//img.uscri.be/pth/cebeaf1796e8328673ac40b1fb6cca0c8d8e31f4
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Consignes nationales de correction de l'épreuve de français au brevet des collèges

De
4 pages
DNB±Français±Série Générale±CORRIGÉ On enlèvera 0,5 point pour une ou deux réponses non-rédigées, 1 point au-delà de 2 réponses non rédigées. 2Q Q¶KpVLWHUD SDV j YDORULVHU OHV WUqV ERQQHV UpSRQVHV MXVTX¶j KDXWHXU GH SRLQW SDU question. Première partie : Comprendre, analyser et interpréter±Réécriture 25points Questions (1 heure - 20 points) 1. (2 points) En vous appuyant sur le premier paragraphe, expliquez la formule du narrateur « Je me sens tout dépaysé » (lignes 3-4). 2Q DWWHQG TXH OH FDQGLGDW GpYHORSSH O¶LGpH TXH OH QDUUDWHXU Q¶HVW SDV j O¶DLVH Q¶HVW SDV GDQV VRQ élément naturel PDLV GDQV XQ XQLYHUV GRQW LO Q¶D SDV O¶KDELWXGH RX TX¶LO HVW FRQIURQWp j XQ PRGH de vie qui lui est étranger. Le narrateur se retrouve confronté à une foule LO VRXOLJQH GDQV OH SUHPLHU SDUDJUDSKH O¶DQRQ\PDW UHODWLI j FHWWH IRXOH O¶LQGLIIpUHQFH GHV JHQV HW OD YLROHQFH GHV LQWHUDFWLRQV ,O VH UHWURXYH IDFH j XQ JURXSH GRQW O¶KXPDQLWp D Gisparu. /D TXHVWLRQ Q¶DWWHQGDQW SDV GH UHOHYp SUpFLV, on peut valoriser une référence à « la dureté du trottoir » (l. 4), ou à la promiscuité (« jamais« G¶HVSDFHs libres » l. 8). 2. (4 points) a- Quel est ici le sens du mot « entassement » (ligne 13) ? On accepteWRXWH UpIpUHQFH j XQH DJJORPpUDWLRQ j XQ HPSLOHPHQW RX O¶DOOXVLRQ j XQ HQVHPEOH G¶pOpPHQWV GLVSDUDWHV HW DQRQ\PHV (1 point) Trouvezun synonyme de ce nom dans les lignes qui précèdent. Synonyme : « conglomérat » (l. 11)(1 point) b- «(OOH HVW « SHUVRQQHOV (l.
Voir plus Voir moins
DNBFrançaisSérie GénéraleCORRIGÉ On enlèvera 0,5 point pour une ou deux réponses non-rédigées, 1 point au-delà de 2 réponses non rédigées. On n’hésitera pas à valoriser les très bonnes réponses jusqu’à hauteur de 0,5 point par question.
Première partie : Comprendre, analyser et interpréterRéécriture 25 points Questions (1 heure - 20 points) 1. (2 points) En vous appuyant sur le premier paragraphe, expliquez la formule du narrateur « Je me sens tout dépaysé » (lignes 3-4). On attend que le candidat développe l’idée que le narrateur n’est pas à l’aise, n’est pas dans son élément naturel, mais dans un univers dont il n’a pas l’habitude, ou qu’il est confronté à un mode de vie qui lui est étranger. Le narrateur se retrouve confronté à une foule: il souligne dans le premier paragraphe l’anonymat relatif à cette foule, l’indifférence des gens et la violence des interactions. Il se retrouve face à un groupe dont l’humanité a disparu. La question n’attendant pas de relevé précis, on peut valoriser une référence à « la dureté du trottoir » (l. 4), ou à la promiscuité (« jamaisd’espaces libres » l. 8). 2. (4 points) a- Quel est ici le sens du mot « entassement » (ligne 13) ? On acceptetoute référence à une agglomération, à un empilement ou l’allusion à un ensemble d’éléments disparates et anonymes.(1 point)  Trouvez un synonyme de ce nom dans les lignes qui précèdent. Synonyme : « conglomérat » (l. 11)(1 point) b-«Elle est … personnels.(l. 11-12) » : quel est le procédé d’écriture utilisé dans cette phrase ?Il s’agit d’une énumération.(1 point) c-En vous appuyant sur vos deux réponses précédentes, expliquez comment le narrateur perçoit la foule.La foule esttout d’abordperçue comme la sommed’éléments différents, disparates, comme une masse anonyme.(1 point)On valorisera le candidat qui écrit que la foule est également perçue comme un ensemble hostile, antipathique, duquel toute humanité a disparu, qui empêche toute possibilité de rencontre et d’amitié.3. (4 points)Lignes 24 à 32 :a- Quelles remarques pouvez-vous faire sur la disposition et les procédés d’écriture dans ce passage ? Trois remarques au moins sont attendues. On attend que le candidat relève la succession des phrases interrogatives,l’anaphore de « Qui saurait », le parallélisme de construction,l’emploi du conditionnel. On ne pénalisepas un candidat qui n’emploie pas les termes «anaphore » ou « parallélisme » si le procédé est explicité. On ne pénalisepas l’emploi des termes «mode » ou « temps » pour définir le conditionnel. (3 points : 1 point par remarque) On valorisera l’identification des interrogations oratoires. 17GENFRME1-C DNBFRANÇAISPageSérie Générale 1sur4CORRIGÉ
b- Quelest, selon vous, l’effet recherché par le narrateur dans ce passageDéveloppez ? votre réponse. La succession des interrogations oratoires (rhétoriques) ainsi que la mise en page créent une rupture avec le reste du texte pour mettre en évidence les questions et interpeler le lecteur(1 point). Le narrateur essaie de faire prendre conscience au lecteur de la manière dont le mode de vie urbain est détaché de la nature. Toute réponse prenant appui sur le relevé de la question précédente est valorisée. Toute réponse mentionnant une dimension argumentative du texte est valorisée. 4. (2 points) Dans le dernier paragraphe, pourquoi le narrateur est-il déconcerté et effrayé (lignes 34 à 36) ? Justifiez votre réponse en vous appuyant sur le texte. Le narrateur prend conscience que les hommes se sont très bien adaptés au mode de vie urbain : il est troublé par leur aisance dans laréalisation de gestes quotidiens et leur facilité à s’y accoutumer par contraste avec les gestes qu’ils ne savent plus faire. Cette aisance l’effraie parce qu’elle sous-entend une incapacité à réaliser les gestes essentiels pour le narrateur. Il se demande ce que vivre signifie pour cette foule urbaine. On attend uneréponse développant au moins l’idée de l’adaptation au mode de vie urbain qui effraie le narrateur.(1 point pour la réponse, 1 point pour sa justification)Toute référence à la question précédente et à l’impliciteest valorisée : actes individuels malgré l’emploi du pronom personnel « ils », capacité de faire des gestes automatiques en ville qui s’oppose à leur incapacité à vivre en lien avec la nature.5. (4 points) Ce texte est extrait d’un livre intituléLes Vraies Richesses. Quelles sont, selon vous, les « vraies richesses »auxquelles pense l’auteurRédigez une réponse construite et ? argumentée. Les vraies richesses sont celles que propose la vie à la campagne, par opposition au mode de vie urbain: l’hommevit alors en harmonie avec la nature, il est capable de tirer le meilleur de la nature tout en la respectant. Rechercher les vraies richessesc’est: - être proche de la nature - savoir vivre en tirant profit de la nature pour se nourrir, se vêtir - partager, échanger - donner du sens à ses gestes. Une copie ne doit pas nécessairement proposer un développement exhaustif. Deux éléments au moins sont attendus pour avoir le maximum des points. Une réponse développée et argumentée est nécessaire. On valorise le candidat qui ne se contentepas d’opposer ville et nature et réfléchit sur les relations entre les hommes dans la société rêvée par Giono. 6. (2 points) Que ressentez-vous en regardant l’œuvre de Jean-Pierre Stora (document B) ? Expliquez votre réponse. On attend une réponse personnelle argumentée. Une réponse sans justification n’obtiendra que la moitié des points. 17GENFRME1-C DNBFRANÇAISSérie Générale Page2sur4CORRIGÉ
7. (2 points) Cette œuvre (documentB) peut-elle illustrer la manière dont le narrateur perçoit la foule dans le texte de Jean Giono (document A) ? Développez votre réponse. Nous ne voyons que des silhouettes, il est impossible de distinguer des visages. Aucune silhouette ne se singularise. Cette indistinction est également accentuée par le noir et blanc. Les lignes droites, diagonales, montrent des hommes qui restent dans des couloirs, sans espoir de se croiser, obligés d’avancer, portés par un mouvement. On retrouve donc l’anonymat présenté dans le texte de Giono, la force d’une foule indifférented’où aucun être humain ne se détache. On attend une réponse développée et qui fasse référence au texte comme à des éléments de l’image, qui fasse des liens entre le texte et l’image.Réécriture (10 minutes - 5 points) Réécrivez le passage ci-dessous en remplaçant « je » par « nous » et en mettant les verbes à l’imparfait.«nousconnaissionsun petit restaurant oùnousprenionsnotrerepas du soir.Nousallionsà pied.Nousnoussentionstoutdépayséspar la dureté du trottoir et le balancement des hanches qu’ilfallaitavoir pour éviter ceux qui vousfrôlaient. » 0,25 par occurrence denous(sauf pour le premier qui n’est pas compté).0,5 point pour les autres transformations -0,25 point par erreur de copie Des transformations supplémentaires sont sanctionnées à hauteur de 0,5 point. 17GENFRME1-C DNBFRANÇAISSérie Générale Page3sur4CORRIGÉ
Deuxième partie: Dictée – Travail d’écriture25 pointsDictée (20 minutes - 5points) Barème de correction : - 0,5 point pour les erreurs grammaticales - 0,25 point pour les erreurs lexicales -0,25 point pour quatre erreurs de ponctuation, majuscule, trait d’union ou accent.On ne pénalisera pas l’absence de majuscule à «Dragon ». Si plusieurs erreurs sont commises sur le même mot, on ne pénalisera que la plus grave. Une erreur répétée sur un même mot ne sera pénalisée qu’une seule fois.Dictée aménagée (20 minutes - 5 points): 0,5 point par bonne réponse. Travail d’écriture (1h30- 20 points) Toutecopie d’une longueur inférieure à 35 lignes pourra être sanctionnée à hauteur de 1 point.Sujet A Pensez-vous comme Jean Giono que la ville soit un lieu hostile? Vous proposerez une réflexion organisée et argumentée en vous appuyant sur vos lectures et vos connaissances personnelles. Votre rédaction sera d’une longueur minimale d’une soixantaine de lignes (300 mots environ). On n’impose pas une réponse aux candidats: ils peuvent opter pour une réponse positive (la ville est un lieu hostile) ou pour uneréponse négative (la ville est au contraire un lieu d’accueil, ouvert). Quel que soit lechoix qu’ils fassent, on n’attend pas de leur part une réflexion contradictoire mais une réflexion argumentée. Toutefois, une réflexion contradictoire sera bien évidemment acceptée. On attend donc une construction claire du devoir, avec un enchainement de plusieurs paragraphes visiblement mis en page. Quelques lignes peuvent venir introduire et conclure la réflexion, mais les attentes en la matière ne doivent pas être formalistes. L’évaluationtientcompte de la qualité de l’expression, des caractéristiques formelles du devoir, de la clarté de l’argumentation.On valorise de manière significative les candidats qui prennent appui sur des exemples issus de leur culture littéraire et artistique. Sujet B Vous vous sentez vous aussi « dépaysé(e) » en arrivant dans une ville. Racontez cette expérience. Vous décrivez les lieux que vous découvrez, vous évoquez vos impressions et vos émotions. Votre rédaction sera d’une longueur minimale d’une soixantaine de lignes (300 mots environ). On attend une production libre, de type narratif, à la première personne. On attend que ce récit contienne une description des lieux ainsi que l’expression des impressions et des émotions du narrateur. La découverte d’une ville n’apeut êtrepas été l’expérience de tous les élèves. On accepte donc toute découverte d’un espace urbain quel qu’il soit, réel ou fictionnel.On évalue : - les qualités d’invention: aptitude à relater des émotions, à décrire un univers et les réactions que sa découverte provoque - les qualités narratives : aptitude à construire un récit qui progresse - les qualités d’expression et la richesse du vocabulaire, en particulier celui des sensations et des émotions. 17GENFRME1-C DNBFRANÇAISPageSérie Générale 4sur4CORRIGÉ