//img.uscri.be/pth/3ba1bea54224ed9a8f211df8931f430e3de47de2
Cette publication est accessible gratuitement
Lire

La culture des primaires s'impose à gauche comme à droite

De
1 page
LE FIGARO mercredi 9 octobre 2013 15ÉTUDESPOLITIQUESCHAMPSFIGARO-CEVIPOF LIBRES PASCAL PERRINEAU ÉTUDES POLITIQUESLa question du Laurent Fabius et Dominique Strauss- Toutefois, les conditions d’organisa- Paris montre que l’UMP peut adopter choix des candidats à l’élection a tou- Kahn était fermée). Puis elle s’est ré- tionduvote,lesfraudesetlerapportde cette culture des primaires. Plus de joursétéun sujetbrûlantdansdesdé- pandue depuis lors à l’ensemble des forces très serré entre les deux candi- 20000 électeurs ont ainsi départagé mocraties hésitant entre la sélection partis politiques. En janvier 2011, le datstransformèrentl’initiativeenvéri- quatre candidats et mis en route uneDirecteurducentre par les citoyens les plus engagés que Front national a organisé une primaire table cauchemar dont l’UMP n’est pas dynamique autour de Nathalie Kos-derecherches sontlesmilitantsdespartisetleshom- internepourlasuccessiondeJean-Ma- encore tout à fait remise. Cet épisode a ciusko-Morizet. politiquesdeSciences mes d’appareil et ceux qui veulent rie Le Pen à la tête du parti.
Voir plus Voir moins

LE FIGARO mercredi 9 octobre 2013
15ÉTUDESPOLITIQUESCHAMPSFIGARO-CEVIPOF LIBRES
PASCAL
PERRINEAU











ÉTUDES POLITIQUESLa question du Laurent Fabius et Dominique Strauss- Toutefois, les conditions d’organisa- Paris montre que l’UMP peut adopter
choix des candidats à l’élection a tou- Kahn était fermée). Puis elle s’est ré- tionduvote,lesfraudesetlerapportde cette culture des primaires. Plus de
joursétéun sujetbrûlantdansdesdé- pandue depuis lors à l’ensemble des forces très serré entre les deux candi- 20000 électeurs ont ainsi départagé
mocraties hésitant entre la sélection partis politiques. En janvier 2011, le datstransformèrentl’initiativeenvéri- quatre candidats et mis en route uneDirecteurducentre
par les citoyens les plus engagés que Front national a organisé une primaire table cauchemar dont l’UMP n’est pas dynamique autour de Nathalie Kos-derecherches
sontlesmilitantsdespartisetleshom- internepourlasuccessiondeJean-Ma- encore tout à fait remise. Cet épisode a ciusko-Morizet.
politiquesdeSciences mes d’appareil et ceux qui veulent rie Le Pen à la tête du parti. En juin révélé les avantages et les inconvé- Certes, l’élection primaire peut
Po(Cevipof) ouvrir la procédure aux couronnes ex- 2011,lePCFfitdemêmepourchoisirle nientsd’uneprocédurepolitiquevenue contribuer à créer une atmosphère de
térieures des électeurs proches de ces candidat à soutenir pour la présiden- d’outre-Atlantique. Les avantages at- campagnepermanentequipolluelavie
partis. tielle.Enjuillet2011,lamouvanceéco- tendus d’un tel dispositif sont avant despartisdanslesannéesquiprécèdent
Hisséesenquelquesdécennies C’est aux États-Unis que le débat a logiste prit l’initiative d’une consulta- tout de dégager un candidat porteur l’élection majeure que reste l’élection
aurangdepassageobligé été le plus vif et cela dès le début du tion allant au-delà des seuls effectifs d’une légitimité supérieure à celle des présidentielle. La «guerre des chefs»
epourtoutprétendant XX siècle. Au XIXe siècle, le choix des partisans. maigres effectifs d’une organisation endémique que connaît le principal
àuneélection,lesprimaires candidats était laissé aux élus et aux En octobre 2011, les «primaires partisane.L’autreobjectifpoursuiviest partid’oppositionestentretenueparla
s’imposentaujourd’hui chefs des partis; ceux-ci se réunis- ouvertes» organisées par le PS et le de créer, dans un contexte de défiance perspectivedesprimairesde2016mais
àchaqueniveaudelavie saient avant l’élection dans des caucus Parti radical de gauche furent un vrai politique, un mouvement d’engage- ellen’estpascrééeparelle.Cependant,
politique:parti,élection quisélectionnaientlecandidatàl’élec- succès puisque entre deux millions et ment de citoyens attirés par la nou- dansunpartidontlacultures’enracine
présidentielleetélections tionprésidentielle.En1902,lerépubli- demiettroismillionsd’électeursparti- veauté du processus et capables de dans ce que René Rémond appelait la
municipales. cainRobertM.LaFoletteremetencau- cipèrent aux deux tours et lancèrent la s’impliquerdanslabatailleélectorale. droite bonapartiste, il est plus difficile
Plusqu’unsignedebonne selechoixdescandidatsparleparti.Il Lors de la pri- d’implanterunprocessusdeprimaires,
santédeladémocratie,cette voulait se débarrasser des manœuvres mairesocialistede celui-ci étant plus en phase avec la lo-
méthodededésignation deschefsquimanipulaientlescaucuset Lesavantagesattendusd’untel l’automne 2011, gique pluraliste de courants et de pro-
descandidatsimportée donner une voix égale à chaque élec- plus de 650000 portionnalisme caractéristique dedispositifsontavanttoutdedégagerdesÉtats-Unis,souligne teur proche du parti. L’idée mit du électeurs ont lais- nombredepartisdegauche.
uncandidatporteurd’unelégitimitédesdéfaillances:crisedela tempsàprogresseretcenefutqu’après sé leurs coordon- Le principe fédérateur des partis de
représentation,défiance laSecondeGuerremondialequelesys- néesetontétéen- droite a souvent été la référence à unsupérieureàcelledesmaigreseffectifs
descitoyens,désaffection tèmedevintpresquelanorme. suite autant de chef et l’unanimité derrière lui plutôtd’uneorganisationpartisane
électorale,crisedelégitimité Le vieux procédé des caucus est en- relais dans la quelacapacitédecelui-ciàdégagerdes
despartisetdesélus. core utilisé dans quelques États mais le campagne électo- majoritésetdesalliancesdecourantsau
PascalPerrineaumeten système des primaires qui consiste à campagne du candidat socialiste dans rale du candidat PS. Enfin, la dynami- seinduparti,commecelaestsouventle
avantlesatoutsdesprimaires, confierlechoixauxélecteursprédomi- lesmeilleuresconditions. que créée par la primaire ouverte per- cas à gauche. Cependant, la société
notammentses«fonctions nesousdeuxformes:la«primairefer- La «culture de la primaire» s’est met de panser les blessures française et les partis ont changé: une
positivesdedépassementdes mée» où seuls les électeurs inscrits ainsi diffusée à l’ensemble des forces d’affrontements internes en remettant culture horizontale marquée par la dé-
clivagesetderenouvellement dansunpartipeuventvoteret«lapri- politiques, accompagnant un mouve- ladécisiondanslesmainsdu«jugeex- mocratie participative s’est étendue et
desgénérationssilesrègles maire ouverte» où les électeurs peu- ment d’opinion très favorable à cette térieur»quesontlesélecteurs.Elleest vientdeplusenpluscontesterlesver-
desprimairessontclaires, vent voter librement après une décla- procédure. Dès juin 2009, plus de trois aussiuninstrumentderenouvellement tus réelles ou supposées de la culture
fermesetrespectées». rationpubliqueenfaveurd’unpartiou électeurs français sur quatre décla- des générations dans la mesure où elle verticale marquée par la figure du chef
Pourledirecteurdu mêmesansaucunfiltredecetype. raient qu’ils étaient «favorables à ce permetdedégagerunerelève. créateurd’unanimité.
P.P.Cevipof,l’institutionnalisation Faceàlacrisedelégitimitédespartis que les partis politiques organisent des À gauche, les destins politiques de
desprimairessurvientavec et au souci de redonner la parole aux primaires ouvertes aux sympathisants Manuel Valls et Arnaud Montebourg
«unchangementdeculture électeurs, nombre de pays se sont ins- decepartiplutôtqu’unvoteouvertaux doivent beaucoup à ce processus. Ces QUESTION : SOUHAITERIEZ-VOUS
danslasociétéfrançaise pirésdusystèmenord-américain. seulsadhérents». fonctionspositivesdedépassementdes
QUE L'UMP ORGANISE DES PRIMAIRES etlespartis.Cettecultureétant L’idée des primaires ouvertes a Fin 2011, deux tiers des électeurs clivagesetderenouvellementnevalent
POUR DÉSIGNER SON CANDIDAT À marquéeparladémocratie d’abord été caressée à droite, au début proches de l’UMP souhaitaient que le quesilesrèglesdesprimairessontclai-
participative»,unetechnique desannées1990 parCharlesPasqua.À partiorganisedesprimairespourdési- res,fermesetrespectées.Cequin’apas L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2017
d’approbationimportée l’époque, l’ancien ministre de l’Inté- gnersoncandidatàl’électionprésiden- été le cas dans le scrutin réservé aux
d’Allemagneetdéjàbien rieurvoulaitpréveniruneéventuelleet tielle de 2017. Néanmoins, dans ce adhérents de l’UMP, à l’automne 2012 TOTAL ÉCHANTILLON
rodéedanslagestiondes nouvelle confrontation entre Jacques contexte favorable, la primaire interne pour la désignation du président du
collectivitésterritoriales. Chirac et Valéry Giscard d’Estaing. organisée à l’automne 2012 à l’UMP mouvement. NON 35 % OUI 65 %J.A Cetteidéedeprimairesouvertesa en- pour choisir son président a été un Lamanièretoutàfaitmaîtriséedont
suite germé dans la mouvance socia- fiasco.Etpourtant,plusde170000ad- les primaires ouvertes ont été organi-
liste, après la défaite de la gauche en hérents y participèrent, soit plus de sées en juin 2013 dans le cadre de la
SYMPATHISANTS UMP2007(laprimaireentreSégolèneRoyal, 54%desmembres. préparationdesélectionsmunicipalesà
NON 36 % OUI 64 %
QUESTION : ÊTES-VOUS FAVORABLE OU OPPOSÉ À CE QUE LES PARTIS POLITIQUES EN FRANCE ORGANISENT DES PRIMAIRES OUVERTES AFIN DE DÉSIGNER LEUR CANDIDAT À Ensemble échantillon
L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE, C'EST-À-DIRE UN VOTE OUVERT AUX SYMPATHISANTS DE CE PARTI PLUTÔT QU'UN VOTE OUVERT AUX SEULS ADHÉRENTS ?
76 %
Favorable 77 % 84 % 82 % 81 %
Favorable Favorable Favorable Favorable
Sympathisants… …PS …Verts …MoDem …UMP
21 % 22 % 16 % 10 % 18 %
Opposé Opposé Opposé Opposé Opposé1 % NSP 8 % NSP 1 % NSP3 % NSP
Infographie



think-tank dans l’orbite du PS se les collectivités territoriales (Lyon, Nan- «Elle est principalement mise en tis dans la politique municipale, déplore
JOSSELINEABONNEAU consacrantàlarénovationintellectuel- tes,Strasbourg,Bordeaux,régionNord- œuvredanslesmunicipalitéscommunis- XavierLandrin,lesassembléesdequar-
jabonneau@lefigaro.fr
le de la social-démocratie. Le concept Pas-de-Calais)ladémocratieparticipa- tesdontlesréseauxdesocialisationpoli- tier et les comités de suivi se caractéri-
est importé d’Allemagne par des ex- tive apporte une plus-value bien que tiquessesonteffondrésetquicherchentà sentcommeunecommunautéd’acquies-
ÀDÉFAUTdedémocratiedirecte,qua- perts écoutés des partis. Professeur à l’exemplenefassepastached’huile.» reconquérir des électeurs en créant une cement où s’investissent ceux qui y sont
lifiée par Jean-Jacques Rousseau de Paris-VIII, Yves Sintomer, du centre Achevant une enquête de terrain sur marquepolitiquelocalehorsducadredu prédisposésenfonctiondeleurtrajectoi-
«privilègedupeupledesdieux»,oudes berlinois Marc Bloch, a ainsi «drivé» la démocratie participative locale dans communisme municipal, précise Xavier re (carrière militante préalable, liens
votationsàlaSuisse,réservéesàdepe- Ségolène Royal pour l’élaboration du le Val-de-Marne, Xavier Landrin, en- Landrin. La participation des étrangers avec les élus, présence des associations
tites entités (politique ou géographi- budget participatif des lycées de la ré- aux référendums de quartier, etc.).» De plus, au travers
que), la démocratie participative se gionPoitou-Charentespuispourl’élec- permettant d’af- du journal municipal et des comptesÀArcueil,municipalitécataloguée
promeutcommel’undesantidotesàla tion présidentielle de 2007 (jury ci- ficherlapartsub- rendus de mandat, les élus consolident
crisedelareprésentative. toyen,budgetparticipatif). modèlepionnierparlesexperts,l’outil versive du pro- leurlégitimitéérodéeetfontleurcam-
Pour Bernard Lacroix, professeur de Autre chantre académique de la dé- gramme pagne.promucommeunperfectionnement
science politique à Paris Ouest, «l’idée mocratie participative, Loïc Blondiaux, politique.» Bienqu’inopérantesurlemalqu’elle
démocratiquen’apasdopélaparticipationde démocratie de participation lancée professeuràParis-I,prendmaintenant À Arcueil, ca- estcenséeguérir,cettetechnologiepo-
par Robert Buron dans Objectif (19)72, sesdistancesavecl’instrumentalisation électorale talogué modèle litique de légitimation «se routinise»,
trouvedel’échoenpérioded’incertitudes systématique qu’en a faite Ségolène pionnier par les affirmeXavierLandrin:elleafaitnaître
politiques (Mai 68) puis de brouillages Royal: «C’était pour elle un outil de seignant chercheur de Paris Ouest, experts, l’outil promu comme un per- un marché largement abondé par les
institutionnels (avec les cohabitations); campagneladistinguantdesonconcur- dresse un bilan très mitigé d’une tech- fectionnement démocratique n’a pas fonds publics (expertise, associations,
ellesertderessourceàunerelèveformée rent,NicolasSarkozy,quiprônaitlaRé- nique qui devait redonner son sel à la dopélaparticipationélectorale:depuis entreprises de communication, multi-
à HEC et l’ENA (génération Hollande, publique irréprochable; son erreur a été démocratieterritorialeetdugoûtauci- 1995, l’abstention aux élections muni- plication de postes spécialisés tels les
Royal, Moscovici) dont l’inquiétude pra- del’utiliserpourmettreaupointsonpro- toyenenl’impliquantdansleprocessus cipalesfrôle50%quandcelleauxréfé- chargés de mission citoyenneté dans les
tique est de disposer d’un outil adminis- gramme,partietmilitantssesontsentis de prise de décision politique (enquête rendumsd’initiativelocaleoscilleentre mairies)».Àtitred’illustration,lesex-
tratifdebonnegouvernance». dépossédés.» Et d’ajouter: «Son échec surlarénovationdesquartiers,assem- 64% et 53% (participation étrangère pertssontmêmeparvenusàofficialiser
Portée par les altermondialistes, a rejailli sur la démocratie participative blée de quartier, budget participatif) incluse). leurrôle,notammentdanslespartena-
l’idée de démocratie participative est alorsquel’expérienceenFranceestrela- mais s’avère, en pratique, une techni- «En dépit d’efforts indéniables pour riats institutions-citoyens pour la re-
notamment diffusée par Terra Nova, tivementconvaincante;transposéedans qued’acquiescementbureaucratique. fabriquerdescollectifsdecitoyensinves- chercheetl’innovation(Picri).
Sources : Opinionway - Nouvel Observateur (juin 2009) Source : Ifop - JDD (octobre 2011)