La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Le Festin chinois de Tsui Hark

De
4 pages
Fiche produite par le Centre de Documentation du Cinéma[s] Le France.
Site : abc-lefrance.com
Voir plus Voir moins
Le festin chinois Chenese feast de Tsui Hark FICHE FILM Fiche technique
Hong-Kong - 1995 - 1h41 Couleur
RÈalisateur : Tsui Hark
ScÈnario : Tsui Hark Cheng Chun Tai Ng Man Fai
Montage : Mak Chi Sen
Musique : Lo Koon Ting
InterprËtes : Leslie Cheung (Sun) Anita Yuen (Au Ka-wai) Zhau Wen-zhuo (Lung Kwun-bo) Kenny Bee (MaÓtre Lui-kit) Joyce Ngai (la femme de Kit)
L E
D O C U M E N T
Critique
Homme ‡ tout faire du cinÈma de Hong kong, Tsui Hark, 46 ans, prËs de trent longs mÈtrages ‡ son actif nÕy va jamai avec le dos de la cuiller. Ses films vio lents sont trËs violents, ses lÈgende chinoises trËs traditionnelles, ses his toires dÕamour trËs Iyriques. (É) Pour c Festin chinois, Tsui Hark est allÈ foui ner du cÙtÈ des cuisines. Et ce nÕe vraiment pas triste. Cela commence pa un concours de chefs. Le plus jeune es de la nouvelle Ècole culinaire, tandi que lÕautre incarne la tradition chinoise Contraint dÕabandonner la compÈtitio ce dernier voit sa vie sÕeffondrer : s femme le quitte et il devient un clod alcoolique. Mais, arrachÈ ‡ sa conditio sordide, il retrouvera ses facultÈs pou confectionner lÕinvraisemblable menu d festin chinois ditQin Han, ‡ base d pattes dÕours, dÕhirondelles confites de trompes dÕÈlÈphantl(e festin d Babette, ‡ cÙtÈ, Ètait un pique-nique) Entre les deux dÈmonstrations culi naires, une heure dÕaction, souvent tr pidante, ÈpicÈe de gags loufoques. MÍme si on nÕest pas s˚r dÕen saisir sel ‡ tout coup (pourquoi un personnag clÈ de lÕhistoire, Leslie Cheung, fait-avaler le contenu des saliËres ‡ ses aco lytes dans une boÓte de nuit ?), l comique est ÈlÈmentaire : deux fille rivalisent sur une version karaokÈ d BolÈrode Ravel ; un poisson de 10 kilos sËme la panique dans un restau rant.Slapstick(comique tarte ‡ l crËme), gangsters ‡ la manque romances en mÈli-mÈlo : Tsui Har touille allËgrement ces ingrÈdients, quit te ‡ faire brouillon : scËnes visiblemen tournÈes ‡ la va-vite, scÈnario en zig zags. Mais quelle virtuositÈ dans s faÁon de filmer la cuisine chinois comme un combat de kung-fu ! FranÁois Gori TÈlÈrama n∞2507 - 28 Janvier 199
Wok en stock. Pour pouvoir Èmigrer a Canada, un jeune mafieux hong-kongai cherche ‡ obtenir un diplÙme de cuisi nier. Il atterrit dans un restaurant qui prÈpare un tournoi culinaire... Kung-fu gourmand. Le film de bouffe es un genre en soi. Il sÕexerce dans tous l registres (nostalgique avecBig night dÈconnant hÈdoniste avecTampopo mÈlancolique dÈlicat avec leFestin d Babette) et, quand il est rÈussi, il pro voque invariablement le mÍme effet : il donne faim. Tsui Hark y est allÈ du sien ‡ une Èpoque (94) o˘ il avait besoin dÕu succËs commercial. «a nÕa pas ratÈ :L festin chinoisa ÈtÈ son second plu gros succËs ‡ Hong Kong. LÕintrigue peut dÈroter au dÈbut, ave ses allures de comÈdie romantique des tinÈe ‡ mettre en valeur les deux stars Leslie Cheung (Happy together) e Anita Yuen. Tsui Hark en profite pou servir une bonne dose de comÈdie ‡ l chinoise, cÕest-‡-dire pas vraiment subt le mais franchement drÙle, avec un sen du burlesque proche du cinÈma muet CÕest juste une mise en bouche : le vÈr table enjeu de lÕaffaire est bel et bien l concours de cuisine. Gourmand notoire Tsui Hark connaÓt trËs bien lÕimportanc de la vue dans lÕart culinaire et lÕutili ici ‡ merveille. La prÈparation et l dÈroulement de la compÈtition sont fil mÈs comme un tournoi de kung-fu. L cinÈaste y dÈploie toute sa science d lÕespace et du rythme pour nous serv un festin irrÈsistiblement euphorisant. GÈrard Delorm PremiËr
SALLE D'ART ET D'ESSAI C L A S S … ER E C H E R C H E 8 ,R U ED EL AV A L S E 42100 SAINTETIENNE 04.77.32.76.96 R…PONDEUR : 04.77.32.71.71 Fax : 04.77.25.11.83
DÈlaissant le Iyrisme, parfois passÈiste, de sa superbe sagaIl Ètait une fois en Chineo˘ les considÈrations politiques se faisaient plus caricaturales dËs le quatriËme Èpisode, Tsui Hark rÈalise en 1994 ceFestin chinois, film de com-mande trËs sympathique, mais qui nÕallait rester quÕune transition avant lÕarrivÈe du fulgurantThe blade, dÈconstruction ultime du film de kung-fu. Il nÕen reste pas moins queLe festin chinois, comÈdie familiale regroupant les stars de lÕÈpoque, Leslie Cheung et Anita Yuen, se compose de nombreux ÈlÈments chers au cinÈaste. LÕhistoire, celle de deux Ècoles culinaires qui concourent pour le meilleur festin impÈ-rial (un menu traditionnel qui vient de la nuit des temps), nÕest dÕailleurs que le prÈtexte ‡ un agrÈgat de scËnes dÈcon-nectÈes les unes des autres et qui font appel aux diffÈrentes obsessions du cinÈaste. Les sÈquences de pure comÈ-die, qui hÈsitent avec bonheur entre bur-lesque et absurde, alternent ainsi avec des formes plus oniriques (la scËne du poisson l‚chÈ dans le restaurant, les deux amants au siËcle dernier) qui ne sont pas sans rappeler les tribulations temporelles deLove in time of twi-light. Le choix dÕun couple de jeunes hÈros ‡ la sexualitÈ inhibÈe et ‡ lÕhumour Ètrange est dÕailleurs symbo-lique de lÕÏuvre de Tsui Hark (les per-sonnages deThe lovers, Wong Fei Hung et tante Yee), et constitue un para-doxe systÈmatique nÈ de la confronta-tion entre tradition et modernitÈ. Cette ambivalence, fondement irrÈsolu du cinÈma de Hark, est aussi relayÈe par les multiples concours gastronomiques. Fascination pour le rituel culinaire, cette tradition ancienne qui a valeur de pilier identitaire et fÈdÈrateur, et mise en scËne fonciËrement moderne qui lÕappa-rente ‡ une joute guerriËre (Chiu Man Chuk, un des chefs virtuoses, a incarnÈ le maÓtre en arts martiaux Wong Fei Hung dansIl Ètait une fois en Chine 4 et 5). Il nÕest donc guËre Ètonnant ´ ª
D O C U M E N T
sur les dynasties chinoises, qui reprend le visuel poÈtique, magnifiÈ, des prÈcÈ-dents opus de Tsui Hark. Toutefois, sÕi sÕinscrit dans la droite lignÈe de so Ïuvre,Le festin chinoisreste un agrÈ-gat de saynËtes, pour la plupart rÈjouis-santes mais emplies de maladresses, qui compensent leur naÔve simplicitÈ par une explosion de couleurs et de sens. La mise en scËne de Hark, toujours fluide, usant et abusant de grands angles et de travellings, capte avec une rare efficaci-tÈ ces tableaux gastronomiques qui deviennent presque vivants. Une autre faÁon dÕutiliser la reprÈsentation pou extirper du passÈ traditionnel matiËre ‡ une rÈflexion sur le prÈsent. Yannick Dahan Positif n∞445 - Mars 1998
Voil‡, jÕai v et Èm pays, paraÓt vous b des fil contes horreu Si jÕÈ je dira film d nÕest dire q et suc CÕest de styl se bou lemen ment d
SALLE D'ART ET D'ESSAI C L A S S … ER E C H E R C H E 8 ,R U ED EL AV A L S E 42100 SAINTETIENNE 04.77.32.76.96 R…PONDEUR : 04.77.32.71.71 Fax : 04.77.25.11.83
Et puis, et puis, forcÈment, il y a un concours gastronomique aussi impres-sionnant quÕun combat de sumo, une splendide joute o˘ les woks (ces Ènormes poÍles en alu qui crÈpitent sous les flammes) dansent comme des sabres, o˘ lÕart de la table devient presque une stratÈgie guerriËre. Ce fes-tin-l‡, vÈritable fil conducteur du film vers lequel toutes les scÈnettes conver-gent comme vers une apogÈe, est un pur rÈgal des sens. Ca fuse, Áa flamme, Áa virevolte dans tous les coins et jamais Áa ne se prend franchement au sÈrieux, entre farce farcie au kung-fu et aux petits oignons et fable urbaine 100% Hong-Kong, on en ressort lÕesprit enjouÈ, le regard brillant, le sourire bÈat dÕadmiration et la gourmandise aux lËvresÉ rien que Áa !
D O C U M E N T
´soap-operaª e Le rÈalisateur sÕattaque ‡ dÈsormais my romance. Le t Depuis que la mort de Bruce Lee a stop-dÈlais sont drac pÈ le raz-de-marÈe kung fu et, dans un nÈ par jour ! L enchaÓnement inÈluctable, provoquÈ par ce rythme i lÕextinction des grands studios, le cin fite pour expÈri ma de Hong Kong ne doit sa vitalitÈ quÕ style et les tru un seul homme Tsui Hark. dËs son premier A travers sa compagnie Film Work Shop, cet auteur-rÈalisateur ÈmÈrite, comÈ-dien ‡ ses heures, a imprimÈ une esthÈ-tique et un rythme nouveaux aux films de la Colonie. Il est celui qui fait et dÈfait les modes, celui qui dÈcouvre les talents, celui quiFilmograp explore ou invente des champs dÕexpre sion inÈdits. Depuis 1979, il aura touchÈ ‡ tout : du cape et dÕÈpÈe au film dÕh Butterfly murd reur, du burlesque ‡ lÕespionnage, d WeÕre going t film policier au polar... Points communs ‡ toutes ses productions : une sophisti-LÕenfer des a cation extrÍme et un discours ´codȪ qui All the wron renvoie le public ‡ lÕactualitÈ br˚lant de Hong Kong et de la Chine en gÈnÈral.solution Ce succËs considÈrable, Tsui Hark le Les guerriers doit tout autant ‡ sa vision quÕ‡ son fla de producteur. Ching Siu-tung qui rÈali-Mad mission sa la trilogieHistoires de fantÙmes Shanghai blue chinois, avait accouchÈ dÕÏuvre Working clas mineures avant que Tsui Hark le prenne en mainÉ John Woo, le rÈalisateur Peking opera culte deThe killer, sÕapprÍtait ‡ quitt The big heat le cinÈma, lorsque Tsui Hark lui offrit de rÈaliser ses rÍves,Syndicat duA better tomor crime... in Saigon NÈ en 1951 au Vietnam, Tsui Hark com-The master mence dËs lÕ‚ge de 13 ans ‡ produir des films expÈrimentaux en 8mm. Il Once upon a ti Èmigre avec sa famille ‡ Hong Kong en Once upon a ti 1967. En 1970, le jeune homme prÈfËre partir Ètudier le cinÈma dans une univer-Once upon a ti sitÈ au Texas. AprËs quelques annÈes Green snake de stage dans un laboratoire de tirage ‡ New York, Tsui Hark rentre ‡ HongThe lovers Kong. Nous sommes alors en 1977 et la Love in the ti tÈlÈvision est en plein boom. Fort de son The blade expÈrience amÈricaine, le jeune homme dÈcroche un poste de producteur-rÈalis-Chenese feast teur sur des sÈries quotidiennes. En n mois ‡ peine, il supervise un Ènor
SALLE D'ART ET D'ESSAI C L A S S … ER E C H E R C H E 8 ,R U ED EL AV A L S E 42100 SAINTETIENNE 04.77.32.76.96 R…PONDEUR : 04.77.32.71.71 Fax : 04.77.25.11.83
Wong fei hung series1996 (sÈrie TV) TriStar The colony1997 A chinese ghost story : the animated
Documents disponibles au France
Les Inrockuptibles Cahiers du CinÈma n∞521 - FÈvrier 98 -