La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

Date : 26/08/14 Type : site
http://www.veinteractive.com/fr/ blog/20140826/amazon-et-lindustrie-du-livre-une-histoire-sans-In
E-COMMERCE ACTUALITÉS
Amazon et l’industrie du livre : une histoire sans n ?
By Samantha Chahabi on Aug 26, 2014 / 0 Comments
Selon une étude Xer, Amazon deviendra bientôt premier libraire de France. Alors que ce pure-player est pointé du doigt comme étant la cause de la fragilisation de la vente en librairie traditionnelle, une
étude du collectif Savoirs Com1 admet que « rien ne prouve que les ventes Internet fragilisent la
librairie ». En effet, les données du Ministère de la Culture démontrent que sur l’ensemble du marché du
livre, la part du chiffre d’affaires des ventes en ligne a progressé de 2002 à 2013, passant de 2,2% à 18%,
alors que celle des ventes en librairie reste stable depuis 2001.
Dans ce cas, pourquoi tant de ressentiments contreAmazon? La réponse est simple : Amazon bouscule
les habitudes sur le marché du livre, parfois au prix de pratiques déloyales…
Un débat de longue date
Pour le petit rappel historique, Amazon a été fondé en 1994 par Jeff Bezos. Amazon était à l’origine une
librairie en ligne et s’est rapidement déclaré comme « la plus grande librairie du monde », ce qui lui
attira les foudres des grands distributeurs américains.
Press-book réalisé par PPM
pour YouScribe
En France, la première bataille opposa Amazon au Syndicat de la librairie française (SLF) en 2007 et
concernait les frais de port offerts. La société est alors condamnée à l’issue du procès mais la Cour de
Cassation revient sur cette décision et garde possible la gratuité de ces frais.
La seconde bataille a eu lieu en ce début d’année, alors que le Sénat a adopté une loi encadrant les
conditions de vente à distance des livres. Amazon proposait non seulement des livres moins chers qu’en
circuit traditionnel, mais offrait en plus les frais de livraison. Mais encore une fois, le géant du web a su
trouver la parade : proposer des frais de port à 1 centime d’euro.
Le nouveau cheval de bataille : la location d’ebooks
Avec l’essor de la digitalisation des livres, Amazon souhaite une fois de plus chambouler l’ordre
préétabli.
Après la vente de livre papier en ligne, puis la vente d’ebooks, l’entreprise californienne s’est lancée
depuis juillet dans la location de livres. Le système est simple : l’abonnement mensuel donne accès à un
nombre illimité d’ebooks en streaming.
Ce système est donc similaire au modèle deDeezeret à la fameuse SVOD deNetix, qui est censée
inonder le marché français d’ici peu. Un catalogue de 600.000 titres est disponible - beaucoup moins en
langue française - dans un grand nombre de catégories. La plateforme de prêt est évidemment
alimentée en grande partie par les livres commercialisés au travers de la plateforme d'autoédition
Kindle Direct Publishing. Ce service de location d’ebooks, dénommé Kindle Unlimited aux Etats-Unis, est
disponible pour 9,99$/mois et permet d’emprunter jusqu’à 10 livres en même temps, sans date de
retour. Le lancement en Europe pourrait avoir lieu en septembre ou en octobre.
Envers et contre tous
En pleine période de guerre entre Amazon, les maisons d’éditions et les gouvernements, on peut
s’interroger sur l’avenir et la réelle puissance d’une telle offre en France.
Un catalogue amputé des titres des grands éditeurs Amazon et le plus grand éditeur françaisHachette, ne s’entendent pas sur le prix des ebooks. Alors que
le pure-player souhaite les prix les plus bas possible avec une harmonisation à 7,50€, Hachette refuse.
En représailles, Amazon a augmenté les délais de livraison de l’éditeur, interdit les pré-commandes et
supprimé les réductions. Or, l’attractivité d’Amazon ne tient pas qu’à ses prix bas mais également à la
taille de son catalogue. Si Hachette venait à retirer ses titres, Amazon se retrouverait amputé de grands
succès français. Quatre autres éditeurs américains refusent aussi de rendre leurs publications
disponibles à savoirHarperCollins,Simon & Schuster,Penguin Random HouseetMacmillan. Les
partenariats entre Amazon et les maisons d’éditions sont donc encore loin d’être conclus.
Press-book réalisé par PPM
pour YouScribe
Une image écornée
Une telle discorde, très médiatisée depuis plusieurs semaines, pourrait-elle endommager l’image
d’Amazon sur son public français ? En 2011, uneétude d’Harris Interactives’interrogeait sur
l’attachement des français au livre papier : 77% des personnes interrogées ont déclaré qu’elles
préfèreraient encore le livre papier au numérique d’ici 10 ans. Aujourd’hui, le livre papier représente
toujours 95% du marché contre seulement 5% pour les ebooks ; cette faible part de marché couplée à
l’image de requin renvoyée par Amazon dans l’industrie culturelle pourrait déranger un public français
plutôt conservateur.
Une compatibilité limitée
La plupart des plateformes d’ebooks proposent aujourd’hui un format ePub qui a pour particularité
d’être compatible avec toutes les liseuses et les tablettes. Ainsi, les concurrents de Kindle, tels queKobo
ouBookenpermettent la lecture de ce format devenu référence. Or, les livres proposés par Amazon ne
sont disponibles que sur sa liseuse Kindle au format propriétaire AZW, réduisant ainsi fortement le
potentiel de marché d’Amazon.
Une concurrence accrue
En France, plusieurs autres plateformes ont vu le jour. Celles-ci proposent non seulement l’achat
d’ebooks à l’unité, mais aussi des abonnements : une offre à 9,90€ pour un catalogue de 50 000 livres
avecYouscribe, 70 000 livres gratuits et 15 000 ebooks en abonnement à 9,99€ avecYouboox ou encore
400 000 ouvrages à 6,69€ avecScribd, acteur américain qui compte plus de 80 millions de lecteurs dans
le monde. Enn, encore méconnu, le Prêt Numérique en Bibliothèque (PNB) est en discussion avec la
plateformeFeedbookset la plateformeNumilog.
Bien que le futur succès de l’offre Kindle Unlimited ne fasse que peu de doutes à la vue de l’historique
d’Amazon, le géant du net va devoir passer plusieurs barrières. Sa politique offensive pourrait
effectivement lui jouer des tours à court terme. Amazon reste néanmoins un acteur innovant qui répond
aux évolutions du monde et aux besoins des internautes. Le « géant du web » pourrait ainsi s’afrmer
acteur principal d’une révolution dans les pratiques de consommation, dans le but de bousculer un
modèle économique peut-être vieillissant. La bataille du livre numérique est donc loin d’être terminée !
Like0 Press-book réalisé par PPM
Tweeter24
pour YouScribe