La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Journal de l'Estrade n°6

36 pages
Laïcité L’Estrade La Parole Forte 2 L’Estrade - Octobre 2013 Sommaire 04 Géopolitique 0405 - Le Printemps Turc 08 - La France et son armée 12 Finance 12 - Le Paradoxe de la crise 16 - Guide du Libertinage académique 17 - La Contribution Economique Ter- ritoriale 18 Le Dossier 20 - Introduction à la laïcité 22 - La Laïcité en France 25 - Laïcité et Islam 22 Culture 12 22 - Te Piece to see 23 - Les Généraux allemands parlent 30 - La problématique de l’amour 32 - Erotisme en péril 34 L’Estrade La prochaine conférence 18 3L’Estrade - Octobre 2013 L’Estrade Edito Clément Delaunay Il est plus de midi ce lundi 14 octobre. Il fait beau à Toulouse, mais Hervé Bocodans les petites ruelles de la ville, le fond de l’air est frais. Dans le t-ro quet d’où j’écris, la décoration n’a pas changé depuis 1975. On y parle Président français, anglais, espagnol ... On y parle du temps qu’il fait, on y parle h_boco des enfants d’une amie qui ont des difcultés à l’école, «pourtant elle était bonne en seconde ...». La politique, on s’en fche - et c’est tant mieux. Le Front National progresse, on l’a encore vu ce week end. Qu’im- porte, le système est tel qu’ils n’arriveront jamais au pouvoir. Peut- Chantal Gauthier être gagnera-t-il quelques villes, mais c’est tout. Gambetta a dit, Vice-Présidente s’adressant aux gens de la commune, «entre la République d’hier et celle d’aujourd’hui, vous n’êtes qu’un pont. Et ce pont, nous le fran- chirons». Le F.N.
Voir plus Voir moins

Laïcité
L’Estrade
La Parole Forte2 L’Estrade - Octobre 2013
Sommaire
04 Géopolitique 0405 - Le Printemps Turc
08 - La France et son armée
12 Finance
12 - Le Paradoxe de la crise
16 - Guide du Libertinage académique
17 - La Contribution Economique Ter-
ritoriale
18 Le Dossier
20 - Introduction à la laïcité
22 - La Laïcité en France
25 - Laïcité et Islam
22 Culture 12
22 - Te Piece to see
23 - Les Généraux allemands parlent
30 - La problématique de l’amour
32 - Erotisme en péril
34 L’Estrade
La prochaine conférence
183L’Estrade - Octobre 2013
L’Estrade
Edito
Clément Delaunay
Il est plus de midi ce lundi 14 octobre. Il fait beau à Toulouse, mais
Hervé Bocodans les petites ruelles de la ville, le fond de l’air est frais. Dans le t-ro
quet d’où j’écris, la décoration n’a pas changé depuis 1975. On y parle Président
français, anglais, espagnol ... On y parle du temps qu’il fait, on y parle h_boco
des enfants d’une amie qui ont des difcultés à l’école, «pourtant elle
était bonne en seconde ...». La politique, on s’en fche - et c’est tant
mieux.
Le Front National progresse, on l’a encore vu ce week end. Qu’im-
porte, le système est tel qu’ils n’arriveront jamais au pouvoir. Peut- Chantal Gauthier
être gagnera-t-il quelques villes, mais c’est tout. Gambetta a dit, Vice-Présidente
s’adressant aux gens de la commune, «entre la République d’hier et
celle d’aujourd’hui, vous n’êtes qu’un pont. Et ce pont, nous le fran-
chirons». Le F.N. n’est qu’une étape de la vie politique, qu’une étape
de l’Histoire. Cette étape ne révolutionne rien, elle n’apporte aucune
nouveauté. Comme toutes les étapes, le FN est temporaire - faute de
mieux - et il nous guide vers autre chose.
Clément Delaunay
Secrétaire GénéralMais vers quoi ? L’actualité de cette année a montré que l’on pouvait
Clmnt_Delaunayencore se battre pour des valeurs, pour un modèle de société. La ma-
nif pour tous, que l’on soit d’accord ou non avec les arguments qu’elle
avance, a rassemblé des centaines de milliers de gens qui souhaitaient
défendre un modèle de société. Personne ne s’est autant engagé ces
dernières années pour quel combat que ce soit. On ne se mobilise
plus pour une réformette, une mesurette, mais on sait se mobiliser
pour des valeurs à défendre. La manif pour tous est morte pour une Benjamin Vignau
raison ; Frigide Barjot a cru que tous ces gens la suivait. Non. Lorsqu’ Délégué Général
est venu le temps de savoir ce qu’ils allaient faire, chacun s’est divisé, benjaminvignau
en fondant sa propre «chapelle» pour porter le combat en politique.
Mais aucune force politique n’a compris le message.
Aucune force politique n’a compris que les visages dont elles s’a-f
fublent n’intéressent pas les électeurs ; seules les idées comptent. Le
Pen, Copé, Bayrou Désir, ... ne sont rien, si ce n’est les idées qu’ils re-
Camille Grenierprésentent. La bataille des ego via tweet, clash, buzz, petites phrases
... est la véritable raison du désintérêt des Français pour la politique. Secrétaire aux Associations
Sur la table à côté, ma voisine doit à son ami «les ministres, on les
voit trop à la télé, à la radio... Mais quand est-ce qu’ils bossent ?».
Aparté d’une conversation sur un tavernier tout le temps ouvert à
chaque fois qu’elle y allait. C’est drôle.
Charles AuburtinIl ne s’agit plus aujourd’hui de séduire, mais de convaincre.
Secrétaire à l’économie
Luttons contre la médiocrité intellectuelle, promouvons un vrai pro- chaubes
jet politique, et surtout, soyons sérieux.5L’Estrade - Octobre 2013
Le « Printemps Turc » n’est pas un
« Printemps Arabe »
Les diférents mouvements de contestation popu - la population turc, bien que musulmane dans son
laire qui agitent depuis 2010 le Maghreb, le proche immense majorité, est ottomane et non arabe, ce
et le Moyen Orient, mouvements aux intensités et qui constitue une diférence culturelle et historique
conséquences variables, entrainent une redéfni - considérable lorsqu’il s’agit d’analyser ces évène-
tion complète du paysage géopolitique régional. ments. La seconde diférence notable dans le pro -
Qu’il s’agisse de véritables révolutions ayant entrai- fl des manifestants, principalement constitués de
né un renversement du régime en place, comme jeunes citadins issus des classes moyennes occiden-
en Tunisie, en Egypte, en Lybie, ou simplement talisées, des mouvements étudiants et d’autres ac-
de manifestations populaires, parfois durement teurs de la société civile comme les associations éco-
réprimées, comme au Bahrein et Yemen, ces évè- logistes, contrastent avec le profl des manifestants
nements présente des causes, des caractéristiques dans les capitales arabes, souvent issus des milieux
et des conséquences communes qui permettent populaires, poussés par la pauvreté et fortement in-
d’identifer un mouvement de fond désormais la-r fuencés par les mouvements religieux, comme en
gement connu sous le nom de « Printemps Arabe Tunisie, en Lybie, en Syrie et en Egypte.
». Un certain nombres d’analystes et de commen-
tateurs ont dès lors rapidement et précipitamment Les causes de ces mouvements sont également radi-
tenté de rapprocher les évènements survenus en calement diférentes quand elles ne sont pas oppo -
Turquie au printemps 2013 de cette lame de fond. sées. Les soulèvements en Syrie, en Egypte, en Tu-
Il convient de montrer et souligner que la vague nisie et en Lybie, en cherchant à abattre les régimes
contestataire en Turquie répond à une logique ra - autoritaires et laïcs issus des nationalismes arabes,
dicalement diférente, sinon opposée, de celle des ont contribué à la montée en puissance d’organisa-
mouvements populaires du Printemps Arabe, une tions islamistes, jusqu’à leur arrivée au pouvoir (En-
distinction par ailleurs essentielle pour mettre en nahda en Tunisie, Frêres Musulmans en Egypte),
lumière les enjeux et conséquences de ces évène- organisations elles même rapidement débordées
ments. par des mouvements religieux encore plus radicaux.
Manifestations, cyber-militantisme, sit-in, répres- Les revendications des masses populaires dans les
sion policière, les mots et les séquences relayées par grandes villes arabes, catalysées par les difcultés
les télévisions du monde entier difusant les images économiques rencontrées par les populations dans
de jeunes manifestants aux prises avec les forces de un contexte de ressentiment et de rejet de la cor-
sécurité sur l’une des places les plus symboliques ruption gouvernementale et des politiques répres-
d’une grande capitale orientale, menaces et aver- sives et liberticides qui prévalait depuis plusieurs
tissements du pouvoir et déferlements de revendi- décennies, visaient à renverser l’ordre établi par les
cations et témoignages sur les réseaux sociaux, tels régimes nationalistes pour le remplacer par un mo-
sont les évènements qui, autour de la Place Taksim dèle de société tourné vers la religion. Le mouve-
à Istanbul, puis dans d’autres villes de Turquie, ont ment contestataire en Turquie, déclenché à Istanbul
immédiatement évoqué les émeutes et les manifes- par des manifestants proches des écologistes et des
tations de la Place Tahrir au Caire qui ont conduit partis de gauches en réaction au projet de construc-
successivement à l’éviction de Hosni Moubarak tion d’un vaste centre commercial en lieu et place
puis de son successeur Mohammed Morsi. Il n’en du parc Taksim Gezi, s’est au contraire rapidement
fallait pas plus pour précipiter les esprits tentés de transformé en crie d’alarme et pris la forme d’un
dresser un parallèle entre le soulèvement de la jeu- avertissement de la jeunesse et de la classe moyenne
nesse turc et les évènements du « Printemps Arabe urbaine face aux dérives autoritaires et religieuses
». du premier ministre Recep Tayyip Erdogan, qui
Pourtant la première distinction essentielle à jouit par ailleurs d’une grande popularité dans
établir entre ces évènements semble évidente : les milieux défavorisés et les populations rurales.Contrairement aux manifestants des pays arabes
qui se sont dressés contre leurs dictateurs ou-
vertement laïcs pour les remplacer par des gou-
vernements d’inspiration religieuse, le mouve-
ment protestataire turc s’est constitué dans une
optique de défense des libertés d’expressions et
des valeurs laïques fondamentales qui régissent
la société turque telle que l’a façonnée Mustapha
Kemal, Atatürk, le père de la Turquie moderne.
La jeunesse turque a donc pris le contre-pied des
manifestants arabes pour formuler une mise en
garde au gouvernement Erdogan, qui, semblant
s’éloigner de son « islamisme modéré », cherchait
à faire avancer la société turque sur un chemin
proche de celui emprunté par les nouveaux gou-
vernements issus des révolutions en Tunisie, en
Libye et en Egypte (du moins jusqu’à l’interven-
tion brutale de l’armée pour mettre fn au mandat
de Mohammed Morsi).
Enfn les conséquences du mouvement protesta-
taire en Turquie sont d’une nature très diférente
de celles constatées pour les révolutions du Prin-
temps Arabe. Au-delà même du fait que les m-a
nifestations n’ont pas abouti, ni même réellement
appelé, à un changement de régime, le mouve-
ment a eu pour principal efet de mobiliser une
frange importante de la population contre un pr-e
mier ministre perçu comme étant de plus en plus
autoritaire et religieusement conservateur. Ces
quelques semaines de protestations ont permis
une prise de conscience collective, une sorte de
réveil de la classe moyenne urbaine et occidenta-
lisée, unie dans la défense des valeurs sociétales
et démocratiques qu’elle considère comme essen-
tielles. Le mouvement de colère s’est donc contenu
sous l’efet d’une société qui, malgré les écarts de
son gouvernement, reste construite sur des bases
démocratiques solides, et n’a donc pas réellement
aspiré à se transformer en révolution.
Il apparait donc clairement qu’en dépit de si-
militudes réelles sur la forme, les révolutions de son chef, R.T Erdogan. Un lien avec le Printemps
Arabe pourrait tôt ou tard se nouer, par exemple en arabes doivent clairement être distinguées sur le
fond du mouvement contestataire du printemps Tunisie, ou une classe moyenne laïque et libérale
2013 en Turquie. S‘il ne doit donc pas d’être r-e pourrait s’inspirer du soulèvement de la place Tak-
gardé comme un nouveau chapitre du « Prin- sim pour préserver un modèle de société qui pourrait
temps Arabes », le mouvement turc constitue être menacé par les dirigeant islamistes au pouvoir,
élevant ainsi la jeunesse turque au rang d’exemple.cependant une formidable réaction populaire
contre le conservatisme religieux et les tenta-
Nicolas Florenttions autoritaires de l’AKP, le parti au pouvoir, et
nico.forent@gmail.comLA FRANCE ET SON ARMEE : ENTRE DIFFiCULTES
CONTEXTUELLES ET POLITQUES ETERNELLES.LA FRANCE ET SON ARMEE : ENTRE DIFFiCULTES
CONTEXTUELLES ET POLITQUES ETERNELLES.10 L’Estrade - Octobre 2013
Lybie, Côte d’Ivoire, Mali. Une année pour un LA DEFENSE ET LA NATION, UNE RELATION D’EXIGENCE.
confit. Chaque confit son pays. L’esprit martial de
l’Hexagone n’a jamais été actif et important que de - Au début du confit malien, lorsque l’appétence des
puis ces trois dernières années. médias pour les « buzz » de guerre s’est braqué sur
Pourtant les récentes interpellations parlementaires la photo d’un soldat français portant sur son visage
où se mêlaient élans gaulliens à droite et émotion un foulard noir de pirate. L’opprobre jeté sur ce so -l
républicaine à gauche mettaient en évidence une dat, certainement amplifé par la dimension média-
contradiction fagrante dans la politique de Défense tique que prennent désormais les confits, n’en est pas
de ces dernières années. Le budget des forces armées moins totalement justifé. En efet, il y a en chaque
de la France ne cesse de diminuer pour une utilisa- militaire un diplomate ; car il y a en chaque miliaire
tion qui ne cesse d’être éprouvé dans sa dimension une image de la France qui lui impose une probité et
diplomatique et dans une moindre mesure sociale et une certaine tenue.
économique.
Quel est la raison, l’émotion, qui pousse à protéger Mais s’il est normal d’exiger une rigueur de fond et
farouchement cette citadelle de la république qu’est de forme envers ces derniers, La France doit respe-c
l’armée ? ter son exigence envers ceux qui la servent par les
armes. Car les difcultés humaines et matérielles sur
le terrain sont des réalités LA GEOCONFLICTUALITE DU
auxquelles sont confrontées XXI EME SIECLE, UN DOMAINE
to us les j o urs ces mi li t a ir es. EN RECOMPOSITION TOTALE
Or la France ne cesse de
baisser son budget mili-Les confits du XXI siècle
taires et les exigences qui impliquant la France
en découlent. Les difcultés comprennent une grande
humaines et matérielles sur partie du maintien de
le terrain sont des réalités l’ordre et du la présence de
auxquelles sont confrontées souveraineté. L’actualité
tous les jours les militaires malienne nous interpelle
tant sur le plan matériel directement. La guerre
que humain. En terme de est devenue à l’image
matériel, l’éternel débat sur des interactions de notre
le 2eme porte-avions fran-monde transfguré par
çais est la partie émergée internet : des probléma-
de l’iceberg. Les stocks de tiques nouvelles inter-
munitions sont en fux tendus permanents, les ar-connectées, des acteurs et intervenants multipliées,
mements sont surannés et enfn la France ne rentre et un espace-temps condensé. La confictualité est
que difcilement dans la révolution militaire qu’est le nouvellement dimensionnée. Au Mali, la menace,
drone. Sur le plan humain, la taille critique de 100 000 certes latente a été bien longtemps cachée et difcile
hommes dans l’armée de terre a été atteinte depuis le à cerner. Si la parole politique contemporaine se doit
livre blanc de 2008. d’être bien plus réactive et à brulot sur l’actualité, l’ar-
mée se doit de répondre à ces nouvelles caractéris-
Cette situation ne permettra plus à la France de te-tiques. Les caractéristiques de cette dernière sur le
nir à la fois ses engagements internationaux d’au-plan humain, matériel et technique se doivent d’être
jourd’hui et répondre aux nouvelles donnes diploma-à la hauteur de nos exigences de sécurité. La dimen-
tiques de demain. La France est encore une des rares sion terroriste qui engrange plus que jamais les ca-
nations européennes qui a une reconnaissance de son ractériels modernes de la mondialisation et de la nu-
savoir-faire militaire et un prestige international lui mérisation internationale, est un déf à la stabilité de
permettant d’intervenir et de décider dans les afaires nos régimes démocratiques, que nos militaires sont
du monde. à même de dissuader et de combattre. Les capitaux
Depuis la professionnalisation des armées de 1996, internationaux dont disposent ces organisations ten-
les gouvernements successifs ont continuellement taculaires doivent avoir du répondant dans les forces
penché vers l’option de facilité visant à presser, armées occidentales et démocratiques.
compresser, contraindre les armées à des eforts