La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Odoxa pour MCI Le Parisien et France Info - Le baromètre des événements les plus marquants

De
19 pages
Le baromètre des événements les plus marquants Sondage réalisé par pour et, Publié le mercredi 28 octobre 2015 Levée d’embargo le mercredi 28 octobre à 6h00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français interrogés par Internet les 22 et 23 octobre 2015 Echantillon de 1 000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.Echantillon La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. Précisions sur les marges d’erreur Chaque sondage présente une incertitude statistique que l’on appelle marge d’erreur. Cette marge d’erreur signifie que le résultat d’un sondage se situe, avec un niveau de confiance de 95%, de part et d’autre de la valeur observée. La marge d’erreur dépend de la taille de l’échantillon ainsi que du pourcentage observé. Si le pourcentage observé est de … 5% ou 10% ou 20% ou 30% ou 40% ou 50%Taille de l’Echantillon 95% 90% 80% 70% 60% 800 1,5 2,5 2,8 3,2 3,5 3,5 900 1,4 2,0 2,6 3,0 3,2 3,3 1 000 1,4 1,8 2,5 2,8 3,0 3,1 2 000 1,0 1,3 1,8 2,1 2,2 2,2 Lecture du tableau : Dans un échantillon de 1000 personnes, si le pourcentage observé est de 20%, la marge d’erreur est égale à 2,5%. Le pourcentage réel est donc compris dans l’intervalle [17,5 ; 22,5].
Voir plus Voir moins

Le baromètre des événements
les plus marquants
Sondage réalisé par
pour
et,
Publié le mercredi 28 octobre 2015
Levée d’embargo le mercredi 28 octobre à 6h00Méthodologie
Recueil Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français
interrogés par Internet les 22 et 23 octobre 2015
Echantillon de 1 000 personnes représentatif de la
population française âgée de 18 ans et plus.Echantillon
La représentativité de l’échantillon est assurée par la
méthode des quotas appliqués aux variables suivantes :
sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification
par région et catégorie d’agglomération.Précisions sur les marges d’erreur
Chaque sondage présente une incertitude statistique que l’on appelle marge d’erreur.
Cette marge d’erreur signifie que le résultat d’un sondage se situe, avec un niveau de confiance de 95%, de part
et d’autre de la valeur observée.
La marge d’erreur dépend de la taille de l’échantillon ainsi que du pourcentage observé.
Si le pourcentage observé est de …
5% ou 10% ou 20% ou 30% ou 40% ou 50%Taille de
l’Echantillon 95% 90% 80% 70% 60%
800 1,5 2,5 2,8 3,2 3,5 3,5
900 1,4 2,0 2,6 3,0 3,2 3,3
1 000 1,4 1,8 2,5 2,8 3,0 3,1
2 000 1,0 1,3 1,8 2,1 2,2 2,2
Lecture du tableau : Dans un échantillon de 1000 personnes, si le pourcentage observé est de 20%, la marge d’erreur est égale à 2,5%.
Le pourcentage réel est donc compris dans l’intervalle [17,5 ; 22,5].1 - L’œil du sondeur : l’analyse de Gaël Sliman
Baromètre des événements les plus marquants : Air France domine l’actualité
et fait craindre aux Français un risque d’explosion sociale
Voici les 5 principaux enseignements de la seconde vague de notre baromètre ODOXA-MCI France des événements les plus
marquants pour les Français :
1) Air France domine nettement le palmarès des événements économiques et sociaux les plus marquants pour les
Français tandis que la conférence sociale sur l’emploi fait « Pschiiit ».
Mais, conférence sociale sur l’emploi ratée ou pas, plus de 6 Français sur 10 estiment que la CGT et Solidaires ont eu
tort de ne pas y participer.
2) 83% des Français pensent que le conflit social d’Air France est bien le signe d’un dialogue social qui se dégraderait
dans notre pays
3) Conséquence de cette peur du grand conflit social, les Français souhaitent désormais qu’on laisse davantage le
temps au dialogue social quitte à aller moins vite dans le rythme des réformes (qu’ils attendent toujours)
4) Pour mener des réformes efficaces en termes d’emploi, les Français font plus confiance à la négociation entre les
syndicats et le patronat plutôt qu’à l’Etat
5) Evénements à venir : les régionales et la COP21 sont les événements des semaines à venir qui intéressent le plus les
Français, bien plus que les événements sportifs ou culturels2 - L’œil de l’expert : l’analyse de Philippe Fournier (1/2)
Doutes et tensions, un retour au dialogue indispensable :
Le conflit social Air France sur-médiatisé est logiquement en tête des préoccupations des français (54%) mais il faut aussi
noter que mouvements de grève et suppressions de postes suivent juste derrière dans notre baromètre mensuel (37% et
35%).
Il y a clairement aujourd'hui des doutes dans l’esprit des français et une tension sociale dans notre pays qui s'exprime à de
nombreux niveaux de la société. Mais cette tension sociale n'est en aucune façon un chèque en blanc donné aux éventuels
fauteurs de trouble, puisque 62 % des Français pensent que les syndicats devraient tous s'impliquer dans le dialogue, et
surtout accepter de participer à la conférence sociale.
Il est aussi intéressant de rappeler qu’Air France est aujourd'hui une compagnie privée, et c'est là toute l'ambiguïté de la
perception des Français interrogés ; ils sont choqués par ce qui se passe dans cette entreprise, mais n'arrivent pas forcément
à déterminer le responsable, entre les dirigeants, les syndicats, l'État actionnaire, ou plus largement la mondialisation et les
changements économiques qu'elle induit et que la compagnie n’a pas su gérer.
Les réponses à notre baromètre mensuel nous permettent d'identifier deux préoccupations majeures :
- Une absence de confiance des Français dans la capacité de l'État à régler les problèmes. 57 % des Français ne croient pas
dans l'accélération des réformes pour régler leurs problèmes, et ils souhaitent plutôt à 70 % que les partenaires sociaux
retrouvent le chemin de la table des négociations sans passer par l'État.
- Mais surtout, les Français ont l'impression que quinquennat après quinquennat, le chômage s'amplifie, les conditions de
travail se durcissent, et cela les inquiète pour eux, mais aussi pour l'avenir de leur enfants !
Pourtant, nous ne sommes plus au XIXe siècle, à l'époque de Zola, et les conditions de vie et de travail comme de relations
avec les entrepreneurs n’ont rien à voir avec qu’elles ont pu être il y a 150 ans ! Les français attendent des partenaires
sociaux qu’ils soient responsables, modernes et dans leur époque !2 - L’œil de l’expert : l’analyse de Philippe Fournier (2/2)
Dans ce contexte et face à une parole de l'état démonétisée, les inquiétudes des Français sont bien réelles, et un sursaut des
parties prenantes s'avère nécessaire aussi bien au niveau des syndicats que des politiques, faute de quoi, ce sont les
extrêmes qui finiront par ramasser la mise …
De l’importance du lien social :
Concernant les événements à venir, il n'est pas surprenant non plus, là encore, que les élections régionales soient le sujet
principal de Français qui voient peut-être en ce vote la possibilité d'exprimer leur ras-le-bol.
La conférence sur le climat est également un événement majeur qui indique bien une inquiétude sur l'avenir de notre
planète et l'importance que revêt pour les français les dérèglements climatiques et les décisions qui seront prises pour y
remédier...
Il est clair que les autres évènements plus traditionnels sportifs et festifs comme la coupe du monde de Rugby ou la sortie de
Star Wars arrivent bien loin derrière en termes d'intérêt...
Mais ce n'est finalement que le reflet une fois encore de ce climat d'inquiétude et d’incertitude qui traverse la société
française. On peut d'ailleurs justement regretter que les événements non politiques qui permettent de reconstruire le lien
social entre les français soient perçus comme secondaires, car ils constituent un début de solution à une morosité ambiante
qui n'a que trop duré !
Philippe Fournier
Président, MCI France3 - L’analyse détaillée des résultats (1/3)
Baromètre des événements les plus marquants : Air France domine l’actualité
et fait craindre aux Français un risque d’explosion sociale
1) Air France domine nettement le palmarès des événements économiques et sociaux les plus marquants pour les Français tandis que la
conférence sociale sur l’emploi fait « Pschiiit »
L’actualité économique et sociale de ces dernières semaines a été particulièrement dense : mouvements de grèves des policiers et enseignants,
annonces de suppressions de postes (Société Générale, Areva…), accord signé par les partenaires sociaux sur les retraites complémentaires,
conférence sociale sur l’emploi, radicalisation de la CGT et, évidemment, les rebondissements du conflit à Air France…
De tous ces événements lourds ayant marqué cette riche actualité, c’est justement ce dernier qui a – de très loin – le plus marqué les Français.
54% le citent comme l’événement le plus marquant, 17 points devant « les mouvements de grèves et de manifestations des policiers des enseignants,
èmedes avocats ou des personnels pénitenciers », et près de 20 points devant le 3 événement le plus marquant, les annonces de suppressions de
postes dans de grandes entreprises (35%).
ème èmeL’accord signé par les partenaires sociaux la semaine dernière (4 avec 31% de citations) ou la radicalisation de la CGT (5 avec 28% de citation) ne
sont pas loin du podium non plus.
Tel n’est pas le cas de la conférence sociale sur l’emploi organisée en présence du Chef de l’Etat qui fait littéralement « Pschiiit » : dernier cité avec
seulement 8% de citation, cet événement a nettement moins marqué les Français (près de 4 à 5 fois moins que les 4 précédemment cités et près de 7
fois moins que le feuilleton Air France).
Mais, conférence sociale sur l’emploi ratée ou pas, plus de 6 Français sur 10 estiment que la CGT et Solidaires ont eu tort de ne pas y participer.
2) 83% des Français pensent que le conflit social d’Air France est bien le signe d’un dialogue social qui se dégraderait dans notre pays
Les sondages enregistrent les perceptions…pas nécessairement les réalités.
En l’occurrence, selon les statistiques officielles sérieuses à disposition, malgré les images choc des récents conflits sociaux comme celui d’Air France,
il semble que les conflits sociaux et les jours de grèves dans le pays ont eu tendance à baisser nettement depuis ces 5 ou 6 dernières années (même si
les statistiques établies reposent souvent sur des données de plus d’un an).
Pourtant, les Français ont exactement le sentiment inverse et estiment, eux, qu’ils progressent.3 - L’analyse détaillée des résultats (2/3)
Ainsi, le conflit symboliquement si marquant d’Air France est pour 83% des Français « le signe d’un dialogue social qui se dégrade dans notre pays »
alors que seulement 16% de nos concitoyens estiment à l’inverse que « ces conflits ne sont que des cas isolés qui ne sont pas représentatifs de
l’évolution du dialogue social dans notre pays. »
Ce sentiment est partagé tant par les sympathisants de gauche (75% le pensent) que par ceux de droite (87%).
3) Conséquence de cette peur du grand conflit social, les Français souhaitent désormais qu’on laisse davantage le temps au dialogue social quitte à
aller moins vite dans le rythme des réformes (qu’ils attendent toujours)
Les Français sont demandeurs de réformes importantes et audacieuses en matière économique et sociale. Toutes les enquêtes le confirment.
Néanmoins, dans le contexte de ces dernières semaines marquées par de nombreux conflits sociaux spectaculaires comme celui d’Air France, les
Français semblent craindre une explosion sociale majeure ce qui les incite désormais à privilégier le dialogue social quitte à aller un peu moins vite
dans le rythme des réformes.
57% des Français affirment ainsi « souhaiter que, d’ici à l’élection présidentielle de 2017, on laisse le temps au dialogue (au parlement et entre les
partenaires sociaux) quitte à aller moins vite dans le rythme des réformes »… plutôt que souhaiter (42%) qu’on « accélère le rythme des réformes
dans le pays quitte à laisser moins de temps au dialogue et à mécontenter certaines professions ou certains syndicats ».
Six sympathisants de gauche sur dix (62% contre 37%) aspirent désormais à ce qu’on laisse plus de temps au dialogue, tout comme un sympathisant
de droite sur deux (50% contre 48%).
4) Pour mener des réformes efficaces en termes d’emploi, les Français font plus confiance à la négociation entre les syndicats et le patronat plutôt
qu’à l’Etat
Plus que jamais les Français font davantage confiance à la négociation entre les syndicats et le patronat plutôt qu’à l’Etat et au Parlement pour mener
des réformes économiques et sociales efficaces en termes d’emploi.
Ils sont aujourd’hui 70% contre 27% à rendre cet arbitrage, alors qu’ils n’étaient « que » 66% contre 32% à le faire il y a moins de deux mois, le 3
septembre dernier.
Le différentiel droite-gauche s’est particulièrement réduit sur cette question, les sympathisants des deux bords politiques étant désormais presque
autant convaincus que l’Etat doit laisser faire les partenaires sociaux : 67% des sympathisants de gauche et 71% des sympathisants de droite le
pensent.3 - L’analyse détaillée des résultats (3/3)
5) Evénements à venir : les régionales et la COP21 sont les événements des semaines à venir qui intéressent le plus les Français, bien plus que les
événements sportifs ou culturels
Qui a dit que les Français ne s’intéressaient pas à la politique et aux sujets de fond/sérieux ?
Certainement pas les sondages…
Ainsi parmi les événements des semaines à venir portant sur l’actualité économique, sociale, politique, sportive ou culturelle, ceux qui intéressent le
plus sont
En n°1, la campagne des élections régionales
En n°2, le lancement de la COP21 à Paris à partir du 30 novembre
En n°3, le sommet du G20 qui se tiendra mi-novembre en Turquie
Rien que des événements politique ou macro-économiques extrêmement sérieux.
èmeTous ces événements devancent très nettement, les événements plus ludiques, sportifs et culturels : si la finale de la Coupe du monde de rugby, 4
(27% de citation) intéresse beaucoup les Français, c’est nettement moins le cas des autres événements sportifs testés : dernières places ex-aequo
avec 9% de citations pour le match amical France-Allemagne comme pour la Transat Jacques Vabre qui se lancera cette semaine.
èmeQuant aux événements plus festifs ou culturels listés, comme l’annonce de la sortie mondiale du nouveau Star Wars (5 cité avec 18%) ou la sortie
èmele 19 novembre prochain du Beaujolais nouveau (6 événement cité avec 14%), ils n’intéressent qu’environ un Français sur sept.
Ils n’en feront pas moins des « cartons » en termes de verres vidés comme d’entrées au cinéma.
Reste qu’une fois de plus, bien loin des clichés et des stéréotypes, les Français nous montrent qu’ils sont passionnés par la chose publique et par leur
environnement extérieur.
C’est justement cet intérêt déçu qui explique à la fois leur déception à l’égard de l’ensemble de la classe politique et aussi – paradoxalement – leur
haut niveau d’abstention et de vote contestataire aux élection intermédiaires (comme les régionales de décembre). Ce n’est pas du désintérêt, c’est
de la déception, voire du dégoût.
Gaël Sliman, Président d’Odoxa
@gaelslimanLes événements économiques et sociaux
qui ont le plus marqué
Parmi les événements suivants de l’actualité économique et sociale survenus au cours de ces
dernières semaines, quels sont ceux qui vous ont le plus marqué ?
- 3 réponses possibles -
Le conflit social à Air France avec l’épisode des cadres dont les chemises ont été déchirées
devant les caméras puis l’interpellation à 6h du matin des personnes suspectées d’avoir 54%
participé à ces violences
Les mouvements de grèves et de manifestations des policiers, des enseignants ou plus
37%récemment des avocats et des personnels pénitenciers
Les annonces de suppressions de postes dans de grandes entreprises (société générale,
35%Fram, Areva)
L’accord signé par les partenaires sociaux sur les retraites complémentaires 31%
La radicalisation de la CGT : refus de participer à la conférence sociale, accueil houleux du
Président (refus de lui serrer la main) ou du Ministre de l’Economie (un yaourt lui a été jeté 28%
dans sa direction) par certains syndicalistes
La conférence sociale sur l’emploi organisée cette semaine en présence du Chef de l’Etat, du
8%Premier ministre et des principaux syndicats
(NSP) 3%
10