Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Sur la vertu dans le dialogue Ménon

De
7 pages

Sur la vertu dans le dialogue Ménon

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 89
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

Doina GRIGORA
Ş
Colegiul « D. Cantemir »
Husi, Romania
Sur la vertu dans le dialogue
Ménon
Malgré la rédaction détaillée d’un dialogue philosophique, a
personnages bien contoures, (date, douree, sur le lieu et le temps historique,
pointes, etc) Platon est un cryptique. Et, il l’est non pas pour s’être propose
cela (lui, par contre, semble intentionner a faciliter la compréhension de son
message face au lecteur) mais parce que son niveau de compréhension et
de « décodage » du monde est nettement supérieur vis-à-vis du niveau
commun de perception de la réalité environnante et, surtout, ce que se
trouve au-delà de cette réalité qui ne peut être perçue des yeux physiques
mais seulement des « yeux mentaux » (c’est ce qu’il nomme Le Monde
des idées).
Pour les matérialistes de tout temps, la réalité s’est – en principe
– que ce que l’on peut voir ou, dans une acception plus technique, ce que
l’on peut voir a l’aide d’un instrument quelconque(microscope, télescope,
échographe, tomographe, etc.).
Depuis plus de 2500 ans, Platon nous a avertis, que nous ne
voyons – mentalement – que ce que, de manière analogique, seulement
les prisonniers enchaînes voient, mais le dos a l-entree dans une grotte.
Ils voient les ombres des êtres et des objets qui passent par devant la
grotte et qui se projettent (grâce a la lumière du soleil) sur la paroi
oppose a l’entre. De cette manière, els n’ont aucune idée des objets et
des êtres de la réalité (qu’ils n’ont jamais perçus), mais ils se fient a l’idée
que tout ce qui existe (leur réalité) ce sont ces ombres-la qui leur sont
familières depuis longtemps (le Mythe de la grotte – dialogue La
République).
Suivons – par la suite – ce que ça veut dire – pour nous, les gens
habituels – la vertu – (Le dialogue Menon).
Le dialogue commence par la question directe – bien formulée –
de Menon – « Peux-tu (pouvez vous) me dire, Socrate, la vertu, est-ce
qu’elle s’apprend, ou s’acquiert, seulement par exercice et jamais par
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin