Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Comite de madagascar bulletin 1895 3

De
55 pages
Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 108
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

 
Bulletin du Comité de Madagasca
r1eA N
        
NÉE – N° 3 – Juin 18
9 5
LES ÉVÉNEMENTS DE MADAGASCAR   MARS  21. – Le correspondant dTiumes Tananarive écrit à ce à journal que le parti français a llloer edie la reine et fait tous ses efforts pour renverser le premier ministre. Voici les parties les plus intéressantes de cette lettre que nous reproduisons à titre de simple document :  Depuis ma dernière lettrlea,  situation a complètement changé ; elle me paraît maintnet ndaésespérée pour les Hovas. Les officiers européens, suivlaentx emple que leur avait donné M. Parrett il y a quinze jours, ont donné leur démission en masse. Le colonel Shervinton aq uvuil  lui serait impossible de faire comprendre au gouvernnetm emalgache les dangers aux-quels il sexpose et de lui ef aairdopter les mesures quil juge utiles pour les écarter. Les relations entre la reine et le premier ministre sont des plus mauvaises et Rainilaiarivony n’a plus aucun pouvoir. Un parti français puissant, à la tdêuteq uel figurent les plus proches parents du premier ministre, a l’oreille de la reine et fait tout ce quil est en son pouvoir poruern verser le gouvernement. Mal-heureusement, deux ou trois Anglais sans scrupule (les frères Harvey) qui nont rien à perdirnes, pirés par un ex-sergent de lartillerie royale dAngleter(rle major Graves), ont favorisé léclosion de ce parti. Ils sveont partout avec de prétendues lettres ou copies d’extraits d’une correspondance que le colonel Shervinton aurait échangée avec des Français pendant son sé-jour de l’an dernier en Angleterre et dans lesquelles il offrait de livrer Madagascar à la France. Ces mêmes individus essayent de persuader au gouverne-ment que les Français ne peuvent pas réussir à pénétrer jusqu’à Tananarive et ils préconisent une politique d’inaction. Ils ont fait opposer à des troupes armées du fusil Lebel un nombre égal d’hommes qui n’ont pour se défendre qu’une sagaie et ils pas-
  
sent gravement leur tempsd eàs siner des fronts bastionnés d’après le troisième système de Vauban. Les soldats envoyés sur la côte désertent par centaines, principalement ceux du corps de Marovatana, district de l’Imerina ; un fils du premier ministre (Radilifera), bien connu par son intimité avec les Français, en est le chef et il a accept de larges pots-de-vin des soldats qui sont sous son commande-ment pour les exempter du service militaire. Les hommes qui ont ainsi acheté leur licenciement sont retournés chez eux ; et il déclarent que, sils sont inqusi éetné quoi que ce soit, ils racon-teront toute lhistoire et, danus s tloes cas, quayant payé pour être libérés ils préfèrent la mort ici plutôt que d’aller la chercher sur la côte. Tout cela, naturellement, a mécontenté le colonel Shervin-ton ; il a beaucoup insisté auprès du gouvernement malgache pour qu’il y fût apporté des réformes immédiates, menaçant, dans le cas contraire, de se retirer avec son état-major. M. Par-rett, qui avait été, pendant ces trente dernières années, l’ami e le confident de Rainilaiarivony, envoya sa démission le 28 fé-vrier ; il avait l’espoir que cette résolution amènerait le gouver-nement malgache à un examen plus attentif de la situation et qu’il empêcherait ainsi la retraite des autres, mais il n’a pas ob-tenu le résultat qu’il attendait et les officiers anglais se sont reti-rés.  AVRIL  COMMENCEMENT DAVRIL La reine passe une grande re-. – vue des troupes sur la plaidnee  Mahamasina. Les manœuvres ont duré trois jours pleins ; yil eut exercices d’infanterie, marches et contre-marches, manœuvres du canon par les élève du « major » Graves, etc. ; elles étaient dirigées par les princes Ramahatra et Ratsimanohatrae. noh ruen,31 À la fin de la troisième jouéren, toutes les brigades sétant rangées en bon ordre autour du pavillon royal, Sa Majesté se leva et, s’avançant vers les balustrades des pavillons, parla ain si :  – 3 –
 
3e volontaires ! Mon cœur se réjouit à cause de votre adresse et de votre force, de votre attitude militaire et de votr vigueur physique, et puisse Dvioeus garder tous en bonne san-té et humeur. Vous savez qu’il y a un terme à votre service comme sol-dats ; croyez-moi, je n’y changerai rien. Mais si ce pays est me-nacé par d’autres, nous nous unirons tous pour le protéger, n’est-ce pas, ô mes soldats ?  Le premier ministre et commandant en chef, qui avait quit-té le pavillon et pris position devant le front de l’armée, répon-dit :  Vous, Ranavalomanjaka, par la grâce de Dieu et l’amour de votre peuple, reine de Madaga, sceat rprotectrice des lois de votre pays, Majesté ! Vousesêtvenue ici pour constater l’adresse et la force de vote3 erov mere- sovsur s et noulontaire cions. Dieu vous bénisse et vous conserve à nous. Nous vous présentons, pour que vous laeicllciuez gracieusement, une pièce dargent intacte comme signen odter e allégeance et quavec ce signe vous receviez le secours de Dieu, qui vous convainque d l’amour de votre peuple et qui nous fasse espérer un long règne. Votre Majesté, que Dieu bén i!s saeinsi parle larmée ! Nous n’en dirons pas long, mais nous dirons juste ce qui convient. Ce pays et cette couronne napiepnarntent à nul autre quà vous, Ranavalomanjaka (Longs applaudissements des soldats.), à vous, à qui Dieu les donna, à vào uqsu i il les transmit par héri-tage de vos ancêtres. Eh bien ! comptez sur nous, vos soldats e votre peuple, pour vous lceos nserver (Longs applaudisse-ments.) et s’il ne restait que votre armée pour la défense de votre royaume, comptez sur oc vérifntmeets dualessiellppA(e-a tions.), car vous seule, Majée, sêttes reine de Madagascar. Et si quelque puissance étrangère voulait s’emparer du pays et le dominer – c’est justement ce que tente en ce momen la France – puisse la volonté  Ddieu l’empêcher. Il a lui-même fait les parts des nations du monde et il vous a donné Madagas -car, Ranavalomanjaka, et voseuus le êtes reine de Madagascar. (Longs applaudissements de l’armée et du peuple.) – 4 –
Sur notre fidélité à votre conunreo et votre pays, tout parti-culièrement en présence des agissements actuels de la France Votre Majesté peut compter, elle peut se fier à nous, votre ar-mée, et quand nous parlons ainsi, croyez-nous-en, ô notre reine ! (Longs applaudissements des soldats.) Nous sommes prêts à rendre notre dernier soupir pour votre couronne et votre paysl.e sE ts ujets étrangers qui se trou-vent ici, qui aiment et respec tVeonttre Majesté, sont avec vous dans leurs sentiments. Et nous assurons Votre Majesté que nous les protégerons bien, selon leis ec-t  .emseNre royaude votlo pas ainsi, ô armée ! (Applaudissements.) Et tout ce que nous avons fait ici, puisse Dieu l’accompagner de sa grâce, et puisse-t-il vous bénir, que vous régniez longtemps sur votre peuple !  Le prince Ramahatra, qui avait commandé pendant la re-vue, prononça le discours suivant :  Longue vie à Votre Majesté. eQllue ignore la maladie et conserve lamour de son pe.u pNloeus, votre armée, qui avons reçu vos remerciements et gagandém liration du peuple, tout ce que nous sommes, nous le devons aux efforts de Son Excellenc le premier ministre et commandant en chef. Notre devoir est d’accomplir tout ordre de notre chef et de conserver cet homme comme premier ministre. Il arrange toute chose pour le mieux, dans sconmmandement de l’armée, et spécialement lorsquil tradlueits  expressions étrangères de commandement en mots de notre langue. Ce que le premier ministre a fait est très biene trjeMaé st: ous et niofe  n soVmrno puisse-t-elle vivre longtemps, libre de maladie, chérie de son peuple ! Et vous, premier ministre et commandant en chef, comptez sur nous, votre armée, pour obéir et accomplir vos ordres. Nous, votre armée, disons : Vous seul soyez notre commandant en chef, à vous seul nous voulonési ro. bEt sil y a des ordres qui exigent quon meure pour lcecs oamplir, vous verrez que nous les accomplirons. N’est-ce pas ainsi, oh ! soldats ? (Longs ap-plaudissements.)  – 5 –