Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

INTERACTION COUNCIL

10 pages

INTERACTION COUNCIL

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 305
Signaler un abus
INTERACTION COUNCIL Paper Submitted to the Highlevel Expert Group Meeting on"The Islam World and the West" 2728 April 2006, International Leadership Institute, United Nations University, Amman, Jordan
1 « Changez ou vous serez changés »
Démocratisation et consolidation de l’autoritarisme dans le Golfe
by Dr. Laurence Louër
Stigmatisés par l’opinion publique occidentale et en particulier américaine comme des berceaux du terrorisme islamiste qui, après avoir enfanté les kamikazes du 11 septembre 2001, nourrissent aujourd’hui le jihad irakien, les régimes arabes du Golfe cherchent à redorer leur blason sur la scène internationale. Cela explique qu’ils se soient largement identifiés au projet américain de remodelage démocratique du MoyenOrient, certains (Qatar, Bahreïn, Doubaï) s’adonnant même en la matière à une véritable surenchère par la multiplication de conférences et forums en tous genres destinés à promouvoir pêlemêle la démocratie, le libreéchange, la modernisation, les droits de l’homme ou encore le dialogue interreligieux. Il sont ainsi rapidement devenus un acteur central de ce que le journaliste américain Thomas Friedman a opportunément appelé « l’industrie de la réforme » qui se 2 développe actuellement dans certaines parties du monde arabe . Dès lors, l’enjeu est avant tout de cerner la consistance de ce qu’on peut qualifier de véritable « marketing démocratique ». Simple campagne de communication ou réforme en profondeur des institutions politiques et du rapport entre gouvernants et gouvernés ?
Pouvoirs autoritaires et sociétés indociles Contrairement à une idée largement répandue, la démocratisation dans le monde arabe et dans le Golfe en particulier n’est pas un phénomène nouveau lié au changement de politique américaine dans la région. En effet, s’il est vrai que les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) rentrent dans la catégorie des Etats autoritaires, ils sont aussi depuis longtemps le théâtre d’expériences assez poussées de participation politique. Exemples les plus aboutis en la matière, le Koweït et le Bahreïn abritent des
1  Le prince héritier de Doubaï, cheikh Mohammed bin Rashed AlMaktum, le 14 décembre 2004 lors du discours d’ouverture du Forum stratégique arabe tenu à Doubaï et consacré à la réforme dans le monde arabe. 2 New York Times, 16/12/2004, « Holding up Arab Reform ».  1