La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Décembre2009

12 pages
Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 251
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

Décembre 2009 (Kislev5770 pour les Juifs; Dhou Al-Hijja1430 pour les Arabes, Jichou mois 10 pour les Chinois (pour les autres, faites-vous un **** de site web)
Where are you from? We are willing to welcome interna-tional students in our team. See our message on page 11.
Enigme du jour Quel est le point commun entre Le Pouce et cette image?
Réponse: Tout y est bon allez papaaaaa!!! Pour ceux qui auraient une réponse moins flatteuse, envoyez-la nous, la meilleure sera publiée au prochain numéro.
Beyond information
...mais ce n’est pas tout. Tu as d’abord dû te de-mander «Qu’est-ce que je fous là?». T’inquiète, on va te dire pourquoi, et même quand, tu t’es dit ça. Ne nous remer-cie pas.page 5
ce
Parce qu’on s’est tous posé cette question à un moment ou à un autre, parce qu’on s’est tous demandé où se déroulait le WEI dans les 80’s, depuis quand l’Essec indexe ses frais de scolarité sur <inflation*10>... Le Pouce prend la peine de s’informer, de VOUS informer...page 6
La vie à l’Essec revisitée version (mais alors très très) old school. Vous allez voir, vous y reconnaitrez des gens de votre entourage. Bienvenue à Cergerac... page 10
Les Essecs et internet en 2000... page 2
Lolo Test
C’est toujours les meilleurs qui partent en 1er. Et toi, es-tu le meilleur?page 3
Sommaire
- Edito (page 2) - News (page 3) - Planning recrutements (page 11)
1
Edito
Lundi matin
Mais de quoi il parle? Et c’est quoi cette merde qui pourrit mon ca-sier avec les autres prospectus? C’est quoi la prochaine, les pubs de toutes les chaires reliées en 3 exemplaires? Tout d’abord, je vous invite à aller vous pendre dans le local de Quand lira-t-on, là où personne ne vous retrouvera évacuer vo-tre digne et justifiée colère. En ces temps de changement de direction de l’Essec (Bibard n’est plus), de grands choix stratégiques pour le groupe (Tapie est encore là) on s’est dit qu’il était temps que l’Essec se dote d’une tri-bune. Pourquoi? De nombreux changements se profilent à l’horizon (non, la préfecture ne va pas être classée par l’UNESCO). Diminution du nombre d’ASC, évolution de la PI, injustices dans la procédure d’attribution des échan-ges... Dans notre belle Ecole, beaucoup de choses ne vont pas, et parmi celles-ci, beaucoup pourraient aller mieux si le débat étudiant était plus vif, et surtout plus audible par l’administration. Sans s’embourber dans une logique de contestation pure et simple, il est impératif que tous parti-cipent à ce type de débats, étudiants, associations... C’est pourquoi ce journal, au-delà de l’expression de l’opinion de ses rédacteurs, publiera également des contenus de tous horizons (de l’Essec, on va pas commencer à s’ouvrir non plus) afin d’alimenter le débat public. Les numéros suivants seront un peu (mais alors vraiment un peu) plus sérieux que celui-là, ie nous commencerons à défendre nos intérêts (et les vôtres). En attendant, nous espérons que lire ces pages vous occu-pera un peu durant le cours que vous n’êtes pas en train d’écouter. De toute façon, on a négocié avec l’imprimeur un papier pas trop rugueux, vous pourrez donc aussi vous servir de ce journal pour éternuer, et transmettre votre grippe A au prochain propriétaire de cet exemplaire.
El Presidente
WANTED Comptes-rendus CE et CVE des 18 derniers mois
Recompense: Une nuit avec notre President
En cas d’intox: Une journee avec notre President.
Le saviez-vous?
Le firewall couvrant les systèmes informatiques Essec date de 2001. Le directeur réseaux de l’époque:
«...les étudiants napsterisaient à tour de bras ! (...)Des dizaines d´ordinateurs étaient monopolisés pour des téléchargements de fichiers MP3, et ralentissaient tous les accès. Bien sûr, les connexions aux site de charme se multipliaient. Et nous avons aussi souffert de problèmes de messagerie, avec des gens qui pratiquaient joyeusement le spamming, et des pièces jointes vi-rusées. Un soir, un étudiant à généré pas moins de 12000 mes-sages ! (...) Certains se sont mis à démonter les machines pour en extraire la mémoire!» L’Essec était entrée sur les listes noires des serveurs de messa-gerie à la suite de ces spams (les mails envoyés depuis l’Essec étaient considérés comme spams).
A quand la prochaine révolution technologique laissant encore les plus de 35 ans à l’âge de pierre, qu’on puisse nous aussi répandre l’apocalypse?
Allez, on vous donne un coup de pouce: le P2P est actuellement filtré, mais pas les downloads classiques ni le streaming. Pour ceux qui veulent jouer au poker (ou autres...), utilisez un proxy : (il y a toujours au moins un des deux qui marche) www.naviguer.ca www.hawkproxy.com Enjoy!
Renouveau Bibard n’est plus, par conséquent 50% des chants josaciens sur nous sont périmés. C’est l’occasion de contre-attaquer. (Pour ceux qui ne connaissent pas, le Connemara est leur principale chanson).
«Le Conerava»
Sur l’campus de Jouy Mon Dieu qu’on s’fait chier C’est froid, ca pue, y’a rien à niquer Et on n’a toujours pas d’MBA Des nuages gris qui viennent vers Jouy Colorent la terre, le lac et Peyrache C’est le décor de Jouy en Josas ! Mon école ne fait pas le poids Et l’Essec me met un gros doigt J’voudrais m’noyer, mais l’étang est gelééééé !! Refrain : Une soirée jeudi, merde encore un POW Dans une cafet digne d’un Leclerc Au mieux je vais chopper un cageot Je veux une pinte, mais ya que des dmis Décidemment, j’ai pas le gabarit A deux cussons j’ai déjà vomii !! Dernier couplet (x2) Face au FOY’s le Zinc c’est pourri Greffe toi des couilles et viens à Cergy On te prendra peut-être à l’EPSCI Lalalalalalala Lalalalalalalala
2
Ressemblez-vous à Lolo*?
The Lolo test
On aimerait tous ressembler à lolo, avoir la réthorique pour embrouiller des biatch en soirées, le crâne nikel et juste sortir de la présidence de l’Es-sec. Mais on peut pas. Alors pour vous consoler, voici un quizz qui vous permettra, en fonction du score, de découvrir ce qui est Bibard en vous.
*Pour nos amis 2012 et AST 2011, Laurent Bibard, plus connu sous le nom de Lolo ou La Bib’, fut jusqu’à l’année dernière le Président de l’Es-sec. Il reste une icône emblématique à l’Essec. La rumeur veut qu’il rôde encore parfois au Learning Center. Rumeur difficile à vérifier car per-sonne n’y va jamais.
Question 1: Ton école a besoin de fric: a) Tu hypothèques les bâtiments de l’école b) Tu embauches des salariés de Continental, tu les vires (avec en guise d’indemnités un rat mort dans la boite aux lettres), ils cassent tout, tu fais jouer l’assurance c) Tu imposes aux PIs le PIE pour «qu’ils développent leur connaissance du monde professionnel» et tu récoltes ce que paient les entreprises
Question 2: Ton école a encore besoin de fric: a) Tu décides de prendre en main le trafic de drogue à Cergy (c’est qui les pros du business ici??) b) Tu déplaces l’Essec plus près de Paris pour être sous la juridiction de la CCIP (riche) et pas de la CCIV (pauvre). c) Tu prends un peu de la renommée de la Grande Ecole que tu apposes (à l’aide d’un nom de diplôme similaire) à l’école post-bac du groupe, ils apprennent moins (ou pas) mais paient plus cher, faut y attirer plus de monde.
Question 3: a) Tu as 1 diplôme b) Tu as 2 diplômes ou plus c) Tu as 2 diplômes ou plus mais un seul des tiens vaut plus que tous ceux du connard qui a coché b)
Attention! Un canular s’est glissé dans les news...
Question 4: Des gens critiquent ta politique a) Tu leur dit que de toute façon ils ont déjà payé leur frais de scolarité donc tu t’en tamponnes b) T’as pas de politique, donc y’a rien à critiquer. c) Tu organises des réunions en GA pour les embrouiller avec des phrases tellement longues et complexes que seul les khâgnes applaudissent.
Question 5: Ton école est 2ème dans les classements derrière la rivale: a) Tu fais tout pour te plier aux exigences de ces classements et espères récolter les fruits de ton travail en 2032 b) Tu nies l’intérêt de ces classements et évoques les biais qu’ils comportent c) Tu baptises ton programme Grande Ecole «MBA» pour ne plus figurer dans les même classements. Désormais, c’est la confusion, tout est flou, bref à l’aide de ta rhétorique et de ton imprévisibilité tu réussis à créer ton propre modèle.
Question 5: Tu quittes ton poste a) Tu restes cloitré chez toi b) T’essaies de le récupérer, tu veux rester c) Tu fais un gros doigt à tes détracteurs et tu pars faire un tour du monde
Pour une majorité de a) ou de b): Désolé, tu n’as pas grand chose en commun avec Lolo. En fait, tu es un président d’école assez quelconque, et tu te trouves stylé avec ton projet de synergie entre ton ESC et celle du village d’à côté.
Pour une majorité de c):
En un mot, t’es stylé. Tu la mets à tout le monde et en douceur s’il vous plait, malgré tes coups fourrés on t’aime bien quand-même, tu t’en sors toujours et de toute façon objectivement ton bilan lors de ton départ est pas mauvais. De toute façon t’es là depuis trop de temps pour que les étudiants sachent comment c’était avant.
N e w s
Nouveau double diplôme avec Centrale Il y a quelque jours, l’Essec et Centrale ont signé un accord de partenariat comprenant, entre autres, la création d’un double diplôme réciproque, un partenariat Essec/Centrale Pékin. Apparemment, la sélection s’effectuerait en 1ère année à l’Essec et concernerait une vingtaine de personnes environ. Au moment où nous écrivons ceci il est assez difficile d’avoir plus de détails, entre autres en raison du silence radio (pour l’instant) de l’Essec sur le sujet.
Fermeture de la Loco La boîte de nuit la Loco, à Paris, bien connue des Essecs notamment en raison des 3PAS, a été rachetée par Le Moulin Rouge, il semblerait que l’entreprise perdait beaucoup d’argent.
Diminution des frais de scolarité Dans le cadre du plan de relance, le gouvernemet a décidé de financer les frais de scolarité de tous les Essec à hauteur de 50%, et d’offrir 2 heures avec une prostituée lors de l’obtention du diplôme. Des mouvements étudiants ont entamé des blocages afin d’obtenir les mêmes avantages. Valérie Pécresse : « Fallait pas me faire chier avec la loi SRU»
3
Cette année, Essec Initiatives le fait! L’association lance CREA-TIO 2010, un concours de projets associatifs. Voici des précisions pour la participation... Qui est concerné par le concours? Toutes les assoces de l’ESSEC qui souhaitent présenter un pro-jet (assoces humanitaires, culturelles, ou autres). Quels projets attendons-nous? N’importe quel projet d’assoce qui soit innovant : inédit (jamais réalisé à l’ESSEC, voire à l’extérieur de l’ESSEC), créatif, original, dans ses objectifs et/ou sa mise en oeuvre. Il faut ainsi éviter les projets d’association récurrents ou qui ont déjà lieu chaque année. Sous quelle forme doit se présenter le dossier de candidature et comment se déroule le concours ? - Pour le premier tour du concours, qui aura lieu le 11 février, le dossier doit comporter une présentation du projet sous forme de powerpoint ou de document word, expliquant le but du projet, son mode de mise en oeuvre, ses enjeux, et mettant en avant ce qu’il comporte d’innovant. De plus, le dossier doit comporter un plan emploi & ressources indiquant  --> Les différentes ressources dont dispose ou dont aura besoin l’association pour mettre en oeuvre son projet  --> A quoi ces différentes ressources seront allouées dans la mise en oeuvre du projet  --> Ce dans le but d’expliquer l’utilité du prix CREATIO pour le projet - A l’issue du premier tour, 5 projets seront choisis par le jury à partir de ces dossiers (pas de présentation orale). - Pour le second tour, qui aura lieu le 11 mars, les 5 projets choisis seront soutenus à l’oral devant le jury (composé de représentants de la CCI du Val d’Oise et de nos autres soutiens, ainsi que d’anciens Essecs). Le gagnant se verra remettre la modique somme de 1500€ pour mettre en oeuvre son projet. A qui envoyer le dossier de candidature? Envoyer le support de présentation + le plan emplois/ressources à l’adresse Essec.initiatives@gmail.com avant le 31 janvier 2010. Merci aux associations qui se sont déjà portées candidates. On attend avec impatience les autres candidatures! HL
Actualité (périmée) des autres écoles - Lors de la dernière soirée des 3PAS, le BDE ESCP aurait mis au jour un trafic de fausses places organisé par l’ESTP (qui manifestement est douée pour la contrefaçon, cf le nom de l’école), permettant aux étudiants de celles-ci d’entrer gratuitement aux soirées ESCP depuis quelque temps déjà.
-Démission de la présidente BDE Nirvanights et de 2 autres présidents d’associations à l’ESCP: au WEI, un mem-bre du BDE s’est battu avec un 1er année, celui-ci a porté plainte pour «strangulation», hors son père connaissait le médecin de Valérie Pécresse (ministre de l’enseignement, pour ceux qui débarquent).
- Le classement 2009 des écoles de commerce du Figaro montre HEC en tête avec, derrière (écart de 2 points) Essec et ESCP ex-aequo, ESCP située devant l’Essec pour l’ordre alphabétique. 2014: HEC emploie 2 profs étrangers supplémentaires et fait venir un peu plus d’AST de Chine pour gratter 4,45 points et maintenir son avance dans les classements des médias français 2015: ESCP Europe change encore de nom et devient la AAA School of Manage-ment 2016 : L’Essec attribue l’accréditation «label Groupe Essec» à Polytechnique et à Pa-ris 2, brouille encore un peu plus les pistes et fait un doigt aux journalistes 2017: AAA School of management 1ère dans le classement alphabétique des business school du magazine des hautes sphères du business, «L’Etudiant».
4
Problème d’orientation ?
Dans la tête d’unES S E C
« Mais qu’est-ce que je fous là ? » Cette question sans véritable réponse risque de te hanter tout au long de ton année à l’Essec. Le processus sera inconditionnellement le même et tu ne pourras en aucun cas lui échapper. Pourtant tu vas essayer.
Nous avons tous essayé. Nous avons tout essayé : feindre l’intérêt, tenter de jouer le jeu, se laisser écraser par la fatigue afin de fuir la dure réalité qui nous fait face. Mais en vain. Cette question qui dans sa bêtise te plongera pourtant dans un doute profond, te rattrapera quoi que tu fasses. Ci-dessous, deux situations types. La première, absurde comme un mauvais film d’Eric et Ramzy, la seconde, plus Apocalypse Now sans les hélicoptères.
Situation n°1 :
Tu es seul. Arrivé en retard, tu as non seulement dû affronter les regards de toute une salle pointés sur toi, mais tu as dû en plus t’asseoir au premier rang du Grand Amphi. Le confort des sièges de cette salle des conférences te surprendra toujours. Tu t’enfonces légèrement dans ton siège et adoptes une de tes positions prévues pour la circonstance. Tu en as environ cinq. Toutes les demi-heures, lorsqu’une de tes jambes vient à manquer, tu en changes. Te voilà parti pour une semaine de confé-rences portant sur ton cursus, ton avenir, ton environnement. A première vue tu as toute ta place ici. Et pourtant…
Très vite, la fine couche de marketing étalée par l’administration sur cet événement s’effrite laissant apparaître une réalité bien différente. Tout semble échapper à une quelconque logique. Après une brève présentation de plus d’une heure sur l’organisation du cursus MBA, à peine le temps pour toi de changer de position, que tu te retrouves dans le noir total sur le point de regarder un film japonais de 3h. Ne t’en fais pas, le fait que le film soit japonais ne sera pas le plus grand des obstacles à ta compréhension de la chose, puisque le film sera sans parole.
Perplexe, quelque peu perdu, tu cherches du réconfort dans le regard de tes voisins. Certains dorment, ils ont réussi à s’enfuir ! Mais les autres semblent dans le même état que toi. Des rires éclatent comme pour évacuer un sentiment de malaise général. La porte claque à plusieurs reprises. Tu repères des mouvements illégaux de population au fond de la salle se dirigeant vers la porte. Ils ont entrepris le « grand voyage » ! Dos au mur, plus seul que jamais, obligé de poser ton regard sur l’écran où un japonais déguisé en renard se cache derrière un arbre sur un fond de musique traditionnelle, tu n’as plus assez de force pour résister. Plus assez de raisons de résister ! La question est belle et bien là ! Inévitable ! « Mais qu’est-ce que je fous là ? ».
Ne t’en fais pas, encore une fois, ton école a tout prévu. Des séances de réflexion en petits groupes seront sans doute organisées pour tenter d’apporter un semblant de réponse à ta question.
Situation n°2 :
Il est quatre heures du matin. Tu es dans la navette te ramenant de cette boîte de nuit perdue quelque part dans la nature. Tu t’es assis à la première place que tu as pu trouver, oubliant par la même occasion les gens avec qui tu étais censé rentrer. Peu importe tu ne te voyais tout simplement pas faire les quarante minutes de trajet retour debout. Trop fatigué pour converser avec ton voisin, tu restes silencieux. De toute manière ce dernier ne te semble pas en état de faire quoi que ce soit. Pire il commence à t’inquiéter. Tu te sens quelque peu pris au piège en-tre la vitre du bus et une effusion imminente de liquide gastrique alcoolisé. Mais encore une fois trop fatigué, tu tombes dans un état semi onirique. Tu observes…
Un chaos sonore s’est installé. Des cris, des formes de chants et des éclats de rire te font sursauter et te sortent momentanément de ta torpeur. Derrière toi, un alcoolisé entame envers et contre toute tradition sa propre danse du Limousin. Alors que ce dernier entre dans le processus final du rite, il est violemment bousculé par une semi alcoolisée portant à bout de bras un sac plastique noir. Un chant s’élève alors de la petite navette perdue au milieu de nulle part. La navette ne fait plus qu’Un. « Sac Poubelle allez ! allez allez !… Sac Poubelle allez ! allez ! allez! ». C’est ton voisin ! Le sac poubelle à peine entre les mains que ce dernier te donne un second aperçu de son dîner. Les T-shirts autour de toi sont mouillés, alcoolisés, déchirés parfois. Les visages sont tirés, en sueur, salis par une noirceur de nature inconnue.
Tu es enfin arrivé. Tu attends pour te frayer un chemin vers la sortie. Apercevant une brè-che dans la foule, tu décides de te lancer et fais un pas en avant. (Version Cergy Le Haut: Tu es enfin arrivé. Heureusement qu’on te l’a dit car tu es le seul à descendre à cet arrêt. Tout le monde te regarde sortir, tel un pédophile homosexuel néoconservateur dans le couloir de la mort d’une prison iranienne.) Tu sens quelque chose de mou sous ton pied. Tu baisses la tête, ton voisin t’a laissé un souvenir. Ta chaussure sans souviendra pour sûr. Le sac de vomi git par terre à tes pieds. Tu l’auras évitée toute la soirée et pourtant la voilà sortant de ce bus avec toi: cette question, toujours la même ! « Mais qu’est-ce que je fous là ? » Qu’est-ce que tu fais là ? Il n’y a guère que les gens qui ont assisté à ton entretien d’entrée à l’Essec qui ont la vague impression de le savoir…
Ben
5
E s t - c e q u e c ’ t a i t m i e u x a v a n t ? E s t - c e q u e c ’ é t a i t m i e u x a v a n t ? C e d é b a t , a u s s i v i e u x q u e l e m e c q u i p r é s e n t e l e P M U ( c ’ e s t m a g r a n d e p a s s i o n ) , n o u s h a n t e d e p u i s l a n u i t d e s t e m p s , e t n o u s h a n t e r a e n c o r e p r o b a b l e m e n t j u s q u ’ a u j o u r o ù l e g r o u p e E s s e c i n t è g r e r a u n l y c é e p r i v é p o u r f a i r e p l u s d e f r i c c o m p l é t e r l e c u r s u s E P S C I ( l à i l n ’ y a u r a p l u s d é b a t , o n s a u r a q u e c ’ é t a i t m i e u x a v a n t ) . M a i s a l o r s , p o u r q u o i f a i r e u n d o s s i e r s u r l e s u j e t , a l l e z - v o u s m e d i r e . M o n b u t n ’ e s t p a s d e m e t t r e f i n a u d é b a t , m o n b u t e s t d e l ’ e n r i c h i r . V o u s p o u v e z t o u j o u r s d i s s e r t e r s u r l a d e r n i è r e c o n n e r i e d u s é l e c t i o n n e u r d e l ’ é q u i p e d e F r a n c e m a i s s i v o u s c o n n a i s s e z p a r c o e u r l e s c o m p o s i t i o n s d e s 1 0 d e r n i è r e s a n n é e s , v o s d i s c u s s i o n s d e c o m p t o i r a u r o n t q u a n d - m ê m e p l u s d e g u e u l e . L à c ’ e s t l a m ê m e : g r â c e à n o t r e e n q u ê t e , l e d é b a t n ’ a v a n c e r a p a s , i l n e s e r a p a s p l u s i n t e l l i g e n t m a i s i l y a u r a q u a n d - m ê m e p l u s d e m a t i è r e p o u r s ’ a c c r o c h e r a v e c l a p e t i t e b a l e t r i n g u e d ’ e n f a c e q u i e s s a i e v a i n e m e n t d e v o u s c o n t r e d i r e .
A u d é b u t , j ’ a i f a i l l i v o u s l i v r e r u n p l a n d u t y p e c ’ é t a i t m i e u x a v a n t / c ’ e s t m i e u x m a i n t e n a n t , m a i s j e m e s u i s v i t e r e n d u c o m p t e q u e c e l a m ’ e m p ê c h e r a i t d ’ a v o i r l ’ a i r i n t e l l i g e n t d e v a n t l e s P I s f r a î c h e m e n t s o r t i s d e p r é p a d ’ a p p r é c i e r l a c o m p l e x i t é d e l a r é a l i t é . J e v a i s d o n c l e f a i r e q u a n d - m ê m e e t j e v o u s e m m e r d e f a i r e a u t r e c h o s e : u n e c h r o n o l o g i e .
D e v a n t l a d i f f i c u l t é d e r e m o n t e r d a n s l e t e m p s , n o u s p o n c t u e r o n s c e t t e c h r o n o l o g i e d ’ a n e c d o t e s e t d ’ é t a t s d e s l i e u x . A i n s i l e s d é b u t s e t f i n s d e c e r t a i n s p h é n o m è n e s s o n t i n c o n n u s , e n r e v a n c h e o n s a i t q u ’ e n c e r t a i n e s a n n é e s i l s a v a i e n t l i e u . L e s d o n n é e s i c i p r é s e n t e s n o u s o n t é t é f o u r n i e s p a r d e s a n c i e n s d i p l ô m é s , à l a m é m o i r e p a r f o i s d é f a i l l a n t e . B r e f , s i i l y a u n p r o b l è m e , c ’ e s t p a s n o u s . V e u i l l e z é g a l e m e n t n o u s e x c u s e r p o u r l a p a u v r e t é d e s i n -f o r m a t i o n s c o n c e r n a n t l ’ E s s e c d ’ a v a n t - g u e r r e , l a p l u p a r t d e s d i p l ô m é s d e l ’ é p o q u e n e s o n t p l u s d e c e m o n d e p o u r e n p a r l e r . B o n , n e v o u s i n q u i é t e z p a s , n o u s f a i s o n s u n e h i s t o i r e d e l a v i e é t u d i a n t e e t d e t o u t e f a ç o n , a v a n t 1 9 7 3 , q u a n d l ’ E s s e c é t a i t e n c o r e à l ’ I n s t i t u t C a t h o l i q u e , ç a n ’ a v a i t p a s l ’ a i r d e r i g o l e r b e a u c o u p .
6
Chronologie
-1907: Création de l’Institut Economique par des Jé-suites de Sainte-Geneviève -1909: 1ère promotion est diplômée: 7 étudiants -1912: L’Institut Economique devient ESSEC -1942: L’Essec est reconnue par l’Etat (lequel??) -1945: Les étudiants de l’Essec sont divisés à propos de la Sécurité Sociale, nouvellement implémentée. -1947Promotions de 112 étudiants. Présence d’un : BDE, dont le rôle est uniquement de représenter les étu-diants auprès de l’administration. On n’entre pas à l’Es-sec sans être baptisé. Pas de festivités d’intégration. Pas de fêtes, à part le bal annuel. Aucune absence en cours tolérée. Des cours de «morale sociale et chrétienne» sont dispensés à l’Essec. Les frais de scolarité sont de 4000 Fr/trimestre (= loyer d’une chambre de bonne à Paris, à l’époque. On peut en déduire qu’aujourd’hui, en PPA, en gros, cela donnerait environ 5400€/an). Physique et Chimie sont au concours et sont également étudiées après, à l’Essec. But de l’Essec, d’après la bro-chure de 1947: «Assurer une formation peu spécialisée afin qu’aucune activité qui pourrait séduire les étudiants ne leur soit interdite». Tous les lundi matin, les étu-diants ont des colles. Chaque année la promo part en voyage d’études. Cette année-là, c’est 1 semaine dans les vendangeoirs de Moët&Chandon, à vivre comme les vendangeurs(hum). -1948: Voyage d’études de la promo de notre contact au Havre, pour étudier la structure du port. Notre contact voit la mer pour la 1ère fois. -1950: 1ère promo à finir l’Essec en 3 ans. -1958: Jacques Brel au Festival de l’Essec (ancêtre de la Nuit de l’Essec). Cet événement a beaucoup contri-bué à son ascension. -1960: Les BDE ne portent pas de nom, et comptent environ 12 personnes. Pas de WEI, mais journée de fête et défilé au Luxembourg. La fréquence des soirées est assez faible, celles-ci ont lieu hors de l’Essec (peu de place à l’Institut Catholique qui héberge l’Essec jusqu’à 1973) et ne sont pas open bar. A l’époque il n’y a pas vraiment d’association à part la CC (Communauté Chrétienne). Les relations étudiants/administration sont très cordiales. Au niveau du cursus, cela se déroule en 3 ans, les cours sont imposés, avec quelque suppléments dont une formation pour être officier dans l’armée. Les concours d’entrée comportent encore de la chimie et de la physique à l’écrit, pas de tests psychotechniques à l’oral. Les colles du lundi sont toujours d’actualité. D’après notre contact de l’époque, l’annonce du démé-nagement à Cergy est vécue comme étant dans l’ordre des choses: les autres Grandes Ecoles éclatent dans tou-te l’Ile-de-France, d’un côté on laisse la vie parisienne derrière,
d’un côté les locaux modernes de Cergy vont permettre une nouvelle expansion. Il y avait encore un voyage d’études chaque année avec toute la promo. -1962le diplôme de l’Essec est reconnu par l’Etat (il : aura fallu 20 ans pour les convaincre qu’on ne fait pas que se la coller en collants fluos) -1968 : L’Essec passe totalement au travers des événe-ments de mai 1968, l’indifférence règne. Aucun cours d’in-formatique à l’Essec, alors que la révolution a déjà com-mencé. -1969: Beaucoup de taf, aucune soirées à l’Essec, toujours du fait de l’exiguité des locaux de l’Institut Catholique. A l’époque, Les Mardis de l’Essec ont un gros impact sur la vie politique française, les débats qui y ont lieu paraissent souvent à la Une des journaux nationaux. Les femmes font leur entrée à l’Essec cette année-là. -1972: A cette époque, le WEI n’est en fait qu’une jour-née mais se déroule au Caveau (à champagne) Napoléon de Moët & Chandon. Les soirées ne sont pas open bar. -1973 : Déménagement à Cergy Pontoise pendant l’été, nouvelle indépendance par rapport à l’Institut Catholique, qui ne fera plus que croître (NDLR: l’indépendance). Les étudiants peuvent désormais choisir leurs cours et par-tir quand ils veulent en stage. Ouverture du Foy’s -1974Essec 1ère business school à proposer des jeux : de simulation de management dans sa formation (kallys-tée version pong?). Les locaux de l’Essec ne sont toujours pas entièrement finis. Peu de soirées. Grosse difficulté des étudiants pour le logement. Mauvaise année. A.S. (Asso-ciation sportive), ancêtre du BDS -1975: Création de l’EPSCI -1976: 1ère Nuit de l’Essec -1978 : Daniel Balavoine à la Nuit de l’Essec, s’énerve car le concert est en retard, il menace par la suite le BDE d’un procès. -1979: Election du BDE Risas (sigle que seul eux com-prennent), environ 10 personnes. Ce BDE se fait élire grâce à une campagne de déglingos : escalade de la face nord de la tour administrative, «bivouac suspendu dans le GH» (on arrive pas trop à visualiser...). -1980: Toujours pas de RER A à Cergy, il faut marcher jusqu’à Pontoise pour prendre le C. Pas de WEI. A l’épo-que, 1 soirée Foy’s par jour. Ticket d’entrée pour une soirée BDE: 50 francs. Soirées BDE en GH, pas d’open bar. Pré-sence de la Coop’ ancêtre de Chez Momo, ne vend que de la papeterie. Le surveillant général est un ex-militaire du nom de Vassillieff, ferme dans la forme mais ouvert pour négocier (notre contact s’est rendu compte à la fin de sa scolarité qu’il lui manquait 3 UV,
7
il a pu s’en sortir). Pas de contrôle des absences dans les cours d’amphis. Les inscriptions aux cours s’effectuent en langage FORTRAN, à l’aide de cartes perforées. Se planter sur un trou force à tout recommencer. Lors du concours d’entrée, les tests psychotechniques se déroulent à l’oral (NDLR: ??). -1984: Mise à disposition par la SNCF du 1er train disco. Nous supposons que le BDE Essec devait être parmi les 1ers sur le coup, donc 1er WEI train disco en 1984? -1985: Election du BDE Cavale +, en gros 15 person-nes. A l’époque le BDE a en quelque sorte phagocyté le Foy’s, des fois ils le ferment en pleine journée pour se la coller entre eux. Une élève de 3ème année, assistante du cours d’éco, fait souvent des strip-tease au Foy’s. -1986: King Creole And The Coconuts à la Nuit de l’Es-sec. Lors de la campagne de cette année, le Foy’s monte une liste pipo («Pirates») et propose comme goodies des cercueils remplis de champagne. Cette liste, durant la nuit, mure le couloir des assoces avec des parpaings et du ciment. (NDLR: liste pipo... champagne... Epoque bénie.) Le WEI se déroule dans le Sud près de la Gande Motte, voyage en train disco. -1987: Construction de la rèze du parc (avant, l’Essec possédait des appartements dans des HLM). Matt Bianco à la Nuit de l’Essec. A cette époque, le DG du groupe Es-sec est très décrié par profs et étudiants. Il se fait même réserver sa propre place de parking et pos-sède un yorkshire (c’est vous dire). L’Essec est bloquée, même Le Monde en parle. Ce DG est jeté à l’eau dans une piscine gonflable installée dans le patio par les étudiants (qui l’ont quand-même laissé se changer). Il démissionne ensuite. -1988: RER A arrive à Cergy (jusqu’à St-Christophe). The Pogues à la Nuit de l’Essec. -1989: A l’époque il y a 1 soirée BDE par semaine (en GH, entrée gratuite et open bar) et 2 soirées Foy’s par se-maine. Durant le T5B, le Foy’s est ouvert de 5h du matin à 2h du matin. L’administration finit par interdire ça peu après. Notre contact, ex-pilier du Foy’s, croit se souvenir qu’à l’époque le bar détient la licence IV. Les liens étu-diants/administration sont super, les profs déjeunent au Foy’s. Pas de système de comptage d’absences, chaque prof le fait à sa sauce. La mise de points pour les cours se fait grâce au VAX,
ordinateur grand comme une salle, dans lequel on intro-duit les données par des bandes magnétiques. Les test psychotechniques existent déjà. Le «Cochon déchainé», journal écrit par le Foy’s et le BDE, vit sa dernière année. -1990: Annonce par Mme Rey que les frais de scola-rité vont passer de 28000 Fr à 41 000 Fr sur 5 ans (s’ils savaient...) A cette époque, le BDE comprend une quinzaine de per-sonnes, et les soirées ont lieu dans les locaux de l’Essec. La fréquence de celles-ci est assez faible en dehors de la campagne. La vie associative est déjà très dynamique (Essec Chine, par exemple, organise des débats et péti-tions à la suite de Tian’an Men). Il n’y a qu’une seule rèze (celle du parc). Le responsable de la logistique est un militaire à la retraite nommé Vassilief (précédemment surveillant général), apparemment emblématique de l’ad-ministration à l’époque. Les gens sont à l’heure en cours, et la mise de points pour les cours s’effectue sur un réseau local à l’Essec. -1991Le RU part de l’Essec pour s’installer un peu : plus loin -1994: RER A est prolongé jusqu’à Cergy Le Haut -1995 : L’administration de l’Essec loue le grand hall pour un mariage -1998 : La France gagne la coupe du monde de foot-ball -2000: Le programme Essec Grande Ecole est baptisé Essec MBA. Scandale de l’opération «volutes»: HEC aurait lancé une campagne officieuse de désinforma-tion pour discréditer le positionnement de l’Essec (faux parents d’élèves discréditant l’Essec dans des réunions d’information) -2005: Ouverture du Nautile -2006: Ouverture du «campus» de Singapour -2007: Ouverture du Gallion et du Dôme -2007: Déplacement du couloir des assoces, début du chantier du patio et de la cafet’ -2009 : Ouverture de la nouvelle cafet’ et du nouveau patio -2009: Certains anciens diplômés contactés pour cette article ont dit qu’ils ne comprenaient plus rien à l’utilisa-tion du label Essec (faisant référence notamment au projet d’Essec BBA pour l’EPSCI). On les envie, nous on n’ a jamais compris.
Grâce à toutes ces données, nous avons pu, à l’aide de la technique de la cooline 14 estimer l’évolution de la déglin-gue à l’Essec au cours du temps. Bien évidemment, nous raisonnons en PPD (parité de pouvoir de déglingue): ce qui faisait marrer à l’époque ne fait plus forcément marrer aujourd’hui, il a fallu prendre en compte ces variations.
8
Les dates clefs sont incontestablement 1969, arrivée des femmes à l’Essec (au début je me suis demandé pudiquement ce qu’on faisait avant, mais après je me suis souvenu que l’Essec était encore à l’IS, donc la réponse est: TRAVAIL). Ensuite le déménagement à Cergy permet une accélération des transformations. La déglingue atteint selon nos estima-tions un pic à la fin des années 1980 (quand les soirées sont fréquentes, à l’Essec, gratuites et open bar). Le contraste avec aujourd’hui pourrait à première vue signifier que nous nous trouvons actuellement dans une dépression, cela dit le nombre d’associations est aujourd’hui plus important que jamais (ce phénomène n’existait pas dans les 1980’s), il faut donc nuancer. De plus, l’internationalisation de la déglingue bouleverse les schémas établis et introduit une nouvelle complexité, à prendre en compte (les possibilités aujourd’hui de voyager sont plus nombreuses). En résumé, cette courbe ne représente pas une tentative de notre part de répondre à la question, elle n’est basée que sur des faits, qui sont interprétés à la lumière de critères qui perdent de leur pertinence à partir de 1990. Ainsi, on peut dire si c’était mieux avant jusqu’en 1990. Après, il faudrait inventer de nouvaux outils et méthodes.
Avec la participation de :Audrain, Paul Algret, Laurent Bernasse, Dominique An- Bertrand Derville, Paul toine, Stéphane Deyrolle, Martine Besse. Propos recueillis par François Ruty.
9
Chers petits camarades, bonjour ! Nous dédions plus spécialement aux jeunes nouveaux ce récit à suivre en tableaux, qui nous l’espérons les inspirera dans leur quête cergyssoise. Nous vous saluons avec dévotion chers enfants. Le club deS CentEnaireS du rEr
LA FRESQUE DE CERGEREAC
Fantaisie d’Etudes Supérieures en trois actes
ACTE I
Scène première La gare de Cergereac.
PELIMENE Mes entrailles basculèrent. O finale agonie ! Soudain de par mes sens mon âme s’est flétrie Car je vois par mon nez cet homme vomitoyer Car je sens par mes mains cette moiteur tiède Sortez-moi du wagon, secours, je crie à l’aide !
LE PHOEUR Son sésame elle saisit, d’une foulée elle se jette Dans la foule encombrante qu’elle gravit sans détours Elle franchit le portail, bousculant les vautours A l’affut de leurs proies pour qu’elles lâchent les miettes De leur brave insolence en fraudant dans le jour
PASSANDRE sur le parvis Vous voici, ma moitié.
PELIMENE  Oh, mon âme damnée ! Depuis la Cité d’Or, mon trajet fut funeste Le Jardin des Horreurs partant de la voie…
PASSANDRE Peste ! Vous n’êtes accoutumée à aucune misère, Sitôt que vous quittez vos terres paternelles. Je vous ferai entendre une autre ritournelle Car pour vivre en paix, il est figure aimable De montrer malgré tout, je juge indispensable. Et puis, fi des laideurs, moi je n’en ai que faire Tant qu’avec mes amies je partage mes terres.
PELIMENE Je vous donne raison sur ce point entre tous En ces lieux érudits l’amitié amasse mousse Et puis, de ces pâleurs les beautés sont cachées Le chef-lieu du canton, pyramide renversée Après tout j’aime ce parc qui m’a vu déglutir Jouer à colin-maillard, chanter et m’esbaudir. La lingère vient à leur rencontre.
LA LINGERE essoufflée La Bienvenue, Mesdames.
PELIMENE, PASSANDRE, en chœur Le Bonjour, Philomène.
PASSANDRE Auriez-vous vu Pâris, Pyrrhus ou Pemosthène ?
LA LINGERE Je ne les aperçus, on me dit que les hommes Seront sous peu des nôtres. Plytemnestre me somme De quérir trois courgettes, et de ces choses mauves, Qu’on nomme aubergines, il faut que je me sauve.
PASSANDRE Merci ! Certes, après tout, je serais une sotte De n’avoir attendu de déchausser mes bottes Avant que de vouloir, à peine revenue
Voir ces gens...
PELIMENE Dont le timbre mettait votre âme à nu Allons, ne riez pas, des trois hommes suscités N’est qu’un seul, il me semble, qu’au nom vous trembliez Votre coquetterie ne dure jamais longtemps, Avant cette semaine il sera votre amant.
PASSANDRE Riez ! Vous allez vite à nous mettre ensemble.
PELIMENE Cette pensée vous anime, pourtant, ce me semble
PASSANDRE Certes, mais écoutez : en étant à ma place Vous seriez hystérique, vous laisseriez des traces J’eusse dû vous résonner, car vous seriez souffrante A l’attendre dehors, ou qu’il pleuve ou qu’il vente !
PELIMENE Je ne puis rien savoir, je ne porte à personne De passion affectueuse; pour tous, je suis une nonne. Un temps j’ai cru trouver quelque pâtre à mon goût Avant que mes yeux s’ouvrent sur son vrai caractère : Il était gentil, drôle, mais fat, et vain, et mou ! Adieu les cavaliers, ailleurs ferais-je carrière.
PASSANDRE Pour moi il va de même, certes je n’entends point Laisser dicter mes choix par lui, par ses bons soins Qui pourraient pas à pas me faire oublier Que je ne suis point femme à me la faire dorer
Scène deuxième Le carrosse de Paesar.
LE PHOEUR Flamboyant équipage du majestueux Paesar Il méprise les sages, mais porte par hasard Le devoir de s’instruire qui échoit à ses pairs Ces hommes qui en naissant héritent de couronnes Et doivent en grandissant assumer leur éclat Apprendre à les polir, à en sertir les gemmes En disposer si bien qu’ils en doublent les pierres Précieuses, car astucieux, ils les placent comme des [rats
PAESAR Sans tirer sur la corde qu’au cou il m’a passée Pour quitter mes quartiers, prompt, je m’exécutai Maudit Pléistocène! Sur-le-champ je m’écrie : Une cité, ce trou ? Un taudis de travail Tout juste bon à seoir à un laid animal Mes séjours seront courts dans cet endroit sinistre Jamais crasse des murs n’enfanta de ministre
PICERON Au lieu manque l’horizon, certes, je vous l’accorde Mais ce que voient mes yeux avec vous ne concordent Ici est notre place, nous devons la saisir Avant d’unir à nous le monde entier
PAESAR ‘soupir’
PICERON Nous devons conquérir jusqu’aux petites gens Je les nomme citoyens, vous les nommez manants Peu importe, en somme…
PAESAR Nous progressons, superbes ! Fouette, cocher, avant plus de commentaires acerbes.
Scène troisième Le Rosier, les appartements des Dames. La Gouvernante et la soubrette sont au salon. Entrent Passandre et Pélimène.
PELIMENE Oh, les jolies couleurs ! On a retapissé Les chambres qu’autrefois on nommait des [greniers ! Admirez de votre œil ces variations de tons !
PASSANDRE Les teintures sont superbes, mais ça sent le poisson
LA SOUBRETTE La truite, c’est moi madame, qui la fait là sécher Car il manquait de place dans le garde-manger
PELIMENE Un coup de Pléocâtre, ça ne fait aucun doute C’en est trop à présent, qu’elle revienne, je la boute ! Qui ou d’elle ou de moi vous préférez servir Bientôt chère soubrette il vous faudra choisir
LA GOUVERNANTE Holà, douce Pélimène, oubliez vos querelles Goûtez là avec nous, ménagez donc vos peines Apaisez ce courroux, prenez une madeleine
PASSANDRE la bouche pleine Cela dit, prenons garde, plus terrible que belle J’ouïs qu’elle revint
PLYTEMNESTRE sur le seuil de son boudoir, en robe de chambre Oui, et ne vous déplaise Je la vis ce matin. Serait-elle là céans Elle se moquerait bien de votre accoutrement De Diane chasseresse, vous êtes la synthèse
PASSANDRE Parlez pour vous, ma chère ! Nos culottes se [valent Je suis ainsi vêtue car je vins à cheval.
PLYTEMNESTRE De libres chevauchées, ces choses là m’allèchent ! Ce sont des hippocampes qu’il faudrait que je pêche. A parler raisonnable, j’avoue, je vous admire Qui cheminez sans peine de Puiseux à Peuville Quand vous partez à l’aube cultiver votre corps Le mien reste en jachère dans mon lit cerclé d’or Ah, je devrais songer à me mettre à l’œuvre ! C’est remède à l’ennui que de devenir pieuvre Organisée sans faille pour tout saisir, tout prendre
PASSANDRE Je serais un mollusque, dites, à vous entendre ! Votre conception de l’actif nous dépasse Vous serez éveillée après que je trépasse.
PLYTEMNESTRE à la lingère Permettez, je m’assoie, à mon tour je suis molle
PASSANDRE les yeux au ciel Juste l’idée la lasse de ces équipées folles ! Bonne Plytemnestre, vous êtes un cas pratique Qu’on pourrait manager comme on soigne d’un [tic Enfin ! Nous vous aimons, ce en dépit...
PLYTEMNESTRE Du reste, Il me prend une envie d’aller faire une sieste.
10
Perles des ragots Esseclive
Administration is watching you...La tentative de se justifier, bien que marrante, n’a pas été publiée car trop longue.
Le mois prochain
- Interview de Laurent Bibard -Dossier sur le système d’absences : comment l’améliorer?
Envoyez-nous vos avis et commentai-res à essecpouce@gmail.com!
Planning recrutements
Décembre/Janvier: ASC et AST MBA Février: PIs
Des informations seront communi-quées concerant les salles et horaires. Si tu ne peux pas être présent au lieu et horaire prévus, contacte-nous par e-mail et on pourra s’arranger.
Dear international students,
First of all, we’d like to welcome all of you in Essec, and in France. Despite the poor weather and the problems on the pu-blic transport system, we hope you are en-joying yourselves already (if not, just keep quiet ;). We are launching a newspaper in Essec, and as you might have noticed, currently very few articles are in English, the main reason is that we do not enjoy ourselves when we write in a foreign language. That is why we want to recruit interna-tional students who are interested in our project, to make our content more accessible for all. Be aware that you can contribute to the project in many other ways than simply writing (drawing, helping us with the logistics...). If you feel you can help us in any way, just contact us (essecpouce@gmail.com). You can also contact one of us directly (our contacting details are available on esseclive.com). We’d be glad to have a chat with you. If you want to debate over France’s qualification for the Soccer World Cup against Eire, I am personnaly available.
François Ruty, President
Petit, petit, viens par ici... Tu veux nous insulter, nous dire à quel point on devrait aller nous suicider dans le Puy de Dôme au lieu de pourrir ton casier? Nous envoyer un article? Témoigner (anonymement?)? Ou pire... Tu veux nous rejoindre?? Ecris-nous àessecpouce@gmail.com. A part pour les candidatures, tu peux signer avec un pseudo. Les spammers seront inscrits d’office au double diplôme d’expertise comptable en MBA. Vous êtes prévenus.
11