//img.uscri.be/pth/b5c08afc5f4f51d649012cb7a18b332ca846b3b4
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

La Prière aux temps de nos ancêtres

De
3 pages
Cet artcle fait un exposé complet sur la manière d'adoration des africains de l'Etre supreme, Dieu. Et de quelle manière cela converge bien avec les grandes religions monothéistes du monde.
Lisez et faites en lire aussi
Voir plus Voir moins
LAPRIEREAUTEMPSDENOSANCETRESEcrit par : MFUMU DI MANUNDI Contact : dimanundi@gmail.comEn Afrique la notion de la prière est vieille que l’histoire de l’Afrique noir.Nos Ancêtres connaissaient et pratiquaient la prière de manière compréhensive et approfondie.Pour ces Ancêtres africains, la prière était une vraie communication avec Dieu, une affirmation de ce qu’Il est et de ce que nous sommes en tant que son reflet. Nos ancêtres connaissaient et pratiquaient une spiritualité fondée sur des faits véridiques et clairs que lespremiers missionnaires venus en Afrique n’ont pas pu comprendre, et que certains gens ne comprennent pas aussi jusque de nos jours. La notion de la prière n’était pas donc une importation comme beaucoup se l’imagine.De prime à bord, dans presque toutes les langues africaines le motPrier signifie aussi «Plaider ».D’où pour lesAncêtres Africains, laprièreétait unplaidoyer. Une exposition de ses préoccupations auprès de l’Etre Suprême par l’intermédiaire de la cour desSaints. Les Ancêtres Africains savaient vraimentfaire la nette distinction entre l’Etre-suprême qui est le Dieu très haut et les autres Dieux, les êtres illuminés. Et ils savaient de manière précise quele Dieu très haut est d’une infinitudeles absolue, autresDieuxouêtres illuminésne sont que des manifestations de l’EtreSuprême, le Dieu très haut, et non ses égaux. Et fautede n’avoir pas compris la spiritualité africaine, les premiers missionnaires européens venus en Afrique avaient étiquetées les Africains des magiciens, des sorciers, etc. et mêmebeaucoup d’Africains non avertis d’aujourd’hui demeurent dans cette ignorance.Nos Ancêtresconnaissaient bien qu’il yavait un Dieu qui règne au dessus de tout et qui est tout pouvoir, toute présence et toute connaissance, le tout-en-tout. Les 1 Besikongo lenomme «Nzambi Ampungu Tulendo», le Dieu Tout Puissant. Cette appellation de Dieu chez les Besikongo estd’ailleursacceptée dans la traduction de la Bible en Kikongo, leur langue.Cela prouve que tout ce qui touche aux Noirs ne pas nécessairement mauvais et, partant,n’est pas nécessairement àjeter, comme beaucoup le pensent.Les Africains savaient bel et bien que Dieu agit toujours par ses manifestations, les êtres illuminés,les Dieux inférieurs.Les Africainspriaient Dieu par l’intercession des saints dont ils ont la ferme conviction qu’ils sont toujours avec eux. Cette croyance converge bel et bien avec celles de presque toutes les grandes religions monothéistes du monde. Vous trouverez que dans la Bible,le livre saint de la religion chrétienne, le Dieu très haut est toujours représenté par un être céleste et qui agit en lieu et place de Sa personne.La marche des enfants d’Israël vers Canaan en est unbel exemple parmi tant d’autres:« Voici,j'envoie un ange devant toi, pour te protéger en chemin, et pour te faire arriver au lieu que j'ai préparé. Tiens-toi sur tes gardes en sa présence,
1 Les habitants de l’ancien et puissant Royaume Kôngo.
Vous pouvez lire cet article ainsi que d’autres écrits de cet auteur en ligne sur : www.youscribe.com
et écoute sa voix; ne lui résiste point, parce qu'il ne pardonnera pas vos péchés, car mon nom est en lui.» (Exode 23 :20, 21) Dieu se manifeste toujours par ceux quel’on appelleles anges, les Saints, «les 2 esprits des justes parvenus à la perfection», etc.Les Africains considéraient ces êtres comme des manifestations de Dieu très haut et non ses égaux. Ces «esprits des justes parvenus à la perfection »ne sont-ils pas des êtres qui ont vécu avec nous et qui ont atteint le niveau le plus élevé dans la spiritualité, par rapport à nous,et qui sont maintenant dans l’au-delà ? Dans un langage africain, ces êtres sont appelés les ancêtres-saints. Cette notion n’est donc pas une exclusivité Juive. La notiond’intermédiaire était déjàconnuemême avant l’arrivée de Jésus-Christ. Nous devons comprendre que la venue de Jésus-Christ. Nous devons comprendre que la venue de Jésusn’était que pour accomplir les écritures. C'est-à-dire, il était venu réexpliquer, faciliter la mise en application, redonner la vie, aux écritures 3 divines .Cettenotion d’intermédiaire ou d’avocat est évoquée dans l’Ancien Testament :« …Son âme s'approche de la fosse, Et sa vie des messagers de la mort. Mais s'il se trouve pour lui un ange intercesseur, Un d'entre les mille Qui annoncent à l'homme la voie qu'il doit suivre, Dieu a compassion de lui et dit à l'ange: Délivre-le, afin qu'il ne descende pas dans la fosse. »(Job 33 :22-24) Ceci prouve à combien la nationd’intermédiaire est antérieure à la venue du Maitre Jésus.C’est ce que les Africainset pratiquaient. savaientEt je souligne ici que les Africains faisaient appel dans leurs prières seulement auxAncêtres Saints, les Nkukunyûngu, les êtres illuminés, ceux qui étaient parvenus à la perfection, et non à tous les Ancêtres. Car tous ne sont pas saints. Les autres Ancêtres demeurent encore dans leur étatde péché même dans l’au-delà. Et vous devez faire une nette différence entre la prière par la cours des Saints, qui est même à la base du Christianisme, et le culte des ancêtres que beaucoup confondent par ignorance. Fort de cette compréhension les Africains comptaient toujours dans leurs prières, sur le soutient constant de cesêtres illuminésdes situations qui nécessitaient dans vraiment une intervention spirituelle dans plusieurs domaines de la vie.Ces êtres avaient-ils pris la place du Dieu très haut parmi les Africains ? NON.Ils étaient des représentants du Dieu très haut qui intercédaient toujours 4 pour euxauprès de l’Etre suprême comme nous le rapporte aussi la Bible.En Dans son livre intitulé« Etudes Bakongo », J. VAN WING, S.J. Ancien Missionnaire catholique de Kisantu au Bas-Congo, République Démocratique du Congo, parle aussi de cette communicationdisant que cela était possible qu’avecles Ancêtres Saints,les bon ancêtrespar son langage. Il écrit :Bakulu ne sont pas tous les morts du« Les clan, ce sont uniquement les bons ancêtres, ceux qui mènent sous terre une vie
2 Voir Hébreux 12 :22-24 3 Voir Matthieu 5 :17 4 Exode 23 :20
Vous pouvez lire cet articleainsi que d’autres écrits de cet auteuren ligne sur : www.youscribe.com
heureuse dans leurs villages. Les membres du clan, qui n'ont pas gardé les lois des anciens, les mécréants, les voleurs, les adultères sont exclus de leur société. Ils sont condamnés à errer sur terre comme matebo, revenants. Entre ces derniers et le clan toute relation sociale est rompue. Il n'y a que les sorciers, ceux qui lancent des maléfices, qui aient des relations avec eux. » La vraie religion bantoue s’inscrit dans un cadre monothéiste, comme les grandes religions monothéistes du monde. Dans cette religion africaine, comme dans toutes les grandes religions monothéistes du monde, la prière par l’intermédiaire du verbe, 5 appelé Kimahûngupar les bakôngo, avec toute son armée des ancêtres-saints, est une réalité vivante vécue au quotidien jusqu’à nos jours.Un exposé complet sur la notion desdes justes parvenus à la perfection »« espritsfera l’objet d’un article à paraitre dans les prochains jours.
5 Le Verbeou le Christ en Kikôngo, l’une des langues africaines.
Vous pouvez lire cet articleainsi que d’autres écrits de cet auteuren ligne sur : www.youscribe.com