Présentation du programme présidentiel mitigé et mijoté en 60 propositions du candidat François Hollande

De
Publié par

Aux clameurs de la récession s'accepteront toujours les programmes de faible envergure… Le réalisme cède le pas au rêve… Pour gagner en crédibilité n'aura-t-il pas pris le risque de faire des déçus et d'avoir malgré tout laisser les lois de la finance prendre le pas sur certaines règles idéologiques ?
Les 300000 emplois d'avenir d'abord annoncés par le PS à la fin de l'année dernière ne sont plus qu'évalués à 150000 maintenant. Malgré leur division par deux, ces créations d'emploi, promises dans un premier temps, pâtissent aujourd'hui des possibilités budgétaires réduites que scelle un taux de croissance guère évaluable à plus de 0,5% et par une réduction du déficit établie sur l'indice du PIB brut situé en prévision à 3% au sortir de son quinquennat... Il est actuellement autour des 6% (5,5% très précisément le rappelait encore Mme Pécresse à l'Assemblée) et ce ne sera certainement pas une subtile magie qui divise par deux ce qui constituerait un but économique qui fera miroiter un hypothétique équilibre budgétaire retrouvé. Les spécialistes réclament des précisions supplémentaires…
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
Présentation du programme présidentiel mitigé et mijoté en 60 propositions du candidat François Hollande.
Aux clameurs de la récession s'accepteront toujours les programmes de faible envergure Le réalisme cède le pas au rêve Pour gagner en crédibilité n'aura-t-il pas pris le risque de faire des déçus et d'avoir malgré tout laisser les lois de la finance prendre le pas sur certaines règles idéologiques ?
Les 300000 emplois d'avenir d'abord annoncés par le PS à la fin de l'année dernière ne sont plus qu'évalués à 150000 maintenant. Malgré leur division par deux, ces créations d'emploi, promises dans un premier temps, pâtissent aujourd'hui des possibilités budgétaires réduites que scelle un taux de croissance guère évaluable à plus de 0,5% et par une réduction du déficit établie sur l'indice du PIB brut situé en prévision à 3% au sortir de son quinquennat... Il est actuellement autour des 6% (5,5% très précisément le rappelait encore Mme Pécresse à l'Assemblée) et ce ne sera certainement pas une subtile magie qui divise par deux ce qui constituerait un but économique qui fera miroiter un hypothétique équilibre budgétaire retrouvé. Les spécialistes réclament des précisions supplémentaires…
Pour se financer sa série demesuresnombreux sont ceux à penser qu'il ne que s'agirait que de "mesurettes", François Hollande cible dans sa Réforme fiscale avant tout ces 29 milliards arrachés aux niches fiscales et sociales, un apport de 20 milliards supplémentaires, une taxation de 15% sur les bénéfices des transactions financières bancaires et boursières ainsi qu'un réajustement de la tranche impôt plafonnant à 45% seulement les prélèvements sur les salaires supérieurs ou égalants 13000 mensuel.Ensuite les petites restrictions, à appliquer depuis longtemps sur le cumul des mandats et une baisse remarquée des indemnités des élus, devraient permettre à l'État et aux collectivités locales revigorées par"l'acte II de la décentralisation"retrouver plus d'équilibre dans leur gestion. Restant de soumis à la contrainte de la crise, François Hollande est bien obligé de revenir en arrière n'ayant pas la force politique suffisante pour prendre le pouvoir dans le capitalisme comme le ferait J-L Mélenchon devenu de plus en plus intransigeant sur cette question et qui ne cesse de demander qu'on applique des solutions à la hauteur de la dureté et de la sévérité de cette crise !
Dans cette présentation détaillée du candidat du Parti Socialiste il faut également relever unblack outtotal sur les grandes lignes écologiques (nucléaire ; énergies renouvelables ; environnement) pourtant effleurées au Bourget et accueillies par l'enthousiasme d'une salle entièrement acquise à toutes idées qui émaneront du Parti Socialiste et de son candidat, quelque en soit le réalisme sous-jacent… Pas plus de précisions non plus aujourd'hui au sujet de la culture, de l'immigration, de la société ou de la politique internationale... Plus absente encore de cet exposé fut encore la politique agricole mais on peut le comprendre tant celle-ci dépend des directives européennes comme si la volonté nationale d'en modifier les lois économiques semblerait paralysée.
Avec une telle annonce au rabais des espoirs escomptés, rien qu'à cette amélioration limitée de l'emploi, François Hollande s'inscrit dors et déjà comme le candidat de la demi-mesure utilisant, comme tout le monde à peu près, la crise en prétexte à l'annonce réduite de ses ambitions… Et ce n'est sûrement pas se tromper que de considérer ce qui est apparu comme"un filet d'eau tiède"par J-L Mélenchon* comme un véritable manque d'engagement et y déceler quelques lacunes dans la volonté de combattre le capitalisme. En effet, il n'est plus temps de le servir en se contentant de lui retrancher une part sociale convenue mais d'en faire une parenthèse, voire carrément de le mettre entre parenthèse ou à défaut, de le mettre au moins au pas. Quant à Mme Nicole Borvo Cohen - Seat, la Présidente du Groupe Communiste Républicain et Citoyen du Sénat (GCRC), elle déclarait l'après-midi àPublic Sénat nepas très bien voir comment le candidat Hollande ferait pour s'attaquer au monde de la finance et d'insister que lorsqu'on envisage d'entreprendre une telle action"il faut le faire d'une manière résolue"!
*Mr mélenchon s'exprimait le matin déjà suri télé oùil explique qu'"il faut s'y prendre autrement, que c'est déjà bien de savoir - que c'est une bonne nouvelle -qu'on peut donc effectivement surtaxer les profits bancaires mais qu'on ne s'attaque pas au monde de la finance avec un pistolet à bouchon" :http://www.itele.fr/ ; que l'augmentation des salaires doit emissions/chronique/linterview-politique-de-christophe-barbier/video/21800 respecter un minimum décent de niveau de vie (pouvoir d'achat) et de sécurité au travail :; que le programme de F. Hollande http://www.itele.fr/video/jean-luc-melenchon-au-revelateur pour dit"à gauche"fera pas forcément se tourner tout le monde vers lui et ne qu'aux 79 milliards de niches fiscales"cadeaux consentis", il s'étonne et s'insurge sur le fait qu'Hollande ne propose que d'en récupérer 29 (? !) : ht tp://www.itele.fr/emissions/ chronique/le-zap-politique/video/21807… qu'"il faut tout récupérer"Que si il était élu !… Président le soir du 6 mai il n'abuserait pas du"transfert d'autorité", qu'il payera son électricité et n'utilisera que les moyens mis à sa disposition pour travailler : http://www.itele.fr/video/si-jetais-president
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.