La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Béret rouge 22

De
46 pages
Béret Rouge n°222OMMAIRESEDITO DU GÉNÉRAL MAURIN 2EDITO DU GÉNÉRAL PAULET 2Missions extérieures 3Brèves 4A l’Honneur 9Vie des corpse2 REP : Le Poser d’Assaut 11ee e e 11 Compagnie de commandement3 RPIMa : La 3 Compagnie du 3 RPIMaet de transmissions parachutistes 28dans la “bataille d’Abidjan” 14er Assurer la liaison : mission accomplie pour les1 RHP : Les GCP dans une action d’aide er transmetteurs parachutistes déployés en Afghanistan 30à l’engagement du GTIA 1 RHP 16er Les sangliers du 35 en terre afghane 321 RTP : Un jour à Paris, le lendemain en Afrique“Par le ciel, partout, pour tous” 18Le Général PAULETLa BRB11 en Afghanistan 33e35 RAP : Mission du groupement commandoee L’état-major de la 11 BP sur le front Afghan 34du 35 RAP à Boali 20LE MAGAZINE DES PARACHUTISTESCFIM : Le groupement de détachementEntraide parachutiste 37du camp CAYLUS 21Organigramme 38N° ISSN 1283-5161 Dossier Projectione11 Brigade parachutiste en Afghanistan
Voir plus Voir moins
S
OMMAIRE
Le Général PAULET L E M AG A Z I N E D E S PA R AC H U T I S T E S N° ISSN 1283-5161 11eBrigade parachutiste Cabinet du général Cellule communication - Palais Niel BP 13124 - 31131 BALMA CEDEX Tél. 05 62 57 34 24 / 05 62 57 34 17 Télécopie 05 62 57 34 91
Conseil de direction général : GENERAL PAULET Directeur de la publication : CNE ROTH Photos : Remerciements Sirpa-Terre, Régiments 11eBP. Couverture : crédit photo SIRPA Terre
RÉALISATION BP 13571 31035 Toulouse cedex 1 Tél. 05 34 51 22 68 Fax 05 61 78 58 84 Email : sepp-pao@wanadoo.fr
EDITO DUGÉNÉRALMAURIN                                                   2 EDITO DUGÉNÉRALPAULET                                2 Missions extérieures                                                              3 Brèves                                                                                                   4 A l’Honneur                                                    9 Vie des corps 2eREP :Le Poser d’Assaut11 3eRPIMa :La 3eCompagnie du 3eRPIMa dans la “bataille d’Abidjan”14 1erRHP :Les GCP dans une action d’aide à l’engagement du GTIA 1erRHP16 1erRTP :Un jour à Paris, le lendemain en Afrique “Par le ciel, partout, pour tous”18 35eRAP :Mission du groupement commando du 35eRAP à Boali20 CFIM :Le groupement de détachement du camp CAYLUS21 Dossier Projection en Afghanistan                    Opération “the Green Knight24 Les hussards parachutistes en Kapisa27
Béret Rouge n°222
11eCompagnie de commandement et de transmissions parachutistes28 Assurer la liaison : mission accomplie pour les transmetteurs parachutistes déployés en Afghanistan30 Les sangliers du 35 en terre afghane32 La BRB11 en Afghanistan33 L’état-major de la 11eBP sur le front Afghan34 Entraide parachutiste  37 Organigramme             38 In Memoriam               40 Le carnet                                         44
1
  nneéodti  2 téra é1 au 201éetusiarhcannetl Pa-momdeans nd cle1 alrbe1tnem ed l ùejp erh'ueero utisrache paigadet,
Général MAURIN Commandant la « Task Force La Fayette », mandant n°4
É
A je souhaite partager avec vous un moment de recueillement, de respect et d'émotion pour ceux qui nous ont quitté, ou qui sont rentrés prématurément, blessés, en faisant leur métier au service de la France. Ce risque est accepté par nous tous. Il fait partie du métier des armes. Pour ceux qui sont restés à l'arrière, parachutistes d'active ou anciens, nous devons solidarité et soutien aux familles endeuillées, aux blessés et à leurs proches. La brigade poursuit donc son cycle de projection aux quatre coins du monde, avec en point d'orgue celle d'Afghanistan, sous les ordres de mon prédécesseur et camarade, le général Maurin, à qui nous souhaitons bonne chance à la tête de la Task Force La Fayette. Le retour des régi-ments et unités projetés se fera progressivement tout au long de l'au-tomne. En métropole, la préparation opérationnelle se poursuit. Chacun gardera en mémoire que l'excellence est un chantier en perpétuelle remise en question et que la préparation aux engagements durs que l'on connaît aujourd'hui, exige pugnacité, humilité et sens du détail. Simultanément, tout doit être mis en œuvre pour aider nos camarades engagés en opé-rations. Bientôt, la brigade parachutiste se regroupera, renforcée d'une riche ex-périence opérationnelle. Au retour de projection, trois challenges nous attendent : - reconstruire la cohésion par les fondamentaux, chacun s'enrichissant de l'expérience des autres, - reprendre la préparation opérationnelle avec des moyens comptés, tout  en restant prêt à… - s'organiser au sein de la brigade pour suivre et aider les blessés lourds ainsi que leurs familles sur plusieurs années, quelle que soit la densité des activités. Je vous souhaite bonne lecture sous la protection de Saint-Michel.
L’a pour la Brigade de l’Afghanistan : son état-major et 1000 de ses parachutistes, provenant du 1erRCP, du 35eRAP, du 1erRHP, du 17eRGP et du 2eREP sont projetés depuis le mois d’avril en Kapisa et Force La Fayette. Notre mission : sécuriser ces deux provinces et permettre ainsi un développement économique, social, cul-turel pour le retour à un Afghanistan moderne. Mission exigeante mais mission passionnante, qui chaque jour met en exergue les valeurs de nos parachutistes : abnégation, professionnalisme, rigueur, enthousiasme, imagination… Au -jourd’hui, je tiens à les saluer tous et personnellement, et à rendre un hommage tout particulier à ceux qui ont payé de leur vie, leur engagement au service de la France. Je n’oublie pas non plus tous ceux qui continuent à œuvrer en Afrique, en Guyane, et sur tous les théâtres d’opérations où la « Brigade para » est engagée. Mon salut s’adresse enfin à tous ceux très nombreux qui pour-suivent, dans l’ombre et la discrétion de la métropole, leur pré-paration opérationnelle en attendant leur heure. Une année s’est écoulée depuis mon arrivée à la tête de la 11eBrigade parachutiste et déjà je quitte le commandement de cette magnifique unité. Mes responsabilités de commandeur de la Task Force La Fayette, m’amènent à occuper ces fonctions après le départ de la brigade. A tous, je veux vous redire l’hon-neur et le bonheur que j’aurai eu à diriger la plus belle unité de France, et ce n’est pas sans une certaine émotion que je la quitte. Je souhaite au général PAULET, un ami de longue date, une ex-cellente arrivée parmi vous et de vivre une aussi belle aventure ! Et par Saint-Michel, vivent les Paras !
Général PAULET Commandant la 11eBrigade Parachutiste
MissionsExtérieures
AFGHANISTAN EM 1e rRCP 2eREP 1e rRHP 35eRAP 17eRGP 1e rRTP 11eCCTP
Guyane
Tchad
Gabon
TCHAD 3eRPIMa 1e rRHP 35eRAP 1e rRTP
GABON 8eRPIMa 3eRPIMa 1e rRTP
Djibouti
DJIBOUTI 2eREP 1e rRHP 35eRAP 17eRGP
Béret Rouge n°222
Afghanistan
Nouvelle-Calédonie
3
     4
B
rèvesLes Actualités
LE 8ERPIMA AU CŒUR DES RELATIONS INTERNATIONALES L’année 2011 semble placée pour les paras du 8e En effet, les exercices communs etRPIMa sous le signe des relations internationales. échanges bilatéraux se multiplient entre les paras castrais et leurs homologues étrangers. RUSSESLa compagnie Belge arrivée le 22 mai à Castres a été accueillie par la 1èrecompagnie du 8eRPIMa, parallèlement, la 2ecompagnie du 8eRPIMa a En mars, le 8e pour Flawine en Belgique. décolléRPIMa a accueilli au quartier Fayolle une délégation d’of-ficiers parachutistes russes. Cette visite s’inscrit dans le cadre des ac-tions menées depuis la signature en décembre 2010 d’un plan de En France, les 80 parachutistes belges se sont entrainés pendant une semaine coopération franco-russe. Inscrite depuis 2008 dans un processus de ré- avec leurs homologues français au cours d’activités de tir et d’aguerrissement sur le camp du Causse. Une instruction spécialisée, adaptée aux parachutistes formes structurelles de ses forces armées (projet de rééquipement et de valorisation de la condition militaire), la Russie souhaite profiter expérimentés, leur a permis, malgré des conditions météorologiques difficiles de sauter depuis un Transall C160 et d’obtenir le brevet parachutiste français. d’échanges d’expériences et d’expertises avec les Français. Un programme similaire a été proposé en Belgique aux parachutistes de la D’abord reçue par l’état-major de la brigade parachutiste, la délégation 2ecompagnie qui malheureusement n’ont pas pu sauter du ballon puisque russe, composée d’officiers de la division aéroportée s’est ensuite rendue celui-ci s’est écrasé la semaine précédant leur arrivée… au sein du 8eRPIMa. Ce n’est que partie remise car les activités d’échange entre le 8 et les paras A Castres, les paras russes ont pu ainsi tout d’abord découvrir les capa- belges se renouvellent chaque année. cités et missions spécifiques dévolues à un régiment d’infanterie para-chutiste français ainsi que le schéma type de sa préparationANGLAIS opérationnelle. Une partie de l’état-major du régiment s’est quant à elle entraînée pendant Les sous-officiers ont ensuite répondu aux attentes de leurs visiteurs quinze jours aux côtés des britanniques lors de l’exercice de coopération en présentant les modalités de sélection et de formation du corps des Flandres qui s’est déroulé sur le camp de Mailly. Cet exercice qui avait pour sous-officiers : échelon de mise en œuvre de l’armée de Terre, situé but de renforcer la coopération entre l’armée française et britannique faisait entre la conception (officiers) et l’exécution (militaires du rang). En suite à la signature en novembre 2010 par le président Sarkozy et David effet, cet échelon n’existe pas à proprement parler dans l’armée russe Cameron d’un traité bilatéral de défense et de sécurité. où le sous-officier est moins responsabilisé et ne jouit pas de la mêmeALLEMANDS autonomie. Afin d’illustrer ces propos, les « Volontaires du 8 » ont exécuté sur le Fin août, la 3ecompagnie du 8eRPIMa participera en Allemagne à l’exercice terrain du Causse des démonstrations dynamiques où le rôle clé des Colibri. Sur le camp de Baumholder, avec la 26 Luftlande brigade, en présence sous-officiers a été mis en lumière au travers d’activités de préparation de paras néerlandais, portugais et belges du 2ebataillon de commando. opérationnelle (séance de tir, mise en œuvre des moyens de simulationLtn LAT È ACMP, ACCP et SITTAL, formation ISTC, sauvetage au combat…).T S Officier communication du 8eRPIMa Avant leur départ, les officiers russes ont offert à leurs homologues du « grand 8 » les traditionnels tee-shirts rayés caractéristiques des para-chutistes russes. Les français en auront retenu la symbolique : les rayures bleues représentent le ciel et les blanches les nuages… BELGES Au mois de mai, c’est dans le cadre du jumelage entre le 2ebataillon de commando des forces armées belges et le 8eRPIMa, qu’un échange de compagnies a eu lieu.
CÉRÉMONIE COMMÉMORANT LA FÊTE NATIONALE
Béret Rouge n°222
La cérémonie militaire commémorant la fête nationale s’est dé-roulée cette année le mercredi 13 juillet 2011 à 17h10, boulevard Carnot à Toulouse. Cette manifestation était placée sous la pré-sidence de Monsieur Henri Michel COMET, préfet de région Midi-Pyrénées et préfet de la Haute-Garonne, accompagné du colonel Manuel SALAZAR, commandant la 11ebrigade parachutiste, com-mandant d’armes de la garnison interarmées de Toulouse et délé-gué militaire départemental de la Haute-Garonne par suppléance. Les troupes rassemblées étaient placées sous les o rdres du LCL TROTIGNON, chef du groupement de soutien de la base de défense de Toulouse. Après une prise d’arme suivie d’une remise de décorations, la cé -rémonie s’est terminée par un défilé de troupes à pied et motori-sées. Les unités qui ont défilé appartenaient aux différentes unités de l’armée de terre (4eGLCAT de Toulouse, 3eRMAT de Muret, du 1erdu GSBdD de Toulouse), à la gen-RTP de Cugnaux et darmerie (groupement de la Haute-Garonne et au peloton moto-cycliste de la gendarmerie nationale), à la police nationale (qui pour la première fois sera représentée par deux détachements mo-torisés).
LE 8ERPIMA BRILLE DE MILLE FEUX POUR SES 60 ANS
C’est à l’occasion de ses traditionnelles « portes ouvertes » que le 8eRPIMa a fêté cette année son soixantième anniversaire. Cette manifestation dont le but est de faire connaître le régiment à la population était aussi l’occasion pour les marsouins pa rachutistes du 8eRPIMa de remercier la population castraise de son indéfectible soutien. Les portes ouvertes ont donc permis aux Castrais, et plus largement aux Tarnais*, de découvrir ou redécouvrir leur régiment, se s savoir-faire et ses missions mais aussi d’entretenir le lien armée/nation. De nombreuses activités et démonstrations étaient proposées : sauts en parachute, démonstrations de sauvetage au combat, de techniques d’interventions opérationnelles rapprochées ou encore patrouilles des différents groupes de combat composant une compagnie d’infanterie. Plus ludiques, le parcours commando pour enfants, le parcours en vé-hicule ou le lancer de grenades ont réjoui petits et grands. Le point fort de cette manifestation s’est déroulé le 14 mai au soir. En effet, le régiment a convié la population à assister à un spectacle sons et lumières célébrant ses soixante ans d’existence. Projections d’images et vidéos, jeux de lumière, prise d’armes, feux d’artifice accompagnés par la musique militaire des parachutistes étaient réunis et coordonnés pour offrir un spectacle d’exception à la population. Une sélection de vidéos et photos des grands moments de l’histoire du régiment était projetée sur la façade du bâtiment bordant la place d’armes du régiment. Pendant une heure et demie, les spectateurs, pris aux « tripes », ont traversé le monde au rythme des engagements du régiment : l’Indo-chine, l’Algérie, l’Afrique, l’Afghanistan mais aussi le Liban, les Balkans ou le Cambodge à travers les missions casques bleus. Malgré la pluie, plus de deux mille personnes ont assisté au spectacle illustrant la courte mais riche histoire du 8eRPIMa. LTN LATTÈS Aurélie
* le 8eTerre stationné dans le département du TARN.RPIMa est le seul régiment de l’armée de
5
    6 rèves
B 1ERRHP : ÊTRE CHEF D’ENGIN EN AFGHANISTAN Affecté au 1erRégiment de hussards parachutistes, le maréchal des logis SASTRE s’est engagé dans l’armée de Terre en 2009. Deux ans plus tard, à 21 ans, il vit en Afghanistan sa pre-mière opération extérieure. « Je suis arrivé en Kapisa au mois de mai der-nier. C’est un aboutissement après six mois de préparation opérationnelle ». Chef d’engin AMX 10RC(1), le maréchal des logis SASTRE commande un équi-page composé d’un pilote, d’un chargeur et d’un tireur. « Mon travail au quo-tidien est de maintenir les savoir-faire acquis par mon équipage tout au long de la préparation et de veiller au bon fonctionnement de mon engin ». Au quotidien, le rythme du sous-officier est dense, entre remises en condition et opérations. Lors de ces dernières, le maréchal des logis SASTRE a pour mission de diriger l’observation au sein du véhicule afin de pouvoir appliquer des feux, uniquement après une identification positive et la réception d’un o rdre. Comme l’explique le hussard parachutiste « au sein de l’équipage, nous avons chacun un rôle déterminant à jouer ». Six mois de missions s’enchaînent ainsi, au milieu des montagnes afghanes. C’est dans la poussière et la chaleur de ce pays que le maréchal des logis dé-couvre la polyvalence certes de son matériel mais surtout de ses hommes. « Nous sommes ici confrontés à des situations de combat où nous devons mettre en application l’ensemble de nos acquis. » Le contexte ne lui fait pour-tant pas oublier ses hommes, « je sais que leur moral est primordial. Nous sommes séparés des nôtres pendant 6 mois, nous devons nous soutenir et nous entraider pour durer sans faiblir quelle que soit la mission qui nous sera confiée ». (1) un véhicule blindé doté d’un canon de 105 mm ANGKHOR ET ENCORE ! Le lieutenant ZAFFARONI de la 1èrecompagnie de combat et l’adjudant-chef MARCHAL des GERER ont été envoyés au Cambodge, du 11 mars au 8 avril 2011, dans le cadre d’une mission de coopération militaire de défense. L objectif principal était, en quatre semaines, de mener un stage de recyclage de niveau EOD 2 au profit de 20 stagiaires issus d’unités différentes de l’armée KHMER. Le test d’évaluation a révélé le niveau initial très hétéro-clite de nos stagiaires. Du grade de soldat à celui de com-mandant, d’une ancienneté d’1 an à 27 ans de service, tous furent très motivés avec un comportement d’élève exem-plaire face à leurs deux « teachers » français. Au programme : Semaine 1 : cours théoriques. Semaine 2 : organisation et implantation d’un chantier de déminage, reconnaissance d’une zone minée. Semaine 3 : artillerie et sous munitions. Semaine 4 : destructions réelles, mise en œuvre de four-neaux. Au-delà de la mission de formation, le détachement en a profité pour compléter ses connaissances historiques sur ce beau pays qu’est le Cambodge. Cette expérience très riche se traduit par une belle aventure qui a marqué le re-tour du 17eRGP en terre Khmer.
eL scAutlatié
TROIS HUSSARDS PARACHUTISTES AU SERVICE DE L’ARMÉE NATIONALE AFGHANE Depuis le mois de mai, le 1erescadron du 1erRégiment de hussards parachutistes est engagé en Afghanistan, au sein du groupement tac-tique interarmes RAPTOR dans la province de Kapisa. Ce que l’on sait moins, c’est que les hussards de Tarbes sont également impliqués dans la formation de l’armée afghane. Rencontre avec le lieutenant Desaubliaux, l’adjudant-chef Le Lay et l’adjudant Berbain tous les trois détachés au sein de la mission EPI-DOTE à Kaboul. Insérés au sein d’une compagnie de l’école afghane, les trois hussards parachutistes conseillent donc au quotidien l’équipe d’encadrement locale. Pour le lieutenant Desaubliaux, mentor du commandant de la compagnie, « il ne s’agit en aucun cas de prendre la main sur l’ins-truction et d’imposer notre vision des choses. Nous proposons aux Afghans des solutions éprouvées qu’ils sont libres d’adapter à leur culture, leurs coutumes et leur sensibilité ». Et cela fonctionne ! Sur le terrain de manœuvre aux portes de Kaboul, l’adjudant-chef Le Lay donne ses dernières instructions aux américains qui vont effectuer une démonstration d’embuscade. Un chef de section de l’encadre-ment afghan l’écoute avec attention : c’est lui qui va faire les com-mentaires aux élèves assis sur la colline d’en face. La transition vers la pleine autonomie est en bonne voie ! Plus tard sur le pas de tir, béret rouge vissé sur la tête, l’adjudant Berbain distille quelques conseils avisés aux spécialistes afghans tout en gardant un œil attentif sur le tir des jeunes afghans au fusil américain M16.
s
PARTENARIAT ENTRE LE 17EGIMERÉTN DU GÉNIE PARACHUTISTE ET LES APPRENTIS DAUTEUIL Lors du tournoi de rugby à VII, le 17eRégiment du génie parachutiste et les Apprentis d’Auteuil de l’établissement Saint-Roch ont signé une charte de partenariat. Ce partenariat vise avant tout à pérenniser les liens qui nous unissent et faire des Apprentis d’Auteuil un acteur pri-vilégié du lien armée – nation. Ce partenariat s’articule autour des valeurs clés défendues et partagées par le 17eApprentis d’Auteuil : engagement, confiance, dé-RGP et les passement de soi, solidarité. Afin de participer à l’éducation civique des jeunes de l’établissement de Dufort Lacapelette, de favoriser leur intégration dans la société et d’en faire des citoyens responsables, le 17 s’engage à continuer à réa-liser des actions communes destinées aux jeunes de la fondation au travers de visites du régiment, de démonstrations de savoir-faire, de rencontres sportives, qui illustreront les différentes facettes de l’en-gagement militaire.
DES HÉLICOS DANS LE CIEL MONTALBANAIS Place d’armes du quartier DOU-MERC, 2 Gazelles et 2 Pumas ! Non, le 17eRégiment du génie parachutiste n’a pas rapporté de ses dernières missions de nou-velles mascottes ! Du 4 au 8 avril 2011, les sapeurs paras se sont entraînés sur les hé-licoptères du 5eRégiment d’héli-coptères de combat de Pau. Pour les habitants des communes d’Agen, de Cahors, de Caylus, de Cordes et de Montauban, le spec-tacle a été dans les airs ! Au programme de cet entraîne-ment héliporté : élingage (trans-port de matériel et de véhicules par hélicoptère), de l’aérocor-dage (descente de l’hélico en rappel), drop avec les plongeurs sautent dans le Tarn depuis l’hé-lico, saut en parachute des com-mandos, grappe et détachement héliporté d’intervention du génie.
Béret Rouge n°222
DÉMONSTRATION DE SAVOIR-FAIRE AU MINISTRE DE LA DÉFENSE.
Le 19 mai 2011 à Pau, une démonstration des capacités de la 11eBrigade Parachutiste (BP) et de la Brigade des Forces Spéciales Terre (BFST) a été réalisée au profit de Monsieur Gérard LONGUET, Ministre de la Défense et des Anciens Combattants. Il s’agissait pour les parachutistes de présenter leurs capacités opérationnelles au cours de phases dynamiques et de souligner le professionnalisme, la détermination et la rigueur avec lesquelles ils agissent lors d’opéra-tion du type évacuation de ressortissants. Après une présentation au Ministre de la défense, accompagné du chef d’état-major de l’armée de Terre, le Général d’Armée IRASTORZA, des spécificités de la 11eBrigade parachutiste, les phases dyna-miques ont débuté, fondées sur les retours d’expériences des derniers évènements de Côte d’Ivoire. Embarqués avec la 1èresection de la 4eCompagnie du Lieutenant LEVASSEUR à bord d’une patrouille de trois hélicoptères de manœuvre type Puma, les autorités ont parti-cipé à une évacuation de ressortissants. Ils se sont ensuite déplacés à bord des véhicules des forces spéciales du 1erRPIMa pour assister à une séquence de tir encadrant l’extraction d’un diplomate (mission spécifique à ces forces). Pour clore ces phases dynamiques, une ré-duction de résistance isolée était menée. Cette action a permis d’ob-server le rôle des troupes embarquées sur VAB (véhicule de l’avant blindé), l’évacuation d’un blessé sous le feu et l’appui aérien procuré par un hélicoptère d’attaque Tigre. Enfin, le Ministre s’est vu présenter les matériels et leurs emplois au cours d’une dernière phase statique. Cette démonstration aura per-mis au Ministre de la Défense de se placer au cœur de l’action et d’établir un contact privilé-gié avec les hommes. Au terme d’une semaine de pré-paration, les troupes aéropor-tées ont mis en œuvre tout leur professionnalisme et leur ri-gueur au profit d’un exercice complet. C’est la polyvalence de ces troupes qui aura le plus été soulignée : à pied, embar-qués sous blindage, héliportés ou aéroportés, les parachu-tistes ont pu démontrer leur aptitude à tout type d’engage-ment, quel que soit l’environ-nement dans lequel ils doivent intervenir. Lieutenant LEVASSEUR Chef de section à la 4eCie du 8eRPIMa
7
    8 rèves
B LE 35ERAP AU 35EMARATHON DE PARIS
eL sActualités
Le 35eRégiment d’Artillerie parachutiste a participé au 35e10 avril 2011. Ils étaient 35 coureurs qui ont tous finis dans la joiemarathon de Paris le et la bonne humeur des parachutistes. Le premier coureur, l’adjudant BOULDOIRE Stéphane, termine en 2h42. Au challenge interent reprise, le régiment se place à la 5eplace sur 121 équipes concourant. MATATÓ BARCELONA 2011 « ADIEUX AUX ARMES Linterarmées de l’Ecole des troupes aéroportéese 6 mars 2011, une équipe DU GÉNÉRAL SALAZAR » a participé au Marathon de Barcelone.Le général Patrice PAULET com-mandant la 11ebrigade parachu-lLoe neM aar éattéh ocnr ééd ed aBnasr clees-tiste a présidé  la cérémonie années 80. Depuis 2005, d’adieux aux armes du général  SALAZAR qui s’est déroulée le ce type de manifestation jeudi 1erseptembre au quartier rdeen scuocnctrèes . dLea pmlubsit ieonn  pdluessgénéral Niel à Toulouse. dorognanneirs autneeu rsn ao uévteél ldee  ldui-iLe 1eroctobre 1972 il intègre l’école d’application de l’Arme pmaernmsii olens  pplouus ri mlep orhtissetrsBlindée et Cavalerie à Saumur. an Après 5 années passées dans le d’Europe et du Monde. corps des sous-officiers, il ac-cours entièrement urbain et « plat » qui traverse les pluAsu jboeuarduxh uqi ucaretsite rus nd ep alra-cède à lépaulette. ville. Le départ et l’arrivée se situent sur la Plaza d’Espagne. Le circuit passe par les somptueux sites de Sagrada familia, la Plaça des glories, les Ramblas, longe Sa carrière particulièrement riche, est marquée par des temps la mer… Durant 42,195 kilomètres nous avons eu tout le loisir d’admirer l’archi- de commandements intenses. Jeune lieutenant, il commande un tecture somptueuse des édifices et des bâtiments.p1eerB 1« sed nnorodto lud escaeergora. nst en DdeRmigéité à ecslorapAèr snus»rdzaou Hnyherc e lemandc mo eliusti .nE En dépit de quelques points communs, tous sont parachutistes, vétérans et avaient envie d’en découdre avec eux-mêmes ; rien ne prédisposait ces cinq of- l’Ecole Supérieure de Guerre, il rejoint les cavaliers parachutistes ficiers à participer à cette course mythique.raeua u1 3oeégiment de DragosnP racauhittsseco, e mmchrépoitano .cuitsnrtsni mand comn ilEnfi1 el eReer2-f de--iugbéru Cette « aventure » a été rendue possible grâce au soutien du Colonel De BERTIER, ment de chasseurs. commandant l’Ecole des troupes aéroportées. Elle fut par ailleurs supportée par nos deux partenaires : La Délégation des pays de l’Adour de la FRANCE MUTUA- Sa carrière est également marquée par des missions opérationnelles LISTE(1) à PAU, ainsi que par Monsieur GRANDJEAN, le Directeur régional de ladà Ilvéotirrae negt erA f:g hLaibniasnt,a nT.chad, Ex-Yougoslavie, République de Côte société ANSAMBLE(2). L’engagement financier de ces derniers démontre leur at-tachement à la promotion du sport et surtout leur lien privilégié avec l’ETAP. Qu’ils en soient ici publiquement remerciés.Iclo smermt e ecnhfeifn  daéut aste-inm adjoért adtes l-am 7ajero sefche mmcos iup ,eédnilB edabrigrdbouttoa devin ,uah ed tua Sur plus de quinze mille inscrits, seuls 12526 coureurs passeront la ligne darrivée.dcoétmamt-em Caojloor ndeul  ACdojmoimnta nddee lma e1n1t e Opédesachu pare. tistirbedagrations Spéciale stee fnni L’équipe de l’ETAP sera complète. (1) La FRANCE MUTUALISTE est une Mutuelle Nationale de Retraite et d’Epargne d’Anciens Combattantsau terme d'une belle et riche carrière auIl quitte le service actif et Victimes de Guerre. Sa vocation est de servir à ses adhérents une Retraite Mutualiste du Combattant.service de la France, commandeur de la Légion d’honneur, comman-(2) La société ANSAMBLE assure depuis 2011 la restauration au profit du personnel de l’ETAP. deur dans l’ordre national du mérite et ti tulaire de trois citations.
Al’Honneur LE 8ERPIMA DEVIENT CHAMPION DE FRANCE MILITAIRE DE RUGBY À 15 L« l’Ovalie des volontaires » (équipe du CSAe 15 juin à Bourges, 8eRPIMa) a accompli un exploit en devenant championne de France militaire 2011 de rugby à XV (groupe A). Face aux champions de France en titre, les joueurs de la base aérienne de Mont-de-Marsan, les parachutistes du 8eRPIMa ont, comme à leur habitude et à l’instar de leurs camarades du Castres Olympique, fait preuve d’abnéga-tion et d’agressivité dans le jeu. Grâce à un combat exceptionnel des avants, à la vitesse et au physique de la ligne de trois quart, les marsouins parachutistes du 8 ont fait la différence et se sont imposés sur un score de 10 à 6, avec un essai d’écart. La délégation de supporters a pu partager l’explosion de joie des joueurs et célébrer dignement avec eux la conquête du « bouclier ». Les joueurs, fidèles aux valeurs de leurs guerriers aînés, se sont donnés sans compter, à l’entraînement comme lors des matchs, quelle que soit la météo, pour vaincre. La preuve est ainsi faite que sur la seule ressource des joueurs d’un régiment il est possible d’atteindre les sommets, quand officiers, sous-officiers et EVAT se serrent les coudes, tendus vers le même objectif. La saison sportive s’achève, pas les activités. Certains joueurs vont dès la semaine prochaine partir pour une mission de quatre mois au Gabon ou plus tard en Nouvelle-Calédonie. D’autres pourront prendre quelques permissions avant de rechausser les crampons avec pour objectif de défendre leur nou-veau titre l’an prochain…
UN JEUNE MILITAIRE À L’HONNEUR L11 avril dernier, l’AP1 Alexandre VASSORT du 35e eRAP a été le héros bien involontaire d’un fait divers tarbais. Alors qu’il rega-gnait à pied son domicile, Alexandre est interpellé par le respon-sable d’une superette pour venir au secours de son épouse menacée par un individu souhaitant se faire remettre le contenu de la caisse. N’écoutant que son courage et négligeant les risques, Alexandre saisit le voleur et après une courte mais violente ba-garre, immobilise l’individu au sol par une clé au bras. « J’ai vu qu’il serrait les poings. Je me suis dit, il faut que je le maî-trise avant qu’il ne devienne dangereux » déclare Alexandre dans un calme olympien. Mal- gré les menaces et les insultes, Alexandre maintient l’homme au sol le temps de l’arrivée de la police. Félicitations à l’AP1 VASSORT pour son sens civique qui mal-L’AP1 Alexandre VASSORT degré les risques n’a pas hésité à  la 3eBatterie, presque gêné-secourir une personne en dan de tant d’honneurs.ger.
Béret Rouge n°222
CHAMPIONNAT DE FRANCE DE DUATHLON Le 35eRAP s’est illustré lors des derniers championnats de France FCSAD, qui ont lieu le 25 mai 2011. M. CAPOFFERI Nicolas du CSA du 35eRAP est proclamé champion de France FCSAD (Fédération des clubs sportifs et artistiques de la Défense). L’équipe du 35eRAP composée de M. CAPOFFERI, de l’ad-judant ROLLAND et de l’adjudant MARQUE termine quant à elle vice-championne de France FCSAD. Au final, les compétiteurs du « 35 » glanent une belle 4eplace au championnat de France militaire par équipe.
SERGENT CÉDRIC MAZAS, TÉMOIN D’UN DÉPART D’INCENDIE Le samedi 19 février 2011 vers 16h, alors qu’il s’engage en véhicule sur le rond-point de la place de la Libération à Montauban, le sergent Cédric MAZAS, de la compagnie d’appui du 17eRégiment du génie parachutiste, est attiré par une fumée s’échappant d’une maison rue Dominique INGRES. Il décide immédiatement de se détourner de son chemin initial et se rend à ladite maison. Il frappe plusieurs fois à la porte mais personne ne répond. Pourtant, du bruit s’échappe de la maison. Il décide alors d’entrer et aperçoit d’emblée un occupant des lieux tentant d’éteindre un feu nourri avec des seaux d’eau. Jugeant de la gravité de la situation et des moyens dérisoires de lutte mis en œuvre par l’homme qui semble pris de panique, il appelle sans délai les pompiers. En attendant l’arrivée des secours, le sergent Cédric MAZAS se rend à l’étage et y découvre une mère de famille et son enfant tétanisés devant l’épaisse fumée qui se répand rapidement. Il les évacue alors de la maison et les dirige vers la pharmacie voisine où elles sont prises en charge. Il éva-cue ensuite le père de famille et l’empêche à plusieurs reprises de rentrer dans la maison en proie aux flammes. Il interpelle un pas-sant dans la rue qu’il charge de faire sortir les occupants des mai-sons voisines. Enfin, il gare sa voi-ture en travers de la rue pour éviter un afflux de véhicules qui pourraient entraver l’accès des pompiers. Lorsque ces derniers arrivent quelques minutes plus tard, les oc-cupants de la maison sont en sé-curité.
9