Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

LE PULOC'H Sonia - Paris historique

De
4 pages

LE PULOC'H Sonia - Paris historique

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 0
Signaler un abus
____________________________________________________________________________________________________
Association pour la Sauvegarde et la Mise en valeur du Paris historique - 44-46, rue François Miron - 75004 Paris
01 48 87 74 31

01 48 87 74 71 – www.paris-historique.org – contact@paris-historique.org
Notre centre d’information est ouvert du lundi au samedi de 11h à 18h, le dimanche de 14h à 19h.
Lettre d’Ourscamp
Mai - Juin 2008
ISSN : 1638 - 4350
Directeur de la publication : Pierre H
OUSIEAUX
Rédactrice : Sonia L
E
P
ULOC
H
Brèves
L’assemblée
générale
du
Paris
historique aura lieu le
jeudi 19 juin
2008, à 18 heures
, à la mairie du
IV
e
arrondissement.
Les personnes qui
souhaitent proposer leur candidature
au conseil d’administration sont
invitées à adresser une lettre de
motivation à l’association
. Il est
rappelé que les bénévoles désireux de
se
présenter
doivent
pouvoir
consacrer au moins une demi-journée
par semaine au
Paris historique
.
Une exposition sur le thème de
la
santé au Moyen Age
se tient
jusqu’au 9 novembre 2008 à la tour
Jean Sans Peur, située 20 rue Etienne
Marcel dans le
I
er
arrondissement.
N’hésitez pas à vous y rendre…
L’
ICOMOS
, section française, organise
à Metz les 29, 30 et 31 mai prochains
des
journées
techniques
sur :
« Conservation-restauration
des
structures bois. Application au
patrimoine bâti »
.
Contact : 01 47 55 19 07
icomos.france@wanadoo.fr
.
Necker
Nous
attendons
toujours
l’avis
définitif du Conseil d’Etat quant au
recours qui a été déposé concernant le
« château » ; les fenêtres de certaines
annexes auraient par ailleurs été
murées depuis l’intérieur. Riverains
et passants, chers adhérents, restez
vigilants
et
signalez-nous
toute
évolution.
La campagne de souscription est
toujours ouverte pour ce dossier.
N’hésitez pas à nous envoyer vos
dons pour nous aider dans cette
procédure longue et coûteuse.
Tirage : 3400 exemplaires
JACQUES-IGNACE HITTORFF (1792-1867)
Un architecte majeur dans le Paris du 19
e
siècle
Une exposition récente, organisée à la mairie du 12
e
arrondissement, par Laura
Z
WICKNAGL
, étudiante de l’
Institut Rue Monsieur
(IRM) avec le soutien du
Paris
historique
, a retracé la vie et l’oeuvre du plus parisien des architectes d’origine
allemande. Cette heureuse initiative a été l’occasion de redécouvrir un artiste majeur
pour Paris et malheureusement quelque peu oublié. Pourtant, nous croisons souvent
ses réalisations.
Le vernissage de l’exposition a eu lieu le jeudi 10 avril, en présence de Michèle
B
LUMENTHAL
, maire de l’arrondissement, et de nombreux représentants de l’
Institut
Rue Monsieur
et du
Paris historique
. Par ailleurs, les samedis 12 et 19 avril, des
étudiantes de l’IRM ont guidé les visiteurs sur un itinéraire aboutissant à la
Fondation Eugène-Napoléon, oeuvre d’Hittorff. Cette exposition sera ensuite
présentée au
Paris historique
du
20 mai au 8 juin 2008 inclus
.
La vie d’Hittorff sort déjà de l’ordinaire. Né dans le Saint-Empire romain
germanique, sur les terres du prince-électeur archevêque de Cologne, il devient
français lorsque les armées de la Révolution occupent la rive gauche du Rhin et c’est
tout naturellement qu’en 1810 il quitte sa ville, alors simple sous-préfecture du
département de la Roer, pour venir étudier l’architecture à l’Ecole impériale des
Beaux-arts, dans cette nouvelle Rome qu’est devenue Paris.
Les frontières de l’Europe sont loin d’être stabilisées et, en 1815, le Congrès de
Vienne fait d’Hittorff un sujet de la Prusse. Il reste en France et recouvrera la
nationalité française en 1842, mais le baron Haussmann avec qui ses relations étaient
difficiles, ne l’appelait pas autrement que « le Prussien ».
Hittorff construisit peu pour les particuliers. Sa carrière fut tout entière au service de
la ville et la retracer, c’est évoquer cinquante ans d’urbanisme parisien. Il fut actif
dans tous les domaines : architecture religieuse, aménagements urbains, salles de
spectacle, mairies (on cite souvent celle du 1
er
arrondissement et on oublie celle du
5
e
, sans doute parce qu’il ne fit pas oeuvre originale en la dotant d’une façade
dessinée au siècle précédent par Soufflot). Le 12
e
arrondissement abrite l’une de ses
constructions les moins connues des parisiens, qui, après une longue période de
sommeil, connaît depuis quelques années un renouveau : la Fondation Eugène
Napoléon.
Un hommage discret fut rendu à Hittorff par la ville en 1893, lorsqu’on donna son
nom à une modeste rue qui ne risque pas de le tirer de l’anonymat. Cette rue longe
toujours la mairie du
X
e
arrondissement, à l’époque en construction. Mais les édiles
d’alors orthographièrent mal son nom et les plaques mentionnent, encore de nos
jours, le nom H
ITTORF
avec un seul « F ».
Pourtant le patrimoine qu’il nous a laissé n’a pas été si maltraité. Certes, les années
60 ont vu la disparition du théâtre de l’Ambigu Comique, mais les autres
constructions ont presque toutes été rénovées ou ravalées au cours des 20 dernières
années. La dernière en date, le Cirque d’hiver, vient de retrouver sa polychromie
d’antan. Le théâtre de la Gaîté Lyrique est un des chantiers importants de la ville de
Paris qui veut y installer un lieu dédié « aux musiques actuelles et aux arts
numériques ». Reste l’église Saint Vincent de Paul, véritable manifeste, oeuvre qui
pourrait résumer les idées de l’artiste en matière d’architecture et de polychromie.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin