La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

/ LES PEINTRES DU BOSPHORE AU DIX-HUITIÈME SIÈCLE OUVRAGES DU MEME AUTEUR A LA LIBRAIRIE PLON Correspondance inédite du Comte d'Avaux (Claude de Mesmes) avec son père Jean-Jacques de Mesmes, S*" de Roissy (1627- Un volume in-S®.1643). Journal du Congrès de Munster (i643-i64j), par François Ogier, aumônier du Comte d'Avaux. Un volume in-S", avec un portrait. Journal et Correspondance de Gédoyn « le Turc », consul de France à Alep (lôsS-iôsÔ). Un volume in-S». LA LIBRAIRIE FELIX ALGANA Les Introducteurs des Ambassadeurs (i585-igoo). Un volume in-4°, avec figures dans le texte et planches hors texte. LIBRAIRIE BERGER-LEVRAULTA LA sous la Révolution. Avec la colla-Les Vignettes emblématiques boration de M. Raoul Bonnet. Un volume in-4° couronne, 25o reproductions d'en-têtes de lettres. A. BOPPE LES PEINTRES DU BOSPHORE AU DIX-HUITIÈME SIÈCLE PARIS LIBRAIRIE HACHETTE ET G*« BOULEVARD SAINT-GERMAIN,79, 79 I9II j,^«J!-"^'^--<^^=-K?^-l-^_. , . ^T^RAi^rv AVANT-PROPOS Turcs, siècle, seule-Les au xviii* n'ont pas mentjoué un rôle important dans la politique générale de l'Europe ils ont eu sur litté- ; la rature une influence que des études récentes ont relevée et qui n'a pas été moindre dans le domaine des arts. Mais, si connu que fût le goût des peintres et des dessinateurs de cette époque pour les hommes et les choses du Levant, ce n'a pas été sans une certaine sut- prise que l'on a trouvé en si grand nombre à une Exposition organisée par l'Union Cen- trale des arts décoratifs, des œuvres consa- crées la reproduction personnagesà de enturbanés. Par quile caprice de la mode, des artistes VI AVANT-PROPOS n'avaient jamais voyagé sont devenus des (( peintres de Turcs et leurs « Turqueries »», leur ont valu quelque réputation. D'autres artistes qui avaient cherché leurs modèles sur les rives du Bosphore et dans les contrées les plus lointaines de l'Empire Ottoman, ont vu au contraire leurs noms comme leurs œuvres tomberdans l'oubli . Parmi les peintres prèsde l'Orient, Liotard était à peu le seul On oubliédont le souvenir se fui conservé. a J.-B. Van Mour, le véritable inspirateur des peintres français de Turqueries et des artistes tant de charmantsallemands qui ont modelé Favray, dont lepetits turcs de porcelaine ; un égal bonheur tan-pinceau sut rendre avec des paysages dula douceur et le calmetôt et la richesse desBosphore, tantôt l'éclat levantines; Hilair, l'ob-costumes des belles du geste et de l'atti-servateur le plus fidèle Melling par excellence letude de l'Oriental ; du Bosphore, et tant d'autres artistespeintre "^ et étrangers sur qui Constantinoplefrançais a exercé sa séduction.