Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

f98 francais.pub

De
4 pages

f98 francais.pub

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 0
Signaler un abus
LE POINT SUR... VANILLE
Le marché international de la vanille Le prix comme handicap majeur Hautement spéculatif et très réactif à la rumeur, le marché international de la vanille n’a rien de standard. Les cours peuvent varier de 1 à 10 en quelques mois pour des mises en marché stables de 2 300 tonnes. Près des trois quarts du potentiel d’exportation mondial sont détenus par Madagascar. Cependant, les cours très attractifs de ces dernières années poussent certains pays à investir dans le secteur. Cette augmentation de l’offre à moyen terme pourrait retourner le marché qui, étant donné les prix, se détourne déjà de la vanille naturelle pour s’intéresser deplus en plus aux produits de substitution. Déclin de la demande et augmentation de l’offre composent un cocktail détonnant. Reste à savoir quand il explosera. aÉtatsUnis, Unionpays dans leur quasi totalité, avec unprincipale caractéristique duconsommateurs : priLncipaux indicateurs qui permettent2001 serait de l’ordre de 2 300 tonnesen 2001. L’Indonésie et les Comores marché international de la vanilleeuropéenne et Japon. Selon diversesleader incontesté : Madagascar qui est sa totale opacité. Les sources,le marché international endétenait 63 % de l’offre internationale de définir rapidement un secteur,(hors réexportations des pays nonont une forte présence sur le marché, comme le niveau de production ouproducteurs), chiffre relativementrespectivement de 21 et 9 %. Viennent celui des importations ou desstable sur les trois dernières années.ensuite les fournisseurs modestes exportations, se contredisent selon lesLes ÉtatsUnis se taillent la part ducomme l’Ouganda, l’Inde, la Jamaïque sources, sans parler des niveaux delion, avec près des deux tiers deset la PapouasieNouvelleGuinée. prix qui restent du domaine du secretimportations mondiales. L’Union défense. Leur annonce sert le pluseuropéenne en absorbe quant à elleIl existe toutefois d’autres fournisseurs souvent à brouiller les pistes. Dans ce30 %. Le Japon et le reste du mondeque les statistiques mondiales ne contexte, aborder un telarché tientse partagent à parts égales les 6 %prennent pou peu en compte. Tahiti plus de la voyance queu la Réunion (quelques Vanille  Production mondiale d e ss c i e n c e s6.0onnes de vanille noire) économiques.5.5ont installés sur des 5.0marchés de niche. Leurs 4.5ousses sont utilisées 4.0pour la consommation Une production en 3.5e bouche. La vanille de progression mais 3.0ahiti a toute sa place volatile 2.5ur le marché du fait de 2.0on profil aromatique La production mondiale unique lié à la variété 1.5 est de l’ordre de 5 400 produite. 1.0 tonnes (données FAO, 2 0 0 2 ) .E nf o r te ette situation quasi Source : FAO, 2002 p r o g r e s s i o nc e s h é g é m o n i q u ed e dernières années, elle restants. Lesréexportations des paysMadagascar cache pourtant des revient au niveau record de la fin des non producteurs sont de l’ordre deévolutions entre pays producteurs qu’il années 1980. L’effondrement de la 70 tonnes par an, les ÉtatsUnis fautprendre en compte. Peutêtre plus production en 1990 et 1991 est effacé réexportant 40 à 50 tonnes.que pour d’autres secteurs, l’influence et le taux de croissance moyen sur dix du niveau des cours sur les ans est de l’ordre de 4 % par an. Ces La France est le principal pays investissements en production se fait indicateurs ne doivent cependantpas importateur de l’Union européenne ressentir rapidement et durablement. faire oublier la forte volatilité de la (258 tonnes), suivie par le Royaume Depuis deux ans, les cours sont à des production sur le court terme. Sous Uni (151 tonnes) et l’Allemagne niveaux très élevés. L’instabilité l’effet d’aléas climatiques dans la ( 1 4 4t o n n e s ) .C e st r o i sp a y s politique à Madagascar, la réduction plupart des cas, la production peut représentent les trois quarts des de son potentiel de production après le chuter de 20% d’une année sur l’autre importations européennes. passage des cyclones Eline, Gloriaet comme en 1986, 1990 ou 1994. CetteHudad en 2000 et une course éperdue incertitude en production est le facteur à la diversification agricole (baisse des clé du fonctionnement du marché. L’hégémonie malgacheprix des matières premières agricoles) incitent les producteurs à entrer sur le L’autre facteur tient à la demande, queLa situation est relativement simple du marché. Les opérateurs commerciaux, l’on peut l’estimer grâce aux donnéesc ô t éd el ’ o f f r em o n d i a l e .L e s quant à eux, souhaitent assurer leur d o u a n i è r e sd e sg r a n d sp a y sexportations proviennent de quatre approvisionnement et dépendre le
Janvier 2003 —n°98— page4
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin