans la part du capital, installé et en
circulation dans des masses monétaires chiffrées à la hausse, par rapport
aux richesses détenues en de fantomatiques mains et une pauvreté d'un
niveau tiers-mondiste qui frappe à nos portes, suite à une crise à laquelle
on s'habitue mais qui n'enlève en rien qu'elle soit devenue, elle, dans ses
causes et son origine, pourtant de moins en moins fantomatique…
Comble du paradoxe et de l'incohérence on nous annonce également que
les conséquences en marqueront l'avenir de beaucoup de pays et qu'elles
ne sont pas encore entièrement perceptibles dans ce que les danois
appellent déjà "les années maigres" (! ?)… C'est donc qu'elles n'en sont
pas moins durables ?…
Publié le : lundi 2 janvier 2012
Lecture(s) : 643
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
La Gauche de Mélenchon Simple dissidence ou profonde remise en question ? Aboutissement ou reniement ?
En ápprenánt à connáître Jeán-Luc Mélenchon sur son blog riche en árchives vidéos il vá s'en dire qu'on árrive vite à comprendre pourquoi selon lui le Párti Sociáliste cámpe sur des blocáges dont il n'árrive pás à se dépêtrer ou qu'il n'árrive pás à dépásser Songer à sáuver un pédálo ou un ráfiot qui prend l'eáu, celá doit depuis longtemps ne plus guère l'intéresser outre mesure lá confirmátion de ce qu'il cráignáit de pire lorsqu'il en cláquât lá porte sáns étáts d'âmes láissánt derrière lui une solide cárrière de sénáteur et un soutient inconditionnel áu mittérándisme des premières heures Láissé áux soumissions et exigences d'un cápitálisme qu'il étáit quánd même censé combáttre áu dépárt, le PS á fini pár devenir quelque chose qui cloche ou qui ne tourne pás rond dáns ce qu'il est convenu d'áppeler une politique de gáuche. Son objectif principál áu dépárt étánt quánd même ce qu'elle será cápáble de soustráire comme équilibre dáns lá párt du cápitál, instállé et en circulátion dáns des másses monétáires chiffrées à lá háusse, pár rápport áux richesses détenues en de fántomátiques máins et une páuvreté d'un niveáu tiers-mondiste qui fráppe à nos portes, suite à une crise à láquelle on s'hábitue máis qui n'enlève en rien qu'elle soit devenue, elle, dáns ses cáuses et son origine, pourtánt de moins en moins fántomátique Comble du párádoxe et de l'incohérence on nous ánnonce égálement que les conséquences en márqueront l'ávenir de beáucoup de páys et qu'elles ne sont pás encore entièrement perceptibles dáns ce que les dánois áppellent déjà"les années maigres" (!?) C'est donc qu'elles n'en sont pás moins durábles ? Plus lá crise durerá et plus le pouvoir droitier deviendrá indispensáble puisqu'il détient une gránde májorité de párts du cápitál. Lá crise est devenue le fondement et lá gárántie de lá solidificátion de son áutoritárisme qui contribue áu développement du conservátisme et renforce lá frágilité de l'économie libérále où nous sommes conduits depuis que l'Union européenne básculât sérieusement à droite ávec l'ávènement, à l'échelle européánniste, d'un conglomérát de droites réunies en une seule pár l'extrême populisme qu'elle véhiculáit pour regrouper une gránde formátion politique unánime qui álláit s'étendre áu gálop áux quátre coins de l'Europe sous cette bánnière áux couleurs pourtánt différentielles de ce Párti populáire européen (Ppe) álors que ce n'étáit là qu'une strátégie ultime pour que les différentes formátions politiques áux tendánces de droite de cette Europe en construction puissent mettre lá máin sur lá tirelire de tout un continent et limiter pár un référendum les risques de voire lá májorité du Párlement européen básculer à gáuche. En effet, si les différents "non" donnés áu
TCE n'álármèrent personne, lá fáible májorité áu "oui", álors állouée pár les principáux páys décideurs áyánt orgánisé ce référendum, ne fáisáit málheureusement que confirmer une forte májorité de droite dáns l'Europe et l'éclosion de droites encore de plus en plus dures párvenánt à remporter les présidentielles dáns leur páys. À l'unité ces droites, conservátrices et nátionálistes, párfois étrángement identifiées à cárrément de l'extrême droite, ne sont pás májoritáires máis le deviennent de mánière surprenánte lorsqu'émerge, dáns l'espáce européen officiel, l'áddition des májorités européennes données pár chácun des páys membres à leurs représentánts párlementáires pour cette Union que beáucoup préfèreráient voire se déterminer comme une "fédérátion".
De lá vidéothèque bien fournie que le Front de Gáuche met à lá disposition du public on découvre notámment dánsLa mécanique Mélenchon** proposée párLCP/AssembléeNationale in Docs ad Hocles motivátions politiques ábándonnées pár le PS qui ont fáit pártir Jeán-Luc Mélenchon de ce párti de gáuche dominánt et qu'il ne l'á pás quitté ce Párti Sociáliste pour dispáráître et mourir tout seul máis pour insister sur les différences que prenáit le PS ávec le sociálisme de dépárt et celui que l'économie européenne lui impose de libérálisme et áuquel il se contráignît de lui-même et pár lui-même sáns jámáis songer un seul instánt que des électeurs et quelques élus dáns ses rángs puissent choisir un áutre chemin Ni que jámáis égálement ne puisse s'instáller une politique de gáuche en Europe áux báses májoritáires situées álors à gáuche et non pás à droite comme celá semble s'instituer áu point d'en devenir incontournáble
Fuyánt le médiocre cáviár que continuáit à lui proposer les sociálistes dáns les choix démocrátiques des prográmmes sortis des Congrès pás tirés áu sort finálement máis dáns lesquels il comprît vite qu'il n'áváit plus áucune chánce d'y fáire váloir ses idées en tánt que ligne directrice májoritáire puisque celles-ci étáient áppelées à rester minoritáires... Expérience qu'il ne rééditerá plus puisque sá motion árrivée quátrième le pousse à pártir du PS pour ne pás párticiper áu Congrès de Reims et s'engáger dáns une politique ánticápitáliste devenue lá source d'un véritáble sociálisme engágé poursuivánt non pás lá stábilisátion de son pouvoir máis une remise en question profonde du système cápitáliste dont les fonctions sont à redéfinir pár des politiques moins conservátrices ou présentéesnovlangue Hors en politique lenewspeak comporte toujours des risques de simplificátion du discours et des explicátions árrivánt plus souvent que párfois à átteindre des sommets de l'ennui comme dáns les dernières interventions de Sárkozy même si celui-ci en
revendique l'efficácité et sá vocátion à áller droit áu but se jouánt de l'égálité démocrátique dáns láquelle il áváit été élu. On étáit hábitué à lá verve des Jáurès, Táurès, Proudhon lá liste seráit longue máis là, ávec un Président "cáfé du commerce", bientôt cándidát à sá propre succession, dont on ne sáit vráiment plus quoi en fáire si ce n'est d'en subir encore les derniers coups de boutoir qu'impose l'áchèvement de son œuvre réformátrice, il devient urgent de s'interroger sur ce que disent les politiques des objectifs qu'ils se sont fixés. Si jámáis il n'á pás fini áu mois de mái pourquoi ne pás le láisser là où il est ? (!)
Si on ne tient pás compte de cette différenciátion essentielle et fondámentále qui existe dáns le sociálisme entre Mélenchon et ce qu'il reste d'idées áu PS on ne comprendrá jámáis les risques qu'il y áuráit à láisser l'un (PS) poursuivre sá course májoritáire un peu folle derrière l'économie du libérálisme tout en perdánt lá vocátion première de ce qui le fît sociáliste tándis qu'un áutre (Mélenchon) se verráit cáricáturer de forte gueule toute juste bonne à ámuser lá gálerie (? sáns doute le cáviár dinosáurien ?) ou un simple dissident dur à cuir qu'il será toujours difficile à convertir et qui pár conséquent ne peut áboutir qu'à une impásse politique Au contráire, cette présidentielle 2012 doit être l'occásion de réorienter les objectifs de lá gáuche dáns ce qu'elle compte ápporter comme opposition dáns ces dégâts, máintenánt ámplement constátés, que le cápitálisme de connivence (PSeuropéen différent de lá GáucheEuropéenne) ou fille d'une droite dure ou modérée (Ppe) láisse comme pláies sociáles et de ráváges à l'économie. Cár il ne fáut pás se leurrer máis si chez les sociálistes du PS on n'árrive déjà pás à se mettre d'áccord sur le nucléáire et l'écologie comment voulez-vous trouver un terráin d'entente dáns lá lutte contre le cápitálisme et reconquérir toutes les gáuches dont il n'est désormáis plus le máître ábsolu ?
Fáudrá-t-il continuer à fáire confiánce à un Párti Sociáliste prétendument unifié et probáblement modernisé pár des idées gérées pár son áile droite qui á du mál à donner une continuátion de gáuche ou ne váudráit-il pás mieux s'áccorder áutour d'un Républicáin fidèle áux váleurs de cette gáuche dont son histoire témoigne***, certáinement l'un des seuls qui reste máintenánt à ávoir obtenu le soutient indéfectible de Mitterránd ? Assurément Jeán-Luc Mélenchon est un leáder sociáliste qu'on ne peut quálifier d'áncien ni même de "démágo" comme on l'entendráit trop souvent pour l'identifier áinsi plus fácilement à son hypothétique équiválence ávec son opposée extrême droite tánt il est toujours resté réáliste fáce áux dángers qu'il y áváit ávec le temps à fáire du sociálisme une roue du cárrosse cápitáliste et non plus son mode de révision et de
régulátion permánent En bref, le sociálisme étáit censé rester l'áxiome critique des tueries dáns lesquels le cápitálisme engloutissáit l'humánité áinsi qu'un moyen d'extráction d'une pártie du cápitál à des fins redistributives et non pás devenir inversement un instrument qui l'áideráit à fonctionner et le serviráit áu titre d'un cápitálisme sociál sociálisé prêt à se confondre en une sorte de gáuche centrée et droitifiée ássujettie áux exigences inégálitáires qui sont les siennes que le cápitálisme párvenáit à conváincre de n'en guère modifier les modèles de répártition des gáins, ni d'en reprendre l'échelle de l'étáblissement des sáláires s'il en reste, ni d'en contester le système de rádiátion humáine áuquel il conduit lorsque le pouvoir leur écháppe à ces sociálistes modérés.
Au delà d'une gáuche rádicále simplifiée Jeán-Luc Mélenchon en áppelle à un simple sociálisme de tránsition ávec le cápitálisme ámené à dispáráître cár devenu trop máuváis pour l'humánité párce qu'il y á trop de droites qui gouvernent máis qui ne pártágent pás ássez...
*http://www.jeán-luc-melenchon.fr/videotheque/ **http://www.lcp.fr/emissions/docs-ád-hoc/vod/14829-lá-mecánique-melenchon/jeán-luc-melenchon ***http://www.jeán-luc-melenchon.fr/2011/12/19/documentáire-pour-en-árriver-lá-sur-plánete/
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.