Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Alain GRIGNARD

De
6 pages

Alain GRIGNARD

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 726
Signaler un abus
« Criminalité(s) en Europe »
"Verbrechen in Europa"
"Criminality in Europe
"
18 octobre 2003,
Alain GRIGNARD
Intervention Orale
L'islamisme radical, entre nationalisme et mondialisation
C'est toujours une lourde tâche que d'envisager un sujet tel que celui de l'Islam radical. C’est
un sujet extrêmement passionnel. En ce qui me concerne, je resterai dans un volet plus
théorique, et je n'aborderai pas la pratique des réseaux islamistes, en tant que policier encore
en exercice ayant donc un devoir de réserve très net à ce sujet.
Il faut d'abord en terminer avec l'amalgame entre islamisme et Islam. C'est un amalgame
extrêmement dangereux dans un contexte de plus en plus passionnel. L'abord de l'islamisme
demande un détour par différentes disciplines que peu de gens pratiquent dans leur ensemble.
Ca peut se faire sous un abord sociologique, historique, politique, religieux et linguistique. Et
j'insiste sur l'aspect linguistique, puisque j'ai vu depuis deux ans de multiples experts à la
télévision et dans les devantures des librairies, qui parlaient beaucoup des réseaux islamistes.
Aucun d'entre eux, étrangement, n'était capable de lire l'arabe dans le texte, donc ne savaient
pas ce que ces supposés terroristes disaient d'eux-mêmes. Cela m'a toujours fait un petit peu
sourire.
La définition de l'islamisme sur laquelle on est arrivé, est : la lecture politique d'un texte
religieux. Donc, en fait, il s'agit d'une instrumentalisation de la religion musulmane,
instrumentalisation qui se double d'une ré-appropriation identitaire. Il est clair que la religion
est indissociable de la sociologie. Il y a une sociologie qui sous-tend la religion, et cette
sociologie est souvent responsable de situations que l'on impute de façon trop univoque à
l'Islam. Ainsi, la condition de la femme est plus la résultante d'une sociologie que d'une
religion.
Cette instrumentalisation se fait via une certaine perversion du texte, je dirai même une
perversion certaine, puisque pour justifier l'injustifiable, on a recours à des artifices
théologiques qui relèvent de l'escroquerie intellectuelle. Par exemple: l'altération de la notion
de Jihad, la fameuse guerre sainte, à laquelle on a donné un sens extrêmement restreint. Il y a
également cet artifice théologique qui justifie l'excommunication de l'autre. Vous savez
comme moi que par exemple, en Afghanistan, aussi bien les Talibans que les partisans du
Commandant Massoud étaient des musulmans, mais pour les uns, les autres étaient des
mauvais musulmans, qu'ils excommuniaient dès lors, et contre lesquels ils pouvaient se livrer
à la guerre sainte. Donc pour arriver à des considérations de cet ordre, il faut faire des
acrobaties, du funambulisme théologique en permanence.
Que veut l'Islamisme? Il veut restaurer une société juste, par rapport à une société perçue
comme injuste. Il se place dans le contexte de l'apparition du prophète Mahomet. Le prophète
Mahomet arrive au 7
ème
siècle dans une société tribale, qui est régie par des règles
extrêmement archaïques: le chef de la tribu a sa propre divinité, et l'activité principale de ces
gens est de se battre les uns contre les autres. C'est une société ultra patriarcale. Par rapport à