La lecture en ligne est gratuite
Télécharger

Vous aimerez aussi

CATHOLISSISME ET LESBIANISME
Certaines de mes connaissances bienqu’en couple avec une femme, sont pourtant de ferventes pratiquantes ce qui démontre que ce qui semble à priori pourtant incompatible ne l’est dans le fait pas. Il convient d’ailleurs de préciser que dans notre communauté chrétienne elles sont très bien acceptées voire même très courues en ce sens qu’elles sont souvent invitées dans les divers dîners et immanquablement la conversation à un moment donné vient sur le sujet. Il semble que leursituation en fascine certains et même jusqu’à poser en petit comitédes questions très personnelles sur leur intimité. Lorsque la conversation estengagée très vite fusent toutes sortes d’interrogation même du domaine très personnel auxquelles nombres de couples habituels ne sauraient répondre sans en être gêné. Mesamis malgré mes mises en garde trop contentes d’être acceptées répondent avec sincérité à toutes leurs questions avec force détailset vont à mon sens trop loin. Car enfin demanderait-on à un couple habituel ce qu’il doit faire pour accéder au plaisir ?. Sans pudeur chacun et chacune pose des questions sur le plaisir qu’elles ressentent aux caresses de l’autre , si elles peuvent jouir sans pénétration et même si elles utilisent des manchons pour y arriver. Le fait le plus étrange c’est qu’au sein de notre communauté les sujets de ce genre ne sont presque jamais abordés ou alors avec une grande pruderie. Quelle mouche pique certaines de ces pratiquantes de tellement s’intéresser à ce sujet. Parmi nous il y a souvent une bonne sœur qui n’est pas la dernière à poser des questions sans pourtant jamais ouvertement faire allusion àsa propre sexualité. Sans doute cette pratique est-elle plus courantequ’on voudrait nous le faire croire et je soupçonne certaines des femmes pourtant mariées soit d’y penser souvent soit d’en avoir déjà si l’on peut dire tâter… Parmi les jeunes chrétiennes que je fréquente étant lesbienne moi-même c’est souvent que les petits gestes d’affections vont un peu plus loin qu’ils ne devraientsans pour autan n’être vraiment équivoques il me semble que sans les interdits moraux beaucoup d’entre elles céderaient à leur goût pour leur camarade peut-être simplement sur l’instant et pas forcément durablement mais tout de même ce n’est vraiment innocent. D’ailleurs comme nous le savons toutes mêmes celle qui ont eut ce genre d’expérience dans la jeunesse même mariées et mère de famille elles retournent en cachette et je connais nombres de femmes qui entretiennent dans le plus grand secret ce genre de relation. Prétextant d’aller faire du sport le plus souvent elles se retrouvent et en profite pour dans les vestiaires de piscine comme je l’ai constaté il n’y a pas longtemps pour dans les cabines avoir une relation furtive pour ensuite encore mouillées le soir se faire prendre par leur mari. Dans nombre de cas le lesbianisme est pratiqué même au sein des institutions religieuse et fait l’objet d’une véritable omerta. Tant parmi les religieuses que les pratiquantes et je crois qu’elles sont beaucoup mieux vues et acceptées que les hommes qui vivent ensembles. Quand l’église prendra t-elle une position nette sur la condition des lesbiennes chrétiennes ?