La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

Publications similaires

Les ruses de l'espoir

de les-editions-des-plaines

Lucie

de chiez

Pierre DupontChants et Chansons
La Véronique
Quand les chênes, à chaque branche, Poussent leurs feuilles par milliers, La véronique bleue et blanche Sème les tapis à leurs pieds ; Sans haleine, à peine irisée, Ce n’est qu’un reflet de couleur, Pleur d’azur, goutte de rosée, Que l’aurore a changée en fleur.
Douces à voir, ô véroniques ! Vous ne durez qu’une heure ou deux, Fugitives et sympathiques Comme des regards amoureux.
Les violettes sont moins claires, Les bluets moins légers que vous, Les pervenches moins éphémères Et les myosotis moins doux. Le dahlia, non plus la rose, N’imiteront point votre azur ; Votre couleur bleue est éclose Simplement comme un amour pur.
Douces à voir, ô véroniques ! Vous ne durez qu’une heure ou deux, Fugitives et sympathiques Comme des regards amoureux.
Le papillon bleu vous courtise, L’insecte vous perce le cœur, D’un coup de bec l’oiseau vous brise, Que guette à son tour l’oiseleur. Rêveurs, amants, race distraite, Vous effeuilleront au hasard, Sans voir votre grâce muette. Ni votre dernier bleu regard.
Douces à voir, ô véroniques ! Vous ne durez qu’une heure ou deux, Fugitives et sympathiques Comme des regards amoureux.
Ô fleur insaisissable et pure, Saphir dont nul ne sait le prix, Mêlez-vous à la chevelure De celle dont je suis épris ; Pointillez dans la mousseline De son blanc peignoir entr’ouvert, Et dans la porcelaine fine Où sa lèvre boit le thé vert.
Douces à voir, ô véroniques ! Vous ne durez qu’une heure ou deux, Fugitives et sympathiques Comme des regards amoureux.
Fleurs touchantes du sacrifice, Mortes, vous savez nous guérir ; Je vois dans votre humble calice Le ciel entier s’épanouir. Ô véroniques ! sous les chênes
Fleurissez pour les simples cœurs Qui, dans les traverses humaines, Vont cherchant les petites fleurs.
Douces à voir, ô véroniques ! Vous ne durez qu’une heure ou deux, Fugitives et sympathiques Comme des regards amoureux.