Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

French - Mettre fin à la violence à l'égard des femmes : des ...

4 pages

French - Mettre fin à la violence à l'égard des femmes : des ...

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 0
Signaler un abus
Nations Unies
Mettre fin à la violence à l’égard des femmes : des paroles aux actes Etude du Secrétaire général 9 octobre 2006
Synopsis
La violence à l’égard des femmes est une forme de discrimination et une violation des droits fondamentaux. Elle est source de malheurs et de pertes en vies humaines, et à cause d’elle, un grand nombre de femmes partout dans le monde vivent dans la peur et la douleur. Elle nuit aux familles – à toutes les générations – appauvrit les communautés et renforce d’autres formes de violence dans toutes les sociétés. La violence à l’égard des femmes les empêche de réaliser leur potentiel, entrave la croissance économique et sape le développement. La portée et l’étendue de la violence à l’égard des femmes sont reflet du degré et de la per-sistance de la discrimination à laquelle les femmes continuent de faire face. On ne pourra donc l’éliminer qu’en traitant du problème de la discrimination, en promouvant l’égalité et l’autonomisation des femmes et en veillant au respect de leurs droits fondamentaux.
L’humanité tout entière tirerait profit de la fin de cette forme de violence, et des progrès considérables ont été réalisés pour créer un cadre international aux fins de cet objectif, mais de nouvelles formes de violence sont apparues et dans certains pays, les progrès réalisés précédemment par les femmes sur la voie de l’égalité et pour vivre sans crainte de la violence ont été sapés ou sont menacés. La prévalence continue de la violence à l’égard des femmes est la preuve que les Etats doivent encore s’y attaquer avec la volonté politique, la visibilité et les ressources nécessaires.
La violence à l’égard des femmes n’est ni immuable ni inévitable et pourrait être grandement réduite, voire éliminée, avec la volonté politique et les ressources nécessaires. La présente étude identifie les moyens de combler le fossé entre les obligations des Etats conformément aux normes et aux politiques internationales et leur mise en oeuvre inadéquate et incohérente au niveau national. Elle demande queles initiatives prises pour éliminer la violence à l’égard des femmes se voient accorder une priorité accrue aux niveaux local, national et international.
Vue d’ensemble La violence à l’égard des femmes est passée du domaine privé à l’attention publique et est devenue la responsabilité de l’Etat grâce en grande partie aux activités menées depuis la base par des organisations et des mouvements de femmes partout dans le monde. Ces activités ont mis en lumière le fait que la violence à l’égard des femmes n’est pas le résultat d’actes individuels et spontanés d’inconduite, mais qu’elle est profondément enracinée dans la relation structurelle d’inégalité qui existe entre les femmes et les hommes. L’interaction entre les activités de plaidoyer des femmes et les initiatives de l’ONU a été l’un des principaux facteurs qui a fait que la violence à l’égard des femmes est devenue une des questions des droits fonda-mentaux inscrite à l’ordre du jour international.
Des progrès considérables ont été réalisés dans l’élaboration de normes et de critères internationaux convenus. Des instruments juridiques et politiques internationaux ont clarifié les obligations des Etats de prévenir, éradiquer et punir la violence à l’égard des femmes. Mais partout dans le monde, des Etats ne satisfont pas aux exigences juridiques et politiques internationales.
Causes et facteurs de risques L’origine de la violence à l’égard des femmes réside dans les relations inégales de pouvoir qui, de tout temps, ont existé entre les hommes et les femmes, et dans la discrimination générale que subissent les femmes au niveau tant public que privé. Les disparités patriarcales de pouvoir, les normes culturelles discriminatoires et les inégalités économiques nient aux femmes leurs droits fondamentaux et perpétuent la violence. La violence à l’égard des femmes est l’un des principaux moyens par lequel les hommes contrôlent la liberté et la sexualité les femmes.
Dans le contexte plus large de la subordination des femmes, les causes spécifiques de violence incluent le recours à la violence pour régler des conflits, les doctrines de la vie privée et l’inaction de l’Etat. Les schémas de comportement individuel ou familial, notamment la maltraitance, sont également en corrélation avec un risque accru de violence.
La violence à l’égard des femmes n’est pas confinée à une culture, une région ou un pays donnés, ni à un groupe spécifique de femmes dans une société. Les diverses manifestations de cette violence et les expériences personnelles des femmes sont toutefois influencées par des facteurs tels que l’ethnicité, la classe sociale, l’âge, l’orientation sexuelle, l’incapacité, la nationalité et la religion.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin